Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

Arts et lettres

échanges entre les esprits français et allemands

La revue berlinoise Die Neue Rundschau et la vie culturelle française à l’époque de la République de Weimar

François Beilecke

Note de l’auteur

Daniel Halévy, cité d’après Rudolf Kayser, in : NR, Jg. 33, Bd. 1, 1922, p. 332.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Heinrich Mann, « Pour un Locarno intellectuel », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue a (...)
  • 2 Par la suite nous utilisons dans les notes de bas de page pour la Neue Rundschau l’abrévia­tion NR. (...)
  • 3 Ibid., p. 878. Grothe évoque abondamment cette phase de l’histoire de la Neue Rundschau sous la dir (...)
  • 4 Wolfgang Grothe, « Zur gesellschaftlichen Struktur des Mitarbeiter- und Leserkreises von S. Fischer (...)
  • 5 Cf. Hans Manfred Bock, « Les ‚années folles‘ de Berlin (1927-1933). Le témoignage de Pierre Bertaux (...)

1La Neue Rundschau1, fondée par Samuel Fischer en 1890 et qui paraît encore aujourd’hui, a apporté dans les années 1925 à 1929 une contribution importante à l’établissement de ces rencontres entre intellectuels français et allemands qualifiées par Heinrich Mann de modèle pour un « Locarno intel­lectuel »2. Cette revue culturelle a pu jouer un tel rôle notamment parce que, dès les années 1894-1914, elle avait participé à la découverte d’écrivains de « renommée européenne »3, comme Thomas et Heinrich Mann, Gabriele d’Annunzio, Maurice Maeterlinck et Hugo von Hofmannsthal et parce que depuis ce temps-là elle jouissait d’une grande réputation auprès d’un public international recruté dans la bourgeoisie cultivée, parmi les savants et artistes, « libéraux, instruits et attachés à l’esprit européen »4. L’importance de son rôle dans le cadre des efforts en vue d’un rapprochement entre écri­vains et intellectuels français et allemands venait aussi du fait que la Neue Rundschau ne faisait pas seulement autorité en matière culturelle, mais aussi en matière politique dans les milieux des intellectuels républicains de gauche et d’esprit européen sous la République de Weimar5.

  • 6 Peter de Mendelssohn, S. Fischer und sein Verlag. Frankfurt/Main 1970, p. 991.
  • 7 Brigitte Bermann Fischer, Sie schrieben mir oder was aus meinem Poesiealbum wurde. München 1981, p. (...)
  • 8 Pierre Bertaux, Un Normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933. Paris 2001.
  • 9 Il s’est employé, entre autres, en faveur de Benjamin Crémieux, André Gide et Roger Martin Du Gard. (...)

2Des personnalités françaises qui, comme Félix et Pierre Bertaux ou Pierre Viénot, estimaient dans les années 1920 que les échanges intellectuels entre la France et l’Allemagne pouvaient favoriser la paix en Europe, ne pouvaient donc pas manquer d’être attirées par la Neue Rundschau. D’une part, en tant que « revue maison » de la célèbre maison d’édition S. Fischer, elle garan­tissait une large diffusion à leurs idées ; d’autre part, cette revue domiciliée dans la capitale allemande avait son ancrage socioculturel précisément dans ces milieux qui étaient tout naturellement en faveur d’un système politique républicain et démocratique pour l’Allemagne et d’une politique culturelle ouverte sur l’art et la littérature européens. De fait, par l’intermédiaire d’Oscar Bie (rédacteur en chef de 1894 à 1922), puis de Rudolf Kayser (rédacteur en chef de 1922 à 1931), la rédaction de la Neue Rundschau était en relation constante avec le salon qui réunissait régulièrement à Berlin-Grunewald dans la villa de Samuel Fischer et, à partir de 1926, chez Brigitte et Gottfried Bermann Fischer une pléiade d’écrivains et d’intellectuels européens. Ces deux « cercles littéraires et musicaux »6 complémentaires étaient fréquentés à la fois par l’ancienne et la nouvelle génération d’écri­vains publiant régulièrement dans la Neue Rundschau pendant la période de l’entre-deux-guerres. Parmi les étrangers qui fréquentaient ce cercle il y avait, comme se le rappelle Brigitte Bermann Fischer, principalement des auteurs français : « des écrivains de tous pays venaient chez nous, surtout des Français : Jean Giraudoux, Jean Richard Bloch, René Crevel, Pierre Bertaux, Pierre Viénot, Raymond Aron »7. À cet égard, les lettres de Pierre Bertaux8 publiées récemment illustrent parfaitement l’importance de ces cercles pour la constitution d’un milieu d’échanges culturels. Cet intellectuel encore jeune estimait manifestement pouvoir jouer son rôle de médiateur franco-allemand en cherchant pendant son séjour berlinois à entrer en contact avec Rudolf Kayser pour évoquer avec lui la possibilité de publier des textes d’auteurs français dans la Neue Rundschau9.

  • 10 Michel Grunewald, « Deutsche Intellektuelle als Vorläufer des ‚Geistes von Locarno‘. Die Neue Runds (...)
  • 11 Grothe, « Zur gesellschaftlichen Struktur.. », op. cit., p. 168.
  • 12 Cf. l’introduction de Hans Manfred Bock dans le présent volume, intitulée « Transaction, transfert (...)

3Ces remarques liminaires montrent clairement que la Neue Rundschau a joué dans les relations entre les cultures et les sociétés françaises et alle­mandes un rôle non négligeable. Comme l’a montré Michel Grunewald, c’est précisément dans la Neue Rundschau que, tout de suite après la Pre­mière Guerre mondiale, un certain nombre d’intellectuels allemands ont non seulement plaidé « en faveur d’une coopération entre les états européens », mais se sont également fixé « dès le début comme objectif de promouvoir l’esprit européen »10. Le rôle des auteurs allemands de la Neue Rundschau dans la préparation de « l’esprit de Locarno » est donc indéniable, tout comme « le vif intérêt [de la Neue Rundschau, F.B.] pour la vie littéraire en France »11. En revanche, on a peu étudié jusqu’à présent la manière dont la Neue Rundschau a présenté et jugé la littérature et la culture françaises, en particulier les formes utilisées, le volume et les sujets les plus fréquemment abordés. Pourtant une telle étude de cas paraît particulièrement prometteuse parce qu’elle permet de reconstituer à propos d’une des plus importantes revues culturelles d’Allemagne les voies et les formes que « l’importation culturelle française »12 a empruntées concrètement dans la capitale alle­mande de la République de Weimar.

4C’est pourquoi, après un bref rappel de la situation initiale dans laquelle se trouvait la Neue Rundschau au lendemain de la Première Guerre mondiale du point de vue de sa politique rédactionnelle, nous étudierons ci-dessous principalement deux aspects. D’une part, nous allons établir une typologie des contributions qui caractérisent la présentation de la vie littéraire et cultu­relle française dans la Neue Rundschau. D’autre part, nous étudierons de plus près la rubrique « Revue européenne » créée par Rudolf Kayser. Les contributions parues dans cette rubrique, signées en règle générale, entre 1922 et 1931, par le rédacteur en chef de la Neue Rundschau, présentaient au lecteur de l’époque un tableau étonnamment large – dans la perspective d’aujourd’hui – de la vie intellectuelle et culturelle française.

2. La nouvelle équipe et la nouvelle politique éditoriale de la Neue Rundschau après 1918

  • 13 Grothe, « Die Neue Rundschau... », op. cit., p. 840.
  • 14 Cf. ibid. Tant dans sa phase naturaliste que dans sa phase symboliste et pré-impres­sionniste, la N (...)
  • 15 Pour une présentation détaillée de ce qui précède, voir ibid., p. 912-918.

5La fin de la Première Guerre mondiale et l’effondrement de l’empire allemand permit à la Neue Rundschau de trouver une issue à l’impasse où elle se trouvait du point de vue de sa politique éditoriale. À partir du mois d’août 1914, la Neue Rundschau s’était trouvée placée devant un dilemme : elle faisait partie des revues culturelles qui avaient adopté d’emblée comme ligne directrice une conception pluraliste et démocratique de la politique culturelle et qui défendaient l’idée de l’unité de la culture européenne. Dans ce qui est jusqu’à ce jour l’étude la plus complète consacrée à l’histoire de la Neue Rundschau de 1890 à 1925, Wolfgang Grothe a montré que, depuis sa création, la rédaction de la revue a suivi une ligne politique et culturelle fondée en littérature comme en musique sur « l’idée d’une unité de la culture européenne »13 et caractérisée jusqu’à nos jours par une attention systéma­tique portée aux représentants de la modernité et de l’avant-garde euro­péenne14. Au temps de l’empire allemand, ce programme en matière esthé­tique et politico-littéraire était étroitement lié aux idées du national-libéra­lisme représentées dans la Neue Rundschau jusqu’en 1907 par Theodor Barth (1849-1909) et à partir de 1908 par son élève Samuel Saenger (1864‑1944). Saenger qui était membre de la rédaction de la Neue Rundschau depuis 1905 et qui avait pris en 1908, à la demande de Samuel Fischer, la direction de la rédaction politique et sociologique, a défendu résolument une politique rédactionnelle visant à ouvrir le domaine artistique et littéraire sur les problèmes de l’actualité politique, sociale et économique. Certes, la Neue Rundschau n’avait jamais refusé de s’intéresser à de nou­veaux mouvements politiques et elle s’était efforcée de consacrer une large place à la présentation de nouvelles idées en matière de politique ou de philosophie politique. Mais il reste vrai que ce furent surtout des auteurs proches des idées du national-libéralisme et des spécialistes de l’économie nationale comme Friedrich Naumann, Friedrich List et Theodor Heuss qui purent s’exprimer régulièrement dans la Neue Rundschau par l’entremise de Saenger. En même temps celui-ci a su engager comme collaborateurs de la revue des sociologues renommés comme Alfred et Max Weber, Georg Simmel et Werner Sombart. Saenger lui-même a rédigé pendant 25 ans la « Chronique politique » dans la Neue Rundschau et il y critiquait vigoureu­sement l’ordre politique de l’empire wilhelminien, la politique impérialiste et belliciste de l’empereur ainsi que les milieux politiques dominants dans la société allemande de ce temps15.

  • 16 Ibid., p. 920.
  • 17 Cf. ibid.

6Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a représenté un sérieux défi pour la rédaction de la Neue Rundschau, parce que, tout en criti­quant l’esprit wilhelminien, elle avait professé un patriotisme fondé sur ses convictions national-libérales, républicaines et démocratiques et avait signa­lé qu’elle n’était pas prête à « se ranger dans le camp de l’adversaire natio­nal »16. Grothe met en lumière le fait que, dans les années de 1914 à 1918, c’est surtout Saenger qui a réussi à parler dans la Neue Rundschau parfois de manière très critique des causes et des conséquences de la Première Guerre mondiale sans jamais tomber dans l’antipatriotisme ou le défaitisme. Dans leur ensemble pourtant les auteurs de la Rundschau ont maintenu leur atti­tude extrêmement critique à l’égard de la société d’avant-guerre et ont plaidé avant même la fin de la guerre pour un nouvel ordre pour l’Allemagne d’après-guerre, fondé sur un modèle de société libre et démocratique17.

7La fin de la Première Guerre mondiale et l’instauration de la république de Weimar permirent à la rédaction de la Neue Rundschau et à son éditeur de se libérer enfin de la censure qu’ils s’étaient imposée eux-mêmes et de mettre explicitement leurs convictions politiques personnelles en accord avec la politique de la rédaction. Dans le numéro de décembre 1919 la rédac­tion et son chef ont publié sous le titre « Notre chemin » une brève décla­ration programmatique exposant clairement la position de la Neue Rund­schau après la fin de la Première Guerre mondiale :

« Nous resterons résolument fidèles à cette république dont on nous a fait cadeau, nous ferons progresser énergiquement l’idée de démocratie dans tous les domaines et nous la réaliserons sans nul dogmatisme. Il faut inculquer au peuple un esprit authentiquement démocratique et libéral ; il faut guérir les graves séquelles physiques laissés par l’ancien régime […]

  • 18 « Unser Weg », in : NR, Nr. 12, 1919, 1407-1408.

Nous considérons que dans le domaine de la culture un de nos devoirs essen­tiels sera, après l’ouverture des frontières, d’entrer directement en relation avec les pays étrangers qui furent nos ennemis et d’établir avec eux un contact plus vivant, plus fort et plus efficace qu’au temps de l’avant-guerre. Nous chercherons systématiquement à présenter dans leurs grandes lignes les mouvements politiques, économiques, artistiques et culturels de ces pays. La grande pensée goethéenne de la littérature mondiale devra, élargie, déployer plus intensément que jadis son formidable pouvoir de fécondation. Nous devons faire venir à nous les courants intellectuels de l’étranger »18.

  • 19 Cf. Mendelssohn, op. cit., p. 821.
  • 20 Ibid., p. 822.
  • 21 On trouvera chez Mendelssohn, op. cit., p. 822-824 un récit détaillé de cet intermède.
  • 22 Mendelssohn rapporte qu’Alfred Döblin qu’Oscar Bie avait fait entrer dans la rédaction était consid (...)

8Mais il ne suffisait pas de formuler cet objectif de politique rédaction­nelle ambitieux et – pour l’époque – extraordinairement courageux, il fallait aussi pouvoir répondre à la question de savoir comment se ferait concrète­ment cette ouverture intensive sur l’étranger. Samuel Fischer estimait qu’Oscar Bie (1866-1923), jusque-là rédacteur en chef, n’était plus à la hauteur de cette tâche. Certes, Bie avait dirigé la revue pendant un quart de siècle avec une exceptionnelle réussite, mais il présentait des signes évidents de surmenage après la phase éprouvante de la Première Guerre mondiale19. Pendant la première année après la guerre, il avait suivi une ligne rédac­tionnelle « mal assurée, en zigzag »20 qui indisposa fortement surtout les auteurs anciens de la Neue Rundschau, en particulier Hermann Hesse, Thomas Mann et Jakob Wassermann. Ceux-ci, ainsi que d’autres auteurs qui étaient parmi les piliers de la Neue Rundschau, envisagèrent même de publier une nouvelle revue à Munich sous le titre Figura21. Bien que ce projet n’ait jamais vu le jour, ces tentatives ont quand même conduit Samuel Fischer à chercher pour la Neue Rundschau un nouveau rédacteur en chef, capable à la fois de mettre en pratique la nouvelle ligne rédactionnelle et d’empêcher que les anciens collaborateurs fidèles n’abandonnent la revue22.

  • 23 Il avait déjà écrit sur des auteurs comme Leonhard Frank, Frank Wedekind et Franz Werfel. Cf. à ce (...)
  • 24 Cf. Rudolf Kayser, Arnims und Brentanos Stellung zur Bühne, Berlin 1914.
  • 25 Cf. Rudolf Kayser, « Die Intellektuellen und die Geistigen », in : NR, Jg. 29, Bd 1, 1918, p. 431-4 (...)
  • 26 Rudolf Kayser, « Das Ende des Expressionismus », in : Der Neue Merkur Jg. IV, Nr. 4, 1920, p. 251-2 (...)
  • 27 Kayser était entré en contact avec Saenger alors qu’il était lycéen et Saenger son professeur d’ang (...)
  • 28 Cf. Rudolf Kayser, Stendhal oder Das Leben eines Egotisten, Berlin 1928 ; Id., Claude Henri Saint-S (...)
  • 29 Cf. à ce sujet Hansen, op. cit., p. 427 sq.
  • 30 Ibid., p. 422.
  • 31 Ibid.

9Finalement Samuel Fischer a découvert les qualités qui lui paraissaient nécessaires pour le poste de rédacteur en chef de la Neue Rundschau dans la personnalité aux talents multiples de Rudolf Kayser (1889-1964), que Samuel Saenger lui avait présenté en 1919. Rudolf Kayser avait publié, peu de temps après avoir passé son baccalauréat (1910), des poésies et des textes en prose dans la revue Die Aktion et il s’était fait un certain nom par ses comptes rendus et ses travaux de critique littéraire sur des œuvres et des auteurs expressionnistes23. Après son doctorat sur La position d’Arnim et de Brentano à l’égard de la scène24, il avait accepté un poste d’enseignant à la Lessing-Hochschule à Berlin, ce qui lui permettait aussi de prendre part à la vie littéraire de la capitale allemande. C’est en 1918 que parut son premier texte dans la Neue Rundschau (un compte rendu du livre de Hans Blüher, paru en 1916, Die Intellektuellen und die Geistigen)25, suivi en 1920 d’un article remarqué intitulé « La fin de l’expressionnisme ». Il fit sensation, d’une part parce qu’il prenait nettement ses distances par rapport à ce courant littéraire, imprégné – à son avis – de nihilisme et de chaos intellec­tuel, et d’autre part parce qu’il demandait qu’après la Première Guerre mon­diale « la forme redevienne la mission du poète »26. Cette attitude critique à l’égard de la posture expressionniste, ainsi que son « sens de la forme et du style, dénué d’emphase et conscient de la tradition » rejoignaient chez lui des convictions politiques fondamentales qu’il avait héritées de son mentor Saenger27 : Kayser était proche des idées du libéralisme national et social, il soutenait la république de Weimar et se considérait en matière de politique culturelle comme un européen allemand dont les intérêts historiques et litté­raires ne s’arrêtaient pas aux frontières. Enfin il a montré un intérêt tout particulier pour la culture et pour le monde intellectuel français. C’est ce que prouve entre autres sa volumineuse biographie de Stendhal et son étude sur « Claude-Henri comte de Saint-Simon, prince des pauvres »28 parue après sa mort, mais surtout son activité comme rédacteur en chef de la Neue Rund­schau dont nous parlerons plus loin de manière plus détaillée. En résumé, on peut retenir pour le moment qu’en 1921, en la personne de Rudolf Kayser, un jeune poète et critique prometteur a fait son entrée dans les cercles littéraires autour de Samuel Fischer : il ne lui faudra qu’un an pour se mettre au courant du travail et pour être promu rédacteur en chef de la Neue Rundschau. Grâce à ses convictions politiques et littéraires, à son caractère aimable et réservé, mais aussi grâce à l’énergie avec laquelle il poursuivait ses objectifs, il est devenu rapidement une personnalité respectée dans l’entourage de S. Fischer, jouissant entre autres de l’amicale estime des frères Heinrich et Thomas Mann29. Mais c’est surtout son action comme rédacteur en chef qui montra que Samuel Fischer avait bien jugé le potentiel de Kayser. Dans la phase de 1923 à 1932, c’est en premier lieu sa capacité à « reconnaître la qualité littéraire et à encourager des jeunes talents »30 qui s’est révélée profitable à la Neue Rundschau. La revue « a connu sous sa direction un essor inouï »31, en particulier aussi à cause de sa volonté de poursuivre énergiquement l’internationalisation de la Neue Rundschau. La présentation a été changée (les caractères gothiques ont été remplacés par des caractères latins accessibles aux lecteurs européens), de nouvelles sec­tions et rubriques ont été introduites et de jeunes poètes ont été intégrés dans le cercle des auteurs de la Neue Rundschau sans trop de frictions. À côté de la génération des aînés – par exemple Thomas Mann, Gerhart Hauptmann, Hermann Hesse et Hugo von Hofmannsthal – des personnalités comme Manfred Hausmann, Kurt Heuser, Carl Zuckmayer, Bertolt Brecht et Gottfried Benn purent publier des textes. La modernisation de la Neue Rundschau effectuée par Kayser comprenait aussi la réalisation quasi textuelle du programme culturel formulé en 1919, où la Neue Rundschau s’engageait à tenir compte plus fortement que par le passé des courants littéraires à l‘étranger. La présentation de la littérature et de la culture fran­çaises constituait un des axes principaux de ce programme : nous en parlons en détail ci-après.

3. Auteurs et œuvres français dans la Neue Rundschau de 1922
à 1932

10Tandis que dans les premières années de l’après-guerre la littérature du voisin français n’est que peu représentée dans la Neue Rundschau, la situa­tion devient sensiblement différente sous la direction de Rudolf Kayser. À partir de la fin de 1922 on peut distinguer cinq types différents de contri­butions relatives à la vie littéraire et culturelle française.

11Un premier type est constitué par la publication, en traduction allemande, d’extraits tirés de romans et de correspondances d’auteurs français, parus ou à paraître. On peut signaler en particulier la publication de lettres de Gustave Flaubert, émile Zola, Charles Baudelaire. À partir de 1925, la revue publie des récits, des poèmes et des extraits de romans d’auteurs importants de l’entre-deux-guerres. On y trouve des textes de Georges Duhamel, Paul Valéry, François Mauriac, Paul Morand, Jean Giono et Jean Cocteau.

  • 32 Cf. par exemple Thomas Mann, « Pariser Rechenschaft », in : NR Jg. 37, Bde 1 u. 2, 1926, p. 449-463 (...)

12Des essais et des exposés d’auteurs allemands constituent le deuxième type d’articles. Le lecteur y est renseigné sur des évolutions littéraires dans la France contemporaine, sur des écrivains français importants ou sur des rencontres avec la France contemporaine sous la forme de récits de voyage. On peut mentionner ici quelques auteurs représentatifs comme Iwan Goll, Ernst Robert Curtius, Heinrich et Thomas Mann, René Schickele et Ferdinand Lion. Le lecteur est informé de rencontres avec Henri Barbusse et le groupe « Clarté » ou avec Georges Duhamel ; dans sa Pariser Rechen­schaft Thomas Mann parle de ses nombreux contacts avec des cercles litté­raires et intellectuels dans la capitale française ; Curtius publie des essais sur Gide, Proust, etc.32

  • 33 Cf. Georges Duhamel, « Vom europäischen Geist », in : NR Jg. 39, Bd 2, 1928, p. 235-248 et André Su (...)
  • 34 Cf. Pierre Viénot, « Deutschland und Frankreich », in : NR Jg. 42, Bd 2, 1931, p. 721-736.
  • 35 Trois contributions seulement ont paru dans la NR avant cette époque.

13Un troisième type de publications est représenté par des essais et des exposés d’auteurs français. Certains présentent – de manière analogue aux essais d’auteurs allemands – la littérature française actuelle et des auteurs célèbres ; parmi les auteurs les plus importants, on peut citer Jacques Rivière, André Germain, François Mauriac, André Gide et Paul Valéry. Dans un grand nombre d’autres essais, des auteurs français traitent de sujets culturels dans la perspective de la politique d’entente. Georges Duhamel et André Suarès par exemple publient des textes sur l’avenir d’une Europe unie sur le plan intellectuel et culturel33, tandis que Pierre Viénot explore les possibilités d’une entente franco-allemande34. Il est révélateur que la majeure partie de ces quelque trente contributions commence à paraître à partir du début de l’ère de Locarno, c’est-à-dire à partir du milieu de 192635. Ainsi le « Locarno intellectuel » que des intellectuels allemands ont préparé entre autres dans la Neue Rundschau se traduit également dans la politique rédac­tionnelle, notamment par l’accueil systématique d’auteurs français sous la direction de Rudolf Kayser.

  • 36 Ferdinand Lion, « Poincaré », in : NR Jg 33, Bd 1, 1922, p. 333-335 ; Rudolf Kayser, « Albert Thoma (...)

14Un quatrième type de textes est constitué par de brefs comptes rendus consacrés à des romans français récents traduits en allemand. Ces comptes rendus concernent aussi des biographies d’auteurs ou d’hommes politiques français importants. C’est ainsi, par exemple, que Ferdinand Lion parle d’une biographie de Poincaré et Kayser rend compte de livres consacrés à Albert Thomas et émile Zola36. Mais par rapport à d’autres types de contri­butions cette manière de présenter la vie intellectuelle française n’a joué qu’un rôle secondaire dans la Neue Rundschau. Dans cette rubrique, l’accent principal était manifestement mis sur les comptes rendus de nouveaux livres publiés par des auteurs allemands ou de langue allemande.

15La rubrique intitulée « revue européenne » représente un cinquième type de textes : les contributions, le plus souvent rédigées ou traduites par Rudolf Kayser lui-même, sont destinées à faire connaître certains aspects de la vie culturelle française. Dans presque tous les numéros de la revue entre 1924 et la fin de 1931, le lecteur trouve dans cette rubrique qui s’appelait d’abord, en 1922-1923, « Voix de l’étranger », des informations sur des thèmes poli­tiques et culturels discutés dans les revues culturelles françaises. Étant donné que, dans cette rubrique, Kayser s’est particulièrement intéressé au voisin français – surtout en comparaison avec son intérêt pour d’autres pays comme la Grande-Bretagne, les USA, l’Espagne ou la Suisse – nous allons consacrer un chapitre à part à ce cinquième type de contributions en rapport avec la France.

4. La contribution de Rudolf Kayser à la connaissance de la vie intellectuelle et culturelle française à travers la rubrique « Revue européenne » (1922-1931)

  • 37 Selon mon décompte, 202 colonnes ont été publiées entre 1922 et 1931 dans les « Voix de l’étranger  (...)

16L’originalité des quelque deux cents contributions concernant la France37 dans les « Voix de l’étranger » puis dans la « Revue européenne » entre 1922 et 1931 réside d’abord dans le fait que Rudolf Kayser a offert au lecteur allemand, dans le cadre de sa présentation de la vie intellectuelle et culturelle française, un panorama impressionnant du paysage des revues paraissant dans le pays voisin. Tous les textes résumés, commentés et traduits par Kayser sont extraits de journaux ou de revues culturelles de parution récente. En voici la liste :

  • 38 Trois autres revues de langue française sont citées : La Revue de Genève (Suisse), Neue Schweizer R (...)

Tab. 1: Périodiques français représentés dans la « Revue européenne » (1922-1931)38

Nom du journal ou de la revue

Nombre de références

Nouvelle Revue Française

52

Les Nouvelles Littéraires

52

Mercure de France

23

Revue Européenne

15

L’Europe Nouvelle

15

Vient de Paraître

8

Commerce

6

La Revue Mondiale

3

Cahiers du Mois

2

Revue de Paris

2

Cahiers de l’étoile

1

Cahiers de la Nouvelle Journée

1

Cahiers de la Quinzaine

1

Demain

1

écrits nouveaux

1

Esprit

1

Europe

1

Journal du Peuple

1

L’ère nouvelle

1

La Connaissance

1

Latinité

1

Le Correspondant

1

Le Crapouillot

1

Les Feuilles Libres

1

Les Marges

1

Paris-New York

1

Revue critique des Idées et des Livres

1

Revue de France

1

Revue du Mois

1

Revue Hebdomadaire

1

Revue Marxiste

1

Revue Rhénane

1

Revue Universelle

1

Tentatives

1

  • 39 Cf. sur ce sujet Martyn Cornyck, Intellectuals in History. The „Nouvelle Revue Fran­çaise“ under Je (...)

17En considérant cette liste, on n’est pas seulement frappé par le large spectre des sources exploitées par Kayser. Ce qui est remarquable aussi, c’est que Kayser s’est toujours efforcé de faire connaître au lecteur des textes et des débats intellectuels émanant de revues considérées dans la France de l’entre-deux-guerres comme les organes de référence dans le domaine politique et culturel. Il s’intéressait surtout à des publications se situant sur le spectre politique du côté de la gauche démocratique. Il est significatif que les revues les plus souvent citées par Kayser, c’est-à-dire la Nouvelle Revue Française (NRF) et les Nouvelles Littéraires, sont parmi les représentants les plus connus du pôle républicain de gauche au sein du milieu politique et littéraire en France39 ; leurs positions faisaient autorité pendant la période de l’entre-deux-guerres et pas seulement dans le domaine de la critique littéraire. Du point de vue politique aussi, ces revues, surtout la NRF, la Revue Européenne et l’Europe Nouvelle faisaient partie des revues qui se sont le plus clairement engagées pour un rapprochement culturel, politique et économique entre l’Allemagne et la France.

  • 40 Faisaient partie de ce réseau le milieu de la NRF, le cercle de Pontigny, l’Union pour la Vérité un (...)

18Le but poursuivi par Rudolf Kayser dans les « Voix de l’étranger » et la « Revue européenne » – faire connaître des idées et des opinions françaises – répondait donc à une ligne politique et culturelle clairement reconnaissable, qu’on discerne dans quantité de contributions publiées dans cette rubrique. Kayser cite abondamment des extraits d’articles dans lesquels des intellec­tuels de renom, appartenant dans la période de l’entre-deux-guerres au milieu franco-allemand des partisans de l’entente,40 se prononçaient en faveur d’un rapprochement entre la France et l’Allemagne dont les prota­gonistes seraient des élites politiques, culturelles et économiques. Dès 1922 il donne la parole au publiciste et historien Daniel Halévy qui, dans la Revue de Genève, s’était prononcé prudemment en faveur d’un rapprochement de l’Allemagne avec la France dans l’esprit de Goethe :

  • 41 Daniel Halévy, cité d’après Rudolf Kayser, in : NR Jg. 33, Bd 1, 1922, p. 332.

« Cette bourgeoisie rhénane qui a donné naissance à un Goethe (à chaque détour de notre pensée ce nom revient comme un signe nécessaire) qu’est-elle devenue ? N’a-t-elle pas ses sages désirs qui la ramèneraient à nous [i.e. à la France, FB] ou mieux – car il est important d’éviter ici la moindre trace de préjugé national – qui la ramèneraient aux traditions occidentales aux­quelles la France a une si grande part ? C’est la direction d’où peut venir, il me semble, une rencontre et des échanges entre les esprits français et alle­mands. »41

19Si l’on compare ce passage d’Halévy avec le programme rédactionnel de la Neue Rundschau en 1918, cité ci-dessus où la « grande idée goethéenne de la littérature mondiale » est mise en avant comme clé de la réussite de l’ouverture sur les courants intellectuels de l’étranger, on constate clairement que Kayser a cherché très tôt à transformer la Neue Rundschau en plate-forme pour les efforts de rapprochement entre la France et d’Allemagne. Pour réaliser ce projet, Kayser a pu s’appuyer aussi sur des contacts person­nels avec des intellectuels français de premier plan : c’est ce que montre l’hommage qu’il rend à Jacques Rivière, le directeur de la NRF, mort en 1925 :

  • 42 Rudolf Kayser, in : NR Jg. 36, Bd 1, 1925, p. 444.

« Alors qu’il [Jacques Rivière, FB] était typiquement français dans son attitude littéraire, il était pourtant un bon Européen dans sa mentalité. Dans de nombreuses lettres, il m’a entretenu de la France et de l’Allemagne, des possibilités intellectuelles d’ici et de là-bas. Il percevait aussi la parenté entre nos deux revues et se sentait attaché à la nôtre où lui-même avait déjà publié une contribution. »42

20Ce passage ne montre pas seulement à quel point Kayser se sentait solidaire des efforts du cercle autour de la NRF en faveur d’un rapproche­ment franco-allemand. Il prouve de surcroît que l’importance du rôle joué par la rédaction de la Neue Rundschau et par le réseau des intellectuels autour des éditions Samuel Fischer pour rendre possible des rencontres entre intellectuels français et allemands, reposait en particulier aussi sur les bonnes relations que le directeur de la Neue Rundschau entretenait directement avec des personnalités déterminantes de la vie culturelle française. En présentant à ses lecteurs un vaste panorama des sujets traités dans la NRF et dans d’autres revues, Kayser apportait consciemment sa contribution à l’entente franco-allemande. Le substrat socioculturel de ces sujets se situait dans le réseau de relations transnationales entre les milieux intellectuels allemands et français.

5. Bilan

21En récapitulant, pour finir, les cinq types de contributions qui caracté­risent dans la Neue Rundschau la présentation de la vie culturelle française sous la république de Weimar, on peut retenir en premier lieu que cette revue culturelle a constitué une filière importante pour l’importation culturelle française, ne serait-ce que d’un point de vue quantitatif. La Neue Rundschau a choisi délibérément de jouer ce rôle. Rudolf Kayser a développé en tant que rédacteur en chef de la Neue Rundschau des manières multiples de présenter des thèmes en rapport avec la France, en ayant pour but essentiel de donner au lecteur allemand une impression vivante de la production cultu­relle française. Ce projet reposait d’une part sur un programme de politique rédactionnelle visant à donner aux lecteurs une ouverture culturelle sur l’étranger grâce à la Neue Rundschau et d’autre part sur la volonté de Rudolf Kayser de créer une plate-forme au service de l’idée d’un rapprochement culturel entre l’Allemagne et la France. À côté de la décision de permettre à partir de 1926 à des auteurs français de publier leurs propres articles, il faut relever surtout la forme choisie par Kayser dans la rubrique « Voix de l’étranger » puis « Revue européenne » pour faire connaître la France. Cette manière de présenter la pensée française, poursuivie pendant plus de dix ans, représente sans aucun doute une des contributions les plus originales à la constitution des relations culturelles franco-allemandes dans la phase de la république de Weimar.

Notes

1 Cf. Heinrich Mann, « Pour un Locarno intellectuel », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, Jg. 1, 1928, p. 292-299, ici p. 292.

2 Par la suite nous utilisons dans les notes de bas de page pour la Neue Rundschau l’abrévia­tion NR. Pour l’histoire de cette revue, qui s’est d’abord appelée Freie Bühne für modernes Leben et qui, après quelques changements de nom, a pris en 1904 son nom définitif Die Neue Rundschau, voir Wolfgang Grothe, « Die Neue Rundschau des Verlages S. Fischer. Ein Beitrag zur Publizistik und Literaturgeschichte der Jahre von 1890 bis 1925 », in : Archiv für Geschichte des Buchwesens Jg. IV, 1963, p. 809-996.

3 Ibid., p. 878. Grothe évoque abondamment cette phase de l’histoire de la Neue Rundschau sous la direction du rédacteur en chef Oscar Bie ; il la désigne aussi comme l’âge d’or de cette revue à vocation littéraire et politico-culturelle (Cf. ibid., p. 858-918).

4 Wolfgang Grothe, « Zur gesellschaftlichen Struktur des Mitarbeiter- und Leserkreises von S. Fischers Neuer Rundschau », in : Publizistik Jg. III, 1961, p. 164-173, ici p. 165. Voir aussi la suite des développements de Grothe sur la structure sociologique de la rédaction et du public de la Neue Rundschau.

5 Cf. Hans Manfred Bock, « Les ‚années folles‘ de Berlin (1927-1933). Le témoignage de Pierre Bertaux », in : Pierre Bertaux : Un Normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933. Paris 2001, p. 13-46, ici p. 17 sq.

6 Peter de Mendelssohn, S. Fischer und sein Verlag. Frankfurt/Main 1970, p. 991.

7 Brigitte Bermann Fischer, Sie schrieben mir oder was aus meinem Poesiealbum wurde. München 1981, p. 125.

8 Pierre Bertaux, Un Normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933. Paris 2001.

9 Il s’est employé, entre autres, en faveur de Benjamin Crémieux, André Gide et Roger Martin Du Gard. (Cf. Bertaux, op. cit., p. 97 ; 128-129 ; 160).

10 Michel Grunewald, « Deutsche Intellektuelle als Vorläufer des ‚Geistes von Locarno‘. Die Neue Rundschau und Frankreich zwischen 1919 und 1925 », in : Recherches Germaniques Nr. 18, 1988, p. 67-88, ici p. 69.

11 Grothe, « Zur gesellschaftlichen Struktur.. », op. cit., p. 168.

12 Cf. l’introduction de Hans Manfred Bock dans le présent volume, intitulée « Transaction, transfert et constitution de réseaux ».

13 Grothe, « Die Neue Rundschau... », op. cit., p. 840.

14 Cf. ibid. Tant dans sa phase naturaliste que dans sa phase symboliste et pré-impres­sionniste, la NR s’est intéressée à la dimension européenne de ces courants littéraires, présentant aussi, à côté de leurs représentants allemands, des auteurs comme Arne Gaborg, Knut Hamsun, Henrik Ibsen, Fjodor Dostojewski, Emile Zola et d’autres.

15 Pour une présentation détaillée de ce qui précède, voir ibid., p. 912-918.

16 Ibid., p. 920.

17 Cf. ibid.

18 « Unser Weg », in : NR, Nr. 12, 1919, 1407-1408.

19 Cf. Mendelssohn, op. cit., p. 821.

20 Ibid., p. 822.

21 On trouvera chez Mendelssohn, op. cit., p. 822-824 un récit détaillé de cet intermède.

22 Mendelssohn rapporte qu’Alfred Döblin qu’Oscar Bie avait fait entrer dans la rédaction était considéré par les auteurs plus anciens comme littérairement crispé et « ivre de fraternisation ». Cf. Mendelssohn, op. cit., p. 822.

23 Il avait déjà écrit sur des auteurs comme Leonhard Frank, Frank Wedekind et Franz Werfel. Cf. à ce sujet et au sujet de ce qui suit, en particulier Thomas S. Hansen, « Rudolf Kayser », in : Spalek, John M./Strelka, Joseph (éds.) : Deutschsprachige Exilliteratur seit 1933, T. 2. Bern 2001, p. 421-432 ; Grothe, « Die Neue Rundschau... », op. cit., p. 953-955 ; Mendelssohn, op. cit., p. 857-861.

24 Cf. Rudolf Kayser, Arnims und Brentanos Stellung zur Bühne, Berlin 1914.

25 Cf. Rudolf Kayser, « Die Intellektuellen und die Geistigen », in : NR, Jg. 29, Bd 1, 1918, p. 431-432.

26 Rudolf Kayser, « Das Ende des Expressionismus », in : Der Neue Merkur Jg. IV, Nr. 4, 1920, p. 251-258, ici p. 256.

27 Kayser était entré en contact avec Saenger alors qu’il était lycéen et Saenger son professeur d’anglais et de français.

28 Cf. Rudolf Kayser, Stendhal oder Das Leben eines Egotisten, Berlin 1928 ; Id., Claude Henri Saint-Simon, Fürst der Armen, München 1966.

29 Cf. à ce sujet Hansen, op. cit., p. 427 sq.

30 Ibid., p. 422.

31 Ibid.

32 Cf. par exemple Thomas Mann, « Pariser Rechenschaft », in : NR Jg. 37, Bde 1 u. 2, 1926, p. 449-463, 576-598, 66-79.

33 Cf. Georges Duhamel, « Vom europäischen Geist », in : NR Jg. 39, Bd 2, 1928, p. 235-248 et André Suarès, « Europäische Perspektiven », in : NR Jg. 40, Bd 1, 1929, p. 505-526.

34 Cf. Pierre Viénot, « Deutschland und Frankreich », in : NR Jg. 42, Bd 2, 1931, p. 721-736.

35 Trois contributions seulement ont paru dans la NR avant cette époque.

36 Ferdinand Lion, « Poincaré », in : NR Jg 33, Bd 1, 1922, p. 333-335 ; Rudolf Kayser, « Albert Thomas », in : NR Jg. 43, Bd 2, 1932, p. 280-281 ; Id., « Eine Zola-Biographie », in : NR Jg. 43, Bd 2, 1932, p. 427-428.

37 Selon mon décompte, 202 colonnes ont été publiées entre 1922 et 1931 dans les « Voix de l’étranger » ou la « Revue européenne » au sujet de la France. En moyenne, 20 contribu­tions sur des thèmes en rapport avec la France paraissaient par an.

38 Trois autres revues de langue française sont citées : La Revue de Genève (Suisse), Neue Schweizer Rundschau, Nord (Belgique).

39 Cf. sur ce sujet Martyn Cornyck, Intellectuals in History. The „Nouvelle Revue Fran­çaise“ under Jean Paulhan. Amsterdam/Atlanta 1995.

40 Faisaient partie de ce réseau le milieu de la NRF, le cercle de Pontigny, l’Union pour la Vérité une association d’intellectuels parisiens, ainsi que le cercle de Colpach autour d’émile et Loup Mayrisch. Cf. sur ce sujet entre autres François Beilecke/Hans Manfred Bock (éds.), « Vernunftethik als gesellschaftliches Projekt. Die Intellektuellen-Vereinigung Union pour la Vérité in der Dritten Republik », in : Lendemains Nr. 78/79, 1995, p. 79-171 ; François Beilecke/Hans T. Siepe (éds.), « André Gide und der NRF-Kreis », in : Lendemains Nr. 101/102, 2001, p. 80-198 ; Hans Manfred Bock, « Pierre Viénot, der Deutschland-Kenner im Freundeskreis von André Gide », in : Hans T. Siepe/Raimund Theis (éds.), André Gide und Deutschland/André Gide et l’Allemagne. Düsseldorf 1992, p. 194‑207 ; id., « Der Blick des teilnehmenden Beobachters. Zur Entstehung von Pierre Viénots Buch Ungewisses Deutschland in der Weimarer Republik und zu dessen Stellung in der französischen Deutschland-Essayistik des 20. Jahrhunderts », in : Pierre Viénot, Ungewisses Deutschland. Zur Krise seiner bürgerlichen Kultur. Neu hrsg., eingel. und kommentiert von Hans Manfred Bock, Bonn 1999, p. 9-77.

41 Daniel Halévy, cité d’après Rudolf Kayser, in : NR Jg. 33, Bd 1, 1922, p. 332.

42 Rudolf Kayser, in : NR Jg. 36, Bd 1, 1925, p. 444.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540