Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Les intellectuels, le pouvoir interprétatif et la polémique

Aperçu historico-sociologique

Hans Manfred Bock

Texte intégral

  • 1 Cette définition est développée plus longuement dans mon article : « Intellektuelle », in : Robert (...)

11. Les intellectuels sont une figure sociale centrale des temps modernes. On peut donc les définir comme des personnes qui, en vertu de leur compétence scientifique ou artistique, interviennent publiquement dans le débat politique et y sont entendus. On peut retenir comme noyau dur d’une notion aux connotations vagues : la compétence culturelle, l’intervention politique et la résonance publique1. On retrouve ces caractéristiques constitutives de la figure moderne de l’intellectuel dans différentes approches théoriques éla­borées et mises en circulation depuis les années 1980 par les sciences hu­maines, surtout en France. Nous ne citerons que deux exemples – mais qui ont eu une grande influence. Il s’agit des tentatives de clarification et de définition du concept entreprises par Sirinelli/Ory et par Pierre Bourdieu. Dans les deux cas, les trois fonctions mentionnées sont considérées comme une unité. La définition avec laquelle opèrent les deux spécialistes de l’histoire des intellectuels comprend l’intellectuel comme

  • 2 Pascal Ory / Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours(...)

« un homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie »2.

2Dans les réflexions sociologiques de Bourdieu, leur statut est défini comme suit :

  • 3 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, 1998, Seuil, (...)

« L’intellectuel est un personnage bidimensionnel qui n’existe et ne subsiste comme tel que si (et seulement si) il est investi d’une autorité spécifique, conférée par un monde intellectuel autonome (c’est-à-dire indépendant des pouvoirs religieux, politiques et économiques) dont il respecte les lois spécifiques, et si (et seulement si) il engage cette autorité spécifique dans les luttes politiques. ».3

  • 4 Cf. à ce propos l’étude, désormais classique, de Jürgen Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit (...)
  • 5 Cf. Christophe Charle, Naissance des « intellectuels » 1880-1900, Paris, 1990, Minuit.

32. Ces traits distinctifs indissociables qui constituent l’habitus de l’intellec­tuel sont essentiellement conditionnés par le positionnement sociologique des intellectuels dans le monde moderne occidental. En raison des progrès de la sécularisation et de la démocratisation au cours du 19e siècle l’opinion publique bourgeoise se constitue en organe de contrôle de la légitimation politique.4 Dans l’espace public politique, le pouvoir et l’esprit, la repré­sen­tation des intérêts et l’interprétation du sens, vita activa et vita contem­plativa, s’opposent et se mêlent. Au tournant du 19e au 20e siècle on constate dans les sociétés européennes modernes une professionnalisation et une autonomisation croissantes des producteurs culturels – en particulier à cause de l’importance grandissante des élites culturelles pour la création discursive de l’identité nationale des différents états européens et aussi grâce à l’émer­gence de nouveaux systèmes médiatiques.5

  • 6 Les concepts « Sozialkultur » et « Deutungskultur » sont empruntés à l’étude de Karl Rohe, « Politi (...)

4Cette constellation préside à la naissance de l’intellectuel moderne. Elle est caractérisée par l’existence d’un rapport de tension fondamental entre la « socioculture politique » et la « culture d’interprétation politique »6 Les deux doivent être conçus comme des éléments constitutifs et nécessaires de la culture politique :

  • 7 Ibid., p. 42.

« ainsi la culture politique est toujours à la fois la socioculture et la culture d’interprétation, la base et la superstructure, et la relation d’échange empreinte de tension qui règne entre les deux est un élément constitutif essentiel de la culture politique. Celle-ci est donc constituée, d’une part, d’évidences qui ne sont pas mises en question et qui représentent la part latente et stable de la culture politique et d’autre part simultanément de discussions culturelles qui remettent en question précisément ces évidences et constituent en quelque sorte le domaine manifeste de la culture politique. Cependant, derrière les discussions et processus culturels manifestes, il existe consciemment ou inconsciemment, une attente : l’espoir que de nouvelles évidences naîtront de ces débats de culture politique, car l’existence d’évidences qui ne sont pas mises en question au moins temporairement est la condition nécessaire de toute vie politique. »7

  • 8 Cf. ibid., pp. 41 sq.

5En adoptant ces concepts, on peut dire que les intellectuels sont les entre­preneurs de la « culture interprétative ». Vis-à-vis de la « socioculture »8 politique ils observent par principe une distance critique et, au sein du champ intellectuel, dans la mesure où ils représentent des systèmes de valeur diffé­rents, ils entretiennent entre eux des rapports polémiques. Ils sont en concur­rence pour la possession du pouvoir interprétatif dans la sphère politique.

  • 9 Il est évident que les comportements et réactions politiques ne sont pas seulement déter­minés par (...)
  • 10 M. Rainer Lepsius, « Kritik als Beruf. Zur Soziologie der Intellektuellen », in : M. Rainer Lepsius (...)
  • 11 Cf. surtout Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., Paris, 1998, Seuil.

63. Arrivé à ce point, il faut prolonger la ligne historico-sociologique suivie jusque là dans ce survol rapide, pour en arriver au plan du discours. Trois as­pects sont intéressants de ce point de vue : la question de la particularité et de l’importance relative des intellectuels comme agents producteurs de dis­cours dans la culture interprétative9 ; ensuite celle des médias vecteurs de ces offres d’interprétation et enfin celle des stratégies discursives qui visent à influer sur la sphère publique. De ces trois aspects je voudrais surtout déve­lopper un peu le dernier point de vue. Comme je l’ai déjà indiqué, les socié­tés modernes donnent naissance à deux formes fondamentales de discours d’intellectuels : la première est dirigée vers l’extérieur pour critiquer et mettre en question des offres d’interprétation tombées dans le domaine de la socioculture politique et qui s’y sont sédimentées ; la seconde forme est celle de la polémique qui vise à délimiter et à figer au sein du champ intellectuel le pouvoir interprétatif de groupes en concurrence. Ces formes du discours public ont toujours été considérées comme des fonctions centrales de l’inter­vention des intellectuels. C’est ainsi, par exemple, que dans sa leçon inaugu­rale, le sociologue M. Rainer Lepsius a caractérisé la fonction de l’intel­lectuel comme étant essentiellement celle du critique disposant de différents registres de communication linguistique et symbolique ; à l’égard de la poli­tique l’intellectuel exerce par conséquent la « critique comme métier ».10 En revanche dans la théorie de Pierre Bourdieu, on étudie la communication interne du champ intellectuel, une communication avant tout agorale ou potentiellement polémique, caractérisée par le combat pour la reconnais­sance par les pairs et pour l’accès aux moyens d’influencer la sphère pu­blique.11 Alors que les deux stratégies discursives publiques des intellectuels, la critique et la polémique, ont déjà été bien mises en évidence avec leurs caractères particuliers, elles n’ont en revanche pas été vues assez clairement comme des modes d’argumentation complémentaires. Dans le cas de la cri­tique, ce mode d’interaction discursif vise surtout l’extérieur et s’adresse au système politique et à ses représentants. Dans le cas de la polémique, la stra­tégie discursive concerne au premier chef les structures internes du champ intellectuel et vise des offres d’interprétation concurrentes et leurs protago­nistes. Le lien fonctionnel reconnaissable ici entre les stratégies discursives des intellectuels, c’est-à-dire les modes d’interaction de la critique et de la polémique, et les buts visés, ne peut être ni rompu ni interverti. S’ils adop­taient un mode d’intervention essentiellement polémique dans le domaine de la politique, les intellectuels se priveraient eux-mêmes de leur base de légiti­mation spécifique, l’invocation de la raison. S’ils usaient d’un discours à dominante critique dans la concurrence pour le pouvoir et l’influence au sein du champ intellectuel, les acteurs qui y opèrent renonceraient à utiliser les armes les plus efficaces dans ces conflits pour le statut, à savoir le recours aux affects et aux émotions.

  • 12 Cf. les résumés de cette discussion dans Christophe Jaffrelot, « Les modèles explicatifs de l’origi (...)

7La polémique ainsi comprise est un mode de discours public qui se diffé­rencie nettement des phénomènes anciens d’éloquence publique. Tandis que les formes anciennes de l’éloquence publique se référaient à des vérités et des valeurs établies d’avance par la théologie ou le droit naturel, « l’ordre divin » ou « la nature humaine », et avaient par conséquent un caractère fortement topique parce c’étaient essentiellement des variations sur un canon de thèmes immuable, les stratégies discursives des intellectuels modernes ne disposent pas d’un tel point de référence ferme, dont l’obser­vation ou la non observation permettrait de différencier l’orthodoxie de l’hétérodoxie, voire de l’hérésie. Dans le monde sécularisé et « désenchanté » de la modernité, les vérités et les valeurs ont leur origine ici-bas ; ce sont des groupes d’intel­lectuels concurrents qui les établissent et les propagent (voire qui les im­posent temporairement comme des absolus). Les nouvelles recherches constructivistes sur la « politique de l’histoire » et la « culture de mémoire » ont entrepris d’étudier les manières dont sont construites et imposées tempo­rairement de telles variantes de la culture nationale.12 Si la polémique comme forme du discours public des intellectuels a acquis au 20e siècle une telle position dominante, c’est parce que dans leur stratégie discursive ceux-ci sont toujours contraints simultanément de défendre et d’imposer leurs propres offres d’interprétation en combattant et en cherchant à vaincre d’autres pro­tagonistes proposant d’autres interprétations au public. Ils agissent en même temps comme interprètes du sens et comme créateurs de sens et c’est pourquoi, au sein du champ intellectuel, leur discours est inévitablement polémique.

8Ce discours polémique use de tous les moyens de la parole réflexive et persuasive. On y a recours, par exemple, aux critères de justesse logique et de pertinence conceptuelle qui sont le propre du travail scientifique. étant donné que le discours d’intellectuel est toujours proféré au nom de la défense de valeurs, il emprunte aussi les procédés de la rhétorique judiciaire, par exemple la réfutation et la contradiction. Dans le discours polémique, les intellectuels ont également recours aux registres de la parole persuasive en mettant en lumière de façon positive leur propre offre d’interprétation par comparaison avec les explications et les solutions proposées par leurs con­currents et en faisant appel à des sentiments et des émotions dont ils supposent qu’il sont partagés. Les formes extrêmes du discours polémique (générale­ment sur fond de traumatismes collectifs) marquent une relation ami-ennemi, qui, en dernière conséquence, vise à l’anéantissement du con­current dans le champ intellectuel. Cette forme extrême du discours polémique recourt à la topique de la disqualification intellectuelle et morale de l’adversaire ou de l’ennemi et, dans des régimes politiques autoritaires, à la diffamation person­nelle et à la dénonciation politique. Je me contenterai de ces quelques consi­dérations succinctes à propos des registres de langue utilisés dans la lutte polémique pour le pouvoir interprétatif des intellectuels.

  • 13 Pour avoir une impression de la diversité des cultures politiques nationales et des cultures intell (...)
  • 14 Cf. comme survol des pistes de recherches sur les intellectuels en Allemagne : Jutta Schlich (Hrsg. (...)

94. Encore une remarque finale sur la dramaturgie de cette lutte dans diffé­rents pays ou dans différentes variantes nationales de la culture politique. En règle générale, dans des pays où la culture politique présente une structure clairement bipolaire, les polémiques intellectuelles ont une résonance pu­blique beaucoup plus importante que dans des pays dont la culture politique est caractérisée par le polycentrisme des acteurs du débat intellectuel.13 Le premier de ces deux modèles se vérifie parfaitement en France, tandis qu’en Allemagne on reconnaît nettement le second type de culture intellectuelle. Les controverses et polémiques intellectuelles ont un impact politique d’autant plus grand que l’ensemble de l’opinion publique de la nation y participe fortement. En Allemagne, si la portée politique de ces luttes pour le pouvoir interprétatif est moins grande, c’est aussi parce que pendant tout le 20e siècle, à chaque période constitutionnelle avant et après le régime hitlé­rien, il y a toujours eu une pluralité de camps politiques constitués autour d’une pluralité de systèmes de valeurs et de clivages politiques. La concen­tration spatiale de la vie intellectuelle dans une capitale unique (Paris) ou bien la répartition des points de cristallisation intellectuels sur plusieurs villes en dehors de la capitale Berlin, tardivement investie de cette fonction, sont des facteurs non négligeables qui ont contribué au 20e siècle à la consti­tution d’une culture intellectuelle bipolaire en France et d’un paysage intel­lectuel polycentrique en Allemagne. 14 Dans une structure bipolaire des forces intellectuelles d’un pays, la visibilité des intellectuels dans les contro­verses publiques et la résonance que leurs interventions politiques peuvent trouver dans la population sont en principe plus grandes que dans une culture intellectuelle moins clairement structurée. Cet état de choses est une raison essentielle de l’admiration envieuse avec laquelle les intellectuels allemands ont observé la France aux 19e et au 20e siècles. Ils avaient l’impression que leur voix n’arrivait pas à se faire entendre par leur opinion publique natio­nale, pas plus dans la situation de morcellement territorial qui précéda la fondation du Reich en 1871 que dans le paysage intellectuel fragmenté qui a suivi cette unification. À cause de ce cloisonnement relativement étanche des différents camps intellectuels les uns par rapport aux autres, s’est développée dans l’histoire des intellectuels en Allemagne une curieuse hypertrophie de la polémique et une certaine atrophie de la critique.

10Tandis que dans la culture intellectuelle française la stratégie discursive de la critique, qui consiste à porter publiquement des jugements de valeur sur les acteurs et les décisions politiques, a été généralement très marquée et qu’elle a été, depuis l’affaire Dreyfus, le modèle fondamental de l’interven­tion intellectuelle, le mode de comportement majoritaire des intellectuels en Allemagne a toujours été plus auto-référentiel. Il est donc typique de l’Alle­magne que la stratégie discursive dominante y soit restée polémique, puisque en règle générale elle s’est cantonnée dans l’espace pré-politique de la lutte pour le pouvoir d’interpréter et d’imposer ses valeurs. Ces controverses qui se déroulent habituellement dans le champ clos des disputes savantes (qui n’est apolitique qu’en apparence) sont propulsées en Allemagne sur le forum du débat public chaque fois que se manifestent des ruptures ou des trans­formations dans la culture politique du pays. C’est alors que naissent les « débats » publics si caractéristiques dont l’enjeu – contrairement aux « af­faires » qui agitent la France et qui portent sur les acteurs ou les décisions – est toujours une confrontation entre des conceptions antinomiques de prin­cipes politiques. L’histoire des intellectuels en Allemagne est jalonnée de tels « débats » – à commencer par le débat sur l’antisémitisme qui a eu lieu à Berlin en 1879-1880 et jusqu’au débat autour de Martin Walser de nos jours.

Notes

1 Cette définition est développée plus longuement dans mon article : « Intellektuelle », in : Robert Picht / Vincent Hoffmann-Martinot / René Lasserre / Peter Theiner (Hrsg.), Fremde Freunde. Deutsche und Franzosen vor dem 21. Jahrhundert, München/Zürich, 1997, Piper Verlag, pp. 72 sq. Cf. pour les connotations du terme d’« intellectuel » en Allemagne, toujours intéressant malgré sa parution dans les années 1970, Dietz Bering, Die Intellektuellen. Geschichte eines Schimpfwortes, Stuttgart, 1978, Klett-Cotta.

2 Pascal Ory / Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, 1986, Colin, p. 10.

3 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, 1998, Seuil, p. 547.

4 Cf. à ce propos l’étude, désormais classique, de Jürgen Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit. Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft, Frank­furt/Main, 1962, Luchterhand / en traduction française : L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension de la société bourgeoise, Paris, 1997, Payot.

5 Cf. Christophe Charle, Naissance des « intellectuels » 1880-1900, Paris, 1990, Minuit.

6 Les concepts « Sozialkultur » et « Deutungskultur » sont empruntés à l’étude de Karl Rohe, « Politische Kultur und der kulturelle Aspekt von politischer Wirklichkeit », in : Politische Vierteljahresschrift, Sonderheft 18/1987, pp. 39 sq.

7 Ibid., p. 42.

8 Cf. ibid., pp. 41 sq.

9 Il est évident que les comportements et réactions politiques ne sont pas seulement déter­minés par la « Deutungskultur », mais aussi par les intérêts et institutions politiques domi­nants d’un pays ainsi que par l’usage que ceux-ci et celles-ci font des schémas d’inter­prétation mis en circulation par la « Deutungskultur ».

10 M. Rainer Lepsius, « Kritik als Beruf. Zur Soziologie der Intellektuellen », in : M. Rainer Lepsius, Interessen, Ideen und Institutionen, Opladen, 1975, Westdeutscher Verlag, pp. 270 sq. Cf. aussi comme tentative de clarification conceptuelle (plutôt éclectique) Thomas Hertfelder, « Kritik und Mandat », in : Gangolf Hübinger / Thomas Hertfelder (Hrsg.) : Kritik und Mandat. Intellektuelle in der deutschen Politik, Stuttgart, 2000, Deutsche Verlags-Anstalt, pp. 11 sq.

11 Cf. surtout Pierre Bourdieu, Les règles de l’art, op. cit., Paris, 1998, Seuil.

12 Cf. les résumés de cette discussion dans Christophe Jaffrelot, « Les modèles explicatifs de l’origine des nations et du nationalisme. Revue critique », in : Gil Delannoi / Pierre-André Taguieff (Ed.), Théories du nationalisme, Paris, 1991, Kimé, pp. 139-177 ; Hans Manfred Bock, « Nation als vorgegebene oder vorgestellte Wirklichkeit ? Anmerkungen zur Analyse fremdnationaler Identitätszuschreibungen », in : Ruth Florack (Hrsg.), Nation als Stereotyp. Fremdwahrnehmung und Identität in deutscher und französischer Literatur, Tübingen, 2000, Niemeyer, pp. 11-36.

13 Pour avoir une impression de la diversité des cultures politiques nationales et des cultures intellectuelles correspondantes ainsi que de la multiplicité des approches pour écrire leurs histoires cf. récemment Michel Leymarie / Jean-François Sirinelli (Ed.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, 2003, PUF, et Michel Trebitsch / Marie-Christine Granjon (Ed.), Pour une histoire comparée des intellectuels, Bruxelles, 1998, Complexe / IHTP.

14 Cf. comme survol des pistes de recherches sur les intellectuels en Allemagne : Jutta Schlich (Hrsg.), Intellektuelle im 20. Jahrhundert in Deutschland. Ein Forschungsreferat, Tübingen, 2000, Niemeyer ; comme aperçu des clivages dans les paysages intellectuels successifs de l’Allemagne du 20e siècle cf. Hans Manfred Bock, « Histoire et historio­graphie des intellectuels en Allemagne », in : Michel Trebitsch / Marie-Christine Granjon (Ed.), Pour une histoire comparée..., op. cit., pp. 79-109.

Auteur

Universität Kassel

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540