Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Processus de classicisation

La place de nos contemporaines dans les histoires de la littérature récentes ou l’écrivaine future

Audrey Lasserre

Texte intégral

  • 1 Françoise Collin, 1999, Je partirais d’un mot : le champ symbolique, Villenave-d’Ornon, Fus-art, «  (...)

Nous ne serons jamais que des historiennes de la littérature toujours en retard d’au moins un siècle si notre attention aux œuvres méconnues du passé nous détourne de ce qui dans le présent risque de se perdre pour être, de la même manière qu’autrefois, restée sans écho. La critique féministe ne peut se condamner à courir derrière l’histoire pour rattraper ses restes […]. Elle ne peut laisser enterrer les vivantes pendant qu’elle s’occupe à ressusciter les mortes.
Françoise Collin, Je partirais d’un mot : le champ symbolique1.

  • 2 Pierre Bayard, 2009, Le Plagiat par anticipation, Paris, Minuit, « Paradoxe », p. 14.

1Le Plagiat par anticipation de Pierre Bayard, publié en 2009 aux éditions de Minuit, constitue une des propositions d’histoire littéraire les plus innovantes, dans la forme du moins, de ces dernières années. Le projet s’énonce comme « la prise en compte des emprunts par les écrivains faits à des confrères du futur2 », les grands écrivains étant influencés, parce qu’ils ont un temps d’avance sur leur époque, par les pratiques des écrivains qui n’existent pas encore. Or, s’il cite quelques contemporains (Antoine Volodine notamment), l’essai ne mentionne aucune écrivaine, ni présente, ni passée. Dans la configuration que le plagiat par anticipation permet, on trouve en revanche dans la section « Histoire littéraire d’anticipation », à propos de « l’étude des écrivains qui n’existent pas encore », une écrivaine future, celle que Franz Kafka plagierait justement par anticipation.

  • 3 Audrey Lasserre, 2009, « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », in Mathild (...)

2Doit-on comprendre, à partir de ce dispositif exemplaire, que l’écrivaine est uniquement et nécessairement future ? C’est la question que nous souhaitons adresser aujourd’hui à l’histoire littéraire, en particulier lorsqu’elle se donne pour tâche d’écrire l’histoire du contemporain, en lui posant plus directement la question de la place de nos contemporaines. Pour ce faire, nous avons reconsidéré une partie du corpus interrogé dans une précédente étude3 des histoires de la littérature du xxe siècle, en le complétant de récentes parutions. L’échantillon comprend ainsi six histoires de la littérature publiées par six maisons d’édition différentes. Toutes sont signées par des universitaires. Sur ces six ouvrages, la moitié résulte d’une production collective (la section qui nous intéresse ayant été confiée à un ou plusieurs rédacteurs), l’autre moitié d’une rédaction individuelle. Tous ces ouvrages sont parus après 2000, la sélection permettant d’identifier un éventuel effet « fin de siècle », ou le début d’une nouvelle période littéraire.

  • 4 La définition que nous convoquons ci-après résulte de travaux menés collectivement au sein du group (...)
  • 5 Rémy Ponton, 2002, « Auteur », in Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), Le Dictionn (...)
  • 6 Voir la bibliographie du corpus en fin d’article. Dans le tableau qui suit la bibliographie, nous p (...)

3Mesurer la place de nos contemporaines dans les histoires de la littérature récentes appelle nécessairement à définir le contemporain4. Nous pensions considérer comme contemporain.e, tout.e auteur/trice en tant qu’il ou elle est la « source individuelle d’une production [artistique et non simplement écrite]5 », encore vivant.e au moment où l’histoire de la littérature étudiée est publiée, et dont la production est associée à la périodisation dite « contemporaine » (de 1980 à nos jours). Telle était notre définition préalable, mais après un premier examen du corpus, il est apparu que seules deux histoires de la littérature sur les six retenues adoptaient précisément ce choix chronologique : l’Histoire de la littérature française du xxe siècle, dirigée par Michèle Touret et rédigée, pour la section qui nous intéresse, par Bruno Blanckeman et Jean-Yves Debreuille aux Presses universitaires de Rennes et la toute récente Littérature française du xxe siècle de Denis Labouret parue chez Armand Colin en 2013. À ces deux histoires, s’ajoutent quelques sections de L’Histoire de la France littéraire. Littérature française : dynamique et histoire dont la section xxe siècle, rédigée par Antoine Compagnon, présente pour sa part une périodisation interne moins délimitée, avec un effet « fin-de-siècle ». Nous avons en conséquence retenu pour principe de recherche tout.e auteur/trice, encore vivant.e au moment où l’histoire de la littérature considérée est publiée, en regardant comment joue ou non l’association à une contemporanéité périodique6.

4Fournir des données chiffrées est un pas vers la compréhension d’un phénomène systémique et correspond à un projet, celui d’une critique littéraire qui prend en compte la dimension de genre, au sens de la bi-catégorisation hiérarchisée des femmes et des hommes, du féminin et du masculin. Elle prolonge la critique féministe qui n’entend pas, comme l’affirmait Françoise Collin, citée en exergue, « laisser enterrer les vivantes pendant qu’elle s’occupe à ressusciter les mortes ». La démarche de saisie de ce que l’université fait à la littérature, et plus particulièrement ici à la littérature contemporaine, ne s’arrête cependant pas au constat d’une minoration ou d’une exclusion. Elle tente d’aborder les raisons possibles de cet effacement parce qu’elles renseignent sur l’histoire littéraire elle-même et sur la littérature dont on cherche à écrire une histoire.

L’écrivaine future ou l’évidence du paradigme littéraire dominant

5Symptôme de l’ajournement des femmes qui doit se lire comme principe systémique de régulation du littéraire, le topos de l’écrivaine future nous semble un des critères distinctifs de la littérature, ou plus exactement d’une certaine littérature, telle qu’elle se pense et se définit depuis le xixe siècle. L’idée d’une écrivaine future n’est pas propre au Plagiat par anticipation, bien au contraire. Un fil se tend en effet, du xixe au xxie siècle, d’Arthur Rimbaud à Simone de Beauvoir puis à Hélène Cixous, laquelle signe en 1975 une tentative prescriptive d’actualisation de cette écrivaine, encore à cette date, résolument à venir.

6Le 15 mai 1871, Rimbaud écrivait en effet à son ami le poète Paul Demeny ces lignes restées célèbres qui, nous semble-t-il, témoignent explicitement d’une acception de la littérature contemporaine sans les femmes, tout en se signalant par l’émergence du lieu, amené à devenir commun, de l’écrivaine future :

  • 7 Arthur Rimbaud, 2007 [1871], « Lettre du Voyant » (Lettre à Paul Demeny du 15 mai 1871), Correspond (...)

Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, l’homme, – jusqu’ici abominable, – lui ayant donné son renvoi, elle sera poète, elle aussi ! La femme trouvera de l’inconnu ! Ses mondes d’idées diffèreront-ils des nôtres ? – Elle trouvera des choses étranges, insondables, repoussantes, délicieuses ; nous les prendrons, nous les comprendrons7.

  • 8 Voir Christine Planté (dir.), 2010 [1998], Femmes poètes du xixe siècle : une anthologie, Lyon, Pre (...)
  • 9 Titre de la série de la collection « 10/18 » fondée par Hélène Cixous et Catherine Clément en 1975.

7Les seuls travaux de Christine Planté8 attestent que, si le servage est infini, des poétesses écrivent bel et bien au moment où Rimbaud se veut visionnaire. Si les femmes sont à l’époque entravées dans leur pratique littéraire, on assiste donc, sous la plume du voyant, à l’effacement des littératrices qui lui sont contemporaines et à l’affirmation d’un paradigme qui fonde symboliquement la littérature sans les femmes, les plaçant du côté d’un « féminin futur9 » résolument innovant parce qu’inédit.

  • 10 Hélène Cixous, 1975, « Le rire de la Méduse », L’Arc nº 61, p. 39 ; Hélène Cixous, 2010, Le Rire de (...)

8Plus d’un demi-siècle plus tard, Simone de Beauvoir reprend en conclusion du Deuxième sexe la prophétie rimbaldienne. Elle affirme douter de ce que l’entrée des femmes en littérature signerait la découverte d’un monde nouveau, et transforme l’effacement en minoration : elle entérine ainsi, de manière tout à fait contestable dans la France de l’après-guerre, l’inégalité en nombre et en qualité des écrivaines. En 1975, dans le numéro d’hommage consacré par la revue L’Arc à Simone de Beauvoir et à sa lutte avec les femmes du Mouvement de libération en France, Hélène Cixous, répondant à la « lettre du voyant » et au Deuxième sexe, écrit l’urgence de la venue à l’écriture des femmes en la doublant d’un programme, tout à fait rimbaldien, d’affirmation du féminin : « il faut que la femme s’écrive : que la femme écrive de la femme et fasse venir les femmes à l’écriture10 ». La parenthèse ouverte par l’appel manifestaire se referme pourtant au début des années 1980.

  • 11 Ces actions sont elles-mêmes favorisées par un ensemble de facteurs sociaux-économiques, voir Delph (...)

9Alors que le nombre comme la part des écrivaines augmente progressivement en France, sous l’influence notable, des actions culturelles et politiques du Mouvement de libération des femmes11, les coordonnées rimbaldiennes semblent en effet dès les années 1980 à nouveau définitoires d’une certaine littérature. Il n’est alors pas étonnant que la discipline qui s’est donné pour projet d’en faire l’histoire et d’en affirmer l’identité et la valeur (tout en la construisant par de savantes interactions) depuis le xixe siècle donne à lire une sélection littéraire qui exclut majoritairement les femmes de sa pratique puisqu’elles en constituent un horizon d’attente inatteignable, par principe et définition.

Les années 1970 : un tournant critique mal négocié ?

  • 12 Voir, pour un exemple parmi d’autres, Suzanne Horer et Jeanne Socquet, 1973, La Création étouffée, (...)
  • 13 La Société des gens de lettres comptait en 2008 38,45 % de femmes pour 61,55 % d’hommes. La même an (...)

10Les répercussions des années 1970, décennie pivot pour ce qui concerne les femmes et la littérature, devraient être pourtant nombreuses et visibles de nos jours. Pour les écrivaines d’abord, car cette décennie connaît une explosion de la pratique littéraire par les femmes, occasionnant un questionnement vigoureux sur les modalités d’accès des femmes comme sur les entraves à la reconnaissance des littératrices12. Dans les faits, les décennies suivantes l’attestent, la part des femmes augmente jusqu’à aboutir, suivant les indices, à une quasi parité littéraire13. Néanmoins la parité dans la pratique ne garantit aucunement l’égalité de traitement, ou la sélection des productions au sein du patrimoine littéraire (et/ou national).

  • 14 Germaine Brée est en effet la première à donner à la fin des années 1970 un séminaire aux États-Uni (...)
  • 15 Marcelle Marini, spécialiste de Marguerite Duras, signe le chapitre dédié à la place des femmes dan (...)
  • 16 Françoise Collin, philosophe et écrivaine belge, animatrice des Cahiers du GRIF et spécialiste de M (...)

11Du côté de la critique pourtant, et plus particulièrement de l’histoire littéraire, une série de réflexions a été éprouvée durant ces mêmes années 1970, non pas uniquement en langue américaine (comme on le dit et le croit trop souvent) mais bien en langue française avec trois critiques littéraires, universitaires, historiennes de la littérature de langue française : Germaine Brée14 (1907-2001), Marcelle Marini15 (1932-2007) et Françoise Collin16 (1928-2012).

  • 17 Henri Clouard, 1947-1949, Histoire de la littérature française. Du Symbolisme à nos jours [De 1885 (...)

12Qu’en est-il de cet héritage critique dans les histoires de la littérature récente ? La question n’est en rien anecdotique puisque l’histoire littéraire, en particulier l’histoire de la littérature, hérite de ces prédécesseurs et se construit en partie à partir des histoires de la littérature publiées. De ce principe, témoignent très clairement les histoires de la littérature consultées, y compris pour les plus récentes d’entre elles : la toute dernière histoire de Denis Labouret (2013) commente et discute par exemple les travaux de ses récents prédécesseurs comme Antoine Compagnon et Jean-Yves Tadié spécifiquement pour leur histoire de la littérature (2007) ou encore Bruno Blanckeman, de façon plus générale, pour sa contribution à la pensée de l’histoire littéraire du contemporain ; Antoine Compagnon lui-même donne à entendre ses prédécesseurs, notamment Henri Clouard qui a signé la deuxième histoire de la littérature du xxsiècle17. Mais aucune des histoires du corpus considéré ne cite les travaux de Germaine Brée, Marcelle Marini ou Françoise Collin, ni d’ailleurs aucune autre étude sur l’exclusion des femmes (de l’histoire) de la littérature au xxe siècle, et pour cause, puisque l’une des spécificités du discours critique est de faire du xxe siècle, le siècle de l’égalité enfin obtenue.

L’exclusion des femmes de (l’histoire de) la littérature : du xixe siècle au xxe siècle

  • 18 Nous renvoyons pour une analyse plus précise et de façon complémentaire au quatrième chapitre de l’ (...)
  • 19 Gustave Lanson, 1923, Histoire de la littérature française, t. 1, Partie 2, Livre I, Chapitre 2, Pa (...)

13L’assimilation des textes produits par les écrivaines à de la littérature dite mineure18 est dès l’origine liée à la discipline que fonde Gustave Lanson, historien perçu, il peut être utile de le rappeler, comme progressiste et non comme conservateur. Christine de Pisan est ainsi, sous sa plume, « la première de cette insupportable lignée de femmes auteurs, à qui nul ouvrage sur aucun sujet ne coûte, et qui pendant toute la vie que Dieu leur prête, n’ont affaire que de multiplier les preuves de leur infatigable facilité, égale à leur universelle médiocrité19 », lignée qui se voit exclue de la fondatrice Histoire de la littérature française.

  • 20 Luc Fraisse, 2000, « Le prestige secret des écrivains mineurs dans l’histoire littéraire de Lanson  (...)
  • 21 Voir pour une analyse plus détaillée son essai Des femmes en littérature, op. cit.
  • 22 Voir Geneviève Brisac, 2002, La Marche du cavalier, Paris, Éditions de l’Olivier, p. 15.

14« Le prestige secret des écrivains mineurs dans l’histoire littéraire de Lanson20 » de Luc Fraisse montre en particulier comment chez Lanson, l’écrivain qualifié de mineur est voué à deux usages, soit à l’établissement d’une sorte de toile de fond littéraire visant à une compréhension plus fine de l’époque, soit à la réhabilitation ultérieure (tel auteur dit mineur ayant été injustement minoré et devant être relu). Or, comme le démontrent les travaux de Martine Reid21, les écrivaines initialement vouées à « l’universelle médiocrité » ne bénéficient pas de ce double traitement, elles – et elles seules – sont exclues du corpus à considérer. Elles appartiennent donc bien à une autre catégorie22.

15Le xixe siècle transforme ainsi une dénonciation de ce qui est décrit par l’époque comme un déferlement des écrivaines, lesquelles semblent littéralement envahir la scène littéraire, en une exclusion de l’histoire littéraire naissante au motif de leur « universelle médiocrité ». Leur exclusion, ou leurs rares apparitions, forge l’idée reçue au début du xxe siècle de la rareté des femmes qui écrivent – rareté présumée expliquant la rareté constatée dans les histoires de la littérature. La boucle est bouclée, le cercle est vicieux. Cet argument de la rareté nourrit encore les histoires de la littérature de nos jours, et on le retrouve notamment dans Le Plagiat par anticipation où il jouxte l’idée de l’écrivaine future.

  • 23 Audrey Lasserre, 2009, « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », art. cit.

16Que se passe-t-il dans les histoires de la littérature du xxe siècle, qui est le siècle où l’idée d’égalité entre les femmes et les hommes revient progressivement sur le devant de la scène politique et sociale pour se concrétiser pleinement au cours du dernier tiers du siècle et dans la période qui nous est contemporaine ? Dans « Les femmes du xxe siècle ont-elles un histoire littéraire23 ? », nous avons montré en analysant une trentaine de volumes publiés entre 1943 et 2008 que les histoires de la littérature du xxe-xxie siècles, tout en affirmant que l’entrée des femmes en littérature (la fin donc de la prétendue rareté) était un fait déterminant du siècle, ne reproduisaient pas ce constat dans leur propre pratique.

17Ainsi, au regard de la production des femmes dans le siècle que l’on peut fixer en moyenne et tous genres confondus aux alentours de 20 à 30 % de la production globale, les histoires de la littérature du siècle présentent à leur tour en moyenne, pour les index, 93,3 % d’auteurs/6,7 % d’autrices et, pour les notices, 94,5 % d’auteurs/5,5 % d’autrices. Sauf deux exceptions, le pourcentage de femmes dans les index ne dépasse pas les 10 %. Le constat est le même pour les notices. Suivant la valeur extrême retenue (20 % ou 30 %), il y a donc, en proportion, trois à cinq fois moins de littératrices citées dans les histoires de la littérature que de femmes de lettres en réalité et quatre à six fois moins de littératrices bénéficiant d’une notice. Si l’on retient à l’inverse la part des hommes de lettres, on constate que s’ils constituent entre 70 % et 80 % des gens de lettres, leur représentation dans les histoires littéraires les situe à hauteur de 93 % (en index) et 95 % (en notices).

18Le corpus que nous analysons ici, publié entre 2000 et 2013, présente les mêmes caractéristiques avec 8,7 % d’autrices indexées pour 91,3 % d’auteurs et confirme que les pratiques historiographiques ont finalement peu évolué en la matière depuis 1943. Face à une sous-représentation qui prend figure d’exclusion, que constate-t-on précisément d’une part pour les auteurs et autrices encore en vie au moment de la publication des histoires littéraires, et, d’autre part, le cas échéant, pour ces mêmes auteurs/trices lorsque leur production est attachée à la période dite contemporaine (1980 à nos jours) ou à une période plus souplement « fin-de-siècle » ?

La place de nos contemporaines : analyse des index (et notices)

  • 24 Dans cette histoire, les noms mentionnés en note de bas de page et en bibliographie représentent ai (...)

19Comme pour le xxe siècle, le travail consistait à repérer les autrices/teurs mentionné.e.s dans les index, ce qui pose à tout coup la question de l’homogénéité de l’indexation entre les différents volumes. Loin d’être anodine, l’indexation répond ainsi à la visée de l’histoire de la littérature qui choisit de repérer soit tous les noms cités en plein texte (c’est le cas de celle dirigée par Jean-Yves Tadié), soit tous les auteurs/trices cité.e.s y compris les mentions en note de bas de page (c’est le cas par exemple de l’histoire de Denis Labouret). On trouve également une indexation de la bibliographie : Champion pour l’histoire de Mireille Calle-Gruber24 indexe tous les noms en note et en bibliographie finale, les Presses universitaires de France pour l’Histoire de la France littéraire indexent les noms cités en titre uniquement pour les bibliographies placées en fin de sections. Enfin, l’histoire dirigée par Michèle Touret et celle écrite par Bernard Valette indexent certain.e.s auteurs/trices cité.e.s et non tou.te.s.

  • 25 Voir Michel Prigent (dir.), 2006, Histoire de la France littéraire, vol. 3 : Patrick Berthier et Mi (...)

20Cette indexation nécessitait donc d’être systématiquement comparée aux mentions faites dans le texte lui-même. Pour l’étude des contemporain.e.s, l’objectif était de repérer les noms qui n’auraient pas été indexés, par oubli ou par choix, ou qui auraient été éventuellement indexés sous une autre identité. Par exemple, pour le premier demi-siècle, nous avons pu noter dans une des histoires du corpus25 qu’une littératrice vient enrichir l’index de son mari : Jeanne Meyer, épouse Mühlfeld, qui tient au début du xxe siècle un des salons les plus en vue à Paris où se rendent notamment Paul Valéry, André Gide, Colette, Cocteau, Marie Laurencin, Anna de Noailles et Paul Claudel, est en effet systématiquement indexée sous le nom et prénom de son mari, romancier et écrivain, Lucien Mühlfeld. Cette configuration n’est en revanche pas appliquée aux contemporaines, probablement en lien avec l’évolution de la conception du statut marital.

21Que peut-on déduire des chiffres obtenus, dont on trouvera le détail dans le tableau de synthèse ici reproduit ? D’une part, le phénomène repérable pour l’Histoire de la littérature dirigée par Michèle Touret où l’on trouve 7,4 % d’écrivaines sur l’ensemble du siècle mais 16,1 % de contemporaines est révélateur d’une tendance générale : la présence des autrices augmente visiblement à la faveur de la contemporanéité. Néanmoins, le constat reste identique à celui prononcé pour l’ensemble du xxe siècle. La moyenne en index pour l’ensemble du corpus considéré (12,5 %) atteste la sous-représentation des littératrices dont on a dit que l’on pouvait fixer la part, dans la pratique réelle, à 40 % voire 50 %, selon les indicateurs.

  • 26 Voir Audrey Lasserre, 2009, « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », art. (...)
  • 27 Antoine Compagnon, 2007, in Jean-Yves Tadié (dir.), Littérature française : dynamique et histoire, (...)
  • 28 Ibid., p. 800.
  • 29 Ibid., p. 545. Les parenthèses sont de l’auteur.

22La Littérature française : dynamique et histoire, sous la direction de Jean-Yves Tadié, illustre ainsi à la fois la plus grande place faite aux contemporaines et leur minoration malgré tout dans le contemporain. Cette histoire présente pour l’ensemble du xxe siècle 6 % de femmes et 94 % d’hommes, à l’image d’ailleurs de l’Histoire de la France littéraire parue en 2006. Ce chiffre correspond, pour mémoire, à celui des index des histoires de la littérature publiées dans les années 1950, notamment celle d’Henri Clouard en 1949 et celle de Pierre-Henri Simon en 195626. La section xxe siècle, rédigée par Antoine Compagnon, traite de la période « fin-de-siècle », sous le titre « L’épuisement de la littérature et son éternel recommencement27 ». Si l’auteur juge « prématuré de dresser un panthéon de la fin du siècle28 », cette section mentionne néanmoins 43 contemporains dont 39 auteurs et 4 autrices (2 entrant par la porte de l’écriture dite « féminine »), c’est-à-dire 90,7 % d’auteurs et 9,3 % d’autrices alors que le chapitre s’ouvrait sur la précision que l’histoire de la littérature pouvait porter « sur les hommes (et les femmes)29 ». Si la répartition augmente donc de 3 % dans le contemporain en faveur des écrivaines, on constate néanmoins que la répartition réelle et symbolique reste identique : 9 hommes pour 1 femme.

23Une histoire de la littérature ne fait figurer quant à elle aucune contemporaine en notice, et même n’en cite aucune : l’Histoire de la littérature française de Bernard Valette (2009). Témoignant d’un grand souci de didactisme et de lisibilité, où index et notices se superposent dans une histoire des auteurs, « d’une lecture facile et attrayante » comme l’annonce la quatrième de couverture, cette histoire participe d’un phénomène repéré sur l’ensemble des histoires du xxe siècle mais également du xixe : plus le public visé est proche du baccalauréat, moins de femmes il y a. En notices apparaissent 54 auteurs, dont 5 femmes pour le xxe siècle, 9,25 % donc. Parmi ces 54 auteurs, 6 contemporains et aucune contemporaine. L’absence totale de contemporaines reste cependant une exception dans un corpus qui témoigne de la part légèrement plus importante des autrices dans les sections consacrées au contemporain.

24Ainsi, les contemporaines constituent, plus que les contemporains pour l’ensemble des auteurs, le gros des effectifs des autrices du xxe siècle. Dans le cas de Histoire de la littérature française du xxe siècle ou les Repentirs de la littérature de Mireille Calle-Gruber, qui présente le plus de contemporaines (84 autrices soient 21,4 %), elles représentent presque les trois quarts des écrivaines du siècle. Cette différence signale potentiellement deux processus bien distincts : soit la reconnaissance des autrices augmente réellement à la faveur de notre contemporanéité, soit les histoires de la littérature récentes rejouent l’entrée en littérature des écrivaines par la porte du contemporain. Or, au regard de l’ensemble des histoires de la littérature du siècle, dont le discours déplace constamment, depuis 1943, la borne d’entrée des femmes en littérature (1900, 1944, 1968, etc.), la seconde option nous paraît la plus vraisemblable.

  • 30 Mathilde Barraband et Julien Bougie, 2013, « Un projet contrarié. L’histoire de la littérature cont (...)

25Si les contemporaines sont un peu mieux représentées que leurs aînées, il ne faut ainsi pas déduire trop hâtivement qu’il s’agit d’un phénomène récent. Un détour par les histoires de la littérature du xxe siècle permet de constater que l’histoire du contemporain n’est pas neuve, la pratique étant en réalité courante depuis la fin du xixe siècle30. Les littératrices contemporaines y ont, vraisemblablement, toujours été un peu mieux représentées. Sans avoir mené l’étude qui permettrait de communiquer précisément sur ce point, nous avons à l’esprit les 31 romancières des années 1950 citées par Henri Clouard dans un chapitre de son Histoire de la littérature (édition de 1962) sous le titre programmatique de « prolifération du roman féminin » et dont la majorité disparaît des histoires littéraires, dès les années 1970. L’histoire de la littérature se conçoit en effet à la manière d’un palimpseste, le contemporain d’hier est ce qui s’y efface le plus facilement. Nous émettrions alors l’hypothèse que, de ce fait même, le contemporain, dans son acception périodique, constitue une porte d’entrée simplement moins étroite pour les femmes, la contemporanéité de l’autrice et de l’historien.ne de la littérature permettant aux autrices d’accéder à une visibilité qui décroit par la suite.

26Le volume de l’Histoire de la France littéraire consacré aux « Modernités xixe-xxe » par sa facture mêlant xixe et xxe siècles (1340 entrées dans l’index, dont 762 pour le xxe siècle) permet même de constater que la proportion auteur/autrice est relativement stable entre les sections consacrées au xixe et celles dédiées au xxe siècle, ce qui laisse penser que le xxe siècle n’est en fait pas celui de l’égalité enfin obtenue. Ce collectif, dont le traitement a été confié à plus d’une dizaine de rédacteurs pour le seul xxe siècle, donne également la possibilité d’interroger le corpus par attributions génériques ou thématiques. Ainsi, la répartition des 29 contemporaines au sein des sections se révèle loin d’être homogène. Elles sont en effet présentes au sein de 12 sections seulement alors que les 211 auteurs contemporains sont présents dans les 17 sections dédiées au xxe siècle.

27L’article réservé au roman, genre que l’on a pu dire plus favorable aux femmes, accueille ainsi plusieurs contemporains mais aucune contemporaine. C’est également le cas des articles traitant du lien entre littérature et peinture, littérature et musique, littérature et cinéma, mais aussi de celui dédié aux théories internes de la littérature. Si la section consacrée aux relais de l’écrivain présente le plus de contemporaines (10), c’est en adéquation avec la présence des contemporains. Ne viennent qu’ensuite la transgression (6 autrices), le théâtre (5 autrices), la poésie (4 autrices) et le récit (3 autrices). Alors que le cas est fréquent pour les auteurs contemporains, seules trois contemporaines sont présentes dans plus d’une section : Annie Ernaux (3 sections), Julia Kristeva (4 sections) et Gisèle Sapiro (2 sections). Ce dernier point témoigne, plus encore que la proportion des autrices/teurs dans le contemporain, de leur absence de reconnaissance.

28Concentrons-nous pour finir sur les deux histoires du corpus qui adoptent la borne de 1980 et présentent une histoire de la littérature contemporaine dans son acception périodique. L’Histoire de la littérature française du xxe siècle, sous la direction de Michèle Touret, publiée en 2 volumes, dont le dernier date de 2008, distingue trois périodes, en rattachant, comme le précise explicitement l’introduction, les auteurs/trices à la période de leur plus intense production. Ainsi Claude Simon, qui fait systématiquement partie des contemporains cités par les histoires de la littérature ne périodisant pas ou considérant un effet « fin-de-siècle », n’apparaît pas dans la dernière période identifiée 1980 à nos jours « Retours critiques et interrogations post-modernes », mais dans la section qui précède, intitulée « L’ère des soupçons ». Avec 166 littérateurs/trices contemporain.e.s mentionné.e.s et 124 auteurs/trices indexé.e.s, c’est cette histoire qui convoque, avec celle de Denis Labouret qui indexe et mentionne pour sa part 202 contemporain.e.s, le plus d’écrivain.e.s contemporain.e.s dont la production est liée à une acception périodique de la contemporanéité.

  • 31 Concernant les notices, les histoires de la littérature récentes, particulièrement les sections déd (...)

29Il n’y a pas de notices31 dans la section rédigée par Bruno Blanckeman et Jean-Yves Debreuille mais un équivalent en terme de valorisation : les noms d’auteurs apparaissant en titre. On y trouve 20 contemporains pour 2 contemporaines, soit 90,1 % d’hommes et 9,9 % de femmes. Parce que Claude Simon mais aussi Annie Ernaux ou Patrick Modiano sont rattachées à la période précédente, et parce que nous souhaitions véritablement comparer les résultats obtenus aux autres histoires du corpus, nous avons comptabilisé les notices pour la période qui précède c’est-à-dire « L’ère des soupçons » (1960-1970) : 28 auteurs pour 3 autrices apparaissent en titre, soit 90,3 % pour les hommes/9,7 % pour les femmes, proportion identique à celle de la période de l’extrême contemporain. Ces résultats obtenus par l’examen des titres confirment, au regard des contemporaines indexées (16,1 %) et citées (16,3 %) dans ce volume, la difficulté pour les contemporaines, comme pour les autrices du xxe siècle en général, de se voir attribuer un indice fort (notice ou titre) de reconnaissance et d’élection de leur production.

  • 32 Plusieurs auteurs sont convoqués à la fin de l’ouvrage pour donner des exemples de productions de m (...)
  • 33 Denis Labouret, 2013, Littérature française du xxe siècle : 1900-2010, op. cit., p. 14.

30Le dernier moment de notre réflexion sera consacré à la Littérature française du xxe siècle, publiée en 2013 par Denis Labouret, qui présente une homologie certaine avec la section rédigée par Bruno Blanckeman et Jean-Yves Debreuille au regard de son intérêt pour la période contemporaine. On y trouve 202 contemporains dont 169 auteurs (83,7 %) et 33 autrices (16,3 %32). Elle s’en distingue cependant par le mode de rédaction (collectif/singulier), le projet (histoire de la littérature/essai problématisé en manière d’histoire de la littérature) et le propos, notamment en ce qui concerne les discours relatifs à la fin de la littérature, à la valeur, et à la langue française. Suivant son projet d’éprouver le xxe siècle comme siècle de Sartre, de même que le xixe siècle serait le siècle d’Hugo, et donc de faire du questionnement sur la littérature le fil même de son essai, Denis Labouret explicite dès l’introduction qu’il écarte, sans s’interdire des allusions ponctuelles, les littératures dites « francophones » au profit d’une « tradition de la littérature nationale », comme les littératures dites « populaires » car « par définition, elles sont moins préoccupées par le questionnement de la littérature sur elle-même33 ».

31Pour l’auteur, la fin d’une littérature étroitement nationale pourrait être, au même titre que la fin du livre en tant qu’objet imprimé, le signe d’un xxie siècle littéraire. Et le dernier mouvement de « La littérature au présent : le temps des doutes » (1980-2010) poursuit cette idée en établissant d’autres marqueurs possibles de cette fin présumée :

  • 34 Ibid., p. 258‑259.

La fin possible d’une littérature ajustée aux limites de l’espace national, ce pourrait être aussi la fin d’une culture commune et la diversification des cultures communautaires à l’intérieur des frontières. Cette tendance n’est pas sans liens avec la précédente : on a pu être tenté, ces dernières années, de repérer la spécificité d’une littérature « féminine », d’une littérature « homosexuelle », d’une littérature « beur », etc. L’écrivain est alors le porte parole d’une communauté qui demande à être reconnue et qui proteste contre son exclusion. Hélène Cixous continue à incarner à cet égard les revendications féministes […] que reprend à son compte la génération suivante dans un registre moins politique et plus provocateur (Virginie Despentes, Christine Angot, Chloé Delaume, ...)34.

32Si l’on excepte le fait d’histoire, malgré tout politique et littéraire, qui veut qu’Hélène Cixous, au cœur de la période de l’écriture féminine, se soit déclarée résolument « non féministe », et que les écrivaines féministes de la même époque (Simone de Beauvoir, Christiane Rochefort, Monique Wittig pour ne citer qu’elles) aient mené bataille contre la prétendue spécificité d’une littérature dite féminine, et contre l’écriture féminine en particulier, il n’en reste pas moins que le rapprochement opéré par Denis Labouret, entre féminin, homosexuel et « beur » d’une part et, en manière d’amalgame, entre femmes et féminin d’autre part, dans une histoire de la littérature du xxe siècle jusqu’à nos jours publiée en 2013, intéresse tant il est signifiant par rapport à la présente démonstration.

33Les femmes ne sont pas, en théorie du moins, une communauté, à moins de considérer que ce qu’elles ont en commun (disons donc le féminin) leur permet de différer au point d’être exclues de l’universel (disons donc le masculin). En ce sens, les écrivaines dont il est question ici, féministes puisqu’elles se font porte-parole de leurs consœurs et protestent contre leur exclusion, ne signent pas la fin de la littérature du xxe siècle et la survenue d’un xxie siècle communautariste comme le propose l’historien de la littérature. Les écrivaines, qui, le cas échéant, protestent contre leur exclusion, s’affrontent à un paradigme dominant, et marquent leur opposition à une définition de la littérature qui les exclut par principe tout en ne cessant de rêver à une écrivaine future.

Bibliographie

Mireille Calle-Gruber, 2001, Histoire de la littérature française du xxe siècle ou les Repentirs de la littérature, Paris, Honoré Champion, 230 p.

Denis Labouret, 2013, Littérature française du xxe siècle, Paris, Armand Colin, 286 p.

Michel Prigent (dir.), 2006, Histoire de la France littéraire, vol. 3 : Patrick Berthier et Michel Jarrety (dir.), Modernités xixe-xxe, Paris, Presses universitaires de France, 856 p. [Rédacteurs pour le contemporain : plus de dix].

Jean Rohou et Michèle Touret (dir.), 2000 et 2008, Histoire de la littérature française, vol. 6 : Michèle Touret (dir.), xxe siècle, t. 1 : avec des contrib. de Francine Dugast-Portes, Jean-Yves Debreuille et Christine Hamon-Siréjols, 1898-1940, t. 2 : avec des contrib. de Francine Dugast-Portes, Bruno Blanckeman, Jean-Yves Debreuille et Christine Hamon-Siréjols, Après 1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 347 p. et 539 p. [Rédacteurs pour le contemporain : Bruno Blanckeman et Jean-Yves Debreuille].

Jean-Yves Tadié (dir.), 2007, Littérature française : dynamique et histoire, t. 2 : Jean-Yves Tadié (dir.), avec des contrib. de Michel Delon, François Mélonio, Bertrand Marchal, Jacques Noiray et Antoine Compagnon, Paris, Gallimard, 929 p. [Rédacteur pour le contemporain : Antoine Compagnon].

Bernard Valette, 2009, Histoire de la littérature française, Paris, Ellipses, 304 p. 

Notes

1 Françoise Collin, 1999, Je partirais d’un mot : le champ symbolique, Villenave-d’Ornon, Fus-art, « Textes femmes », p. 21‑22.

2 Pierre Bayard, 2009, Le Plagiat par anticipation, Paris, Minuit, « Paradoxe », p. 14.

3 Audrey Lasserre, 2009, « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », in Mathilde Barraband et Audrey Lasserre (dir.), Les Cahiers du CERACC n° 4 : Synthèses [En ligne], décembre, URL : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=2785 et http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00744200.

4 La définition que nous convoquons ci-après résulte de travaux menés collectivement au sein du groupe Histoire littéraire du contemporain (Hilico). Voir Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, « La littérature française contemporaine à l’épreuve du Fichier central des thèses », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 111, n° 3, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 695-716.

5 Rémy Ponton, 2002, « Auteur », in Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), Le Dictionnaire du Littéraire, Paris, Presses universitaires de France, p. 33.

6 Voir la bibliographie du corpus en fin d’article. Dans le tableau qui suit la bibliographie, nous présentons donc le nombre de contemporain.e.s dans l’ensemble de l’ouvrage, pour les trois histoires qui n’adoptent pas de bornes internes, et le nombre de contemporain.e.s dans la section concernée, pour les trois histoires qui adoptent une borne interne (« fin-de-siècle » ou post 1980).

7 Arthur Rimbaud, 2007 [1871], « Lettre du Voyant » (Lettre à Paul Demeny du 15 mai 1871), Correspondance, présentation et notes de Jean-Jacques Lefrère, Paris, Fayard, p. 70.

8 Voir Christine Planté (dir.), 2010 [1998], Femmes poètes du xixe siècle : une anthologie, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

9 Titre de la série de la collection « 10/18 » fondée par Hélène Cixous et Catherine Clément en 1975.

10 Hélène Cixous, 1975, « Le rire de la Méduse », L’Arc nº 61, p. 39 ; Hélène Cixous, 2010, Le Rire de la Méduse et autres ironies, Paris, Galilée, « Collection Lignes fictives », p. 37.

11 Ces actions sont elles-mêmes favorisées par un ensemble de facteurs sociaux-économiques, voir Delphine Naudier, 2000, La Cause littéraire des femmes : modes d’accès et modalités de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1998), EHESS, Paris, 2 vol.

12 Voir, pour un exemple parmi d’autres, Suzanne Horer et Jeanne Socquet, 1973, La Création étouffée, Paris, Pierre Horay, 237 p.

13 La Société des gens de lettres comptait en 2008 38,45 % de femmes pour 61,55 % d’hommes. La même année, la maison des écrivains indexait parmi ses 480 adhérents autant d’écrivains que d’écrivaines, soit 238 femmes pour 242 hommes (recension effectuée à partir du fichier en ligne de la Maison des écrivains, http://www.m-e-l.fr, le 10/10/2008). Bien évidemment, ces deux institutions ne repèrent que les écrivain.e.s qui se reconnaissent comme tel.le.s.

14 Germaine Brée est en effet la première à donner à la fin des années 1970 un séminaire aux États-Unis sur l’écriture féminine, formant la génération montante des critiques américaines, interrogeant en tant qu’historienne de la littérature l’effacement des femmes du passé. Son histoire de la littérature publiée en 1978 chez Arthaud présente en notices la plus grande part de femmes pour les histoires de la littérature du xxe siècle (soit 25 %). Voir Germaine Brée, 1978, Le xxe siècle, t. 2 : 1920-1970, Paris, Arthaud, « Littérature française ; n° 16 ». Voir également Germaine Brée, 1971, Women writers in France: Variations on a Theme, New Brunswick, N. J, Rutgers university press, « Brown and Haley lectures ; n° 20 ».

15 Marcelle Marini, spécialiste de Marguerite Duras, signe le chapitre dédié à la place des femmes dans l’histoire culturelle au sein du cinquième volume de l’Histoire des femmes en Occident sous la direction de George Duby et Michelle Perrot, offrant ainsi les premières données chiffrées de la part des hommes et des femmes dans la pratique littéraire. L’ensemble de ses travaux réfléchit sur les modalités du rapport entre femmes et littérature au xxe siècle. Voir par exemple Marcelle Marini, 1990, « D’une création minoritaire à une création universelle », Les Cahiers du GRIF n° 45 : Savoir et différence des sexes, p. 51-66 et Marcelle Marini, 1990, « Entre littérature et théorie : plaidoyer pour les écrivaines », in Marcelle Marini (dir.), Les Cahiers du CEDREF n° 2 : Femmes/Sujets des discours, p. 21-36. Voir également Marcelle Marini, 2002 [1992], « Chapitre 10. La place des femmes dans la production culturelle : l’exemple de la France », in Françoise Thébaud, Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 5, Paris, Perrin, « Tempus », p. 403-431.

16 Françoise Collin, philosophe et écrivaine belge, animatrice des Cahiers du GRIF et spécialiste de Maurice Blanchot, propose une pensée de l’exclusion des femmes du littéraire, au regard de la perte et de l’illisibilité de leurs textes, reprise depuis 1999 en volume. Dans « Le champ symbolique : écriture et critique littéraire », cité en exergue, elle invite notamment les historien.ne.s de la littérature à considérer le contemporain comme un lieu privilégié d’opérations sélectives et discriminantes. Voir Françoise Collin, 1999, Je partirais d’un mot : le champ symbolique, op. cit.

17 Henri Clouard, 1947-1949, Histoire de la littérature française. Du Symbolisme à nos jours [De 1885 à 1940], Paris, Albin Michel, 2 vol.

18 Nous renvoyons pour une analyse plus précise et de façon complémentaire au quatrième chapitre de l’essai de synthèse de Martine Reid, 2010, Des femmes en littérature (Paris, Belin, « L’extrême contemporain »), et à l’article de Christine Planté, 2003, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe ou point de départ d’une relecture critique ? » (Revue d'histoire littéraire de la France vol. 103, n° 3, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 655-668).

19 Gustave Lanson, 1923, Histoire de la littérature française, t. 1, Partie 2, Livre I, Chapitre 2, Paris, Hachette, p. 125.

20 Luc Fraisse, 2000, « Le prestige secret des écrivains mineurs dans l’histoire littéraire de Lanson », in Luc Fraisse (dir.), Pour une esthétique de la littérature mineure, Paris, Honoré Champion, p. 83-105.

21 Voir pour une analyse plus détaillée son essai Des femmes en littérature, op. cit.

22 Voir Geneviève Brisac, 2002, La Marche du cavalier, Paris, Éditions de l’Olivier, p. 15.

23 Audrey Lasserre, 2009, « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », art. cit.

24 Dans cette histoire, les noms mentionnés en note de bas de page et en bibliographie représentent ainsi plus d’un quart des noms indexés. Les résultats que nous présentons ici sont ceux de l’ensemble des noms indexés, d’une part, parce que les catégories d’auteurs/trices cité.e.s en plein texte et en note de bas de page sont identiques et, d’autre part, parce qu’il n’y a aucune variation de proportion entre le plein texte et l’appareil critique.

25 Voir Michel Prigent (dir.), 2006, Histoire de la France littéraire, vol. 3 : Patrick Berthier et Michel Jarrety (dir.), Modernités xixe-xxe, Paris, Presses universitaires de France, p. 849 pour l’indexation.

26 Voir Audrey Lasserre, 2009, « Les femmes du xxe siècle ont-elles une Histoire littéraire ? », art. cit.

27 Antoine Compagnon, 2007, in Jean-Yves Tadié (dir.), Littérature française : dynamique et histoire, t. 2, Paris, Gallimard, p. 783-802.

28 Ibid., p. 800.

29 Ibid., p. 545. Les parenthèses sont de l’auteur.

30 Mathilde Barraband et Julien Bougie, 2013, « Un projet contrarié. L’histoire de la littérature contemporaine française au tournant du xxe siècle », in Mathilde Barraband (dir.), Tangence n° 102 : L’Histoire littéraire du contemporain, p. 31-52.

31 Concernant les notices, les histoires de la littérature récentes, particulièrement les sections dédiées au contemporain, laissent à penser que cette pratique tombe en désuétude, à l’exception de l’Histoire de la littérature de Bernard Valette qui s’adresse à un public proche du baccalauréat.

32 Plusieurs auteurs sont convoqués à la fin de l’ouvrage pour donner des exemples de productions de mauvaise qualité assimilées à de la « vraie littérature » pour reprendre l’expression de Pierre Jourde citée par Denis Labouret : Frédéric Beigbeder, Amélie Nothomb, Anna Gavalda, Muriel Barbery, Joël Dicker. Si l’on retranche cette « fausse » littérature de la « vraie », on obtient pour résultat final : 167 auteurs (84,8 %) pour 30 autrices (15,2 %).

33 Denis Labouret, 2013, Littérature française du xxe siècle : 1900-2010, op. cit., p. 14.

34 Ibid., p. 258‑259.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Audrey Lasserre, docteure en littérature et civilisation françaises, enseigne à l’Université de la Sorbonne nouvelle-Paris 3 et dans plusieurs programmes d’universités américaines à Paris, au sein desquels elle dirige également des masterant.es. Ses travaux comptent plusieurs directions de collectifs et une quinzaine d’articles sur la littérature française des années 1970 à nos jours. Sa thèse de doctorat soutenue en décembre 2014, Histoire d’une littérature en mouvement : textes, écrivaines et collectifs éditoriaux du Mouvement de libération des femmes en France dans les années 1970, est à paraître en 2016 aux Presses Universitaires de Lyon dans la collection « Des deux sexes et autres », accompagnée d’une anthologie des textes littéraires de la période. Elle est membre associée de l’UMR 7172 THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité), Université Sorbonne nouvelle-Paris 3/CNRS/École normale supérieure et du GEDI (SFR Confluences, Université d’Angers).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540