Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La concordance des temps

 | 
Gilles Luquet

Approches linguistiques

La « concordance des temps » : question de méthode, les méthodes en question

Gabrielle Le Tallec-Lloret

Résumé

En este trabajo pretendemos mostrar que la regla de la «concordancia de tiempos», tal como se presenta tradicionalmente, se fundamenta en una cronología de los acontecimientos expresados por las formas verbales y que lo que pretende ser una explicación lingüística se aparenta más bien al método clásico que consiste en describir lo que una forma lingüística permite expresar. Esta lingüística de la referencialidad no permite alcanzar el mecanismo profundo, en la Lengua, que rige las relaciones entre los tiempos verbales. A partir de la observación de la semiología del verbo español y del principio según el cual el tiempo no puede ser concebido sin el punto de referencia fundamental que es el yo locutor, la teoría de Gilles Luquet ofrece otra perspectiva, la de una oposición de tipo modal entre formas verbales personales actualizadoras e inactualizadoras. El sistema lingüístico le permite al locutor inactualizar un acontecimiento, con diferentes grados, como lo deja ver la sintaxis de los modos. Mostraremos así que aunque se puede observar en una frase compleja una concordancia de tiempos desde el punto de vista de la cronología de los acontecimientos expresados, las formas verbales no concuerdan sistemáticamente desde el punto de vista semántico. Tal discordancia semántica se observa particularmente en los usos rechazados, calificados de «no canónicos» por la norma prescriptiva, sea francesa o española.

Texte intégral

1Toute la difficulté qu’il y a à décrire le mécanisme de la « concordance des temps » tient au fait que cette expression, dans l’emploi qui en est fait traditionnellement, qu’il s’agisse de la consecutio temporum en latin ou de la concordancia ou correlación de tiempos en espagnol, mêle des niveaux d’analyse différents et engendre, de fait, un certain nombre de confusions.

2La première confusion est liée à ce que l’on entend par « temps » : en tant qu’êtres humains, nous faisons psychiquement l’expérience du temps physique, phénoménal. Mais en tant qu’êtres de langage, nous nous sommes donné une certaine représentation du temps, mentale et organisée, notamment dans ce que l’on appelle le « système verbal ». Cette distinction entre, d’un côté, le monde de l’expérience, la réalité extra-linguistique, et, de l’autre, la représentation mentale de cet univers que constitue un système linguistique est cruciale et doit guider constamment l’approche, qu’elle soit grammaticale ou linguistique, de la « concordance des temps ». En matière de temporalité, garder à l’esprit l’idée que l’expérience dont nous allons parler, notre matière « à dire », se trouve, elle, hors langage est, me semble-t-il, une précaution cardinale.

  • 1 Au contraire, par exemple, de la langue allemande qui distingue le temps physique, die Zeit, du tem (...)

3Cette confusion est alimentée en français et en espagnol par ce que Gilles Luquet (2007 : 43-44) appelle une « imprécision terminologique ». En effet, non seulement on demande aux termes temps et tiempo de référer à du temps linguistique aussi bien qu’au temps physique du monde expérienciel1, mais on y recourt également, généralement au pluriel, pour décrire la morphologie du verbe, c’est-à-dire, ce que l’on appelle sa conjugaison : « les temps du verbe », « les temps du mode indicatif », « les temps du mode subjonctif ». On évoque alors un système, le système verbal, doté de sous-systèmes, les modes, eux-mêmes organisés en différentes formes, en fonction d’une certaine représentation du temps, à chaque fois différente.

Lorsqu’on va du général au particulier, il est ainsi d’usage, dans la tradition grammaticale espagnole, de distinguer des sous-ensembles de formes associés à l’expression d’un mode singulier et, à l’intérieur de chacun de ces sous-ensembles contenants, des sous-ensembles contenus associés à l’expression d’un temps singulier. Parler des temps - au pluriel - du mode X, cela signifie, dans la pratique :

- parler des sous-ensembles de formes auxquels on reconnaît la propriété d’« appartenir » au mode X, c’est-à-dire d’exprimer ce qui caractérise le mode X ;

- parler de sous-ensembles qui se distinguent les uns des autres par la représentation du temps qui leur est associée.

4Parler des « temps », c’est évoquer les formes verbales organisées en système et sous-systèmes en fonction de la représentation temporelle qui leur est associée : le « présent », le « futur », l’« imparfait » du mode « indicatif » ; le « présent », l’« imparfait » du mode « subjonctif ». Ces formes verbales appelées « temps » sont des signes de la langue, mis à la disposition du locuteur, et, comme tels, sont dotés d’une signification, d’une certaine représentation, d’un signifié de puissance. Or, sitôt que l’on parle de « concordance », on quitte le domaine de la langue, ce que sont ces formes verbales en puissance, pour le domaine du discours, là où ces formes sont associées, effectivement, à d’autres éléments du discours (co-texte) et à des circonstances extra-linguistiques (contexte).

  • 2 On remarquera, et c’est loin d’être anodin, que le mot « verbe » est le grand absent de cette expre (...)

5Parler de « concordance » c’est donc évoquer une mise en relation, une mise en rapport entre deux éléments, c’est se situer sur le plan de la syntaxe, du discours, dans une situation d’énonciation particulière. La syntaxe étant la mise en pratique effective, concrète, des signes linguistiques que la langue met à notre disposition, dans le cadre de la phrase, la « concordance » renvoie à l’emploi des formes verbales dans le discours, à ce qu’elles permettent d’exprimer, à leur capacité référentielle. La règle de la « concordance des temps » mêle deux plans très différents : les formes verbales associées à une certaine vision du temps ont une valeur unique en langue ; mais ces formes verbales ont, comme tout signe de la langue, des valeurs d’« effet » dans le discours, c’est-à-dire dans un certain contexte et combinées avec d’autres signes2.

6S’il est une règle absolument incontournable pour tout francophone faisant l’apprentissage de la langue espagnole, c’est bien celle de la « concordance des temps ». Cette règle de la syntaxe espagnole, telle qu’elle est formulée dans les grammaires françaises, commande un lien de dépendance présenté comme automatique, presque mécanique, entre le « temps » du verbe de la proposition principale, au mode indicatif, et celui du verbe de la proposition subordonnée, au mode subjonctif, « si l’action exprimée est considérée comme non réalisée ou non réalisable ». C’est ainsi qu’elle apparaît dans la Grammaire d’usage de l’espagnol contemporain de Pierre Gerboin et Christine Leroy (1994 : 224) :

Si la subordonnée est au subjonctif, le temps de ce mode subjonctif dépend du temps du verbe de la principale, c’est ce que l’on appelle la concordance des temps […]. Si le verbe de la subordonnée est au mode subjonctif, le temps de cette subordonnée est déterminé par le temps du verbe de la principale de la façon suivante :

Principale

Subordonnée

présent

futur

impératif

présent du subjonctif

Imparfait

Passé simple

Plus-que-parfait

Conditionnel présent ou passé

Imparfait du subjonctif

7Suivent les « exceptions à la concordance avec principale au passé simple », présentées comme une transgression aux règles de la concordance :

Il y a des cas où le locuteur peut transgresser les règles de la concordance selon l’intention de son discours :

Le pidieron a Pablo que estudiara más.

Le verbe de la subordonnée est, comme il se doit, à l’imparfait du subjonctif mais cet imparfait indique que l’action d’étudier davantage appartient elle aussi au passé et il faut le contexte pour savoir si la demande d’un plus grand travail a été satisfaite ou non.

Le pidieron a Pablo que estudie más.

Cette fois le verbe de la subordonnée est au présent du subjonctif, en dépit d’un verbe principal au passé simple, parce que la volonté qui s’est bien exprimée dans le passé sera éventuellement suivie d’effets (subjonctif) dans le présent ou dans l’avenir (présent de ce subjonctif).

Cette « discordance » des temps en espagnol doit être maniée avec une extrême prudence et il ne faut surtout pas croire que tout est possible. Cette souplesse de construction est moins grande qu’avec le passé composé.

Il est plus sage, pendant la période – longue – d’apprentissage, de s’en tenir à une concordance stricte des temps, mais il faut être sensible, le plus tôt possible, dans le discours de l’interlocuteur ou dans le texte de l’écrivain, au raffinement, à la subtilité de cette « discordance » des temps.

Le dije que aguarde a que se resuelva lo de la conserjería. M. Delibes

  • 3 Ibid., p. 225-226.

El Director de Bellas Artes aludió el miércoles 15 en Figueras a la posibilidad de que las residencias de Salvador Dalí en Cadaqués y Púbol –hoy propiedad del Estado– se conviertan en casa museo. El País 3

8Cette règle est assortie de « Remarques sur la concordance des temps », laissant entrevoir au sein du chapitre une hiérarchisation. La première remarque concerne l’emploi des formes composées du subjonctif (subjonctif passé et plus-que-parfait du subjonctif) :

Si l’action de la subordonnée est antérieure à celle de la principale – je souhaite (en ce moment) qu’il ait pu arriver à temps (hier soir)  – le verbe de la subordonnée se met :

  • au passé du subjonctif si la principale est au présent, au passé composé, au futur ou à l’impératif.

Deseo, he deseado, desearé que él haya podido llegar a tiempo.

Perdóname que haya insistido tanto.

  • au plus-que-parfait du subjonctif si la principale est à l’imparfait, au passé simple, au plus-que-parfait, au conditionnel présent ou passé :

  • 4 Ibid., p. 224-225.

Deseaba, deseé, había deseado, desearía, habría deseado que él hubiera podido llegar a tiempo. 4

9La deuxième remarque concerne les deux possibilités de concordance lorsque le verbe de la proposition principale est au passé composé. Si l’une est présentée comme « logique », l’autre est, à en croire cette grammaire, d’un emploi plus restreint.

Le passé composé étant un temps du passé, il est logique qu’une subordonnée au subjonctif qui en dépend soit elle-même à un temps du passé, donc à l’imparfait :

He cotizado la autorización de ese Gambo Club a cambio de que los conservadores […] hicieran la vista gorda en el asunto del café de camareras. R. García Serrano.

He sabido cómo has venido a Logroño, y he mandado que te buscaran. P. Baroja.

Cependant, plus que les autres temps du passé, le passé composé a un lien avec le présent et il est d’ailleurs constitué avec l’auxiliaire haber conjugué au présent. Une subordonnée qui dépend d’une principale au passé composé peut d’ailleurs exprimer une action qui se réalise dans le présent ou dans le futur. En conséquence, dans ce cas-là, la subordonnée se met au présent du subjonctif.

  • 5 Ibid., p. 225.

He hecho todo lo posible para que no llore. A Zamora 5

10Cette présentation de la « concordance des temps » en espagnol à l’usage des francophones pose trois problèmes. En premier lieu, celui de la confusion classique liée à l’emploi du mot « temps ».

11Dans la définition de la concordance des temps  –  « le temps de ce mode subjonctif dépend du temps du verbe de la principale » – le terme « temps » renvoie bien à la notion de temps verbal telle que la définit Luquet. Le « temps » ou « les temps » évoqués ici n’ont rien à voir avec le temps du monde expérienciel, phénoménal. Il s’agit de temps linguistique, c’est-à-dire d’un système mental, intellectuel, organisant les différentes façons de se représenter le temps. Ces représentations sont organisées en modes organisés en sous-ensembles de formes verbales : les « temps » du mode indicatif, les « temps » du mode subjonctif.

12La recommandation de la « règle » enseignée par Gerboin et Leroy veut que dans le mode subjonctif, l’on sélectionne l’un de ses « temps » en fonction du « temps » du mode indicatif retenu dans la proposition principale. On pose donc une concordance de formes verbales : à une forme de « présent » de l’indicatif on doit faire correspondre, en toute logique, une forme de « présent » du subjonctif. À une forme de « prétérit » ou d’« imparfait » de l’indicatif on doit faire correspondre une forme d’« imparfait » du subjonctif. Poser la concordance en ces termes, c’est postuler que le « temps » du mode indicatif et le « temps » du mode subjonctif sont deux « temps » de même nature, permettant donc le même type de repérage, à savoir un repérage de type temporel : le « temps » du mode subjonctif permettrait, donc, comme le « temps » du mode indicatif, de placer un événement à une époque déterminée. Du fait de cette indistinction entre mode indicatif et mode subjonctif, les relations entre les deux formes verbales sont de type temporel, c’est-à-dire que l’on glisse de la notion de « temps verbal » appartenant, en Langue, à deux modes distincts, à la chronologie des événements évoqués dans la phrase, les uns par rapport aux autres. À partir du présent d’expérience du sujet parlant, on place sur le même plan des temps verbaux qui sont pourtant le résultat d’un repérage différent, simplement parce que l’on retient leur interprétation, ce à quoi ils servent dans cet énoncé particulier.

13Du fait aussi de cette assimilation, la présentation de Gerboin et Leroy impose un certain ordre dans la relation entre le temps du verbe subordonné et celui du verbe subordonnant : « Si le verbe de la subordonnée est au mode subjonctif, le temps de cette subordonnée est déterminé par le temps du verbe de la principale… ». L’ordre établi ici pose que c’est le temps de la proposition principale qui régit le temps de la subordonnée, qu’il est aux commandes, en quelque sorte : si on a un « présent » de l’indicatif (temps linguistique) dans la principale, qui correspond à une action présente (temps vécu), on doit logiquement lui subordonner un « présent » du subjonctif (temps linguistique) évoquant une action présente ou future (temps vécu).

14Autre problème : la chronologie des événements les uns par rapport aux autres étant, en réalité, ce à quoi l’on s’attache – et non aux formes verbales – la règle de la « concordance des temps » est en réalité un classement des « effets de sens » possibles des formes verbales les unes relativement aux autres.

15Bien entendu, ne répondent à cette règle de la « concordance des temps » que certains « effets de sens », les autres étant qualifiés de « transgressifs ». Cette confusion entre temps verbal et temps de l’événement, temps vécu, est illustrée par l’exemple de « discordance des temps » avec verbe de la principale au « prétérit » et verbe de la subordonnée au « présent » : le pidieron a Pablo que estudie más ~ le pidieron a Pablo que estudiara más.

16Présentée comme une transgression, la combinaison pidieron – estudie est justifiée par la valeur temporelle qu’auraient les deux formes de subjonctif, l’une à l’« imparfait », l’autre au « présent ». Les deux événements déclarés par ces subjonctifs, estudiara et estudie, sont présentés comme s’opposant temporellement, dans l’emploi qui en est fait dans ces exemples, non pas du point de vue de la représentation temporelle différente qu’elles véhiculent, mais du point de vue de l’expérience, du point de vue des actions qu’elles servent à évoquer. En résumé, un subjonctif « présent » évoque une action présente ou future, un subjonctif « imparfait » évoque une action passée. Avec estudiara l’action appartient au passé, tandis qu’avec estudie, l’action a des effets dans le présent. D’un côté on tire vers le passé du locuteur, pris comme repère du fait du temps de la principale, et l’on justifie ainsi le subjonctif imparfait choisi « comme il se doit » pour faire concorder deux actions dans le passé ; d’un autre côté, on tire vers le présent ou l’avenir du locuteur, toujours à partir du point de repère dans le passé (temps de la principale) pour justifier un cas de non-concordance « prétérit » ~ « présent » par une non-concordance des actions dans la chronologie du locuteur.

17Non seulement on met sur le même plan les temps verbaux du mode indicatif et ceux du mode subjonctif, mais on assimile pour les deux modes « temps » linguistique –  « présent », « prétérit », « imparfait »  – et chronologie des événements – passé, présent, futur –, autour de la figure du locuteur.

18Enfin, comme conséquence de tout ce qui précède, cette présentation montre la difficulté de concilier règle et usage.

19L’organisation du chapitre de la grammaire, clairement hiérarchisée, présente dans un premier temps la règle de la « concordance des temps » et son application dite « stricte », puis, dans un second temps, les « exceptions » ou « transgressions », y compris à l’intérieur d’une même sous-partie, où l’on présente d’abord la forme dite « logique », puis celle d’un emploi soi-disant plus particulier. On affirme tout d’abord l’homogénéité de la langue pour reconnaître aussitôt, et explicitement, son hétérogénéité. Ici, le descriptif étant incomplet, de nombreux usages se retrouvent dans la catégorie honteuse des exceptions ou des transgressions. Bien d’autres combinaisons sont possibles, nous le savons, mais elles ne sont prises en compte ni dans le cadre simpliste et restrictif de la « règle de la concordance des temps », puisqu’elles la contredisent, ni dans celui des exceptions. Ces combinaisons, autres, sont tout simplement occultées afin de justifier une règle ne retenant qu’une partie des combinaisons observables dans le discours.

20Il est pourtant intéressant de prendre en compte le fait que le subjonctif « présent » d’une proposition subordonnée peut être combiné, dans la principale, non seulement avec le prétérit, mais avec l’imparfait de l’indicatif,

(1) Al principio yo escuchaba las penas y dejaba que lloren sobre mí y me llenaba de lágrimas y por eso era medio barrigona… (Pequeñas resistencias 3. Antología del nuevo cuento sudamericano, 2004, Madrid, Página de espuma, p. 120)

21le plus-que-parfait,

(2) La calma vuelve hoy a las calles de Georgia tras las eufóricas celebraciones de las últimas horas por el triunfo de la revuelta popular, que ayer logró tumbar a Shevardnadze sin una gota de sangre. Tanto Estados Unidos como la Unión Europea (UE) mostraron su apoyo a Buerdzhanadze, pero le habían exigido que celebre cuanto antes unas elecciones legislativas de acuerdo con la Constitución para legitimar los cambios en la cúpula del poder. (El País, 24-11-03)

22le conditionnel « présent »,

(3) Por esto resultaría chocante la posposición de un adjetivo que signifique cualidades inseparablemente asociadas a la imagen del sustantivo… (Real Academia Española, Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, 2004 [1973], Madrid, Espasa, p. 410)

23ou encore le conditionnel « passé »,

(4) El PSC dice que le habría gustado que su lista para asambleístas esté presidida por Jaime Nebot, pero no podrá ser porque es candidato presidencial. (Corpus CREA, Diario Hoy, 3-09-1997, Ecuador)

24Et inversement, le subjonctif « imparfait » peut-être combiné avec un verbe au « présent » de l’indicatif dans la principale,

(5) Lo vi por segunda vez dos días después, saliendo de los Tribunales. Yo estaba bajando la escalinata de mármol de la entrada y veo un tipo en mangas de camisa esperando junto a un taxi que bajara un pasajero que en ese momento le estaba pagando (Juan José Saer, 2003, Cicatrices, Buenos Aires, Seix Barral, 1974)

25… et avec un verbe au « futur antérieur » de l’indicatif,

(6) Es difícil que podamos imaginar cómo habrán deseado muchos corredores que este Giro alcanzara su final. Llegar a Milán ha sido para muchos un sueño no cumplido, para los supervivientes ha supuesto la inmensa alegría de culminar el Giro más duro, y a la vez emocionante, de los últimos años. (Corpus CREA, El Mundo, 13-06-94)

26Nous avons retenu, ici, la grammaire française de Gerboin et Leroy parce qu’elle nous semble emblématique d’une démarche très largement adoptée : la mise à l’écart de certains emplois pourtant autorisés par le système linguistique. Que le rejet soit implicite -manuels du secondaire, ouvrages grammaticaux de grande diffusion, grammaires de Bouzet, Coste et Redondo - ou explicite - grammaires françaises de Bedel, Ligatto et Salazar, tradition grammaticale espagnole -, des emplois tels que ceux que nous venons de signaler sont toujours présentés comme transgressifs, déviants, au sein d’un exposé toujours clairement hiérarchisé : usage canonique vs. usage non canonique ou sa variante usage courant vs. usage marqué.

27Ces trois problèmes, posés par une présentation aussi simplificatrice et restrictive trouvant justification dans le lien mécanique qu’entretiendraient les temps verbaux (présent/présent ; passé/passé), sont liés au fait qu’en poursuivant une longue tradition, elle ne s’attache qu’à décrire les emplois des formes verbales dans le discours. Cette description de certains emplois n’est sous-tendue par aucune théorie qui prendrait en compte le signifié des formes verbales en dehors du discours, c’est-à-dire des formes désencombrées de tout le sens versé par les autres éléments de l’énoncé, aucune théorie n’admettant la discordance sémantique entre les formes verbales appartenant au mode dit « indicatif » et celles appartenant au mode dit « subjonctif ». Si tel était le cas, on ne prêterait pas aux « temps » du mode subjonctif, comme on le fait ici, la capacité de placer un événement à une époque déterminée exactement comme le permettent les « temps » du mode indicatif ; on ne chercherait pas à faire concorder des « temps » appartenant à des modes différents, offrant une représentation du temps, de fait, bien distincte. Si tel était le cas, on ne mêlerait pas le signifié des temps verbaux et la chronologie événementielle qui se déduit du co-texte - les autres éléments linguistiques de l’énoncé - et du contexte en général.

28On ne s’étonnera pas de retrouver ces problèmes de méthode dans les grammaires espagnoles, sauf que dans ce cas, l’arrière-fond théorique est celui des linguistes espagnols qui se sont penchés sur cette question de la « concordance des temps ».

29Dans les grammaires et dans les articles de linguistique espagnole, la conception est strictement la même : 1) n’ayant posé, en amont, aucune hypothèse sur la représentation du temps particulière à l’intérieur des modes, on fait entrer dans le signifié du mode « subjonctif » des valeurs contextuelles en oppposant, au gré des besoins de justification d’exemples, un subjonctif « temporel » et un subjonctif « modal » ; 2) on ne s’intéresse qu’aux valeurs d’effets dans le discours et seul leur classement change, éventuellement, ou se fait plus détaillé ; 3) on retient les exemples où la concordance formelle (« présent » de l’indicatif / « présent » du subjonctif) épouse une concordance de sens du point de vue de la chronologie des événements, et l’on justifie quelques « exceptions » en ayant recours, exceptionnellement, au contexte (nature sémantique particulière de certains verbes subordonnants), au procédé de la commutation, en posant grossièrement que le remplacement possible d’une forme par une autre vaut pour équivalence. Enfin, on minimise ou on taxe de transgressifs, quand on ne les passe pas sous silence, tous les autres emplois.

30Pour une autre approche du phénomène, nous adopterons les principes suivants :

  1. Le langage n’est pas une copie du réel, autrement dit les mots sont là pour parler du monde et non pour le contenir.

  2. La réalité ne se limite pas à ce qui tombe sous le coup de l’observation directe. En matière de « concordance des temps », on ne se contentera pas de rester en surface et de décrire les faits de discours, tout en sachant qu’ils sont la manifestation de mécanismes inscrits dans la profondeur de la langue, et qu’à ce titre, une bonne méthode ne peut faire l’économie d’une bonne description.

  3. En matière de temporalité, la langue s’étant donné, au sein du système verbal, plusieurs façons de conceptualiser le temps (endochronie et exochronie), il conviendra donc de prendre en compte ce que la langue offre au locuteur comme différence de représentations, comme contrastes, à exploiter dans l’acte d’énonciation.

  4. On prendra comme « l’unique garde-fou de celui qui entend théoriser le langage » (Luquet, 2008a), l’observation de la structure sémiologique de la langue.

31Sur le plan morphologique, l’observation du système verbal espagnol offre immédiatement au regard la distinction entre des formes impersonnelles d’un côté et des formes personnelles de l’autre. Dans les formes personnelles, on distinguera deux types de repérage autour de la figure du locuteur, clé de voûte de cette architecture temporelle.

32a) Un repérage réellement temporel, fondé sur le temps d’expérience du locuteur, permettant de situer dans le temps une opération. C’est le type de repérage proposé par les formes actualisantes telles que les a définies Gilles Luquet (2004 : 34) : présent, prétérit et futur du mode actualisant, c’est-à-dire fondé sur un présent actualisé. Ce repérage se fondant sur le moment d’élocution - le présent du locuteur - celui-ci peut ainsi rattacher un événement à son présent d’élocution en l’actualisant. Il s’agit là d’un repérage déictique, immédiat, direct, à peu près tel que le définit la tradition linguistique espagnole jusqu’aux études les plus récentes.

33C’est le cas d’Ángeles Carrasco Gutiérrez, linguiste, auteur d’un article en 1994 rendant compte des différentes approches du phénomène de la « concordance des temps » dans la tradition grammaticale espagnole, rédactrice du long chapitre intitulé « El tiempo verbal y la sintaxis oracional. La consecutio temporum », dans la Gramática descriptiva de la Lengua Española de Bosque et Demonte (1999), auteur également d’un ouvrage de linguistique en 2000, La concordancia de tiempos. Prenons aussi le cas de Guillermo Rojo et d’Alexandre Veiga, auteurs, individuellement, de nombreuses études linguistiques sur la « concordance des temps », et conjointement, rédacteurs du chapitre « El tiempo verbal » dans la Gramática descriptiva de Bosque et Demonte (1999 : 2867-3060).

34Dans son introduction à l’étude linguistique de la concordance des temps en espagnol, Á. Carrasco Gutiérrez (2000) rappelle le caractère déictique des temps verbaux, ce qui, à première vue, n’a rien d’étonnant, puisque, traditionnellement, dans la définition de ce que l’on appelle les « déictiques », on réserve toujours une place importante au problème du temps de l’énonciation :

  • 6 « Se usa el término deíxis para designar el proceso mediante el cual ciertas unidades lingüísticas (...)

On utilise le terme deixis pour désigner le mécanisme par lequel certaines unités linguistiques renvoient directement aux coordonnées de l’acte de communication, c’est-à-dire au lieu, au temps et aux participants. (Notre traduction)6

35Mais, dans l’approche d’Á. Carrasco Gutiérrez, le caractère déictique s’étend à tous les temps verbaux, repérés par rapport au temps de l’énonciation, conçu comme l’axe de la deixis temporelle, y compris, donc, aux temps du mode « subjonctif » lorsque la configuration syntaxique est celle d’une proposition subordonnée :

  • 7 « En la oraciones independientes las formas verbales orientan sus relaciones temporales con respect (...)

Dans les propositions indépendantes les formes verbales déterminent leurs relations temporelles par rapport au moment de l’énonciation. Le moment de l’énonciation est l’axe de la deixis temporelle […]. Dans les propositions subordonnées, au contraire, le temps d’évaluation pour les formes verbales, l’axe de la deixis temporelle, devient le temps d’événement de la proposition principale. (1999 : 3063, notre traduction)7

36Autrement dit, en étendant à toutes les formes verbales cette nature déictique, dans cette conception, le temps du mode subjonctif dans la subordonnée est conçu comme étant de même nature que le temps du mode indicatif de la principale. Celui de la subordonnée est simplement calculé temporellement, c’est-à-dire chronologiquement, à partir du temps de la principale.

  • 8 « El tiempo verbal es una categoría gramatical deíctica mediante la cual se expresa la orientación (...)

Le temps verbal est une catégorie grammaticale déictique au moyen de laquelle s’exprime l’orientation d’une situation soit par rapport au point central (l’origine), soit par rapport à une référence secondaire laquelle, à son tour, est directement ou indirectement orientée par rapport à l’origine. (1999 : 2879, notre traduction) 8

37C’est ici que divergent les linguistes d’un côté et de l’autre des Pyrénées : la notion de « chronologie relative » telle que la présente Alexandre Veiga (in Bosque, Demonte, 1999 : 2886) implique l’idée que tous les temps verbaux situent un événement dans le temps autour du point d’origine central que constitue le locuteur et selon le même repérage. Cela revient à poser que les « temps » linguistiques épousent parfaitement les temps du monde expérienciel et à alimenter les confusions décrites plus haut, la plus fâcheuse d’entre elles étant l’assimilation entre la capacité expressive d’un temps verbal et son signifié de puissance.

38b) Plusieurs formes verbales réunies dans le mode inactualisant, tel que l’a défini Gilles Luquet (2004 : 35-38), permettent un autre type de repérage, un repérage de l’inactuel, emportant une conception du temps d’une autre nature, un temps conceptuel, imaginaire, et non un temps d’expérience. En langue, les formes verbales inactualisantes tournent aussi autour de la figure du locuteur - la preuve en est que ce sont des formes verbales contenant la flexion personnelle -, mais appartenant au mode de l’inactuel, ne contenant pas de temps d’expérience, elles permettent au sein de la phrase, donc en situation, un décrochage, une « déréalisation ». Le locuteur est toujours au centre des deux sous-systèmes (formes actualisantes/formes inactualisantes), et en cela aussi nous concordons entre linguistes français et espagnols. Mais dans la conception de Gilles Luquet, il faut imaginer d’autres axes qui permettent au locuteur, en fonction de sa visée discursive, de ne pas actualiser la représentation d’un événement, de le placer « hors champ », en quelque sorte de l’irréaliser, avec des degrés d’inactualité divers.

39Le locuteur aura ainsi la possibilité de se représenter dans son univers temporel, un présent imaginaire, inactualisé, et un futur inactualisé : ces deux représentations correspondent sémiologiquement à l’ex-« imparfait de l’indicatif » et à l’ex-« conditionnel ».

40On le voit, les formes verbales se partagent donc non pas entre le mode indicatif et le mode subjonctif mais entre deux modes offrant deux conceptualisations du temps, l’une actualisante, l’autre inactualisante, l’une ramenant tout événement au temps d’expérience du locuteur, l’autre fondée sur l’imagination. Chacun des deux modes est conçu comme une manière, un mode de représentation mentale, intériorisée, du temps. Dans cette conception, le temps n’est pas cette donnée objectale amenant, de façon quelque peu simpliste, à brancher directement le temps linguistique sur le temps des événements et à décrire, dans un mouvement bien connu menant de la langue à la référence, ce à quoi renvoie une forme verbale, ce à quoi elle sert. Le locuteur se trouve bien au centre des deux sous-systèmes mais pour deux repérages de nature extrêmement différente, selon qu’il souhaite rattacher un événement à son temps d’expérience ou se donner une représentation imaginaire, abstraite, d’un événement et le détacher de son actualité.

  • 9 « Un mot qui est un sémantème ne contient pas seulement des indications relatives à sa significatio (...)

41Partant du principe que du contenu de représentation d’une forme, de sa sémantèse, découle un certain nombre de combinaisons syntaxiques autorisées, ou, plus exactement, non incompatibles, le signifié de puissance des formes verbales appartenant au mode inactualisant va, comme pour tout mot, s’accompagner d’une certaine aptitude incidentielle, d’une certaine capacité d’emploi dans le discours9. Les valeurs de discours des formes du mode inactualisant seront de permettre à un sujet parlant « de ne pas actualiser la représentation d’un événement » (Luquet, 2007).

42Le repérage offert par les autres formes verbales du mode inactualisant, dont la forme en -ra (ex-« subjonctif » imparfait) et la forme en -e/a (ex-« subjonctif » présent), lesquelles nous intéressent dans le cadre de la « concordance des temps », est un repérage moins immédiat, moins direct que le repérage déictique des formes actualisantes qui définissent le hic et nunc de l’énonciation. Les formes inactualisantes, toujours construites autour de la figure du locuteur, permettront un autre type de repérage non temporel, donc moins immédiat, un repérage interne à l’énoncé, lié à la visée discursive du locuteur. Ces formes trouveront donc tout naturellement dans la phrase complexe un cadre syntaxique privilégié.

43La forme en -e/a et la forme en -ra appartiennent au mode inactualisant, mais chacune propose un degré d’inactualité différent, exploitable par le sujet parlant en fonction de sa visée discursive.

  • 10 On pourra se reporter également à l’ouvrage de référence pour une présentation d’ensemble de cette (...)

44Les deux représentations en Langue qu’en donne G. Luquet (2007) sont les suivantes 10 :

45Une autre façon d’objectiver l’univers temporel d’un sujet parlant est celle, plus abstraite encore, qui consiste à lui donner une forme simplement bipartite, c’est-à-dire la forme d’une extension en laquelle une simple limite associée à l’instant d’énonciation permet de distinguer un espace ouvert à l’activité du Moi – un « présent-futur » indifférencié – et un espace fermé à cette activité. Figurativement :

46Dans le verbe espagnol – et dans son état actuel de définition – la représentation d’un « présent-futur » indifférencié est celle que véhiculent les formes du type cante, cantes, cante… La représentation du temps révolu qui s’oppose au « présent-futur » de ces formes n’a pas, elle, de signifiant.

47Une dernière façon d’objectiver l’univers temporel d’un sujet parlant est celle qui consiste à ne privilégier aucun de ses éléments constitutifs. C’est celle qui consiste à abstraire de cet univers la représentation de toute extension singulière et même de toute limite singulière :

Dans le verbe espagnol, la représentation de cet univers est celle que véhiculent deux séries de formes : cantara, cantaras, cantara… et cantase, cantases, cantaseCantara et cantase sont les formes personnelles du verbe qui, en langue, inscrivent un événement dans le cadre temporel le plus abstrait que l’on puisse concevoir.

48Pour notre étude, on retiendra de cette présentation que la forme en -e/a et la forme en -ra, si elles appartiennent au mode inactualisant, n’en proposent pas moins un degré différent d’inactualité et d’abstraction dans la représentation du temps. La forme en -ra porte en Langue la représentation du temps la plus abstraite, la plus inactualisée, donnant du temps une image d’indivision, tandis que la forme en -e/a prend comme point de repère le présent d’énonciation pour poser une opposition temporelle bipartite entre le révolu et le non-révolu. Des deux formes celle qui sera ressentie comme emportant davantage de temps, davantage de précision en termes de repérage temporel, sera la forme en -e/a alors que la forme en -ra apparaîtra comme en étant complètement extraite.

49Pour commenter les exemples cités plus haut, jugés transgressifs aux yeux d’une certaine norme grammaticale, mais permis par le système de la langue, on procèdera en deux étapes.

501) Au lieu de poser que c’est le verbe de la proposition principale qui régit le verbe de la subordonnée - principe hiérarchique d’ordonnancement de la phrase complexe communément admis - on envisagera les choses exactement à l’inverse : c’est du signifié de puissance des deux formes verbales du mode inactualisant, forme en -e/a et forme en -ra, que découlent un certain cadre d’emploi, certaines combinaisons syntaxiques observables dans le discours. La forme en -e/a et la forme en -ra appartenant au mode inactualisant, dont elles constituent un sous-ensemble, il découlera de ces représentations temporelles l’emploi dans des structures compatibles avec de l’inactualisant : le plus souvent, des phrases complexes incluant l’emploi de verbes dits « perspectivants » dans la « principale », l’emploi de tout type de verbes mettant en débat, refusant, de fait, l’accès à l’actualité d’un événement, l’expression d’un jugement porté sur un discours rapporté dans le cadre du « style indirect », c’est-à-dire toutes structures et/ou tout environnement linguistique intégrant une visée du locuteur inactualisante. La syntaxe de ces deux formes du mode inactualisant appelées traditionnellement « subjonctif présent » et « subjonctif imparfait » relève de l’étude de l’alternance modale traditionnelle entre « indicatif » et « subjonctif », c’est-à-dire renvoie à la question que l’on se pose traditionnellement en ces termes : qu’est-ce qui motive l’apparition du « subjonctif » dans une subordonnée ?

51Les exemples cités plus haut ont comme point commun de toujours relier la forme verbale du mode inactualisant dans la « subordonnée » à une visée du locuteur inactualisante. Le locuteur peut s’engager dans cette voie par une structure perspectivante introduite par un verbe comme dejar que (exemple 1), laquelle aboutira forcément à inactualiser un événement, à placer sa réalisation dans une ultériorité, donc à le détacher du temps d’expérience et à le placer dans l’imaginaire ; tout comme dans les structures le habían exigido que (exemple 2) et habrán deseado que (exemple 6), où les verbes exigir et desear impliquent dans leur sémantisme une éventuelle réalisation ultérieure, subséquente. Le mode inactualisant est parfaitement compatible avec ces représentations d’événements vus dans leur réalisation virtuelle.

52Dans les exemples (3) et (4), resultaría chocante que et le habría gustado que expriment un point de vue critique, un jugement de valeur qui supposent tous deux une alternative entre deux possibilités : dans le premier cas, on s’interroge sur la post-position de l’adjectif (syntaxe marquée ~ syntaxe non marquée) et l’on fait une estimation sur l’effet produit par la post-position dans certains cas ; la mise en débat explicite ici, chocante, est tout à fait compatible avec le mode inactualisant que signifique ; tout comme la tournure le habría gustado qui exprime un jugement et suggère une alternative entre deux options de signe contraire : privilégier une option par rapport à une autre, mais ne pas obtenir sa préférence. L’exemple (5) exprime une attente (esperando que bajara), ce qui est encore une autre façon de se trouver face à au moins deux possibilités, deux prévisions opposées : bajar ~ no bajar, conception ici également parfaitement compatible avec une représentation de l’événement inactualisante, bajara.

532) Au lieu de poser que c’est le temps du verbe de la principale qui détermine le temps de la subordonnée (soit le présent, soit le passé), on posera que le mode inactualisant offre au locuteur des degrés d’inactualité différents, et qu’en fonction de sa visée expressive, il choisira par contraste parmi les formes de plus en plus détachées de son présent d’expérience, de plus en plus abstraites de son actualité. Au sein de ces structures évoquées précédemment, ces deux temps verbaux pourront alterner en fonction du degré d’inactualité envisagé par le locuteur.

Al principio yo escuchaba las penas y dejaba que lloren sobre mí y me llenaba de lágrimas. / dejaba que lloraran…
Le habían exigido que celebre cuanto antes unas elecciones legislativas. / Le habían exigido que celebrara…
Resultaría chocante la posposición de un adjetivo que signifique cualidades / Resultaría chocante la posposición de un adjetivo que significara cualidades
Le habría gustado que su lista para asambleístas esté presidida por Jaime Nebot. / Le habría gustado que su lista para asambleístas estuviera presidida por Jaime Nebot.

54Dans ces exemples, entorses à la traditionnelle règle de la concordance des temps, il suffit de respecter la « norme », c’est-à-dire de remettre le verbe de la subordonnée à la forme en -ra, pour se rendre compte que le système linguistique autorise les deux formes. Sur le plan de l’interprétation de la forme verbale, en temps d’événement, cette double possibilité ne change rien. Autrement dit, l’événement auquel renvoient alternativement la forme en -ra ou la forme en -e/a, en fonction du contexte, est interprété de la même façon temporellement, rapporté au temps du verbe de la proposition dite « principale » : dejaba, habían exigido, resultaría, le habría gustado. Dans l’exemple (1), l’interprétation de lloren et de lloraran, en terme de chronologie des événements, et contextuellement, aboutira à la même nécessité : l’événement se trouve presque en coïncidence temporelle avec dejaban, ou dans son immédiate postériorité et, comme nous l’avons vu, cette interprétation est le fruit de la lecture de l’ensemble des éléments phrastiques. En revanche, le choix d’une forme ou de l’autre résulte du choix de conceptualisation du locuteur pour déclarer cet événement inactualisé. Avec la forme en -e/a, le repérage de l’événement est rapporté au moment de l’énonciation servant de limite mentale à partir de laquelle est calculé un « présent-futur » indivis, simplement du temps « non révolu », où prendra place l’événement, ici lloren. Le locuteur-observateur s’étant déjà transporté en imagination pour saisir un événement dans un espace déclaré par un « présent inactualisé », les deux conceptualisations apparaissent parfaitement compatibles. L’événement déclaré par lloren est inactualisé, mais il emporte encore avec lui l’idée d’une limite, d’un non-révolu rapporté à la forme inactualisante dejaba. La langue permet donc de se représenter un événement déclaré par la forme inactualisante lloren à partir de l’autre forme inactualisante dejaba. Avec llorara, rapporté à la forme dejaba, l’événement est inactualisé et détaché de toute limite ou extension temporelle ; le lien apparaît rompu avec le moment d’énonciation, comme si le locuteur faisait le choix de couper toute attache entre son temps d’expérience et cet événement conçu dans la plus grande abstraction et voué à rester dans l’inactuel. D’un point de vue chronologique par rapport à la forme dejaba, rien ne distingue llore de llorara, dans la mesure où llore n’est pas un « présent » ni llorara un « passé ». L’événement que déclarent ces deux formes, dans ce contexte précis, occupe un espace temporel compatible avec l’espace occupé par la forme dejaba. Mais d’un point de vue sémantique, sur le plan du degré de l’inactualité retenu par le locuteur, ces formes témoignent de deux choix différents d’un point de vue conceptuel entre un événement inactualisé mais porteur d’un repère temporel le raccrochant à un moment-limite et un événement inactualisé totalement décroché de cette limite. Le mécanisme est strictement le même dans les exemples suivants : celebre ~ celebrara ; signifique ~ significara, esté ~ estuviera. La langue permet de combiner la représentation d’un événement déclaré par un présent inactualisé d’aspect transcendant, habían exigido, avec la représentation d’un événement inactualisé exprimé, soit par une forme maintenant dans l’imaginaire l’idée de limite  ici le moment où l’exigence s’est exprimée, ce qui permet d’envisager une réalisation ultérieure –, soit par une forme encore plus inactualisante dégagée de toute idée de limite, et de fait davantage vouée sémantiquement à l’inactuel.

55La langue permet également de combiner la représentation d’un événement déclaré par un futur inactualisé d’aspect transcendant, le habría gustado, avec la représentation d’un événement lui aussi inactualisé mais rattaché imaginairement à un moment-limite - ici, le moment où s’exprime la préférence - offrant, même au sein de l’inactuel, la perspective d’une réalisation ultérieure. En revanche, le choix de estuviera à partir de le habría gustado inscrirait la représentation de l’événement dans l’irréel le plus poussé, c’est-à-dire le plus coupé de l’actualité du locuteur-observateur, sans possibilité aucune, au sein de l’inactuel, d’une quelconque réalisation.

56En bref, la concordance des temps d’événements est toujours possible et l’infinie variété des combinaisons offerte par la langue donne lieu à d’innombrables articles et ouvrages descriptifs. Mais la règle de la « concordance des temps » occulte le phénomène linguistique majeur qu’il faut remettre au premier plan en faisant état de la syntaxe observable dans l’usage de l’espagnol : la discordance sémantique, en Langue, entre les formes verbales appartenant au mode inactualisant et celles appartenant au mode actualisant.

Bibliographie

Bosque, I., Demonte, V. (éds), 1999, Gramática descriptiva de la Lengua Española, Madrid, Espasa Calpe.

Carrasco Gutiérrez, Á., 1994, « La concordancia de tiempos en las gramáticas del español », Verba, n° 21, p. 113-131.

Carrasco Gutiérrez, Á., 1999, « El tiempo verbal y la sintaxis oracional. La consecutio temporum », in Bosque, I., Demonte, V. (éds), Gramática Descriptiva de la Lengua Española, Madrid, Espasa Calpe, p. 3061-3128.

Carrasco Gutiérrez, Á., 2000, La concordancia de tiempos, Madrid, Arco/ Libros.

Chevalier, J.-C., 1978, Verbe et phrase (Les problèmes de la voix en espagnol et en français), Paris, Éditions hispaniques.

Chevalier, J.-C., Delport, M.-F., 1995, « Temps des choses, temps de l’outil », Modèles Linguistiques, Temps et langage (I), Actes du colloque international tenu à Paris-Sorbonne (12-14 janvier 1995), Tome XVI, Fascicule 1, Toulon, Éditions des Dauphins, p. 149-164.

Gerboin, P., Leroy, C., 1994, Grammaire d’usage de l’espagnol contemporain, Paris, Hachette.

Guillaume, G., 1973, Principes de linguistique théorique, Paris, Klincksieck / Québec, Presses de l’Université Laval.

Joly, A., 2008, « Notes de lectures : de quelques malentendus sur la définition du verbe », Modèles linguistiques, Tome XXIX, année 2008, vol. 57, Toulon, Éditions des Dauphins, p. 139-149.

Luquet, G., 2004, La teoría de los modos en la descripción del verbo español, Madrid, Arco/Libros.

Luquet, G., 2007, « Temps linguistique et “temps” verbaux en grammaire espagnole », Les Langues Modernes, n° 2, p. 43-58.

Luquet, G., 2008a, « De l’iconicité des morphèmes grammaticaux en espagnol », Actes du XIIe Colloque international de linguistique ibéro-romane (LIBERO), Rennes, 24-26 septembre 2008, à paraître.

Luquet, G., 2008b, « La concordance des temps ? Soit. Mais des temps de quels modes ? », Actes du colloque « La Concordance des Temps » (SEMH-GERLHIS), Paris, Colegio de España, 30-31 mai 2008, à paraître.

Molho, M., 1975, Sistemática del verbo español, Madrid, Gredos.

Rojo, G., Veiga, A., 1999, « El tiempo verbal. Los tiempos simples », in Bosque, I., Demonte, V. (éds), Gramática Descriptiva de la Lengua Española, Madrid, Espasa Calpe, p. 2867-3060.

Veiga, A., Mosteiro Louzao, M., 2006, El modo verbal en cláusulas condicionales, causales, consecutivas, concesivas, finales y adverbiales de lugar, tiempo y modo, Salamanca, Ediciones Universidad Salamanca.

Notes

1 Au contraire, par exemple, de la langue allemande qui distingue le temps physique, die Zeit, du temps linguistique, das Tempus ; de même, la langue anglaise oppose time et tense.

2 On remarquera, et c’est loin d’être anodin, que le mot « verbe » est le grand absent de cette expression « la concordance des temps » : la longue tradition grammaticale a laissé se mêler deux niveaux d’analyse pourtant bien distincts : le verbe en Langue, dans sa structure interne ou sémantèse, implique nécessairement le temps ; et le verbe, dans la phrase, au niveau de sa fonction syntaxique, vecteur de la prédication, rapporte un prédicat à un sujet.

3 Ibid., p. 225-226.

4 Ibid., p. 224-225.

5 Ibid., p. 225.

6 « Se usa el término deíxis para designar el proceso mediante el cual ciertas unidades lingüísticas remiten directamente a las coordenadas de un acto comunitativo, es decir, al lugar, tiempo y participantes. » Voir E. Alcaraz Varó y Ma Antonia Martínez Linares, 2004, Diccionario de lingüística moderna, Barcelona, Ed. Ariel, p. 189.

7 « En la oraciones independientes las formas verbales orientan sus relaciones temporales con respecto al momento de la enunciación. El momento de la enunciación es el eje de la deixis temporal […]. En las oraciones subordinadas, en cambio, el tiempo de evaluación para las formas verbales, el eje de la deixis temporal, pasa a ser el tiempo del evento de la oración principal. »

8 « El tiempo verbal es una categoría gramatical deíctica mediante la cual se expresa la orientación de una situación bien con respecto al punto central (el origen) bien con respecto a una referencia secundaria que, a su vez, está directa o indirectamente orientada con respecto al origen. »

9 « Un mot qui est un sémantème ne contient pas seulement des indications relatives à sa signification fondamentale : il contient en outre des indications relatives à l’emploi auquel il se destine, à celui, plus ou moins limité, qu’il prévoit pour lui-même, et c’est dans le champ de cette prévision que le mot se délimite et détermine son espèce. » (Guillaume, 1973 : 201-202)

10 On pourra se reporter également à l’ouvrage de référence pour une présentation d’ensemble de cette nouvelle théorie des modes, La teoría de los modos en la descripción del verbo español (Luquet, 2004).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3k

Auteur

Maître de conférences à l’université de Haute Bretagne – Rennes 2, où elle enseigne la linguistique hispanique. Ses recherches portent essentiellement sur la langue médiévale. Elle a publié aux PUR, en collaboration avec Virginie Dumanoir, un ouvrage d’approche du Moyen-Âge pour les étudiants, Espagnol médiéval, langue et littérature castillanes (XIIe-XVe siècles) en 2006. Elle a également publié des articles, en France et à l’étranger, sur les problèmes de traduction et le lien entre linguistique et littérature.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540