Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Le compte rendu critique : entre débat et convenances

Martine Dalmas

Texte intégral

1. Un genre textuel complexe

1Un compte rendu critique est un texte scientifique, mais on peut égale­ment le considérer comme un véritable « acte social » (au sens large du terme « social »). En effet le rôle social que joue son auteur se situe à plu­sieurs niveaux : d’une part, il a lui-même une certain statut en tant que per­sonne (il est le plus souvent un scientifique, et son texte représente une prise de position) ; d’autre part, un compte rendu s’adresse à deux destinataires (le lecteur, mais aussi l’auteur du livre concerné) ; et enfin, la recension est souvent comprise comme une incitation à l’achat du livre concerné (elle vise donc un acte, un acte commercial).

2La recension est soumise à une sorte de tension entre deux pôles :

  1. En tant que texte, elle se situe entre stéréotypie et créativité. La fonction triple évoquée ci-dessus, les contraintes éditoriales qui lui sont imposées, le côté stéréotypé et conventionnel de ce genre textuel et de ce mode d’écriture sont autant d’éléments que l’auteur d’une recension doit pren­dre en compte, mais, au-delà de ces contraintes, il s’agit pour lui en même temps d’une sorte de défi ou du moins d’une invitation à une écri­ture créative et originale.

  2. En tant qu’action, la recension se situe entre consensus et débat.
    Tout en n’étant pas au premier plan, l’aspect relationnel joue un rôle im­portant. Il influe sur le point de vue de l’auteur du compte rendu et, par­tant, sur le contenu et sa composante évaluative. L’auteur est partagé entre d’un côté une sorte de sentiment d’appartenance (il s’agit le plus souvent d’un livre d’un collègue…), et de l’autre un besoin de se démar­quer, de garder un regard extérieur, voire d’affirmer sa propre personna­lité.

  • 1 Par exemple telles qu’elles sont distinguées par K. Bühler (fonctions de représentation, d’expressi (...)

3C’est précisément cette double tension que je voudrais étudier ici d’un point de vue linguistique. Dans ce qui suit, j’aborderai le compte rendu à partir de trois aspects, qui correspondent aux trois grandes fonctions du langage1 : présenter/décrire, évaluer et conseiller/déconseiller.

2. Présenter

4S’il est indéniable que la part de (re)présentation de soi, de mise en scène personnelle chez l’auteur du compte rendu est parfois importante (voire do­minante !), je limiterai ici néanmoins la notion de (re)présentation à la seule présentation du contenu du livre qui fait l’objet du compte rendu.

  • 2 Les exemples en italique sont traduits de l'allemand (textes originaux en annexe).

5Il arrive souvent que l’auteur d’une recension ait une relation personnelle à l’ouvrage qu’il présente, cependant il doit s’efforcer de garder une certaine distance et de rester objectif … Cette tension se reflète dans son texte, à la fois dans l’écriture et dans le lexique. Il n’en reste pas moins que le passage de la simple description à l’évaluation est la plupart du temps assez flou : de nombreux comptes rendus comportent dans leur première partie une descrip­tion relativement objective de l’ouvrage commenté et ce n’est que plus tard que s’exprime l’évaluation. Mais la distinction n’est parfois pas très nette. On peut par exemple évoquer des cas dans lesquels l’absence d’évaluation explicite, voire la présence massive de citations est en soi un signe, un signal, ainsi dans l’exemple (1)2 :

(1) Les auteurs, Dagmara J. et Katarzyna S., deux étudiantes polonaises de l'Université Viadrina à Francfort-sur-l’Oder, veulent montrer avec leur travail « comment les deux villes séparées l’une de l’autre n’ont pu à aucun moment de leur histoire vivre sans leur moitié perdue, comment des liens de voisinage sont apparus et ont fait se cicatriser les plaies ». Leur intention est de plus de « démonter les préjugés » (p. 9). Les neuf chapitres traitent entre autres du « Nouveau départ durant les premières années de l’après-guerre », de « L’histoire de la frontière de 1945 à 1995 », de « La coopération sur le plan de la gestion communale », de « L’école et la jeunesse », ainsi que du « Dialogue des églises pour la réconciliation et la coopération œcuménique ».(Deutschland Archiv 5/2001, 897)

6Une description du contenu de l’ouvrage sans prise de position explicite est chose fréquente dans des paragraphes à fonction résumante. Il arrive alors que soient mentionnés dans de tels passages des manques, que l’auteur du compte rendu suppose intentionnels. Le style devient alors argumentatif et l’emploi, par exemple, de questions rhétoriques est un premier indice de prise de position critique :

(2) Les deux auteurs ont effectivement pu découvrir beaucoup de choses. Il est vrai que, travaillant au Forschungsamt de Potsdam, ils étaient à la source. Mais [aber] on remarque pourtant [dennoch] clairement que des éléments ont été laissés de côté. Et ceci, semble-t-il, à dessein. Pour ne pas se fermer l’accès à des sources « vivantes » ? Pourquoi n’apprend-t-on par exemple rien sur les liens de certains généraux de la Police Populaire Communale (KVP) ou de l’Armée Populaire Nationale (NVA) avec le Ministère de la Sécurité de l'état (Stasi), pourquoi ne donne-t-on pas d'éléments concrets au sujet de certains de ces messieurs ? Toujours est-il [immerhin], on signale qu’il y avait « quelque chose » : […] (Deutschland Archiv 5/2001, 905).

7Les questions posées ici ne sont pas naïves…Des connecteurs tels que « mais » (aber), « pourtant » (dennoch) et « toujours est-il » (immerhin) marquent des étapes dans une forme d’argumentation qui relève déjà de la prise de position.

3. évaluer

8En abordant l’évaluation, la prise de position, nous arrivons au cœur de notre thématique : Comment se manifeste l’évaluation ? Quelles formes prend-elle lorsqu’elle est négative et quelle fonction a-t-elle alors ? Com­ment l’auteur du compte rendu s’acquitte-t-il de sa tâche ?

3.1. Formules globales

9L’évaluation se manifeste dans le lexique, essentiellement à travers l’em­ploi d’adjectifs. Mais on trouve aussi des formulations globales, le plus sou­vent à la fin du texte, dans la conclusion.

10Dans les rares cas où l’on trouve de telles formulations dès la première phrase du compte rendu, elles comportent le plus souvent un jugement posi­tif comme dans les exemples (3) et (4), teinté d’une légère touche négative en (5), mais il arrive aussi que ce premier jugement ne soit pas positif, comme dans les cas (6), et surtout (7), (8) et (9) :

(3) 0. C'est du Maas tout craché.
1. Et cela signifie tout d’abord et avant tout qu’il s’agit d’un livre rempli d’idées nouvelles et de perspectives déterminantes, de révisions – qu'il était temps d'effectuer – de conceptions établies depuis longtemps, rempli aussi des combinaisons surprenantes, de formulations captivantes et d’explications claires. (Linguistische Berichte 166/1996, 535)

(4) Prendre du plaisir à la lecture d’un ouvrage où sévit de la linguistique n’est pas monnaie courante. Le phénomène mérite qu’on y consacre quelque publicité. (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/1997, 129)

(5) Pourquoi faut-il que ce livre important sorte sur le marché précisément avec ce titre, La formation des mots, qui n'évoque rien ? (Linguistische Berichte 160/1995, 512)

(6) Un livre intéressant, fascinant dans la dernière partie, mais également (dans sa première partie) irritant ! (Beiträge zur Geschichte der deut­schen Sprache und Literatur 3/2000, 501)

(7) L’ouvrage est une curiosité, qui a seulement le mérite de montrer où peut conduire une formation superficielle. (Bulletin de la Société de Lin­guistique 2/1998, 147)

(8) Cet ouvrage, qui attirera l’attention sur les rayonnages par ses imposantes dimensions, l’attirera moins, peut-être, par son contenu, qui n’est certes pas sans mérite, mais aurait pu être plus percutant si les éditeurs avaient convaincu les auteurs de se consulter assez entre eux pour éviter les nombreuses répétitions et condenser leurs pensées dans des exposés plus brefs. (Bulletin de la Société de Linguistique 2/2001, 60)

(9) Disons-le d'emblée : Je ne suis pas d’avis que ce livre fournisse les éclaircissements que l’on est en droit d'attendre de lui au vu de son titre ou que l’on pourrait espérer après un premier coup d’œil dans la table des matières. Il contient des titres de chapitres trompeurs et toute une série d'autres défauts, qui sont loin d’être insignifiants. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 1/2001, 123)

Je reviendrai plus loin sur l’exemple (3).

11Lorsqu’elle se trouve ailleurs qu’en début de texte, l’évaluation est égale­ment dans la majorité des cas positive. Sans vouloir m’attarder ici sur cet aspect, je voudrais juste signaler le cas où la ré-évaluation (vers le positif) est marquée en allemand par immerhin :

(10) Quiconque connaît les travaux de Geeraerts trouvera dans cet ouvrage peu d’éléments nouveaux. Toujours est-il que des non-initiés trouveront réunis dans un livre, sous une forme pratique, les données et les résultats les plus importants. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 296)

3.2. évaluation négative

12Les jugements négatifs et la critique ne sont pas aussi fréquents que les louanges ! Il peut être alors intéressant d’étudier quelle place occupe la critique et quelle stratégie on peut y déceler.

13Pour des raisons évidentes, les jugements négatifs apparaissent rarement, on l’a dit, au début d’une recension. En revanche, la conclusion se prête facilement à des remarques critiques. Ceci peut provoquer soit un jugement global négatif, comme dans les exemples (11) à (14) :

(11) Certains ouvrages peuvent rester sans dommage enfouis au fond des bibliothèques. (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/1997, 297)

(12) Tout cela n’est ni très clair, ni bien convaincant. (Bulletin de la Société de Linguistique 2/2001, 80)

(13) En résumé : L’impression que laisse l’étude de Zehnpfennig est dans l’ensemble négative. (Zeitschrift für Germanistik 1/2002, 173)

(14) Assez ! Il reste à expliquer pourquoi j’ai laissé imprimer cette critique puisque tout ce que le lecteur a appris jusqu’ici, c'est qu’il s’agit d’un livre extraordinairement mauvais – ce qu’il aurait de toute façon remarqué après les 30 premières pages. (Linguistische Berichte 92/1984, 68)

14Ou alors les aspects négatifs sont repris anaphoriquement et banalisés (quantitativement, par l’emploi de « quelques » et qualitativement par des termes tels que « broutilles insignifiantes », « critiques de détail », Kleinig­keiten (« petits détails »), kleinere Unschärfen (« petites imprécisions »), winzige Erbsen (« vétilles »), geringfügige Mängel (« défauts mineurs »), et leur portée est relativisée, voire annulée, comme dans les exemples (15) à (23) :

(15) Broutilles insignifiantes compte tenu de la qualité de l’ensemble. (Le français moderne 2/1996, 101)

(16) Malgré ces quelques réserves, on ne peut que reconnaître à cet ouvrage le mérite de constituer une importante et sympathique synthèse de la question linguistique corse […] (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/2001, 184)

(17) Malgré quelques imperfections, ce livre, riche en informations, sera dorénavant un ouvrage de référence […] (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/1997, 304)

(18) Mais finalement, ces critiques de détail sont négligeables au regard de la haute qualité de l’ensemble du texte. (Le français moderne 2/1999, 209)

(19) En dépit de ces remarques critiques, qui ne sont en aucun cas censées diminuer la valeur de ce travail, qu’il nous soit permis de nouveau pour clore […](Deutsch als Fremdsprache 2/1979, 118)

(20) Malgré les petites imprécisions et contradictions que j'ai mentionnées, ce travail représente à mon avis une tentative globalement réussie de (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 1/2000, 128)

(21) On peut sans hésiter concéder que ces remarques ne sont que des vétilles, et ce serait ergoter que de les énumérer (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 336)

(22) En dehors de ces petits détails, (Deutschland Archiv 4/2002, 681)

(23) de tels manques et défauts mineurs (Deutschland Archiv 3/2002, 530)

15Il arrive également que des critiques et des objections de fond soient faites dans le cours du texte :

(24) Le livre de G., qui , n’est pas sans poser problème […] (Germanisch-Romanische Monatsschrift 2/2000, 256)

16On trouve par exemple des expressions telles que :

(25) verfehlte Prämissen (« des prémisses manquées »), Schreibtischentwürfe mit der Wirklichkeit verwechseln (« confondre des concepts développés de manière théorique avec la réalité »)

17mais la plupart du temps il est dit que les objections n’affectent en rien le jugement global qui reste positif :

(26) En fin de compte, la critique que l’on pourrait donc faire à ce livre – un questionnement de détail qui manque d'unité, l'accent différent porté sur les différentes périodes historiques, plusieurs ancrages temporels différents, une représentativité limitée à l’échelle économique globale – peut très facilement être perçue positivement : comparé à d’autres travaux généraux sur l’histoire économique générale de la RDA, ce recueil d'articles est jusqu’à présent la contribution la plus nuancée et la plus approfondie. (Deutschland Archiv 3/2001, 499)

(27) Néanmoins, les données ne sont pas toutes aussi superficielles, et l’on peut, si l’on prend le temps de lire, glaner dans ce gros livre des maté­riaux intéressants, et utilisables dans différents cadres descriptifs ou théo­riques. (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/ 2001, 208)

18Quant aux défauts typographiques ou bibliographiques, ils sont générale­ment évoqués à la fin du compte rendu. On trouve aussi parfois – rarement – des excuses qui touchent à des aspects personnels :

(28) Vu que le correcteur, occupé par ailleurs par son travail, a mené la rédaction finale en grande partie pendant son temps libre (p. 23), on est presque gêné de mettre le doigt sur des imperfections qui lui ont échappé. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 3/2000, 510)

19Quoi qu’il en soit, les jugements négatifs sur certains aspects de l’œuvre commentée sont le plus souvent un constituant incontournable de tout compte rendu qui se veut « objectif » :

(29) Il faut remarquer de manière critique que (Deutschland Archiv 6/2002, 1051)

(30) Ce manuel présente cependant un gros défaut. (Deutschland Archiv 6/2002, 1058)

3.3. Stéréotypes

20D’une part la critique est aisée, d’autre part – mais ceci explique cela – certains auteurs de comptes rendus ne peuvent s’empêcher de montrer qu’ils en savent plus et ce avec parfois une certaine condescendance qui les amène à exprimer des regrets (portant en priorité sur les fameux « oublis », les « lacunes »), ou bien à donner des conseils pour l’avenir :

(31) on regrettera
on notera l’absence de…
ajoutons une dernière faiblesse
Petite remarque-regret pour terminer
Bien sûr une telle entreprise peut toujours susciter quelques réserves. (Le français moderne 1/1998, 133)

(32) On souhaiterait aussi qu’un certain nombre de points soient complétés, notamment pour (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 315)

(33) On souhaite à cette publication qu'elle connaisse d'autres éditions, dans lesquelles il serait facile d'améliorer certaines choses. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 317)

21En principe, les commentaires négatifs placés dans le cours du texte restent en retrait, un peu comme si le seul fait de les évoquer devait suffire. De plus, dans de nombreux cas, ils sont immédiatement compensés par des aspects positifs. D’un point de vue argumentatif, cela signifie que l’on a affaire à des structures concessives, qui relient ainsi les deux aspects (posi­tifs et négatifs), et ce, de manière telle que le positif compense largement le négatif. Les exemples de ce type de structure et de mouvement argumentatif sont nombreux, je me limite ici bien sûr à quelques-uns :

(34) Même si des thèses et des points de vue essentiels peuvent sembler ne pas être suffisamment étayés, ou nécessiter d'être développés voire revus, cette étude éveille à bien des égards (Germanisch-Romanische Monatsschrift 1/2000, 110)

(35) Il est vrai que ce recueil souffre d’une réflexion méthodologique peu satisfaisante, mais il révèle sa qualité dans un autre domaine. (Deutschland Archiv 5/2001, 896)

(36) Malgré quelques imperfections, ce livre, riche en informations, sera dorénavant un ouvrage de référence […] (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/1997, 304)
Malgré ces réserves, ce livre de P.L. doit être considéré comme très réussi. (Le français moderne 2/1997, 213)

(37) Abstraction faite de ces défaillances, que l’on ne peut pas considérer comme de méprisables scories, l’ouvrage […] (Le français moderne 2/1996, 243)

22Des aspects négatifs qui, du point de vue de l’auteur du compte rendu, ne sauraient être passés sous silence mais restent en marge de l’argumentation centrale, sont en allemand souvent introduits par allerdings (« toutefois ») qui marque une restriction relativement faible : 

(38) De temps en temps, on se prend toutefois à se demander en lisant cet ouvrage s’il n’aurait pas été plus judicieux que les éditrices choisissent une autre présentation. (Zeitschrift für Germanistik 2/2002, 381)

3.4. Les chemins tortueux de l’interprétation

23Une remarque s’impose sur les formulations qui semblent à première vue difficiles à interpréter et ne sont véritablement compréhensibles qu’à travers leur contexte. Certains auteurs de recensions usent et abusent de ces ambi­guïtés et emmènent leurs lecteurs sur bien des chemins de traverse avant d’en venir à la ligne argumentative qu’ils ont choisie. L’exemple (39) est un cas extrême de ce type de procédé :

(39) Une nouvelle publication philosophique ne contient pas nécessairement de nouvelles pensées : voilà le constat que font de nombreux chercheurs, qui constatent tout aussi fréquemment que, plus la célébrité des auteurs augmente, plus il est probable de trouver dans leurs nouveaux travaux des pensées qui se trouvaient déjà dans les précédents. Ces impressions de déjà-vu ont une fonction importante dans la constitution du statut d’auteur scientifique et dans la manière dont nous ordonnons les choses théoriques. Lorsque, de plus, les nouvelles publications philosophiques reposent sur des cours d’universités, et que leurs auteurs ne portent pas des noms comme Ferdinand de Saussure ou John L. Austin, alors l'espoir de lire quelque chose de fondamentalement nouveau se réduit encore davantage. Dire alors des dernières publications de Judith Butler, issues de ses cours, que ce qu'elles contiennent est en grande partie connu, n’a donc, vu dans ce contexte, pas le statut d’une critique. (Zeitschrift für Germanistik 3/2002, 722)

(40) On espère que ce volume connaîtra une deuxième édition, aussi pour que soient corrigées les erreurs sur le style et sur le fond, qui sont malheureusement loin d’être rares. (Deutschland Archiv 5/2001, 898)

24Je voudrais revenir dans ce cadre sur l’exemple (3) cité plus haut. Il s’agit de la première phrase du compte rendu, elle est reprise à la fin et donne la phrase de conclusion suivante :

(41) C'est vraiment du Maas tout craché. (Linguistische Berichte 166/1996, 541)

25Mais avec une tout autre signification ! En effet, entre temps le vent a tourné, et au début de la troisième partie, après avoir été très laudateur, l’auteur du compte rendu a repris cette phrase introductive pour la renverser argumentativement :

(42) C'est du Maas tout craché. Et cela signifie d’autre part que le grand nombre d’idées plonge dans la confusion, que le discours y est imprécis, que des thèmes annexes remplissent des pages alors que des idées cen­trales sont expédiées de manière laconique, que des jugements politiques côtoient des discussions techniques, que de nombreuses formulations sont peut-être très fines mais en même temps imprécises voire bâclées, que le sujet est à maints égards présenté de manière tout simplement chaotique, etc. – de sorte que l'on est régulièrement tenté de jeter tout bonnement le livre par la fenêtre, de rage. (Linguistische Berichte 166/1996, 538)

26À la suite de cela, cet auteur – au demeurant bien courageux – s’est attardé sur la difficulté de son rôle, sur la lenteur de l’élaboration de son texte, avant de passer au crible, sans pitié, les différents chapitres du livre commenté. La phrase conclusive reste néanmoins (am)bivalente quant à l’évaluation finale, car elle est précédée de l’affirmation suivante :

(43) Mais ainsi, nous avons là un livre dont force est de constater qu’il représente sans concurrence aucune la meilleure présentation d’ensemble de l’orthographe allemande, mais sous une forme pratiquement indigeste. Pour le dire dans le jargon des footballeurs : parfois du niveau de la Coupe du Monde, parfois du niveau du championnat de canton. (Linguistische Berichte 166/1996, 541)

4. Conseiller/déconseiller

27Cette ambivalence qui traverse certaines recensions finit en règle géné­rale – contrairement à notre exemple (43) – par être levée dans la conclusion dont la position argumentative est claire. C’est dans la conclusion que se trouve – si tant est qu’il soit réalisé – l’acte consistant à conseiller ou à déconseiller. Si le jugement global final est positif, l’ouvrage peut être recommandé – avec plus ou moins d’enthousiasme :

(44) Bref, un produit à recommander, et à consommer sans modération. (Le français moderne 2/1997, 216)

(45) Un ouvrage dont le contenu manque d’homogénéité mais qui, dans une bibliothèque, rendra service à des chercheurs de domaines variés. (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/ 2000, 179)

(46) Il est probable que de nombreux linguistes seront assez méfiants. Peut-être l’ouvrage rend-il de bons services dans l’enseignement ? (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/ 2000, 45)

28On recommande sa lecture, son achat, ou même on le recommande comme modèle à suivre :

(47) À côté de cela, le présent recueil peut peut-être constituer un aiguillon pour ces scientifiques allemands qui travaillent sur la masculinité, pour les pousser à suivre les traces de leurs collègues américains et à décider enfin du lieu du colloque ainsi qu’à envoyer les cartons d’invitation. (Zeitschrift für Germanistik 2/2002, 396)

(48) Un ouvrage de référence indispensable, mais aussi, pour la démarche, un modèle à méditer. (Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 2/ 2001, 236)

29En revanche, si le jugement final est négatif, l’ouvrage n’est pas recom­mandé. Mais rares sont les cas dans lesquels l’acte de déconseiller est expli­cite. Afin d’éviter une telle situation, l’auteur du compte rendu se retire et laisse au lecteur le soin de tirer lui-même la conclusion pratique : lire ou non, acheter ou non l’ouvrage en question.

5. Brève conclusion

30Chacun de nous a déjà eu l’occasion de rédiger des comptes rendus cri­tiques. Au début, on a consulté des recensions existantes et on a essayé de suivre l’exemple, le « bon exemple » ! En tant que jeune doctorant débutant dans cette pratique textuelle, on n’a guère osé employer des formulations originales, et encore moins afficher des prises de position critiques, car on n’avait pas la distance (et/ou le courage) nécessaire(s). Plus tard, on a peut-être fait l’expérience qu’il faut parfois simplement refuser de faire un compte rendu pour éviter de se mettre dans une situation désagréable … Puis, peu à peu, on a osé ; et on a alors sans doute constaté à maintes reprises que malgré son côté fortement stéréotypé le compte rendu critique est un genre textuel périlleux, parfois même une véritable peau de banane – et ce, d’abord et avant tout parce que l’aspect relationnel est omniprésent …

Bibliographie

Dallmann, Sabine, « Die Rezension. Zur Charakterisierung von Texttyp, Darstellungsart und Stil ». In : Fleischer, W. (Hrsg.), Sprachnormen, Stil und Sprachkultur, Berlin, Akademie der Wissenschaften, 1991, pp. 58‑97.

Dalmas, Martine, « Der Weisheit letzter Schluss … Zur Funktion des Schlusswortes in Rezensionen ». In : Jakobs, E.M. / Rothkegel, A. (Hrsg.), Perspektiven auf Stil, Tübingen, Niemeyer, 2001, pp. 305-320.

Dalmas, Martine, « Empfehlen und Ablehnen in wissenschaftlichen Rezen­sionen. Versuch eines deutsch-französischen Vergleichs ». In : Wotjak, G. (Hrsg.), Akten der IV. Arbeitstagung zum deutsch-romanischen Sprachvergleich, Frankfurt am Main/Bern, Peter Lang, 2001, pp. 467‑476.

Hintze, Martina, « Zur Untersuchung von Fachtextsorten, dargestellt an der wissenschaftlichen Rezension ». In : Weber, Siegfried (Hrsg.), Fach­kommunikation in deutscher Sprache. Ergebnisse, Probleme und Metho­den der Fachsprachenforschung, Leipzig, Verlag Enzyklopädie, 1989, pp. 131-143.

Pätzold, Jörg, Beschreibung und Erwerb von Handlungsmustern. Beispiel : Rezensionen wissenschaftlicher Publikationen. Berlin, Akademie der Wissenschaften der DDR, 1986 [= Linguistische Studien, Reihe A, Arbeitsberichte, Nr. 138]

Schweickard, Wolfgang, « Die sprachwissenschaftliche Rezension als Forschungsgegenstand ». In : Ernst, Gerhard et al. (Hrsg.), Beiträge zur rumänischen Sprache im 19. Jahrhundert, Tübingen, Niemeyer, 1992, pp. 361-369.

Wiegand, Herbert Ernst, « Nachdenken über wissenschaftliche Rezensio­nen. Anregungen zur linguistischen Erforschung einer wenig erforschten Textsorte ». In : Deutsche Sprache 11, 1983, pp. 122-137.

Annexes

Annexes

(1) Die Autorinnen Dagmara J. und Katarzyna S., zwei polnische Studentinnen der Viadrina in Frankfurt (Oder), wollen mit ihrer Arbeit “zeigen, wie die geteilten Städte zu keiner Zeit ohne ihre verlorenen Hälften leben konnten, wie Nachbarschaft entstand und die Wunden vernarben ließ”. Zudem beabsichtigen sie, “Vorurteile zurechtzurücken” (S. 9). In neun Kapiteln werden u.a. dargestellt “Neuanfang in den ersten Nachkriegsjahren”, “Die Geschichte der Grenze 1945 bis 1995”, die “Kommunalwirtschaftliche Zusammenarbeit”, “Schulwesen und Jugend” sowie “Der Dialog der Kirchen für Aussöhnung und ökumenische Zusammenarbeit”. (Deutschland Archiv 5/2001, 897)

(2) Beide Autoren haben in der Tat vieles in Erfahrung bringen können, schließlich saßen sie auch an der Quelle im Potsdamer Forschungsamt. Aber: Auslassungen fallen dennoch auf. Und scheinen beabsichtigt. Um sich lebende “Quellen” nicht zu verschütten? Warum beispielsweise erfährt man nichts über die MfS-Anbindung so mancher KVP- und NVA-Generale, warum wurde man nicht konkret bei einigen dieser Herren? Immerhin wird darauf hingewiesen, dass es da “etwas” gab: […] (Deutschland Archiv 5/2001, 905)

(3) 0. Das ist ein echter Maas.
1. Und das heißt, zunächst und vor allem anderen, dass es sich um ein Buch handelt, das voll ist von neuen Einsichten und richtungsweisenden Perspektiven, überfälligen Revisionen tradierter Vorstellungen und überraschenden Kombinationen, von packenden Formulierungen und klaren Explikationen. (
Linguistische Berichte 166/1996)

(5) Warum muss dieses wichtige Buch ausgerechnet mit dem nichtssagenden Titel ‘Wortbildung’ auf dem Markt erscheinen? (Linguistische Berichte, 160 / 1995, 512)

(6) Ein interessantes, im letzten Teil faszinierendes, aber auch (im ersten Teil) irritierendes Buch! (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 3/2000, 501)

(9) Um es vorweg zu sagen: Ich bin nicht der Ansicht, dass das vorliegende Buch die Klärungen liefert, die von ihm angesichts des Titels zu erwarten sind oder die man sich beim ersten Blick ins Inhaltsverzeichnis versprechen mag. Es enthält trügerische Überschriften und eine ganze Reihe weiterer, nicht unerheblicher Mängel. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 1/2001, 123)

(10) Wer die Arbeiten von Geeraerts kennt, wird in diesem Buch relativ wenig Neues finden. Immerhin, Uneingeweihte finden die relevanten Daten und Resultate praktisch in einem Buch versammelt. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 296)

(13) Fazit: Der Eindruck, den Zehnpfennigs Studie hinterlässt, ist im ganzen negativ. (Zeitschrift für Germanistik 1/2002, 173)

(14) Genug! Es bleibt zu begründen, warum ich diese Rezension habe drucken lassen, hat doch der Leser bislang nichts anderes erfahren, als dass es sich hier um ein außerordentlich schlechtes Buch handelt – das hätte er nach den ersten 30 Seiten ohnehin gemerkt. (Linguistische Berichte 92/1984)

(19) Ungeachtet dieser kritischen Anmerkungen, die den Wert der Arbeit keines­wegs schmälern sollen, sei zum Abschluß nochmals […] (DaF 2 / 1979)

(20) Trotz der angesprochenen kleineren Unschärfen und Inkonsistenzen stellt die Arbeit meiner Ansicht nach einen insgesamt gelungenen Versuch dar, […] (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 1/2000, 128)

(21) Es ist ohne Zögern einzuräumen, dass diese Hinweise nichts anderes sind als winzige Erbsen, die zu zählen sich nicht lohnt, […](Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 336)

(22) Abgesehen von diesen Kleinigkeiten, […] (Deutschland Archiv 4/2002, 681)

(23) derlei Defizite und geringfügige Mängel (Deutschland Archiv 3/2002, 530)

(24) Das Buch von G., das […], ist nicht unproblematisch. […] (Germanisch-Romanische Monatsschrift 2/2000, 256)

(25) verfehlte Prämissen
Schreibtischentwürfe mit der Wirklichkeit verwechseln

(26) Alles in allem lässt sich daher die naheliegende Kritik an diesem Buch – heterogene Detailfragestellungen, unterschiedliche zeitliche Schwerpunkte, gesamtwirtschaftlich begrenzte Repräsentativität – sehr leicht ins Positive wenden : Verglichen mit anderen Arbeiten zur allgemeinen Wirtschaftsgeschichte der DDR, ist diese Aufsatzsammlung der bislang differenzierteste und umfassendste Beitrag. (Deutschland Archiv 3/2001, 499)

(28) Angesichts des Umstands, dass der Bearbeiter, beruflich anderweits beschäftigt, die Schlussredaktion weitgehend in seiner Freizeit durchgeführt hat (S. 23), geniert man sich fast, auf Unebenheiten hinzuweisen, die stehen geblieben sind. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 3/2000, S. 510)

(29) Kritisch ist anzumerken, dass […] (Deutschland Archiv 6/2002, 1051)

(30) Das Handbuch weist jedoch einen gravierenden Mangel auf. (Deutschland Archiv 6/2002, 1058)

(32) Manches wünschte man sich auch ergänzt, etwa für […] (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 315)

(33) Der Publikation sind weitere Auflagen zu wünschen, in denen sich dann manches leicht verbessern ließe. (Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 2/2000, 317)

(34) Auch wenn wesentliche Thesen und Ansichten nicht zureichend begründet, erweiterungs- oder gar revisionsbedürftig erscheinen mögen, so regt sie vielfältig […] (Germanisch-Romanische Monatsschrift 1/2000, 110)

(35) Der Sammelband leidet zwar unter der unbefriedigenden methodischen Reflexion, offenbart aber auf einem anderen Gebiet seine Stärke. (Deutschland Archiv 5/2001, 896)

(38) Ab und zu kommt während der Lektüre allerdings die Überlegung auf, ob es nicht sinnvoller gewesen wäre, wenn die Herausgeberinnen eine andere Präsentationsform gewählt hätten. (Zeitschrift für Germanistik 2/2002, 381)

(39) Dass eine neue philosophische Publikation nicht notwendig neue Gedanken enthält, ist eine ebenso vertraute wissenschaftliche Erfahrung wie die, dass mit zunehmendem Berühmtheitsgrad der Autorinnen und Autoren auch die Wahr­scheinlichkeit wächst, in ihren neuen Arbeiten Gedankenfiguren der vorangehenden zu finden. Solche Wiedererkennungseffekte leisten Großes für die Konstitution wissenschaftlicher Autorschaft und für unsere Ordnung der theoretischen Dinge. Wenn philosophische Neuerscheinungen überdies auf Vorlesungen beruhen und die Autoren dabei nicht etwa Namen wie Ferdinand de Saussure oder John L. Austin tragen, dann reduziert sich die Erwartung von gedanklich grundlegend Neuem zusätzlich. Von Judith Butlers jüngsten, jeweils aus Vorlesungen erwachsenen, Publikationen zu sagen, sie enthielten weitgehend Bekanntes, hat vor diesem Hintergrund also nicht den Status einer Kritik. (Zeitschrift für Germanistik 3/2002, 722)

(40) Es ist dem Band eine zweite Auflage zu wünschen, auch, damit die leider nicht wenigen sachlichen und stilistischen Fehler korrigiert werden. (Deutschland Archiv 5/2001, 898)

(41) Es ist eben ein echter Maas. (Linguistische Berichte 166/1996

(42) Dieses Buch ist ein echter Maas. Und das heißt andererseits, dass die Vielzahl der Ideen verwirrt, dass ungenau referiert wird, dass Nebenthemen seitenlang, zentrale Einsichten lakonisch abgehandelt werden, dass politische Einschätzungen unver-mittelt neben fachlichen Erörterungen auftauchen, dass viele Formulierungen vielleicht geistreich, aber ungenau bis schlampig sind, dass die Darbietung des Stoffes vielfach schlechterdings chaotisch ist, etc. – so dass man immer wieder versucht ist, das Buch einfach wütend aus dem Fenster zu werfen. (Linguistische Berichte 166/1996)

Notes

1 Par exemple telles qu’elles sont distinguées par K. Bühler (fonctions de représentation, d’expression et d’appel).

2 Les exemples en italique sont traduits de l'allemand (textes originaux en annexe).

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540