Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

« Sur la terre » ou « Sous la terre » ? – Karl Kraus, Franz Janowitz et Franz Werfel

Edwige Brender

Texte intégral

  • 1 Die Fackel (désormais noté DF), N° 398 p. 19 et DF 443 p. 26.
  • 2 DF 443-444 pp. 26-27.
  • 3 Cf. par exemple : DF 484-498 (octobre 1918) pp. 94, 99, 100 ; DF 514-518 (juillet 1919) p. 16 ; DF (...)
  • 4 DF 445-453 pp. 132-147.
  • 5 DF 484-498 p. 107 : « Ich möchte schon heute der Prager Literatur […] den Rat geben, sich mit ihren (...)

1« In Prag », « Dort in Prag »1 : ces formules par lesquelles Kraus entame volontiers ses articles hostiles aux écrivains pragois ne désignent pas seule­ment une évidence géographique, une opposition entre un « ici à Vienne » et un « là-bas à Prague ». On y entend aussi, surtout quand Kraus reprend inlas­sablement le « dort » en anaphore dans la première strophe du poème paro­dique « Elysisches. Melancholie an Kurt Wolff »2, la métaphorique guerrière inhérente à la polémique et inscrite dans l’étymologie même du mot, et qui sert à définir les camps, à fustiger l’adversaire et à dégager les enjeux des batailles. À l’éloignement géographique impliqué par ce « dort » correspond un éloignement spirituel. Kraus oppose à un ici implicite représentant ses positions un là-bas, Prague, le camp adverse qui, non content d’avoir produit le « Prager Schmock », en produit à l’époque de la Première guerre mon­diale la variante littéraire expressionniste. Et quand dans la septième strophe du même poème Kraus glisse sciemment de « dort » à « dorten », utilisant une forme qui fut parfaitement correcte au temps de Goethe mais qui est tombée en désuétude au début du xxe siècle et relève désormais – d’après Kraus – du jargon juif pragois, il désigne d’un seul mot, en un raccourci effi­cace de polémiste aguerri, non seulement le quartier général de ses ennemis, mais aussi le grief majeur qui l’oppose à ces écrivains : celui-ci, quelles qu’en soient les différentes variantes – inauthenticité littéraire, style ampou­lé, goût pour la pose et pour l’effet, emprunts inavoués à de glorieux ancê­tres – procède fondamentalement de leur maniement jugé fautif et abusif de la langue allemande. La signification géographique première du « dort » tend donc à s’estomper. La meilleure preuve en est que tout au long de la joute qui l’oppose principalement à Franz Werfel, Kraus continue de lier cet adversaire à un arrière-plan pragois qui n’est plus le sien depuis longtemps puisque Werfel a quitté Prague en octobre 1912 pour n’y presque plus reve­nir, et qu’à partir de 1917, il est installé à Vienne3. À l’inverse, la valeur polémique symbolique soulignée par le passage du « dort » au « dorten » s’accentue avec le temps puisque ce mot constitue un motif récurrent de la controverse entre Werfel et Kraus et, en janvier 1917, le titre d’un des arti­cles majeurs de celui-ci contre celui-là4. Ce terme en vient à inclure et résu­mer pour Kraus l’existence toute entière du cercle de Prague, dont le « Da-sein » est réduit à un « Dorten-sein »5.

  • 6 Max Brod (Ed.), Arkadia. Ein Jahrbuch für Dichtkunst, Leipzig, 1913, Kurt Wolff.

2Que la ligne de front imaginaire des batailles passées et présentes ait pris le pas sur la réalité géographique permet donc à Kraus de rejeter définitive­ment Franz Werfel du côté de l’ennemi pragois et de lui opposer un autre poète, Franz Janowitz, en passant outre son origine pourtant également bohé­mienne. Janowitz, né en 1892 à Podebrad dans une famille juive, fut étudiant et lycéen à Prague de 1903 à 1911 et fréquenta assidûment le groupe du café Arco. Il admirait Werfel, publia comme lui quelques poèmes dans l’éphé­mère revue de Willy Haas Die Herder-Blätter, et participa également à l’or­ganisation des premières conférences pragoises de Karl Kraus du temps de l’entente cordiale entre Haas, Werfel et l’éditeur de Die Fackel. En 1913, il fut à nouveau publié dans l’anthologie annuelle Arkadia éditée par Max Brod6, ennemi déclaré de Kraus.

3Pourtant, Kraus lave Janowitz de tout soupçon :

  • 7 DF 546-550 p. 68 : « Rechtzeitig sei die Literaturkritik gewarnt, hier eine Verknüpfung mit jener O (...)

« J’avertis d’emblée la critique littéraire : qu’elle n’aille pas tenter un quelconque rapprochement entre Franz Janowitz et cette poésie à la “O vous frères humains !” que Prague a léguée au monde ! »7

  • 8 Pour une analyse détaillée de la vie et de l’œuvre de Franz Janowitz, on consultera notamment les t (...)

4Gardons-nous donc bien de contrevenir aux ordres de Kraus et ne nous attar­dons pas à comparer la poésie de Werfel et la poésie de Janowitz, plus rete­nue, certes plus traditionnelle dans sa métrique et son utilisation de la rime, plus conforme par conséquent aux conceptions esthétiques de Kraus, et pour­tant semblable à celle de Werfel par ses aspirations pacifiques, ses louanges aux beautés du monde et son désir de communion entre les êtres humains. C’est bien plutôt la façon dont Kraus, pour les besoins de sa cause, oppose sciemment Janowitz à Werfel qui retiendra notre attention, et per­mettra d’analyser et d’illustrer une des méthodes éprouvées de la polémique qui consiste à opposer à un adversaire accusé de tous les péchés le contre-exemple d’un allié paré de toutes les vertus – démontrer que Kraus instru­mentalise le cas de Janowitz dans le cadre précis d’une bataille ne revenant bien sûr à contester ni la valeur intrinsèque de l’œuvre de Janowitz, dont nous ne possédons malheureusement qu’une partie très fragmentaire8, ni l’amitié profonde qui, certainement, liait Janowitz à Kraus.

5Cette amitié, née lors des conférences de Kraus à Prague, se scella lors du séjour d’un an que Janowitz fit à Vienne de l’automne 1912 à l’automne 1913 pour y étudier la philosophie et lors duquel il fréquenta assidûment Karl Kraus. Par la suite, Janowitz correspondit durant la guerre avec Kraus, qui lui fit suivre la Fackel sur le front russe et sur le front italien ; mais le 24 octobre 1917, Janowitz fut blessé lors de la bataille de Monte Rombon et succomba à ses blessures le 4 novembre 1917.

  • 9 DF 398 p. 19 : « In Prag, wo sie besonders begabt sind, und wo jeder, der mit einem auf­gewachsen i (...)
  • 10 Ibid. : « ein Gefühlsreporter namens Brod ».

6Cette mort intervint alors que le différend entre Werfel et Kraus avait atteint sa phase la plus aiguë. Sans revenir à nouveau sur l’histoire de cette querelle déjà maintes fois étudiée, il importe d’en dégager les grandes pé­riodes afin de délimiter précisément celle que l’on peut en toute rigueur qualifier de polémique, si l’on entend par là : 1) un échange public 2) de textes hostiles 3) entre deux adversaires ou plus. L’histoire à rebondisse­ments des relations entre Werfel et Kraus se divise en trois stades : une phase d’installation progressive dans une relation conflictuelle, une période d’oppo­sition frontale, déclarée et publique, puis une longue période d’une hostilité figée qui ne donne plus lieu à un affrontement direct. La première période s’étend de l’automne 1913 à l’automne 1916 ; c’est en effet du mois d’octobre 1913 que date l’incident privé qui fut à l’origine de la détério­ration des relations de Kraus et Werfel : Sidonie Nádherny@ von Borutin traita Werfel avec condescendance, allant jusqu’à parler à son égard de « Juden­bub », et Werfel légitimement vexé, se vengea néanmoins de la façon la moins légitime et la moins habile qui soit en répandant sur le compte de la baronne des calomnies qu’on ne manqua pas de rapporter à Kraus, l’ami de Sidonie. Le conflit public ne s’installa pourtant que progressivement, d’abord parce que Kraus, dont une des grandes causes dans sa lutte contre les journalistes est la séparation des sphères publique et privée, ne porta pas l’affaire sur la place publique. On observe cependant, dans un texte célèbre publié dans la Fackel en avril 1914, un changement de ton à l’égard de Werfel inexplicable pour les non-initiés : Kraus tourne en dérision les poètes pragois qui « se multiplient comme des rats musqués » sous l’influence du « virtuose de l’enfance Werfel »9. Mais l’attaque contre Werfel n’est ici en­core que secondaire ; son nom n’apparaît qu’au détour d’une subordonnée et les principaux intéressés sont la génération expressionniste dans son ensemble, en particulier Hans Gerke et le « reporter sentimental Max Brod »10. L’absence de réponse publique de Werfel et la guerre qui, quelques mois après, vient détourner l’attention de tous prolongent cette phase prépa­ratoire jusqu’au mois de novembre 1916.

  • 11 Franz Werfel, Wir sind, Leipzig, 1913, Kurt Wolff, et Einander, Leipzig, 1915, Kurt Wolff.
  • 12 DF 484-498 p. 110 : « Ein Gedicht ist so lange gut, bis man weiß, von wem es ist, und ich maße mir (...)
  • 13 …apparemment sans avoir rien fait pour cela, mais sur intervention d’un puissant admi­rateur, le co (...)
  • 14 DF 691-696 p. 4 : « [die Zeit], in welcher andere Lyriker, wie etwa jener berühmtere und vom gemein (...)

7Ce n’est donc qu’à partir de la fin de l’année 1916 que commence ce que l’on peut légitimement nommer une polémique, car à partir de cette date se succèdent des textes violents publiés par Kraus contre Werfel et par Werfel contre Kraus. En effet, Kraus a désormais des arguments littéraires, car, que sa condamnation soit de bonne foi ou non, que ce jugement corresponde à un sentiment véritable ou qu’il s’agisse d’un alibi pour laisser libre cours à une vieille colère, la production poétique de Werfel, après le succès de Der Weltfreund en 1911, a indéniablement faibli dans ses deuxième et troisième recueils Wir Sind et Einander, publiés en 1913 et 191511. À cet argument d’ordre esthétique s’ajoutent des arguments d’ordre éthique – mais les deux catégories sont indissociables chez Kraus qui va jusqu’à déclarer « avoir besoin de l’homme tout entier pour pouvoir juger ses vers »12. Werfel, après avoir tout fait pour échapper à la mobilisation générale, a fini par être en­voyé au front avant d’être rappelé à Vienne en 1917 dans les services de presse de l’état-major (Kriegspressequartier)13 : le prétendu ami du monde, toujours sincère, pacifique et charitable écrivant sur commande des textes à la gloire des armées austro-hongroises et « prêtant à un aigle à deux têtes bien déplumé les ailes de son lyrisme »14, voilà qui ne pouvait que faire redoubler l’ire et les sarcasmes de Kraus, d’autant que le début des exploits scripturaux de Werfel fut contemporain de la mort de Janowitz ; au plus fort de la querelle entre Kraus et Werfel, l’utilisation polémique de l’exemple de Janowitz s’imposait d’elle-même.

  • 15 DF 474-483 pp. 69–71.
  • 16 DF 484-498 pp. 83-114.
  • 17 DF 546-550 p. 4.

8Dans la phase la plus aiguë de l’affrontement entre Werfel et Kraus, il y a trois articles majeurs où apparaît Franz Janowitz, et qui sont tous trois, de façon plus ou moins déguisée, des articles anti-Werfel : « In memoriam Franz Janowitz » (mai 1918)15, « Ich und das Ichbin » (octobre 1918)16, et une « Notice » datée de juillet 192017. À chaque fois, Kraus oppose à Werfel la figure de Janowitz, illustration idéale, car forcément idéalisée, de son exi­gence d’authenticité. Kraus conduit ses démonstrations de deux façons sy­métriques : soit il consacre officiellement l’article à la déploration de la perte de Franz Janowitz et à la mémoire de son œuvre, auquel cas Werfel y appa­raît comme un double négatif de Janowitz ; soit Kraus rédige un article d’at­taque de Franz Werfel et après y avoir longuement exposé et illustré ses griefs, il introduit à la fin la vie et l’œuvre de Janowitz comme contre-exemple, comme pierre de touche à l’épreuve de laquelle la fausseté de Werfel doit éclater aux yeux de quiconque ne serait pas encore convaincu.

  • 18 Karl Kraus, Briefe an Sidonie Nádherny von Borutin 1913-1936, 2 vol., München, 1974, Kösel-Verlag, (...)

9La première méthode est utilisée dans l’article consacré à Janowitz immé­diatement après sa mort, qui est intitulé « In memoriam Franz Janowitz » et que Kraus prononce lors d’une conférence le 18 novembre 1917. Il suffit de comparer « In memoriam Franz Janowitz » à une lettre privée de Kraus à Sidonie Nádherny@ écrite le 16 novembre 1917, c’est-à-dire dans les mêmes jours, pour déceler d’une part la parenté des deux textes, flagrante parce que Kraus réutilise les mêmes formules, et d’autre part les visées radicalement opposées qui les sous-tendent. La lettre, extrêmement laconique, ne contient que ces quelques mots : « Franz Janowitz, présence lumineuse dans ma vie, s’est éteint. A succombé à ses blessures le 4 novembre. » 18 Or ces mots réapparaissent dans « In memoriam Franz Janowitz » :

  • 19 DF 474-483, p. 69 : « Denn er ist […] am 4. November seinen Wunden erlegen. […Nun hat] dieses selte (...)

[F.J.] « a succombé à ses blessures le 4 novembre. […] Voici que ce cœur rare a lui aussi arrêté de battre et que l’étroite clairière de mes amitiés, enserrée au milieu des étendues redoutables de l’inhumanité, est bien déserte depuis que cette présence lumineuse s’est éteinte. »19

10Mais alors que le texte privé s’arrête à la déploration, le mouvement du texte public est double : la déploration se mue aussitôt en agression, l’orai­son funèbre en réquisitoire :

  • 20 Ibid. : « Je mehr solcher wenigen unbefleckbaren Seelen mir entrückt werden, die das Sterben im Kri (...)

« Plus nombreuses sont les âmes immaculées et rares qui me sont arrachées, ayant préféré mourir à la guerre plutôt que d’écrire pour la guerre, plus profond est mon mépris pour ceux qui recherchent une gloire toute verbale afin d’échapper à ses effets secondaires ; pour ceux qui par la propagande achètent leur salut au prix de la mort des autres. […] Ceux-ci je les hais, celui-là je l’ai aimé ! »20

  • 21 Ibid. : « Ihn mit irgendwelchem Miß- und Neugetöne einer sogenannten jungen Generation konfrontiere (...)
  • 22 DF 691-696 p. 4 : « …andere Lyriker, wie etwa jener berühmtere und vom gemeinsamen Jugenderlebnis a (...)

11Plus que la louange de l’ami disparu, c’est l’attaque de l’ennemi bien vivant qui importe : le verbe « aimer » est au passé, mais le verbe « haïr » reste au présent, toujours au présent. Bien que « les ennemis » soient dési­gnés au pluriel, les éléments donnés dans le texte convergent manifestement vers Werfel, l’écrivain du service de presse de l’état-major et le meneur de cette jeune génération dont Kraus fustige dans le même texte les « expéri­mentations cacophoniques » (« Miß- und Neugetöne »21). Ailleurs, l’allusion est encore plus claire car Kraus parle au singulier du « compatriote [de Janowitz] tout imbu de ses impressions de jeunesse »22. Mais jamais, dans les articles consacrés à la mémoire de Janowitz, Werfel, bien que perpétuel­lement désigné, n’est nommé – parce qu’il est innommable, parce que la gloire de Janowitz l’anéantit, mais aussi parce que ces allusions cryptées mais parfaitement compréhensibles pour les lecteurs assidus de la Fackel contribuent à créer un effet de connivence et donc à resserrer leurs rangs der­rière le pamphlétaire qui mène la bataille.

  • 23 DF 484-498 pp. 83-114.
  • 24 DF 326-328 pp. 36-37.
  • 25 L’implication affective personnelle est également soulignée par le pronom personnel au datif dans l (...)
  • 26 Cf. par exemple DF 445-453 pp. 139 et 143 ; DF 462-471 p. 69 ; DF 521-530 p. 139 ; DF 613-621 p. 34
  • 27 Cf. Gerald Stieg, Der Brenner und die Fackel. Ein Beitrag zur Wirkungsgeschichte von Karl Kraus, Sa (...)

12En revanche, Kraus clame le nom de Janowitz dans son grand article anti-Werfel « Ich und das Ichbin »23, où il recourt à la méthode inverse : après de longs développements hostiles à Werfel apparaît l’exemple éclatant de Janowitz, qui, mieux que tout argument, doit emporter l’adhésion de tous. Werfel avait bénéficié de cette technique de mise en opposition exacerbée de deux personnages posés comme antithétiques quand Kraus avait publié un de ses poèmes en vis-à-vis d’un article hostile à Max Brod dans un numéro de la Fackel de juillet 191124. Mais sept ans plus tard, Kraus retourne l’arme contre Werfel : vis-à-vis de la dernière page de « Ich und das Ichbin », il pu­blie son sonnet à Franz Janowitz, lyrique et élégiaque, mais aussi vindicatif à l’égard des « bourreaux ». Le titre de ce poème, « Meinem Franz Janowitz », est un exemple de tous les procédés rhétoriques que Kraus met en œuvre pour inclure l’élu dans son camp et en exclure le réprouvé : au nom de Janowitz est adjoint un adjectif possessif25, tandis qu’à celui de Werfel est fréquemment accolé un article méprisant (« der Werfel »), un adjectif dé­monstratif accusateur (« dieser Werfel ») ou un « Herr » d’une politesse toute ironique26. De même, Kraus s’adresse à Franz Janowitz, à qui il dédiera un de ses ouvrages27, il lui dit « tu », cependant qu’il ne s’adresse jamais à Werfel, considéré comme indigne de sa parole : dans ses articles, Kraus parle de Werfel à la troisième personne, l’excluant d’emblée de tout dia­logue.

  • 28 Franz Janowitz, Auf der Erde, München, 1919, Kurt Wolff Verlag.
  • 29 DF 546-550 p. 68 : « Hier war es einer, ohne die Vokative der Menschlichkeit zu bemühen, und er ist (...)
  • 30 DF 484-498 p. 106 : « Umso größer das Glück, manchmal doch zu sehen, wie zwischen einem Gedicht und (...)
  • 31 DF 445-453 p.135 (i.e. in « Dorten ») : « Wo sich mir einmal der Spalt zwischen Wort und Wesen auft (...)

13Et, venant ironiquement appuyer ce déploiement de forces rhétoriques, figure sur la dernière page du numéro 544-545 de la Fackel (juin 1920), un raccourci saisissant et bien involontaire de l’opposition établie entre Janowitz et Werfel. Kraus le commente dans le numéro suivant de la Fackel à l’occasion de la « Notice » de juillet 1920 où il annonce la parution post­hume des œuvres de Janowitz chez Kurt Wolff. Le recueil de Janowitz s’intitule Auf der Erde 28 (Sur la Terre), titre simple et honnête, bien loin, évidemment, des spéculations métaphysiques et cosmiques de Werfel qui s’adresse « au vocatif »29 à un monde universel et abstrait pour mieux faire oublier ce « reliquat terrestre d’où naît le succès »30. Mais par une erreur d’impression d’une ironie tragique (« ein[…] beziehungsvolle[r] Druck­fehler »), le titre du recueil est devenu dans l’annonce publicitaire en qua­trième de couverture Unter der Erde (Sous la terre). Quelle meilleure preuve que chez le défunt Janowitz il n’y a pas, il ne peut y avoir la moindre « faille entre l’être et le mot »31 ?

  • 32 DF 613-621 p. 34 : der « Fall Werfel ».
  • 33 Cf. par exemple : DF 484-498 p. 106 (Janowitz / Werfel) : einer, « der an seinem Ursprung blieb, ei (...)
  • 34 DF 595-600 p. 72 : « Zu “meinem Franz Janowitz” : Zur Erinnerung an einen früh ver­storbenen Prager (...)
  • 35 DF 757-758 p. 28 (i.e. in « Der Reim ») : « [Berthold Viertel], der mit Schaukal, später mit Trakl (...)
  • 36 DF 706-711 p. 47 – en latin dans le texte.

14La troisième période de l’affrontement entre Kraus et Werfel commence en 1922, date à partir de laquelle les attaques de Kraus demeurent unilaté­rales, et dure jusqu’à sa mort en 1936. La polémique disparaît à cette époque au profit d’une hostilité figée, que Kraus, toujours inventif, illustre de mille manières mais qui finalement repose sur des arguments désormais connus et inlassablement répétés : l’inauthenticité littéraire de Werfel, son rappel pro­videntiel auprès du service de presse de l’état-major pendant la guerre, son prétendu jargon judéo-pragois. Cette période de déliquescence de la polé­mique rend encore plus évidents, parce qu’elle les fige et les ressasse, les procédés d’opposition de Kraus. Werfel devient « le cas Werfel »32, et on entend derrière ce terme d’aspect juridique l’écho de tous les procès dont Werfel a fait l’objet. Plus que jamais, il est la figure du traître, et Janowitz endosse systématiquement le rôle de l’anti-Werfel : son nom n’apparaît plus que dans des phrases qui induisent une hiérarchisation et un jugement par le jeu d’un comparatif ou dont la structure syntaxique elle-même souligne l’op­position binaire par une expression du type « jener… dieser… »33. Le para­digme de ces oppositions sommaires auxquelles se réduit désormais le por­trait de Janowitz nous est fourni par la reproduction dans la Fackel, en juillet 1922, du préambule lapidaire dont Kraus fait précéder les lectures publiques de son poème « Meinem Franz Janowitz » : « À la mémoire d’un poète pra­gois trop tôt disparu, dont certains compatriotes plus célèbres ont su récu­pérer l’authenticité à leur profit »34. Le portrait de Janowitz s’épuise en une subordonnée qui est consacrée non pas directement à sa personnalité ou à son œuvre mais à celles des ennemis que vise Kraus, et la véritable raison d’être du texte réside dans sa pointe hostile. Kraus y use d’un hypocrite pluriel et fait mine de rester vague ; il n’en est que plus méprisant mais pas moins précis puisqu’on reconnaît ses griefs bien connus contre Werfel. L’ul­time étape de cette schématisation des contrastes a lieu dans des numéros plus tardifs de la Fackel, où Janowitz et Werfel sont réduits aux rôles de représentants des catégories « vrai poète » et « littérateur ». L’ultime occur­rence du nom de Janowitz, dans le long texte de Kraus sur la rime (« Der Reim », avril 1927) fait de lui un représentant parmi d’autres de la catégories « poètes talentueux et méconnus », opposée comme il se doit à celle des versificateurs à succès : il est question de Berthold Viertel, « qui, avec Schaukal, plus tard avec Trakl et Janowitz, est un de ces poètes dont quelques vers sont plus précieux que des livres entiers des auteurs les plus fêtés »35 – le succès de Werfel, sa « Beliebtheit », bien sûr imméritée, étant aussi un des grands griefs de Kraus contre Werfel. Le nom de Werfel servira donc encore longtemps de raccourci pour désigner rapidement et sans danger d’ambiguïté l’engeance des littérateurs honnie de Kraus, lequel écrit tout simplement « les Werfel etc… » ou « les Werfel et consortes »36 – et ceci dans des articles qui n’ont rien à voir avec Werfel.

  • 37 DF 691-696 pp. 3-14.
  • 38 DF 474-483 p. 71 : « ‘Wie sehr ich wieder Liebe zu der Klasse von Menschen gekriegt habe, die man d (...)
  • 39 DF 657-667 pp. 14-17 et DF 697-705 p. 1.
  • 40 DF 706-711 pp. 43-44.
  • 41 DF 546-550 p. 4 : « Man schweige lieber von einem, der längst ein Dichter war und es wie ein Geheim (...)

15La continuité des attaques contre Werfel et le rapide étiolement des allusions à Janowitz procèdent du caractère essentiellement polémique de la Fackel, du caractère nécessairement agressif, dénonciateur et inquisiteur de la parole de Kraus. Il n’y avait pas eu d’article laudatif sur Janowitz avant sa mort et sa récupération à des fins polémiques au moment où Kraus avait besoin d’un anti-Werfel, et, de la même façon, les allusions à Janowitz se tarissent quand la querelle Werfel-Kraus perd de sa virulence. Ceci n’em­pêche pas Kraus d’agir pour Janowitz : il lit ses œuvres dans ses confé­rences ; il fait éditer « Auf der Erde » chez Kurt Wolff ; il lance, en collabo­ration avec le Brenner, une souscription pour l’édition des autres œuvres posthumes de Janowitz, et il publie en 1925 dans la Fackel un texte de Janowitz intitulé « Das Reglement des Teufels »37. Mais Kraus n’écrit pas pour Janowitz ; toujours, il délègue le discours amical, laudatif ou élégia­que : la seule déploration pacifique de la mort de Janowitz dans la Fackel a lieu indirectement par une citation de Goethe38 ; les éloges viennent de lettres de tiers publiées sans commentaires de Kraus39 ; le lancement de la souscription a lieu via la reproduction de l’article publié dans Der Brenner par Ludwig von Ficker40 ; et le préambule à « Das Reglement des Teufels » se retourne une fois de plus contre Werfel. Pour Kraus, les grandes amitiés et les grandes douleurs sont muettes, il le dit lui-même dans la notice de juillet 1920 : « Que l’on se taise, qu’on ne parle de celui-ci qui fut poète…41 » ; seules les grandes fureurs et les grandes inimitiés méritent que l’on prenne la plume, et jamais la Fackel n’est le lieu d’une parole réconciliée. Ce n’est pas l’hommage à l’ami disparu qui importe à Kraus, mais l’arme que cet hom­mage va représenter contre un ennemi bien vivant. Kraus le polémiste pense en termes d’adversaires et d’alliés, resserre autoritairement les rangs autour de lui et fait d’un poète qui évidemment ne le démentira pas, le champion idéalisé d’une cause qui n’est que la sienne. Il s’approprie abusivement la mémoire de Janowitz et pose en principe que nul autre n’a le droit de l’hono­rer, et surtout pas l’ennemi qu’elle a servi à combattre :

  • 42 DF 484-498 p. 107 : « Ich möchte schon heute der Prager Literatur in allen Zentren des Geistesleben (...)

« Je voudrais d’ores et déjà conseiller aux représentants de la littérature pragoise […] de se contenter de leurs succès et de ne pas tenter de s’ad­joindre l’ombre de Franz Janowitz, […] ce qu’ils sont déjà discrètement en train d’essayer de faire. »42

  • 43 Max Brod, Streitbares Leben 1884-1968, München / Berlin / Wien, 1969, Herbig, p. 76 sq.

16D’où la naissance d’un autre différend, entre Kraus et Brod qui conteste avec virulence cette mainmise de Kraus sur Janowitz43. Mais ceci est une autre histoire, et une autre polémique.

Notes

1 Die Fackel (désormais noté DF), N° 398 p. 19 et DF 443 p. 26.

2 DF 443-444 pp. 26-27.

3 Cf. par exemple : DF 484-498 (octobre 1918) pp. 94, 99, 100 ; DF 514-518 (juillet 1919) p. 16 ; DF 561-567 (mars 1921) p. 58 ; DF 759-765 (juin 1927) pp. 104 et 106 ; DF 561-567 (mars 1921) p. 60 (i.e. in « Aus der Sudelküche »), à propos de Werfel et de la Trilogie magique : der « österreichische[n] Faust, der eigentlich aus Prag ist, aber von der Tschechoslowakei keineswegs reklamiert werden dürfte […] ».

4 DF 445-453 pp. 132-147.

5 DF 484-498 p. 107 : « Ich möchte schon heute der Prager Literatur […] den Rat geben, sich mit ihren Erfolgen zu begnügen und den Schatten Franz Janowitz, der bei den schwei­genden Lebzeiten des Dichters auf ihr Da-sein und Dortensein gedrückt hat, nicht ihren Gestalten anzureihen […] ».

6 Max Brod (Ed.), Arkadia. Ein Jahrbuch für Dichtkunst, Leipzig, 1913, Kurt Wolff.

7 DF 546-550 p. 68 : « Rechtzeitig sei die Literaturkritik gewarnt, hier eine Verknüpfung mit jener O-Mensch-Lyrik, die von Prag aus ins Breite ging, zu versuchen ».

8 Pour une analyse détaillée de la vie et de l’œuvre de Franz Janowitz, on consultera notamment les travaux de Christine Czuma (Ulmer) et de Dieter Sudhoff :

- Christine Ulmer, Franz Janowitz, Masch. Diss., 1970, Innsbruck;

- Christine Czuma, « Franz Janowitz », in : Walter Methlagl / Eberhard Sauermann / Sigurd Paul Scheichl (Ed.), Untersuchungen zum „Brenner“. Festschrift für Ignaz Zan­gerle zum 75. Geburtstag, Salzbourg, 1981, Otto Müller Verlag, pp. 294-303;

- Dieter Sudhoff, Franz Janowitz : Auf der Erde und andere Dichtungen. Werke, Doku­mente, Briefe ; hrsg. u. kommentiert v. Dieter Sudhoff, Innsbruck, 1992, Haymon-Verlag,;

- Dieter Sudhoff : « Der Dichter des Tages oder Die Last der Welt. Über Leben und Werk von Franz Janowitz » ; in : Klaus Amann / Armin A. Wallas (Ed.), Expressionismus in Österreich. Die Literatur und die Künste, Wien / Köln / Weimar, 1994, Böhlau Verlag, pp. 253-274.

- Dieter Sudhoff, « Franz Janowitz und Willy Haas. Fragmente einer Freundschaft » ; in : Mark H. Gelber / Hans Otto Horch / Sigurd Paul Scheichl (Ed.), Von Franzos zu Canetti. Jüdische Autoren aus Österreich. Neue Studien, Tübingen, 1996, Max Niemeyer Verlag, pp. 59-90.

9 DF 398 p. 19 : « In Prag, wo sie besonders begabt sind, und wo jeder, der mit einem auf­gewachsen ist, der dichtet, auch dichtet und der Kindheitsvirtuose Werfel alle befruchtet, so daß sich dort die Lyriker vermehren wie die Bisamratten, wächst eine Lyrik wie folgt : […]. ».

10 Ibid. : « ein Gefühlsreporter namens Brod ».

11 Franz Werfel, Wir sind, Leipzig, 1913, Kurt Wolff, et Einander, Leipzig, 1915, Kurt Wolff.

12 DF 484-498 p. 110 : « Ein Gedicht ist so lange gut, bis man weiß, von wem es ist, und ich maße mir an, von sprachlichen Dingen soviel zu verstehen, daß ich den ganzen Menschen dazu brauche, um seinen Vers beurteilen zu können. ».

13 …apparemment sans avoir rien fait pour cela, mais sur intervention d’un puissant admi­rateur, le comte Harry Kessler.

14 DF 691-696 p. 4 : « [die Zeit], in welcher andere Lyriker, wie etwa jener berühmtere und vom gemeinsamen Jugenderlebnis aufgeplusterte Landsmann [Janowitz’], aus dem Elysium ins Kriegspressequartier schwärmten, einem ramponierten Doppelaar die Flügel des Gesanges liehen und vorschriftsmäßig die Befreiung von Görz verherrlichten. » Michel Reffet signale à la décharge de Werfel qu’il n’a pu, malgré de minutieuses recherches, retrouver trace dans les archives d’un quelconque poème à la gloire de la prise de Görz ; cf. Michel Reffet, « Pro Werfel contra Kraus. Eine alte Polemik aus neuer Sicht », in : Klaas-Hinrich Ehlers / Steffen Höhne / Václav Maidl / Marek Nekula (Ed.), Brücken nach Prag. Deutschsprachige Literatur im kulturellen Kontext der Donaumonarchie und der Tschechoslowakei, Frankfurt/Main / Berlin, 2000, Peter Lang, pp201-219 ; sur le poème sur Görz : pp. 210-211.

15 DF 474-483 pp. 69–71.

16 DF 484-498 pp. 83-114.

17 DF 546-550 p. 4.

18 Karl Kraus, Briefe an Sidonie Nádherny von Borutin 1913-1936, 2 vol., München, 1974, Kösel-Verlag, vol. 1 p. 450 : « Der zweite : Franz Janowitz, ein Lichtpunkt meines Lebens, ist erloschen. Am 4. Nov. seinen Wunden erlegen. ».

19 DF 474-483, p. 69 : « Denn er ist […] am 4. November seinen Wunden erlegen. […Nun hat] dieses seltene Herz zu schlagen aufgehört und das schmale Feld meines menschlichen Umgangs, so furchtbar in das weite Feld der Unmenschlichkeit einbezogen, ist nun recht verödet, seit mir auch dieser Lichtpunkt erloschen ist. ».

20 Ibid. : « Je mehr solcher wenigen unbefleckbaren Seelen mir entrückt werden, die das Sterben im Krieg dem Schreiben für den Krieg vorgezogen haben, um so inbrünstiger wird meine Verachtung für jene, welche sich der Glorie verschrieben haben, um ihren Begleit­erscheinungen zu entgehen ; welche die ihnen vergönnte Selbstrettung durch die Propa­ganda für den Tod der Wertvollern erkaufen müssen […] Ich hasse diese, und ihn habe ich geliebt ! ».

21 Ibid. : « Ihn mit irgendwelchem Miß- und Neugetöne einer sogenannten jungen Generation konfrontieren zu wollen, wäre sündhaft. ».

22 DF 691-696 p. 4 : « …andere Lyriker, wie etwa jener berühmtere und vom gemeinsamen Jugenderlebnis aufgeplusterte Landsmann ».

23 DF 484-498 pp. 83-114.

24 DF 326-328 pp. 36-37.

25 L’implication affective personnelle est également soulignée par le pronom personnel au datif dans l’expression qu’emploie Kraus à la mort de Janowitz : « er wurde mir am 4. Nov. entrissen » (DF 717-723 p. 118).

26 Cf. par exemple DF 445-453 pp. 139 et 143 ; DF 462-471 p. 69 ; DF 521-530 p. 139 ; DF 613-621 p. 34.

27 Cf. Gerald Stieg, Der Brenner und die Fackel. Ein Beitrag zur Wirkungsgeschichte von Karl Kraus, Salzburg, 1976, Otto Müller Verlag. Voir pp. 297 et 338 : Kraus dédie à Janowitz Weltgericht (Leipzig / München, 1919, Verlag der Schriften von Karl Kraus (Kurt Wolff)).

28 Franz Janowitz, Auf der Erde, München, 1919, Kurt Wolff Verlag.

29 DF 546-550 p. 68 : « Hier war es einer, ohne die Vokative der Menschlichkeit zu bemühen, und er ist gewesen, weil er es vorgezogen hat, im Schützengraben die Wiesen seiner Heimat zu erleben als im Pressequartier das Vaterland zu verteidigen. ».

30 DF 484-498 p. 106 : « Umso größer das Glück, manchmal doch zu sehen, wie zwischen einem Gedicht und einem Mann kein Erdenrest bleibt, aus dem der Erfolg wächst. »

31 DF 445-453 p.135 (i.e. in « Dorten ») : « Wo sich mir einmal der Spalt zwischen Wort und Wesen auftat, da konnte ich mit Stolz sagen, daß der Ephialtes ein Muster der Niebelungentreue gegen mich gewesen ist. »

32 DF 613-621 p. 34 : der « Fall Werfel ».

33 Cf. par exemple : DF 484-498 p. 106 (Janowitz / Werfel) : einer, « der an seinem Ursprung blieb, ein anderer, der um fremden Ursprung schwirren konnte, Schein und Schall voraus­hatte » ; ou bien, pour le lancement de la souscription en faveur de Franz Janowitz : « Demgemäß ist zu hoffen, daß die Leser an der toten Lyrik der Lebenden sparen werden, um die Lebendige der Toten zu unterstützen » ; in : DF 706-711 p. 44.

34 DF 595-600 p. 72 : « Zu “meinem Franz Janowitz” : Zur Erinnerung an einen früh ver­storbenen Prager Dichter, von dessen Lebensechtheit berühmter gewordene Landsleute gezehrt haben. »

35 DF 757-758 p. 28 (i.e. in « Der Reim ») : « [Berthold Viertel], der mit Schaukal, später mit Trakl und Janowitz zu den heimischen Lyrikern gehört, die durch Zeilen wertvoller sind als die beliebteren durch Bücher. »

36 DF 706-711 p. 47 – en latin dans le texte.

37 DF 691-696 pp. 3-14.

38 DF 474-483 p. 71 : « ‘Wie sehr ich wieder Liebe zu der Klasse von Menschen gekriegt habe, die man die niedre nennt, die aber gewiß vor Gott die höchste ist ! Da sind doch alle Tugenden beisammen, Beschränktheit, Genügsamkeit, gerader Sinn, Treue, Freude über das leidlichste Gute, Harmlosigkeit, Dulden – Dulden – Ausharren, Goethe an Frau von Stein – 1777 ».

39 DF 657-667 pp. 14-17 et DF 697-705 p. 1.

40 DF 706-711 pp. 43-44.

41 DF 546-550 p. 4 : « Man schweige lieber von einem, der längst ein Dichter war und es wie ein Geheimnis an der Welt vorbei trug. ».

42 DF 484-498 p. 107 : « Ich möchte schon heute der Prager Literatur in allen Zentren des Geisteslebens den Rat geben, sich mit ihren Erfolgen zu begnügen und den Schatten Franz Janowitz […] nicht ihren Gestalten anzureihen, wozu sie bereits schüchterne Anstalten trifft. »

43 Max Brod, Streitbares Leben 1884-1968, München / Berlin / Wien, 1969, Herbig, p. 76 sq.

Auteur

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540