Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La concordance des temps

 | 
Gilles Luquet

Approches littéraires et historiographiques

Les prophéties dans la chronique de Pierre Ier de López de Ayala : respect et manipulation du temps

Jean-Pierre Jardin

Résumé

Las profecías de Merlín constituyen de por sí un género literario, por lo diversas y ricas de significados que resultan ser sus múltiples reescrituras desde el siglo XII. En esta comunicación, nos interesamos por la utilización que hace de ellas, a finales del siglo XIV, el cronista castellano Pero López de Ayala a la hora de relatar la muerte trágica de Pedro el Cruel. Introduciendo el autor en su crónica el comentario aclarador que un sabio granadino sin duda ficticio teje en torno a una profecía de Merlín que se supone le remitió el propio soberano, logra sugerir, jugando con los tiempos de la profecía (futuro hipotético que sólo adquiere verdad cuando se convierte en pasado), que la suerte del rey —al que él también traicionó— estaba sellada desde siempre. Sólo Dios, cambiando el corazón del soberano, podía haberle evitado —quizás— el destino que le había profetizado el gran Merlín.

Texte intégral

Quand une coze est aperte, n’y a mestier de senefiance.
(Pseudo Robert de Boron, Livre de Joseph)

  • 1 Voir à ce sujet R. Trachsler (éd.), 2007, Moult obscures paroles. Études sur la prophétie médiévale(...)
  • 2 I. Rousseau, « Prophétie et réécriture de l’histoire dans les vaticinations de Merlin à Maître Anto (...)

1La figure du prophète médiéval1 est issue de sources multiples ; l’Ancien Testament, tout d’abord, où les prophètes sont les porte-parole d’une divinité qui ne communique pas directement avec les hommes, mais aussi l’Antiquité gréco-latine et, en dernière instance, les cultures païennes ayant survécu, essentiellement à la périphérie de l’Empire, à la double uniformisation romaine et chrétienne. La plus connue de ces figures de prophètes est certainement Merlin, qui concurrence largement le « philosophe » Sydrac, personnage composite dont nous reparlerons, créé de toutes pièces à partir de figures de l’Ancien Testament – un ami de Daniel, autre prophète bien connu, et le siracide. Merlin est issu d’une mythologie en grande partie perdue, celle des peuples celtes, mais il a fait une entrée en force dans la littérature occidentale au xiie siècle, à travers les œuvres du chroniqueur Geoffroy de Monmouth. Celui-ci a mis en scène le devin dans son Historia Regum Britanniae avant de s’intéresser plus longuement à ce personnage mi-homme mi-démon dans la Vita Merlini, texte légèrement postérieur au précédent. Dans ces deux œuvres, on retrouve des « prophéties » rédigées dans une langue complexe, difficilement compréhensible, marquée notamment par la parataxe. Cette complexité a eu pour effet l’abandon de ces prophéties par le premier des traducteurs de Monmouth dans une langue romane, le Normand Wace, qui justifie cet abandon par son incapacité à commenter un texte incompréhensible. Pourtant, très vite, les auteurs, les lecteurs et les copistes des ouvrages issus de l’œuvre de Monmouth ont ressenti un vide dans la traduction (translation serait sans doute plus exact, et plus encore adaptation) de Wace, qu’ils se sont employés à combler. Un certain nombre de manuscrits de l’œuvre du Normand ont réintroduit des prophéties dans son texte, prophéties plus ou moins librement inspirées de celles que l’on trouvait chez Monmouth. De la même façon, des traductions françaises de ce dernier, comme au moins l’un des manuscrits conservés de l’œuvre en prose attribuée à Robert de Boron, ont proposé des prophéties originales interpolées dans les textes qu’ils traduisaient ou adaptaient. Dans le cas du manuscrit parisien de la version connue comme Didot-Perceval de l’œuvre attribuée à Boron, il a été démontré que ces prophéties modifiaient considérablement le texte latin de Monmouth et introduisaient une dimension pro-anglaise qui ne pouvait s’expliquer que dans le cadre des luttes opposant au début du xive siècle le roi Édouard Ier au roi de France et aux Écossais, dont les troupes venaient de remporter la victoire du pont de Stirling. Ces réécritures des prophéties de Merlin ont démontré que ce genre de littérature (dans leur version latine, ces prophéties ont circulé indépendamment des autres textes consacrés au prophète) avait une vie et une signification propres. C’est ce que confirme leur adaptation dans le contexte hispanique, au sein de la littérature arthurienne (Demanda do Santo Grial portugaise, Demanda del Santo Grial espagnole, Baladro del sabio Merlín) mais aussi hors de celle-ci, dans des œuvres historiographiques (des chroniques). La première mention de prophéties de Merlin dans un contexte historiographique se trouve dans le Poema de Alfonso Onceno, à deux reprises dans le texte, d’abord pour justifier la mort de Jean le Contrefait, puis après le récit du siège de Tarifa, pour annoncer la victoire du Salado. Ces « prophéties de Merlin à maître Antoine » seront actualisées et réutilisées dans le Baladro – à côté de prophéties plus « orthodoxes » – pour justifier le changement dynastique de 13692.

Le Merlin de Pero López de Ayala

2Ce changement dynastique a donné lieu à une autre appropriation de Merlin et de son œuvre supposée. C’est cette dernière utilisation des prophéties qui nous intéresse ici, à travers l’œuvre de Pero López de Ayala (1332-1407), grand chancelier du royaume de Castille sous le règne de Jean Ier et auteur d’une série de chroniques consacrées à Pierre Ier, qu’il avait servi avant de le trahir en 1366, à Henri II, son demi-frère et assassin, à Jean Ier – le vaincu d’Aljubarrota, où López de Ayala sera fait prisonnier – et à Henri III – cette dernière chronique restera inachevée du fait de la mort de son auteur. Il serait trop long de rappeler ici ce que furent la vie et l’œuvre du chancelier, considéré par certains comme l’un des premiers humanistes de Castille, ce qui peut sembler excessif, et par d’autres, de façon moins discutable, comme une figure exceptionnelle annonçant l’humanisme sans toutefois s’y rattacher directement.

3C’est dans la chronique de Pierre Ier, ou dans la première partie de ce que certains chercheurs considèrent comme une chronique des fils d’Alphonse XI, que le chancelier a introduit une version des prophéties de Merlin adaptée à ce qui faisait le fond de son récit (la guerre civile et fratricide opposant Pierre et Henri), et plus précisément au chapitre trois de la dernière année du règne de Pierre le Cruel, c’est-à-dire à un moment où ce dernier se trouve abandonné de tous ou presque et en tout cas de son futur chroniqueur et de son père, passés à l’ennemi dès 1366.

4C’est peut-être d’ailleurs pourquoi ces prophéties se trouvent insérées dans une lettre adressée au roi par un sage doublement étranger, puisqu’il est grenadin et donc musulman, lettre que l’on aurait retrouvée dans les coffres du souverain après sa mort, s’il faut en croire le titre que le chroniqueur donne à ce chapitre :

  • 3 « De otra carta que el moro de Granada sabidor, que decían Benahatín, envió al rey don Pedro quando (...)

Sur une autre lettre que le sage musulman de Grenade que l’on appelait Benahatín envoya au roi Pierre quand il sut qu’il allait secourir Tolède, dont on dit qu’elle fut trouvée dans les coffres du trésor du roi Pierre après son assassinat à Montiel (notre traduction)3.

  • 4 M. Garcia, 1982, Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid, Alhambra, p. 182. La deuxième let (...)

5Sur cette mystérieuse correspondance entre le sage grenadin et le souverain castillan (correspondance à sens unique, d’ailleurs, puisqu’il n’existe pas de trace des lettres du roi), il convient de signaler qu’elle ne se limite pas à cette seule lettre : comme le rappelle le paragraphe introducteur du chapitre de la chronique, c’est la seconde fois que le Maure écrit à Pierre. La première fois remonte à 1367, au lendemain de la bataille de Nájera qui a été une victoire du souverain, aidé des Anglais (et une défaite de Pero López de Ayala, qui était déjà dans le camp adverse et qui est fait prisonnier à cette occasion). Dans ce premier cas, la lettre du musulman est un programme de gouvernement dont le rôle est évidemment de souligner les erreurs de Pierre, qui va très vite dilapider les chances de reconquête de son royaume et du cœur de ses sujets qui s’ouvraient à lui après cette victoire. Michel Garcia note le caractère cynique des conseils du pseudo-Benahatín, passablement surprenant dans un texte de cet ordre4. Toujours est-il que nous pouvons noter que les interventions du « sage grenadin » s’inscrivent toujours dans un contexte de crise et sont destinées à dépasser précisément ce contexte difficile. En 1367, Benahatín avait choisi la forme du conseil ; en 1369, il privilégie la prophétie.

6Encore faut-il s’entendre lorsque l’on parle de ce personnage : Benahatín est en effet un personnage de fiction, une créature de Pero López de Ayala dans lequel on peut considérer que le chroniqueur se projette. Mais ce personnage fictionnel a un fondement historique : le grand vizir Ibn al-Jatib, personnage tout puissant à la cour de Grenade qui finira exécuté sur ordre du sultan (trajectoire vitale assez courante au demeurant). Un manuscrit parisien conserve une version des lettres de ce mystérieux Benahatín dont le contenu diffère sensiblement de celui publié dans la chronique ; on pourrait bien sûr imaginer que ces lettres représentent un souvenir d’un texte original aujourd’hui perdu, mais il semble établi que nous sommes en présence d’un jeu de réécriture de la part de López de Ayala comparable à celui de l’ensemble de la chronique (une première version dite, de façon illogique, « abrégée » a précédé la version publiée et pour cette raison connue comme « populaire [vulgar] »), avec cette interrogation non encore résolue : s’il existe bien une version « abrégée » des lettres, celle-ci n’a jamais été incluse dans la version de la chronique du même nom, contrairement à ce qui se passe avec la version remaniée. Toujours est-il qu’avec le couple Benahatín/Pierre, nous sommes face à une reproduction, dans le cadre de la chronique d’Ayala, du couple Merlin/Arthur (on notera d’ailleurs comment le nom du musulman a été déformé de façon à faire de lui un proche parent du sage breton). Que Benahatín ne parvienne pas à sauver Pierre Ier ne fait qu’accentuer le rapprochement : malgré toute sa sagesse, Merlin non plus n’est pas parvenu à sauvegarder le royaume d’Arthur. Il ne faut cependant pas aller trop loin dans cette voie : le dernier des souhaits de López de Ayala a certainement été de voir en Pierre un Arthur redivivus, susceptible de revenir régner sur la Castille !

7L’invention de Benahatín est un premier masque derrière lequel se cache Pero López pour mieux condamner le souverain qu’il a abandonné de nombreuses années auparavant. Mais elle n’est pas le seul : si le sage grenadin (qui se qualifie humblement de « petit philosophe » quand le chroniqueur parle au contraire, dans son paragraphe introducteur, de « grand sage et philosophe ») est bien l’auteur du commentaire de Merlin qui occupe une grande partie du chapitre, les prophéties elles-mêmes sont présentées comme le contenu d’un livre qui était en possession du souverain castillan et qui est totalement étranger – le chroniqueur veille à la vraisemblance – au monde culturel du sage :

  • 5 « Pedísteme que por industria del mi saber, con grand diligencia e acucia de grand estudio, otrosí (...)

Tu m’as demandé de te faire savoir, par l’industrie de mon savoir, en me livrant à de grandes études avec grande diligence et grand empressement, en y mettant la même intelligence que celle que j’ai toujours mise, selon toi, dans le traitement de tes affaires, de quelle façon tu pourras connaître par un savoir certain une sentence de prophétie, dont tu dis qu’elle fut trouvée parmi les livres et les prophéties écrits, dis-tu, par Merlin : et les paroles de cette sentence, d’après les termes dans lesquels je l’ai reçue, sont les suivantes (notre traduction)5.

8On notera que si les demandes du roi sont placées dans un passé révolu au moment où le sage lui écrit (« pedísteme »), comme l’écriture du livre de Merlin (Merlin est un prophète qui a pris soin de noter ou de faire noter ses paroles, notamment par Blaise et par maître Antoine), le résultat souhaité par le souverain, extrêmement concret (palpar ou apalpar signifie « connaître une chose aussi clairement que si l’on pouvait la toucher ») se situe, lui, dans le futur (« podrás »). La prophétie, comme la poésie, est une arme chargée de futur. Mais le discours prophétique, qui est certes un discours de type historique mais concernant un futur indéterminé et hypothétique, ne devient efficace que lorsqu’il est complété, comme ici, par un commentaire dont le rôle est de rendre effectif ce qui n’était qu’un horizon d’attente, et de fixer la prophétie dans une temporalité cette fois bien définie, dans un passé, un présent ou, tout au plus, dans un futur proche et parfaitement déterminé. Le texte d’Ayala est de ce point de vue particulièrement éclairant.

9La prophétie de Merlin tient en fait en peu de lignes, et on peut la citer in extenso ici :

  • 6 « En las partidas de occidente entre los montes e la mar nascerá una ave negra, comedora, e robador (...)

Dans les parties d’Occident, entre les montagnes et la mer, naîtra un oiseau noir, grand mangeur et prédateur, et tel qu’il voudrait accueillir en lui tous les rayons de miel du monde, et qu’il voudra mettre en son estomac tout l’or du monde ; et il en aura une indigestion et il fera demi-tour, et il ne périra pas immédiatement de cette maladie. Et il [Merlin] en dit plus : ses ailes tomberont et ses plumes sècheront au soleil, et il ira de porte en porte et personne ne voudra l’accueillir, et il ira s’enfermer dans une forêt, et il y mourra deux fois, une fois au monde et l’autre aux yeux de Dieu, et il finira ainsi (notre traduction)6.

  • 7 S. Roubaud rappelle dans son article « La prophétie merlinienne en Espagne : des rois de Grande-Bre (...)

10Le sens général de cette prophétie est clair – d’autant plus qu’il s’agit en fait d’une prophetia ex eventu7 –, et il a été étudié par de nombreux auteurs, depuis Bohigas dans les années quarante jusqu’à Sylvia Roubaud il y a seulement quelques années. Celle-ci a souligné qu’elle sert surtout à « fustige[r] sévèrement la cupidité du roi », ajoutant :

  • 8 Ibid., p. 168. L’image de l’oiseau déplumé proviendrait de saint Grégoire.

C’est à cause d’elle que Pierre, l’oiseau funèbre et gorgé d’or de la prophétie, perd peu à peu son plumage, c’est-à-dire le soutien de ses vassaux, et trouve la mort, abandonné des siens, au cœur d’une sombre forêt8.

11Cette condamnation est d’autant plus sévère que la cupidité, pour López de Ayala qui se situe dans la ligne de saint Paul, est la racine de tous les maux : c’est ce qu’il exprime notamment dans son Rimado de Palacio. Il n’est nul besoin d’être un spécialiste de l’Espagne médiévale ou de lire les détails du commentaire du sage Benahatín pour comprendre que

  • 9 Ibid., p. 167-168.

Ces lugubres pronostics […] renvoient à la terrible fin du roi Pierre, attiré dans un piège et assassiné par son demi-frère bâtard, Henri de Trastamare, qui se hâtera de lui succéder sur le trône de Castille. Le chancelier les a assortis d’un commentaire destiné à noircir l’image du monarque afin de rendre le régicide admissible et de légitimer ainsi, indirectement, l’accession au pouvoir de l’usurpateur, c’est-à-dire l’établissement de la nouvelle dynastie9.

  • 10 Il lui arrive même de succomber à la nostalgie d’un âge d’or disparu, lorsqu’il oppose le règne d’A (...)
  • 11 P. López de Ayala, Crónica de don Pedro, p. 420 : « de lo cual creo que eres bien sabidor, magüer p (...)

12La place qu’occupent ces prophéties merliniennes et leur interprétation conduit cependant à un jeu sur les temps dans le commentaire de Benahatín, car si la majeure partie des actions ayant conduit le roi dans l’impasse où il se trouve se situent avant la rédaction supposée de la lettre, la fin tragique du souverain, elle, se trouve forcément dans le futur par rapport à cette même lettre. C’est ce que fait valoir le sage grenadin, en insistant sur les difficultés qu’il a eues à interpréter la partie de la prophétie de Merlin qui annonce des événements situés encore dans le futur. Alors que pour commenter tous les éléments de la prophétie qui renvoient à la cupidité du souverain, le Grenadin utilise le passé ou le présent10, assortissant ses attaques – car c’est bien de cela qu’il s’agit – de prudentes réserves liées à sa méconnaissance des sentiments intimes du souverain11, c’est bien le futur qui est utilisé au moment où le texte de la lettre aborde les derniers « sesos » du texte merlinien (c’est en effet par ce terme qui, dans une acception aujourd’hui désuète, désigne selon le DRAE la « signification des mots et des ensembles de mots » que le sage désigne les subdivisions du texte qu’il commente, dans une méthode d’exégèse étonnamment moderne), dans l’interprétation du cinquième de ces sesos (les faits sont là, ils sont indiscutables, mais la lecture qui en est faite par Benahatín à la lumière de la prophétie est hypothétique) et plus encore dans l’analyse du huitième et dernier, sur lequel nous reviendrons plus loin. Le contraste entre les affirmations auxquelles donnent lieu les premiers sesos et la projection dans le futur – proche – qui marque l’interprétation du cinquième est on ne peut plus clair :

  • 12 « Quanto más que es manifiesto que tú eres el rey que la profecía dice que nascerá entre los montes (...)

D’autant plus qu’il est manifeste que tu es le roi dont la prophétie dit qu’il naîtra entre les montagnes et la mer ; en effet, tu es né dans la ville de Burgos, d’après ce que j’ai compris, et l’on peut bien dire que c’est en une telle région […]. Il dit plus loin que cet oiseau ainsi né, sera mangeur et prédateur. Roi, sache que les rois qui mangent les avoirs et les biens et les revenus qui ne leur sont pas dus, ceux-là sont appelés mangeurs et prédateurs. Eh bien, si tu manges et dépenses ce qui, de tes revenus propres, est convenable à ta seigneurie, toi seul le sais ; mais ta réputation est contraire, car l’on dit que tu prends les biens et les propriétés de tes vassaux naturels et des autres, où que tu les puisses avoir […]. Après cela vient également la phrase où il est dit qu’il souffrira d’indigestion. […] Et puisque tu amasses de cette façon des trésors avec une cupidité désordonnée, je tiens qu’il t’arrivera la même chose […] d’où te viendra cette maladie que l’on dit que mentionne Merlin dans ce cinquième point de sa prophétie, et il ne sera trouvé aucun remède à celle-ci (notre traduction)12.

13Il est très clair que Benahatín passe, à ce moment-là de son commentaire, de l’exposition de faits avérés (introduits dans son discours par des expressions telles que « es manifiesto que », ou « rey, sabe que ») à une interprétation hypothétique de la prophétie à partir de ce qui en a déjà été réalisé (ce qu’il introduit par un prudent « tengo que »). Le ton, même s’il est toujours étonnamment critique vis-à-vis du souverain, se montre plus prudent dans les conclusions qui sont tirées du texte de Merlin. Dans l’analyse du sixième seso, Benahatín sépare clairement l’explicitation du texte (les plumes de l’oiseau désignent les vassaux du roi, qui l’ont presque tous abandonné) de la signification de ce fait pour le futur du souverain, pour laquelle le Grenadin maintient une réserve très relative :

  • 13 « […] por lo qual temo que la profecía quiere cerrar en ti de grado en grado, siguiendo su esecució (...)

[…] ce pour quoi je crains que la prophétie veuille se refermer sur toi de degré en degré, suivant son exécution : car en toi il n’y a plus d’ailes pour voler, ni de plumes avec lesquelles tu puisses embellir ta royale personne : ainsi, il ne semble pas exister en toi quelque possibilité de prendre ton envol sans lésion de ton corps, ou sans grand dommage pour ton état, car ceux qui te haïssent luttent contre toi avec hardiesse (notre traduction)13.

14Si l’on est ici en face d’une simple modalisation du discours, d’ailleurs abandonnée dans l’interprétation du septième seso, qui renvoie de nouveau à des faits qui, pour Benahatín, sont passés et indiscutables :

  • 14 « Rey, tú sabes lo que todos sabemos, que tan manifiesto es esto contra ti, que simple saber de qua (...)

Roi, tu sais ce que nous savons tous, car ceci est si manifeste contre toi que le simple savoir de n’importe quel homme peut en faire l’explication : car, par le diable, je tiens [pour certain] que ceux de ta seigneurie ne veulent pas t’accueillir, que cela te plaise ou non, dès lors qu’ils en ont la possibilité (notre traduction)14,

  • 15 « Rey, sabe que lo que a mí fue más grave, e el mayor afán que en esto tomé, fue por apurar el seso (...)
  • 16 Voir ibid., p. 419 : « e sin vandería nin sospecha fablaron [grandes sabios] en esta materia (como (...)

15en revanche, comme nous l’avons dit plus haut, le huitième seso, qui est celui qui contient l’annonce de la mort de l’oiseau gavé d’or dans une forêt hostile et celle de sa damnation éternelle, est traité par le sage grenadin avec la plus extrême prudence. Benahatín commence par mettre en avant le travail considérable que lui a coûté la mise au point de son commentaire : « Roi, sache que ce qui a été le plus difficile pour moi, et le plus grand effort que j’ai dû fournir en cette affaire, ce fut d’éclaircir le sens de ce vocable, lorsqu’il dit dans la forêt15 », avant d’expliquer que d’anciens ouvrages lui ont appris que le château de Montiel, au temps de la domination musulmane, s’était appelé « selva ». Avec cette découverte s’achève en fait le travail réalisé par le Maure de Grenade, qui prend soin de rappeler qu’il n’est pas un devin et que l’avenir est aux mains de Dieu – reprenant un point qu’il avait déjà évoqué au début de sa lettre, en guise d’avertissement au roi –16, remettant du même coup en cause le bien-fondé de son interprétation de la prophétie :

  • 17 « E si tú eres aquel rey que la profecía dice que ha de ser y encerrado luego, e ésta es la selva e (...)

Et si tu es ce roi dont la prophétie dit qu’il y sera bientôt enfermé, et si cet endroit est la forêt et le lieu de cet enfermement, d’après ce qu’écrit cette prophétie, où doivent se produire ces morts et tout ce que dit encore la prophétie, Dieu seul le sait, à Lui seul appartiennent de tels secrets […]. Et parce que le dernier point, dans lequel la prophétie se conclut par l’enfermement et la mort, tient plutôt de la divination que de l’aboutissement d’un savoir (ce qui doit être blâmé dans tout bon savoir), laisse son explication à Celui qui en a le pouvoir, car Il se la réserve dans ses secrets. Et veuille Dieu guider et corriger ta destinée, pour que les choses susdites n’aient pas lieu de réaliser sur ta personne l’exécution si effrayante qu’elles portent en elles (notre traduction)17.

16La lettre s’achève sur une dernière protestation d’humilité de Benahatín, qui s’en remet à plus savant que lui pour une éventuelle interprétation plus juste de la prophétie :

  • 18 « E me mandaste por tu carta que la verdad de esto non te fuese negada en aquello que el mi pobre s (...)

Et tu m’as ordonné dans ta lettre que la vérité de cela ne te soit pas déniée dans la mesure de ce que mon pauvre savoir peut atteindre, et je t’en parle selon ce que j’ai pu en comprendre ; mais non pour quelque autre certitude que je pourrais affirmer. Cependant, si à ta cour il est des hommes justes et savants à qui ces choses ne sont pas cachées, je me soumets au meilleur jugement et à la correction de leur savoir (notre traduction)18.

  • 19 E. Ruhe, « L’invention d’un prophète. Le Livre de Sydrac », in : Trachsler, R., Moult obscures paro (...)
  • 20 L’attitude bienveillante ou résignée de Pierre face à cet astrologue — plus exposé à la colère roya (...)

17La fin de cette lettre appelle quelques commentaires : d’une part, le refus de Benahatín de se reconnaître devin n’est pas sans évoquer l’insistance suspecte avec laquelle, en France, une figure comme celle de Sydrac est qualifiée de philosophe et non de prophète (« et por ce que il fu phillosophe, ne fu mis au renc de prophetes »), malgré sa capacité à tout prophetare19. Dans ce dernier cas, il s’agissait de créer un anti-Merlin inattaquable du point de vue de l’orthodoxie chrétienne (Merlin est tout de même un fils de démon assez peu fréquentable) ; dans le cas espagnol, sans en arriver à ces extrémités, il s’agit de bien distinguer l’activité de commentateur ou exégète de Benahatín, contemporain du souverain qui l’interroge et donc aussi des lecteurs de la chronique, de celle de prophète ou devin attribuée à Merlin, dans un passé révolu et quasi mythique. D’autre part, même si le personnage de Benahatín est une création de Pero López de Ayala, il y a sans doute un fond de vérité dans l’inquiétude exprimée par Pierre Ier face à son destin : la preuve en est qu’on la retrouve dans d’autres textes : dans la chronique dite du grand dépensier de la reine, le roi interroge l’un de ses astrologues – juif, celui-là, et dont l’existence historique est prouvée – sur le cours qu’a pris sa vie alors même que ses astrologues lui avaient prédit un règne brillant devant culminer avec la prise de Jérusalem ; l’astrologue, à travers une analogie (le roi est semblable à un homme qui prendrait un bain chaud par jour de grand froid et s’étonnerait de transpirer), parvient à faire accepter son sort au roi Cruel20 ; dans la refonte de cette même chronique, il est fait mention de la peur ressentie par le souverain lorsqu’il s’aperçoit, à Montiel, qu’il est logé dans la tour de l’étoile, car c’est dans un lieu portant ce nom qu’il doit mourir :

  • 21 « E llegando a ojo del castillo de Montiel

Et dès qu’il arriva en vue du château de Montiel, il lui vint un message du gouverneur l’assurant qu’il l’y accueillerait, bien que cela lui fût défendu par le grand maître de Saint-Jacques, son seigneur, à qui appartenait ledit château. Et il poursuivit et entra dans ledit château et s’en empara, bien qu’il fût petit, ainsi que de la ville, lui et tous les siens, mais il vit un écriteau en lettres gothiques sur une pierre qui était dans le donjon dudit château, qui disait : « Cette tour s’appelle la Tour de l’Étoile » ; et quand il le lut, il se vit perdu, car de grands astrologues lui avaient souvent dit qu’il devait mourir dans la tour de l’étoile (notre traduction)21.

18Dans notre texte, la lettre du sage Benahatín exprime d’ailleurs ouvertement, dès avant de présenter son interprétation de la prophétie, l’importance que le souverain a donnée à l’élaboration de celle-ci, qui touche à une question de vie ou de mort :

  • 22 « Rey alto: rogásteme (ca todo es en tu poder, rogar e mandar) que yo pensaría quán grave era, o po (...)

Altesse : tu m’as prié (car tout est en ton pouvoir, prier comme ordonner) de penser combien était important, ou pourrait l’être, selon le besoin dans lequel tu te trouves, le grand désir que tu as d’être assuré de l’entendement de cette prophétie, et en quelle manière tu pourras en être connaisseur : et au nom de l’amitié et du lien de servitude que j’ai envers ta grâce, de prendre sur moi et d’assumer la plus grande partie possible de cette inquiétude qui est tienne, pour que grâce au plaisir de l’explication que tu reçois de mes paroles, tu retrouves la confiance nécessaire pour endurer ce qui est à venir (notre traduction)22.

19Ces textes prouvent s’il en était besoin que le genre de la prophétie a été largement cultivé en Castille aux xive et xve siècles dans les cercles proches du pouvoir royal, ce que confirme encore la phrase sarcastique avec laquelle Gutierre Díaz de Games condamne ces pratiques dans le Victorial à travers les conseils que le futur comte de Buelna est supposé recevoir de son précepteur, qui le met vigoureusement en garde contre les prophètes et devins :

  • 23 « Guardadvos: non creades falsas profezías ni ayades fiuzia en ellas, ansí como son las de Merlín e (...)

Prenez garde : ne croyez pas les fausses prophéties ni n’ayez confiance en elles, telles que celles de Merlin et d’autres […]. Et si vous observez bien, dès que vient un roi nouveau, aussitôt on fait un Merlin nouveau. On dit que ce roi doit passer la mer et détruire tous les Maures et gagner la ville sainte et finir empereur. Et nous voyons ensuite que tout se fait comme il plaît à Dieu. C’est ce que l’on a dit des rois passés et c’est ce que l’on dira de ceux qui sont à venir (notre traduction)23.

Prophétie et chronique : le cadre temporel

20Précisément, il convient à présent de rappeler que le commentaire de Benahatín, que nous avons longuement commenté, nous est présenté dans le cadre d’un chapitre d’une chronique rédigée une vingtaine d’années après les événements qu’elle relate. La lettre du sage grenadin et son commentaire sont probablement dus à la même plume que tous les chapitres qui les entourent, celle de Pero López de Ayala. Cette situation a des conséquences sur la signification prise par la prophétie et son dévoilement, nous les avons déjà évoquées, elle en a aussi sur la structure temporelle à l’œuvre dans ce chapitre si caractéristique, et en même temps si singulier, de l’ouvrage du grand chancelier.

21Si l’on reprend les éléments qui forment cette lecture prophétique ou pseudo-prophétique de l’histoire du règne de Pierre Ier, il apparaît que ceux-ci s’articulent autour de trois époques nettement différenciées, caractérisées par des temporalités différentes et trois « autorités » dont une seule, en fait, prend en charge l’ensemble de l’édifice complexe du chapitre.

22Au commencement, il y a la prophétie, portée par l’autorité de Merlin, qui garantit, de par son prestige de devin et de prophète, la véracité de ces paroles obscures. La prophétie ne prend son sens qu’une fois qu’elle a été comprise, interprétée et commentée, mais elle est vraie, Merlin nous l’assure. À ce texte fondateur du chapitre est associée une temporalité très imprécise : les paroles de Merlin furent prononcées et notées dans un passé lointain, perdu dans les brumes du mythe, au point que l’on n’est plus très sûr que le compagnon d’Arthur en soit le véritable auteur : en fait, s’il faut en croire la lettre de Benahatín, c’est le roi, depuis son présent, qui authentifie le texte (« tu dis qu’elle fut trouvée parmi les livres et les prophéties écrites, dis-tu, par Merlin », voir plus haut) ; elles concernent, comme toute prophétie, un futur indéterminé (quand ce futur virtuel deviendra présent ou passé – ce qui arrive en Castille en 1369 –, la prophétie cesse d’être, du moins avec ce statut).

23Après la prophétie vient le commentaire qui va l’éclairer et la rendre opérante, sous forme d’avertissement à prendre très au sérieux (la question de savoir si la prophétie annonce un futur auquel on ne peut échapper ou si elle met en garde contre un futur possible est posée dans notre texte, mais elle ne peut être tranchée par un entendement humain). Ce commentaire, infiniment plus long que la prophétie elle-même, est placé sous l’autorité de Benahatín, dont on sait peu de choses – uniquement ce que veut bien nous en dire le chroniqueur : c’est un sage et un philosophe (mais pas un devin !) vivant à Grenade près du sultan dont il est un proche conseiller. On a cette fois une temporalité très précise, qui va de pair avec la précision du cadre géographique : le sage adresse sa lettre au roi de Castille lorsqu’il apprend que celui-ci quitte Séville pour Tolède assiégée, dans les premiers mois de l’année 1369. La prophétie de Merlin n’étant pas encore accomplie, la lettre de Benahatín est supposée pouvoir sauver le souverain, le détourner de son triste destin, à condition que celui-ci ne se laisse pas guider par ses passions. Bien sûr, il s’agit là d’un artifice créé de toute pièce par le chroniqueur, qui sait pertinemment, au moment où il rédige sa chronique, que cette lettre, si elle a jamais existé, n’a eu aucun effet.

  • 24 « E por ende de aquí adelante yo, Pero López de Ayala, con el ayuda de Dios, lo entiendo continuar (...)

24Et nous en arrivons au texte que nous avons sous les yeux, qui n’est pas la lettre du sage grenadin, mais sa copie dans une chronique rédigée une vingtaine d’années plus tard. Cette fois, le temps est passé, la prophétie s’est accomplie, et la lettre de Benahatín n’est plus que le témoignage tendant à prouver que les choses auraient pu être différentes. C’est du moins ce que nous persuade de croire l’autorité suprême qui prend en charge, en fait, la totalité du contenu du chapitre, conformément à l’affirmation orgueilleuse (et nouvelle à l’époque en Castille) qui ouvre le prologue de la chronique : « Et c’est pourquoi désormais moi, Pero López de Ayala, avec l’aide de Dieu, j’entends poursuivre [cette entreprise] de la façon la plus véridique possible (notre traduction). »24

25C’est en fait Pero López qui se porte garant de l’existence d’une prophétie de Merlin concernant le roi Pierre Ier, c’est encore lui qui se porte garant de l’existence d’un commentaire de cette prophétie par un sage de Grenade, et plus encore, c’est lui qui se porte garant de l’exactitude de cette interprétation de la prophétie, puisque c’est dans sa chronique qu’il y a adéquation entre l’exégèse de Benahatín et les faits qui marquent la fin du règne de Pierre le Cruel. Sans la chronique de Pero López, tant la prophétie de Merlin que l’explicitation de Benahatín resteraient ignorées des lecteurs (et pour cause, diront les mauvais esprits, qui les considèrent comme des créations issues de l’imagination du chroniqueur), et la dynastie Trastamare n’aurait pu bénéficier de la double légitimation que lui donnent ces textes : légitimation par Merlin, un homme qui savait prédire l’avenir et qui avait vu et annoncé la disparition du dernier souverain de l’ancienne dynastie (un peu comme Hercule avait « vu » et annoncé l’arrivée des musulmans sur le sol péninsulaire), et légitimation du fait que ce souverain, une fois mis en garde, n’a rien fait pour échapper à son destin – en supposant que cela fût possible.

26Le discours prophétique est une forme de discours historique qui a une logique qui lui est propre et qui repose sur une double temporalité : celle qui préside à l’énonciation de la prophétie et qui allie le présent ou le passé parfois lointain – à un futur indéterminé qui représente pour les auditeurs ou les lecteurs du texte un horizon d’attente, une espérance, et celle qui préside au dévoilement de la prophétie, qui renvoie au présent ou à un passé et/ou un futur toujours proche et parfaitement déterminés. Lorsque ce discours est récupéré par le discours historiographique traditionnel, qui est un discours axé sur le passé, proche ou lointain, il en résulte un échafaudage complexe, où s’entremêlent systèmes temporels et autorités complémentaires, où la prophétie devient paradoxalement un mode de vérification a posteriori de la bonne marche des événements (prophétie post eventum). C’est ainsi qu’ont fonctionné, en Castille, les prophéties placées sous l’autorité de Merlin lorsqu’elles ont été récupérées – ou inventées – par les chroniques. Dans la chronique de Pierre Ier, ce système fonctionne parfaitement, peut-être parce qu’il est pris en charge, en dernière instance, par un homme qui s’est clairement mis en avant, dès le prologue de son œuvre, comme garant de la véracité de tout ce qu’il rapporte ; la prophétie est ici mise au service d’un souverain fragilisé par ses origines bâtardes et par sa prise de pouvoir violente (marquée par un régicide qui est aussi un fratricide) et à celui de ses descendants, ainsi qu’à celui d’un homme, le chroniqueur, qui a bien besoin de se persuader et de persuader les autres que sa conduite, qui s’apparente clairement à une trahison, s’inscrivait depuis des temps immémoriaux dans une évolution politique inévitable : quelle meilleure caution de la légitimité de l’élimination de Pierre le Cruel et de l’arrivée au pouvoir de son demi-frère, propre à rassurer tous ceux qui se sont mis au service de ce dernier et ont contribué à son succès, que Merlin, cet ancien faiseur de rois qui fut aussi le plus grand des prophètes médiévaux ?

Bibliographie

Corpus

Díaz de Games, Gutierre, 1994 [entre 1435 et 1448], El Victorial, Beltrán Llavador, R. (éd.), Madrid, Taurus.

López de Ayala, Pero, 1991 [fin xive s.], Crónicas, Martín, J. L. (éd.), Barcelone, Planeta.

Travaux cités

Garcia, M., 1982, Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid, Alhambra.

Jardin, J.-P., 2006, La Suma de Reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon, première femme de Jean Ier de Castille. Étude et édition critique, Lyon, ENS LSH.

Roubaud, S., 2001, « La prophétie merlinienne en Espagne : des rois de Grande-Bretagne aux rois de Castille », in Redondo, A. (éd.), La prophétie comme arme de guerre des pouvoirs (XVe-XVIIe siècles), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 159-173.

Rousseau, I., 2001, « Prophétie et réécriture de l’histoire dans les vaticinations de Merlin à Maître Antoine », in Redondo, A. (éd.), La prophétie comme arme de guerre des pouvoirs (XVe-XVIIe siècles), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 175-190.

Ruhe, E., 2007, « L’invention d’un prophète. Le Livre de Sydrac », in Trachsler, R. (éd.), Moult obscures paroles. Études sur la prophétie médiévale, Paris, PUPS, p. 65-78.

Notes

1 Voir à ce sujet R. Trachsler (éd.), 2007, Moult obscures paroles. Études sur la prophétie médiévale, Paris, PUPS.

2 I. Rousseau, « Prophétie et réécriture de l’histoire dans les vaticinations de Merlin à Maître Antoine », in Redondo, A. (éd.), 2001, La prophétie comme arme de guerre des pouvoirs (XVe-XVIIe siècles), Paris, PSN, p. 175-190. Texte des prophéties entre les pages 177 et 180.

3 « De otra carta que el moro de Granada sabidor, que decían Benahatín, envió al rey don Pedro quando sopo que iba a socorrer a Toledo, la qual dicen que fue fallada en las arcas de la cámara del rey don Pedro después que fue muerto en Montiel. » (P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro primero de Castilla, in : Pero López de Ayala., Crónicas, éd. J. L. Martín, 1991, Barcelone, Planeta, año vigésimo, cap. III, p. 417).

4 M. Garcia, 1982, Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid, Alhambra, p. 182. La deuxième lettre est (rapidement) analysée p. 183-184.

5 « Pedísteme que por industria del mi saber, con grand diligencia e acucia de grand estudio, otrosí por manera de grand seso que en mí fallabas en tus negocios, que te ficiese saber en qué guisa podrás apalpar por verdadero saber un dicho de profecía, el qual dices que fue fallado entre los libros e profecías que dices que fizo Merlín: del qual las sus palabras, por los términos que yo lo rescebí, son éstas que se siguen. » (P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, p. 418)

6 « En las partidas de occidente entre los montes e la mar nascerá una ave negra, comedora, e robadora, e tal que todos los panares del mundo querría acoger en sí, e todo el oro del mundo querrá poner en su estómago; e después gomarlo ha e tornará atrás, e non perescerá luego por esta dolencia. E dice más, caérsele han las alas, e secársele han las plumas al sol, e andará de puerta en puerta, e ninguno la querrá acoger, e encerrarse ha en selva, e morirá y dos veces, una al mundo e otra ante Dios, e desta guisa acabará» (Loc. cit.)

7 S. Roubaud rappelle dans son article « La prophétie merlinienne en Espagne : des rois de Grande-Bretagne aux rois de Castille » que « la prophetia ex eventu, artifice qui consiste à prédire des événements déjà advenus en les projetant dans un futur éloigné, relève d’une tradition fort ancienne » (La prophétie comme arme de guerre, p. 161-162, note 8).

8 Ibid., p. 168. L’image de l’oiseau déplumé proviendrait de saint Grégoire.

9 Ibid., p. 167-168.

10 Il lui arrive même de succomber à la nostalgie d’un âge d’or disparu, lorsqu’il oppose le règne d’Alphonse XI (et les première années du règne de son successeur) à la situation de la Castille en 1369 (Crónica de don Pedro, p. 420), rendant clairement le roi responsable de cette dégradation (« e tú eres el accidente dello »).

11 P. López de Ayala, Crónica de don Pedro, p. 420 : « de lo cual creo que eres bien sabidor, magüer paresce que non curas dello ».

12 « Quanto más que es manifiesto que tú eres el rey que la profecía dice que nascerá entre los montes e la mar; ca el tu nascimiento fue en la cibdad de Burgos, segund que entendí, e bien puede ser dicho que es en tal comarca […]. Dice adelante que esta ave así nascida, que será comedora e robadora. Rey, sabe que los reyes que comen los averes e algos e rentas que a ellos non son debidos, son llamados estos tales comedores e robadores. Pues si tú comes e gastas de las tus rentas proprias a tu senorío convinientes, tú sólo lo sabes; mas la tu fama es contraria, ca diz que tomas los algos e bienes de tus naturales e non naturales, donde quier que los puedes aver […]. Otrosí se sigue empos desto do dice que lo gormará […]. E pues tú por estas guisas allegas tesoros con cobdicia desordenada, tengo que te avrá de contescer por esta misma forma […] por el qual verná en ti aquella dolencia que diz que pone Merlín en este quinto seso desta profecía, e non será fallado para ello remedio ninguno de sanidad. » (Ibid., p. 419-421)

13 « […] por lo qual temo que la profecía quiere cerrar en ti de grado en grado, siguiendo su esecución: que en ti non hay ya alas de vuelo, nin péñolas con que afermoses tu persona real: así que non paresce ser en ti esfuerzo alguno de facer voladura sin lisión de tu cuerpo, o sin grand daño del tu estado, ca tus malquerientes pujan contra ti en osadía. » (Ibid., p. 422 ; c’est moi qui souligne).

14 « Rey, tú sabes lo que todos sabemos, que tan manifiesto es esto contra ti, que simple saber de qualquier ome puede facer su explanación: porque, mal pecado, tengo que los del tu señorío non quieren acogerte irado nin pagado, en quanto ellos pudiesen» (Ibid., p. 423)

15 « Rey, sabe que lo que a mí fue más grave, e el mayor afán que en esto tomé, fue por apurar el seso deste bocablo, que dice en la selva» (Loc. cit.)

16 Voir ibid., p. 419 : « e sin vandería nin sospecha fablaron [grandes sabios] en esta materia (como quier que non por manera de adevinanza, en que algunos raheces se ponen, la qual es reprovada en todo buen saber, e salvo siempre antes e después en cada lugar el solo e mejor de Dios, e el su non semejante poderío, al qual toda cosa es ligera). »

17 « E si tú eres aquel rey que la profecía dice que ha de ser y encerrado luego, e ésta es la selva e el lugar del encerramiento, segund que esta profecía pone, e en él avrán de contescer estas muertes, e lo al que la profecía dice, Dios sólo es dello sabidor, al qual pertenescen los tales secretos. […] E por que el postrimero seso, en que se face conclusión del encerramiento e de la muerte, serían antes adevinanza que non alcanzamiento de saber (lo qual en todo buen saber debe ser reprovado), dexa su explanación a aquel en quien es el poderío, que lo tal reserva en sus secretos. E la tu ventura la quiera Dios guiar e desviar, porque las cosas antedichas non hayan lugar de facer en ti la execución que traen tan espantosa… » (Ibid., p. 423-424)

18 « E me mandaste por tu carta que la verdad de esto non te fuese negada en aquello que el mi pobre saber alcanzase, e yo fablo contigo segund lo que sobre ello entendí ; mas non por otra certidumbre que yo pudiese afirmar. Empero si en la tu corte hay omes justos e sabidores a quien las tales cosas non se encubren, sométome al mejor juicio e corrección del su saber» (Ibid., p. 424)

19 E. Ruhe, « L’invention d’un prophète. Le Livre de Sydrac », in : Trachsler, R., Moult obscures paroles, p. 65-78.

20 L’attitude bienveillante ou résignée de Pierre face à cet astrologue — plus exposé à la colère royale que notre Benahatín à l’abri des murailles de Grenade — contraste violemment avec celle qu’il avait eue, d’après Ayala, face à un clerc venu quelques années plus tôt lui annoncer sa mort de la part de saint Dominique de la Calzada, qui lui était apparu en songe : « E el rey pensó que lo decía por inducimiento de algunos, e mandó luego quemar al clérigo allí do estaba delante sus tiendas. » (p. 241)

21 « E llegando a ojo del castillo de Montiel

castillo de-Montiel

, vinole mandado del alcayde que lo acojeria en el, avnque le era defendido por el m[a]estre de Santiago su señor, cuyo era el dicho castillo. E fuese, e entrose en el dicho castillo, e apoderose del e de la villa, avn que era pequeño, <e> el e todos lo[s] suyo[s], e vido escrito de letras [g]oticas, en vna piedra que estaua en la torre del omenaje del dicho castillo, que dizia : “Esta es la Torre del Estrella”; e como lo leyo, vido se perdido, porque por muchas vezes le avian dicho grandes estrologos que en la torre del estrella avia de morir. » (J.-P. Jardin, 2006, La Suma de Reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon, première femme de Jean Ier de Castille. Étude et édition critique, Lyon.

22 « Rey alto: rogásteme (ca todo es en tu poder, rogar e mandar) que yo pensaría quán grave era, o podría ser, segund el menester en que estás, el deseo grande que has de ser certificado en el entendimiento de esta profecía, e en qué manera podrás ser de ella sabidor: e que por la amistad e debdo de servidumbre que yo he en la tu merced tomase e traspasase yo en mí toda la mayor carga que yo pudiese tomar deste cuidado tuyo, porque por el placer de la mi explanación que de mis palabras atiendes, ovieses buena fiuza de sofrir lo advenidero» (P. López de Ayala, Crónica de don Pedro, p. 418)

23 « Guardadvos: non creades falsas profezías ni ayades fiuzia en ellas, ansí como son las de Merlín e otras […]. E si bien paras mientes, como viene rey nuevo, luego fazen Merlín nuevo. Dizen que aquel rey a de pasar la mar e destruyr toda la morisma, e ganar la casa santa, e a de ser enperador. E después veemos que se faze como a Dios plaze. Ansí dixeron de los pasados e dirán de los por venir» (G. Díaz de Games, El Victorial, éd. R. Beltrán Llavador, 1994, Madrid, Taurus, p. 237-238. Suit un jugement critique sur Merlin et son œuvre : « Merlín fue un buen honbre e muy sabio. No fue fijo del diablo, como algunos dizen […]. Mas Merlín, con la grand sabiduría que aprendió, quiso saber más de lo que le cunplía, e fue engañado por el diablo […]. E algunos que agora algunas cosas quieren dezir, conpónenlas e dizen que las fabló Merlín»)

24 « E por ende de aquí adelante yo, Pero López de Ayala, con el ayuda de Dios, lo entiendo continuar así lo más verdaderamente que pudiere» (P. López de Ayala, Crónica de don Pedro, p. 4)

Auteur

Professeur de littérature et de civilisation de l’Espagne médiévale à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses travaux portent essentiellement sur les formes brèves de l’historiographie castillane des xive et xve siècles (édition et étude de sommaires et de sommes de chroniques). Ancien élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud, ancien membre de l’École des hautes études hispaniques de la Casa de Velázquez, il est directeur du Centre de recherches sur l’Espagne médiévale (CREM), composante du LECEMO (EA 3979). Il participe aux travaux du SIREM (GDR 2378), dont il dirige l’axe « édition et traduction des textes médiévaux ». Il est membre du conseil de rédaction et du comité de lecture de la revue électronique e-Spania (dir. Georges Martin) et du comité de rédaction et du comité de lecture des Cahiers d’Études hispaniques médiévales, co-dirigés par Georges Martin et Carlos Heusch.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540