Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La concordance des temps

 | 
Gilles Luquet

Approches linguistiques

Un cas de non concordance : les structures absolues en espagnol médiéval

Chrystelle Fortineau

Résumé

Las construcciones absolutas, cuyo núcleo (adjetivo, participio o gerundio) es indiferente al tiempo del verbo principal, son un caso interesante de no concordancia. Su utilización frecuente durante la Edad Media ha llevado algunos autores a ver en ellas una de las características de la sintaxis medieval y una manifestación del carácter «primitivo» de ésta. Este trabajo se propone demostrar que, al contrario, estas estructuras suponen mecanismos bastante complejos: encubren configuraciones referenciales muy diversas; pueden servir de marco temporal al acontecimiento principal a pesar de situarse fuera del tiempo y, sobre todo, nos obligan a revisar la distinción tradicional entre hipotaxis y parataxis. La ausencia de nexo subordinante impide considerarlas como casos de hipotaxis stricto sensu pero su autonomía limitada, debida a su deficiencia temporal, tampoco permite interpretarlas como ejemplos de parataxis; se sitúan en el continuum que va de la simple yuxtaposición de predicaciones autónomas a la subordinación explícita.

Texte intégral

1Parmi les différents moyens linguistiques permettant de situer chronologiquement un événement, il en est un dont les textes historiques alphonsins font un usage abondant : un des éléments récurrents des chroniques d’Alphonse X est, en effet, la proposition participiale absolue. On ne compte pas les occurrences du type « Andados dos annos del Regnado del Rey don Pelayo » (Primera Crónica General) ou « Andados seis días de cuando el mundo fuera criado » (General Estoria), qui rythment les différentes étapes du récit et en dessinent l’ossature. On ne peut qu’être frappé par le fait que ces propositions participiales absolues ont pour rôle essentiel d’assurer le repérage temporel, alors qu’elles échappent à la règle de la concordance des temps ; leur « temps » est toujours le même, quel que soit celui de la proposition principale : elles posent un cadre temporel tout en étant elles-mêmes hors du temps. Cet apparent paradoxe mérite d’autant plus que l’on s’y attarde que ces constructions, bien que présentant une fréquence tout à fait remarquable dans les textes d’Alphonse X (et, plus généralement, dans les chroniques), n’en sont pas l’apanage ; on trouve des structures absolues – dont les propositions participiales ne sont qu’une des modalités – en grand nombre, dans tous les genres médiévaux.

2Certains auteurs considèrent même que ces structures sont une des caractéristiques de la langue médiévale et qu’elles sont une illustration du caractère « primitif » de sa syntaxe. Les lignes que Javier Elvira (2005 : 453) consacre à ce point sont on ne peut plus claires :

  • 1 « Hay un cierto acuerdo al considerar que la sintaxis de la lengua medieval se caracterizó por un m (...)

Il y a un certain accord pour considérer que la syntaxe de la langue médiévale se caractérisait par un primitivisme marqué, qui se manifeste dans le caractère plus lâche du discours et dans une relative pauvreté de liens syntaxiques, aussi bien de subordination que de coordination (notre traduction)1.

3L’auteur insiste ensuite sur le caractère archaïsant de la syntaxe médiévale, puis analyse, à titre d’exemples, les constructions absolues et les structures corrélatives. C’est ce point que nous nous proposons de questionner ici : les structures absolues de l’espagnol médiéval peuvent-elles être considérées comme un signe de « primitivisme syntaxique » ou, pour être encore plus précis, relèvent-elles de la parataxe primitive médiévale ?

  • 2 Voir, par exemple, Bello, 1984 [1847] : 341.

4Selon la définition traditionnelle2, les structures absolues se caractérisent par deux traits, qui seront successivement examinés : un sujet propre et l’absence de lien grammatical avec le reste de l’énoncé.

  • 3 Notre analyse porte sur un corpus d’un peu plus de 400 exemples, obtenu en dépouillant de façon exh (...)

5On s’interrogera tout d’abord sur la pertinence du terme « sujet » et l’on étudiera les différentes combinaisons que donne à voir le discours3.

6L’absence de lien grammatical ne signifie pas l’absence totale de relation : on s’intéressera donc ensuite à la nature des liens qui unissent les différents constituants de l’énoncé et en assurent la cohésion. Une attention particulière sera portée à la question des rapports temporels.

7Enfin, l’analyse ne saurait passer sous silence l’une des spécificités de ces constructions au Moyen Âge, à savoir l’ordre des mots au sein de la structure absolue. En effet, tout lecteur moderne ne peut qu’être surpris par les différences entre l’ordre médiéval et l’ordre moderne et par la diversité des combinaisons possibles au Moyen Âge : des structures telles que « Ellos estando en esto » (Zifar), avec antéposition du sujet, sont, si ce n’est choquantes, du moins inattendues, au regard de la norme actuelle. Or, chacun sait que l’ordre syntaxique est signifiant et que c’est même là une des conséquences majeures de la disparition de la flexion, lors de la transition du latin aux langues romanes : la déflexité a eu pour effet de rendre l’ordre des mots pertinent.

L’existence d’un sujet propre

La notion de « sujet »

8Le premier trait qui définit une structure absolue est un « sujet propre » ; or, cette notion n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes et ne permet pas de rendre compte de toutes les situations.

  • 4 G. Guillaume, Leçons de linguistique 1948-1949, série C, Québec, Presses de l’Université Laval / Pa (...)

9On peut tout d’abord douter de l’opportunité de parler de « sujet », lorsque le noyau de la structure absolue (le prédicat) est un adjectif, dans la mesure où la grammaire didactique a réservé l’usage de ce terme au sujet du verbe. On peut lui préférer le terme de « support », emprunté à Gustave Guillaume, et qui présente l’avantage d’avoir une portée beaucoup plus générale puisque la relation apport/support constitue la relation fondamentale du langage : « dans le discours, il est toujours parlé de quelque chose, qui est ce dont on parle, c’est-à-dire le support obligé, auquel l’apport, qui est ce qu’on en dira, aura son incidence4 ». Il en va de même lorsque le prédicat est ce que la tradition considère comme un « participe », étant donné qu’il s’agit en réalité d’un adjectif participial (c’est-à-dire une forme variable en genre et en nombre, qui appartient donc au plan du nom et pas au plan du verbe), selon une distinction déjà posée par Nebrija et que Marie-France Delport a récemment explicitée : « On réservera […] l’appellation participe à la forme proprement verbale et l’on désignera sous le nom d’adjectif participial la forme adjectivale dérivée de ce participe. » (Delport, 2004 : 91). Enfin, lorsqu’il s’agit d’une proposition gérondive, l’utilisation du terme « sujet » peut sembler plus légitime dans la mesure où le noyau de la structure est une forme verbale ; cependant, chacun sait que le verbe espagnol (et cela vaut aussi pour la forme non personnelle du gérondif) peut faire phrase à lui seul (verbe holophrastique) et qu’il n’y a donc pas nécessairement de « sujet exprimé ». Le mot « sujet » en vient à désigner des réalités fort différentes selon que l’énoncé contient ou non un mot ou un syntagme indiquant l’identité de l’être impliqué dans l’opération verbale. Il semble tout à la fois plus juste et plus commode d’utiliser là encore le terme de « support » pour désigner cet être. On parlera donc de support de l’adjectif qualificatif, de l’adjectif participial ou du gérondif : l’utilisation d’un même terme permet, en outre, de mettre l’accent sur le fait que ces trois formes se caractérisent par une incidence externe, puisque toutes trois ont la possibilité de trouver un support de signification en dehors d’elles-mêmes.

Non-coréférentialité

10La catégorie des structures absolues recouvre en réalité des configurations assez variées, dont la diversité tient pour partie à la nature du prédicat et pour partie à l’existence ou non d’un jeu de coréférentialité entre le support de la prédication absolue et un élément de la prédication principale.

11Le schéma canonique est celui dans lequel le support de la prédication absolue n’est coréférentiel avec aucun des éléments de la prédication principale, ce qui suppose, plus particulièrement, qu’il renvoie à un autre être que celui auquel réfère le support du verbe principal.

12a) Les deux supports (celui de la prédication absolue et celui de la prédication principale) peuvent recevoir une traduction linguistique (ce que la grammaire didactique nommerait un « sujet exprimé ») :

(1) «Ite missa est» dicha, la missa acabada,
era toda la gent por irse saborgada (Milagros, 883a-b)

13b) Mais cela n’est pas nécessaire ; l’un des deux supports (prédication absolue dans les exemples 2 et 4, prédication principale dans l’exemple 5) peut ne pas être explicité dans l’énoncé :

(2) E estando allí se quitó la niebla… (Tamorlán, 192)

14Dans cet exemple, le poste de support de estando est occupé par los embaxadores ; cette information n’est pas déclarée explicitement dans l’énoncé, et l’allocutaire doit donc la déduire du cotexte. Ce travail interprétatif se fait tout naturellement : ici, c’est la phrase précédente qui fournit cette indication.

(3) E este día tovieron allí los embaxadores la siesta, ante una fermosa fuente que y estava, so un arco de piedra. (Tamorlán, 192)

15Cette configuration récurrente dans Embajada a Tamorlán s’explique d’ailleurs aisément : tout le récit du voyage à Samarkand est organisé autour des différentes haltes marquées par les ambassadeurs d’Henri III et le repérage temporel et spatial se construit presque toujours (sauf mention contraire expresse) à partir des étapes de leur voyage ; il est donc tout à fait possible de faire l’économie de la mention du support lorsque ce poste est occupé par los embaxadores.

(4) Mas teniendo firme fee, e esperando en el galardón, las penas son dulçes. (Victorial, 236)

16Dans cet énoncé, le support du gérondif ne peut être identifié précisément : il s’agit d’une phrase de portée générale et tout lecteur comprend sans difficulté que les opérations déclarées par teniendo et esperando se rapportent à tout être potentiellement concerné i.e., ici, à « tout homme » ou « tout chrétien ». L’explicitation du support serait sans doute contraire à l’intention du locuteur car elle apporterait inévitablement une précision non seulement inutile mais qui, en outre, réduirait la vision globalisante que propose l’énoncé sans support exprimé.

  • 5 Voir J.-C. Chevalier, 1978 : 30.

17La non-explicitation du support de la prédication absolue ne peut se produire que lorsque le prédicat est un gérondif ; dans le cas d’un adjectif, participial ou qualificatif, il est impossible que le support ne figure pas dans l’énoncé. Cela tient au fait que l’adjectif est un simple apport notionnel, qui a nécessairement besoin de trouver, dans le discours, un support auquel s’appliquer, alors que le gérondif, en langue, est la mise en relation d’un apport et d’un support. En effet, le gérondif est constitué, comme toute forme verbale, d’un rapport de prédicativité entre un être E, jouant le rôle de support, et une information I, qui est apport de signification5. L’information I est elle-même constituée des relations entre l’être E et une opération O. Certes, l’être E n’est pas repéré dans le système de la personne ordinale (les formes du mode quasi-nominal livrant une représentation totalement affranchie du MOI, elles posent l’existence d’une personne support, mais sont inaptes à en déclarer le rang – cette faculté est réservée aux modes subjonctif et indicatif), il n’en reste pas moins que, de par sa simple existence, cet être permet au gérondif d’être une prédication – il n’y a donc pas, de ce point de vue, de « manque ». Mais il faut ajouter que le gérondif se caractérise par son incidence externe : il peut s’appuyer, dans le discours, sur un support extérieur à lui-même et, en cela, il ne diffère pas des formes verbales personnelles : « Si le verbe en effet, par constitution interne, est simultanément support et apport de signification, il lui est donné dans l’édification d’une phrase de fonctionner tantôt, et de façon indivisible, comme support et apport de signification, tantôt comme apport seulement. » (Chevalier, 1980 : 28)

18C’est également cette spécificité du verbe espagnol – sa capacité à fonctionner comme apport seulement ou comme apport et support – qui est exploitée dans l’exemple suivant :

(5) Matáronle en Burgos, en una pelea que se rebolvió sobre las posadas, estando ay el rey (Victorial, 228)

19Ici, l’identité du support de la prédication principale n’est pas dévoilée car elle est non pertinente : le support est une personne indéterminée, ce que marque la troisième personne du pluriel sans référent identifié.

Coréférentialité

  • 6 Voir, par exemple Ernout et Thomas, 1984 : 104 ou Sausy, 1988 : 262.
  • 7 « En construcción absoluta, el gerundio no se refiere ni al sujeto ni al objeto del verbo principal (...)

20Selon la doctrine classique, le support de l’ablatif absolu latin ne devait pas être repris dans le reste de la phrase ; certains auteurs ont voulu appliquer aux structures absolues de l’espagnol (qui en seraient les descendantes) cette règle latine, qui n’était pourtant pas elle-même rigoureusement respectée6 : « Dans une construction absolue, le gérondif ne se réfère ni au sujet ni à l’objet du verbe principal » (RAE, 1986 : 492, notre traduction7). L’observation du corpus montre que, à l’encontre de cette règle, les cas de coréférentialité sont relativement nombreux.

21a) Il peut y avoir coréférentialité du support d’une des prédications avec un élément autre que le deuxième support :

(6) E él durmiendo tomól una de las costiellas e enchió de carne el logar donde la tomara, e fizo de aquella costiella la mugier. (General Estoria, 10)

22Dans cet énoncé, le support du gérondif – él – et le complément d’objet indirect – l(e) – du verbe principal réfèrent tous deux au même être, ici Adam. Dans l’exemple suivant, c’est le complément du gérondif (le) et le support du verbe principal oyó qui ont même référent :

(7) La gente se fue para la cámara e falláronlo como muerto, e estando llorándole enderredor de él, oyó la moça llorar… (Zifar, 71)

23b) Il peut également y avoir coréférentialité des supports ; dans ce cas, le support de la prédication absolue reçoit une traduction linguistique :

(8) Entrando Calisto en una huerta empos de un falcón suyo, falló ý a Melibea. (Celestina, 209)

24Il arrive même que les deux supports soient explicités et, qui plus est, exactement de la même façon :

(9) … mas de allí adelante, veyendo el rey que hera de hedad para ello, e muy bastante para ser por sí señor e governador, púsole el rey gentes en su governança. (Victorial, 271)

25Il convient de noter que ces cas de coréférentialité sont relativement rares dans les textes les plus anciens (3 occurrences sur un total de 27 dans le Cid, 1 sur 20 dans les Milagros et 4 sur 19 dans le Libro de Apolonio) ; ce n’est qu’à partir de la fin du xiiie siècle qu’on les voit se multiplier, pour atteindre des proportions tout à fait importantes pendant tout le xive siècle : à titre d’exemple, les énoncés avec coréférentialité représentent la moitié de l’ensemble des exemples dans le Zifar et dans le Conde Lucanor, et plus d’un tiers dans le Libro de Buen Amor et Tamorlán. Bien que la taille modeste du corpus ne permette pas de tirer de conclusions générales, il semble bien qu’il y ait là, néanmoins, une évolution intéressante : la structure première, marquée par une relative indépendance des deux prédications, a évolué vers une plus grande intégration de la structure absolue, puisqu’un même être est concerné, à des titres différents, par l’une et l’autre opérations. Il y a donc eu une extension des exploitations discursives de la structure originelle.

L’absence de lien grammatical

  • 8 « … elles n’ont pas de lien grammatical avec le reste de la phrase » (Bello, 1984 [1847] : 341, not (...)

26Les structures absolues tiennent leur nom de l’ablatif absolu latin (un nom ou un pronom support et un participe prédicat à l’ablatif), dont elles seraient issues : l’ablatif était dit absolu (absolutus « délié ») en raison de l’absence de rapport syntaxique de dépendance. De même, les structures absolues romanes sont considérées comme n’ayant pas de lien grammatical avec le reste de l’énoncé8.

27On peut comprendre l’absence de « lien grammatical » comme l’absence de mot servant à établir un lien, c’est-à-dire l’absence de préposition ou de conjonction. Une telle définition exclut, de fait, des structures absolues, certains infinitifs prépositionnels (al + infinitif, por + infinitif…) et la tournure en + gérondif.

(10) … por ser esta dicha iglesia la mayor de la ciudat, fue traído [sic] e puesta allí aquella piedra. (Tamorlán, 132)

(11) … e fueron en anocheciendo a par de la Sierra Nevada (Tamorlán, 83)

28Les énoncés précédents ne peuvent pas, en toute rigueur, être considérés comme des exemples de structures absolues ; ils partagent cependant avec ces dernières un certain nombre de similitudes : les phrases du type de (10) et (11) présentent elles aussi deux prédications distinctes, on y observe la même variabilité concernant les supports (expression ou non, coréférentialité ou non) et, surtout, elles posent les mêmes questions en termes d’ordre des constituants. Le critère de l’absence de lien grammatical comporte donc une part d’arbitraire, puisqu’il laisse de côté des constructions pour lesquelles il existe quelques arguments en faveur de leur inclusion dans le groupe des structures absolues. On peut se demander s’il ne s’agit pas là de la transposition pure et simple d’une analyse pertinente pour le latin, mais moins adaptée à l’espagnol : la filiation n’implique pas l’identité.

29Indépendamment des difficultés de détermination et de délimitation, la définition de la structure absolue par l’absence de lien grammatical pose d’autres problèmes. En effet, l’absence de connecteur grammatical ne signifie pas qu’il n’existe pas de relation entre les deux prédications. La prédication absolue est bel et bien dépendante de la prédication principale, et cela en raison de son atemporalité :

    • 9 Sur la différence entre formalisation spatiale, qui livre le nom, et formalisation temporelle, qui (...)

    l’adjectif, en tant que forme nominale, se conçoit purement et simplement en dehors du temps9 ;

  • le gérondif, comme toute forme verbale, est bien une formalisation temporelle mais la singularité du mode quasi-nominal fait qu’il ne livre qu’une représentation d’endochronie (i.e. le temps interne à l’événement). L’absence de représentation du MOI, d’une part, empêche que la personne support se voie assigner un rang et, d’autre part, interdit tout découpage du temps d’univers (le temps dans lequel s’inscrit l’événement). Le gérondif, comme les autres formes du mode quasi-nominal, présente donc une carence fondamentale : il ne permet pas le repérage temporel de l’événement auquel il réfère, il ne propose qu’une représentation du déroulement interne de cet événement. Une des conséquences en est que, dans le discours, le gérondif doit nécessairement s’insérer dans la perspective d’une prédication temporellement repérée.

30Les prédications absolues, qu’elles aient pour noyau un adjectif ou un gérondif, ne permettent pas un ancrage temporel de l’événement – c’est d’ailleurs pourquoi elles échappent à la concordance des temps – ; ce repérage est assuré, dans le discours, par la prédication principale. C’est précisément ce qui assure le lien entre les deux prédications : le manque fondamental de l’une (l’incapacité à situer l’événement par rapport à l’instant de locution) est comblé par l’autre, d’où un lien de dépendance de la structure absolue envers la prédication principale.

31Il n’en reste pas moins que certaines structures absolues, en dépit semble-t-il de cette impuissance, peuvent jouer le rôle de complément circonstanciel de temps, ce qui ne laisse pas d’être paradoxal. La contradiction tombe d’elle-même si l’on prend garde au fait qu’il ne s’agit pas du même type de temps. Tout énoncé doit être situé par rapport au présent du locuteur : c’est, en général, le verbe qui tient ce rôle ; mais il existe d’autres repérages temporels, facultatifs ceux-là. On peut vouloir situer un événement par rapport à un repère non plus mobile (instant de locution) mais fixe : on aura alors recours à un complément indiquant la date ; on peut également souhaiter repérer deux événements l’un par rapport à l’autre : c’est là qu’interviennent les structures absolues. L’exemple (12) illustre bien ces différentes possibilités :

(12) Acabados los cielos e la tierra e todos las aposturas d’ellos cumplió Dios en el seteno día toda la su obra que fiziera. (General Estoria, 7)

  • 10 Voir Benveniste, 1974 : 71.

32Le repérage par rapport à l’instant de locution est assuré par le passé cumplió, qui marque l’antériorité ; le complément en el seteno día inscrit cet événement dans un calendrier, dont l’axe de référence10 est le premier jour de la Création du monde ; et enfin, l’adjectif participial acabados déclare une propriété, qui est la conséquence d’un événement achevé, celui qui serait signifié par le participe invariable acabado :

La forme verbale particulière qu’est le participe propose […] la représentation d’un événement non point saisi dans le moment où cet événement survient, se déroule, s’offre à l’état vif, en effection, mais saisi dans l’au-delà de cette effection, en tant qu’événement éteint, à l’état achevé – et impliquant par là-même son effection antérieure. […] À [l’]adjectif participial il revient de définir un être, d’en déclarer une propriété, une qualité, comme le font les autres adjectifs. Mais cette propriété, cette qualité entretiennent un rapport étroit avec un événement : celui, à l’état achevé, que dit le signifiant du participe, inscrit dans le signifiant de l’adjectif participial. Il s’agit, c’est bien clair, d’une propriété résultant dudit événement, d’une séquelle de cet événement : de l’état dans lequel cet événement place l’être qu’il affecte. (Delport, 2004 : 90-91)

33Résultativement, la structure absolue permet donc d’évoquer indirectement un événement antérieur à cumplió, mais nécessairement situé dans la même époque.

34Il ne faudrait pas déduire de ce qui précède que les structures absolues ont pour seule et unique fonction de situer chronologiquement un événement par rapport à un autre : il ne s’agit là que d’une des exploitations possibles de cette construction – particulièrement intéressante eu égard à l’apparent paradoxe qu’elle offre. En effet, les structures absolues peuvent jouer toutes sortes de rôles, dans la mesure où le lien qui les unit à la prédication principale n’est explicité par aucun connecteur et qu’il n’y a donc pas de restriction quant à la nature sémantique de ce lien. C’est là un des traits qui les différencie des subordonnées circonstancielles, dont elles sont parfois posées comme équivalentes. La conjonction de subordination qui ouvre une proposition circonstancielle, non seulement dénonce l’existence d’un lien de dépendance mais, en plus, déclare de quelle nature est ce lien : cause (porque), but (para que), concession (aunque), temps (cuando), etc. Rien de tel avec les propositions absolues : le lien de dépendance qui les unit au reste de l’énoncé ne reçoit pas de traduction linguistique et sa nature n’est donc pas spécifiée. On peut y voir une déficience, ou, au contraire, considérer qu’il s’agit là d’un fonctionnement particulièrement économique. Indépendamment de tout point de vue évaluatif, ces structures nous obligent surtout à reconsidérer la frontière entre parataxe et hypotaxe. En effet, de par l’absence de connecteur grammatical, elles relèvent plutôt de la parataxe mais leur autonomie restreinte, liée à leur incomplétude temporelle, et le lien de dépendance qui, de ce fait, les unit à la prédication principale, les rapproche plutôt de l’hypotaxe. Les structures absolues sont un cas intéressant de dépendance sans connecteur, qui les situe quelque part sur le continuum qui va de la simple juxtaposition de prédications autonomes à la subordination explicite.

L’ordre des mots

  • 11 « El sujeto del gerundio absoluto va siempre detrás de él. »
  • 12 Voir Fortineau, s.d.
  • 13 Par exemple, G. Le Tallec-Lloret relève 6 cas d’antéposition sur un total de 71 constructions absol (...)

35Une des particularités des structures absolues en espagnol médiéval est l’ordre dans lequel peuvent apparaître les différents éléments. La norme actuelle est relativement rigide, au moins en ce qui concerne le gérondif, puisque la postposition du support est obligatoire : « Le sujet du gérondif absolu est toujours placé après » (RAE, 1986 : 492, notre traduction11) et cette norme se vérifie dans l’usage12. La position du support de l’adjectif semble plus fluctuante et les critères qui entraînent l’une ou l’autre syntaxe sont assez flous : la RAE concède que l’antéposition du support est possible, dans certaines formules figées, quand le « sujet » est un pronom personnel et dans certaines propositions à valeur modale (RAE, 1986 : 498). Cependant, dans l’usage, la postposition est très largement la syntaxe majoritaire13.

36Au Moyen Âge, la situation est tout à fait différente ; quel que soit le noyau de la prédication absolue, deux syntaxes sont possibles :

(13) E ellos estando en esto, el su amigo a quien él casara con la su criada, que estava entre los otros, conosçiólo… (Zifar, 73)

(14) E estando ellos en esto, entraron dos omnes por la puerta… (Lucanor, 120)

(15) la missa dicha, grant sultura les dava (Cid, v. 1703)

(16) Acabada ya la missa, rrezas tan bien la sesta (Buen Amor, v. 381a)

  • 14 Le pourcentage des cas d’antéposition est le suivant : Cid : 70 %, Milagros : 52 %, Apolonio : 70 % (...)

37D’un point de vue diachronique, il est intéressant de noter que l’antéposition est la syntaxe la plus fréquente jusqu’au début du xive siècle et que la proportion s’inverse par la suite : à titre d’exemple, l’antéposition représente 70 % des cas dans le Cid, 36 % dans le Libro de Buen Amor et 5 % seulement dans la Celestina. Avant de devenir marginale, l’antéposition a donc été la syntaxe initialement majoritaire14. On peut y voir la manifestation de l’héritage latin puisque, en effet, dans l’ablatif absolu le support précède ordinairement l’apport, comme dans l’exemple suivant :

(17) omnibus rebus ad profectionem comparatis, diem dicunt
« tout ayant été réuni pour le départ, ils fixent le jour »
(César, B.G. I, 6, 4 in : Ernout et Thomas, 1984 : 104).

38Cependant, on observe également quelques très rares cas de postposition :

(18) Cartaginienses, prima luce oppugnaturis hostibus, saxis undique congestis augent vallum
« Les ennemis allant attaquer à l’aube, les Carthaginois apportent de tous côtés des pierres et exhaussent le retranchement »
(LIV. U.C. XXVIII, 15, 13 in Guisard et Laizé, 2001 : 279)

39Plus simplement, on peut considérer que cette syntaxe domine parce qu’elle est iconique de l’ordre de conceptualisation : le support étant nécessairement conçu dans l’antériorité de l’apport, il n’y a rien de surprenant à ce que les locuteurs choisissent massivement un ordre linéaire qui reproduit l’ordre dans lequel sont pensés les deux éléments. La postposition apparaît alors comme une innovation (bien que, nous l’avons vu, le latin n’ignore pas complètement cette syntaxe) ; elle a été, en tout cas, la syntaxe initialement marquée, avant de devenir la norme.

40La compréhension des mécanismes en jeu dans l’antéposition et la postposition suppose que l’on tienne compte des différences entre adjectif absolu et gérondif absolu, car, malgré les apparences, le groupe nominal ou le pronom n’ont pas exactement la même fonction dans les deux constructions.

  • 15 Ces remarques valent également en dehors des constructions absolues : tout adjectif épithète antépo (...)

41On rappellera que l’adjectif, qualificatif ou participial, n’est qu’un apport de signification, en attente d’un support auquel il sera versé dans le discours. Le groupe nominal « sujet », qu’il soit antéposé ou postposé, joue donc toujours le rôle de support de l’adjectif, avec pour seule nuance que le lien entre l’adjectif et le substantif est plus étroit lorsqu’il y a postposition : en effet, énoncer d’abord l’adjectif (l’apport) revient à créer une attente, qui est comblée par le substantif (le support), alors que, lorsque c’est le substantif qui apparaît en premier, rien n’indique a priori qu’il sera suivi d’un adjectif15.

  • 16 Fortineau, à paraître.

42Le gérondif, en revanche, est, en langue, tout à la fois support et apport de prédication ; dans le discours, il peut fonctionner comme support et apport ou comme simple apport. De là découle une plus grande variété de syntaxes. Nous avons montré, dans un travail précédent16, que trois combinaisons discursives sont possibles au Moyen Âge, dans les structures absolues ayant un gérondif pour noyau.

  • 17 M. Molho, 1975 : 223.

43a) Lorsqu’il y a postposition, le gérondif est tout à la fois support et apport et le substantif sert simplement à identifier le support dont le gérondif pose la représentation ; Maurice Molho (1975 : 223) a proposé de nommer ce poste connexus17. Par ailleurs, Jean-Claude Chevalier (1999 : 89) a montré que si une forme verbale était simultanément conçue comme support et apport, les pronoms atones (qui sont un élément du support) ne pouvaient apparaître qu’en position enclitique. L’examen du corpus montre que, comme cela était prévisible, la postposition du connexus va toujours de pair avec l’enclise :

(19) Governándose el pueblo de Israel por el profeta Samuel, amigo de Dios […] juntáronse todos los mejores de aquel pueblo… (Bienandanzas, II, 7)

44b) Lorsqu’il y a antéposition, le substantif peut jouer le rôle de support – dans ce cas, le gérondif est un simple apport – mais il peut aussi jouer le rôle de thème – le gérondif est alors à la fois support et apport. C’est la position des pronoms atones qui dénonce le statut du gérondif ; la proclise indique que le substantif joue le rôle de support :

(20) En estas nuevas todos se alegrando, / de part de Orient vino un coronado. (Cid, 1287-1288)

45L’enclise, à l’inverse, est le signe que le gérondif est simultanément support et apport :

(21) Yo sirviéndovos sin art e vós, pora mí, muert conseiastes. (Cid, 2676)

46Dans cet exemple, le pronom yo ne peut jouer le rôle de support ; sa position, en tête de phrase, et la structure de cette dernière (opposition très nette yo /vs/ vós) dénoncent, en revanche, son statut de thème de la première prédication.

47Le gérondif absolu offre donc, au Moyen Âge, les trois syntaxes suivantes :

a) gérondif + [pronom ou substantif = connexus] (exemple 19).
b1) [pronom ou substantif = support] + proclise + gérondif (exemple 20)
b2) [pronom ou substantif = thème de la prédication gérondive] + gérondif + enclise (exemple 21)
L’absence de pronom atone neutralise l’opposition entre les syntaxes b1 et b2.

  • 18 Voir Fortineau, à paraître.

48L’antéposition est donc une syntaxe tout à la fois conforme à l’ordre de conceptualisation et favorable au procédé de thématisation, dont la langue médiévale semble faire grand usage ; la postposition permet de renforcer le lien entre l’adjectif et son support et, pour ce qui est du gérondif, de faire passer au second plan l’identité du support et, donc, de mettre en avant l’opération18. Au-delà, cette dernière syntaxe, comme l’a montré M.-F. Delport, permet surtout d’indiquer que la prédication est close. En effet, lorsque la prédication commence par un substantif, rien ne permet de savoir si celui-ci sera ou pas le support d’une autre prédication – il n’existe pas d’indice permettant de savoir qu’il s’agit d’une prédication autonome – ; en revanche, la postposition du substantif oblige à penser cette prédication comme une unité close. Le figement de la syntaxe (évolution vers la postposition quasi obligatoire) servirait à marquer l’unité de la prédication, à en signaler la clôture.

La structure antéposante [antéposition du noyau i.e. postposition du support] […] répond à une stratégie narrative qui semble livrer au récepteur un apport en attente de son support. En faisant le choix de cette structure, et compte tenu de la linéarité qui l’oblige à présenter matériellement en successivité ce qu’il conçoit comme une simultanéité, le sujet parlant dote les prédications secondaires autonomes d’une forme spécifique où la déclaration retardée du support renforce l’indissociabilité des deux termes de la prédication. Il faut ensuite, du moyen âge à nos jours, imaginer que, peu à peu, cette forme adéquate s’est convertie en forme obligée en espagnol. (Delport, à paraître)

49L’imposition progressive de cette syntaxe contrainte est peut-être liée, par ailleurs, au développement des énoncés où les deux supports sont coréférentiels, puisque l’ambiguïté sur le statut du substantif en position initiale est encore plus grande dans ce cas. L’examen d’un exemple sans coréférentialité fera mieux comprendre, par contraste, de quoi il s’agit.

(22) Yo cerca ti estando, non ayas pavor (Milagros, 126a)

50Dans cet exemple, si l’on suit l’ordre linéaire d’exposition, yo pose un support auquel est ensuite rapporté estando, mais rien n’indique alors que yo n’est pas également le support de la prédication principale ; c’est la présence de , support de ayas, qui, a posteriori, permet de comprendre que yo estando est une prédication close.

(23) Onde Dios veyendo la malicia de los omnes crecer cada día […] tovo que pena le yazié en aver fecho all omne. (General Estoria, 47)

  • 19 Le critère de la ponctuation ne peut pas être utilisé de façon certaine : celle de l’éditeur modern (...)

51Ici, en revanche, la forme verbale tovo ayant le même support que veyendo, à savoir Dios, rien ne permet de connaître le statut de Dios : doit-il être interprété comme le support de veyendo ? ils forment alors ensemble une prédication absolue ; ou doit-on y voir le support de tovo ? dans ce cas, veyendo n’est plus une prédication autonome. Rien ne permet de trancher19. Toutes ces questions disparaissent d’elles mêmes lorsque le substantif est postposé :

(24) Onde veyendo Dios la flaqueza de la natura de los omnes, […] dixo: —non durará el mío espíritu en el omne por siempre, ca es carne. (General Estoria, 47)

52La postposition de Dios vient clore la prédication gérondive, dont l’autonomie ne fait alors aucun doute.

53C’est donc vraisemblablement plus qu’une coïncidence si la postposition du substantif ou du pronom s’impose quelque temps après le développement des cas de coréférentialité des supports : l’adoption d’une syntaxe figée (la postposition), qui indique de façon explicite que la prédication absolue est close, permet en effet de lever le risque grandissant d’ambiguïté sur le statut du substantif en position initiale, et donc sur le caractère autonome ou pas de la prédication. Ce n’est sans doute pas un hasard non plus si la syntaxe du gérondif absolu est plus rigide que celle de l’adjectif absolu : la coréférentialité des supports concerne massivement le gérondif et infiniment moins l’adjectif. Que l’ambiguïté liée à la coréférentialité ne soit pas la cause directe du figement de la syntaxe, c’est plus que certain, mais qu’elle ait favorisé cette évolution, voilà qui nous semble plus que probable. Finalement, on constate que, comme souvent en diachronie, les pertes et les gains s’équilibrent : l’extension du champ des combinaisons discursives possibles (apparition et développement de la coréférentialité des supports) va de pair avec une réduction des syntaxes possibles (la postposition devient obligatoire).

54Les structures absolues de l’espagnol médiéval, du fait de l’absence de subordonnant, ne relèvent pas de l’hypotaxe au sens strict, mais ce ne sont pas pour autant des cas de parataxe, dans la mesure où leur autonomie est limitée par leur incapacité à situer l’événement dans le temps d’univers. Elles nous obligent donc à revoir la dichotomie hypotaxe/parataxe et à poser l’existence d’un continuum, allant de l’absence totale d’intégration (propositions juxtaposées) à la dépendance la plus complète (propositions subordonnées), en passant par le statut intermédiaire de prédication seconde dépendant d’une prédication principale, sans connecteur grammatical, qui est celui des structures absolues.

55D’autre part, la progressive extension de leurs emplois (élargissement à la coréférentialité) les éloigne de l’ablatif absolu latin dont elles seraient issues ; elles ne sont pas une simple transposition de la construction primitive (au sens de « première ») : la langue espagnole a largement développé les capacités discursives de ces structures. La richesse des possibilités d’emploi ainsi que la complexité des mécanismes mis en œuvre – notamment le jeu sur l’ordre des mots – interdisent par ailleurs que l’on parle de primitivisme, si primitif a le sens de « simple » ou « grossier ». En revanche, le caractère économique de ces constructions (on pourrait parler de « subordination sans subordonnant ») ne fait aucun doute et c’est peut-être ce qui explique leur fréquence.

56Finalement, si la parataxe primitive est autre chose qu’un mythe, les structures absolues n’en sont pas une manifestation.

Bibliographie

Corpus

Poema de mio Cid, 1987 [1201-1207], Edición, introducción y notas de Ian Michael, Madrid, Clásicos Castalia.

Berceo, Gonzalo de, 1996 [1245-1255], Milagros de Nuestra Señora, Edición de Michael Gerli, Madrid, Cátedra, Letras Hispánicas.

Libro de Apolonio, 1987 [1250], Edición, introducción y notas de Carmen Monedero, Madrid, Clásicos Castalia.

Alfonso X el Sabio, 2001 [1272], General estoria, Primera parte (Génesis), Edición, introducción y aparato crítico de Pedro Sánchez-Prieto Borja, Madrid, Biblioteca Castro.

Libro del caballero Zifar, 1982 [1300-1305], Edición, introducción y notas de J. González Muela, Madrid, Clásicos Castalia.

Don Juan Manuel, 2001 [1330-1335], Libro de los enxiemplos del Conde Lucanor e de Patronio, Edición de Alfonso I. Sotelo, Madrid, Cátedra, Letras Hispánicas.

Arcipreste de Hita, 2003 [1330-1343], Libro de Buen Amor, Edición, introducción y notas de G. B. Gybbon-Monypenny, Madrid, Clásicos Castalia.

González de Clavijo, Ruy, 1999 [1403-1406], Embajada a Tamorlán, Edición, introducción y notas de Francisco López Estrada, Madrid, Clásicos Castalia.

Díaz de Games, Gutierre, 2001 [1435-1448], El Victorial, Edición de Rafael Beltrán Llavador, Madrid, Clásicos Taurus.

García de Salazar, Lope, Istoria de las bienandanzas e fortunas, [1492], edición de Ana María Marín Sánchez, http://parnaseo.uv.es/Lemir/Textos/bienandanzas/Menu.htm.

Rojas, Fernando de, 1991 [1500], Comedia o Tragicomedia de Calisto y Melibea [La Celestina], Edición, introducción y notas de Peter E. Russell, Madrid, Clásicos Castalia.

Travaux cités

Bello, A., 1984 [1847], Gramática de la lengua castellana, Madrid, Edaf.

Benveniste, É., 1974, « La communication », Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, p. 69-75.

Chevalier, J.-C., 1978, Verbe et phrase (Les problèmes de la voix en espagnol et en français), Paris, Éditions Hispaniques.

Chevalier, J.-C., 1980, « Syntaxe des pronoms compléments », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, n° 5, p. 25-66.

Chevalier, J.-C., 1999, « Chrono-syntaxe et collocation des pronoms compléments en espagnol », Mélanges de linguistique, sémiotique et narratologie dédiés à la mémoire de Kasimir Mantchev, à l’occasion de son 60e anniversaire, Sofia, Éditions Colibri, p. 68-90.

Delport, M.-F., 2004, Deux verbes espagnols : haber et tener. Étude lexico-syntaxique. Perspective historique et comparative, Paris, Éditions Hispaniques.

Delport, M.-F., à paraître, « Remarques sur la morphologie et sur la syntaxe des constructions dites absolues », Journées d’étude du GERLHIS, « Morphologie et syntaxe de l’espagnol. Méthodes d’approche », 14-15 mars 2008.

Douay, C., Roulland, D., 1990, Les mots de Gustave Guillaume, Presses Universitaires de Rennes.

Elvira, J., 2005, « Los caracteres de la lengua: gramática de los paradigmas y de la construcción sintáctica del discurso », in Cano Aguilar, R. (éd.), Historia de la lengua española, Barcelona, Ariel, p. 449-472.

Ernout, A., Thomas, F., 1984, Syntaxe latine, Paris, Klincksieck.

Fortineau, C., s.d., Le gérondif espagnol, éléments de syntaxe et de sémantique, Thèse de doctorat nouveau régime, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Fortineau, C., à paraître, « Le gérondif en espagnol médiéval », Actes du XIe colloque de Linguistique Hispanique (« Aspects actuels de la linguistique hispanique »), Université Paris 13, 5, 6 et 7 octobre 2006.

Guillaume, G., 1964, Langage et science du langage, Paris, Librairie A.-G. Nizet / Québec, Presses de l’Université Laval.

Guisard, P., Laizé, C., 2001, Grammaire nouvelle de la langue latine, Rosny-sous-Bois, Bréal.

Hagège, C., 1986, L’homme de paroles, Paris, Fayard.

Le Tallec-Lloret, G., 2006, « La collocation de l’adjectif épithète dans El intérprete de Néstor Ponce : vision du locuteur et traduction », in Hibbs, S., Martinez, M. (éds.), Colloque de la Société des Hispanistes Français « Traduction, adaptation, réécriture » (mai 2005), Presses Universitaires de Toulouse-Le Mirail, p. 317-327.

Molho, M., 1975, Sistemática del verbo español, Madrid, Gredos.

Real Academia Española, 1986 [1973], Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, Madrid, Gredos.

Sausy, L., 1988, Grammaire latine complète, Paris, Librairie Fernand Lanore.

Notes

1 « Hay un cierto acuerdo al considerar que la sintaxis de la lengua medieval se caracterizó por un marcado primitivismo, que se manifiesta en el carácter más suelto del discurso y en una relativa pobreza de nexos sintácticos, tanto subordinantes como coordinantes. »

2 Voir, par exemple, Bello, 1984 [1847] : 341.

3 Notre analyse porte sur un corpus d’un peu plus de 400 exemples, obtenu en dépouillant de façon exhaustive les ouvrages dont la liste figure en fin d’article, dans la bibliographie, et qui couvrent une période allant du début du XIIIe à la fin du XVe siècle.

4 G. Guillaume, Leçons de linguistique 1948-1949, série C, Québec, Presses de l’Université Laval / Paris, Klincksieck, 1973, p. 61, cité dans Douay et Roulland, 1990 : 26.

5 Voir J.-C. Chevalier, 1978 : 30.

6 Voir, par exemple Ernout et Thomas, 1984 : 104 ou Sausy, 1988 : 262.

7 « En construcción absoluta, el gerundio no se refiere ni al sujeto ni al objeto del verbo principal… »

8 « … elles n’ont pas de lien grammatical avec le reste de la phrase » (Bello, 1984 [1847] : 341, notre traduction [« no tienen conexión gramatical con el resto de la sentencia »]).

9 Sur la différence entre formalisation spatiale, qui livre le nom, et formalisation temporelle, qui livre le verbe, voir Guillaume, 1964 : 87-90.

10 Voir Benveniste, 1974 : 71.

11 « El sujeto del gerundio absoluto va siempre detrás de él. »

12 Voir Fortineau, s.d.

13 Par exemple, G. Le Tallec-Lloret relève 6 cas d’antéposition sur un total de 71 constructions absolues ayant pour noyau un adjectif dans El intérprete de N. Ponce (Le Tallec-Lloret, 2006).

14 Le pourcentage des cas d’antéposition est le suivant : Cid : 70 %, Milagros : 52 %, Apolonio : 70 %, General Estoria : 50 % pour les gérondifs — aucun cas d’adjectif, Zifar : 61 %, Lucanor : 10 %, Buen Amor : 36 %, Tamorlán : 20 %, Victorial : 35 %, Celestina : 5 %.

15 Ces remarques valent également en dehors des constructions absolues : tout adjectif épithète antéposé est plus intimement lié au substantif qu’un adjectif postposé. Voir, par exemple, Hagège, 1986 : 241-244.

16 Fortineau, à paraître.

17 M. Molho, 1975 : 223.

18 Voir Fortineau, à paraître.

19 Le critère de la ponctuation ne peut pas être utilisé de façon certaine : celle de l’éditeur moderne (cas le plus fréquent) peut être discutée et la ponctuation originelle du manuscrit répond à un système qui n’est pas celui d’aujourd’hui.

Auteur

Maître de conférences en linguistique hispanique à l’université de Nantes, où elle enseigne la linguistique, la grammaire et la traductologie. Ses recherches, basées sur le postulat de l’unicité du signe linguistique, portent sur la langue médiévale et sur la langue contemporaine (souvent dans une perspective contrastive espagnol/français) et sont essentiellement consacrées aux formes verbales non personnelles.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540