Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

Nouveaux regards sur l'Allemagne

Le thème de la jeunesse dans le discours français sur l’Allemagne

Gilbert Krebs

Texte intégral

1L’image que l’Allemagne se fait de la France et celle que les Français se font de l’Allemagne ont certes varié toutes deux au cours des siècles, mais l’intérêt réciproque des deux nations l’une pour l’autre n’a jamais faibli : il ne saurait en être autrement s’agissant de nations que l’histoire et la géo­graphie ont mises en contact étroit et permanent. Mais lorsqu’on examine de plus près ces images, on s’aperçoit qu’elles n’ont pas d’existence réelle : ce sont des constructions abstraites résultant, dans le meilleur des cas, d’un cer­tain nombre de généralisations et d’extrapolations. Leur seule réalité se situe au plan du discours ou, plus exactement, de multiples discours variant dans le temps et dans l’espace, selon les personnes et les groupes considérés, selon leurs intentions, connaissances et intérêts respectifs. Plutôt que de chercher à saisir une image globale fictive, il est beaucoup plus productif de s’attacher à l’analyse de ces discours particuliers, de voir par exemple comment ils évoluent dans le temps, comment ils réagissent aux événements, de découvrir l’apparition ou la disparition de certains sujets et thèmes et les jugements positifs ou négatifs auxquels ils donnent lieu.

  • 1 Pierre Bertaux (1907-1986) normalien germaniste, spécialiste de Hölderlin, fut professeur à la Sorb (...)
  • 2 Pierre Viénot (1897-1944) dirigea entre 1926 et 1930 le bureau berlinois du « Comité franco-alleman (...)

2Nous nous intéresserons ci-dessous à un aspect particulier du discours français sur l’Allemagne. Le sujet central en est la jeunesse allemande telle qu’elle a été vue et jugée dans le discours des « spécialistes » français de l’Allemagne, et en particulier des germanistes, au début du xxe siècle et plus particulièrement pendant l’ère de Locarno. Pendant cette courte période, au cours de laquelle les relations franco-allemandes ont commencé lentement à se normaliser et où un rapprochement et une réconciliation durables ne paraissaient plus impossibles, une question revenait sans cesse dans les discours français sur l’Allemagne : la jeunesse allemande qui, avant la guerre, avait commencé à être perçue en France comme un danger pour la paix en Europe, représentait-elle à présent un espoir ou un risque pour l’avenir des relations entre les deux pays ? Comme nous le verrons, les réponses à cette question, en particulier celles de Pierre Viénot1 et de Pierre Bertaux2, qui avaient au cours de ces années un contact personnel avec des représentants du « Mouvement de la Jeunesse » (Jugendbewegung), étaient réservées et ambiguës.

L’image de la jeunesse allemande à la veille de la Première Guerre mondiale

3Le discours irénique sur l’Allemagne terre des poètes et des penseurs, inventé et propagé au début du xixe siècle par Madame de Staël a eu la fortune que l’on sait et lui a survécu longtemps : il a déterminé dans une large mesure l’attitude des Français à l’égard du voisin d’outre-Rhin jusque vers le milieu du siècle. Mais il s’est très rapidement – au plus tard après la crise du Rhin en 1840 – doublé d’un autre discours sur l’Allemagne, beau­coup moins idyllique. Pendant une bonne partie du xixe siècle, l’illusion qu’il existait deux Allemagne a permis à l’opinion française de calmer en partie les appréhensions que lui inspirait la montée en puissance de sa voisine, en laissant ouverte la question de savoir laquelle des deux Alle­magne allait l’emporter, la bonne Allemagne, rêveuse et romantique, empreinte de bonhomie, patrie d’élection des poètes et des musiciens, des philosophes et des savants, ou l’Allemagne dangereuse et conquérante qui, sous la conduite de la Prusse s’acheminait vers son unité politique et écono­mique et dont la volonté de puissance constituait de toute évidence une menace pour les intérêts français ? À mesure que s’affirmait la puissance allemande, les intellectuels français et en particulier les germanistes scrutaient avec une attention de plus en plus inquiète ce qui se passait de l’autre côté du Rhin et au plus tôt après la défaite de la France et la création du Reich en 1871 le discours dominant fut celui de l’Allemagne dangereuse et menaçante : les capitaines d’industrie et les généraux ont rapidement pris la place des coryphées du monde des arts et de l’esprit dans le discours français sur l’Allemagne.

  • 3 Henri Lichtenberger, L’Allemagne moderne. Son évolution, Paris 1907, 399 pages.
  • 4 Henri Lichtenberger, L’Allemagne nouvelle. Paris 1936, 287 pages.

4Mais c’est seulement au cours de la première décennie du xxe siècle que l’opinion publique française a commencé à s’intéresser sérieusement au thè­me de la jeunesse allemande. Lorsque Henri Lichtenberger, professeur d’études germaniques à la Sorbonne, que Pierre Bertaux appelait ironique­ment « mon bon maître », publia en 1907 son livre L’Allemagne moderne3, il consacra les quatre grandes parties de l’ouvrage à l’économie, à la politique, à la pensée religieuse et philosophique et à la vie artistique. Il n’y était pas question de la jeunesse, pas même à travers le système éducatif. Trente ans plus tard, en 1936, on trouve en revanche dans son nouveau livre L’Alle­magne nouvelle4, un long chapitre, intitulé « le spartanisme », où il analyse les moyens utilisés par la nouvelle Allemagne national-socialiste pour mobi­liser et embrigader la jeunesse et former une nouvelle génération forte, saine, disciplinée et fanatique. Il découvrait alors et reprenait à son compte un thème qui était certes d’une particulière actualité après l’arrivée au pouvoir en Allemagne du national-socialisme, mais qui en réalité était déjà apparu dans le discours français sur l’Allemagne à la veille de la Première Guerre mondiale.

5à cette époque, en même temps qu’elle commença à s’intéresser à sa propre jeunesse, la France perçut avec une inquiétude croissante le danger que représentait pour elle la vitalité de la population allemande et le dyna­misme de sa jeune génération, nombreuse et robuste. Cette inquiétude se nourrissait non seulement des réalités démographiques, mais aussi d’un certain « discours de la jeunesse » qui s’était développé en Allemagne dès la fin du xixe siècle. C’est au nom de sa « jeunesse », de son statut de « nation jeune », que l’Allemagne revendiquait sa « place au soleil » et défiait les puissances européennes établies. La France, consciente de la fragilité de son rang de grande puissance européenne, du vieillissement de sa population, de l’épuisement de sa vitalité, face à un Reich allemand qui affichait une jeu­nesse insolente et qui, loin de se montrer « saturée », manifestait un appétit d’ogre, prit soudain conscience que l’avenir des nations se jouait dans la jeune génération et elle se mit à scruter à la fois sa propre jeunesse et celle du voisin allemand.

  • 5 Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, Paris 1913, 289 pages.

6C’est ainsi qu’en 1913 deux jeunes écrivains proches de Charles Maurras et de l’Action française, Henri Massis et Alfred de Tarde, publièrent sous le pseudonyme Agathon une brochure intitulée Les jeunes gens d’aujourd’hui5, dans laquelle ils tentaient de décrire la jeunesse française de ce temps, c’est-à-dire la génération née vers 1890. Ils ne prétendaient pas montrer l’image des « jeunes gens moyens » de 1912 mais

  • 6 Agathon, op. cit. Introduction, p. III.

« esquisser les traits des meilleurs et décrire le type nouveau de la jeune élite intellectuelle […] une élite qui dirigera les destinées du pays »6.

  • 7 Pour connaître l’impact de cette crise sur de jeunes intellectuels français, on peut lire Charles P (...)
  • 8 Vingt ans après le choc de la défaite de 1870/71 et la perte de l’Alsace-Lorraine, l’enthou­siasme (...)
  • 9 Cette renaissance de l’esprit patriotique, illustrée en particulier par le succès, en 1913, de L’Ap (...)

7Cette « jeunesse d’aujourd’hui » se distinguait, selon eux, par des qualités nouvelles et prometteuses : sa confiance en soi, son réalisme et son goût de l’action. Ils y constataient une renaissance de l’esprit patriotique et l’appa­rition d’un esprit guerrier et sportif inconnu jusque-là. Selon les deux jeunes auteurs, le tournant décisif qui a donné naissance à cette nouvelle mentalité de la jeunesse française avait été la crise qui, en 1905, avait opposé, à propos du Maroc, la France et l’Allemagne et qui les avait conduites au bord de la guerre7. Ce tableau d’une nouvelle jeunesse française qui aurait surmonté le scepticisme et les alanguissements de l’esprit fin de siècle8, qui aurait décou­vert ou redécouvert le patriotisme, le problème de l’Alsace-Lorraine et d’une façon générale la menace que l’Allemagne constituait pour la France, rele­vait sans doute davantage d’une volonté de mobiliser les énergies nationales que de l’observation des réalités sociales. Il était malgré tout révélateur d’un changement de paradigme qui s’était opéré dans l’opinion publique française en particulier chez les intellectuels en ce qui concerne leur discours sur l’Allemagne.9

  • 10 André François-Poncet, Ce que pense la jeunesse allemande, Paris 1913, 125 pages.

8Paru la même année 1913, le petit volume d’André François-Poncet, Ce que pense la jeunesse allemande10, fut d’une certaine manière un pendant au livre d’Agathon. à propos de la nouvelle loi militaire allemande votée par le Reichstag, François-Poncet expliquait que, si « l’Allemagne est devenue une machine de guerre », ce n’est pas simplement parce qu’elle a augmenté une fois de plus les effectifs de ses armées, mais surtout à cause de la propagande militariste et nationaliste massive dont les Allemands et notamment la jeu­nesse allemande étaient constamment abreuvés :

  • 11 Ce que pense la jeunesse allemande, p. 18.

« L’Allemand par nature n’est pas guerrier et pourtant … il n’est pas niable qu’aujourd’hui toute l’Allemagne, au mot de patrie, vibre à l’unisson, et soit prête à accueillir d’une âme enthousiaste la nécessité d’une guerre ».11

9Il expliquait au public français comment la jeunesse allemande était systé­matiquement dressée et préparée à faire la guerre.

10Cela commence à l’école :

  • 12 Ibidem, p. 25.

« Il faut avoir vu les bambins de l’école primaire défiler au pas cadencé sous l’œil dur du Schulmeister et se découvrir d’un geste mécanique et déjà raide lorsqu’ils arrivent à trois pas du maître »12,

cela continue au lycée et même à l’usine.

11À l’université, l’endoctrinement se poursuit avec succès et les étudiants sont eux aussi militarisés :

  • 13 Op. cit. p. 39.

« La jeunesse allemande universitaire ne se dresse pas debout sur le seuil, offrant son visage au vent de l’avenir. Elle tourne le dos au dehors. Elle regarde vers l’intérieur. Elle est au service des forces qui régissent le pays. L’état militaire s’appuie sur elle ; c’est un des piliers sur lesquels il pose son édifice hiérarchique. »13

  • 14 Op. cit. p. 58.

12Principaux agents et vecteurs de cette éducation militariste, les corporations estudiantines sont « l’armée à l’université »14 :

  • 15 Op. cit. p. 54.

« Le culte de la discipline [y est] non une fin en soi mais des moyens indispensables en vue d’un certain idéal ; [c’est une] gigantesque farce pra­tiquée comme une religion ».15

13Certes François-Poncet connaît assez bien le milieu universitaire alle­mand et a suffisamment fréquenté les milieux estudiantins pour savoir que tous les étudiants ne sont pas membres des corporations. Mais il est tout aussi inquiet au sujet des « non incorporés ». Les organisations des « étu­diants libres » (Freistudenten, Finken) sont peu sérieuses, mal organisées, et n’ont guère d’influence. Mais il a surtout constaté l’apparition d’un nouveau type d’étudiants qu’il appelle les « indépendants » et qui, sans être enrégi­mentés dans les corporations traditionnelles, manifestent un nationalisme d’autant plus inquiétant qu’il n’est pas de commande, mais résulte de leurs convictions les plus profondes. François-Poncet veut certainement parler d’un phénomène qu’il a lui-même pu observer vers 1910 dans les universités allemandes : l’apparition de nouvelles formes de vie estudiantine caractéri­sée par la pénétration de l’esprit de la Jugendbewegung dans les associations d’étudiants. Ces nouveaux étudiants étaient marqués par leur appartenance au Wandervogel ou à d’autres mouvements de jeunesse proches ; ils reje­taient aussi bien le modèle des corporations traditionnelles que celui des organisations dites libres, soupçonnées d’être politiquement à gauche, et se retrouvaient dans les Akademische Freischaren pour pouvoir continuer à vivre dans l’esprit de la Jugendbewegung. Ces groupes, qui manifestaient une sainte horreur pour tout le rituel des corporations et leur bruyant patriotisme (Hurrah-Patriotismus), furent à l’origine du Freideutscher Jugendtag, cette spectaculaire « Fête de la Jeunesse » qui se déroula en octobre 1913 sur le Hoher Meissner et constitua une date clé de l’histoire du Mouvement de la Jeunesse.

14La forme de nationalisme qu’ils manifestent amène le jeune germaniste François-Poncet, futur ambassadeur et futur Haut-commissaire en Alle­magne à cette conclusion :

  • 16 Op. cit. p. 110.

« Les Allemands dangereux pour nous ne sont pas ceux qui crient fort, ni ceux qui, par tradition obéissent au mot d’ordre reçu d’en haut, mais bien ceux que j’ai appelé les indépendants, qui vous exposent d’une voix calme les raisons presque mathématiques qui obligeront le monde à reconnaître la suprématie allemande »16

et il termine sur cet appel

  • 17 Op. cit. p. 115.

« si nous voulons défendre la pensée française, il nous faut des soldats et des officiers ».17

15On voit ici sous quelles espèces le thème de la jeunesse allemande fait son apparition dans le discours français sur l’Allemagne : si l’on se réfère au schéma des deux Allemagnes, la jeunesse est indéniablement du côté de la mauvaise Allemagne, de l’Allemagne dangereuse qui menace les valeurs les plus sacrées de la France.

Une jeunesse allemande énigmatique et inquiétante

  • 18 Nous ne pouvons passer ici en revue toutes les publications françaises consacrées à la jeunesse all (...)
  • 19 Robert d’Harcourt, L’évangile de la force. Le visage de la jeunesse du 3e Reich, Paris 1936, 251 pa (...)
  • 20 R. d’Harcourt, op. cit., p. 246.

16On retrouvera avec la même intensité cette vision alarmiste de la jeunesse allemande dans les publications françaises des années trente, après l’arrivée au pouvoir du national-socialisme18. Il y a, à cet égard, une sorte de parallé­lisme entre la première et la seconde avant-guerre. Certes, il y eut aussi dans les années trente dans l’opinion publique française des voix discordantes exprimant l’admiration que leur inspirait la politique de la jeunesse et l’édu­cation des nazis, mais il s’agissait d’exceptions à motivation idéologique. La teneur générale du discours sur l’Allemagne, par exemple chez certains ger­manistes, était aussi catastrophiste qu’avant 1914 et, comme avant la Pre­mière Guerre mondiale, ils cherchaient à mettre en garde le public français contre le péril jeune qui menaçait à nos frontières. C’est par exemple le thème dominant chez Robert d’Harcourt, spécialiste de Schiller, qui fusti­geait en 193619 la mise au pas de la jeunesse allemande et en particulier les persécutions que le nouveau régime faisait subir à la jeunesse catholique. La nouvelle jeunesse allemande, endoctrinée par le régime, élevée dans un nouveau système de valeurs où domine la « religion de la nation » et le mépris de la raison, est devenue selon Robert d’Harcourt « le plus magni­fique animal de combat »20. Pour lui, la jeunesse allemande s’identifie au national-socialisme :

  • 21 Op. cit. avant-propos, p. I.

« Jeunesse hitlérienne, deux mots qui sont presque un pléonasme. Au vrai, le national-socialisme s’incarne dans la jeunesse et se confond avec elle. Il lui doit sa naissance, il lui doit sa durée ».21

  • 22 Cf. un article de Pierre Lafue dans la Revue d’Allemagne (n° 11, 2e année 1928, p. 204) dans lequel (...)
  • 23 Par exemple un numéro spécial de la revue Die Literarische Welt (n° 32, 3e année, 12 août 1927) ou (...)

17En revanche, entre ces deux périodes où dominait le discours alarmiste sur la jeunesse allemande, c’était le règne des incertitudes : dans la deuxième moitié des années vingt en particulier, le discours français sur la jeunesse allemande – comme d’ailleurs le discours sur l’Allemagne en général – se fit plus mesuré, plus nuancé, davantage marqué par les interrogations, le doute et la perplexité22. On voyait les observateurs intrigués et déconcertés par l’apparition d’une « nouvelle » jeunesse allemande, dont les comportements et les prises de position surprenantes et ambiguës ne correspondaient abso­lument pas à ce qu’on connaissait et paraissaient énigmatiques. L’image de cette jeunesse allemande n’était plus déterminée par les corporations d’étu­diants ni, comme ce sera le cas dans les années trente, par la Hitlerjugend, organisation de jeunesse d’un parti politique devenue jeunesse d’état. Ce qui focalisait l’attention des observateurs français dans ces années-là c’était la Jugendbewegung, curieux phénomène aux frontières et aux contenus flous, réalité chatoyante et finalement insaisissable et contradictoire selon l’angle sous lequel on le considère. Il serait vain de chercher à voir dans quelle mesure l’image que des auteurs français en donnaient était conforme à la réalité. Celle-ci s’avérait tout aussi difficile à saisir pour les Allemands qui la côtoyaient de près que pour l’observateur extérieur et l’on constatait précisé­ment autour de 1927-1928 en Allemagne la parution de nombreuses études sur la Jugendbewegung, y compris des publications destinées au grand public23.

  • 24 Maurice Pernot, L’Allemagne d’aujourd’hui, Paris 1927, 202 pages.

18Il était inévitable que, dans ces années, où se dessinait après Locarno un certain rapprochement (prudent) franco-allemand et où sous le mot d’ordre d’un Locarno intellectuel s’intensifiaient les échanges et la coopération intel­lectuels et sociaux, les spécialistes français et surtout les germanistes fussent eux aussi attentifs à ce phénomène, cherchant à mieux le connaître, à deviner ses objectifs et les dangers ou promesses qu’il recelait. Les questions que l’on se posait à propos de la Jugendbewegung étaient finalement les mêmes que celles qu’on se posait au sujet de l’Allemagne tout entière. Ce mouve­ment apparaissait comme un phénomène caractéristique de l’après-guerre, représentatif non seulement pour la situation de l’ensemble de la jeunesse allemande mais aussi pour toute la société dont elle reflétait les symptômes de crise. Et la question que l’on se posait avant tout était de savoir si ce phénomène annonçait pour l’avenir des relations entre la France et l’Alle­magne une nouvelle escalade des oppositions ou enfin une phase de détente et de cohabitation pacifique. On observait le spectacle contradictoire de la jeunesse allemande comme le fléau de la balance, en se demandant de quel côté il allait pencher. Les germanistes étaient, bien entendu, les premiers intéressés. Suivant une tradition bien établie dans le milieu universitaire français, Maurice Pernot24 abordait le problème de la jeunesse allemande à travers l’éducation qu’elle recevait et les valeurs qui lui étaient inculquées à l’école et à l’université et il constatait que :

  • 25 Maurice Pernot, op. cit., p. 32.

« Esprit de parti, esprit national, les deux tendances, loin de se combattre, se superposent et s’équilibrent dans l’éducation actuelle de la jeunesse alle­mande »25.

19Avec ce résultat :

  • 26 Op. cit. p. 34.

« […] la génération qui va sortir des écoles allemandes, qui demain sera l’Allemagne, se distingue par les caractères suivants : patriotisme, amour de l’ordre et de la discipline, tendance plutôt conservatrice au point de vue moral et social.26 »

20On comprend que la conclusion du livre de l’éminent germaniste soit pour le moins prudente :

  • 27 Op. cit. p. 196-197.

« Il faut voir les choses comme elles sont. Ni les démonstrations oratoires et sentimentales organisées par les apôtres indiscrets et trop pressés d’un rap­prochement franco-allemand, ni les protestations larmoyantes de quelques pacifistes, ni les missions parlementaires, ni même les échanges d’étudiants et de professeurs ne changeront rien à cette réalité évidente, incontestable : entre la France et l’Allemagne, il y a présentement un abîme de défiance »27.

  • 28 Félix Bertaux, germaniste, traducteur et critique à la Nouvelle Revue française, familier et corres (...)
  • 29 Revue d’Allemagne, 1ère année 1927-1928, n° 4, p. 369.
  • 30 Revue d’Allemagne, 2e année 1928-1929, n° 11, p. 193.

21D’autres feront preuve de plus d’optimisme et de confiance dans l’avenir. Un des principaux porte-parole des milieux universitaires et intellectuels français qui s’engageaient à la fin des années vingt, dans l’esprit de Locarno, pour une normalisation des relations franco-allemandes fut la Revue d’Alle­magne et des pays de langue allemande, qui parut à partir de 1927 et au comité de direction de laquelle on trouvait entre autres Félix Bertaux28, Ernst Robert Curtius, Otto Grautoff, Henri Lichtenberger, tandis que Maurice Boucher signait comme gérant. Félix Bertaux y collaborait régulièrement, le jeune Pierre Bertaux y publiera son article sur le théâtre de Piscator29, Heinrich Mann y fera paraître son essai sur le Locarno intellectuel30.

  • 31 Raoul Patry, La religion dans l’Allemagne d’aujourd’hui, Paris 1926, 246 pages.

22On pouvait lire dans le n° 1, de novembre 1927, un grand article sur le « Mouvement de la jeunesse » en Allemagne, dont la deuxième et dernière partie parut dans le n° 7, en mai 1928. Il était signé de Raoul Patry, historien, auteur d’une thèse sur Le régime de la Liberté des Cultes entre 1795 et 1802 et d’un livre sur la Religion dans l’Allemagne d’aujourd’hui (1926)31 dans lequel il avait déjà consacré au mouvement de la jeunesse un chapitre qui dénotait une bonne connaissance du phénomène et faisait preuve de pru­dence dans les conclusions.

  • 32 R. Patry, op. cit., p. 239.

« Des Freideutsche ou du Neuwerk aux racistes ultra-nationalistes le mouve­ment de la jeunesse comprend toutes les nuances possibles. On peut le com­parer à une médaille : suivant qu’on en contemple l’avers ou le revers, la jeu­nesse allemande apparaît comme pacifiste, désireuse de travailler à la récon­ciliation des peuples, ou bien farouchement nationaliste et préparant la guerre. […] la Jugendbewegung est bien une réalité, tout à la fois pleine de promesses et de menaces ; la vie s’y manifeste avec autant d’intensité que d’inquiétude, à la recherche d’une nouvelle forme pour la société, d’un nouvel idéal, de nouvelles réalisations. Dans cette chaudière bouillante le métal est en fusion ; les uns et les autres appliquent toute leur énergie à le saisir pour le couler dans la forme qu’ils jugent la meilleure, et à cet instant même il leur échappe comme s’il était plus fort que les individus, ou comme si l’heure d’un équilibre stable n’avait pas encore sonné. L’Allemagne conti­nuera‑t‑elle à être déchirée longtemps entre les courants opposés ou fixera‑t‑elle son choix ? La balance nationale continuera‑t‑elle à osciller ? Le plateau nationaliste videra‑t‑il son contenu dans le plateau pacifiste, ou celui‑ci sera‑t‑il emporté par le poids de l’autre ? Le mouvement de la jeunesse allemande provoque ces points d’interrogations, et c’est la preuve même de sa réalité, comme aussi de l’attention qu’elle mérite »32.

23On retrouve la même inquiétude et la même incertitude en 1927-1928 dans les deux articles que Raoul Patry publia dans la Revue d’Allemagne. Il commençait par le constat que « la Jugendbewegung est toujours à l’ordre du jour en Allemagne » et entreprenait de passer en revue les différentes branches et variantes d’un phénomène protéiforme qui repose tout entier

« sur l’idéologie de la jeunesse : être jeune est un mérite en soi, une vertu … » […]

24Et c’est pourquoi

  • 33 R. Patry, in : Revue d’Allemagne, 1ère année, n° 1, p. 26.

« la jeunesse réclame le droit de ne pas être simplement considérée comme une période transitoire de préparation à l’âge mûr, elle affirme son auto­nomie … »33,

et elle revendique la liberté de se réaliser sans être bridée par les exigences et les règles de la société des adultes.

Mais cette entreprise d’émancipation de la personnalité n’est pas une fin en soi, car

  • 34 Ibidem, p. 27.

« la personnalité se réalise par l’acceptation d’un ordre qui la dépasse »34,

et c’est précisément là que réside le danger. En effet, Raoul Patry est forcé de constater que

« la période de 1919 à aujourd’hui est dominée par un mot d’ordre : le Führertum » […]

  • 35 R. Patry, in : Revue d’Allemagne, 2e année, n° 7, p. 602.

« à l’heure actuelle on réclame à cor et à cri des chefs, en attendant le chef unique »35,

et il se demande avec inquiétude où mènera cette dérive :

  • 36 Ibidem, p. 606.

« Quelque nouveau roi Arthur va-t-il paraître et ranger sous son sceptre les chevaliers de la table ronde las de chercher à l’aventure un emploi pour leur liberté reconquise. Enfin, s’il surgit ce chef appelé par tant de vœux, ce sauveur entre les mains duquel les champions de l’affranchissement ont abdiqué par anticipation, sur quelles voies entraînera-t-il son essaim bour­donnant ? C’est là l’histoire de demain … »36

Un jeune Français découvre la Jugendbewegung

  • 37 Lettre du 21 novembre 1927, op. cit. p. 109. Une grande partie de cette lettre est consacrée aux ré (...)

25Le jeune germaniste Pierre Bertaux qui débarqua à Berlin fin octobre 1927 s’intéressa, lui aussi, au phénomène de la Jugendbewegung ; il se posait les mêmes questions que Raoul Patry, mais ses conclusions auront d’une manière générale une tonalité plus positive, plus confiante dans l’ave­nir. Il ne connaissait pas personnellement Patry, puisqu’il demanda dans une lettre à son père « Qui est ce Raoul Patry ? »37. Mais il lira l’article et c’est sans doute à lui que se rapportait la remarque dans la lettre du 11 décembre 1927 :

  • 38 Passage non reproduit dans le volume cité ci-dessus.

« Puis j’ai parcouru cet article sur la Jugendbewegung : difficile à compren­dre parce que la pensée est rarement claire et libre ; il ne m’est pas très sympathique et je m’en méfie un peu »38.

26C’est la seule mention de cet article qu’on trouve dans la correspondance de Pierre Bertaux. En revanche, on constate que tout au long de la première année de son séjour, il s’est beaucoup intéressé au phénomène de la Jugend­bewegung et a cherché à s’informer. C’est à Berlin et dans le milieu très particulier qu’il fréquentait, que se fera son image du mouvement, une image qu’il ne cherchera pas à couler dans un discours suivi et cohérent mais qu’on peut reconstituer à travers des notations éparses dans sa correspondance.

  • 39 Bertaux, op. cit. p. 60.

27Quatre jours après son arrivée à Berlin en octobre 1927, il rendit visite à Pierre Viénot, chez qui il rencontra, outre le cinéaste Marc Allégret, un proche d’André Gide, un certain Steinbömer « de droite, mais adversaire chevaleresque, d’une sympathique fraîcheur » qui « s’occupe d’histoire de l’art, de mouvements de jeunesse »39. Ce sera une de ses sources d’infor­mation principales sur la Jugendbewegung : mais cette source était loin d’être impartiale, car Steinbömer était un des principaux protagonistes du mouvement politique des Jeunes Conservateurs et a influencé le jugement de Bertaux dans ce sens.

28Viénot lui-même a également proposé à Pierre Bertaux de « [l’]introduire dans des cercles de jeunes (souvent de droite) et ça va m’intéresser » (27 octobre 1927) … et encore, le 18 novembre 1927 :

  • 40 Bertaux, op. cit. p. 103.

« Dîner avec Viénot. […]. J’en apprendrai plus sur les mouvements de jeu­nesse par lui. »40

  • 41 Bertaux, op. cit. p. 70.

29Un autre de ses informateurs a été le Dr. Kurt Göpel (« jeune, 30 ans environ, secrétaire de la Alexander-von-Humboldt-Stiftung ») qui lui ex­plique (lettre du 31 octobre 1927) qu’il faut distinguer « entre les Jugend­bewegungen activistes, radicales : droite et gauche pour la propagande et la Massenfütterung – et les Jugendbewegungen qui visent à l’éducation de l’individu »41.

30Pierre Bertaux rencontrera aussi un certain Friedrich Baerwald, auteur en 1921 d’une brochure Das Erlebnis des Staates in der deutschen Jugend­bewegung, qui lui posa une question aussitôt transmise à Félix Bertaux :

  • 42 Bertaux, op. cit. p. 92.

11 novembre 1927 « […] mon voisin, le Dr. Baerwald (que je connais à peine [mais] qui a l’air sympathique), me disait que les mouvements de jeunesse attendaient beaucoup de la Droite Nouvelle et de Fabre-Luce, mais ils ne savent pas quel Fabre-Luce ».42

31Si Pierre Bertaux rapportait fidèlement à son père ce qu’il apprenait sur la Jugendbewegung ce n’était pas seulement parce qu’il voulait lui faire con­naître tout ce qu’il faisait et pensait, c’est aussi visiblement parce que Félix Bertaux lui avait conseillé de s’informer sur un sujet qui était d’actualité et pouvait se révéler intéressant. C’est ce qu’on peut conclure de la lettre du 18 novembre :

  • 43 Lettre du 18 novembre 1927, passage non reproduit. Le Panorama dont il est question ici, comme dans (...)

« J’étais ravi d’avoir la fin du Panorama ! Oui, je sentais bien que notre père pensait bien à moi en l’écrivant, un peu trop peut-être ; la semaine prochaine, je me mets à la Jugendbewegung. Il y aurait un coup à faire à la bourse intel­lectuelle, j’en suis convaincu après avoir parlé avec Viénot et Crémieux ; dire un an avant tout le monde ce que tout le monde dira dans un an. J’aime bien que papa y fasse allusion, mais je lui indiquerai quelques divergences. »43

32Ces « quelques divergences », Pierre Bertaux chercha à les formuler, mais sans y parvenir de façon satisfaisante, de son propre aveu, dans les lettres suivantes. D’abord dans celle du 19 novembre :

  • 44 Passage inédit.

« Ce qu’il y a d’étrange dans ces mouvements, c’est aussi peut-être carac­téristique d’ici : rien d’un mouvement d’idées, que je m’attendais à trouver, rien de philosophique, pas de pensée de conscience ou de sagesse : une métaphysique, sous les dehors de culture physique, et “besoin de faire une race forte”, une Allemagne forte, même chez ceux qui ne pensent pas à une revanche. Mais ils pensent encore tout à fait selon la forme : nation, deutsch, deutsch, deutsch toujours, parce qu’ils n’ont pas l’occasion de penser à autre chose, sous une autre forme. Ceci n’est pas clair, il vaut mieux que ça ne le soit pas pour l’instant, ou ne le paraisse pas parce que ça ne l’est pas. […]44,

puis dans celle du 12 décembre 1927 :

  • 45 L’expression « individualisme de groupe » se retrouvera dans le livre de Félix Bertaux (op. cit. p. (...)

« Quelque chose que je ne peux qu’indiquer, c’est qu’en relisant le passage du « Panorama » sur les jeunes, je pensais que la Jugendbewegung n’est pas seulement un mouvement de culture et [d’]expansion de l’individu. C’est cela, mais (surtout depuis la guerre) à l’intérieur d’un groupe qui doit multi­plier par X la puissance intuitive de l’individu, et d’un groupe hiérarchisé et organisé sévèrement. – Se refusant à l’intellectualisme (pour moi le vrai individualisme est intellectuel, si paradoxal que ça soit) ils ne trouvent la connaissance que dans l’expérience du groupe. C’est un individualisme de groupe45 (grand groupe : la jeunesse, – sous-groupes et organismes) si on peut dire. – Chez les écrivains c’est peut-être, c’est sûrement autre chose, d’ailleurs.

Ils pensent tout de même sous la forme groupe.

Et d’autre part, c’est peut-être un optimisme de dire en général qu’ils veulent être Européens. Beaucoup sont nationaux, et pensent sous la forme nation. […]

  • 46 Bertaux, op. cit. p. 135-136

Je boucle – c’est bête ce que je viens de vous dire ; – non ce n’est pas bien dit – je n’ai pas le temps ; j’accélère, et je ne peux rectifier l’expression. C’est d’ailleurs un sentiment, non une connaissance […]46.

33Le résultat de ces réflexions et de cette recherche d’informations était peu encourageant. À l’évidence, Pierre Bertaux jugeait qu’un travail sérieux sur la Jugendbewegung ne présenterait guère d’intérêt, pour lui en tout cas. Dans la lettre du 17 décembre 1927, il sembla tirer un trait sur cette affaire :

  • 47 Passage inédit.

« Je parcours des études sur la Jugendbewegung. Ça ne me paraît pas un sujet très intéressant, et c’est une organisation (je vais parler en vieux Spiesser ras­sotti) qui me paraît très dangereuse – avec le caractère des jeunes Allemands qui tout de même manque de “la tendance de l’être à persévérer dans son être”. Je commenterai cela un jour »47.

34Il est facile de deviner les raisons de ce renoncement : pour un jeune normalien, baigné dans l’atmosphère intellectuelle et littéraire d’un foyer fréquenté par tout le Gotha de la NRF et par les frères Mann, un phénomène aussi peu intellectuel, voire anti-intellectualiste, que le mouvement de jeu­nesse n’avait pas beaucoup d’attraits, d’autant plus que l’importance donnée au groupe heurtait l’individualisme foncier de Bertaux, qui avait certes le culte de l’amitié et de l’amour, mais seulement en tant que relations d’indi­vidu à individu. Si l’on ajoute à cela que les tendances foncièrement conser­vatrices, voire nationalistes qu’il découvrait dans les milieux de la Jugend­bewegung auxquels il eut accès à Berlin, heurtaient sa sensibilité politique qui était plutôt de gauche, on comprend le peu d’empressement qu’il a mis à suivre cette piste que lui avait indiquée son père.

Solidarité des jeunes générations

35Cela ne l’empêcha pas de rester au contact de jeunes Allemands membres ou proches de la Jugendbewegung, de les apprécier, de les estimer et de chercher à les aider le cas échéant. La plupart d’entre eux restèrent ano­nymes dans la correspondance. Par exemple dans la lettre du 30 janvier 1928 à propos de la matinée Gide-Rilke :

  • 48 Bertaux, op. cit. p. 180 (français) 413 (allemand)

« Im “Poulailler” waren viele junge nette Jugendbewegte. Die sind mir sympathisch, sagte Gide und ging zu denen. »48

36Ou, quelques jours plus tard,

  • 49 Bertaux, 20 février 1928, op. cit. p. 202.

« justement ce type de la Jugendbewegung qui est sympathique me télé-phone ; nous nous rencontrerons mercredi ».49

37Ou, parlant de ses étudiants :

  • 50 Bertaux, 29 novembre 1928, op. cit. p. 246.

« Hier, Université ; […] d’abord j’ai eu des jeunes qui ne sont même pas en­core au Proseminar ; l’un, intéressant, un type de [la] Jugendbewegung ; […] assez sympathique, sérieux, travailleur. »50

38Avec d’autres, identifiés, ce sera le début d’une amitié durable. Ainsi, il est question dans la lettre du 19 novembre 1927,

  • 51 Bertaux, op. cit. p. 106.

« [d’]un certain Schmid qui est quelque chose à l’Institut de Droit inter­national (“Institut für Völkerrecht” ) [et qui] désire me voir ; il paraît que c’est un jeune, dans les 25 ans, très désireux de contact avec des Français. D’ailleurs “national” »51

39Il s’agit du futur vice-président (SPD) du Bundestag, Carlo Schmid.

40Au sujet des ambiguïtés de la Jugendbewegung en matière de politique extérieure, notamment en ce qui concerne les relations avec la France, Bertaux est lucide :

  • 52 Bertaux, op. cit. p. 104-105.

« national : le mot d’ordre dans les relations avec les Allemands et je crois avec l’Allemagne : ne pas les écœurer par du « rapprochementisme » et le cœur sur la main ; parler avec les plus « nationaux » du ton de gens qui restent sur leurs positions mais s’intéressent l’un à l’autre. […] Je suis frappé de l’intensité, à la fois du “rapprochementisme” […] de certains, […] et [du] mot “deutsch” qui revient toujours dans la bouche ou sous la plume des autres – quelquefois des mêmes, des Jugendbewegten p. ex., sans que ce soit ce qui serait chez nous du nationalisme. […] Sans doute, ils sont curieux de l’étranger mais … mais il y a la nuance que je trouverai une autre fois. »52

41Tout en étant parfaitement conscient du caractère contradictoire et poten­tiellement dangereux des positions et du discours de la Jugendbewegung, Pierre Bertaux, avec l’insouciance de sa jeunesse, remet à plus tard une réflexion plus approfondie sur le sujet. Il perçoit bien le nationalisme pro­fondément ancré dans ces jeunes esprits, mais il préfère répondre positive­ment à l’intérêt qu’ils manifestent pour les contacts avec l’étranger et en particulier avec l’ennemi d’hier. C’est pourquoi il n’hésita pas à participer avec Pierre Viénot à la préparation d’un voyage en France de responsables de la Jugendbewegung.

  • 53 Lettre du 20 février 1928, Bertaux, op. cit. p. 199 ;

« […] Vendredi soir, j’ai dîné chez Viénot, et nous avons été, après, à la Jugendbewegung. C’était une petite réunion où assistaient une vingtaine de chefs, de “Führer”, de la Jugendbewegung, qui ont l’intention de faire un voyage en France et qui voulaient nous poser des questions. C’était très amu­sant parce que ce sont des types souvent assez nationalistes, mais francs, l’air honnête, pas faux, – curieux, intéressés et connaissant évidemment très peu de la France. […]. Au total, c’était très intéressant, et on voit comme on a beaucoup d’idées fausses à combattre. […] En tout cas, c’est très intéressant de voir comme ces gens-là (23 à 28 ans) se représentent la France, de voir leur famille de pensées.53 »

42Ce voyage a eu effectivement lieu, et Pierre Bertaux y fait allusion dans une de ses lettres au ministre prussien de l’éducation, Carl Heinrich Becker :

  • 54 Lettre du 25 mai 1928, in: op. cit. p. 356-357.

« Monsieur le ministre […] Je suis heureux de voir se créer à [l’]école une atmosphère de curiosité sans frontières qui me plaît, et j’ai piloté récemment et présenté aux camarades quelques représentants de la “Jugendbewegung” actuellement en tournée à Paris. Je me suis fort bien entendu avec eux ; entre nous les dissentiments, quand il y en a, sont moins graves que ceux qui nous séparent de personnes qui ont pour elles l’autorité de leur nom, de leur âge, de leur situation54 ».

  • 55  Pierre Viénot, Incertitudes allemandes. La crise de la civilisation bourgeoise en Alle­magne, Pari (...)

43Au total, Pierre Bertaux arriva à peu près à la même conclusion que Raoul Patry : la Jugendbewegung montre un visage à la Janus. D’un côté, une certaine générosité et ouverture à l’étranger, un désir de le découvrir et d’œuvrer pour le rapprochement des peuples, et de l’autre un attachement viscéral à l’Allemagne, une conviction inébranlable quant à sa supériorité dans tous les domaines, une volonté farouche de préserver la pureté de son être et de l’aider à retrouver sa place dans le monde et « l’avenir qu’elle a perdu en 1918 », selon la formule frappante de Pierre Viénot55. Comme Patry, Bertaux se demandait de quel côté la balance allait pencher. Mais contrairement à Patry, il était conscient d’une certaine solidarité de géné­ration par-delà des oppositions nationales et il croyait à la possibilité d’un dialogue franc et constructif entre jeunes des deux pays.

44À la différence de beaucoup d’autres Français, Bertaux a rapidement renoncé à cette illusion après 1933.

La Jugendbewegung comme symptôme de la « crise de la civilisa­tion bourgeoise » (P. Viénot)

45Pierre Viénot n’avait pas seulement 10 ans de plus que Pierre Bertaux, il avait aussi une formation et un parcours intellectuel très différents de ceux de son jeune ami. Son approche du phénomène de la Jugendbewegung n’était pas seulement marquée par une plus grande maturité d’esprit, mais aussi par un mode de pensée plus politique et sociologique que celui de Bertaux. Sans doute peut-on aussi voir là l’influence de certains de ses interlocuteurs allemands, notamment le sociologue et politologue Arnold Bergsträsser, le ministre C.H. Becker, le romaniste Ernst-Robert Curtius et de nombreux autres représentants des milieux intellectuels et politiques berlinois. C’est en discutant avec ces personnalités et non en fréquentant les jeunes membres de la Jugendbewegung que s’était fait l’essentiel de son image de ce phénomène qu’il replace dans le contexte d’une crise qui affecte selon lui toute la société allemande de son temps.

  • 56  Incertitudes allemandes. La version allemande de cet ouvrage publiée en 1932 à Francfort/ Main a é (...)

46On retrouve cette interprétation dans le petit livre qui a établi la répu­tation de Viénot comme connaisseur de l’Allemagne56. Cet ouvrage mérite aujourd’hui encore d’être relu : les diagnostics établis en son temps par Viénot sur les « incertitudes allemandes » peuvent aujourd’hui encore s’appliquer à bien d’autres sociétés post-modernes. En effet, en parlant d’« incertitudes allemandes », Viénot, ne voulait pas dire qu’on ne pouvait pas faire confiance à l’Allemagne parce qu’elle était imprévisible. Il voulait plutôt mettre en évidence que la société allemande était profondément désorientée, qu’elle avait perdu ses repères et les valeurs de son passé « bourgeois » du xixe siècle, sans avoir réussi à les remplacer par un système nouveau cohérent.

  • 57 Viénot, op. cit. p. 39.

« Il est certain que, sur plus d’un point, les valeurs morales du xixe siècle ne sont plus seulement discutées, mais positivement condamnées par l’Alle­magne moderne.57 »

47Cette crise des valeurs se répercute sur tous les domaines de la vie allemande et lui donne son allure fiévreuse et chaotique. Elle est faite :

« D’un mouvement intellectuel d’abord : le monde moderne ne peut plus connaître la croyance ; il est condamné au relativisme ; une civilisation cohé­rente n’est plus concevable ; l’ordre établi de la civilisation bourgeoise, s’il continue encore à exister de fait, n’existe plus en droit ;

D’une évolution spontanée de la vie sociale : dans les mœurs, dans l’idéal moral, dans le mode de pensée, dans la vie économique, dans la structure même du pays, des faits nouveaux contredisent profondément la civilisation bourgeoise ;

De la conscience de ces transformations, accrue par des circonstances particulières qui ont diffusé jusque dans les masses allemandes, le sentiment d’une nouveauté exceptionnelle du monde présent.

  • 58 Viénot, op. cit. p. 83.

En un mot, on constate en Allemagne la rupture d’un certain équilibre matériel, social et moral, la fin d’un certain mode de vie collective. »58

48Certes les circonstance historiques récentes, la guerre, la défaite, l’infla­tion ont contribué à installer et à généraliser cette crise. Mais elle a déjà été préfigurée avant la guerre, précisément par la Jugendbewegung.

  • 59 Viénot, op. cit. p. 39.

« Dès avant la guerre, d’ailleurs, avait éclaté un mouvement de révolte parti de la jeunesse, la “Jugendbewegung”, le “mouvement de la jeunesse”, où beaucoup d’Allemands de la vieille génération ne veulent voir qu’un accès de fièvre, mais qui, par son ampleur, constitue bien un profond événement moral.59 »

49Ce mouvement, né vers 1905, écrit Viénot,

  • 60 Viénot, op. cit. p. 39-40.

« a connu son apogée immédiatement après la guerre pour perdre depuis quelques années ses traits distinctifs en se fondant dans la vie normale de l’Allemagne. Son succès l’a condamné : on peut dire en effet qu’il a conquis les positions qu’il attaquait, et modifié, directement ou indirectement, la manière de vivre de la jeunesse allemande presque tout entière. »60

50Son esprit est

  • 61 Viénot, op. cit. p. 40-41.

« presque à l’état pur, un esprit antibourgeois. Tout d’abord, au sens français de ce mot : par l’hostilité du mouvement de la jeunesse contre les conven­tions de la vie bourgeoise, Mais antibourgeois encore, dans un sens plus pro­fond, par le souci d’une morale et d’une pratique anti-individualistes, d’une vie sociale plus liée, plus humaine, gouvernée par d’autres mobiles que ceux du profit personnel. Antibourgeois enfin, et non sans succès, dans le domaine politique par son opposition à l’ensemble d’institutions et de doctrines que Taine a caractérisées par la formule fameuse de la “ caserne philosophique”. Il n’est pas douteux, en effet, que les grandes associations allemandes, dont le succès auprès des masses indique combien d’Allemands ressentent l’insuffi­sance des institutions du xixe siècle et cherchent de nouveaux modes d’ex­pression politique, doivent être rapprochées, par plus d’un trait, du “Mouvement de la Jeunesse” »61.

51Ainsi le mouvement de la jeunesse est-il devenu pour Viénot non seulement un signe avant-coureur mais aussi un des symptômes principaux de la crise de la civilisation bourgeoise qui touche à présent et modifie toute la vie publique et privée de l’Allemagne.

52Quand on compare le discours de Viénot sur le mouvement de la jeunesse à celui de Pierre Bertaux, on est frappé par l’absence presque totale de cette inquiétude qui est à l’arrière-plan des remarques de Bertaux et de nombreux autres observateurs de la situation de l’Allemagne. Contrairement à son jeune ami, Viénot ne met pas l’accent sur le nationalisme latent qui imprègne indéniablement ces mouvements et ne se demande pas si cela pouvait constituer un danger pour la réconciliation internationale et la paix. Pour comprendre cette différence, il faut sans doute tenir compte de la différence de statut social des deux observateurs et aussi du statut de leurs écrits.

53Pierre Bertaux, jeune étudiant, exprimait librement et souvent avec une brutale franchise, dans des lettres privées et par définition confidentielles, les impressions et les sentiments que lui inspirait la Jugendbewegung. Viénot, qui, en tant qu’homme public, est tenu à une certaine réserve, s’adresse dans son livre au public français comme au public allemand, en espérant contri­buer à l’entente entre les deux peuples. Sans doute, avait-il une vue plus large de la situation allemande, des contacts beaucoup plus divers et un séjour beaucoup plus long en immersion dans la société allemande que Pierre Bertaux. Mais s’il éprouvait quelques inquiétudes quant aux caracté­ristiques inquiétantes de cette jeunesse, il a préféré les taire pour ne pas donner à l’opinion publique française des raisons supplémentaires de se mé­fier de l’Allemagne. Il voulait au contraire la persuader que la crise endé­mique dans laquelle se débattait l’Allemagne d’après-guerre était avant tout une crise interne de la société allemande, une crise de civilisation qui n’était pas dirigée contre la France. Ce qui arrivait aujourd’hui à l’Allemagne pou­vait fort bien toucher un jour la France. Cette dernière ne devait pas s’inquiéter ni se sentir menacée par ce qui se passait outre-Rhin et encore moins essayer de s’en mêler, fût-ce en prodiguant de bons conseils. Elle devrait essayer de comprendre ce qui se passait, pour être prête à relever le même défi, car la mort de la civilisation bourgeoise était un destin inéluc­table.

Les « spectateurs engagés » … et les autres

54Si nous faisons un rapide bilan des discours français sur la jeunesse alle­mande et en particulier sur la Jugendbewegung au cours de la deuxième moitié des années vingt, nous constatons une différence sensible entre celui qui de toute évidence repose principalement sur des sources livresques (p. ex. Maurice Pernot ou Raoul Patry) et celui qui résulte d’un contact direct et personnel avec le mouvement (p. ex. Pierre Bertaux ou Pierre Viénot). Le premier paraît souvent plus complet et plus nuancé que le second et plus apte à saisir les multiples facettes, souvent contradictoires, du phénomène. En revanche, les observateurs qui se trouvaient en contact direct sont moins bien placés pour appréhender dans toutes ses dimensions un mouvement social d’une telle ampleur et d’une telle diversité. La perspective de l’observateur trop impliqué dans l’objet d’observation sera forcément partielle et partiale, quel que soit le souci d’objectivité dont il fera preuve. Pierre Viénot et Pierre Bertaux connaissaient la Jugendbewegung principalement à travers ses membres et sympathisants fréquentant les mêmes milieux intellectuels ou universitaires berlinois qu’eux. Leur vision du phénomène était essentiel­lement déterminée par les jeunes étudiants et intellectuels avec lesquels ils étaient en contact et par les adultes avec lesquels ils en parlaient, par exemple le « jeune conservateur » Steinbömer, ou le ministre C.H. Becker et Ernst-Robert Curtius, tous deux observateurs très attentifs et très proches de certains courants du mouvement.

55Mais le phénomène ne se limitait pas à ces groupes : à des degrés varia­bles, certaines idées force de la Jugendbewegung imprégnaient tous les mou­vements de jeunesse, non seulement les organisations « libres » de la Bün­dische Jugend qui rejetaient toute tutelle extérieure qu’elle soit politique, philosophique ou religieuse, mais aussi les mouvements confessionnels et même les organisations de jeunes socialistes. Tandis que les groupes qu’ont connu nos deux Français à Berlin comptaient au mieux quelques centaines de jeunes, les autres organisations se comptaient par centaines de milliers. Même si le « culte de la jeunesse » (Patry) ou ce que j’appellerai l’idéologie juvéniliste est présent dans ces organisations de masses sous des formes beaucoup plus atténuées, il n’en reste pas moins que toute la jeune géné­ration allemande partage une attente, un espoir de renouveau et constitue une force latente qui n’attend qu’un point d’application et qu’un guide à suivre.

56Le contact direct n’est certainement pas le moyen le plus sûr pour saisir dans ses innombrables formes et ramifications un tel phénomène social. Le spectateur engagé finit inévitablement par s’identifier avec un aspect parti­culier du phénomène observé. Mais cela ne signifie pas que Pierre Viénot et Pierre Bertaux aient manqué de lucidité. À leur manière, ils ont bien senti les ambiguïtés du phénomène : s’ils ont préféré rester en contact amical avec la jeune génération allemande, ne pas approfondir leurs impressions négatives et ne pas faire état publiquement de leurs inquiétudes, c’était pour chercher, chacun à sa manière et dans la limite de ses possibilités, à faire en sorte que les prévisions pessimistes ne se réalisent pas. Lorsque finalement leurs pires craintes se sont révélées justifiées, que la société allemande et en particulier sa jeunesse a fini par adhérer aux rêves déments et criminels d’un nouvel homme providentiel, Pierre Viénot et Pierre Bertaux ont montré clairement, par leur attitude et leurs actions qu’il n’y avait, pour eux, aucune compro­mission possible face au mal absolu.

Notes

1 Pierre Bertaux (1907-1986) normalien germaniste, spécialiste de Hölderlin, fut professeur à la Sorbonne après un parcours peu conventionnel qui le conduisit des cabinets ministériels à la radiodiffusion, de la Résistance à la haute administration en passant par les prisons de Vichy. Il fut boursier de la Fondation Alexander von Humboldt et lecteur à l’Institut les Langues romanes à l’université de Berlin en 1927 et 1928. Cf. Pierre Bertaux, Mémoires interrompus, Asnières 2000. Nous avons des témoignages précieux sur ce séjour et sur les milieux que le jeune germaniste âgé de 20 ans fréquenta à Berlin grâce à sa correspondance avec son père. Cf. Pierre Bertaux, Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, Asnières 2001.

2 Pierre Viénot (1897-1944) dirigea entre 1926 et 1930 le bureau berlinois du « Comité franco-allemand d’information et de documentation ». Familier des cercles intellectuels et littéraires français gravitant autour de la nrf et des milieux industriels et politiques franco-allemands grâce au Comité Mayrisch, il avait une position clé pour l’observation des réali­tés allemandes et fut pour Pierre Bertaux un guide amical, compétent et bien introduit dans les milieux qui comptaient. Revenu en France au début des années 1930, il commença une carrière politique et y entraîna son ami Pierre Bertaux. Pendant la guerre, Viénot rejoignit de Gaulle à Londres. Le tournant entre la fin des activités berlinoises de Viénot et le début de sa carrière politique en France est marqué par la publication du petit livre : Incertitudes allemandes. La crise de la civilisation bourgeoise en Allemagne, Paris 1931, 166 pages.

3 Henri Lichtenberger, L’Allemagne moderne. Son évolution, Paris 1907, 399 pages.

4 Henri Lichtenberger, L’Allemagne nouvelle. Paris 1936, 287 pages.

5 Agathon, Les jeunes gens d’aujourd’hui, Paris 1913, 289 pages.

6 Agathon, op. cit. Introduction, p. III.

7 Pour connaître l’impact de cette crise sur de jeunes intellectuels français, on peut lire Charles Péguy : « Par ce demi-clair matin », in : Charles Péguy, Œuvres en prose com­plètes t. 2, Paris 1988, (Pléiade), p. 86 et ibid. p. 59 : « Notre patrie », paru dans Les cahiers de la quinzaine, 7e série, 3e cahier, 22 octobre 1905, où il conclut : « une période nouvelle avait commencé dans l’histoire de ma propre vie, dans l’histoire de ce pays, et assurément dans l’histoire du monde ».

8 Vingt ans après le choc de la défaite de 1870/71 et la perte de l’Alsace-Lorraine, l’enthou­siasme patriotique et l’esprit de revanche semblaient avoir fortement décliné notamment dans la jeunesse génération intellectuelle … avant de renaître avec force au début du xxe siècle. Cette « éclipse » du patriotisme s’est exprimée avec éclat dans l’article que Rémy de Gourmont publia en avril 1891 dans le Mercure de France sous le titre « Le joujou patrio­tisme » et qui se terminait par cette phrase : « s’il faut d’un mot dire nettement les choses, eh bien : Nous ne sommes pas patriotes ».

9 Cette renaissance de l’esprit patriotique, illustrée en particulier par le succès, en 1913, de L’Appel aux armes d’Ernest Psichari, a été analysée entre autres par Claude Digeon dans son livre classique La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris 1959, 568 pages. On peut lire aussi à ce sujet les développements de Jean-Marie Carré, Les écrivains français et le mirage allemand, Paris 1947, 223 pages, en particulier pp. 129-146.

10 André François-Poncet, Ce que pense la jeunesse allemande, Paris 1913, 125 pages.

11 Ce que pense la jeunesse allemande, p. 18.

12 Ibidem, p. 25.

13 Op. cit. p. 39.

14 Op. cit. p. 58.

15 Op. cit. p. 54.

16 Op. cit. p. 110.

17 Op. cit. p. 115.

18 Nous ne pouvons passer ici en revue toutes les publications françaises consacrées à la jeunesse allemande entre 1933 et 1939. Elles sont très contrastées et marquées par les positions idéologiques et politiques de leurs auteurs. Sur cette période comme sur la précé­dente, on pourra se reporter à l’ouvrage de Dieter Tiemann, Deutsch-französische Jugend­beziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn 1989, qui comporte une excellente biblio­graphie. Il montre bien que ces relations n’étaient jamais simples, et que tous les Français n’étaient pas insensibles aux avances intéressées que le nouveau régime leur faisait par l’intermédiaire notamment de certaines organisations de jeunesse ou de certains « média­teurs » (cf. le cas Otto Abetz).

19 Robert d’Harcourt, L’évangile de la force. Le visage de la jeunesse du 3e Reich, Paris 1936, 251 pages.

20 R. d’Harcourt, op. cit., p. 246.

21 Op. cit. avant-propos, p. I.

22 Cf. un article de Pierre Lafue dans la Revue d’Allemagne (n° 11, 2e année 1928, p. 204) dans lequel il évoque « cette Allemagne indécise dont on parle tant chez nous ».

23 Par exemple un numéro spécial de la revue Die Literarische Welt (n° 32, 3e année, 12 août 1927) ou le volume de Else Frobenius, Mit uns zieht die neue Zeit. Eine Geschichte der deutschen Jugendbewegung, Berlin 1927, 432 p. Le titre, emprunté à un poème de Hermann Claudius, a été repris récemment : „Mit uns zieht die neue Zeit“. Der Mythos Jugend, herausgegeben von Thomas Koebner, Rolf-Peter Janz und Frank Trommler, Frankfurt 1985, 621 p.

24 Maurice Pernot, L’Allemagne d’aujourd’hui, Paris 1927, 202 pages.

25 Maurice Pernot, op. cit., p. 32.

26 Op. cit. p. 34.

27 Op. cit. p. 196-197.

28 Félix Bertaux, germaniste, traducteur et critique à la Nouvelle Revue française, familier et correspondant des frères Mann et de nombreux autres auteurs allemands de son temps.

29 Revue d’Allemagne, 1ère année 1927-1928, n° 4, p. 369.

30 Revue d’Allemagne, 2e année 1928-1929, n° 11, p. 193.

31 Raoul Patry, La religion dans l’Allemagne d’aujourd’hui, Paris 1926, 246 pages.

32 R. Patry, op. cit., p. 239.

33 R. Patry, in : Revue d’Allemagne, 1ère année, n° 1, p. 26.

34 Ibidem, p. 27.

35 R. Patry, in : Revue d’Allemagne, 2e année, n° 7, p. 602.

36 Ibidem, p. 606.

37 Lettre du 21 novembre 1927, op. cit. p. 109. Une grande partie de cette lettre est consacrée aux réactions suscitées par la lecture du premier numéro de la Revue d’Allemagne.

38 Passage non reproduit dans le volume cité ci-dessus.

39 Bertaux, op. cit. p. 60.

40 Bertaux, op. cit. p. 103.

41 Bertaux, op. cit. p. 70.

42 Bertaux, op. cit. p. 92.

43 Lettre du 18 novembre 1927, passage non reproduit. Le Panorama dont il est question ici, comme dans la lettre du 12 décembre, est le livre que Félix Bertaux était en train de terminer et qui paraîtra l’année suivante dans la série « Panoramas des Littératures contemporaines » : Félix Bertaux, Littérature allemande, Paris 1928, 327 pages. Dans le dernier chapitre intitulé « Perspectives » (p. 299 sqq.) Félix Bertaux, parlant des jeunes écrivains de son temps, les situe dans le cadre d’une « métamorphose sociale plus profonde en Allemagne qu’en France » (p. 301) dont la Jugendbewegung résume bien, à son avis, les promesses et les dangers.

44 Passage inédit.

45 L’expression « individualisme de groupe » se retrouvera dans le livre de Félix Bertaux (op. cit. p. 306) ; elle est sans doute due à Pierre Bertaux.

46 Bertaux, op. cit. p. 135-136

47 Passage inédit.

48 Bertaux, op. cit. p. 180 (français) 413 (allemand)

49 Bertaux, 20 février 1928, op. cit. p. 202.

50 Bertaux, 29 novembre 1928, op. cit. p. 246.

51 Bertaux, op. cit. p. 106.

52 Bertaux, op. cit. p. 104-105.

53 Lettre du 20 février 1928, Bertaux, op. cit. p. 199 ;

54 Lettre du 25 mai 1928, in: op. cit. p. 356-357.

55  Pierre Viénot, Incertitudes allemandes. La crise de la civilisation bourgeoise en Alle­magne, Paris, 1931, p. 164.

56  Incertitudes allemandes. La version allemande de cet ouvrage publiée en 1932 à Francfort/ Main a été rééditée récemment, accompagnée d’un appareil scientifique exemplaire : Pierre Viénot, Ungewisses Deutschland. Zur Krise seiner bürgerlichen Kultur. Neu heraus­gegeben, eingeleitet und kommentiert von Hans Manfred Bock, Bonn 1999, 262 pages.

57 Viénot, op. cit. p. 39.

58 Viénot, op. cit. p. 83.

59 Viénot, op. cit. p. 39.

60 Viénot, op. cit. p. 39-40.

61 Viénot, op. cit. p. 40-41.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540