Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

La polémique autour de Was bleibt, ou : comment neutraliser l’ennemie

Catherine Fabre -Renault

Texte intégral

  • 1 Christa Wolf, Was bleibt, Berlin und Weimar, 1990, Aufbau Verlag.
  • 2 Berlin und Weimar, 1989, Aufbau Verlag.

1Publié en 1990, Was bleibt relate un épisode datant de la fin des années 70 où la narratrice est surveillée par la Stasi. Il a été écrit en 1979 et ne sort que 10 ans plus tard1, comme cela a été le cas aussi, en son temps, pour Sommerstück2.

2Les temps forts du récit sont, d’une part, la découverte de cette sur­veillance et les comportements que cela induit chez la narratrice – la concor­dance se fait d’elle-même dans l’esprit du lecteur entre auteur et narratrice – de l’autre, la répression ouverte lors d’une lecture « publique » et la ré­flexion que cette répression inspire à la narratrice sur ses propres rapports à cet état, à cette société, et sur la déconstruction de la personne que cela induit.

3La polémique qui s’est développée autour de Was bleibt a surpris, non seulement par sa force, mais aussi par ses modalités : elle a débuté avant la parution du récit qui n’avait donc pas encore été lu, mais elle a eu des pro­longements sur plusieurs années, notamment en 1993 quand Christa Wolf a révélé ses contacts avec la Stasi, et peut-être bien jusqu’à aujourd’hui. C’est dire si son objet dépasse de loin, et le récit, et la personne de l’auteur.

4Après des articles relevant de la critique traditionnelle, parus en 1989 et au tout début de 1990, la Frankfurter Allgemeine Zeitung en premier lieu, puis Die Zeit réagissent parmi les premiers, Die Zeit le 1er juin 1990, avec l’article « Mangel an Feingefühl » (Manque de tact) de Ulrich Greiner, opposé, sur la même page, à « Kunstvolle Prosa » (Une prose travaillée), un article de défense signé Volker Hage, lançant ainsi la polémique.

5Greiner reproche à Christa Wolf la date de parution du récit (avant le 9 novembre, cela aurait fait sensation, après c’est seulement gênant), le mode d’écriture hypocrite (le mot « Stasi » n’apparaît pas), enfin reproche au texte lui-même d’être une fiction moins documentée que ce qu’écrivent les jour­naux, ce dernier point étant du reste une des origines possibles de cette polémique.

6Comme l’écrit V. Hage :

« Que reproche-t-on à Christa Wolf ? D’être restée socialiste malgré ses expériences et même cette surveillance ? Son attitude indécise, contradic­toire, de doute, de recherche ? Mais c’est justement là le terreau dont se nourrit son écriture. »

7La confusion fut totale, à l’Ouest, entre la littérature et le rôle que les écrivains ont été censé jouer :

  • 3 Le sociologue Detlev Clauss a tenté d’expliquer ces violentes réactions dans un article de la Berli (...)

« On parle de faute et d’innocence, en réalité, il s’agit de pouvoir et d’im­puissance. Le politique est travesti en morale »3 (Detlev Clauss).

  • 4 « Was bleibt, das ist die Scham », in : Die Welt, 23.6.1990 : « Die in Ost und West best­verdienend (...)

8Et c’est bien le sens de l’article de Jürgen Serke dans Die Welt4 :

« L’auteur la mieux payée à l’est et à l’ouest – le manque dont elle souffre avec une délectation morbide, c’est le manque de sincérité. La littérature est l’expression des jérémiades d’une hypocrite pour des hypocrites. »

  • 5 Il reprend une affirmation fausse, émanant de la Stasi et propagée en 1989 par Reich-Ranicki, selon (...)

9Nulle part, il n’est question de littérature, en revanche, J. Serke reproche à Christa Wolf son attitude en 1968 et en 19765, d’avoir été « membre d’une association criminelle », d’avoir assisté le 4 novembre à la manifestation de l’Alexanderplatz, bref, non pas d’écrire, mais d’être ce qu’elle est. Or, en 1979, le même Jürgen Serke consacrait une dizaine de pages élogieuses à Christa Wolf et, par une ironie qui ne manque pas de piquant, terminait son propre article sur ces mots de Christa Wolf :

  • 6 « Unseren Wert im Urteil der anderen, der Nachwelt gar, haben wir nicht in der Hand, und ich kümmer (...)

« Nous n’avons pas d’influence sur le jugement que les autres, ou même nos successeurs, portent sur nous et je ne m’en soucie pas. Mais tout ce que nous disons doit être vrai parce que nous le ressentons : voilà ma confession poétique. »6

10Il s’agit donc bien d’un changement d’optique radical de la critique, que Christa Wolf analysait ainsi lors de sa venue à Paris en septembre 1990 :

« Il faut, entre autres, faire cadrer les gens avec le moule que l’on a pensé pour eux ».

  • 7 Thomas Anz, cité in : Bernd Wittek, Der Literaturstreit im sich vereinigenden Deutsch­land, Marburg (...)

11En réalité, on peut dater la polémique de l’émission télévisée « Literari­sches Quartett » de Reich-Ranicki du 30 novembre 1989, deux jours après la parution de l’appel « Für unser Land », où la problématique7 est apparue sous la forme de 5 questions : les écrivains de RDA ont-ils été et sont-ils des acteurs du changement révolutionnaire ? La littérature de RDA a-t-elle été systématiquement réévaluée à l’ouest en fonction de critères politiques por­tant sur la critique du système et au détriment des critères esthétiques ? Faut-il apprécier les comportement des écrivains de l’état SED à l’aune de catégories morales ? Après l’expérience du socialisme réellement existant, peut-on encore justifier de s’accrocher aux idées de socialisme et aux tenta­tives de le mettre en œuvre ? La situation de l’intelligentsia littéraire en RDA est-elle comparable à celle du national-socialisme ?

12Ces cinq questions vont former les axes autour desquels la polémique se développera.

13Du rôle de porte-parole de l’opposition et de la dissidence, de vecteurs d’une Allemagne démocratique au sein de la dictature, les écrivains cri­tiques – eux justement – de RDA passent à celui d’accusés à qui il ne reste plus qu’à « se couler dans le moule ».

14Le 12 juillet 1990, Volker Zastrow écrit dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung :

  • 8 « In der Tat hat nicht eine der einst bei uns auch gerühmten DDR-Errungenschaften freiem Blick stan (...)

« En réalité, il n’y a pas une seule des réalisations de la RDA, tant vantées autrefois même chez nous, qui résiste à l’examen d’un œil libre. Les avantages d’une économie planifiée basée sur les crèches et leur pédagogie, la productivité des coopératives agricoles, la liberté des femmes et la for­mation des médecins : tout cela ne sont que des châteaux de cartes socialistes. »8

15Le 22 juillet, Fritz-Jochen Kopka répond dans Sonntag :

  • 9 « Wer Christa Wolf demontiert, demontiert das Selbstbewußtsein der Bürger der anderen deutschen Rep (...)

« Qui met Christa Wolf en pièces, met également en pièces la confiance que les citoyens de l’autre république allemande ont en eux. On ne doit pas pouvoir imaginer qu’autre chose ait pu exister là-bas en dehors de la pénurie, de la terreur, du mensonge. »9

16En dépassant les critères moraux du « courage civique » (émigration, résistance, voire prison etc. qui auraient forcément dû être le lot des écri­vains de RDA), il transparaît, en trame de fond, l’idée binaire que n’être pas contre la RDA en bloc, c’est être pour elle en bloc, et être pour la RDA, c’est donc être contre la RFA qui a fait la preuve de son efficacité, de sa démo­cratie, de son bien-être, et que la zone grise représentée par les intellectuels de la RDA – cette dialectique entre opposition et acceptation – doit être éradiquée au nom de la clarification politique : le réalisme politique exige de choisir son camp. Malgré les 73 % de citoyens de RDA qui se prononçaient encore en faveur du maintien d’une RDA (rénovée) le 17 décembre 1989, la RDA devenait illégitime, ainsi devait-il en être aussi de ses écrivains.

17Avant 1989, la légitimité des écrivains n’était pas liée au pouvoir poli­tique mais à une légitimité morale, à une force de contestation de ce pouvoir. Après 1989, leur légitimité ne pouvait se fonder sur autre chose que sur la revendication d’un modèle différent de celui qui était proposé. Or, ce n’est pas ce qu’on attendait d’eux, on attendait au contraire gratitude et recon­naissance pour ce modèle qui avait fait ses preuves, non une remise en cause. Et il n’y avait pas de place pour une cohabitation, comme le dit Habermas :

  • 10 Jürgen Habermas, Raison et légitimité, traduit de l'allemand par Jean Coste, Payot, 1978, pp. 93 et (...)

« La différence de légitimation entre domaines d’intérêt ne peut exister à l’intérieur d’un domaine légitimé dans son ensemble. »10

18Et, plus loin, se référant à Max Weber :

« Le concept de domination légitime attire l’attention sur la corrélation entre la croyance en la légitimité des décisions et leur potentiel de justification d’une part, et leur validité effective de l’autre. »

19La question de la légitimité pose la question de l’identité et celle de la fonction des intellectuels dans la société.

« L’“intellectuel critique” est superflu dans une démocratie qui fonctionne bien […] C’est pourquoi il est aujourd’hui superflu en Allemagne »,

  • 11 In : Marek Zyburg (Hrsg.), Geist und Macht, Schriftsteller und Staat im Mitteleuropa des « kurzen J (...)

affirme Dieter Zimmermann dans « Les fondamentalistes de l’opinion pu­blique »11.

20Christa Wolf faisait parfaitement le lien entre ces éléments en septembre 1990 déjà :

  • 12 Christa Wolf, conférence à la Librairie Le Roi des Aulnes, Paris, septembre 1990.

« On peut dire qu’il s’agit d’une campagne idéologique, mais qui est en grande partie inconsciente.[…] C’est la RDA toute entière qui est diabolisée en ce moment. Il n’y a pas encore de considération historique de la RDA, il n’y a qu’une diabolisation qui voit la RDA comme l’empire unique du Mal, sans différenciation […], sans considération des nécessités historiques qui ont induit certaines caractéristiques de la réalité en RDA. Or, ce sont justement ces caractéristiques qui ont mené la population à une identification, à une identité. Et ce qui a aidé les citoyens de RDA à se constituer cette identité, ce sont les arts, notamment la littérature. »12

21On le voit, la bi-polarité du jugement : querelle littéraire et/ou modèle de société, montre l’ambivalence même des arguments et donc, des enjeux, c’est une lutte de pouvoir.

22Pierre Bourdieu l’explique dans Ce que parler veut dire :

  • 13 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, 1982, Fayard, p. 126.

« Instituer, assigner une essence, une compétence, c’est imposer un droit d’être qui est un devoir être (ou d’être). C’est signifier à quelqu’un qu’il a à se conduire en conséquence. L’indicatif en ce cas est un impératif. […] Ainsi l’acte d’institution est un acte de communication mais d’une espèce parti­culière : il signifie à quelqu’un son identité, mais au sens où à la fois il la lui exprime et la lui impose en l’exprimant à la face de tous (kategoresthai, c’est à l’origine, accuser publiquement) en lui notifiant ainsi avec autorité ce qu’il est et ce qu’il a à être. »13

23La question de l’identité est centrale et avec elle, bien sûr, celle de la mémoire. Lorsque Christa Wolf parle de l’identité de la RDA en septembre 1990, elle anticipe le débat qui sera effectivement l’un des prolongements dans la suite des années 90 :

  • 14 Ibid., p. 158.

« Les catégories selon lesquelles un groupe se pense et selon lesquelles il se représente sa propre réalité contribuent à la réalité de ce groupe. »14

24Et c’est bien là l’une des fonctions de la littérature que de cimenter le sentiment d’appartenance, d’où l’importance de ce débat de l’après-réunifi­cation. Il fallait redéfinir les paradigmes et ce, pour l’ensemble de l’Alle­magne. La remise en question des écrivains de RDA était le prélude à une offensive plus vaste :

  • 15 « Vorgebeugt werden soll hier der Möglichkeit, daß einer gesamtdeutschen Literatur nach dieser “zwe (...)

« Il fallait parer à l’éventualité que la littérature de l’Allemagne réunifiée, après cette seconde “année zéro”, puisse jouer un rôle analogue à celui que la littérature à la fois critique et fidèle au régime ainsi que la littérature anticonformiste de RFA ont joué toutes deux, même si les conditions étaient extrêmement différentes. »15

  • 16 « Die deutsche Gesinnungsästhetik », in : Die Zeit, 1.11.1990.

25C’est l’engagement des intellectuels qui est condamné : le néologisme Gesinnungsästhetik – « l’esthétique de l’opinion » – (d’après Gesinnungs­ethik – « l’éthique de l’opinion » – chez Max Weber) utilisé par Greiner16, aurait Christa Wolf comme parfaite illustration,

  • 17 « Werk und Person und Moral sind untrennbar […] Aus [dem Kunstwerk] folgt Moralität : die deutsche (...)

« L’œuvre, la personne et la morale forment un tout […] De l’œuvre d’art découle la moralité ».17

26Il y oppose une conception de George Steiner : l’art est un acte de trans­cendance, un chemin vers le divin. On est donc dans le retour à l’irrationnel, à la condamnation de l’intellectuel « éclairé ».

27L’étape suivante est à l’ordre du jour : réviser le rôle des intellectuels engagés de l’après 1945 en RFA.

  • 18 « Die Literatur hätte sich zu sehr mit außerliterarischen Themen beschäftigt sowie daß sie eine Ide (...)
  • 19 Wittek, op. cit., p. 91.

28Greiner critique le fait que « la littérature se serait trop occupée de sujets non littéraires de même qu’elle donnait une identité à la société. »18 C’est-à-dire qu’à Böll, Weiss, Grass, Bachmann etc. il reproche le choix de sujets « non littéraires » : restauration, fascisme, cléricalisme, stalinisme, par exemple.19

  • 20 Günther Rüther, « In der inneren Einheit drückt sich die Hoffnung aus, die Deutschen könnten gemein (...)

« L’unité intérieure exprime l’espoir que les Allemands puissent développer ensemble une raison d’état sur les bases éprouvées de notre constitution et retrouver le chemin de la normalité politique. »20

  • 21 Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, 1996 / in : Goudin, op. cit., p. 375.
  • 22 Ibid. / in : Goudin, op. cit., p. 374.

29C’est ainsi que M. Schäuble, ministre de l’Intérieur, définissait les prio­rités en 1995 : passer d’une société (Gesellschaft) à une communauté de valeurs (Wertegemeinschaft)21 par « la politique culturelle [qui] doit pro­mouvoir la prise de conscience de l’appartenance commune de tous les citoyens du nouvel état commun. »22 Comme le dit Rolf Schneider : la RFA n’a besoin ni d’artistes d’état, ni de dissidents.

  • 23 Rüther, in : Goudin, op. cit., p. 38.

30Il n’y a pas de place pour intégrer les valeurs de la RDA, la constitution ouest-allemande ayant fait ses preuves. Du reste, l’affirmation de l’autono­mie par nature de la politique et de la culture en opposant la « qualité » aux critères « politico-idéologiques » n’est pas nouvelle.23 Nous nous trouvons ici à l’opposé de la conception des « Lumières » du rôle de l’intellectuel, celle qui prévalait, malgré tout, en RDA, et qui n’a plus d’espace social après la réunification.

  • 24 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 196.

« Le propre de l’idéologie dominante est d’être en mesure de faire tomber la science de l’idéologie sous l’accusation d’idéologie. »24

31Dans ce contexte de réévaluation du rôle des intellectuels, de redéfinition de ce que doit être l’identité allemande, comment les paramètres vont-ils évoluer et quelle place la mémoire doit-elle occuper ? D’ailleurs, quelle mé­moire va avoir droit de cité ?

  • 25 « Künstlerische Kreativität und intellektuelle Originalität [wurden] durch die politische Rhetorik (...)

32L’attaque venue de la revue Merkur25 sous la plume de Karl-Heinz Bohrer a été frontale :

« La créativité artistique et l’originalité intellectuelle ont été remplacées par la rhétorique politique. [...] Une société éclairée n’a pas besoin d’écrivains-gourous. »

33Il faut remodeler ce comportement :

  • 26 « Neurotisch schmerzlich gewordene Erinnerung an braun-rote Erfahrung sollte im ab­geschlossenen Kr (...)

« La mémoire de l’expérience brun-rouge, devenue névrotiquement doulou­reuse, devrait être travaillée dans le huis-clos de ceux qui sont concernés. La jouissance dans l’autocritique est une spécialité des sectes intégristes [...] Ce serait une perspective bien fâcheuse si ce milieu devait à nouveau définir notre ambiance, si un accablant travail de deuil devait nous être prôné comme un projet grandiose. »26

34De ce débat, on peut tirer deux conclusions. D’une part, que la possi­bilité que la conception est-allemande d’une littérature engagée s’impose à l’ouest était, en 1990, au moment du processus d’unification, encore envi­sagée comme réaliste et, de l’autre, que les expériences de la RDA – ce que Greiner appelle le « Gesinnungskitsch », le kitsch idéologique – ne devaient en rien concerner le public ouest-allemand.

  • 27 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 111.

« La spécificité du discours d’autorité […] réside dans le fait qu’il ne suffit pas qu’il soit compris […] il doit être prononcé par la personne légitimée à le prononcer, […] il doit être prononcé dans une situation légitime […] il doit enfin être énoncé dans les formes […] légitimes. »27

35On peut donc, ici, se demander dans quelle mesure l’autorité de la criti­que littéraire est légitime et/ou pourquoi elle a obtenu ce statut de légitimité, dans le contexte politique particulier de l’après-réunification. Et c’est là qu’intervient le reproche adressé par Greiner à Christa Wolf de donner moins d’informations que la presse sur la Stasi. Le rôle de miroir subjectif d’une réalité vue par le biais de la fiction ne peut, pour Greiner (et d'autres), avoir de fonction sociale : c’est la presse qui doit jouer ce rôle, les écrivains devant se contenter de l’art pour l’art :

  • 28 « Es geht um die Deutung der literarischen Vergangenheit und um die Durchsetzung einer Lesart. Das (...)

« L'enjeu, c'est l’interprétation du passé littéraire et la manière d’imposer une certaine lecture. Ce n’est pas une question académique. Qui définit le passé, définit aussi l’avenir. »28

36La mémoire est aussi une question de pouvoir.

37La projection du présent sur le passé et le télescopage des époques sont inévitables :

  • 29 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, PUF, 1952, cité in : Brigitte Krulic, E (...)

« Il ne suffit pas d’oublier tout ce que nous avons appris depuis : mais il faudrait connaître tout ce que nous avons appris alors. »29

  • 30 Der Butt, Darmstadt und Neuwied, 1977, Luchterhand - Le Turbot, traduit de l'allemand par Jean Amsl (...)

38La littérature rend compte de l’expérience enfouie dans la mémoire indi­viduelle. C’est bien ce que traduit le néologisme de G. Grass qu’il utilise dans Der Butt (Le Turbot) et Ein Treffen in Teltge (Rencontre en West­phalie30) : die Vergegenkunft, « le passprétur» .

39De ce vécu, de cette mémoire, dépend le sentiment de l’identité.

  • 31 Brigitte Krulic, op. cit., p. 158.

40Or, « les identités, loin d’être des essences, proviennent de l’interaction entre psychisme individuel et évolutions de la société, processus dans lequel la production et l’instrumentalisation des représentations jouent un rôle es­sentiel ».31 C’est ce que fait la littérature : elle associe mémoire individuelle et collective et elle assure une continuité chronologique.

41Dans la situation de la post-réunification où l’absence d’alternative poli­tique (déjà fort malmenée depuis des années déjà) est devenue manifeste, pouvait-on « du passé faire table rase » ?

  • 32 Daniel Lindenberg, Le rappel à l’ordre, Paris, 2002, Seuil, La République des idées.

« Car comme le savait Henri de Saint-Simon, aux époques “critiques” de démolition, succèdent toujours des époques “organiques” d’affirmation. »32

42« On ne peut émigrer hors de l’histoire » disait le 11 mars 2003 à Paris Jörg Magenau, l’auteur d’une biographie de Christa Wolf. La longue histoire de l’Allemagne, au moins depuis 1933, resurgit ici ou là, rarement de façon linéaire. Et pourtant, faire de l’Allemagne un pays normal est aussi une aspiration qui s’exprime fortement sur le champ politique.

43Ainsi, en corollaire de cette polémique sur la littérature, rejaillit partout le terme de « totalitarisme », parfois bien commode, pour englober tous ces régimes dans le même opprobre comme si la querelle entre Habermas et Nolte n’avait pas eu lieu, en 1987, tranchant la discussion en faveur de Habermas : nazisme et stalinisme ne sont pas à mettre sur le même plan.

44Maintenant que la RDA, ultime conséquence de la Seconde Guerre mon­diale, n’existe plus, ne devient-il pas enfin possible de reléguer cette période dans les limbes de l’histoire, l’Allemagne n’est-elle pas enfin un pays comme les autres ? L’accumulation actuelle d’ouvrages et d’articles de presse concernant les derniers mois de la guerre et mettant en perspective la situation de victimes des populations civiles allemandes, si elle fait partie de la nécessaire réévaluation historique que permet le recul, interroge cependant sur les possibles dérives dont la presse française et anglaise se sont large­ment inquiétées. Sans doute l’Allemagne avait-elle déclenché la guerre, lit-on de façon récurrente en Allemagne, mais quel prix ont dû payer les populations civiles en 1944-1945, quel silence a pesé pendant 60 ans sur ces malheurs ?

  • 33 Im Krebsgang, Göttingen, 2002, Steidl Verlag - En crabe, traduit de l'allemand par Claude Porcell, (...)
  • 34 Télérama, 2 octobre 2002.
  • 35 Frankfurt/Main, 1999, Fischer Taschenbuch Verlag, n° 14863, où il questionne l’incapacité des écriv (...)

45C’est le sens de Im Krebsgang – En crabe – de G. Grass33, un récit écrit avec le souci « de ne pas laisser le nationalisme à l’extrême droite »34 mais qui se situe aux antipodes du travail de W.G. Sebald dans Luftkrieg und Literatur (« Guerre aérienne et littérature »).35

  • 36 München, 2002, Propyläen Verlag, Ullstein.
  • 37 Ce ne sont pas malheureusement des stratégies bien originales, la même approche avait été mise en œ (...)

46La démarche de Jörg Friedrich dans Der Brand36 (« L’incendie ») va plus loin encore : il tente de démontrer que les bombardements alliés sur l’Alle­magne étaient des crimes de guerre, sans aucune utilité. Or, on sait depuis des décennies que ces bombardements avaient un but psychologique de démoralisation des populations civiles dans l’espoir – fallacieux – qu’elles se révoltent contre Hitler37.

47Il semble bien que nous nous trouvions à un moment charnière dans l’évocation et la présentation du passé. La polémique autour de Was bleibt n’a-t-elle pas ouvert la voie à une reconsidération de la problématique acteur/victime ? Cette problématique n’est-elle pas aussi bien plus complexe que ce que l’on croyait jusqu’à présent ? Mais ne faut-il pas craindre que la non-historicisation de la mémoire ne soit grosse de dangers ? L’engouement actuel – et son ampleur étonne – pour cette « tache blanche » que représen­tent les derniers mois de la guerre pour les populations civiles, ne peut-il être dévoyé ?

48La mémoire

  • 38 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, La République, tome 1, Paris, 1984, Gallimard, p. 19.

« est la vie, toujours portée par des groupes vivants et, à ce titre, elle est en évolution permanente, ouverte à la dialectique du souvenir et de l’amnésie, inconsciente de ses déformations successives, vulnérable à toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations. »38

49Sans doute sommes-nous entrés dans une phase de revitalisation de cette mémoire-là, mais combien de temps faudra-t-il pour redonner sa place à la mémoire de la RDA et à Was bleibt celle qui lui revient, celle d’une fiction nourrie de la réalité ?

Notes

1 Christa Wolf, Was bleibt, Berlin und Weimar, 1990, Aufbau Verlag.

2 Berlin und Weimar, 1989, Aufbau Verlag.

3 Le sociologue Detlev Clauss a tenté d’expliquer ces violentes réactions dans un article de la Berliner Zeitung (2.2.1993) sous le titre « Aggressive Moral, moralische Aggression » : « Geredet wird über Schuld und Unschuld, in Wirklichkeit geht es um Macht und Ohnmacht. Das Politische erscheint im Kostüm der Moral. Die Öffentlichkeit scheint unfähig, das eine vom anderen trennen zu können – sie macht es noch schlimmer : Sie vermischt politische und moralische Urteile mit ästhetischen. […] Das Land der Gesin­nungen ist der Ort, an dem Christa Wolf kämpft – ein politisches Niemandsland, in dem man sich Lebensläufe erzählt, die für sich selbst sprechen sollen. »

4 « Was bleibt, das ist die Scham », in : Die Welt, 23.6.1990 : « Die in Ost und West best­verdienende Dichterin – der Mangel, an dem sie selbstquälerisch leidet, genießend leidet, ist der Mangel an Aufrichtigkeit. Literatur als das Gejammer einer Heuchlerin für Heuchler. »

5 Il reprend une affirmation fausse, émanant de la Stasi et propagée en 1989 par Reich-Ranicki, selon laquelle Christa Wolf aurait retiré sa signature de la pétition en faveur de Biermann.

6 « Unseren Wert im Urteil der anderen, der Nachwelt gar, haben wir nicht in der Hand, und ich kümmere mich nicht drum. Aber alles, was wir aussprechen, muß wahr sein, weil wir es empfinden : da haben sie mein poetisches Bekenntnis. » (Frauen schreiben, Ein neues Kapitel deutschsprachiger Literatur, Frankfurt/Main, 1982, Fischer Taschenbuch Verlag, n° 1480, p. 205).

7 Thomas Anz, cité in : Bernd Wittek, Der Literaturstreit im sich vereinigenden Deutsch­land, Marburg, 1997, Tectum Verlag, p. 26.

8 « In der Tat hat nicht eine der einst bei uns auch gerühmten DDR-Errungenschaften freiem Blick standgehalten. Die Vorzüge der ökonomischen Plan- und pädagogischen Krippen­wirtschaft, die Produktivität der LPG’s, die Freiheit der Frauen und die Ausbildung der Ärzte : Alles sozialistische Kartenhäuser. » In : « Die Legende von der Nischengesellschaft im Sozialismus. », in : FAZ, 12. 07. 1990.

9 « Wer Christa Wolf demontiert, demontiert das Selbstbewußtsein der Bürger der anderen deutschen Republik gleich mit. Es darf nicht der Verdacht aufkommen, es könnte auf ihrem Territorium etwas gewesen sein jenseits von Mangelwirtschaft, Terror, Lüge. »

10 Jürgen Habermas, Raison et légitimité, traduit de l'allemand par Jean Coste, Payot, 1978, pp. 93 et 134.

11 In : Marek Zyburg (Hrsg.), Geist und Macht, Schriftsteller und Staat im Mitteleuropa des « kurzen Jahrhunderts » 1914-1991, Dresden, 2002, Thelem w.e.b., Universitätsverlag und Buchhandel, p. 101.

12 Christa Wolf, conférence à la Librairie Le Roi des Aulnes, Paris, septembre 1990.

13 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, 1982, Fayard, p. 126.

14 Ibid., p. 158.

15 « Vorgebeugt werden soll hier der Möglichkeit, daß einer gesamtdeutschen Literatur nach dieser “zweiten Stunde Null” eine ähnliche Rolle zufallen könnte, wie sie die kritisch-systemtreue Literatur in der DDR und die westdeutschen Nonkonformisten unter sehr verschiedenen Bedingungen, aber beide […] gespielt haben ». Jochen Vogt, « Langer Ab­schied von der Nachkriegsliteratur ? Ein Kommentar zur letzten Literaturdebatte », in : Bernd Wittek, op. cit., p. 59.

16 « Die deutsche Gesinnungsästhetik », in : Die Zeit, 1.11.1990.

17 « Werk und Person und Moral sind untrennbar […] Aus [dem Kunstwerk] folgt Moralität : die deutsche Gesinnungsästhetik. Noch einmal Christa Wolf und der deutsche Literatur­streit. Eine Zwischenbilanz. » Ibid.

18 « Die Literatur hätte sich zu sehr mit außerliterarischen Themen beschäftigt sowie daß sie eine Identität für die Gesellschaft stiftete. », cité par Wittek, op. cit., p.84.

19 Wittek, op. cit., p. 91.

20 Günther Rüther, « In der inneren Einheit drückt sich die Hoffnung aus, die Deutschen könnten gemeinsam eine Staatsräson auf der bewährten Grundlage unserer Verfassung ent­wickeln und zur politischen Normalität zurückfinden » ; in : Politische Kultur und innere Einheit in Deutschland, Konrad-Adenauer-Stiftung, Aktuelle Fragen der Politik, Heft 23, 1995, pp.64, 21 / cité par : Elisa Goudin, Les inflexions de la politique culturelle allemande après l’unification à l’exemple de la ville de Leipzig 1990-1998, thèse de doctorat sous la direction d’Anne Saint Sauveur-Henn, Université Paris 3, 2002, p. 377.

21 Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, 1996 / in : Goudin, op. cit., p. 375.

22 Ibid. / in : Goudin, op. cit., p. 374.

23 Rüther, in : Goudin, op. cit., p. 38.

24 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 196.

25 « Künstlerische Kreativität und intellektuelle Originalität [wurden] durch die politische Rhetorik ersetzt. […] Eine aufgeklärte Gesellschaft kennt keine Priester-Schriftsteller. » Karl-Heinz Bohrer, « Kulturschutzgebiet DDR ? », in : Merkur, pp. 1015-1016 / in : Wittek, op. cit., pp. 109-110.

26 « Neurotisch schmerzlich gewordene Erinnerung an braun-rote Erfahrung sollte im ab­geschlossenen Kreis der Betroffenen bearbeitet werden. Das lustvolle Bekenntnis der eigenen Schuld ist eine Spezialität fundamentalistischer Sekten […] Es wäre eine unerquickliche Aussicht, wenn uns dieses Milieu für die nächsten Jahre erneut unser Klima bestimmte, wenn uns eine dumpfe “Trauerarbeit” […] als emphatisches Projekt ange­priesen würde », ibid., pp. 1015-1018.

27 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 111.

28 « Es geht um die Deutung der literarischen Vergangenheit und um die Durchsetzung einer Lesart. Das ist keine akademische Frage. Wer bestimmt, was gewesen ist, der bestimmt auch, was sein wird. » Greiner, in : Die Zeit, 1.11.1990.

29 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, PUF, 1952, cité in : Brigitte Krulic, Ecrivains, identités, mémoire, miroirs d’Allemagnes, 1945-2000, Paris, mars 2001, Autrement, p. 88.

30 Der Butt, Darmstadt und Neuwied, 1977, Luchterhand - Le Turbot, traduit de l'allemand par Jean Amsler, Paris, 1979, Seuil ; Ein Treffen in Teltge, Darmstadt und Neuwied, 1979, Luchterhand, - Rencontre en Westphalie, traduit de l'allemand par Jean Amsler, Paris, 1981, Seuil.

31 Brigitte Krulic, op. cit., p. 158.

32 Daniel Lindenberg, Le rappel à l’ordre, Paris, 2002, Seuil, La République des idées.

33 Im Krebsgang, Göttingen, 2002, Steidl Verlag - En crabe, traduit de l'allemand par Claude Porcell, Paris, 2002, Seuil.

34 Télérama, 2 octobre 2002.

35 Frankfurt/Main, 1999, Fischer Taschenbuch Verlag, n° 14863, où il questionne l’incapacité des écrivains de l’après-guerre à décrire ces événements, une entreprise bien différente de celle qui consiste à présenter les populations civiles comme victimes, et comme victimes non du nazisme mais des Alliés.

36 München, 2002, Propyläen Verlag, Ullstein.

37 Ce ne sont pas malheureusement des stratégies bien originales, la même approche avait été mise en œuvre lors de l’exode sur les routes françaises en 1940, du Blitz sur Londres, lors de l’offensive sur Stalingrad à l’automne 1942 : 700 000 habitants, des femmes, des enfants, des vieux, surtout des réfugiés y avaient été victimes du siège et Hitler avait alors déclaré « Keine zwei Steine sollen übereinander stehen bleiben » (« Il ne devra pas rester deux pierres empilées »), dans le souci de saper le moral des partisans.

38 Pierre Nora, Les lieux de mémoire, La République, tome 1, Paris, 1984, Gallimard, p. 19.

Auteur

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540