Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Médiations éditoriales et critiques

Réception éditoriale et réception universitaire.

Les cas de Verdier et Verticales

Maÿlis Ciarletti

Texte intégral

  • 1 Pierre Michon, 2002, « Le ciel est un très grand homme », Corps du roi, Lagrasse, Verdier, p. 90.
  • 2 Id.
  • 3 Ibid., p. 93.
  • 4 Bruno Blanckeman, 2011, Le Roman depuis la Révolution française, Paris, Presses universitaires de F (...)

1Dans Corps du roi, Pierre Michon consacre les dernières pages du chapitre « Le Ciel est un très grand homme » au récit d’un colloque universitaire sur les œuvres du « grand mort1 », Victor Hugo ; invité à y participer, l’écrivain met en scène son incapacité à préparer sa communication, paralysé par la difficulté de l’exercice et la difficulté à adapter son discours au public de spécialistes universitaires « avec qui, [dit-il], le bluff, dont [il est] coutumier ne marcherait pas2 ». Il convoque ce faisant la figure de William Faulkner, qui, confronté à la même situation plusieurs années auparavant, déclencha le « réflexe de Charlottesville » consistant à « sortir dans les occasions périlleuses sa fiole de bourbon et [à] en boire un coup3 ». Au-delà de l’invention du geste mythologique qui intéresse Michon dans sa réflexion sur le processus de « fabrication » de l’écrivain, ou dans son « exploration d’une généalogie culturelle4 », comme l’appelle Bruno Blanckeman, cette anecdote évoque de manière distanciée combien l’université peut être perçue comme une instance productrice de valeur. Aujourd’hui encore, elle reste une institution essentielle de la « chaîne » de consécration littéraire, et même, depuis une vingtaine d’années, un acteur clé de la consécration d’une œuvre contemporaine ; et ce nouveau champ d’études autour du contemporain nécessite en retour que l’université redéfinisse ou adapte les critères de réception qu’elle met en œuvre dans l’appréciation de l’œuvre au présent.

  • 5 L’adjectif « petit » est ici à entendre dans son acception symbolique, et non effective : si Verdie (...)
  • 6 Minuit fait figure de cas particulier puisque, si la maison possède un capital symbolique prestigie (...)
  • 7 Nous ne nous attacherons pas à questionner ici la pertinence du terme de « réception éditoriale », (...)

2Dans le cadre d’une réflexion sur les catalogues de deux éditeurs contemporains, Verdier et Verticales, nous souhaiterions confronter les deux formes distinctes de réception que pratiquent l’universitaire et l’éditeur, pour étudier la manière dont l’université reçoit, depuis une quinzaine d’années, les productions de ces « petits5 » éditeurs qui tentent d’émerger, dans le champ littéraire, à côté de Gallimard, du Seuil, ou encore de Minuit6. Nous interrogerons la réception éditoriale de deux façons, dans un premier temps pour comparer les modes de consécration mis en œuvre par l’éditeur et par la réception universitaire, dans un deuxième temps pour étudier comment les œuvres figurant aux catalogues de ces deux éditeurs sont reçues par l’université7.

  • 8 Le Seuil apparaît alors comme un éditeur de longue tradition littéraire, mais tentant de conserver (...)
  • 9 Minuit est apparu depuis sa création en 1942 comme un éditeur d’avant-garde, bien que cet impératif (...)
  • 10 Verdier compte à ce jour 820 titres à son catalogue, Verticales 250, alors que même un éditeur comm (...)
  • 11 Ce qui n’empêchera pas Pierre Michon ou Pierre Bergounioux de confier certains autres textes à Gall (...)
  • 12 Ce sont les termes employés par Gérard Bobillier, dans un entretien au Matricule des Anges. À la qu (...)

3Le choix des éditeurs Verdier et Verticales correspond au désir d’étudier le catalogue de maisons relativement récentes, apparues dans les années 1980 puis 1990 comme des alternatives aux « grands » éditeurs de tradition littéraire ou avant-gardiste (Gallimard, Le Seuil8, Minuit), avec tout ce que l’expression « tradition avant-gardiste » peut comporter de paradoxal9 ; non tenus aux mêmes impératifs de rentabilité immédiate que les grandes structures, ces éditeurs émergents peuvent plus facilement défendre une littérature exigeante et novatrice, et promouvoir une politique éditoriale accordant une importance de tout premier ordre aux primo-romanciers et aux nouveaux auteurs. Moins diluées dans un catalogue débordant de titres10, les œuvres de leurs catalogues semblent concentrer certaines tendances de la littérature actuelle et bénéficient parfois d’une meilleure visibilité que celles des grands éditeurs, parce qu’elles sont promues dans un réel souci d’égalité, sans souci exclusif de leur rentabilité financière, ce que les éditeurs appellent mener une « politique d’auteurs ». Ce sont ces raisons qui peuvent expliquer que des auteurs préalablement publiés dans de prestigieuses structures éditoriales (Pierre Bergounioux ou Pierre Michon chez Gallimard, François Bon chez Minuit) arrivent dans les années 1990 chez un petit éditeur de province11, « dénué de connaissances éditoriales de base comme de capital symbolique12 », du moins lors de sa création. Nous envisagerons alors le statut différencié des deux éditeurs Verdier et Verticales au regard de la réception universitaire, pour interroger les divers degrés de « classicisation » des œuvres de leurs catalogues, et les raisons pour lesquelles elles peuvent intéresser l’université aujourd’hui.

Réception éditoriale et réception universitaire

  • 13 Jérôme Lindon, 1999, « Lettre ouverte à Claudine Belayche, présidente de l’ABF », Tribune, Livres-H (...)
  • 14 Id.

4La question de la « consécration » d’une œuvre contemporaine ne peut se dispenser de l’étude de l’acteur primordial qu’est l’éditeur, première instance de réception et de diffusion du texte. Comme le rappelait Jérôme Lindon non sans ironie, « un livre n’existe qu’à partir du moment où un éditeur a choisi de le publier13. » Et d’ajouter un peu plus loin dans le même entretien : « Qu’on le veuille ou non, ce sont tous ces « marchands» qui, à leurs risques et périls, donnent vie aux œuvres dont vous pourrez à votre tour, en bout de chaîne, apprécier sereinement le contenu14 ». L’université comme la presse littéraire sont, de fait, dépendantes du monde éditorial dans leurs activités de recherche et de critique, puisque les textes auxquels elles ont accès sont ceux que l’édition a décidé de rendre publics, au nom de critères qui lui sont propres. Pour autant, les critères de réception que l’éditeur met en œuvre dans sa première appréciation du manuscrit s’éloignent des critères définis par l’université, aussi bien dans leur forme que dans leur visée.

  • 15 Pierre Bourdieu, 1999, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sc (...)
  • 16 Entre les murs de François Bégaudeau s’est vendu à plus de 170 000 exemplaires en 2006.
  • 17 Dont les ventes atteignent environ 2 000 exemplaires pour Barnum des ombres en 2002.
  • 18 Ce que souligne un communiqué de l’Agence France Presse, « L’équipe de la maison d’édition Vertical (...)

5Lorsque l’université consacre une œuvre contemporaine et la fait entrer dans un cycle de classicisation, elle répond généralement à un objectif de transmission ; l’œuvre contemporaine consacrée s’extrait de son époque pour devenir un classique atemporel. C’est ainsi que Pierre Michon, Pascal Quignard, Annie Ernaux ou Jean Echenoz figurent aujourd’hui dans des manuels du secondaire, et sont transmis, via la reconnaissance académique, aux jeunes générations. Cet objectif de transmission des grands textes littéraires domine encore, semble-t-il, dans la réception universitaire française contemporaine, face à d’autres critères – culturalistes, par exemple, dans les approches moins traditionnelles de l’œuvre que proposent les cultural studies. L’éditeur, quant à lui, si « vertueux15 » soit-il, pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu, doit assurer la survie financière de sa structure, par exemple en équilibrant les œuvres rentables et les autres, à la reconnaissance plus longue. On peut citer chez Verticales, éditeur engagé dans une politique d’auteurs menée sur le long terme, la cohabitation d’auteurs aujourd’hui à rentabilité immédiate – Maylis de Kerangal, François Bégaudeau16 – et d’autres dont les faibles tirages demandent à l’éditeur un véritable pari sur la durée – citons Nicole Caligaris17, dont certaines œuvres ont été remarquées de la critique universitaire –, les unes équilibrant les autres et permettant à l’éditeur de continuer à défendre sa politique éditoriale. Cette visée financière se double parfois d’une visée symbolique, le choix de publier tel ou tel texte pouvant être guidé par la recherche d’un prestige symbolique. Cela reste peu avéré chez les petits éditeurs comme Verdier ou Verticales, qui cherchent davantage, en attirant de nouveaux auteurs, à se faire « défricheurs18 » de talents plutôt qu’à en attirer de renommés, mais l’exemple de la rencontre entre Gérard Bobillier et Pierre Michon, qui présida à la venue de ce dernier chez l’éditeur de Lagrasse, a entraîné de fait un gain symbolique majeur pour Pierre Michon comme pour Verdier, alors nouvel entrant du champ éditorial. Puisque l’éditeur n’est pas seulement acteur de la consécration, mais aussi bénéficiaire, ce double statut influe nécessairement sur le mode de réception qu’il engage et tend à le distinguer de celui, critique, de l’université.

  • 19 Dominique Viart, 2013, « Histoire littéraire et littérature contemporaine », in Mathilde Barraband (...)

6Autre différence majeure, ces deux instances de consécration ne s’inscrivent pas dans la même temporalité. Alors que la reconnaissance universitaire fait entrer l’œuvre dans le cycle du vieillissement, du classique, l’éditeur travaille lui en termes de « saisonnalité », sur des œuvres qui lui sont contemporaines, et selon une logique de marché. L’université, en canonisant une œuvre, tend parfois à l’extraire de son contexte contemporain pour en faire un « classique », quand bien même elle est consciente de la difficulté aujourd’hui à fixer un canon autre que transitoire, quand bien même la transmission n’engage plus nécessairement les corollaires de postérité ou de durée. Pour ce faire, le critique universitaire « bénéficie du temps long de l’étude19 », contrairement à l’éditeur. Ce dernier, même dans le cas où il mène une politique d’auteurs sur la durée, est contraint par le temps, ne pouvant prendre le risque de laisser échapper une œuvre prestigieuse ; les refus éditoriaux du premier Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, finalement publié chez Maurice Nadeau, sont restés célèbres. Olivier Bessard-Banquy résume le cas ainsi :

  • 20 Olivier Bessard-Banquy, 2006, L’Édition littéraire aujourd’hui, Bordeaux, Presses universitaires, « (...)

Publié d’abord par un éditeur courageux mais disposant de peu de moyens, Houellebecq a bénéficié de l’extraordinaire richesse de la petite édition qui, seule, s’est engagée à le soutenir et à le porter vers le public alors que les grandes maisons lui ont toutes fermé la porte au nez20.

7Enfin le fonctionnement de l’office, aujourd’hui allié à une logique d’hyper-rotation des œuvres en librairie, impose un rythme à l’éditeur qui n’est pas celui du critique universitaire.

  • 21 Gérard Genette, 2002 [1987], Seuils, Paris, Seuil, « Points Seuil essais », p. 7.
  • 22 Ibid., p. 8.
  • 23 Ibid., p. 21.
  • 24 Propos de Bernard Wallet, cités dans Pascal Mougin, 2007, « Pour une sociologie des collections lit (...)
  • 25 Ibid., p. 197.

8La réception éditoriale se distingue enfin de la réception universitaire par la forme même des jugements qu’elle engage. L’universitaire construit la reconnaissance d’une œuvre en choisissant de la faire figurer dans des bibliographies, de l’étudier dans des séminaires et colloques, ou de lui consacrer un article, une thèse, une monographie. Ce type de réception donne donc lieu, le plus souvent, à un écrit critique, à un texte. La réception éditoriale, elle, ne se dit pas ouvertement, mais se révèle indirectement dans les choix éditoriaux posés. Comme Gérard Genette le rappelle dans Seuils, le paratexte, « ce par quoi un texte se fait livre21 », se compose « empiriquement d’un ensemble hétéroclite de pratiques et de discours22 » au nombre desquels figure le péritexte éditorial, qui n’est pas nécessairement d’ordre textuel. Ainsi la couverture, la page de titre et leurs annexes s’y rattachent, mais c’est aussi le cas des choix posés lors de la « réalisation matérielle du livre23 » : choix du format, du papier, de la typographie, etc. Or ces choix d’ordre non-textuels impliquent eux-mêmes une forme de réception critique, c’est-à-dire une appréciation de la part de l’éditeur. À titre d’exemple, la création de la collection « Minimales » chez Verticales, en 2002, répondait au désir d’accueillir des textes « à mi-chemin entre l’essai et la fiction24 », de « petit format », « non formatés », et « inédits25 ». Les textes publiés dans cette collection révélaient de fait une autre réception par l’éditeur que celle des textes figurant au catalogue, engageant peut-être moins son capital symbolique comme son capital financier, du fait de leur publication dans une collection « minimale » sans prétention et sans surcoût. Le texte de Nicole Caligaris, L’Os du doute, paru dans cette collection en 2006, révèle un certain écart avec ses autres textes ; écart générique (ce texte hybride basé sur une alternance de dialogues brefs s’inspire à la fois du théâtre et du poème en prose), écart langagier (le texte pousse à l’extrême les tentatives langagières, jouant de l’usage utilitaire d’une certaine langue du management), écart thématique enfin puisque le texte explore un aspect ouvertement contemporain de la société à travers cette présentation ironique de la vie en entreprise, alors que Barnum des ombres ou Okosténie, s’inscrivaient dans une temporalité plus incertaine, proche à bien des égards de celle du mythe. De même, Essais fragiles d’aplomb, publié dans la collection « Minimales » en 2002, permit à Pierre Senges de s’essayer à un genre plus léger, plus bref, plus divertissant. Ce type d’encadrement éditorial, en amont de la publication et « silencieux », révèle alors en creux une stratégie ou politique de l’éditeur qui, au-delà des simples critères de goût, répond à la volonté de construire une ou plusieurs lignes éditoriales fortes. Ce deuxième niveau de réception éditoriale permet ainsi que se mette en place une identité propre à l’éditeur, qui lui donne sa place dans le champ littéraire et dans l’esprit des lecteurs. C’est cette identité spécifique dans le champ littéraire actuel, ainsi que les divers degrés de reconnaissance universitaire de leurs catalogues respectifs, que nous interrogerons à présent à propos des éditeurs Verdier et Verticales.

Réception universitaire des catalogues Verdier et Verticales

  • 26 Création à Lagrasse, dans l’Aude, par Gérard Bobillier, Colette Olive, Michèle Planel et Benoît Riv (...)
  • 27 Date de fondation par Bernard Wallet, sous l’égide de l’éditeur suisse Slatkine.
  • 28 De 1999 à 2005.
  • 29 Benoît Denis rappelle ainsi que la Nouvelle revue française est, au début du xxe siècle, le « monit (...)
  • 30 François Bon a été étudié dans une thèse soutenue (2008) et fait actuellement l’objet de trois thès (...)
  • 31 Pour Pierre Bergounioux, voir l’ouvrage de Marie-Thérèse Jacquet, 2006, Fiction Bergounioux, de Cat (...)
  • 32 Pierre Bergounioux a été l’objet du colloque « Les Chemins de Pierre Bergounioux », organisé les 22 (...)

9L’image de l’éditeur, construite de manière délibérée ou non par les lignes éditoriales de son catalogue, détermine en partie l’intérêt que va lui porter la réception universitaire. Or, dans le cas des éditeurs qui nous intéressent, leurs catalogues ne bénéficient pas du même type de reconnaissance, et les œuvres publiées sous leurs couvertures ne semblent pas relever de la même contemporanéité – ou du même vieillissement – aux yeux de la réception universitaire. On peut avancer à cela une première raison, essentielle, qui est celle de la différence d’ancienneté des deux maisons : Verdier a vu le jour en 197926, tandis que Verticales est plus récente puisqu’elle date de 199727. Au-delà de ce simple effet de date, on peut noter la différence de statut entre les deux éditeurs, l’un étant indépendant depuis sa création et implanté en province (Verdier) tandis que l’autre a connu divers statuts, depuis sa création chez l’éditeur Slatkine jusqu’à son rachat comme collection de Gallimard – statut occupé aujourd’hui –, en passant par la période « imprint » au Seuil28 sans jamais connaître l’indépendance. Il semble en outre que l’université, à de rares exceptions près, ne porte pas d’emblée aux éditeurs émergents la sympathie que semble leur porter une certaine presse littéraire : dans les bibliographies universitaires contemporaines prédominent toujours les œuvres du catalogue Minuit. Et, si cette prévalence de Minuit semble désormais bien installée, elle avait, dans ses débuts, contribué à remettre en cause celle de Gallimard avant elle29. Pourtant, Verdier semble faire exception à cette tendance, tant l’éditeur a pu, grâce au « phénomène Michon », bénéficier d’un niveau plus avancé que les éditeurs de taille similaire dans la reconnaissance universitaire. Il semble en effet qu’il y ait déjà, chez Verdier, une véritable classicisation de certains auteurs, parmi lesquels Pierre Michon reste l’exemple le plus éclatant. Arrivé chez l’éditeur de Lagrasse après le succès d’estime des Vies minuscules qu’il avait publiées chez Gallimard en 1984, il propose, en 1988, un titre, Vie de Joseph Roulin, qui marquera durablement la collection de littérature française de Verdier, au point de lui donner sa couleur de couverture, qui est une allusion au jaune chrome de Van Gogh. Outre cet auteur considéré comme un « classique de son vivant », on peut citer les cas de François Bon, Pierre Bergounioux, ou Didier Daeninckx, dont les œuvres, figurant au catalogue du même éditeur, ont donné lieu à divers articles ou études dans des corpus de thèses30, voire à des écrits monographiques31, ou à des études dans des colloques32.

  • 33 Ainsi, des auteurs Verticales comme Pierre Senges, Olivia Rosenthal ou Régis Jauffret ont fait l’ob (...)
  • 34 Pierre Senges a été l’objet de la journée d’étude tenue le 16 novembre 2012 : « Pierre Senges l’inv (...)
  • 35 Du moins tant que les actes des journées d’étude mentionnées ci-dessus ne seront pas parus.
  • 36 Auteurs qui ont tous deux quitté Verticales depuis.
  • 37 Parmi lesquelles se trouvaient également étudiés des auteurs comme Pascal Quignard, Olivier Rolin, (...)

10Les éditions Verticales, quant à elles, offrent un tout autre rapport à la classicisation, ce qui est dû en majeure partie, on l’a dit, à leur apparition plus récente sur la scène littéraire33. Les auteurs rattachés à leur catalogue bénéficient pour certains d’une réelle reconnaissance du public (c’est le cas de Maylis de Kerangal – 100 000 exemplaires vendus pour Naissance d’un pont –, de Régis Jauffret – 20 000 exemplaires vendus pour Univers univers en 2003 –, de Lydie Salvayre, de François Bégaudeau, ou encore d’Arnaud Cathrine), et bénéficient, pour d’autres, d’une présence récurrente dans la presse littéraire type Matricule des Anges ou Magazine littéraire (Pierre Senges, Régis Jauffret, Arno Bertina, Olivia Rosenthal34, Chloé Delaume, Yves Pagès…). Mais aucun de ces auteurs n’a encore donné lieu à une étude monographique35, et les articles universitaires consacrés à certains d’entre eux (Pierre Senges, Nicole Caligaris, Régis Jauffret, Arno Bertina, pour en citer quelques-uns) semblaient répondre jusqu’à présent à l’illustration d’un questionnement universitaire plus vaste. Les travaux récents de Laurent Demanze ou d’Audrey Camus consacrés à l’œuvre de Pierre Senges s’inscrivaient ainsi dans la lignée d’une réflexion globale autour du roman de l’érudition et de la passion de l’archive, dont la première génération – incarnée par Pierre Michon, Pascal Quignard ou encore Gérard Macé – était comme renouvelée par une seconde, dont Pierre Senges était une figure majeure. De même, les œuvres de Chloé Delaume ou de Régis Jauffret36 illustraient quant à elles une problématique féconde pour la critique universitaire, celle du soi comme fiction, dans une représentation critique interrogeant les codes du genre autofictionnel ; enfin, la tendance à l’éclatement et à la brièveté chez Jauffret a pu donner lieu à un questionnement critique plus large sur les formes contemporaines de micro-fictions37. Mais il importe de rester prudent sur une telle classification, notamment parce que les critiques universitaires sont elles aussi soumises au « temps long » de la publication, et que ce phénomène d’étude de certains auteurs dans le champ d’un questionnement thématique qui les englobe n’apparaît pas spécifique aux seuls auteurs Verticales ; il serait même une étape habituelle du processus de consécration, encore en cours, peut-être, pour les jeunes éditions Verticales.

  • 38 On trouve chez Verticales tout un pan d’écrivains performeurs qui exploitent, dans leur travail, le (...)
  • 39 Thierry Guichard, 2008, « Éditorial », Le Matricule des anges n° 92, avril, p. 3.
  • 40 Id.
  • 41 Pascal Mougin, « Pour une sociologie des collections littéraires. L’exemple de “Minimales” des édit (...)

11À côté de l’intérêt thématique que porte l’université à certains auteurs du catalogue Verticales, on peut citer l’intérêt de la réception journalistique pour cette maison d’édition jeune, dynamique, ultra-contemporaine, expérimentale et proche par de nombreux aspects de l’art contemporain38. La presse est particulièrement sensible à cette image d’éditeur « branché », et Thierry Guichard, dans un éditorial du Matricule des Anges, va jusqu’à parler en 2008 d’une « école Verticales39 », qui proposerait dans ses œuvres un renouvellement de la fiction contemporaine « après les années d’écriture blanche40 », à travers une littérature de l’énergie et de la soif de connaissance. Dans cette même perspective, l’article de Pascal Mougin sur la collection « Minimales » étudiait les stratégies éditoriales d’un « petit éditeur chargé du ressourcement symbolique d’un plus grand41 », stratégies déterminées en partie par la position de l’éditeur dans le champ. Là encore, l’éditeur Verticales présentait pour l’université un intérêt social, voire sociologique, alliant à un profond désir d’exigence et de légitimité littéraires une politique de survie financière. Il semble donc que l’on puisse hiérarchiser les différents degrés de la consécration universitaire, le niveau suprême restant la canonisation d’un écrivain du catalogue par des colloques ou des essais monographiques ou encore son inscription dans les manuels scolaires du secondaire.

  • 42 Terme que l’on trouve de manière récurrente dans les articles de presse qui lui sont consacrés, et (...)
  • 43 Propos de Gérard Bobillier cités dans Christiane Poulin, 1995, « Embellir la cité... », Sud Ouest, (...)

12Si les auteurs Verticales ne semblent pas bénéficier de la même aura que les auteurs Verdier auprès des universitaires, c’est aussi parce que les deux éditeurs ne présentent pas la même identité dans le champ, en raison notamment, outre la personnalité de leurs fondateurs, des divergences de leurs lignes éditoriales. Verdier apparaît ainsi, depuis sa fondation, comme un éditeur « de rigueur42 » valorisant le travail sur le langage, voire la belle langue, les textes travaillés, mais non pas purement rhétoriques ; la beauté de la langue y est accompagnée du déploiement d’une pensée, comme le rappelle Gérard Bobillier : « Notre volonté, en littérature française comme dans d’autres domaines, c’est que l’exigence de la langue se conjugue avec l’exigence de la conscience43 ». Cette ligne éditoriale, inaugurée par l’arrivée de Pierre Michon au catalogue, oriente aujourd’hui encore les propositions de manuscrits à l’éditeur. Autre orientation fondamentale de cette « Collection jaune » lancée par la génération Michon-Bon-Bergounioux, celle d’une certaine sensibilité politique, ou plutôt, d’une sensibilité au politique, qui s’illustre notamment dans l’attention portée aux minuscules, ou dans le passé engagé de ces auteurs, proches à l’origine du mouvement maoïste qui a si fortement marqué les débuts de la maison. À la première génération d’écrivains s’inscrivant pleinement dans cette ligne éditoriale succède depuis quelques années une deuxième génération qui renouvelle à sa façon les ambitions de ses aînés – Christophe Pradeau, Mathieu Riboulet, Anne Serre, Vincent Eggericx –, mais qui reste encore, pour le moment, peu commentée par la critique universitaire.

  • 44 Par exemple celui de Nicolas de Crécy, auteur et illustrateur de son texte, Cafés moulus (Paris, Ve (...)
  • 45 On peut citer le texte coécrit sous le nom de « Collectif Dominique A. » par plusieurs auteurs Vert (...)
  • 46 Bernard Wallet cité par Émilie Grangeray, 2000, « Le Seuil reprend Verticales », Le Monde, 7 janvie (...)

13Les éditions Verticales offrent une image différente, celle d’une maison plus moderne, plus jeune, plus systématiquement expérimentale. La recherche de formes narratives adaptées aux mutations de la société actuelle a créé une plus grande diversité au sein de son catalogue, combinée à un anticonformisme affiché : rejet des standards de la fiction, refus de l’autofiction ou du récit de confession intime exhibitionniste, refus d’une littérature exclusivement formaliste qui se perdrait dans la contemplation de son propre reflet, refus à l’opposé d’une littérature à message conçue comme outil de propagande, refus, enfin, du récit parodique jouant avec les codes d’un genre. Cette image expérimentale de l’éditeur a pu attirer aussi bien des auteurs séduits par la diversité du catalogue que des écrivains désireux d’expérimenter de nouvelles formes : livres-CD, livres illustrés44, ou écriture(s) en collectif45. L’« éclectisme » y est recherché et clairement affiché comme seule ligne éditoriale de l’éditeur, comme le rappelait Bernard Wallet si fréquemment dans les années qui ont suivi la création de Verticales : « Je ne fais ni des livres formatés ni du clonage. Je souhaite que cette maison soit une centrale d’où émergent des singularités46 ». Cet éclectisme n’est pourtant pas sans poser question à la construction d’une identité éditoriale forte, et a peut-être contribué à noyer et à diluer la valeur littéraire de certains textes, et ainsi à offrir aux auteurs du catalogue Verticales une moindre visibilité que ceux de Verdier. Accepter toute la diversité en son sein n’aurait-il pas un coût en termes de réception universitaire ?

14Cette question de la consécration pose enfin, en retour, celle de son revers négatif, l’occultation, phénomène révélateur de la manière dont la reconnaissance universitaire d’une œuvre peut en éclipser d’autres. On peut se demander ainsi si la présence d’un auteur canonisé au catalogue de Verdier n’a pas contribué à masquer la richesse d’autres œuvres moins commentées et moins visibles. On peut proposer à titre d’exemple, et il y en aurait d’autres, le cas de Michèle Desbordes, auteure quasiment absente de la critique universitaire en dépit d’une œuvre exigeante, riche et renouvelant à sa manière le genre de l’écriture de soi. Occultation d’autant plus surprenante que l’œuvre de Michèle Desbordes s’est vendue, avant sa mort, dans des proportions comparables à celle de Pierre Michon, et que la presse littéraire lui a consacré des articles élogieux. Cette problématique de l’occultation comme revers de la consécration peut également être soulevée d’une autre manière dans le cas de Verticales : l’intérêt qu’offre ce « jeune éditeur expérimental » n’empêche-t-il pas par exemple que certaines œuvres soient reçues pour elles-mêmes, en dehors de ce label ? L’intérêt de l’université pour un aspect spécifique du catalogue d’un éditeur pourrait faire naître, à court terme, un phénomène d’occultation dont le critique de l’ultra-contemporain connaît le danger, occultation à laquelle la postérité remédiera peut-être, encore faudrait-il savoir selon quels critères.

15Si les modes de consécration d’une œuvre ou d’un auteur divergent en fonction de l’instance réceptrice, il apparaît que les catalogues des deux éditeurs encore émergents que sont Verdier et Verticales ne sont pas aujourd’hui au même stade de leur processus de canonisation ou de légitimation universitaire. Cette étude de deux cas de l’édition contemporaine française a ainsi permis de mettre au jour les différentes étapes de la consécration littéraire, en même temps qu’elle a révélé une différence d’image entre les deux maisons : mais là encore, l’apparition plus récente de Verticales sur la scène littéraire a pu contribuer à la construction d’une image jeune et branchée, image qu’il sera peut-être difficile de conserver sur la longue durée. Toujours est-il que l’identité plus classiquement littéraire de Verdier possède, semble-t-il, plus d’affinités avec le monde universitaire, et que la recherche de la belle langue, associée à une conjonction de la pensée et de la forme dans les œuvres, a déjà touché largement les chercheurs contemporains.

Notes

1 Pierre Michon, 2002, « Le ciel est un très grand homme », Corps du roi, Lagrasse, Verdier, p. 90.

2 Id.

3 Ibid., p. 93.

4 Bruno Blanckeman, 2011, Le Roman depuis la Révolution française, Paris, Presses universitaires de France, « Licence », p. 218.

5 L’adjectif « petit » est ici à entendre dans son acception symbolique, et non effective : si Verdier et Verticales peuvent apparaître comme des éditeurs encore émergents, si les discours de chacun de ces éditeurs tendent à valoriser symboliquement leur appartenance à la « petite édition » comme moyen de résister contre l’édition globalisée et standardisée, les chiffres les classent plutôt entre deux catégories, celle de l’édition moyenne et celle de la petite édition (chiffre d’affaire annuel compris entre 500 000 et 2 millions d’euros, statut de SARL pour Verdier et de collection pour Verticales, effectif salarié compris entre 2 et 5 personnes à temps plein, diffusion/distribution assurée par un autre groupe, nombre de titres au catalogue compris entre 250 et 800, avec une moyenne de 15-20 publications par an). Cette typologie des éditeurs en fonction des critères déclinés ci-dessus est celle que propose l’étude des éditeurs d’Île-de-France (Françoise Claustres et Hélène Spoladore, 2011, « Éditeurs d’Île-de-France », étude de Le MOTif, mars, p. 25, URL : http://www.lemotif.fr/fichier/motif_fichier/240/fichier_fichier_editeurs.d.ile.de.france.pdf.)

6 Minuit fait figure de cas particulier puisque, si la maison possède un capital symbolique prestigieux et reconnu de longue date l’associant symboliquement à la grande édition littéraire, les effectifs salariés et le nombre de publications annuelles ne la distinguent guère de structures comme Verdier ou Verticales.

7 Nous ne nous attacherons pas à questionner ici la pertinence du terme de « réception éditoriale », comme le fait Brigitte Ouvry-Vial dans son étude « L’acte éditorial : vers une théorie du “geste” », mais nous l’entendrons simplement comme l’acte par lequel un éditeur reçoit un manuscrit et le juge selon ses critères propres, en vue de la publication (Brigitte Ouvry-Vial, 2007, « L’acte éditorial : vers une théorie du geste », Communication et langages n° 154, décembre).

8 Le Seuil apparaît alors comme un éditeur de longue tradition littéraire, mais tentant de conserver un pied dans l’édition d’avant-garde, notamment avec la création d’une collection comme « Fiction & Cie » en 1974.

9 Minuit est apparu depuis sa création en 1942 comme un éditeur d’avant-garde, bien que cet impératif de renouvellement radical puisse paraître difficilement compatible, sur le long terme, avec une reconnaissance symbolique avérée et un prestige désormais traditionnel.

10 Verdier compte à ce jour 820 titres à son catalogue, Verticales 250, alors que même un éditeur comme Minuit, qui publie peu de titres par an, en compte plus de 1 000 à son catalogue, en raison de son ancienneté dans le monde de l’édition littéraire.

11 Ce qui n’empêchera pas Pierre Michon ou Pierre Bergounioux de confier certains autres textes à Gallimard (Pierre Michon, 1991, Rimbaud le fils, Paris, Gallimard, « L’un et l’autre » ; Pierre Bergounioux, 1994, La Toussaint, Paris, Gallimard ; 2001, Le Premier mot, Paris, Gallimard ; 2002, Jusqu’à Faulkner, Paris, Gallimard ; et 2010, Chasseur à la manque, Paris, Gallimard) ; Pierre Bergounioux publiera également, dans le même temps, dans de nombreuses petites structures éditoriales (Fata Morgana, Circé, William Blake & Co, Filigranes, etc.)

12 Ce sont les termes employés par Gérard Bobillier, dans un entretien au Matricule des Anges. À la question : « Aviez-vous quelques connaissances de l’édition à cette époque ? », il répond : « Absolument aucune. Nous ne connaissions ni l’édition, ni le marché du livre. Nous avons fondé une S.A.R.L. en mettant chacun 5 000 francs pour réunir le capital minimum. Nos premiers livres étaient les plus laids que l’humanité ait jamais conçus. » (1992, Le Matricule des Anges n° 1, novembre).

13 Jérôme Lindon, 1999, « Lettre ouverte à Claudine Belayche, présidente de l’ABF », Tribune, Livres-Hebdo n° 324, 12 février, p. 7.

14 Id.

15 Pierre Bourdieu, 1999, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales n° 126-127, p. 11.

16 Entre les murs de François Bégaudeau s’est vendu à plus de 170 000 exemplaires en 2006.

17 Dont les ventes atteignent environ 2 000 exemplaires pour Barnum des ombres en 2002.

18 Ce que souligne un communiqué de l’Agence France Presse, « L’équipe de la maison d’édition Verticales lance le label Phase Deux », 22 juin 2005 : « Verticales, maison dotée d’un esprit “défricheur”, voire d’avant-garde, avait plus de 130 titres à son catalogue, avec des auteurs comme Régis Jauffret ou Chloé Delaume. »

19 Dominique Viart, 2013, « Histoire littéraire et littérature contemporaine », in Mathilde Barraband (dir.), Tangence n° 102 : L’Histoire littéraire du contemporain, p. 117.

20 Olivier Bessard-Banquy, 2006, L’Édition littéraire aujourd’hui, Bordeaux, Presses universitaires, « Les Cahiers du livre », p. 18.

21 Gérard Genette, 2002 [1987], Seuils, Paris, Seuil, « Points Seuil essais », p. 7.

22 Ibid., p. 8.

23 Ibid., p. 21.

24 Propos de Bernard Wallet, cités dans Pascal Mougin, 2007, « Pour une sociologie des collections littéraires. L’exemple de “Minimales” des éditions Verticales », in Philippe Baudorre, Dominique Viart et Dominique Rabaté (dir.), Littérature et sociologie, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 193.

25 Ibid., p. 197.

26 Création à Lagrasse, dans l’Aude, par Gérard Bobillier, Colette Olive, Michèle Planel et Benoît Rivero (ce dernier quittant rapidement Verdier pour le Centre national de la photographie, puis Actes Sud).

27 Date de fondation par Bernard Wallet, sous l’égide de l’éditeur suisse Slatkine.

28 De 1999 à 2005.

29 Benoît Denis rappelle ainsi que la Nouvelle revue française est, au début du xxe siècle, le « moniteur de la grande littérature française » et constitue « l’une des principales instances de consécration pour les jeunes écrivains qui débutent. » Benoît Denis, 2000, Littérature et engagement, de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, « Points Seuil », p. 237.

30 François Bon a été étudié dans une thèse soutenue (2008) et fait actuellement l’objet de trois thèses en préparation ; quant à Pierre Bergounioux, il figure dans trois sujets de thèses soutenues (2004, 2008 et 2011) et dans deux thèses en préparation [source : http://www.theses.fr/].

31 Pour Pierre Bergounioux, voir l’ouvrage de Marie-Thérèse Jacquet, 2006, Fiction Bergounioux, de Catherine à Miette, Bari, Edizioni B. A. Graphis ; pour François Bon, voir l’ouvrage de Dominique Viart, 2008, François Bon. Étude de l’œuvre, Paris, Bordas, « Écrivains au présent » ; et pour Didier Daeninckx, voir l’ouvrage de Gianfranco Rubino, 2009, Lire Didier Daeninckx, Paris, Armand Colin, « Écrivains au présent ».

32 Pierre Bergounioux a été l’objet du colloque « Les Chemins de Pierre Bergounioux », organisé les 22-24 mai 2013 par la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand et le Centre de recherche sur les littératures et la sociopoétique (CELIS) de l’Université Blaise Pascal – Équipe « Littératures 20/21 » (en collaboration avec le CIEREC de Saint-Étienne et l’Université de BARI) ; François Bon a quant à lui été l’objet du colloque tenu en mars 2007, « François Bon : éclats de réalité », organisé par l’Université de Saint-Etienne, et d’un autre colloque plus récent, « François Bon à l’œuvre », 29-30 novembre 2013, Université Paul-Valéry Montpellier 3.

33 Ainsi, des auteurs Verticales comme Pierre Senges, Olivia Rosenthal ou Régis Jauffret ont fait l’objet de journées d’études universitaires tenues douze à quatorze ans après leur première publication, tandis que les auteurs Verdier cités ci-dessus, François Bon ou Pierre Bergounioux, se sont vus consacrer des rencontres universitaires une quinzaine d’années après leur première publication chez Verdier. Il faut donc prendre en compte le décalage de presque vingt ans entre la fondation des deux maisons d’édition pour expliquer, aujourd’hui, cette différence de consécration.

34 Pierre Senges a été l’objet de la journée d’étude tenue le 16 novembre 2012 : « Pierre Senges l’invention érudite », organisée par l’Université de Paris 3 (CERACC) ; c’est aussi le cas de Régis Jauffret, auquel la journée d’étude « Autour de Régis Jauffret », a été consacrée, le 16 juin 2012 (organisée par l’Université Paris 3) ; quant à Olivia Rosenthal, elle était l’objet de la journée d’étude « Olivia Rosenthal : le dispositif, le monde et l’intime », tenue le 19 octobre 2012 à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne.

35 Du moins tant que les actes des journées d’étude mentionnées ci-dessus ne seront pas parus.

36 Auteurs qui ont tous deux quitté Verticales depuis.

37 Parmi lesquelles se trouvaient également étudiés des auteurs comme Pascal Quignard, Olivier Rolin, ou encore Éric Chevillard.

38 On trouve chez Verticales tout un pan d’écrivains performeurs qui exploitent, dans leur travail, les ressources sonores, informatiques, musicales ou visuelles, de Chloé Delaume à Olivia Rosenthal en passant par Jean-Charles Massera.

39 Thierry Guichard, 2008, « Éditorial », Le Matricule des anges n° 92, avril, p. 3.

40 Id.

41 Pascal Mougin, « Pour une sociologie des collections littéraires. L’exemple de “Minimales” des éditions Verticales », art. cit., p. 195.

42 Terme que l’on trouve de manière récurrente dans les articles de presse qui lui sont consacrés, et qui n’est pas sans rappeler l’expression choisie de manière quasi systématique pour évoquer les éditions de Minuit.

43 Propos de Gérard Bobillier cités dans Christiane Poulin, 1995, « Embellir la cité... », Sud Ouest, Gironde, 22 octobre, p. 32.

44 Par exemple celui de Nicolas de Crécy, auteur et illustrateur de son texte, Cafés moulus (Paris, Verticales, 2004) ; ou encore Géométrie dans la poussière de Pierre Senges (Paris, Verticales, 2004) illustré par Killoffer.

45 On peut citer le texte coécrit sous le nom de « Collectif Dominique A. » par plusieurs auteurs Verticales (Olivier Adam, Arno Bertina, Arnaud Cathrine et Chloé Delaume) et douze autres auteurs (Dominique Fabre, Bruno Gibert, Brigitte Giraud, Jérôme Lambert, Hélène Lenoir, Patrick Lerch, Richard Morgiève, Éric Pessan, Béatrice Ratebeuf, Sylvie Robic, Sophie Tasma, Amin Zaoui) autour de la figure du chanteur Dominique A, publié sous le titre Tout sera comme avant, 2004, Paris, Verticales.

46 Bernard Wallet cité par Émilie Grangeray, 2000, « Le Seuil reprend Verticales », Le Monde, 7 janvier, p. 8.

Auteur

Maÿlis Ciarletti, ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon et agrégée de Lettres modernes, prépare un doctorat de Littérature française à l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle, où elle occupe actuellement un poste d’ATER. Sa thèse, en littérature contemporaine, porte sur les lignes éditoriales des catalogues Verdier et Verticales, et plus particulièrement sur les œuvres de Pierre Michon, Michèle Desbordes, Pierre Senges et Nicole Caligaris. Elle collabore à la revue des Cahiers du CERACC (Champ d’étude du récit actuel et contemporain) en participant à l’activité éditoriale du site.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540