Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La concordance des temps

 | 
Gilles Luquet

Approches linguistiques

Alternances du futur du subjonctif en castillan médiéval : ruptures de concordance ?

Mónica Castillo Lluch et Marta López Izquierdo

Résumé

Este trabajo explora el posible abanico de variación del futuro de subjuntivo con otras formas verbales en castellano medieval, a partir del estudio del texto de las Flores de Derecho de Jacobo de Junta, en la edición de Jean Roudil, que presenta de manera yuxtalineal los dieciocho manuscritos castellanos que se han conservado de la obra. La alternancia observable entre cantare y cantase, canto, cante y canté da lugar a aparentes discordancias de tiempos que responden sin embargo a una determinada lógica discursiva.

Texte intégral

1Deux textes de la deuxième moitié du xiiie siècle, la Segunda Partida, d’Alphonse X le Sage, et les Flores de Derecho, de Jacobo de Junta, nous fournissent des exemples de ce qu’on pourrait considérer, à première vue, comme des ruptures de la concordance verbale. Il s’agit de phrases dans lesquelles le subjonctif futur est en alternance avec le subjonctif imparfait dans des contextes dans lesquels on pourrait s’attendre à l’un mais pas à l’autre. Ainsi dans :

(1) E en cada vna de lasleyes deste titulo diremos el pro que yaze en esto quando bien lo fiziere. E otrosi el daño quando non lo fiziesse assi (SP, Título II, preámbulo)

(2) E porende conuiene en todas guisas que los Reyes teman a Dios, ca si le non temieren, non le conoscerian ni le aurian amor verdadero (SP, Título II, ley 3)

2Dans le premier exemple, le subjonctif futur de la subordonnée temporelle introduite par quando sous la dépendance du verbe principal au présent de l’indicatif, yaze, respecte la concordance temporelle. En revanche, la deuxième subordonnée temporelle, placée également dans une perspective de présent, porte un verbe au subjonctif imparfait. Le cas opposé est illustré par (2) où l’apodose avec un conditionnel (conoscerian) semble être en rupture de concordance avec la protase, dont le verbe, temieren, est au subjonctif futur et non au subjonctif imparfait.

3De tels exemples nous ont conduites à nous interroger sur ce qu’était le spectre possible de variation du futur du subjonctif avec d’autres formes verbales en castillan médiéval. Pour cette étude, nous avons retenu comme corpus le texte des Flores de Derecho dans ses différents manuscrits. Dans cette œuvre se produit une alternance entre cantare et cantase, canto, cante et canté, et ce sur un double plan : d’un côté syntagmatique, quand le futur du subjonctif et l’autre forme avec laquelle il est en alternance se trouvent dans la même phrase ou dans le même type de phrase, à l’intérieur d’un même manuscrit – comme dans le cas de l’exemple (1) supra – ; d’autre part, sur un plan paradigmatique, dans les cas où le futur du subjonctif est remplacé par une autre forme verbale dans un manuscrit différent :

(3) Titolo de los hermanos · ley · prima · Quando el hermano quier aplaçar · o acusar a otro su hermano (FD-ESa, 3. 320)

(4) Titulo de los hermanos / Quando el hermano quisiere aplazar o acusar a otro su hermano (FD- TO, 3. 320)

  • 1 Rappelons que plusieurs aspects de l’histoire de cantare sont encore assez débattus. Ainsi, la ques (...)

4L’étude de ces alternances devrait permettre de mieux cerner les relations que le subjonctif futur entretenait avec les autres temps du subjonctif et de l’indicatif à une époque où il était pleinement opérationnel dans le système verbal1.

Corpus et données

5Le texte des Flores de Derecho fut composé dans la deuxième moitié du xiiie siècle par Jacobo de Junta, jurisconsulte de la cour castillane d’Alphonse X. Il s’agit d’un traité destiné au roi à sa propre demande, dans lequel l’auteur décrit des aspects concernant les procès et oriente le roi sur la façon dont il doit se comporter dans sa fonction de juge.

  • 2 L’édition juxtalinéaire à proprement parler occupe les volumes 2 à 5B du tome I, déjà paru. Les tom (...)
  • 3 Voir pour la description détaillée des différents « actes d’écriture » (comme Roudil se plaît à les (...)

6L’intérêt de ce texte pour notre objet de recherche est double : d’une part, dans le discours législatif les normes s’expriment par le moyen d’hypothèses qui associent un fait supposé à une conséquence légale (p → q). De ce fait, ce sont les phrases conditionnelles et les relatives hypothétiques qui sont les plus fréquentes, justement les contextes syntaxiques de prédilection pour l’emploi du futur du subjonctif. D’autre part, on dispose d’une édition exceptionnelle de ce texte, réalisée par Jean Roudil (2000)2. Cette édition se compose de trois tomes, dont le premier, en six volumes, constitue une édition juxtalinéaire qui montre parallèlement les différentes lectures des dix-huit manuscrits castillans conservés de l’œuvre (qui vont du xiiie siècle à la fin du xve3). Une double lecture de l’édition, horizontale et verticale, est possible, ce qui nous permet en l’occurrence d’observer de façon systématique les alternances que cantare présente dans le texte, en même temps sur l’axe syntagmatique et paradigmatique. Ainsi, le futur du subjonctif dans l’exemple (5), selon le manuscrit d’Oxford, présente d’importantes variations paradigmatiques dans l’édition juxtalinéaire pour la subordonnée temporelle introduite par quando. En revanche, aucune variation temporelle n’est attestée pour le verbe de la protase conditionnelle de ce même exemple. D’un point de vue syntagmatique, par ailleurs, l’édition de Roudil permet d’observer les possibles relations entre le temps et le mode du verbe principal (podra / pueda / podrie) et les alternances de la subordonnée temporelle.

  • 4 Pour des raisons typographiques, nous omettons certains signes graphiques utilisés par Jean Roudil (...)

(5) porque se mester los ouier non los podra auer quando los quisier (FD-OX, 5, 224)4

OX

ouier

podra

quisier

RA

ouier

puedan

quisiesse

ESa

ouiere

podra

quisiere

MAa

ouiere

podrie

quisiere

ESb

ouiere

podra

quisiere

ESc

ouiere

pueda

quisiere

MAb

oujere

podria

qujssiesse

MAc

ouyere

podra

quisiere

MAd

TO

oujere

podrje

quisiese

ESd

ESe

ouier

podra

quisier

WA

oviere

podria

quisiere

SA

RE

oviere

podra

quisiere

ESf

oujere

podra

quisiere

HC

ouier

pueda

quisier

VA

oviere

podra

quisiere

7Un exemple comme le précédent donne une idée d’à quel point l’édition utilisée peut fournir des variantes d’une même forme et des variantes dans l’association des formes. Les multiples combinaisons observables dans (5) créent d’emblée une image mouvante de la corrélation des formes verbales : si la séquence ouiere – podra – quisiere est la plus fréquente (8 occurrences sur un total de 15), nous voyons qu’au moins quatre autres schémas sont possibles (ouiere – podria – quisiere ; ouiere – podria – quisiese ; ouiere – pueda – quisiere et ouiere – pueda – quisiese) avec des différences sémantiques sensibles, en ce qui concerne notamment la variation dans le mode du verbe principal. Pour essayer de cerner le fonctionnement du subjonctif futur dans une édition aussi polyphonique, nous avons identifié tous les cas où il apparaissait dans l’un des manuscrits au moins et nous avons systématiquement relevé les alternances avec d’autres formes. Le tableau 1 montre les occurrences de la forme cantare seule ou en alternance dans les différents types de propositions où on la retrouve dans l’édition des Flores de Derecho.

Tableau 1. Nombre total d’occurrences de cantare dans les Flores de Derecho

cantare

cantare

/

cantase

cantare

/

cante

cantare

/

canta

cantare

/

canté

plusieurs alternances

TOTAL

conditionnelle

96

21

1

28

14

11

171

relative

31

6

2

12

16

4

71

temporelle

25

6

3

6

5

3

48

complétive

2

1

1

1

-

1

6

comparative

4

-

-

1

1

-

6

modale

2

-

1

-

1

1

5

concessive

1

-

1

-

-

1

3

TOTAL

161

34

9

48

37

21

310

Alternance cante / cantare

8Pour nombre d’auteurs, dont Veiga (1989 et 2006) ou López Rivera (1994), cantare et cante sont sémantiquement équivalents, mais ils se différencient par leur distribution syntaxique. Ainsi, López Rivera écrit :

  • 5 « Cante y cantare responden a los mismos contenidos aspectuales, temporales y modales. Difieren, en (...)

Cante et cantare repondent aux mêmes contenus aspectuels, temporels et modaux. Ils diffèrent, en revanche, dans leur distribution syntaxique ; cante ne souffre aucune restriction d’emploi, il apparaît aussi bien dans les propositions indépendantes que dans les subordonnées ; cantare se limite, au contraire, aux propositions subordonnées (et pas dans n’importe quel type). (1994 : 116, notre traduction)5

9Veiga (2006 : 144-145) exprime des propos similaires à ce sujet :

  • 6 « Las formas cante y cantare coincidían en el antiguo español, pues, en su valor modal como formas (...)

Les formes cante et cantare coïncidaient ainsi en espagnol ancien, dans leur valeur modale comme formes subonctives et comme formes de non-irréalité, de même que dans la valeur temporelle qu’elles exprimaient. Leur comportement syntaxique, en revanche […] était très différent. (notre traduction)6

10L’étude de López Rivera (1994) sur un corpus d’un millier d’occurrences allant du xiiie au xvie siècle montre que cantare ne pouvait s’employer que dans les subordonnées des types suivants :

  • 7 Autres (cas isolés) : complétives (2 exemples), comparative de mode (1 exemple).

conditionnelles

42,3 %

relatives

39,3 %

temporelles

14,06 %

modales

1,6 %

locatives

1,7 %

concessives 7

0,5 %

11Comme le montre le tableau 1, nous avons constaté que dans les Flores de Derecho les contextes syntaxiques d’apparition de cantare correspondent à ceux décrits dans la bibliographie. De même, l’alternance cante / cantare est très peu représentée : ces deux formes conservent dans le texte étudié la distribution syntaxique presque complémentaire signalée par les études mentionnées.

Alternance cantare / cantase

12Veiga (2006) s’occupe de l’alternance cantare / cantase dans les phrases conditionnelles. Il considère qu’il s’agit de « constructions hybrides » (« esquemas híbridos »), suivant ce que Keniston appelle « mixed conditions » dans lesquelles « the point of view of the speaker or writer changes during the expression of the sentence, shifting from more vivid to less vivid, or from less vivid to more vivid » (Keniston 1937 : 413). Keniston explique plus loin : « While in the strictest sense such combinations are illogical, they are nevertheless a perfectly natural linguistic phenomenon, particularly in speech, where the improvised character of discourse leads to sudden shifts in point of view » (1937 : 418).

13Les exemples (6) – (7) présenteraient une rupture de concordance, explicable à partir d’un changement de focalisation de l’événement de la part du locuteur :

(6) Si tuviere, daría
(7) Si tuviese, daré

14Dans leur étude sur les conditionnelles au Moyen Âge, Guillermo Rojo et Emilio Montero (1983) trouvent des exemples de structures hybrides avec subjonctif imparfait dans la protase et indicatif présent ou futur dans l’apodose : les phrases du type si tuviese, doy ou si tuviese, daré atteignent des occurrences significatives (> 10%) entre 1250-1325.

15Rafael Cano Aguilar, de son côté, mentionnait brièvement l’alternance cantare / cantase dans son manuel de 1988 :

  • 8 « El llamado futuro de subjuntivo no se distinguía con claridad de los otros tiempos de este modo: (...)

Le temps appelé futur du subjonctif ne se distinguait pas clairement des autres temps de ce mode : comme eux, il signifiait « hypothèse », « possibilité » ou « éventualité », référées au futur, mais aussi au présent, ce qui le faisait coïncider partiellement avec le présent ; dans les contexes où s’intensifiait la nuance d’« hypothèse » (dans les strtuctures conditionnelles, par exemple) il pouvait être remplacé par l’imparfait. (1988 : 164, notre traduction)8

16Dans une série de travaux consacrés récemment aux conditionnelles en espagnol médiéval, Cano Aguilar apporte de nouveaux éléments sur l’alternance cantare / cantase. Il constate que le subjonctif imparfait, cantase, employé dans les protases des conditionnelles, ne s’emploie pas uniquement pour exprimer des conditions irréelles, mais qu’il peut évoquer un continuum d’hypothèses allant de la probabilité à l’impossibilité. À partir de l’étude d’un corpus d’ouvrages appartenant à des genres différents, il souligne le comportement particulier des conditionnelles dans la Première Partie d’Alphonse X, où l’alternance cantare / cantase dans les protases est plus fréquente qu’ailleurs. Il précise :

  • 9 « puede ocurrir que la prótasis con -se alterne con otras en -re, incluso en presente de indicativo (...)

il arrive que la protase en -se alterne avec d’autres en -re, même au présent de l’indicatif, ou qu’elle apparaissent dans un contexte où on trouve d’autres types de conditionnelles […] il est fréquent de voir alterner des lois dont la casuistique s’exprime au présent et des lois dans lesquelles il est fait usage de -se. (2008b : 222, notre traduction)9

17Et à propos de la construction si tuviese, doy, Cano explique dans ce même article :

  • 10 « es notable la combinación de -se con presente de indicativo en la apódosis […]. Sólo en la Primer (...)

Il faut remarquer la combinaison de -se avec le présent de l’indicatif dans l’apodose […]. Dans la seule Primera partida cette combinaison est non seulement attestée, mais elle représente la majorité des cas (17 occurrences : 60,71 %), en accord avec ce que l’on trouve dans cette œuvre en dehors de ce type de discours. (2008b : 215, notre traduction)10

18Dans certains passages des Flores de Derecho, ainsi que dans la Segunda Partida, nous avons observé une triple variation entre les formes canta / cantare / cantase qui permet d’introduire une gradation dans l’expression de l’hypothèse (représentée dans le schéma 1) :

(8) si el demandador demanda aquella cosa por suya quier sea mueble quier rayz · et la cosa apareciere deue seer metido en tenencia d’ella (FD-OX, 4.298)

(9) Deue se otrosi trabajar en buena manera de ayuntar algun tesoro, de que se pueda acorrer, quando algun grande fecho fiziere, e se le descobriesse a so ora, por que lo puediesse mas ligeramente acometer, e acabar (SP, Título I, ley 4)

(10) Otrosi en seyendo e en caualgando, e otro tal quando comiere, o beuiere, e otrosi en su yazer: e aun quando dixesse alguna razon (SP, Título V, ley 4)

Schéma 1. Gradation dans l’expression de l’hypothèse

+ probable

probable

indic. prés. / subj. futur

subj. futur

subj. imparfait

19Lorsque plusieurs hypothèses sont exprimées dans un même énoncé, on peut observer une gradation qui s’effectue généralement dans la même direction (du plus au moins probable) :

1re hypothèse

2e hypothèse

indicatif présent →

indicatif présent ou subjonctif futur

subjonctif futur →

subjonctif futur ou subjonctif imparfait

(mais non à l’indicatif présent)

subjonctif imparfait →

subjonctif imparfait (mais non à l’indicatif présent ou au subjonctif futur)

Alternance cantare / canté

20L’étude du texte de Jacobo de Junta a permis aussi d’observer une alternance qui n’est pas décrite dans les travaux consacrés au subjonctif futur. Il s’agit de la variation entre cantare et canté, telle qu’elle est illustrée dans les exemples suivants :

(11) Si algun sieruo fuer mayordomo de su sennor e el sennor mando a su muerte a su heredero quel aforrasse (…) puede·l demandar en iuyzio que reciba la cuenta (FD-OX, 4, 69-ss)

(12) pues que ambas las partes assi iuraren deuedes les dar plazos conuenibles a que prouen aquello que prometieron que de prouar (FD-OX, 5, 115-ss)

OX

iuraren

prometieron

RA

juraren

prometiron

ESa

iuraren

prometioron

MAa

iuraren

prometieron

ESb

iuraren

prometieron

ESc

ouieren iurado

prometieron

MAb

iuraren

prometieron

MAc

iuran

prometieron

MAd

TO

iuraren

prometiere

ESd

ESe

iuraren

prometiron

WA

iuraren

prometieren

SA

RE

iuraren

juraron

ESf

iuraren

prometieron

HC

iuraren

prometieron

VA

iuraren

prometio

21L’exemple (11) montre une alternance syntagmatique entre le subjonctif futur (fuer) et le passé simple (mando) dans deux protases coordonnées dépendantes d’un même verbe principal au présent de l’indicatif (puede·l demandar).

22Dans l’exemple (12), l’on peut constater une alternance paradigmatique entre le verbe de la relative au passé simple (prometieron / prometio) dans la plupart des manuscrits et le subjonctif futur (prometiere / promietieren) dans les manuscrits TO et WA.

23L’exemple (13) présente un nouveau cas d’alternance paradigmatique entre pusierdes / pusiestes :

(13) Et si a este plazo que·l pusierdes aun non uenier deue seer aplazado fata… (FD-OX, 4, 449)

OX

pusierdes

RA

posiestes

ESa

pusiestes

MAa

pusiestes

ESb

pusiestes

ESc

pusiestes

MAb

pusiertes

MAc

pusiestes

MAd

TO

pusiestes

ESd

posierdes

ESe

posierdes

WA

SA

RE

posistes

ESf

posistes

HC

pusiestes

VA

pusieredes

24Nous reproduisons un passage plus long dans (14), qui permet de mieux apprécier la manière dont cette alternance intervient dans le discours :

(14) Pues que las prouas iuraren assi como sobredicho es el que las ouier de recebir deuelas preguntar e examinar cada un testigo por ssi assi que non sea delantre ninguna de las partes nin pueda oyr lo que dixieren las prouas Primeramientre deuelas preguntar que saben d’aquel fecho sobre que son aduchas e si dixieren que saben algo d’el preguntadas como saben si por oydas si por uistas otrossi por creencia e despues preguntaldas del anno e del dia e del lugar e deuen seer escriptas todas las parablas que dixieren las prouas assi como fueren dichas Et si por auentura erro la proua en su testimonio diziendo o non diziendo puedelo emendar ante que uaya fazer otras cosas o que se parta del lugar Otrossi si dixier alguna palabra escura o dubdosa puedela declarr en esta misma razon Mas desque la testimonia comenzar adezir su testimonio non deue fablar con ninguna de las partes fata que la aya acabada nin el que la recebir non ge deue consentir (FD-OX, 5/A, 300-ss)

25Ce passage présente, comme souvent dans FD, une série d’hypothèses portant sur l’avenir, exprimés par le futur du subjonctif dans les subordonnées et un verbe modal (poder, dever) à l’indicatif présent dans la principale. Le prétérit (erro) se place également à l’intérieur d’une subordonnée exprimant l’hypothèse au futur.

26Nous pensons que cette alternance révèle le processus de construction du discours à l’œuvre dans FD. Ce processus concerne deux niveaux : un niveau micro-discursif, fixe, où sont reliés un cas de figure et une conséquence légale :

27Il s’agit ici d’une structure binaire où le premier terme introduit une unité indéterminée, de type général, et le deuxième une conséquence fortement déterminée.

28À un niveau supérieur (macro-discursif), le texte révèle une double focalisation de l’enchaînement discursif : d’un côté, les unités binaires du niveau micro-discursif se succèdent pour envisager toutes les possibilités et leurs conséquences. De l’autre, les hypothèses de futur, au fur et à mesure qu’elles sont verbalisées dans le discours, acquièrent un statut nouveau : de réalisables elles deviennent réalisées et peuvent désormais être reprises par un prétérit. Autrement dit, à l’intérieur d’un temps futur où certains cas de figure peuvent se présenter, l’énonciateur opère une réorganisation chronologique et modale des hypothèses qui permet le passage du subjonctif futur à l’indicatif passé.

29L’étude de ces trois cas d’alternances montre que la concordance verbale est un principe d’organisation syntaxique à travers lequel l’énonciateur exprime la cohérence et la cohésion de son discours. La concordance grammaticale est mise en œuvre lorsque l’énonciateur porte un regard unitaire sur les événements reliés à l’intérieur d’une phrase (et entre les différentes phrases reliées les unes aux autres). En revanche, il peut modifier son regard sur les événements, à l’intérieur d’un texte mais aussi d’une phrase. Dans les Flores de Derecho, la modalité de discours hypothétique portant sur le présent ou le futur accepte un degré de réalisation modulable (d’où les alternances canto / cantare / cantase). Par ailleurs, cette modalité de discours hypothétique se superpose à une modalité narrative, où s’enchaînent les différents cas de figure. Leur manifestation discursive leur permet d’apparaître comme réels, même s’ils évoquent toujours des faits hypothétiques (d’où le remplacement de cantare par cantó). Ces différentes alternances s’expliquent alors par une cohérence pragmatique, textuelle, qui peut entrer en conflit avec la concordance grammaticale et provoquer ainsi des discordances apparentes.

Bibliographie

Corpus

La tradition d’écriture des Flores de Derecho, Roudil, Jean (éd.), Paris, Annexes des Cahiers de Linguistique Hispanique Médiévale, vol. 13 (t. I, vols. 1-5, 2000-). [FD]

La Segunda Partida, éd. de Gregorio López, Salamanca, 1555. [SP]

Travaux cités

Álvarez Rodríguez, A., 2001, El futuro de subjuntivo del latín al romance, Málaga, Universidad de Málaga.

Cano Aguilar, R., 1988, El español a través de los tiempos, Madrid, Arco/Libros.

Cano Aguilar, R., 2007, « Irrealidad, probabilidad y discurso referido en las condicionales con -se en castellano medieval (s. xiv) », Studia Romanistica, n° 7, p. 33-44.

Cano Aguilar, R., 2008a, « Sobre la realidad de las condicionales “irreales” en castellano medieval », in Company Company, C., Moreno de Alba, J. G. (éds.), Actas del VII Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española, I, Madrid, Arco/Libros, p. 449-465.

Cano Aguilar, R., 2008b, « Sobre la “irrealidadˮ de las condicionales en -se en castellano medieval (siglo xiii) », in Stark, E., Schmidt-Riese, R., Stoll, E. (éds.), Romanische Syntax im Wandel, Tübingen, Gunter Narr Verlag, p. 211-224.

Cano Aguilar, R., (à paraître), « Condicionales en indicativo en castellano (siglo xv) », in Homenaje a Humberto López Morales, Sevilla, Universidad de Sevilla.

Keniston, H., 1937, Spanish Syntax List, New York, Holt Rimchard and Winston.

López Rivera, J. J., 1994, El futuro de subjuntivo en castellano medieval, Verba, Anexo 38.

Luquet, G., 2004, La teoría de los modos en la descripción del verbo español, Madrid, Arco/Libros.

Rojo, G., Montero, E., 1983, La evolución de los esquemas condicionales (potenciales e irreales) desde el «Poema del Cid» hasta 1400, Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela.

Veiga, A., 1989, « La sustitución del futuro de subjuntivo en la diacronía del verbo español », Verba, n° 16, p. 257-338.

Veiga, A., 2006, « Las formas verbales subjuntivas. Su reorganización modo-temporal », in Company Company, C., Sintaxis histórica de la lengua española. Primera parte: La frase verbal, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Fondo de Cultura Económica, 2006, p. 95-240.

Notes

1 Rappelons que plusieurs aspects de l’histoire de cantare sont encore assez débattus. Ainsi, la question de l’origine de cette forme, qui remonterait soit au latin cantarem (subjonctif imparfait), soit à cantauerim (subjonctif parfait), soit à cantauero (futur parfait de l’indicatif). L’hypothèse la mieux acceptée dans les études de grammaire historique de l’espagnol est celle qui fait dériver cantare en même temps de cantauerim et cantauero (voir López Rivera, 1994 : 18 pour un état de la question). Cependant, d’autres travaux considèrent cantauero comme l’unique origine de cantare. Ainsi, celui de Adelino Álvarez Rodríguez (2001) à partir de l’étude des emplois tardifs du futur parfait de l’indicatif. Quant au contenu aspectuel du subjonctif futur, Alexandre Veiga (1989) considère que cantare n’exprime plus l’antériorité (« anterioridad primaria ») du perfectum latin. Plus récemment (2006), il parle d’un réajustement de cette forme qui, malgré son appartenance au parfait latin, se déplace vers les contenus temporels de présent-futur. Selon Gilles Luquet (2004 : 120-121), cantare exprime, comme cante, le temps de présent-futur et l’inactualité par son appartenance au mode subjonctif. En revanche, d’après lui, cette forme est perfective puisque cantare « conlleva la representación de un acontecimiento concebido invariablemente en la anterioridad de otro » (2004 : 120). C’est-à-dire, il s’agit d’une forme avec un « double paramétrage », car elle renvoie à un espace temporel de type « présent-futur » (paramètre 1) et en même temps à la « anterioridad de otro acontecimiento, localizado en dicho espacio » (paramètre 2). Ceci expliquerait, selon cet auteur, son instabilité d’abord et sa disparition après.

2 L’édition juxtalinéaire à proprement parler occupe les volumes 2 à 5B du tome I, déjà paru. Les tomes II (édition raisonnée des manuscrits OX, MAe et LI) et III (Traité de la variation. Des signes) sont en cours de publication.

3 Voir pour la description détaillée des différents « actes d’écriture » (comme Roudil se plaît à les appeler) le volume 1. Il s’agit d’une présentation provisoire fondée sur les données de BOOST (the Bibliography of Old Spanish Texts).

4 Pour des raisons typographiques, nous omettons certains signes graphiques utilisés par Jean Roudil pour la transcription des FD.

5 « Cante y cantare responden a los mismos contenidos aspectuales, temporales y modales. Difieren, en cambio, en su distribución sintáctica; cante no sufre ninguna restricción de aparición, se documenta por igual en oraciones independientes y subordinadas; cantare se reduce, por el contrario, a comparecer en oraciones subordinadas (y no en todos los tipos). »

6 « Las formas cante y cantare coincidían en el antiguo español, pues, en su valor modal como formas de subjuntivo y como formas de no irrealidad, así como en el valor temporal por ambas expresado. Muy diferente era, en cambio, […] su comportamiento sintáctico. »

7 Autres (cas isolés) : complétives (2 exemples), comparative de mode (1 exemple).

8 « El llamado futuro de subjuntivo no se distinguía con claridad de los otros tiempos de este modo: como ellos, indicaba ‘hipótesis’, ‘posibilidad’ o ‘eventualidad’, referidas al futuro, pero también al presente, por lo que se cruzaba con el presente; en contextos donde el matiz de ‘hipótesis’ se intensificaba (p. ej. en las estructuras condicionales), podía sustituirse por el imperfecto. »

9 « puede ocurrir que la prótasis con -se alterne con otras en -re, incluso en presente de indicativo, o se inserte en un entorno donde están presentes esos otros tipos condicionales […] es habitual que vayan alternando leyes cuya casuística se expresa con -re con leyes en que se use -se. »

10 « es notable la combinación de -se con presente de indicativo en la apódosis […]. Sólo en la Primera partida dicha combinación alcanza no sólo presencia, sino la mayoría de casos (17 apariciones: 60,71 %), en congruencia con lo que ocurre en esta obra también fuera de tal tipo de discurso. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

Auteurs

Maître de conférences à l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur la syntaxe et la sémantique de l’espagnol ancien, sur la sociolinguistique historique et moderne et sur d’autres questions philologiques. Elle a co-édité avec Johannes Kabatek Las lenguas de España. Política lingüística, sociología del lenguaje e ideología desde la Transición hasta la actualidad, Madrid / Frankfurt, Iberoamericana / Vervuert, 2006. Elle est co-éditrice avec Marta López Izquierdo de Modelos latinos en la Castilla medieval, Iberoamericana / Vervuert, 2009. Elle fait partie du CIHAM (UMR 5648, CNRS – PRES Université de Lyon) et du SIREM (GDR 2378 CNRS).

Maître de conférences en linguistique hispanique à l’université Paris 8. Elle s’intéresse à la linguistique diachronique et à la sociolinguistique historique, domaines dans lesquels elle a publié un livre (Recherches sur la modalité. Les verbes de modalité factuelle en espagnol médiéval, Villeneuve-d’Ascq, 2003) et des articles. Elle a co-dirigé avec Valentina Litvan le numéro 7 de la revue Pandora, Répertoire(s), en 2007. Elle est co-éditrice avec Monica Castillo Lluch de Modelos latinos en la Castilla medieval, Madrid / Frankfurt, Iberoamericana / Vervuert, 2009. Elle est membre de l’équipe LMS (UMR 8099) et du SIREM (GDR 2378 CNRS).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540