Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Ludwig Erhard et les querelles économiques sous le national-socialisme

Patricia Commun

Texte intégral

La propagation du ton querelleur pendant la République de Weimar

  • 1 Cf. Kurt Sontheimer, Antidemokratisches Denken in der Bundesrepublik, München, 1961, Nymphenburger (...)
  • 2 Cf. Hauke Janssen, Nationalökonomie und Nationalsozialismus. Die deutsche Volkswirt­schaftslehre in (...)
  • 3 Werner Krause, Wirtschaftstheorie unter dem Hakenkreuz. Die bürgerliche politische Ökonomie in Deut (...)

1L’anti-intellectualisme et le rejet général des modes de pensée rationnelle qui accompagnèrent le développement de la pensée antidémocratique dans l’Allemagne de Weimar1 ont également largement touché les débats de politique économique. L’anti-démocratisme s’accompagna d’un anti-capita­lisme qui rejetait la théorie économique libérale considérée comme trop abstraite et, par-dessus tout, comme incapable d’éviter de graves crises économiques ou de pallier à ses méfaits sociaux. À la fin de la Première Guerre mondiale, les écoles de pensée économique dominantes étaient en Allemagne d’une part l’Ancienne puis la Jeune école Historique qui reprochaient toutes deux à la théorie libérale classique son cadre trop généra­lisant et trop abstrait ainsi que sa déconnexion vis-à-vis des réalités poli­tiques et sociales allemandes2. Cet anti-théorisme foncier déboucha alors sur une mise en cause de l’économie politique comme science. À la difficile recherche des causes dans les crises des années 20, on préféra la désignation des responsables, tantôt encensés, tantôt cloués au pilori. C’est ainsi que la Jeune école Historique fit par exemple de l’entrepreneur dynamique une figure de héros salvateur. La conjugaison entre la perte du savoir théorique et le pathos révolutionnaire marxiste ouvrit la voie à la désacralisation du mythe entrepreneurial : à l’époque de la crise déflationniste du début des années 1930, la propagande économique nazie stigmatisa ces mêmes entre­preneurs taxés de « casseurs de prix ». Les responsables économiques et financiers furent donc vilipendés dans les années 20 et traités de « Preis­wucherer », de « rapaces usuriers », ou de « Preisschleuderer », de « cas­seurs de prix ». Ce fut là l’œuvre principale d’une propagande économique nazie qui naviguait sur les vagues d’un pathos révolutionnaire hérité des spartakistes3. L’atmosphère vindicative et querelleuse qui régnait dans les débats de politique économique fut en effet avivée par la propagande économique lancée par les nazis dès la fin de la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, ce pathos pseudo-révolutionnaire nazi brouilla largement les pistes de la réflexion sur le fonctionnement des prix et donc sur l’origine de leur dérapage dans le cas d’une crise inflationniste ou déflationniste. La cristallisation sur quelques thèmes idéologiques engendra un climat polé­mique tel qu’il empêcha l’élucidation des causes dans les crises écono­miques des années 1920. C’est contre cette vague d’irrationalisme envahis­sant les argumentations économiques que Ludwig Erhard lutta à la fin des années 1920.

  • 4 Elmar Müller, Widerstand und Wirtschaftsordnung : Die wirtschaftspolitischen Konzepte der Widerstan (...)

2Dès 1917, Gottfried Feder, l’auteur du « programme économique nazi », créa la « Ligue allemande contre l’esclavage usuraire », le Deutscher Kampf­bund zur Brechung der Zinsknechtschaft. La notion d’« esclavage usuraire » dénonçait les taux d’intérêt des emprunts contractés par l’Allemagne pour rembourser ses dettes de guerre, avant même que n’apparaisse le thème des réparations après le Traité de Versailles. Ce thème, largement répandu au début des années 19204, apparaît comme le pendant, sur le plan économique, de la Dolchstoßlegende sur le plan politique. En focalisant la polémique sur ces questions de taux d’intérêt, Gottfried Feder et les économistes nazis détournaient habilement la discussion du surendettement de l’état allemand au cours de la 1ère Guerre mondiale. Ce qui était devenu un sujet de discus­sion, c'était non pas l’importance de la dette mais le montant des taux d’in­térêt, imposés par les banques et les marchés financiers. La diabolisation des marchés financiers, de la dimension financière internationale de toute écono­mie nationale, prit alors son essor en Allemagne. Le slogan qui dénonçait les taux d’intérêt déboucha également sur une explication du phénomène infla­tionniste particulière aux années 30 et justifiant la mise en œuvre d’une politique protectionniste puis autarcique : l’inflation résulterait d’un déséqui­libre de la balance des paiements, ce qui justifiait ensuite des mesures de protec­tion douanière pour rétablir l’équilibre. La thématique de la « Zins­knechtschaft » permettait sur le plan économique d’opérer le même déplace­ment de perspective que la « Dolchstoßlegende » dans le domaine politique : ce n'était pas l’état allemand qui était responsable de la crise économique et financière qui affecta l’Allemagne du début des années 20, mais les ban­quiers, les auteurs des taux usuraires, puis les juifs. Enfin, la remise en cause du prix comme indicateur de l’équilibre entre l’offre et la demande déboucha sur la revendication généralisée d’un contrôle des prix dont très peu comprirent qu’il allait déboucher sur une économie dirigée.

  • 5 Christina Kruse, Die Volkswirtschaftslehre im Nationalsozialismus, Freiburg, 1988, Haufe, p. 88.

3En effet, alors que les économistes de tradition libérale avaient bien établi que le prix était la résultante quasi mathématique d’un équilibre entre l’offre et la demande, un certain nombre d’économistes conservateurs allaient remettre en cause cette notion de prix5, tirant la discussion à ce sujet hors du champ économique vers le politique et le social. Comme les véritables causes de dysfonctionnement des prix ne furent pas correctement identifiées, les mesures de contrôle des prix, soit dans le sens de prix plafonds pour combattre l’inflation, soit de prix planchers au moment de la crise déflation­niste, finirent par apparaître comme la seule solution possible au problème de dérapage ou d’effondrement des prix et donc aux crises financières et monétaires qui affectaient si durement l’Allemagne. La polarisation sur des thèmes de discussion à forte résonance politique finit par tirer l’économique dans le champ du politique. Et d’une manière générale, à partir de la fin des années 20, il commençait à être admis que « le politique doit primer l’écono­mique ». Cette idée de « primat du politique », autre slogan de la fin des années 20 et du début des années 30, consacra l’entrée de l’économique dans le champ du politique et alla de pair avec la critique du libéralisme. Ce slogan fut repris sans rupture par Hitler qui le dévoya ensuite dans le sens d’un asservissement de l’économie aux intérêts de la nation et aux buts de guerre.

L’attaque de Ludwig Erhard contre Hjalmar Schacht en 1932

  • 6 Hjalmar Schacht, Grundsätze deutscher Wirtschaftspolitik, Bd.1, Oldenburg, 1932, Stalling-Verlag, S (...)

4Hjalmar Schacht publia en 1932 un violent pamphlet6 contre la politique libérale de Brüning, et ce, alors qu’il avait lui-même introduit en qualité de Secrétaire d’Etat aux affaires monétaires le Rentenmark qui avait mis fin à l’inflation de 1923. En 1932, Schacht n'était plus à la tête de la Reichsbank qu’il avait quittée en 1930, en protestation contre l’acceptation par le gou­vernement allemand des conditions du plan Young. En 1931, il entra dans le Harzburger Front. Alors qu’il avait été l’un des fondateurs du DDP, en 1918, il renia alors ses origines libérales en publiant ces Fondements d’une politique économique allemande qui visaient à sceller son alliance avec les nationaux-socialistes. En 1932 donc, il n’exerçait plus de fonction publique importante puisque son retour à la tête de la Reichsbank date de mars 1933 et son accession au poste de ministre de l’Economie d’août 1934.

  • 7 Ludwig Erhard, « Herrn Schachts Grundsätze », in : Leopold Schwarzschild, Stefan Grossmann (Hrsg.), (...)
  • 8 L’Institut für Wirtschaftsbeobachtung der deutschen Fertigindustrie était financé pour les deux tie (...)

5C’est un homme dans une position politique temporairement et appa­remment affaiblie que le jeune économiste Ludwig Erhard se permet de prendre à partie violemment à travers un article publié la même année dans l’un des hebdomadaires de la gauche libérale allemande, connu pour ses positions antistaliniennes et antifascistes : le fameux Tagebuch de Leopold Schwarzschild7. Ludwig Erhard est à l’époque certes déjà ambitieux, mais totalement inconnu sur la scène politique. Il est depuis 1928 l’un des princi­paux chercheurs de l’Institut d’Economie du professeur Wilhem Vershofen à l’Université de Nuremberg. L’Institut se situe clairement dans le camp libéral et défend les intérêts de l’industrie légère franconienne, par laquelle il est en partie subventionné8. Ludwig Erhard était depuis 1928 rédacteur du supplément économique de l’industrie légère, la partie politique du bulletin tri­mestriel de l’Institut : les Wirtschaftspolitische Blätter der Fertigwaren­industrie. Il devient l’un des rares porte-parole du libéralisme à l’époque.

  • 9 « Denn ohne den leisesten Versuch zu theoretischer Begründung bestehen Herrn Schachts Grundsätze ei (...)

6Erhard dénonce avec virulence trois aspects dans l’opuscule de Schacht : l’hystérie du ton employé ; le refus de tout raisonnement écono­mique ; la collusion avec les nazis par calcul politique. Le texte, adressé à « Monsieur l’ex-président de la Reichsbank » est d’autant plus virulent et ironique que l’auteur sait Schacht en situation de faiblesse institutionnelle. Pour Erhard, toute l’argumentation de Schacht n’est qu’un « ramassis d’im­bécillités ». Selon lui, Schacht ne recourt à aucun argument théorique mais se contente d’agresser son adversaire politique de manière hystérique et de reprendre à son compte les arguments de ceux dont il espère un appui politique. Erhard ironise sur « la sourde volonté indomptable du peuple alle­mand », invoquée par Schacht qui reprenait là l’un des topoi de la Révo­lution conservatrice. Erhard le suspecte de vouloir justifier ainsi l’appel à une forme de gouver­nement autoritaire9. Mais plus encore que les dangers encourus par la démo­cratie, ce qui rend Erhard furieux, c’est de voir Schacht abandonner sciem­ment sa compétence économique au profit du jeu politique, c'est sa capacité au mensonge qui va jusqu’à la falsification des faits économiques, la reprise des slogans politiques des nationaux-socialistes tel celui de G. Feder de la « libération de l’esclavage usuraire », la « Brechung der Zinsknechtschaft ». Cette remise en cause des taux d’intérêt semblait d’autant plus ridicule à Ludwig Erhard qu’elle émanait d’un financier émérite qui connaissait la valeur économique des taux d’intérêt ! Tout ceci n’était donc, aux dires de Ludwig Erhard, qu’une « mystification politique ». L’article se termine dans un feu d’artifice d’insultes adressées à Schacht, Hugenberg et Hitler :

  • 10 « Dieses ganze Kapitel über den Zins besteht aus allgemeinen, nichtssagenden Redensarten. Es ist ei (...)

« Tout ce chapitre sur les taux d’intérêt n’est qu’un ramassis de généralités et de propos creux. C’est là le fruit d’un mariage contre-nature entre Hitler et Hugenberg. On commence par proposer prudemment des demi-mesures, tout cela parce que l’idée de lutte sans merci contre l’esclavage des taux d’intérêt ne fait pas que des adeptes dans le Harzburger Front »10.

7Erhard se dit amer et furieux de voir jusqu’où pouvait aller la mauvaise foi politique dans son acte de destruction de la pensée économique.

8Schacht critiquait également violemment la politique économique des gouvernements sociaux-démocrates et de Brüning dont Erhard prend la défense : il assure en particulier que les nationalisations n’ont jamais été le fait d’une politique marxiste volontaire mais plutôt la conséquence de tenta­tives de sauvetage des entreprises. Erhard s’oppose avec force aux propo­sitions autarciques de Schacht qui signifiaient la mort de l’industrie légère largement exportatrice. Il finit donc en fustigeant le simplisme des solutions autarciques pour régler les problèmes de déséquilibre de la balance commer­ciale.

  • 11 Volker Hentschel, Ludwig Erhard. Ein Politikerleben, München, 1996, Olzog, p. 21.

9Schacht n’a sans doute jamais lu le pamphlet de Erhard11. Mais celui-ci est un bon exemple d’une tentative de résistance contre l’emprise grandis­sante d’une atmosphère générale passionnée, davantage propice à la délation qu’à une véritable réflexion sur les causes des crises économiques qui frappaient l’Allemagne.

  • 12 L. Erhard, « Aufgabe und Stellung der deutschen Fertigindustrie in der heutigen Wirt­schaft », in : (...)
  • 13 Cf. Christine Kruse, op. cit., p. 100.
  • 14 « Das eine ist jedenfalls gewiß. Das Zeitalter des Liberalismus, des freizügigen Libera­lismus, ist (...)

10Cependant, à partir de 1933, les articles12 de L. Erhard se teintent de plus en plus du ton querelleur qu’il dénigrait tant lui-même un an auparavant. Il n’y a certes pas de théorie économique nationale-socialiste, mais plutôt un ton à adopter, à la fois sentencieux et vindicatif, des applaudissements bruyants à faire entendre à l’occasion de chaque nouvelle mesure de poli­tique économique prise par le gouvernement. Les textes d’Erhard qui puisent dans cette panoplie à la fois sentencieuse et querelleuse du discours écono­mique officiel prouvent cependant que le ton des premières pages n’est pas forcément le signe d’une collusion avec le régime.13 Car une fois déclinées les affirmations d’usage sur « le primat de la politique », la fin du libéralisme, le bien-fondé du contrôle des prix et de la cartellisation de l’industrie légère, Erhard s’empresse dans les pages qui suivent de reprendre son argumentation économique libérale, du moins jusqu’en 1936. Le fait d’affirmer haut et fort la « primauté du politique sur l’économique », celle du « bien commun sur l’intérêt individuel », permettait de reprendre des slogans idéologiques suffisamment vagues sans constituer une profession de foi nationale-socialiste. Puis, à l’abri des allégeances répétées au régime hitlé­rien et du ton vindicatif à l’honneur dans les écrits économiques de l’époque, apparaissait ensuite, quelques pages plus loin, l’argumentation14.

  • 15 Avraham Barkai, Das Wirtschaftssystem des Nationalsozialismus. Ideologie, Theorie, Politik 1933-194 (...)

11Pour ce qui est du contrôle des prix, la position de L. Erhard était déjà plus nuancée : il justifia haut et fort le contrôle des prix initié par le premier commissaire aux prix Carl Goerdeler mais ne manqua jamais de mettre en garde contre les risques de ces contrôles de prix qui menaçaient de bloquer l’ensemble du système d’économie libérale15. Il salua cependant la loi de cartellisation de l’industrie légère, dont il attendait un renforcement pour les intérêts de cette industrie face à l’industrie lourde. Et, d’une manière géné­rale, à partir de 1936, il s’engage dans la défense des intérêts de l’indus­trie légère qui n’étaient plus représentés, à partir de 1934, que par les instances de la Reichsgruppe Industrie.

12C’est par le biais de calculs de prix pour différentes branches de l’in­dustrie légère que Ludwig Erhard va mettre ses compétences et celles de l’Institut au service des intérêts de la Reichsgruppe Industrie. Erhard accepte en effet de calculer à partir de 1938 toute une série de prix par branches qui étaient ensuite proposés au Commissaire aux Prix qui avait pour tâche de fixer des prix dans le cadre d’un nouvel « ordre du marché ». Alors qu’il s’était fermement opposé avant 1936 à toute idée de contrôle des prix excessif qui menaçait le système de fonctionnement de l’économie libérale, Erhard participe activement à partir de 1936 à la fixation autoritaire des prix par branches et donc à la consolidation de l’économie dirigée. C’est cette collaboration avec la Reichsgruppe Industrie qui lui valut une longue que­relle avec son directeur, le professeur Wilhem Vershofen. Comment Erhard a-t-il pu en 1932 attaquer violemment Schacht au nom de principes libéraux pour ensuite, dix ans plus tard, entrer dans un conflit avec son maître à penser libéral Vershofen ?

Ludwig Erhard en conflit avec Wilhem Vershofen : un collabo­rateur face à un résistant ?

13La querelle qui opposa, d’une part Ludwig Erhard à son maître et directeur Wilhem Vershofen, d’autre part Ludwig Erhard à l’administration municipale de Nuremberg, donne un aperçu détaillé des raisons et des con­ditions dans lesquelles Ludwig Erhard glissa progressivement vers une collaboration avec le régime nazi.

  • 16 Personalakte Ludwig Erhard, Stadtarchiv Nürnberg.
  • 17 « Herr Amtsdirektor Rollwagen hat bei einer dienstlichen Besprechung in Bezug auf Herrn Dr. Ludwig (...)

14La querelle a une dimension juridique puisqu’elle se solde par un pro­cès au tribunal administratif de Nuremberg qui se déroule au cours de l’année 1942 avec un jugement rendu en avril 1943. Les faits relatés et consignés dans les archives municipales de Nuremberg16 sont les suivants : Ludwig Erhard fut licencié de son Institut en août 1942 pour « tentative de débau­chage » auprès de ses collègues. Erhard, fou de rage, accuse son délateur de « mensonge et diffamation ». C’est sur cette accusation de « mensonge » que Hans Rollwagen, directeur des affaires économiques de la Ville à Nurem­berg, porte plainte auprès du tribunal administratif en 194217. L. Erhard fut effectivement condamné par le tribunal administratif du Land le 2 avril 1943 pour « injure faite à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions » à une amende de 500 RM ou alternativement à 25 jours de prison. Erhard se pourvoit en cassation mais voit sa contre-offensive échouer en vertu d’un décret du 12 mai 1943 qui permettait de repousser après la guerre les affaires ne présentant pas d’urgence militaire ! Erhard fut donc condamné, mais de quoi fut-il donc jugé coupable ?

15La querelle a tout d’abord une dimension psychologique et person­nelle : il semblerait que, dès 1938, Vershofen ait souhaité confier la succession de la direction de l’Institut à Fritz Schäfer, ancien collaborateur de l’Institut devenu professeur à Leipzig. Erhard n’avait en effet pas terminé son habili­tation professorale et donnait à l’Institut une direction et une expansion qui n’étaient apparemment pas le souhait du libéral Vershofen. Une lecture un peu rapide de l’argumentation querelleuse dans les échanges épistolaires entre Vershofen et Erhard pourrait faire accroire que nous avons affaire à un Vershofen libéral, tentant la résistance passive, contre un Erhard tenté par les gloires de l’Etat nazi.

  • 18 STADT AN , C1811/PAn Nr.1871.
  • 19 Brief von Erhard an die Staatsanwaltschaft Nürnberg vom 23.12.1942 (Personalakte Erhard, STADT AN).

16En effet, Ludwig Erhard avait obtenu, à partir de 1938, de la part de la Reichsgruppe Industrie, toute une série de calculs de prix à réaliser pour un certain nombre de branches industrielles18. C’est afin d’éviter des fixations de prix arbitraires par les différentes commissions du ministère de l’Arme­ment ou encore du Commissariat aux Prix, que la Reichsgruppe Industrie présentait elle-même des propositions de prix qui devaient tenir compte des intérêts des différentes branches industrielles. L’organisation faisait alors appel à différents instituts pour réaliser ces calculs de prix. C’est ainsi que, facilité par la relation familiale – Karl Guth, responsable de l’industrie légère pour la Reichsgruppe Industrie était le beau-frère de Ludwig Erhard –, le contact fut pris avec l’Institut de Nuremberg par l’intermédiaire de Erhard. Les missions confiées consistèrent en des calculs de séries de prix de vente pour l’industrie de l’uniforme, de la céramique ou du chanvre et du lin, industries approvisionnant principalement sans doute l’armée allemande ; mais il y eut également des prix à calculer pour d’autres industries légères, comme par exemple l’industrie photographique ou des boulangeries indus­trielles. Erhard estimait donc, au vu de ces missions, qu’il avait fourni un effort considérable pour donner à l’Institut un grand dynamisme et des sub­sides supplémentaires qui avaient permis d’augmenter le nombre de ses collaborateurs19. C’était donc à cause de cet engagement au service de la Reichsgruppe Industrie qu’il n’avait pas eu matériellement le temps de ter­miner son habilitation.

  • 20 Brief von Ludwig Erhard an Wilhem Vershofen vom 20.11.1942, Personalakte Ludwig Erhard, STADT AN.
  • 21 « Seien Sie dessen gewiß, daß ich glücklicher wäre, wenn Sie mir den Glauben und die Verehrung für (...)

17Les pièces versées au dossier par le côté des plaignants présentent L. Erhard comme un ambitieux qui se serait égaré dans la collaboration avec le régime national-socialiste et en aurait oublié sa mission de chercheur. C’est ainsi que l’attestation de travail fournie par Vershofen à Ludwig Erhard lorsque celui-ci est contraint de quitter l’Institut fin 1942 ne contient qu’un rappel neutre des tâches exécutées pour la Reichsgruppe Industrie20. De plus, Vershofen accuse Erhard d’avoir mené l’Institut financièrement à sa perte. C’est surtout cette dernière accusation qui vexe terriblement Erhard21 qui prétend avoir au contraire sauvé l’Institut qui périclitait du fait du retrait de Vershofen dans la campagne de l’Allgäu. Fonder son jugement historique sur la base des seules pièces documentant une querelle semble donc insuffi­sant: Erhard a-t-il vraiment mené l’Institut à sa perte pour collaborer avec le régime nazi ? Vershofen est-il vraiment le scientifique libéral en retrait qu’il prétendait être ?

18La querelle a une importante dimension économique et institution­nelle. D’autres documents permettent en effet de nuancer considérablement les accusations lancées de part et d’autre dans le cadre de ce conflit ouvert qui déboucha sur un règlement juridique. En effet, les bilans de l’Institut datant des années 1928-1938 ont été entièrement conservés et permettent donc de juger si oui ou non Erhard a mené « l’institut à sa perte sur le plan finan­cier ». En 1938, l’Institut a changé de statut : alors qu’il était intégré aupara­vant à l’Université dont il recevait des subsides, une fondation est créée, constituée principalement par des membres de l’administration muni­cipale de Nuremberg. Le directeur administratif effectif est à partir de cette date non plus Vershofen mais Eickemeyer, le premier adjoint au maire de Nuremberg, Willy Liebel.

  • 22 STADT AN, C1811/PAn Nr.1871. Après 1938, les deux tiers des subsides de l’Institut pro­viennent eff (...)
  • 23 Brief von Eickemeyer an OB Liebel vom 5.06.1943 (Personalakte Ludwig Erhard, STADT AN)
  • 24 Karl Heinz Roth, « Wirtschaftliche Vorbereitungen auf das Kriegsende und Nachkriegs­planungen », in (...)

19Les raisons de ce changement de statut étaient justement financières : diminution considérable des subsides de l’état et de l’Université à la suite des crises économiques, diminution considérable des subsides apportés par l’industrie légère locale en proie également à la crise aggravée par la politique autarcique de Schacht. L’Institut courait en fait financièrement à sa perte en 1938. Les subsides apportés par la ville ne constituèrent pas la part la plus importante des revenus de l’Institut entre 1938 et 1942 : ce furent effectivement les travaux réalisés pour le compte de la Reichsgruppe Industrie qui furent largement rémunérés et permirent à l’institut de compter jusqu’à 60 collaborateurs, et ce même jusqu’en 1941.22 Ces missions de calculs de prix de branches constituaient donc une source de revenus impor­tante qui a excité les convoitises : Erhard lui-même a effectivement essayé de débaucher des membres de l’Institut pour fonder ailleurs son propre insti­tut sur la base de cette activité d’expertise. Une lettre datant du milieu de l’année 1942 montre combien il n’était pas le seul à viser cette source de revenus : après son départ, Eickemeyer, le maire adjoint de Nuremberg, adresse une lettre à son supérieur Willy Liebel, non seulement maire de Nuremberg mais également en poste au ministère de l’Armement à la tête d’une commission « Wehrmacht und allgemeines Gerät ». Cette lettre inter­vient pour reprendre à Erhard une mission de vérification que ce dernier avait obtenue : il s’agissait de livrer une contre-expertise sur les décisions rendues par différentes commissions du ministère de l’Armement à propos de fabricants de compteurs à gaz. Dans cette lettre, Eickemeyer demande instamment à Liebel de bloquer les missions de Erhard et de les transférer directement à l’Institut de Nuremberg ! Il décrit Erhard comme un « entre­preneur du privé, pur et dur, qui entretient des relations multiples et incon­trôlables dans tous les milieux industriels privés »23. Relatant la condam­nation judiciaire dont Erhard venait d’être victime, il demande alors à Liebel de ne plus faire parvenir de missions à Erhard mais à l’Institut lui-même. Ce qui fut chose faite. W. Liebel répondit qu’il en prendrait acte et veillerait à ce que L. Erhard n’obtienne plus aucune mission. À partir de 1943, on re­trouve Erhard non pas dans la collaboration mais dans les cercles politiques, industriels et financiers de l’opposition conservatrice au régime nazi.24

20Les protagonistes du conflit qui trouve une issue juridique se situent tous dans une situation de concurrence personnelle au sein de la dictature avec laquelle ils semblent contraints de collaborer largement pour survivre, ne serait-ce que financièrement. Le conflit qui opposa Erhard à l’adminis­tration municipale est également celui qui opposa la Reichsgruppe Industrie, l’organisation de l’industrie légère à l’administration du Reich, tant à diverses commissions du ministère de l’Armement qu’à l’administration municipale. La ligne de conflit ne passe donc pas entre résistants et collabo­rateurs, comme les documents répertoriés de la querelle auraient pu le faire accroire, mais entre Erhard, défenseur des intérêts de l’industrie légère, et l'administration municipale. C’est une course à la collaboration mais aussi une vieille opposition entre milieux de l’administration et milieux industriels qui déclenche le conflit.

  • 25 Brief von Wedtgrube an Heinrichsbauer, 20.08.1942, Personalakte Vershofen, STADT AN.

21Cette querelle entre Erhard et Vershofen pose la difficile question de la ligne de partage entre résistance et collaboration. Erhard participe certes à la mise en place de l’économie dirigée par le biais des calculs de prix de branches, mais ceux-ci étaient commandités par l’industrie légère qui voulait se protéger du risque de prix imposés. Erhard avait la confiance de l’indus­trie légère et croyait bien représenter ses intérêts. Il s’opposa de manière récurrente à l’administration municipale, l’alliée de Vershofen, mais aussi au NSDAP avec lequel il entra également à plusieurs reprises en conflit. Erhard défendit par exemple les intérêts de l’industrie de la bière à Vienne, sur laquelle il dut rendre une étude de rentabilité dont le NSDAP attendait qu’elle fût négative et justifiât la fermeture des lieux de production. Erhard n’hésita pas à entrer en conflit ouvert avec ses commanditaires du parti, à se faire traiter d’incompétent et à perdre toute commande ultérieure d’expertise. Vershofen dut dans cet incident prendre le parti du NSDAP contre son propre collaborateur.25

  • 26 Michel Krüger-Charlé, « Carl Goerdelers Versuche der Durchsetzung einer alternativen Politik 1933 b (...)

22Les conflits rapidement évoqués ici illustrent bien les luttes d’in­fluence qui eurent lieu dans le cadre de l’économie dirigée26. Ainsi, même un institut de recherche dont les membres étaient plutôt d’obédience libérale, n’a pas pu constituer une niche intellectuelle à l’abri du pouvoir national-socialiste.

Notes

1 Cf. Kurt Sontheimer, Antidemokratisches Denken in der Bundesrepublik, München, 1961, Nymphenburger Verlagshandlung, p. 61.

2 Cf. Hauke Janssen, Nationalökonomie und Nationalsozialismus. Die deutsche Volkswirt­schaftslehre in den dreissiger Jahren, Marburg, 2000, Metropolis, p. 325.

3 Werner Krause, Wirtschaftstheorie unter dem Hakenkreuz. Die bürgerliche politische Ökonomie in Deutschland während der faschistischen Herrschaft, Berlin, 1969, Akademie-Verlag, p. 13.

4 Elmar Müller, Widerstand und Wirtschaftsordnung : Die wirtschaftspolitischen Konzepte der Widerstandsbewegung gegen das NS-Regime und ihr Einfluß auf die soziale Markt­wirtschaft, Frankfurt/Main, 1988, Peter Lang, pp. 23-25.

5 Christina Kruse, Die Volkswirtschaftslehre im Nationalsozialismus, Freiburg, 1988, Haufe, p. 88.

6 Hjalmar Schacht, Grundsätze deutscher Wirtschaftspolitik, Bd.1, Oldenburg, 1932, Stalling-Verlag, Schriften an die deutsche Nation.

7 Ludwig Erhard, « Herrn Schachts Grundsätze », in : Leopold Schwarzschild, Stefan Grossmann (Hrsg.), Das Tagebuch, 1932, cité d’après : Karl Hohmann (Hrsg.), Ludwig Erhard. Gedanken aus fünf Jahrzehnten, Reden und Schriften, Düsseldorf, 1988, Econ Verlag.

8 L’Institut für Wirtschaftsbeobachtung der deutschen Fertigindustrie était financé pour les deux tiers par les petites industries de la région. Stadtarchiv Nürnberg : STAN C7/KR 1870.

9 « Denn ohne den leisesten Versuch zu theoretischer Begründung bestehen Herrn Schachts Grundsätze einfach daraus, daß er alles Gedankengut derer, von denen er sich politisch etwas verspricht, aufklaubt, und sei es auch so unvereinbar miteinander wie der strenge Kapitalismus der Deutschnationalen und der Vulgär-Sozialismus der Nationalsozialisten. Verantwortlich für alles Übel ist nach Schacht die Mißwirtschaft aller Nachkriegs­regierungen ... », L. Erhard, op. cit., p.25.

10 « Dieses ganze Kapitel über den Zins besteht aus allgemeinen, nichtssagenden Redensarten. Es ist ein Bastard aus dem widernatürlichen Gebuhle sowohl mit Hitler wie mit Hugenberg, in der Weise, daß man, da die vollständige Brechung der Zinsknechtschaft nicht in der ganzen Harzburger Front Anklang findet, vorläufig mal die halbe Brechung propagiert. » Ibid., p. 28.

11 Volker Hentschel, Ludwig Erhard. Ein Politikerleben, München, 1996, Olzog, p. 21.

12 L. Erhard, « Aufgabe und Stellung der deutschen Fertigindustrie in der heutigen Wirt­schaft », in : Die deutsche Fertigware, Heft 1, 1933.

13 Cf. Christine Kruse, op. cit., p. 100.

14 « Das eine ist jedenfalls gewiß. Das Zeitalter des Liberalismus, des freizügigen Libera­lismus, ist vorüber. Die Auffassung, daß diese Wirtschaftsprinzipien am ehesten der Auf­gabe, die Menschen mit materiellen Gütern zu versorgen, gerecht zu werden vermögen, ist heute nicht nur in Deutschland überwunden. Nie hätte ja auch der richtunggebende Satz « Gemeinnutz geht vor Eigennutz » so starkes und nachhaltiges Echo finden können... » Ludwig Erhard, « Nationalwirtschaft », in : Die deutsche Fertigware, Heft 2/1933, p. 17. Puis quelques pages plus loin, L. Erhard reprend la plume contre la politique autarcique : « Das vielfach geäußerte handelspolitische Ziel, die deutsche Wirtschaft auf der Grundlage des völligen Ausgleichs zwischen industrieller und landwirtschaftlicher Erzeugung ordnen zu wollen, dürfte kaum zu verwirklichen sein. Nur ein gewaltiger Export der deutschen Fertigindustrie bringt eine starke Beschäftigung der industriellen Arbeiterschaft mit sich... », ibid., p. 21.

15 Avraham Barkai, Das Wirtschaftssystem des Nationalsozialismus. Ideologie, Theorie, Politik 1933-1945, Frankfurt/Main, 1988, Fischer, pp. 180-183.

16 Personalakte Ludwig Erhard, Stadtarchiv Nürnberg.

17 « Herr Amtsdirektor Rollwagen hat bei einer dienstlichen Besprechung in Bezug auf Herrn Dr. Ludwig Erhard, der früher beim Institut für Wirtschaftsbeobachtung der deutschen Fer­tigware angestellt war, als Grund für dessen Entlassung wahrheitsgemäß angegeben, diese sei deshalb erfolgt, weil er als Störenfried anzusprechen sei.

Daraufhin hat Herr Dr. Erhard, an Herrn Amtsdirektor Rollwagen beiliegenden Brief geschrieben, der u.a. folgende Äußerungen enthält : “ich empfinde Ihren Vorwurf nicht nur als Beleidigung und Verleumdung, sondern zugleich als eine Anmaßung” und “ich stehe nicht an, Ihre Bemerkung als Lüge und Verleumdung zu charakterisieren”. Als dienstlicher Vorgesetzter des Herrn Amtsdirektors Rollwagen stelle ich im Hinblick auf die vor­genannten Äußerungen Strafantrag wegen Beleidigung und beantrage Einleitung eines Verfahrens von Amts wegen... ». Brief von Eickemeyer an den Staatsanwalt beim Land­gericht, 4.11.1942 (Personalakte Ludwig Erhard, STADT AN).

18 STADT AN , C1811/PAn Nr.1871.

19 Brief von Erhard an die Staatsanwaltschaft Nürnberg vom 23.12.1942 (Personalakte Erhard, STADT AN).

20 Brief von Ludwig Erhard an Wilhem Vershofen vom 20.11.1942, Personalakte Ludwig Erhard, STADT AN.

21 « Seien Sie dessen gewiß, daß ich glücklicher wäre, wenn Sie mir den Glauben und die Verehrung für Ihre Person nicht gründlich geraubt hätten, daß ich dort, wo ich Größe wähnte, heute nur noch menschliche Kleinheit und Unzulänglichkeit erblicken kann. Ich muß deshalb noch einmal feststellen, daß nicht ich Ihnen, sondern Sie mir in geradezu schnöder Weise die Treue gebrochen haben... », Ludwig Erhard an W. Vershofen, ibid.

22 STADT AN, C1811/PAn Nr.1871. Après 1938, les deux tiers des subsides de l’Institut pro­viennent effectivement des missions de calculs de prix obtenues par L. Erhard.

23 Brief von Eickemeyer an OB Liebel vom 5.06.1943 (Personalakte Ludwig Erhard, STADT AN)

24 Karl Heinz Roth, « Wirtschaftliche Vorbereitungen auf das Kriegsende und Nachkriegs­planungen », in : Dietrich Eichholtz, Geschichte der deutschen Kriegswirtschaft 1939-1945, Bd. III : 1943-1945, Berlin, 1996, Akademie Verlag, pp. 550 et sq.

25 Brief von Wedtgrube an Heinrichsbauer, 20.08.1942, Personalakte Vershofen, STADT AN.

26 Michel Krüger-Charlé, « Carl Goerdelers Versuche der Durchsetzung einer alternativen Politik 1933 bis 1937 », in : Jürgen Schmädeke / Peter Steinbach (Hrsg.), Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hitler, München, 1986, Piper, pp. 385-398.

Auteur

Université de Cergy-Pontoise

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540