Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La concordance des temps

 | 
Gilles Luquet

Introduction

Full text

1Les 23 et 24 mai 2008 s’est tenu à Paris, dans les murs du Colegio de España, un colloque dont le thème – La concordance des temps : Moyen Âge et Époque moderne – était une invitation à se pencher sur une notion familière à des chercheurs venus d’horizons disciplinaires différents. Organisé conjointement par le séminaire d’études médiévales hispaniques de Paris-Sorbonne (CLEA, EA 4083), le séminaire interdisciplinaire de recherches sur l’Espagne médiévale (GDR 2378, CNRS) et le groupe d’études et de recherches en linguistique hispanique de la Sorbonne nouvelle (EA 170) – avec le concours de l’école doctorale IV de l’université Paris-Sorbonne –, ce colloque a réuni des chercheurs en linguistique et en littérature hispaniques venus de différentes universités françaises et étrangères. Ce sont les communications entendues pour l’occasion qui se trouvent réunies dans ce volume.

2Évoquer la « concordance des temps », pour un hispaniste français, c’est d’abord évoquer une règle de grammaire. Une règle d’apprentissage bien connue de ceux qui, nés en France, ont appris l’espagnol au moyen de grammaires destinées à des francophones, moins connue cependant de ceux qui, nés de l’autre côté des Pyrénées, ont de leur propre langue des connaissances théoriques acquises ou consolidées dans des ouvrages rédigés à leur intention. Et pour cause : le français, à la différence de l’espagnol, est une langue dont la syntaxe n’est caractérisée aujourd’hui par aucune « concordance des temps » particulière, une langue dont la syntaxe, pour être plus précis, s’est affranchie des contraintes qui, jusqu’à l’époque classique, relevaient plus ou moins directement d’une concordance d’un tel type.

3On comprend dès lors que la relation qui, du point de vue temporel, s’établit entre le verbe subordonnant et le verbe subordonné d’un énoncé espagnol ne fasse pas l’objet d’une égale attention selon qu’elle est décrite par un grammairien français ou par un grammairien espagnol. Outre-Pyrénées, il n’est d’ailleurs pas rare de constater que la « règle » à laquelle font référence les grammairiens français se laisse formuler d’une façon extrêmement simple : « Elle n’existe pas. » Il faut entendre par là, au dire d’Alexandre Veiga par exemple, que la subordination espagnole – à l’exception notable de celle qui met en cause un type très particulier de propositions substantives – n’exige aucun type de corrélation temporelle entre un verbe subordonnant et un verbe subordonné. La « concordance » qui s’observe parfois est un phénomène étranger à la catégorie des modes – et aux « temps » de ces modes – et, même dans les rares structures qui se prêtent à l’établissement d’une corrélation temporelle, il n’y a pas lieu de tenir pour incorrectes celles qui s’écartent du « modèle » mis en avant par les grammairiens français. Un hispanophone, lorsqu’il choisit de s’écarter de ce modèle, le fait simplement pour donner à son énoncé une signification temporelle distincte de celle que lui conférerait la structure à laquelle il renonce. Les cas de « non-concordance » des temps dont il émaille son discours sont tout simplement porteurs de sens, et ils le sont aujourd’hui comme ils l’étaient déjà à date ancienne.

4Il suffit, pour s’en convaincre, de s’intéresser, comme Mónica Castillo-Lluch et Marta López Izquierdo, aux structures syntaxiques du xiiie siècle dans lesquelles apparaissent des formes verbales autres que le futur du subjonctif qui tendait à s’y imposer. Ces structures, pour peu qu’on les appréhende dans l’entourage textuel qui est le leur, s’y présentent en fait comme le lieu d’un conflit opposant une logique « micro-discursive » – qui suscite des formes verbales plus ou moins « concordantes » et contraintes – et une logique « macro-discursive » qui, à l’inverse, offre au locuteur un choix de formes beaucoup plus vaste.

5Non moins intéressants sont les cas de non-concordance temporelle qu’illustrent les constructions dites « absolues », à savoir celles dont le noyau – adjectif, participe ou gérondif – est indifférent au temps du verbe principal dont elles dépendent, alors que leur fonction privilégiée – abondamment exploitée, entre autres, par les chroniqueurs du Moyen Âge – est de situer chronologiquement un événement. Loin d’illustrer le caractère « primitif » de la syntaxe médiévale, ces constructions – pour Chrystelle Fortineau – impliquent la mise en œuvre de mécanismes de pensée dont la relative complexité oblige à remettre en question la traditionnelle dichotomie entre hypotaxe et parataxe. Les constructions absolues semblent se situer en fait sur un continuum qui, allant de l’absence totale d’intégration syntaxique à la dépendance la plus complète, passerait par le stade intermédiaire de la « prédication seconde », une prédication qui dépendrait sémantiquement d’une autre – principale – mais qui ne lui serait reliée par aucun connecteur grammatical.

6Sur le plan théorique, enfin, demander à un linguiste d’expliquer pourquoi un hispanophone, dans la pratique quotidienne, respecte ou ne respecte pas la « concordance des temps » des grammairiens, c’est lui offrir l’occasion de s’interroger sur le bien-fondé des outils conceptuels dont il se sert. Cette remise en cause est celle qui structure les contributions de Gabrielle Le Tallec-Lloret et Gilles Luquet. Gabrielle Le Tallec-Lloret, dans ses analyses, fait ressortir qu’avant de s’interroger sur la concordance ou la non-concordance des temps verbaux d’une phrase espagnole, il faut prendre la précaution de distinguer les « temps » dont on parle et distinguer notamment le « temps linguistique », associé en langue à une forme verbale, et le « temps d’événement » que cette forme permet d’exprimer dans un énoncé. En l’absence d’une définition préalable de ce qu’est le représenté temporel des formes du verbe espagnol, il est vain d’essayer de savoir si la syntaxe des phrases espagnoles complexes implique – ou n’implique pas – le respect d’une certaine forme de « concordance des temps ». Il y a plutôt lieu de penser que c’est parce que ce signifié temporel n’est pas décrit de façon satisfaisante que l’on présente parfois comme une « règle » de concordance ce qui n’en est pas une. En syntaxe espagnole, le verbe d’une proposition subordonnée ne se présente pas sous une forme qui dépend obligatoirement de celle d’un verbe subordonnant. Il se présente sous la forme que choisit un locuteur en fonction de ce qu’il cherche à actualiser ou à inactualiser – c’est une première opposition possible – et, le cas échéant, en fonction de la façon dont il veut inactualiser ce qu’il exprime. Gilles Luquet, pour sa part, s’intéresse aux énoncés dans lesquels la relation qui s’établit entre un verbe subordonnant et un verbe subordonné est sémantiquement telle que c’est la réalisation de ce qu’exprime le second qui conditionne ce qu’exprime le premier. Il s’intéresse en particulier aux structures conditionnelles dans lesquelles la concordance des « temps » décrite par les grammairiens va de pair avec une curieuse non-concordance des modes auxquels ces temps appartiennent et il fait ressortir que ces cas de non-concordance ne sont que des conséquences obligées de ce qu’est la théorie des modes et temps verbaux sur laquelle on prend appui pour en poser l’existence. Le choix d’une théorie autre que celle de la tradition grammaticale permet de voir en fait que les structures conditionnelles espagnoles, sous leur forme canonique actuelle, se construisent sur un modèle caractérisé par une concordance modale parfaite et que les cas de non-concordance qui existaient dans la langue médiévale et classique ont disparu.

7La « concordance des temps » ne serait-elle donc qu’un faux problème ? Ne serait-elle, au mieux, qu’une utopie de grammairien ? C’est pour apporter un début de réponse à cette question que certains des chercheurs invités au colloque se sont interrogés sur ce qui fait que de nombreux auteurs et historiographes du Moyen Âge espagnol ont été soumis, eux aussi, à la tentation de faire « concorder les temps ». Pas les « temps » grammaticaux dont ils faisaient usage dans leur discours, bien sûr, mais ceux de la dimension dans laquelle s’inscrit leur activité créatrice et ceux, plus généralement, que leur offre l’Histoire, réelle ou supposée, fictive ou manipulée, qui occupe une place importante dans leur discours. Une Histoire dont l’origine et la finalité se comprennent dans le contexte éminemment religieux propre à l’époque, celui dans lequel l’homme aspire à un au-delà du temps lié à la promesse d’une éternité bienheureuse. Faire concorder le temps du divin et le temps de l’humain, n’est-ce pas, du reste, ce à quoi invite le Christ, figure centrale des Évangiles, lorsque, s’adressant à ses disciples, il leur dit : « Vous ferez cela en mémoire de moi » ? Ce que fondent ces mots est en effet une pratique qui vaut essentiellement par les actualisations auxquelles elle invite, et on peut se demander, par exemple, comment un poète tel que Gonzalo de Berceo actualise, dans la première moitié du xiiisiècle, certains épisodes – universels ou locaux – de l’histoire sacrée. C’est ce que fait Olivier Biaggini qui, dans l’œuvre de ce poète, ramène les procédés rhétoriques permettant cette actualisation à deux grands principes de « concordance temporelle » – la généalogie et l’analogie – et à une pratique transgressive de la « fusion des temps ». Les récits de miracle font coïncider le temps de l’homme et le temps de Dieu et le témoin de ces miracles – auteur ou simple transcripteur – est le garant de cette « concordance » incessamment renouvelée.

8Dans un autre registre, celui des textes cancioneriles du xve siècle espagnol, l’observation des concordances et des discordances qui s’établissent entre les vers et les mélodies qu’on leur associe – les concordances et les discordances qui existent entre le tempo des poèmes et celui de leur version chantée – conduit à considérer l’impossible concordance des « temps » – ou, à l’inverse, leur concordance trop parfaite – comme la métaphore de la souffrance amoureuse et l’expression même de la poésie (Virginie Dumanoir).

9Mais la « concordance des temps » qui s’instaure dans l’instant privilégié de l’écriture est aussi un thème qui a inspiré de nombreux jeux aux poètes du Moyen Âge et, notamment, celui des questions et des réponses. D’une élaboration qui peut être extrêmement complexe, ce type de jeu met en cause une chronologie parfois différente de la simple succession questionréponse ; la question peut renvoyer à un débat antérieur, la réponse également, il peut y avoir plusieurs réponses, qui ouvrent toutes leur propre espace temporel… Les poètes ne gardent pas toujours la trace fidèle de tous ces échanges, et la « concordance » ou la « non-concordance » entre le temps de celui qui pose la question et le temps de celui qui se prépare à y répondre peut faire l’objet de manipulations diverses (Antonio Chas).

10Manipuler le temps – pour essayer de faire « concorder » le présent avec une certaine image du passé –, c’est en fait une pratique assez fréquente dans les documents du Moyen Âge espagnol, une pratique dont les effets les plus évidents s’observent dans la production épique et historiographique de l’époque. Dans l’élaboration de la légende du Cid, par exemple, il est difficile de ne pas voir que l’image du héros qu’impose le Cantar de Mio Cid dans les premières années du xiiie siècle concorde certes avec celle d’une tradition antérieure, mais qu’elle en diffère aussi en bien des points et que de telles « discordances » ne sont pas gratuites. Elles s’expliquent par la transmission, vers l’intérieur de la Castille, d’une tradition engendrée plus au nord, mais elles prennent surtout leur sens, aux yeux d’Óscar Martín, à la lumière du rapprochement des monarchies castillane et navarraise à la fin du xiie siècle. On observe même, à la limite, que lorsque le passé historique ne suffit pas à légitimer le présent, un auteur du Moyen Âge n’hésite pas à superposer au temps de l’histoire celui, plus facile à manipuler, des prophéties. C’est ce que fait par exemple, à la fin du xive siècle, le chroniqueur Pero López de Ayala pour relater la fin tragique de Pierre le Cruel. Lorsque, curieusement, il fait état d’une prophétie de Merlin dont le roi aurait confié l’interprétation à un sage de Grenade, il ne fait que suggérer, en jouant avec les temps de cette révélation, que le sort du roi – le sort de celui qu’il avait lui-même trahi – était scellé depuis longtemps. Le présent historique lui paraît de la sorte « concorder » parfaitement avec une certaine représentation issue du passé : il est tout simplement légitimé.

11Il apparaît, au bout du compte, qu’aspirer à une certaine « concordance des temps », que ce soit pour décrire une langue ou pour bâtir un discours de type littéraire ou historiographique, ce n’est qu’essayer d’avoir prise sur des objets dont les rapports au temps donnent lieu à des agencements assez largement discordants. Et donc dérangeants.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540