Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

Les auteurs et leurs livres

Eduard Wechssler et les conférences françaises à l’Université de Berlin 1926-1934

Susanne Paff

Texte intégral

1Eduard Wechssler, directeur du « Séminaire des langues romanes » de l’université de Berlin, organisa entre 1926 et 1934 – peut-être même après, mais nous manquons de documents sur cette période – une série de confé­rences d’écrivains et philosophes français. Avant d’en venir aux orateurs et à leurs conférences elles-mêmes, nous allons d’abord présenter le cadre et les conditions de cette initiative, ainsi que les motivations de Wechssler.

I

2Eduard Wechssler (1869-1949) a fait ses études à Tübingen, Heidelberg et Munich avant de soutenir ses thèses avec Hermann Suchier à Halle. D’abord Privatdozent à Halle, il devint en 1903 professeur sans chaire, puis en 1909, professeur titulaire à Marburg et fut, de 1920 à 1937, directeur du Séminaire de romanistique à Berlin. Il a travaillé sur les complaintes ma­riales romanes, le roman du Graal, le mysticisme et la poésie des trouba­dours, Molière, Victor Hugo et Verlaine et s’est surtout consacré, à partir de 1915, à des études ethnopsychologiques sur « l’Allemand » et « le Fran­çais ». Son livre le plus connu est un ouvrage de 600 pages, Esprit und Geist, paru en 1927.

  • 1 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, Bielefeld und Leipzig, 1927, p. V.

3L’idée centrale de cet ouvrage est que « cela vaut la peine » d’essayer de « comprendre dans leurs traits distinctifs permanents l’esprit du peuple [Volkheit] français et celui du peuple [Volkheit] allemand »1 et, ce faisant, de

« faire ressortir systématiquement dans cette description les différences de nature entre l’Allemand et le Français et de reconnaître l’Allemand en le comparant au Français »,

4car, selon lui, l’Allemagne a « toujours eu de la peine », à

  • 2 Ibidem.

« s’affirmer intellectuellement et en tant qu’état face à son voisin occidental qui forme et affiche son être profond [Wesen] avec naturel et assurance »2.

5Cette tâche qui consiste « à se connaître soi-même par comparaison avec l’autre » est d’autant plus importante, dit Wechssler dans un autre passage, que l’Allemagne ne redeviendra « forte »,

  • 3 Eduard Wechssler : « Unsere Kriegsliteratur in französischer Vorstellung und in der deut­schen Wirk (...)

« que lorsqu’elle se retrouvera et surmontera le découragement et la décep­tion engendrés par le passé récent : elle existe et elle est invincible dès qu’elle commence à croire de nouveau à la valeur infinie de son âme et au caractère sacré de sa mission »3.

6Cette « mission », quant à elle, consiste à devenir le guide intellectuel de l’Europe, d’autant plus que la France n’est absolument pas en mesure de remplir ce rôle :

  • 4 Eduard Wechssler : Deutsche und französische Kultur. Mannschaftsvorträge an der West­front im Dezem (...)

« Aucune des grandes cultures européennes n’est au fond plus archaïque, voire moyenâgeuse, aucune n’est davantage tournée vers le passé, aucune n’est moins apte à servir aux autres peuples du monde de guide vers un avenir nouveau et lointain »4.

  • 5 Ibidem, p. 37.
  • 6 Ibidem, p. 38.

7Selon Wechssler, la France en est restée à une « situation culturelle » « arrié­rée », « désuète » et, depuis l’époque du rococo, elle n’a donné naissance à aucun courant stylistique nouveau. De « nombreux autres domaines » sont qualifiés globalement de « rétrogrades », eux aussi, et les efforts de la litté­rature et de la philosophie les plus récentes ne peuvent pas compenser cela.5 En revanche, la culture allemande est « autrement plus à la hauteur » des tâches présentes et futures, car l’Allemagne est, dit-il, une nation jeune, ca­pable d’évoluer, qui doit simplement parvenir encore « à la maturité de ses germes vitaux les plus intimes », c’est-à-dire développer un sentiment national « calme, résolu et invincible »6.

  • 7 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 579.

8Il est un point, malgré tout, où la France doit servir de modèle : elle a su, mieux qu’aucun autre peuple, résister à « l’esprit du temps », protéger contre toutes les attaques les valeurs qui constituent l’essence de son peuple (« volkheitliche Güter »), et proclamer et défendre au cours de la Guerre mondiale les « concepts originels et les actes sacrés constitutifs de son être profond », ce que les Allemands n’ont absolument pas su faire7.

  • 8 Ibidem, p. 576.

9La coexistence pacifique des deux états est, pour Wechssler, une condi­tion indispensable pour la paix en Europe et doit donc être recherchée, mais seulement à une condition : il ne doit pas s’agir de l’« Europe globale » des tenants des Lumières qui, avec leur conception d’une citoyenneté du monde, ne peuvent produire que « compromis, moyen terme, médiocrité »8. Cette condition n’est que la conséquence logique de l’exigence formulée plus haut d’une prédominance intellectuelle de l’Allemagne.

  • 9 Eduard Wechssler : « Das junge Frankreich und das junge Deutschland », in : Preußische Jahrbücher, (...)
  • 10 Ibidem, p. 200.
  • 11 Ibidem.

10Un autre préalable pour la paix future est, selon Wechssler, que la lumière soit faite sur la question de la responsabilité dans le déclenchement de la guerre : le traité de paix a concédé à la France des droits « au-delà de toute morale et moralité »9 et – au mépris de toute justice – « le gouverne­ment impérial allemand de 1914 » est toujours, « face au monde hostile, marqué au fer rouge comme un criminel »10. Inlassablement, à toute heure, il faut réclamer justice à la France et exiger « une réponse impartiale à cette question », « dans l’intérêt de l’Europe et de la paix future »11.

  • 12 Cf. à propos du mouvement de la Kulturkunde e.a. Frank-Rutger Hausmann : « Aus dem Reich der seelis (...)
  • 13 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. V, sqq.

11Selon Esprit und Geist, les travaux des spécialistes de littérature ou de Kulturkunde12 auraient consisté jusqu'à présent en recherches de détail « dé­pourvues de vie » et en études microscopiques « dépourvues d’attraits ». Wechssler récuse ces pratiques pour leur substituer une « appréhension » de ce qui est « au cœur de l’être profond [Wesensmitte] », de ce qui constitue « l’unité de cet être profond [Wesenseinheit] et de ce qui caractérise « l’être profond de son peuple [volksheitliche Wesensart] » du « Français » et de l’« Allemand »13. Dès 1925, Wechssler avait expliqué que l’historisme du xixe siècle s’était contenté de chercher à

  • 14  Eduard Wechssler : « Phänomenologie und Philologie », in : Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, Bd. (...)

« découvrir la nature et l’essence des faits et des personnages historiques, ainsi que des nations, en étudiant le déroulement de leur devenir et de leurs destinées »14.

  • 15 Ibidem.
  • 16 Ibidem, p. 6.
  • 17 Ibidem.

12Pour lui, c’était insuffisant : cela permettait d’approcher l’objet étudié mais non d’y « pénétrer »15. Il ne s’agit plus maintenant de ce qui est « fortuit », de « tout ce qui enveloppe et voile », mais de ce qui « touche à l’essence, ce qui est durable, inaltérable, ce qui défie le temps »16, le « plan avec les murs, les piliers et la charpente, ... l’ossature »17.

  • 18 Ibidem, p. 10.
  • 19 Ibidem.
  • 20  L’apparence de sérieux scientifique du livre Esprit und Geist vient aussi de ce que Wechssler, dan (...)
  • 21  Eduard Wechssler : « Phänomenologie und Philologie », in : Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, op. (...)
  • 22 Ibidem.
  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibidem.

13La démarche de Wechssler se rattache, selon lui, à la phénoménologie d’Edmund Husserl, qu’il présente comme le « théoricien de la nouvelle étude de l’être profond »18 et à partir duquel il développe sa propre « mé­thode de pensée »19, conférant ainsi à celle-ci une apparence de pensée scien­tifique20. Concernant la « francitude », il faut étudier les « valeurs sacrées », les « formes de pensée et d’expérience », ainsi que « le patrimoine culturel et les activités culturelles »21. Par « valeurs sacrées », il entend ce en quoi, « en période de danger et de détresse, se reconnaissent généralement les membres de la nation concernée, ce qui, aux yeux de cette communauté, possède un caractère absolu, sacré et intangible »22. « Les formes de pensée et d’expé­rience » déterminent toute « conception du monde » et se « sont profondé­ment imprimées dans les âmes au cours des siècles »23. à cet égard, il faut aussi, dans un deuxième temps, se poser la question de savoir ce qui détermine ces formes : sont-ce des dispositions innées, les habitudes prises, l’éducation, le sang ou la culture ? Enfin, « le patrimoine culturel et l’activité culturelle » désignent ce que « des membres créateurs de la nation ont produit en quelque lieu et à quelque moment que ce soit ». Tout cela doit permettre finalement « d’évaluer et de dévaluer »24.

  • 25 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. VI.

14Conformément à ces principes, Esprit und Geist est une mise en pratique de cette « méthode de pensée » : les deux pays sont « évalués », mais seule la France est constamment « dévaluée ». Sur 600 pages, on y fait référence à des textes de toute nature, « même, le cas échéant, à une page de journal oubliée ou à une carte postale »25, pour « prouver » que les deux nations sont différentes. La différence principale, d’où découlent toutes les autres diffé­rences, réside dans la manière différente dont les deux nations ont recueilli l’héritage grec :

  • 26 Ibidem, p. 39.

« Le monde grec antique, par son esprit visionnaire créateur, par l’ivresse sacrée de ses poètes et penseurs, a suscité parmi les Allemands les plus nobles sans cesse de nouveaux prophètes et de nouveaux prêtres. Le monde grec tardif que nous appelons hellénistique ou romain, continue à évoluer chez les Français, sur son propre sol et à partir de ses propres racines. Il peut être appris, transmis, il est prolixe, tandis que l’esprit de l’ancienne Hellade sacrée ne jaillit, tel un bienfait de la grâce librement accordée, que chez celui qui, dans un pieux frisson, se rend digne de recevoir le Dieu »26.

15Ce passage est révélateur du style et de la tendance de l’œuvre.

16Voici un exemple de la manière dont Wechssler utilise, pour appuyer ses affirmations, des argumentations totalement arbitraires, déformant les faits de telle manière qu’ils s’adaptent au schéma établi au préalable par lui-même. Thèse : les Français n’ont aucunement le sens de la nature. On le reconnaît en particulier dans le fait que :

  • 27 Ibidem, p. 64.

« la théorie esthétique française excluait la beauté naturelle et n’admettait que la beauté artistique »27.

17à titre de preuve, il cite Zola et Maupassant, qui ne s’en sont pas tenus à la nature : tous deux ont proposé

  • 28 Ibidem.

« de la forme et encore de la forme, l’un de manière brute et souvent violente, l’autre de manière très réfléchie et pesée »28.

18Les Français n’ont pas non plus d’affinité avec le monde animal :

  • 29 Ibidem, p. 61.

« à Paris, on peut voir un cocher frapper de son fouet un petit oiseau qui picore des grains d’avoine sans que les passants s’en émeuvent »29.

19Le chat, y lit-on, est préféré à d’autres animaux domestiques. En voici la preuve :

  • 30 Ibidem.

« Dans les vieilles rues de Lyon, l’auteur a vu à chaque étage un chat bien nourri couché dans l’embrasure de la fenêtre »30.

20La raison de cette préférence est la suivante : le chat est

  • 31 Ibidem.

« plus éloigné de la nature simple que n’importe quel autre animal »31.

21Descartes et Buffon sont cités comme témoins littéraires de cette absence d’amour pour les bêtes : car ils représentent les animaux uniquement comme

  • 32 Ibidem.

« des sortes de machines, c’est-à-dire des automates doués de sensibilité »32.

  • 33 Ibidem

22Et La Fontaine lui aussi, dans ses fables, n’a fait que montrer les animaux « d’une manière bien française, comme des êtres humains »33. Wechssler en conclut que

  • 34 Ibidem, p. 62.

« le Français ne perçoit pas dans la création l’expression de la volonté sacrée du Créateur »34.

23Il en veut pour exemple la Justine du marquis de Sade et constate

  • 35 Ibidem.

« que la flagellation et l’agression contre nature commise à l’encontre de sa propre mère sont plus facilement écrites, imprimées et lues dans une langue qui dénie à la nature primitive tout caractère sacré »35.

24Par contre, pour l’Allemand,

  • 36 Ibidem, p. 64.

« la création est l’œuvre de Dieu, non pas un chaos, mais un cosmos, non pas un désordre dénué de sens, mais une mystérieuse révélation. Elle éveille en nous étonnement, admiration, respect, recueillement et amour »36.

  • 37 Ibidem, p. 65.

25Et pour cette affirmation aussi, il multiplie les exemples, depuis Hans Thoma en passant par Eichendorff, Heinse, Goethe, Tieck, Kaspar David Friedrich jusqu’à Albrecht Dürer37.

  • 38 Ibidem, p. 26 sqq.
  • 39 Ibidem, p. 577.

26Après avoir ainsi dressé ce vaste tableau détaillé des caractères français et allemand et de leurs différences, où Wechssler a également recours pour confirmer ses thèses à des développements empruntés aux théories racistes de l’époque38, il en arrive, dans la conclusion, à sa grande « synthèse » : il n’existe pas deux peuples qui soient aussi proches l’un de l’autre que les Allemands et les Français ; ils se complètent et peuvent apprendre l’un de l’autre ; le lieu où « les deux peuples peuvent se rejoindre à égalité et avec les mêmes prérogatives »39, c’est selon Wechsler « l’antique Hellade » :

  • 40 Ibidem, p. 579.

« La seule et unique Hellade croyante et créatrice peut toujours montrer aux deux peuples la voie vers sa clarté et sa profondeur »40.

27Mais comme « la seule Hellade croyante et créatrice » représente, comme nous l’avons vu plus haut, les Allemands, on voit clairement qui, de l’avis de Wechssler, doit surtout apprendre de l’autre.

28Dans les deux premières années qui ont suivi sa parution, Esprit und Geist a déjà suscité un grand nombre de réactions : elles vont de l’éloge approbateur en passant par des critiques mesurées jusqu’au rejet total, voire à la mise en garde. Tandis que les uns considèrent Wechssler comme quel­qu’un qui œuvre en faveur du rapprochement franco-allemand, il est plutôt pour d’autres un élément perturbateur ou quelqu’un qui menace même ce processus. L’on reproche surtout à Wechssler de constater d’un côté une quantité de différences telle qu’elle rend de facto toute entente impossible, mais d’affirmer d’un autre côté qu’il veut apporter sa contribution à une meilleure compréhension entre les deux peuples, une idée sur laquelle il insiste fortement :

  • 41 Ibidem, p. IX.

« Combien de temps verra-t-on encore un peuple européen opposer l’image idéale et rêvée de son propre être profond [Wesensart] à l’image fantastique et effrayante d’un autre peuple et élever ses enfants dans cette idée erronée ? C’est la question que je voudrais poser pour finir »41.

29Mais ce n’est un paradoxe qu’en apparence : Wechssler ne parle effecti­vement jamais de « réconciliation », mais de « connaissance » ou de « com­préhension » ce qui – comme nous l’avons montré ci-dessus – correspond chez lui à un objectif précis : affronter le voisin français avec plus d’assu­rance, lui montrer ses limites et lui faire comprendre qu’on peut vivre pacifi­quement côte à côte s’il accepte que l’Allemagne joue un rôle dominant dans cette relation. Cet objectif n’est cependant pas perçu sous cette forme par tous ses détracteurs. Au contraire, on concède dans tous les cas à Wechssler qu’il fait preuve de « bonne volonté » et de « sérieux » dans son travail et qu’il est convaincu d’être « équitable » dans ses appréciations.

  • 42 Henri Lichtenberger : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : L´Esprit International 2(...)

30C’est ainsi que le germaniste Henri Lichtenberger fait ressortir les vastes connaissances littéraires de Wechssler et voit dans cette œuvre « un livre de bonne foi et de bonne volonté »42. Mais en même temps, il constate aussi que la France y est représentée comme étant fondamentalement inférieure à l’Allemagne, ce qui, à son avis, suscitera certainement des contradicteurs du côté français comme du côté allemand. Néanmoins, il console Wechsler en reconnaissant :

  • 43 Ibidem.

« que son ouvrage ... est un magnifique témoignage de l’effort tenté en ce moment par une notable partie de l´intelligence allemande pour dissiper les préjugés qui nous séparent et s’élever à une compréhension claire du génie de deux peuples dont la bonne harmonie serait pour l’Europe un inappréciable bienfait »43.

  • 44 J.J.A. Bertrand : « Par-dessus les Frontières », in : Revue de l´Enseignement des Langues Vivantes, (...)

31J.-J.-A. Bertrand s’exprime de façon similaire : il ne saurait être d’accord avec tout ce que dit Wechssler – « Peu de Français consentiraient à voir en Voltaire le type le plus représentatif de leur race »44 – mais il estime que celui-ci s’est donné une peine considérable et que

  • 45 Ibidem.

« son livre est d’un haut intérêt, beaucoup de ses idées sont neuves et fortes, ses intentions sont généreuses. Nous devons, en France, suivre avec passion cette campagne pour la paix et l’union que quelques grands esprits ont com­mencée des deux côtés du Rhin. Le livre de Wechszler [sic!] attend son pendant français »45.

  • 46 Félix Bertaux : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : La Nouvelle Revue Française, 1 (...)

32à son tour, Félix Bertaux, dans son compte rendu paru dans la Nouvelle Revue Française, recommande aux conférenciers français invités chez Wechssler d’emporter Esprit und Geist en plus du Baedeker, parce que l’in­vité français ne doit pas seulement s’intéresser à son propre succès, mais qu’il doit surtout être informé : « C’est la condition même d’un franc succès »46. Il reconnaît la compétence et l’honnêteté de Wechssler et définit ainsi l’objectif principal de son oeuvre :

  • 47 Félix Bertaux : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : La Nouvelle Revue Française, 1 (...)

« [Il] devine dans les divers visages autant d’originalités du moi humain. La recherche, qu’il se propose de poursuivre, semble de plus en plus aller à l’unité de ce moi, au ‘tout-homme’ qui profite des divergences nationales, mais n’en profite bien qu’à condition de ne pas les considérer comme arrê­tées, d’y voir mille forces qui peuvent encore s’arracher à leur système, se composer en possibles d’un nombre infini »47.

  • 48 Félix Bertaux : « Esprit und Geist », in : Revue d´Allemagne, n° 5, novembre 1927 – juin 1928, p. 4 (...)
  • 49 Ibidem, p. 467.

33Dans un autre compte rendu, pour la Revue d’Allemagne, Bertaux indique que la psychologie comparée « à la Wechssler » est sans doute plus un art qu’une science, car tout est fluctuant et contradictoire. Il se montre égale­ment impressionné par les connaissances de Wechssler en matière de littérature et surtout par le fait que celui-ci paraît être à l’aise de la même manière dans la littérature des deux pays, et ce, depuis les origines jusqu’à nos jours48. Toutefois, il constate là aussi que dans l’ouvrage de Wechssler, il n’y a guère de comparaison entre les particularités nationales qui soit justi­fiable à plus de 50%, mais comme « ... il se trouvera toujours dans ce genre d’études quelque point prêtant à la controverse »49, cela n’enlève rien selon lui aux mérites de Wechssler.

34Guido Brand reproche à Wechssler son obstination intellectuelle en ma­tière politique et un nationalisme qui le conduit à proférer « des affirmations totalement inadmissibles » :

  • 50  Guido K Brand : « Esprit und Geist. Anmerkungen zu einem Buch von Eduard Wechßler », in : Die Lite (...)

« La naissance de la révolution et les négociations de Versailles sont com­parées et opposées de manière tout à fait insuffisante ; Erzberger est qualifié stupidement de “concentré des défauts propres aux nouveaux Allemands” ; le rattachement de l’Autriche ne progresse pas de manière “assez prompte et courageuse”, et l’on affirme avec sentimentalité, en parfait dilettante poli­tique : “Mais l’ancienne vigueur est loin, évanouie depuis longtemps, et ne vit plus, semble-t-il, que dans la légende” »50.

  • 51 Ibidem.

35Au total, ce livre est tout de même considéré comme un apport positif51.

36Bien que les comptes rendus cités ne soient pas exempts de remarques critiques concernant principalement certaines comparaisons, le livre est glo­balement jugé par tous de manière positive. L’on ne perçoit pas les dangers, par exemple le risque que la « méthode » ou que des « résultats » de Wechssler soient utilisés à des fins de propagande. Ce qui est intéressant aussi, c’est la supposition émise par Henri Lichtenberger qui pense que des livres de ce genre pourraient éliminer les préjugés. Il serait plus exact de dire que Esprit und Geist a créé des préjugés, notamment aussi à cause de la position influente d’Eduard Wechssler à l’Université de Berlin, de sa répu­tation comme professeur de romanistique renommé et à cause du public visé par ce livre.

  • 52 Wechssler jouissait déjà d’une grande renommée à Marburg comme le montre par exemple l’éloge que fa (...)
  • 53 Victor Klemperer : « Eduard Wechssler, Esprit und Geist », in : Literaturblatt für germa­nische und (...)

37Ce point a été souligné de manière particulièrement pertinente par Victor Klemperer, qui est ainsi le seul à résoudre le paradoxe : il rappelle que par les grands travaux qu’il avait menés antérieurement et par le poste qu’il occupe, Wechssler fait partie des plus éminents romanistes allemands et des « professeurs les plus influents » dans le domaine des études romanes52. Si le livre de Wechssler n’était qu’un « épanchement du cœur et une profession de foi politique », ce serait une affaire privée. Mais cet « essai d’une science de l’être profond [Wesenskunde] » qui est, selon Klemperer, une « méthode fasciste » est explicitement dédié aux étudiants et se présente comme un manuel d’enseignement « avec la prétention de satisfaire pleinement à l’exi­gence d’objectivité scientifique »53. De surcroît, Wechssler a écrit son livre « avec un sérieux absolu et dans les meilleures intentions du monde » :

  • 54 Victor Klemperer : « Eduard Wechssler, Esprit und Geist », in : Literaturblatt für germa­nische und (...)

« Avec cela il n’avait pas du tout l’intention de blesser ou d’abaisser le Français, il ne croit pas écrire en ennemi, il croit au contraire qu’il tend la main dans un esprit de conciliation »54.

  • 55 Ibidem.

38Et c’est justement la raison pour laquelle le livre doit être pris d’autant plus au sérieux. Si ce n’était qu’un « chant de haine » intentionnel contre la France, on pourrait le compter simplement au nombre des « chants de guerre » qui ont été et sont encore entonnés des deux côtés et que les « gens intelligents » des deux pays ont appris à ne plus voir55 :

  • 56 Ibidem, p. 98.

« Mais parce qu’il se présente comme un livre conciliant et parce qu’il utilise une quantité prodigieuse de documentation savante pour la mettre au service de ses thèses, au prix de déformations violentes, on ne pourra blâmer aucun Français s’il récuse un tel esprit de conciliation et le considère comme une injure et peut-être même – je le répète : sans aucun doute à tort – comme du pharisaïsme »56.

  • 57 Max Pribilla : « Von französischer und deutscher Wesensart », in : Stimmen der Zeit, Monatsschrift (...)
  • 58 Ibidem, p. 83.
  • 59 Leo Spitzer : « Der Romanist an der deutschen Hochschule », in : Die Neueren Sprachen, Bd. 35, Heft (...)
  • 60 V. Aster : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : Zeitschrift für franzö­sische Sprac (...)

39Max Pribilla exprime lui aussi des opinions similaires : malgré « l’immense savoir et toute la bonne volonté » de Wechssler, celui-ci aura du mal à parvenir au but qu’il s’est fixé avec son livre, à savoir « œuvrer en faveur de la compréhension et de l’entente entre les deux peuples »57. « Bien des développements » devraient être ressentis en France comme des humilia­tions58. Leo Spitzer demande sans détour, si Wechssler cherche avec sa « pédagogie nationale » des sujets de discorde intellectuelle avec les Français ou s’il veut « transformer les désaccords résultant de la guerre en idéologies durables »59. Von Aster déplore la parution d’Esprit und Geist et montre de quelle manière Wechssler « fait faire carrément et gaiement la culbute à la Critique de la Raison pure de Kant »60. Il ne s’attend pas à ce qu’un philologue entende quoique ce soit à la philosophie :

  • 61 Ibidem.

« Mais lorsque qu’il n’y entend rien, alors qu’il veuille bien s’en tenir à sa science »61.

40Abstraction faite de cela, il pense que c’est

  • 62 Ibidem, p. 158.

« une véritable bénédiction que tous les Monsieur Müller ou Meier allemands ne soient pas des Faust et ne soient pas en quête du Dieu allemand avec ferveur, profondeur et force »62.

41Benedetto Croce signale à propos du livre de Wechssler que les

« oppositions entre les peuples […] sont essentiellement de nature politique ou économique »

42et non pas

  • 63 Benedetto Croce : « Gibt es geistige Gegensätze zwischen den Völkern ? » In : Deutsche Allgemeine Z (...)

« de nature intellectuelle, esthétique ou morale […]. Vouloir transformer les oppositions de la première sorte en oppositions de la seconde ou considérer que les premières sont dues aux secondes est un jeu de la passion et de l’imagination dont les oppositions politiques et économiques réelles se servent pour parvenir à leurs fins »63.

43Croce poursuit en disant que Wechssler, « homme important et de grand mérite à beaucoup d’égards », agit pourtant comme beaucoup d’autres en « confirmant les idées confuses et injustes des hommes politiques » et en les « recouvrant d’un manteau de notions scientifiques ». Selon lui, Wechssler commet « une grave erreur » en s’engageant « avec tout le poids de sa personnalité » pour diriger « les études philologiques et littéraires vers cette Kulturkunde ». Cela favorise, selon lui, de pseudo-recherches culturelles dans lesquelles les œuvres d’art sont dégradées et deviennent un simple

  • 64 Ibidem.

« matériau documentaire au service des passions nationales et des préjugés politiques »64.

44Cela détournerait les professeurs comme les étudiants de ce qui devrait être leur véritable objectif, à savoir

  • 65 Ibidem.

« comprendre les textes et les œuvres d’art des différentes littératures »65.

45Wechssler lui répond que les oppositions d’ordre économique et politique reposent sur les différences de « l’être profond [Wesen] » des uns et des autres et il demande à Croce s’il n’a pas compris

  • 66 Eduard Wechssler : « Antwort an Benedetto Croce », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, 4. März 1928.

« que l’inquiétude extrême que nous inspire notre amour pour notre germanité, gravement menacée de toutes parts, n’a vraiment pas détruit notre vieille sympathie pour l’esprit du voisin occidental. […] Est-ce qu’il [Croce] a seulement pris le temps et s’est seulement donné la peine de lire et de réfléchir aux 600 pages, dans lesquelles les problèmes, qui existent par eux-mêmes, sont abordés avec un sérieux total et ne sont pas précisément occultés ? »66

  • 67 À l’occasion de la conférence de Duhamel dans le cadre du Séminaire des langues romanes de l’Univer (...)
  • 68 Eduard Wechssler : « Antwort an Benedetto Croce », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, 4. März 1928.

46Et il ajoute qu’il s’est entretenu « récemment »67 avec Georges Duhamel, lors de la visite de ce dernier à Berlin, au sujet des différences entre Alle­mands, Français ou Italiens et qu’ils sont tombés d’accord sur cette formule : « Il faut les connaître pour les surpasser »68.

  • 69 Karl Vossler : Die romanischen Kulturen und der deutsche Geist. Vorträge, gehalten in Bremen im Mär (...)
  • 70 Eduard Wechssler : Compte rendu de Die romanischen Kulturen und der deutsche Geist de K.Vossler, in (...)
  • 71 Ibidem, p. 208.

47Wechssler critique aussi Karl Vossler parce qu’à la fin de son livre, Die romanischen Kulturen und der deutsche Geist69, « il se réfère à un article de son ami Benedetto Croce »70. Dans sa critique, il reprend sa controverse avec Croce, parue dans la Deutsche Allgemeine Zeitung71, et répète les remarques qu’il y avait faites au sujet des prétendues erreurs de Croce, reprises ici par Vossler.

  • 72 Hermann Platz : « Von französischer Dekadenz und deutscher Barbarei », in : Deutsch-französische Ru (...)
  • 73 Ibidem, p. 19.
  • 74 Ibidem, p. 21.

48La Deutsch-französische Rundschau publie en 1929 une « joute verbale » entre plusieurs interlocuteurs au cours de laquelle Wechssler se voit contraint de défendre Esprit und Geist contre la critique : cela commence par un article de Hermann Platz sur le thème « De la décadence française et la barbarie allemande »72. Il décrit comment la thèse de la « décadence fran­çaise » a été mise en circulation par les Discours à la Nation allemande de Fichte et comment elle a fourni son schéma de pensée à Charles Maurras, qui a « puisé chez Fichte des idées et des forces essentielles pour son mouvement de réveil nationaliste » (en italiques dans l’original)73. Fichte avait utilisé la « décadence française » comme arrière-plan pour mettre en relief son idéal allemand, Charles Maurras a fait de même pour son idéal français avec la « barbarie allemande »74. Platz ajoute qu’à présent ceux qui pensent selon ce schéma, en variant leurs formulations, sont de nouveau nombreux en Allemagne et en France :

  • 75 Ibidem, p. 23.

« L’opposition entre “esprit” et “Geist” est-elle autre chose que le résultat de la même attitude fondamentale, issue du même besoin de réagir ? Une fois de plus, on voit à l’œuvre, au niveau d’une réaction irréfléchie, beaucoup de vigueur, de tempérament, de rancune, de besoin de se défouler, beaucoup de protestation inavouée, beaucoup de blessures secrètes »75.

  • 76 Eduard Wechssler : « Erwiderung auf den Aufsatz von Hermann Platz », in : Deutsch-französische Rund (...)
  • 77 Ibidem.
  • 78 Ibidem, p. 128 sq.
  • 79 Platz Hermann : « Zu Wechßlers Erwiderung », in : Deutsch-französische Rundschau, Bd. 2, 1929, p. 1 (...)
  • 80 Ibidem.

49La réponse de Wechssler est la suivante : Platz a rendu compte de son livre Esprit und Geist « dans le même esprit » que Max Pribilla, qui avait demandé quel écho cet ouvrage pourrait bien avoir en France : « Monsieur Platz n’a pas besoin de se faire de souci sur ce point, pas plus que Monsieur Pribilla »76. Son livre a reçu de la part de H. Lichtenberger, de F. Bertaux et de J.J.A. Bertrand « un accueil tout à fait objectif et amical ». L’« esprit » français est bien trop « sérieux et objectif pour qu’il puisse se sentir offensé de quelque manière que ce soit par une tentative scientifique de le com­prendre comme un tout vivant »77. Wechsler ajoute qu’une susceptibilité semblable à celle que manifestent Platz et Pribilla ne peut exister qu’en Allemagne. Il a « du mal à comprendre » comment on peut trouver que son livre exprime « rancune, besoin de se défouler, protestation et blessure ». Son objectif est de surmonter les malentendus et les irritations et il dit ce qu’il doit dire par amour de la vérité78. Platz répond qu’il n’avait pas visé au premier chef Wechssler et son livre, mais seulement le « schéma à base d’oppositions, tel qu’il est transmis au lecteur moyen »79. Chez ce dernier, il existerait le risque qu’il le simplifie et le rende plus grossier et qu’il transmette ensuite ce schéma dans l’enseignement délivré aux enfants. Platz estime cependant que c’est bien Wechssler qui a « proposé ce schématisme à notre temps »80.

  • 81 Cf. Herbert Scurla : Die Dritte Front. Geistige Grundlagen des Propagandakrieges der Westmächte, Be (...)

50Les développements ci-dessus font apparaître le caractère problématique d’Esprit und Geist, qui, indépendamment des effets dévastateurs qu’il a eus sur la formation des professeurs, a été effectivement utilisé en 1940, directe­ment à des fins de propagande81.

  • 82 Cf. p. ex. Eduard Wechssler : « Wie hilft sich die Forschung ? » In : Vossische Zeitung, 1. Beilage (...)

51Étant donné que les moyens matériels dont on disposait pour des voyages en France devenaient de plus en plus rares82, les conférenciers invités avaient aussi une fonction qui découlait de ce que nous avons dit ci-dessus : repré­senter « l’être profond du Français » qu’il faut apprendre à connaître pour « se connaître soi-même » et de qui il faut apprendre.

  • 83 Cf. à ce sujet Eduard Wechssler : « Die Generation als Jugendgemeinschaft », in : Geist und Gesells (...)

52En même temps, les auteurs français sont représentatifs de certaines « communautés de jeunes »83 avec des inclinations et des convictions con­crètes qui résultent des situations respectives dans lesquelles elles vivent, qui les distinguent de la génération précédente et qu’il faut reconnaître. Les « communautés de jeunes » importantes pour Wechssler sont celles de 1905 et surtout celles de 1912 et 1922 :

  • 84 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, Bd. 134 (...)

« Car nous autres Allemands avons intérêt à observer attentivement les événements et les productions qui modifient en ce moment même l’esprit français et la mentalité française dans leur apparence et leur essence, et qui les déterminent pour les temps à venir. Depuis que le Français a réussi à réaliser son objectif “de nous imposer la paix”, nous apprenons et subissons à chaque instant, même contre notre gré, les effets de ce que l’on pense et espère, veut et décide chez lui »84.

  • 85 Ibidem, p. 541.
  • 86 Ibidem, p. 535.

53C’est la jeunesse de 1912 qui a marqué la génération d’aujourd’hui : « ce qui a débuté vigoureusement en 1912, se déploie maintenant depuis 1922 »85. Par ailleurs, chaque écrivain français parle toujours, selon Wechssler, au nom d’un groupe ou tout au moins prend en considération « par principe une quelconque majorité »86, c’est pourquoi la littérature permet ici, à la diffé­rence de ce qui se passe en Allemagne

  • 87 Ibidem.

« d’exprimer directement la volonté et le désir de créer un ordre nouveau dans l’état, la société, la foi, l’art et l’économie »87.

  • 88 Ibidem, p. 542.
  • 89 Ibidem.
  • 90 Ibidem.
  • 91 Ibidem, p. 542 sq.
  • 92 Ibidem, p. 543.
  • 93 Ibidem.

54Pour Wechssler, la génération de 1912 a surtout mis au premier plan l’histoire de l’enfance et les questions d’éducation, auxquelles se sont ajoutés la critique du langage et le mouvement dada qui en a été une conséquence. Un troisième élément a été la renaissance de la « maxime » et enfin l’on s’est penché sur le moyen âge français et l’on a décrit « la découverte du moi ou l’affirmation de soi »88. Pour la jeunesse de 1922, c’est à présent l’école du « surréalisme » qui occupe « le devant de la scène dans la vie intellectuelle parisienne »89, ainsi que l’effort pour défendre « l’unicité contre le globalisme », ce qui conduit à renforcer le « goût pour les pays lointains et pour l’aventure, mais aussi pour le moyen âge français et l’époque des héros médiévaux »90. Il s’y ajoute le « penchant inhabituel » pour la « vision intérieure » et le « monologue intérieur » et, en relation avec cela, « l’orientation vers les tonalités et la musique, qui s’exprime dans les titres de nombreuses œuvres récemment parues »91. On peut aussi constater, toujours selon Wechssler, un nouveau stoïcisme qui va de pair avec un « penchant nouveau pour le sport et l’éducation physique »92. Il cite comme exemples les œuvres de Drieu la Rochelle et de Montherlant93. La jeunesse française la plus récente veut rétablir son « équilibre gravement perturbé », ce qui justifie la « prédominance des néo-classiques et des traditionalistes » dans le domaine intellectuel et artistique :

  • 94 Ibidem.

« L’Intelligence, telle que la conçoivent Charles Maurras, Henri Massis et ceux de l’Action française, doit créer un équilibre entre, d’une part, toutes les nouveautés et tous les aléas qui, depuis la Guerre mondiale, nous envahissent arrivant des pays anglo-saxons, et d’autre part, tous les liens de la tradition qui seuls permettent au Français de retrouver son ancienne objectivité et son ancien réalisme »94.

55Selon Wechssler, la jeunesse de 1922 recherche

  • 95 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)

« un triple ‘S’ prometteur : le sérieux, la sincérité, la simplicité »95.

56Les conférenciers français invités doivent donc être considérés dans le cadre de ce schéma. Mais, comme on le verra encore ci-dessous, Wechssler avait aussi un autre critère, non moins important : il s’agissait pour lui d’in­viter des conférenciers prêts à parler de l’Allemagne en France de manière équitable, c’est-à-dire positive.

II

  • 96 Ministerium der geistlichen, Unterrichts- und Medicinalangelegenheiten. Unterrichts-Abtheilung (MgU (...)
  • 97 Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, Asnières 2001, p.e (...)

57Jusqu’à présent, il n’a pas été possible de déterminer en détail comment Wechssler a connu ses invités. Lui-même a simplement dit qu’il avait fait leur connaissance personnellement ou par des amis96. Mais pendant la deuxième année de la série de conférences (1927/28), les bons offices de Pierre Bertaux, à qui il avait proposé de donner des cours de conversation au Séminaire des langues romanes, lui avait certainement beaucoup facilité les contacts avec les cercles d’écrivains autour de Félix Bertaux97.

  • 98 MgUM, op. cit., 11.11.1926, Bl. 246.sq. Passages soulignés ici et dans les citations suivantes dans (...)
  • 99 À partir de maintenant « le ministère ».

58Les auteurs invités devaient parler devant un public composé d’étudiants, surtout d’étudiants en langues vivantes, de professeurs des établissements secondaires et d’hôtes conviés, « en particulier des représentants des minis­tères et du Conseil provincial de l’instruction publique », et leurs confé­rences devaient se limiter à des « questions exclusivement littéraires et philo­sophiques »98. Pour financer son entreprise, Wechssler sollicita des subven­tions du ministère des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt = AA) et du ministère prussien des Sciences, des Arts et de l’Instruction publique99 : il obtint finalement 2000 RM du AA et 1000 RM du ministère.

  • 100 Ernst Gamillscheg a été nommé en 1925 professeur titulaire à la Faculté de Philosophie et en même t (...)

59Le 10 décembre 1926, il rédigea avec Gamillscheg100 un document qui constitue en quelque sorte les statuts des « Conférences Françaises de l’Uni­versité de Berlin »:

« 1. Ces conférences sont destinées aux étudiants en langue française et aux professeurs de l’Enseignement secondaire. Un certain nombre de person­nalités des Lettres, de la Politique et de l’Enseignement seront invités à ces conférences.

2. Les conférences auront lieu pendant l’année scolaire 1926-1927 : de Novembre ’26 à Février ’27 et de Mai ’27 à Août ’27.

3. Les conférenciers seront choisis parmi les représentants des divers groupes littéraires : poètes, littérateurs, philosophes, désireux de renouer entre la France et l’Allemagne des liens spirituels sur la base d’une compréhension réciproque.

4. Les conférenciers seront priés de choisir des sujets se rapportant à la littérature, à la philosophie, à la religion ou aux arts. Il semble particuliè­rement souhaitable en ce sens qu’un poète accepte par exemple de parler de l’œuvre d’un autre poète ou de son œuvre propre. Seuls les sujets politiques seront exclus ainsi que les sujets trop généraux et abstraits.

5. Les conférences auront lieu dans la salle I ou III de l’Aulagebäude, Kaiser-Franz-Joseph-Platz 2, en face de l’Université. Ces salles en forme d’amphi­théâtre contiennent chacune trois cent cinquante places.

6. Les conférences auront lieu les lundis à vingt heures.

7. Il sera attribué à chaque conférencier une indemnité fixe de trois cents Reichsmark.

Les Directeurs du Séminaire des langues romanes :

  • 101 MgUM, op. cit., 10.12.26, Bl. 274.

Professor Dr. WECHSSLER. Professor Dr. GAMILLSCHEG. »101

  • 102 MgUA, op. cit., 14.1.31, Bl. 69.

60Wechssler avait calculé que 300 RM étaient exactement ce qu’il fallait pour « le voyage aller et retour et un séjour de quelques jours »102. Ces 300 RM n’étaient effectivement pas une « quantité négligeable » comme nous le verrons encore plus tard.

61Le ministère de l’éducation et celui des Affaires étrangères approuvèrent ces conditions générales et c’est ainsi qu’à l’issue de l’année universitaire 1926/27, il fut possible de faire parvenir au ministère le rapport suivant :

« [Ont parlé] : André Germain au sujet des relations intellectuelles entre l’Allemagne et la France ;

Henri Lichtenberger sur les études de littérature allemande dans les universités françaises […] ;

Philippe Soupault sur les précurseurs des poètes contemporains : Baudelaire, Lautréamont et Rymbaud [sic !] ;

Léon Pierre-Quint sur Marcel Proust ;

Paul Masson-Oursel sur la méthode comparatiste dans la nouvelle philosophie ;

Charles-Robert Dumas [sic !] sur la première représentation du ‘Faust’ original sur la scène parisienne ;

Jean Baruzi sur le séjour de Leibniz en France et sa signification pour la métaphysique ;

Henri Hertz sur le récent essor de la littérature française ;

Louis Genevois sur l’école et la société en France […] »

62Des invitations à ces conférences ont été envoyées chaque fois

« dans les 160 établissements d’enseignement secondaire de Berlin ainsi qu’à un petit nombre de personnalités. […] L’assistance atteignait régulièrement environ 200 à 400 auditeurs.

  • 103 MgUM, op. cit., sans date, Bl. 310f.

[…] Cette institution a été très favorablement accueillie par tous les milieux concernés et s’est déjà solidement implantée »103.

  • 104 Louis Freydaval : « Les conférences françaises de l´Institut des langues romanes de l´Université de (...)
  • 105 Eduard Wechssler : « Les rapports intellectuels franco-allemands », in : Le Monde Nou­veau, t. 10, (...)

63Tandis que Louis Freydaval dans la Revue d’Allemagne situe le début de la série au mois de décembre 1926 et cite, en accord avec Wechssler, André Germain comme premier conférencier104, Wechssler indique dans Le Monde Nouveau que la série avait débuté en mai 1926 : auraient parlé alors Paul Valéry et Henri Lichtenberger, ouvrant ainsi la voie à d’autres conférences de Français à Berlin et d’Allemands à Paris105.

  • 106 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)
  • 107 Ibidem, p. 2.
  • 108 Ibidem.
  • 109 Eduard Wechssler : « Die Generation als Jugendgemeinschaft », in : Geist und Gesell­schaft. Kurt Br (...)
  • 110 Léon Pierre-Quint : Marcel Proust. Sa vie, son œuvre, Paris 1925.
  • 111 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit (...)
  • 112 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)

64Selon le classement de Wechssler, parmi les conférenciers énumérés ci-dessus, seuls Soupault (1897-1990) et Pierre-Quint (1895-1958) appartien­nent à la génération des « très jeunes », c’est-à-dire à la « communauté de jeunesse » de ceux qui sont nés entre 1888 et 1903 et qui sont « entrés en scène » en 1922106. Leurs sujets concernent la vie intellectuelle française contemporaine : Baudelaire et Rimbaud sont, selon Wechssler, « les favoris des vivants »107 dans leur quête de « l’équilibre des forces »108 et Lautréa­mont lui aussi n’a été découvert comme « un des grands prophètes de la France contemporaine » que par la jeunesse de 1922109. Marcel Proust, à qui Pierre-Quint avait consacré en 1925 une biographie110 a été – à côté de Paul Valéry – « découvert et célébré » dans les années de l’après-guerre comme l’un des grands Français « qui ont rétabli l’esprit français dans ses droits de souveraineté sur le monde »111. Le succès sans précédent de Proust a contribué, d’après Wechssler, à fortifier le mouvement surréaliste, « école poétique la plus récente », qui « reflète à la perfection l’époque et sa nostalgie » et à laquelle appartenait aussi Soupault112. Wechssler lui-même ne fait pas grand cas de ce mouvement :

  • 113 Ibidem.

« Le peuple [Volkheit] de l’esprit [Esprit] s’est déjà éloigné à tel point de son héritage et de sa nature profonde que beaucoup considèrent et recommandent le rêve éveillé comme salut »113.

65Mais il met en garde contre l’erreur qui consisterait

  • 114 Ibidem.

« à se rassurer en souriant de ces expériences d’une puissante communauté militante »114.

  • 115 Eduard Wechssler : « Köpfe aus dem jüngsten Frankreich. I. Charles Robert-Dumas », in : Die neueren (...)
  • 116 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit (...)
  • 117 Eduard Wechssler : « Köpfe aus dem jüngsten Frankreich. I. Charles Robert-Dumas », in : Die neueren (...)
  • 118 Ibidem.
  • 119 L’édition matinale du Berliner Tageblatt du 17 juin 1927 annonçait la conférence pour le soir même (...)
  • 120 Ibidem, p. 467.
  • 121 Ibidem.

66Tous les autres conférenciers cités font partie des « jeunes » de 1912. Mais Wechssler compte les deux générations parmi les « maîtres de la France contemporaine »115. Ainsi par exemple Charles Robert-Dumas (1875- 1946), qui – démarche typique de sa génération selon Wechssler116 – s’est occupé d’un aspect de l’enfance, les contes pour enfants, à la fois comme collectionneur et comme auteur. Mais au Séminaire des langues romanes, il parla en tant que traducteur de Faust pour évoquer sa « dernière gageure »117, la représentation de Faust I « dans une version non altérée »118, le 15 mai 1925 au théâtre de l’Odéon à Paris. Wechssler rapporte que Robert-Dumas avait prononcé sa conférence d’abord au Congrès des professeurs de langues vivantes à Würzburg, puis au Hochstift à Frankfurt a.M. et enfin dans son séminaire119 : il a donné une « impression aimable » de sa représentation, proposé des échantillons de son œuvre et surtout apporté la preuve « qu’ici un Français, authentique fils de son peuple, a su faire revivre dans la pléni­tude de son propre cœur la plus riche et la plus profonde œuvre de la litté­rature allemande »120. Il faut une explication pour cette prouesse d’un Français et Wechssler la trouve ou plutôt l’invente : conformément à ce qu’il a expliqué dans Esprit und Geist, il estime que cela n’a été possible que parce que Robert-Dumas, dont la mère est originaire de Lorraine, « réunit en lui plusieurs possibilités intellectuelles », ce qui se manifeste aussi dans son aspect extérieur. Tandis que ses « yeux noirs et étincelants » et son tempéra­ment sont ceux d’un « méditerranéen », « sa haute stature, ses larges épaules, sa tête fine […] dépassent cette ascendance et signalent clairement un apport de sang germanique nordique »121.

67Wechssler en conclut :

  • 122 Ibidem.

« Il a aussi reçu en héritage des dispositions de l’âme d’une grande richesse qui sont devenues esprit et c’est par fidélité à cet esprit que ce Français authentique et indéniable s’est fait un devoir de lutter pour un Faust non dénaturé »122.

  • 123 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 268.
  • 124 Ibidem, p. 292.

68Le philosophe et historien des religions Jean Baruzi (1881-1953), spécia­liste de Leibniz, avait publié entre autres Leibniz et l’organisation religieuse de la terre (1907). Wechssler, qui, dans Esprit und Geist, cite 43 fois « notre grand Leibniz »123, l’« incomparablement grand et universel Leibniz »124 pour ses démonstrations, rend également hommage au livre de Baruzi, qui a montré avec quelques autres (Heimsoeth, Rabitz et Mahnke),

  • 125 Ibidem, p. 320.

« quelles racines solides et profondes le mathématicien Leibniz plongeait dans la terre nourricière du mysticisme allemand »125.

  • 126 Mon dépouillement de ces quotidiens n’est pas encore achevé et porte, pour le moment, sur la périod (...)
  • 127 André Germain (1882-1976), de la famille du fondateur du Crédit Lyonnais, voyageait entre les capit (...)
  • 128 Ni chez Wechssler, ni dans la presse quotidienne citée, on ne trouve d’indication plus précise sur (...)

69La presse, c’est-à-dire la Deutsche Allgemeine Zeitung (DAZ) et le Berliner Tageblatt (BT), rendait compte irrégulièrement des visites d’auteurs français à Berlin et en parlait de façon plus ou moins détaillée ; je n’ai trouvé aucun article sur certaines conférences126. C’est le cas par exemple pour André Germain, Henri Hertz127 et Louis Genevois128.

  • 129 Henri Lichtenberger (1864-1941), professeur à la Sorbonne et l’un des pères fondateurs de la german (...)
  • 130 Alfred Kerr : « Ein Helfer deutscher Werte », in : Berliner Tageblatt und Handels­zeitung, édition (...)
  • 131 E.a. Henri Lichtenberger : Richard Wagner als Dichter und Denker, 2e éd. 1913.
  • 132 Friedrich v.Oppeln-Bronikowski : « Henri Lichtenberger. Deutsche Vorträge eines fran­zösischen Gele (...)
  • 133 Lichtenberger a parlé le 1er février 1927 sur invitation de la Fondation Carnegie à l’école supérie (...)

70L’arrivée d’Henri Lichtenberger129 est annoncée et saluée de la même manière dans la DAZ et le BT ; chacune de ses conférences est signalée à l’avance et donne lieu à des comptes rendus détaillés : c’est ainsi qu’Alfred Kerr, dans le BT, lui souhaite la bienvenue en tant que « défenseur de valeurs allemandes »130, et dans la DAZ, Friedrich von Oppeln-Bronikowski, qui a traduit en allemand plusieurs livres de Lichtenberger131, signale les confé­rences futures et donne un bref aperçu de la vie et de l’œuvre de l’Alsa­cien132. Les deux journaux annoncent trois conférences pour le mois de février, mais il faut remarquer qu’il n’est absolument pas question de la conférence prononcée par Lichtenberger chez Wechssler133. Mais je n’ai pas trouvé trace d’autres visites de Lichtenberger à Berlin au cours des mois de février à mai 1927.

  • 134 Pierre-Quint sur Marcel Proust, Soupault sur le roman français contemporain.
  • 135 Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du soir, 13.5.1927, p. 4.

71Les comptes rendus des deux journaux sur la visite de Soupault et de Pierre-Quint peuvent être considérés comme complémentaires : le BT rap­porte d’abord que les deux auteurs ont entrepris une tournée de conférences à travers l’Allemagne et ont parlé à Leipzig, à l’université et à l’ancienne Bourse du Commerce134. Il ajoute que Pierre-Quint a reversé le produit net de sa conférence à une œuvre sociale des étudiants de l’Université de Leipzig et qu’à la demande de la radio de Leipzig, il avait prononcé une autre conférence sur « La littérature comme passerelle entre l’Allemagne et la France »135. La DAZ relate que Soupault a

  • 136 « Der französische Roman und Marcel Proust. Zwei Vorträge », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édit (...)

« parlé de la littérature française la plus récente pour l’inauguration du Club d’échanges littéraires de la “Maison du livre” : c’est-à-dire qu’il a parlé du roman français. D’ailleurs les Français n’ont actuellement pas d’autre littéra­ture de niveau mondial (d’autres n’ont même pas cela) »136.

72Pierre-Quint a parlé « devant des invités appartenant à la société berli­noise et aux milieux de l’art et de la littérature ». Dans l’article, on ne trouve pas d’autre détail sur le lieu ou les circonstances de la conférence ; Proust y est décrit comme

  • 137 Ibidem.

« le grand romancier français […] ; cet étonnant magicien et merveilleux rénovateur de la langue française et d’une perception du monde bien fran­çaise qui, sans doute, n’exercera toute son influence que sur les générations suivantes »137.

73Le BT rapporte une « deuxième conférence » de Soupault dans la « Salle Schubert » – sans mentionner dans quel contexte elle a eu lieu – sur « La France nouvelle », donnant une vue d’ensemble sur « une phase très vivante de la littérature ». Le jugement porté sur cette conférence qui « a duré à peine une heure » est intéressant :

  • 138 « Das neue Frankreich », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du soir 17.5.1927, p. (...)

« Cela ne prétend pas être une thèse de doctorat, mais une offrande d’un genre dans lequel le Français excelle : une causerie ; pas un tableau scienti­fique, mais un aperçu d’une culture personnelle. Comme l’ont montré leurs applaudissements, les auditeurs, parmi lesquels il y avait de nombreux com­patriotes du conférencier, ont compris et apprécié cette manière »138.

74On signale aussi que Pierre-Quint, qui a parlé – dans la même salle – de Proust, a montré « comment on peut traiter un sujet en profondeur sur le ton de la causerie » :

  • 139 « Léon Pierre-Quint », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du soir 18.5.1927, p. 3.

« Pierre-Quint, incarnation de la romanité démoniaque sous une apparence aimable, s’attarde pensivement sur son sujet tout en parlant avec aisance. Cela lui confère une force fascinante »139.

75Le style « amusant et surprenant » du discours est également au centre d’un article signé « Tritsch » qui poursuit en rendant compte également des conférences de Robert-Dumas, Masson-Oursel et Baruzi. Ce qui est intéres­sant ici, c’est le jugement porté sur les conférenciers français en général :

  • 140 Tritsch : « Französische Vorträge in Berlin », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, (...)

« Chez eux, que ce soit un poète parlant de poésie ou un écrivain à succès, auteur de frivolités provocantes mais gracieuses, leur discours a toujours ce style soigné, léger, synthétisant [allverbindend] et naturel malgré toute la complexité et la sagesse, un style qui permet de tout dire, de toujours amuser et parfois aussi de ne rien dire »140.

76à propos de la conférence « intéressante et instructive de Dumas [sic!] », dont le Faust a connu, rappelle-t-on, un grand succès à Paris, on mentionne pour la première fois qu’un conférencier est venu à Berlin sur invitation du Séminaire des langues romanes.

  • 141 Paul Masson-Oursel (1882-1956), orientaliste et philosophe, a écrit en 1923 la première monographie (...)

77En revanche, on ne trouve aucune indication concernant le lieu et l’organisateur dans l’article sur la conférence de Paul Masson-Oursel141. Cependant, le sujet décrit ici – « les méthodes et les possibilités de la recherche comparée dans les sciences philosophiques » – correspond à celui mentionné dans le rapport de Wechssler. Le conférencier aurait montré

  • 142 Tritsch : « Französische Vorträge in Berlin », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, (...)

« comment le Français philosophe est capable de comprendre et d’assimiler comme une unique et universelle intellectualité [Geistigkeit] le monde entier, l’Inde, l’égypte, la Chine ou le monde arabe – à la manière de la thèse du comte Kayserling [sic!], sur la transmissibilité des formes culturelles, ou à la manière de la morphologie de l’histoire selon Spengler »142.

78L’article ne porte pas de jugement sur la conférence et ne dit rien non plus de l’effet qu’elle a produit sur les auditeurs.

  • 143 Ibidem.

79Pour finir, Tritsch parle d’une conférence « extrêmement instructive » de Jean Baruzi sur la « philosophie française d’aujourd’hui » qui a eu lieu à la Société Kant de Berlin143. On n’apprend rien ici sur la conférence de Baruzi dans le Séminaire des langues romanes, qui a dû avoir également lieu au même moment.

  • 144 Benjamin Crémieux (1888-1944) était critique littéraire, écrivain et représentant français du PEN-C (...)
  • 145 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 541.

80Les orateurs français invités servent finalement à confirmer des opinions préconçues et à conforter l’image de la France propagée par Wechssler. Dans Esprit und Geist ou dans différents articles de revues, il les cite déjà comme exemples de certains comportements « du Français » ou pour illus­trer certaines tendances de la littérature française. C’est le cas, par exemple, de Benjamin Crémieux144, qui au cours de la nouvelle année universitaire 1927/28 a parlé le 14 novembre 1927, de « La poésie nouvelle ». Dans Esprit und Geist, il sert à illustrer l’affirmation que « le Français » « combat et souffre, vit et meurt pour des mots »145. Comme preuve, Wechssler cite entre autres une phrase du livre de Crémieux Le premier de la classe (1921), où le héros Jean Rigaud dit :

  • 146 Ibidem, p. 542.

« J’aime certains mots comme des visages, j’inscris sur un carnet par ordre alphabétique mes mots de prédilection »146.

  • 147 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)
  • 148 Ibidem, p. 5.
  • 149 Ibidem, p. 6.
  • 150 « Benjamin Crémieux », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 20.11.1927, p. 8.
  • 151 Ibidem.

81Dans un article de la revue Schule und Wissenschaft, Wechssler mentionne la même œuvre, cette fois pour montrer que la génération des plus jeunes ne veut que vérité, « simplicité, sincérité, nature »147 et que « l’homme fran­çais » est prêt à renoncer à bien des choses, mais pas à la conscience d’agir librement. Pour pallier sa volonté défaillante, il aurait besoin de « l’acte libre et grand » et il lui faut une vie héroïque pour faire contrepoids à l’image du velléitaire148. Dans le « beau livre de Crémieux aux arrière-plans pro­fonds […] la vérité et l’illusion, le sérieux et le jeu […] se livrent combat pour s’emparer d’âmes enfantines véritablement héroïques »149. La confé­rence de Crémieux est décrite dans la DAZ sous un titre légèrement différent « L’homme dans la littérature moderne », et son contenu est résumé comme suit : le nihilisme de Drieu la Rochelle, de Morand et de Soupault clôt simplement « le cycle de l’âge du naturalisme rationaliste »150. Depuis – en France comme « chez nous » – se manifeste un nouveau départ qui, certes, s’appuie aussi sur « l’héritage des anciens », « non sur le travail analytique mais sur le travail synthétique des maîtres »151. L’article se termine sur cette phrase :

  • 152 Ibidem.

« Il s’agit à présent de ne plus considérer les hommes comme des points d’intersection mais comme des “formes” [Gestalten], non comme des pro­duits, mais comme des facteurs, non comme des sujets passifs mais comme des acteurs, non comme un passé à déconstruire mais comme un présent en cours de construction. Voilà le monde du nouvel esprit, voilà aussi le monde et la mission de la nouvelle littérature »152.

  • 153 Georges Duhamel (1884-1966), médecin (jusqu’en 1919) et écrivain, a commencé sa carrière littéraire (...)
  • 154 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 461.
  • 155 Ibidem, p. 462.
  • 156 Ibidem, p. 146.

82Georges Duhamel153, qui fait partie de la « jeunesse » ou de « la commu­nauté des jeunes » de 1912, est, selon Wechssler, l’un de ceux qui sont reve­nus à « l’étude de l’âme » sur le modèle grec et à l’aphorisme154, ce qui a un rapport avec « le culte de la personne », « que la Rome hellénistique a légué au peuple français »155. « Régner, posséder, possession » sont, selon Wechssler, les termes favoris de cette génération, et le livre de Georges Duhamel Selon ma loi en est un exemple typique parmi d’autres156:

  • 157 Ibidem, p. 212.

« le plaisir que procure la puissance de la volonté et de l’accomplissement y jaillit des sources profondes de la vie : la force est sainte ! »157

83Quiconque entrave cette sorte de volonté de liberté passe pour un ennemi auquel « il faut faire mordre la poussière » :

  • 158 Ibidem.

« Car, chez eux, la majorité se berce toujours de l’illusion sacrée qu’il ne peut y avoir qu’une seule sorte de liberté véritable et une seule sorte d’humanité véritable : la liberté par la France, uniquement par ce peuple vraiment sûr de lui qui se dirige lui-même ! »158

  • 159  Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. ci (...)
  • 160 Ibidem, p. 541.

84Mais en même temps, Wechssler signale dans un autre passage que si Duhamel est en train de prendre à l’étranger la place « qu’y avait occupée Anatole France »159, on ne le lit plus beaucoup en France même, notamment parce que les nationalistes cherchent à lui accoler, à lui et à d’autres, « l’étiquette de littérature d’exportation ». Bien que cela ne signifie rien quant à la valeur intellectuelle de ces auteurs, on ne peut « (hélas !) pas les considérer comme porte-parole de la majorité des Français d’aujour­d’hui »160. Selon Wechssler, la conférence prononcée par Duhamel le 21 novembre 1927 au Séminaire des langues romanes avait pour titre « Le Roman et la Vie ». Elle fait l’objet de comptes rendus aussi bien dans la DAZ que dans le BT : on y apprend que Duhamel, qui est apparu « à son aise et direct », a parlé

  • 161  « Georges Duhamel », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 23.11.1927, p. 6.

« de l’ancien roman où les événements mènent une vie indépendante, du roman romantique, vagabondant au gré de ses travestissements, du réalisme des choses et du réalisme des âmes »161.

  • 162 Ibidem.

85Pour Duhamel « la nature du véritable roman » consiste à « agir directement d’homme à homme », à « rendre dicible ce qui est perdu sans espoir de retour », à « invoquer et éveiller » et non à déployer des « problématiques “profondes” ou distrayantes dans de nombreux volumes »162. Le BT rapporte que Duhamel a « causé » du « roman et la vie » « sur un ton posé inattendu chez un Français » :

  • 163 « Dichter-Vorlesungen », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du matin, 23.11.1927, (...)

« Ces romanciers français ne dévoilent rien pendant qu’ils causent librement de leur métier. Ils captivent parce qu’ils connaissent le secret pour répandre la vérité sans avoir l’air de rien, au milieu de plaisanteries, et pour être modestes sans cesser d’être dignes »163.

86Il poursuit :

  • 164 Ibidem.

« Nous avions les envolées du romantisme, laissant derrière elles la réalité, et nous avions un art du réalisme, reconnu comme réalisme de l’âme. Le roman de l’avenir réunira les deux courants »164.

  • 165 Ibidem.

87L’article conclut d’une manière un peu curieuse que Duhamel, à la fin de sa conférence, a interprété une page « de manière à séduire l’auditoire », « un appel au cœur dont on pouvait se passer. Les auditeurs, séduits à la manière française, ont remercié à la manière allemande, avec enthousiasme. »165

  • 166 Hans Jacob (1896-1961), écrivain et traducteur. À cette époque, Bertaux ne l’estime guère : « envel (...)

88Dans la rubrique « La vie littéraire en province et à l’étranger », les Nouvelles Littéraires publient le 17 décembre 1927, sous la signature de Hans Jacob166, un autre compte rendu sur les conférences de Crémieux et de Duhamel, qui décrit surtout le second d’une manière très vivante :

  • 167 Nouvelles littéraires, 17.12.1927, « La vie littéraire en province et à l´étranger, à Berlin », p.  (...)

« C’était le séminaire de langue romane (Romanisches Seminar), de l’Uni­versité de Berlin, dirigé par le professeur Wechsler [sic!], qui avait invité Duhamel et Crémieux à parler devant les étudiants. Inutile de vous dire que la salle était comble. Crémieux, connu pour son excellent livre xxe siècle parla de “l’Homme dans la vie et dans le roman”. Il fit une deuxième remarquable conférence à la Maison du Livre (Librairie Française) où il traita du “Théâtre français”. Georges Duhamel dut commencer sa conférence à l’Université avec un retard considérable. Il fallut changer deux fois de salle ! Et lorsque enfin la foule se pressait dans une des plus grandes salles de l’Université, il y avait tant de monde que l’ambassadeur de France à Berlin, M. de Margerie, dut rester debout au fond de la salle ! Duhamel a été chaleureusement accueilli. Sa conférence, “Le Roman et la Vie”, fut si parfaite qu’on voulut le retenir pour toute une série de conférences »167.

  • 168 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 111.
  • 169 Ibidem, p. 403.

89Jacob rapporte que les conférenciers ont parlé aussi dans d’autres villes et ont suscité partout le même grand intérêt. Pierre Bertaux décrit de la même manière la soirée avec Duhamel. Il pense même avoir dénombré 600 audi­teurs168. On trouve toutefois chez Bertaux une autre version encore du sujet traité par Crémieux : « Le sens de la vie et le sens de l’homme dans la litté­rature française d’aujourd’hui »169.

90Chez Freydaval aussi, on trouve un vif éloge de Duhamel :

  • 170 Louis Freydaval : « Les conférences françaises de l´Institut des langues romanes de l´Université de (...)

« La manière aimable, personnelle, la chaude atmosphère de sympathie, qui sont le propre de Duhamel, ont véritablement conquis l’auditoire. Duhamel sait admirablement entrer en communication avec ses auditeurs étrangers, qualité précieuse entre toutes pour ceux que leur talent et leurs goûts font des ambassadeurs spirituels de notre pays »170.

  • 171 Ibidem, p. 67.
  • 172 Ibidem.

91Il rappelle que les Allemands craignent, peut-être pas toujours à tort, que la littérature soit pour les Français moins « un effort sérieux de méditation » qu’« un chatoiement de mots multicolores »171. Les Allemands avaient surtout peur que les Français ne viennent à Berlin avec des formules de poli­tesse creuses. Un homme simple et sérieux comme Georges Duhamel les rassure sur ce point et les enthousiasme172.

  • 173 Anatole de Monzie (1876-1947), homme politique de la gauche indépendante était séna­teur et ministr (...)
  • 174 MgUM, op. cit., 30.11.28, Bl. 363 sq.
  • 175 Louis Freydaval : « Les conférences françaises de l´Institut des langues romanes de l´Université de (...)
  • 176 Ibidem.

92Dans son article, Freydaval mentionne ensuite une conférence de l’ancien ministre de l’Instruction publique Anatole de Monzie173, que celui-ci avait prononcée le 5 décembre 1927, dans le cadre du Séminaire des langues romanes, sur « L’Idée de la Paix dans la littérature française »174. Il relate que Wechssler a d’abord présenté de Monzie aux auditeurs « avec la fougue cordiale propre à son tempérament »175 et que celui-ci a répondu : « C’est ainsi que je voudrais que soient reçus les orateurs allemands à la Sor­bonne »176. Selon lui, cela a été perçu comme une promesse – par la presse aussi.

93L’article du BT du 6 décembre 1927, à propos de la visite de de Monzie à Berlin, montre que celle-ci a été effectivement considérée comme un événe­ment important : après une brève présentation du conférencier et un rappel succinct de l’allocution de bienvenue de Wechssler et de la réponse de de Monzie, l’article en vient au contenu de cette conférence, « charmante et d’une profonde intelligence », qui a permis de « parcourir l’histoire de France » :

  • 177  « Anatole de Monzie in der Universität », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édi­tion du (...)

« Il a commencé avec Rabelais, a fait une halte chez Victor Hugo et a terminé de nos jours, et une interprétation captivante a su dégager de tout cela l’image de l’idée de paix telle qu’elle se reflète encore avec beaucoup de contra­dictions dans l’histoire de la France »177.

  • 178 Ibidem.
  • 179 Eduard Wechssler : « Les rapports intellectuels franco-allemands », in : Le Monde nou­veau, op. cit (...)

94De Monzie aurait beaucoup critiqué les « nationalistes excessifs de son pays » et aurait demandé sans relâche : « à quoi bon la guerre ? » Cette prise de position a paru si « sympathique » parce qu’elle émanait « de la raison lucide d’un Français qui, malgré son tempérament, garde toujours le sens de la mesure ». Cela lui a valu les « vifs applaudissements » d’une salle bon­dée178. Toutefois, alors que Wechssler se vante d’avoir eu comme invité un « représentant de la France officielle »179, le BT et Freydaval signalent que le séjour de de Monzie à Berlin a été une visite purement privée.

  • 180 MgUM, op. cit., 12.7.28, Bl. 350. Le document cité n’en donne pas les raisons.
  • 181 MgUM, op. cit., 30.11.28, Bl. 363 sq .
  • 182 Cf. Bernard Lachaise : Yvon Delbos, biographie 1885-1956, Périgueux/Paris 1993.

95En revanche, la visite d’Yvon Delbos (1885-1956) n’était pas de nature privée, puisqu’elle avait donné lieu au versement « d’honoraires spé­ciaux »180 par le ministère des Affaires étrangères. Delbos que Wechssler, dans son rapport au ministère de l’éducation, appelle « l’ancien ministre de l’Instruction publique »181 a prononcé le 24 mai 1928 une conférence sur « Le roman régionaliste ». Il collaborait au Pays et à L’Ère nouvelle, était rédacteur en chef de la Dépêche de Toulouse et député de la Dordogne de 1924 à 1953 (avec une interruption pendant la Deuxième Guerre mondiale). Il a également occupé par moments différents postes, entre autres celui de ministre de l’éducation où il s’est montré un défenseur véhément de l’en­seignement public182.

96Le même rapport énumère les autres conférenciers et sujets de cette année universitaire 1927/28 :

« Le 9 novembre 1927 François Porché a parlé de “Paul Valéry et la Poésie pure”; […]

le 17 décembre la conférence de Jacques Maritain, de l’Institut Catholique de Paris, a porté sur “Le Néothomisme et la Culture contemporaine”.

Au cours de la nouvelle année 1928, René Crevel a fait une conférence le 6 février sur “Le Surréalisme” et

le 20 février Louis Massignon, de la Sorbonne, sur “La Psychologie mystique”.

Ont parlé ensuite, le 7 mai, Marcel Arland et Raymond Fernandez [sic !] dans une conférence dialoguée sur “La Personnalité” ;

le 14 mai Jean Prévost sur “La Philosophie du Sport” ;

le 21 mai Gabriel Marcel sur “Le Drame Philosophique” ; […]

le 11 juin Daniel Halévy sur “Charles Péguy et les Cahiers de la Quinzaine” ;

enfin le 25 juin (sans honoraire) André Germain sur “Cinq écrivains français à Berlin” (Halévy, Gide, Duhamel, Soupault et Bloch, qui n’était pas venu).

En outre, André Gide a lu le 27 janvier, dans le cadre du Séminaire des langues romanes, des poèmes de lui-même et de Charles Baudelaire.

  • 183 MgUM, op. cit., 30.11.28, Bl. 363 sq. On peut trouver aussi des indications intéressantes sur les c (...)

[…] Dans leur diversité, ils ont donné aux auditeurs une image claire et exacte de la vie intellectuelle française contemporaine. »183

  • 184  Louis Massignon (1883-1962), spécialiste de l’Islam, de renommée internationale, profes­seur au Co (...)
  • 185 Daniel Halévy (1872-1962), essayiste et biographe, collabore à partir de 1900 aux Cahiers de la Qui (...)
  • 186 François Porché (1877-1944), après des études de droit et de philosophie, devient écrivain et voyag (...)

97Dans aucun des livres théoriques de Wechssler, il n’est fait mention de Louis Massignon184, Daniel Halévy185 ni de François Porché186. Pourtant Daniel Halévy a sans doute été particulièrement important pour Wechssler en tant que

  • 187 Sébastien Laurent : Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme. Biographie, op. cit., p. 13.

« l’un des personnalités les plus influentes dans les milieux éditoriaux durant la période de l’entre-deux-guerres »187

98notamment dans sa fonction de directeur des Cahiers verts (1920 – 1933) :

  • 188 Ibidem.

« Très vite, cette collection fait figure de référence et le fait pour un écrivain d’y être publié vaut reconnaissance de sa qualité »188.

  • 189 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)

99Halévy y a publié entre autres Mauriac, Maurois, Giraudoux, Morand, Malraux, Montherlant et Chamson. En même temps, Charles Péguy dont parlait la conférence d’Halévy, joue un rôle important pour Wechssler qui considère que Péguy passe en France pour une « incarnation d’éternelle fraîcheur juvénile », pour l’un des « guides et hérauts du royaume de l’in­connu et de l’infini »189.

  • 190 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit (...)
  • 191 Ibidem, p. 537.
  • 192 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 541.
  • 193 Ibidem.
  • 194 Ibidem, p. 425.
  • 195 Ibidem.
  • 196 Ibidem.

100Le sujet de la conférence de Porché, qui est identique au titre de son livre publié en 1926, est important pour Wechssler pour les raisons suivantes : il considère le « grand poète »190 Valéry comme l’un des « chefs de file et mo­dèles des années d’avant-guerre »191, comme quelqu’un qui représente – à l’instar de Crémieux et d’autres – tous ceux qui, « en tant qu’individus ou collectivement » feraient tout, partiraient même en guerre et mourraient pour un mot « c’est-à-dire […] pour la notion originelle sacrée qu’il renferme […] »192. Il cite comme preuve une phrase que Valéry a écrite à Gide : « L’expression seule me conquiert »193. Mais l’importance de Valéry pour « les jeunes intellectuels de France [das geistige Jungfrankreich] » viendrait surtout de son rôle comme « maître et initiateur » d’une « poésie lyrique et d’une prose rythmique remarquables par l’obscurité étrange et inhabituelle de la pensée »194. Wechssler s’étonne, à ce propos, de ce que Valéry « ait été malgré cela reçu récemment parmi les quarante Immortels »195, car la clarté ne peut pas venir de l’obscurité : « Là où est la clarté doit briller un soleil »196. Pour lui, Valéry est aussi un exemple de la manière dont

  • 197 Ibidem, p. 359.

« ce peuple [cherche] dans tout ce qui est individuel – que ce soit un homme, un objet ou une notion – à orienter avant tout l’attention de la recherche et l’art de la description, vers “les relations, les faits, les lois” »197.

  • 198 Jacques Maritain, né en 1882, mort en 1973. Il a été, avec étienne Gilson, à l’origine du mouvement (...)
  • 199 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 355.
  • 200 Ibidem.
  • 201 Ibidem, p. 363.

101Il en va de même pour Jacques Maritain198, qui, après avoir étudié la philosophie avec Henri Bergson s’est converti en 1906 au catholicisme sous l’influence de Charles Péguy : pour Wechssler, il prouve que, pour « l’homme français », la notion de fait est « au-dessus de tout doute ; c’est le fait primordial »199 sur lequel est édifiée toute connaissance ultérieure. Pour Jacques Maritain, qui « a renouvelé la doctrine de Thomas d’Aquin », la « mission du fils de Dieu pour sauver l’humanité du péché est restée l’unique fondement de toute évaluation et de toute certitude »200. En même temps Wechssler cite Maritain pour prouver que les penseurs français – à la différence des allemands – « ne posent même pas la question de la possibilité et des limites de la connaissance humaine, et désirent encore moins en deviner la dangereuse profondeur »201. Il rappelle que Maritain a déclaré que, concernant la connaissance humaine, on devait se contenter de la phrase suivante :

  • 202 Ibidem.

« Conformité de l’esprit avec ce qui est ... Ainsi toutes les difficultés se résolvent, à condition de reconnaître une certaine disjonction entre l’être et la pensée, sans abandonner pour cela leur essentielle identité dans l’acte même de connaître »202.

102C’est aussi la raison pour laquelle Kant aurait « vécu en vain pour les penseurs de la France » :

  • 203 Ibidem, p. 362.

« La question de la connaissance telle que l’a posée le grand Allemand n’existe même pas pour les Français »203.

  • 204 Marcel Arland (1899-1986), romancier, nouvelliste et essayiste, était connu surtout pour son rôle a (...)
  • 205 René Crevel (1900-1935), écrivain surréaliste, ami de Klaus Mann, se lia d’amitié avec Pierre Berta (...)
  • 206 Jean Prévost (1901-1944), élève d’Alain et normalien, était de 1924 à 1940 critique litté­raire à l (...)

103Marcel Arland204, René Crevel205 et Jean Prévost206 sont mentionnés par Wechssler d’abord dans le contexte suivant : il considère qu’il est « intéres­sant » et « instructif » de comparer la littérature d’après-guerre en Alle­magne et en France. On remarquerait sans doute des « similitudes dans la situation générale », mais il s’agit

  • 207 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit (...)

« d’étudier les spécificités de part et d’autre, qui naîtront obligatoirement des différences de nature et des conditions politiques différentes »207.

  • 208 Ibidem, p. 544.

104Dans « la liste de noms qui peuvent sans doute servir de preuve et d’exemple dès aujourd’hui », il cite ensuite parmi d’autres les trois auteurs mentionnés ci-dessus208. Ils ont en commun, d’après lui, d’avoir « des vues réfléchies, souvent profondes » et c’est pourquoi les Allemands feraient bien de prendre au sérieux ces jeunes Français :

  • 209 Ibidem.

« Nous qui nous vantons volontiers de notre sérieux, pourrions nous rendre coupables sans cela d’imprévoyance et porter gravement préjudice à notre pays et notre peuple »209.

105Nous constatons une fois de plus ici que la principale raison de l’engagement de Wechssler se trouve là, dans sa volonté de permettre à l’esprit allemand un nouvel épanouissement et de combattre le danger d’aliénation par l’in­fluence française.

106Ailleurs, Wechssler voit advenir en France une « nouvelle époque » qui s’accompagne de l’abandon de toutes les habitudes invétérées : abandon du « pathos oratoire », de « l’ironie et la blague complaisantes et fallacieuses », des « jeux artistiques avec des images, des sons et des émotions inouïs » et enfin abandon

  • 210 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)

« de l’illusion traditionnelle que la mystérieuse vie intérieure d’un individu est déterminée comme un mécanisme par des lois de la nature et peut être clairement et nettement expliquée par celles-ci »210.

107En France aussi, on chercherait à présent,

  • 211 Ibidem.

« à mettre au jour les raisons secrètes qui, seules, peuvent porter la nouvelle construction du nouvel homme et de toute communauté »211.

108Deux questions concernant la conduite de la vie ont occupé les « chefs de file de la jeunesse intellectuelle française » :

  • 212 Ibidem, p. 15.

1091. « comment puis-je préserver malgré tout l’unité de ma personnalité ? »212

  • 213 Ramon Fernandez (1894-1944) a étudié la philosophie à la Sorbonne et est devenu, à partir de 1923, (...)

110Ramon Fernandez213, l’auteur des Messages (1926) a répondu que cette unité réside dans l’œuvre de l’artiste, réponse que Wechssler considère comme insuffisante.

  • 214 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)

1112. « Comment puis-je passer de la société à la communauté, en passant par la solitude ? »214

  • 215 Gabriel Marcel (1889-1973), philosophe, écrivain, auteur dramatique, entre autres collabo­rateur à (...)
  • 216 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)
  • 217 Ibidem, p. 4.

112Selon Wechssler, les représentants de cette jeunesse sont non seulement Arland, Crevel, Prévost et Fernandez, mais aussi Gabriel Marcel215, qui traite ce sujet dans ses drames « avec une inaltérable clairvoyance et une scru­puleuse exactitude »216. Arland représenterait avec ses œuvres La route obscure (1924) et étienne (1924) le « profond malaise des nouvelles généra­tions » face aux exigences du temps présent217. Crevel dans Mon corps et moi (1926), et Prévost dans Tentative de la solitude (1925), montrent comment

  • 218 Ibidem, p. 14.

« dans cette France la plus récente […] on voit [cheminer] des hommes qui veulent absolument n’avoir de relations qu’avec eux-mêmes »218.

  • 219 Ibidem, p. 7.
  • 220 Ibidem.

113Un des « porte-parole qualifiés » de cette génération est, selon Wechssler, André Gide (1869-1951) qui demande aux Français de « mettre au jour les aspects inquiétants et inconnus, cachés dans leurs propres profondeurs »219, qui les ont « menacés, oppressés, inquiétés, énervés »220 et auxquels ils n’ont pas osé s’attaquer. Comme preuve, Wechssler cite Les Faux-monnayeurs (1925), où Gide dit à propos de ses héros :

  • 221 Ibidem.

« Ils se lancent vers l’inconnu ; nos écrivains craignent le large, ce ne sont que des côtoyeurs »221.

  • 222 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 399.
  • 223 Ibidem.

114Les Faux-monnayeurs étaient déjà disponibles en traduction allemande depuis fin 1927 dans « toutes les librairies »222 et Voyage au Congo était disponible partout où étaient vendus des livres français223. Comme le dit Pierre Bertaux à propos de la conférence que Gide devait prononcer :

  • 224 Ibidem, p. 399.

« Si c’est vrai, on connaît son nom, on est curieux, on attend quelque chose de lui »224.

  • 225 Ibidem, p. 163.

115Gide était venu à Berlin dans l’intention de parler de « ce qu’un Français peut retirer du contact avec l’Allemagne »225. Mais il hésita jusqu’au dernier moment :

  • 226 Ibidem, p. 158.

« J’ai relu mes notes dans le train; c’est exécrable […] j’aime mieux ne pas parler […] que de ne pas faire sensation »226.

  • 227 Ibidem, p. 173.
  • 228 Ibidem, p. 163.
  • 229 Ibidem, p. 178.

116Deux jours avant la conférence, il a encore expliqué dans une interview avec Walter Benjamin pourquoi il ne pourrait pas parler227. Commentaire de Pierre Bertaux : Gide a tout juste achevé la moitié de sa conférence et « il ne peut se mettre à cela, bâcler cela en huit jours ». Il terminerait sa conférence tranquillement en France et reviendrait alors228. Finalement, Gide a quand même parlé, mais du Promethée – c’est-à-dire de son livre Le Prométhée mal enchaîné (1899) – et de deux poèmes de Baudelaire229 ; la question reste posée de savoir s’il a réellement parlé de ces œuvres comme l’écrit Bertaux ou s’il s’est borné à en lire des extraits, selon la formulation de Wechssler. Le Prométhée mal enchaîné était important pour Wechssler parce que Gide y aurait montré un exemple de « l’acte gratuit, ce nouveau remède » qu’il a « mentionné et recommandé », comme moyen de s’affranchir des

  • 230 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)

« limites de la persona romaine qui, en tant que chaînon dans l’édifice hiérarchique de la société et de l’état, est précisément délimitée et enfermée dans ses droits et ses devoirs, dans ses prérogatives et ses capacités »230.

  • 231 Walter Benjamin : « André Gide und Deutschland. Gespräch mit dem Dichter », in : Deutsche Allgemein (...)
  • 232 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 159.

117L’interview avec Walter Benjamin parut dans la DAZ deux jours après la conférence231. Tandis que Bertaux estime que : « Crevel est plus sérieux que Gide qui toute la nuit court les boîtes »232, Gide donne dans la DAZ une autre explication, disant qu’il était venu dans l’intention de faire une conférence à Berlin :

  • 233 Walter Benjamin : « André Gide und Deutschland. Gespräch mit dem Dichter », in : Deutsche Allgemein (...)

« Et je voulais consacrer la première semaine de mon séjour à la préparer dans le calme et la solitude. Mais les choses ne se sont pas déroulées selon mes prévisions. Car l’amabilité des Berlinois, l’intérêt empressé qu’ils m’ont témoigné se sont révélés si grands que je n’ai pas trouvé le loisir escompté. Des rencontres et des entretiens ont pris tout mon temps »233.

  • 234 André Gide : Journal 1889-1939, Paris 1951, p. 870.

118Dans son Journal 1889-1939, il consacre une phrase à son voyage à Berlin : « Voyage à Berlin du 17 janvier au 3 février 1928 »234.

  • 235 MgUM, op. cit., 12.7.28, Bl. 350.
  • 236 Henry de Montherlant (1896-1972), essayiste, romancier, poète, auteur dramatique. Jus­qu’en 1925, s (...)
  • 237 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)
  • 238 Jean Giraudoux (1882-1944), normalien, romancier et auteur dramatique, a fait plusieurs voyages en (...)
  • 239 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)
  • 240 Pierre-Jean Jouve (1887-1976), poète, romancier, essayiste, traducteur de Shakespeare et de Hölderl (...)
  • 241 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaf (...)
  • 242 Etienne Gilson (1884-1978), philosophe chrétien, professeur à la Sorbonne, était avec Jacques Marit (...)
  • 243 MgUM, op. cit., 12.7.28, Bl. 350.
  • 244  Cf. Louis-Albert Revah : Julien Benda. Un misanthrope juif dans la France de Maurras, Paris 1991.
  • 245 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 238.
  • 246 Kindlers Neues Literaturlexikon. Hauptwerke der französischen Literatur 2. Einzeldar­stellungen und (...)

119Les conférenciers que Wechssler propose au ministère pour le semestre d’hiver235 (WS) 1928, font partie, eux aussi, de la « jeune génération ». Par exemple, Henry de Montherlant236, qui est, selon Wechssler, « le vrai guide sur le chemin de la force de la volonté et de la vigueur corporelle »237, Jean Giraudoux238 qui, avec Bella (1926), accède « au faîte de l’histoire univer­selle contemporaine où s’ébattent d’éphémères célébrités contestées »239, Pierre-Jean Jouve240, avec sa Paulina 1880, qui est pour Wechssler un exemple de « l’acte gratuit »241 prôné par Gide ; Etienne Gilson242, l’« histo­rien de la philosophie médiévale »243 et le publiciste Julien Benda (1867-1956) qui écrivait depuis 1922 des articles politiques dans la Nouvelle Revue Française (NRF). Il y avait également publié d’août à novembre 1927 La Trahison des clercs, qui avait fait sensation et lui avait valu une renommée inconnue jusque là244. D’après Pierre Bertaux, il avait fait le 12 novembre 1928, dans le cadre du Séminaire des langues romanes245, une conférence sur l’ouvrage en question, dans lequel il avait été l’un des premiers à s’élever contre la tendance des classes possédantes, déjà sensible dans les années vingt, à défendre leurs privilèges par des moyens fascistes, antisémites et militaristes. Il voyait le risque d’une telle évolution non seulement en Italie, dont son livre combattait vigoureusement le régime fasciste mussolinien, mais aussi et surtout en Allemagne246. Il s’agissait donc d’un ouvrage à caractère prophétique. Mais Wechssler n’a manifestement pas compris la mise en garde et la critique qu’il comportait.

  • 247 MgUM, op. cit., 14.7.28, Bl. 348.
  • 248 Ferdinand Brunot (1860-1938), linguiste, doyen honoraire de la Faculté des lettres de l´Université (...)
  • 249 Vulliod avait publié entre autres Les sources de l´émotion dans l´oeuvre de Theodor Storm (1907), L (...)
  • 250 De Monzie avait chargé Pierre Bertaux en décembre 1927 de proposer Terracher à Wechssler pour une c (...)
  • 251 Eugenio De Castro e Almeida (1869-1944), études de philologie à Coimbra, professeur dans cette même (...)

120Il n’est pas possible de dire si les auteurs énumérés ci-dessus – sauf Benda – ont fait des conférences à Berlin. En tout cas, Wechssler s’est adressé une nouvelle fois au ministère à propos de ce semestre d’hiver 1928/29 et a demandé, pour d’autres conférenciers qui, « pour leur part ont accepté l’invitation », une subvention supplémentaire de 1200 RM venant s’ajouter aux 1500 RM déjà accordés247. Il mentionne en particulier Ferdinand Brunot248, « qui en tant que doyen m’avait accueilli si chaleureu­sement à Paris », Amédée Vulliod249, « germaniste à Nancy, qui est prêt à faire ici une conférence en novembre », Louis Adolphe Terracher250, « rec­teur de l’Académie de Dijon, que Monsieur Hesnard m’a recommandé comme conférencier » et Eugenio De Castro251 « de Coimbra, qui aimerait parler ici de “Goethe et le Portugal” ». Il conclut sur un appel mettant l’ac­cent sur la nécessité et l’urgence de son entreprise :

  • 252 MgUM, op. cit., 14.7.28, Bl. 348.

« Dans ces quatre cas, il s’agit de personnalités politiquement importantes, qu’il m’a été impossible de refuser. […] Il s’agit en l’occurrence de cultiver des relations intellectuelles qui peuvent devenir extrêmement profitables pour notre avenir politique, comme le montre toute l’expérience passée »252.

  • 253 Staatsbibliothek zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung. Verso d’une photogra (...)
  • 254 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 277.

121Il est possible que le ministère ait été insensible à l’argumentation de Wechssler et n’ait pas accordé les moyens financiers demandés, car Ferdi­nand Brunot n’a parlé que le 3 juin 1929 du « Rapport entre l’histoire et la philologie »253, et les autres noms ne sont plus du tout mentionnés. En revanche Pierre Bertaux signale une conférence de Jean Piot de la revue L’Œuvre, qui a eu lieu le 14 janvier 1929254. Résultat :

  • 255 Ibidem, p. 281f.

« C’était gentil, inexistant. C’est curieux comme j’ai du mal à croire que Piot est bête, malgré toutes les preuves qu’il donne. Je commence tout de même à être convaincu, et après la conférence je n’ai pas eu envie de les accompa­gner »255.

  • 256 Léon Brunschvicq (1869-1944) a joué un rôle déterminant dans la philosophie française depuis le déb (...)
  • 257 MgUM, op. cit., 17.6.29.

122Une dernière conférence annoncée est celle de Léon Brunschvicq256 qui devait parler le 17 juin 1929 du « Rationalisme de l’ordre et rationalisme du progrès »257. On ne sait si elle a eu lieu.

  • 258 MgUA, op. cit., 1.3.30.
  • 259 MgUA, op. cit., 21.3.30.
  • 260 MgUA, op. cit., 22.7.30.

123Nous manquons de données précises sur la période entre le semestre d’hiver 1929/30 et le semestre d’hiver 1931/32. Mais quelques documents prouvent que des conférences ont eu lieu dans cette période aussi : c’est ainsi qu’une lettre du 1er mars 1930 de Wechssler au ministre signale qu’il y avait des conférences françaises à l’Université de Berlin, ainsi que des confé­rences allemandes à Paris258. Le rapport sur ces conférences qu’il mentionne dans ce contexte ne se trouve malheureusement pas dans les dossiers cités ici. Mais le 21 mars 1930259, puis le 22 juillet 1930260, le ministère accorde de nouvelles subventions de 1500 RM chacune.

  • 261 MgUA, op. cit., 12.11.30.
  • 262 MgUA, op. cit., 1.12.30.
  • 263 MgUA, op. cit., 14.1.31, Bl. 69.
  • 264 MgUA, op. cit., 17.2.31.

124En novembre 1930, un correspondant non identifié informe le ministère qu’Otto Grautoff, gérant de la Deutsch-Französische Gesellschaft, s’était plaint de ce que des écrivains français aient touché « de fortes sommes » pour des conférences à l’Université de Berlin261. à la suite de cela, le ministère fit savoir à Wechssler que les honoraires devaient être ramenés à 200 RM par conférencier262. Mais Wechssler réussit à convaincre le ministre du contraire, en montrant que tout avait été calculé précisément et qu’il n’était pas concevable de payer aux futurs « poètes, hommes de lettres » moins que ce qui avait été payé à ceux qui étaient venus précédemment : « Il serait difficile de faire ici des différences dans les honoraires »263. N’ayant apparemment rien à opposer à ces arguments, le ministre donna donc son accord pour que les honoraires restent fixés à 300 RM264.

  • 265 MgUA, op. cit., 28.1.33.

125Plus tard, Wechssler adressa une nouvelle demande de subvention au ministère en date du 28 janvier 1933 : elle montre qu’il rencontrait quand même de plus en plus de difficultés pour trouver les moyens nécessaires. Rappelant que jusqu’à présent le ministère de l’éducation et les Affaires étrangères avaient accordé respectivement 1500 RM par an, mais que « depuis quelque temps les Affaires étrangères n’accordent plus de subven­tion »265, il explique que l’argent du ministère de l’éducation en devient d’autant plus important car les conférences sont « un complément indispen­sable de l’enseignement littéraire ». Wechssler utilise aussi un autre argu­ment :

  • 266 Ibidem.

« dans la mesure où les étudiants, presque sans exception, n’ont plus la possibilité de se rendre en France, il devient de plus en plus précieux pour eux de pouvoir entendre de vive voix les représentants importants de la poésie, de la littérature et de la science françaises contemporaines »266.

  • 267 Félix Bertaux (1881-1948), père de Pierre Bertaux, germaniste, auteur d’un célèbre dic­tionnaire bi (...)
  • 268 Pierre Drieu La Rochelle (1893-1945), ancien combattant, écrivain, p. ex. L´Homme cou­vert de femme (...)
  • 269 Roger Martin du Gard (1881-1958) appartenait au cercle de la NRF (depuis 1913) et au groupe autour (...)
  • 270 Jean Schlumberger (1877-1968), écrivain et critique littéraire, « figure active et centrale » et «  (...)
  • 271 Mg UA, op. cit., 28.1.33.
  • 272 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 506. Wechssler explique que, dans Jean Barois, Ma (...)
  • 273 Mg UA, op. cit., 28.1.33.
  • 274 Ibidem.

126Au cours de l’année précédente, il avait accueilli Félix Bertaux267, Pierre Drieu la Rochelle268 et Roger Martin du Gard269, et en février, il attendait Jean Schlumberger270 pour une conférence. Il rapporte que Bertaux a parlé « des jugements portés par des écrivains français contemporains sur l’Alle­magne », que Drieu la Rochelle en tant que « représentant de la jeune génération »271, a parlé du « courant surréaliste et néothomiste ». Enfin Martin du Gard, dont les œuvres montrent « comment la personne acquiert son importance, son rang et sa pérennité par ses gestes »272, a lu « de manière vivante des extraits de ses œuvres »273. Quant à Schlumberger, il parlerait du « cardinal de Retz […] auquel il a consacré une précieuse étude histo­rique »274, un exemple, selon Wechssler, du goût récemment réapparu en France pour le « créateur », « mot que le Français emploie pour traduire ce que nous appelons “génie” » :

  • 275  Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenscha (...)

« Depuis, on voit foisonner les biographies de grands hommes, œuvres hybrides, à la fois romanesques et scientifiques, qui enchevêtrent mysté­rieusement l’inconnu et l’infini, le contingent et l’incomparable, l’unique et l’éternel, et qui donnent au lecteur une idée de l’histoire »275.

  • 276 MgUA, op. cit., 17.3.33.

127à la suite de la lettre de Wechssler mentionnée ci-dessus, les Affaires étrangères ont soudain accordé en mars 1933 à nouveau une subvention de 750 RM à la condition toutefois que « pour les invitations il soit tenu compte des professeurs Bousquet (Alger) et Pitrou (Bordeaux) »276. Un rapport du consulat général d’Alger du 25 mai 1932 est joint à la lettre : il informe que Bousquet, professeur de droit à l’Université d’Alger, a fait le 24 mai 1932 devant la « Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord » une conférence sur « la nouvelle Autriche et la question de l’Anschluss ». Il avait étudié à Vienne pendant trois ans. À propos de la teneur de la conférence, le rapport indique ce qui suit :

  • 277 MgUA, op. cit., 25.5.32.

« L’Autriche d’aujourd’hui n’est pas viable […], elle doit, qu’elle le veuille ou non, trouver une solution qui lui redonne vie, que ce soit en renouant avec ce qui a existé naguère dans une fédération du Danube, une union danu­bienne, ou que ce soit par l’Anschluss. […] L’Autriche est allemande … foncièrement allemande »277.

  • 278 MgUA, op. cit. 22.3.33, Bl. 137a.
  • 279 MgUA, op. cit., 22.6.33, Bl. 160.

128Le ministère de l’éducation, dirigé depuis le 30 janvier 1930 et encore jusqu’au 25 mars 1933 par Adolf Grimme, accorda lui aussi une nouvelle subvention de 750 RM et Wechssler se montra tout à fait disposé à inviter Bousquet et Pitrou278. Le nom de « Gautier », selon Wechssler un professeur d’Alger, fut encore ajouté à la liste et Wechssler put rapporter le 22 juin 1933 que « Monsieur Bousquet viendra dès le 17 juillet et les deux autres dans le courant de l’hiver »279.

129Robert Pitrou, professeur à la Faculté des lettres de l’université de Bordeaux, s’était adressé avant sa conférence à Henri Jourdan, directeur de l’Institut Français de Berlin, pour lui demander de lui procurer d’autres op­portunités de parler, afin que son voyage devienne rentable. Jourdan promit de l’aider, mais en précisant :

  • 280 Copie d’une lettre de Jourdan à Pitrou, Berlin, 23 août 1933. AMAE, ADN, C119. Cité d’après : Domin (...)

« Il est très difficile de prévoir ce que sera “l’hiver académique” en Alle­magne. Les différents romanistes encore en fonction doivent compter avec l’attitude de la “Studentenschaft” et préfèrent en général s’abstenir, dans l’intérêt même des relations franco-allemandes. Ceux dont la situation est fortement établie n’ont pas ces scrupules. Ernst Robert Curtius aurait beau­coup de peine à obtenir les crédits nécessaires pour organiser de pareilles conférences. Wechssler les a obtenus, mais je me demande qui, en dehors de lui, peut se flatter d’avoir cette chance »280.

  • 281 Ibidem, p. 260.

130Finalement, il conseilla à Pitrou de venir avec une conférence sur un musicien, étant donné que les seules organisations qui pouvaient encore choisir librement leurs conférenciers étaient les sociétés de musique.281 Cela convenait tout à fait à Pitrou, qui avait publié en 1925 La vie intérieure de Robert Schumann et, en 1928, Franz Schubert. Vie intime.

131On voit ici, une fois de plus, que Wechssler était plus influent que d’autres pour ce qui était du financement de ses conférences, c’est-à-dire qu’il réussissait dans la mesure du possible à obtenir ce qu’il voulait. Pour­tant, le 27 juillet 1933, Wechssler fait au ministère un rapport qui paraît à première vue étrange :

  • 282 MgUA, op. cit., 27.7.33, Bl. 171 sq.

« Le professeur Bousquet a parlé le lundi 17 juillet. Mais il est apparu qu’en ce moment les Français […] dans leur majorité ne font pas preuve de l’impar­tialité et de l’absence de préjugés souhaitable […] et nécessaire pour une con­férence philosophique […] non politique devant nos étudiants. […] Compte tenu de cette constatation, je me permets de demander […] s’il ne serait pas préférable d’inviter des poètes et écrivains italiens. […]. Monsieur […] direc­teur de l’Institut-[…] à Rome […], [signale] que tous les Italiens qui ont séjourné en Allemagne ces jours-ci, rentrent chez eux […] absolument ent­housiastes […]. […] Ce changement de politique […] serait dans l’intérêt de mon séminaire et aussi, plus généralement, du Reich allemand »282.

132Bousquet a donc fait une conférence à teneur politique et Wechssler craint qu’à l’avenir cela puisse être le cas encore plus souvent dans les conférences d’invités français. Et parce qu’il suppose qu’avec les Italiens ce serait différent et que, de surcroît, ceux-ci parlent positivement de l’Alle­magne, une fois rentrés chez eux, Wechssler remplace soudain « français » par « italien ». Mais, à la fin du mois d’août 1933, les Affaires étrangères répondirent finalement au ministère de l’éducation, dirigé depuis le 11 avril 1933 par Bernhard Rust, que l’aide était prévue explicitement et exclusi­vement pour des conférences françaises :

  • 283 MgUA, op. cit., 24.8.33, Bl. 179.

« Le ministère des Affaires étrangères ne peut pas adhérer aux arguments avancés par le professeur Wechssler, qui sont à notre avis trop soucieux de résultats immédiats. Il serait d’ailleurs intéressant d’avoir quelques détails sur la conférence de Monsieur Bousquet »283.

133On ne sait pas, en revanche, quels résultats à long terme les Affaires étran­gères escomptaient de ces conférences.

134À la suite de cela, Wechssler a renouvelé par écrit en novembre 1933 sa demande au ministère de l’éducation et aux Affaires étrangères, en usant des arguments suivants :

  • 284 MgUA, op. cit., 22.11.33, Bl. 200 sq.

« l’un d’eux (Gautier/Alger) a repoussé sa conférence à plus tard. La seconde conférence “Esquisse d’une géographie littéraire de la France” de Pitrou (Bordeaux) a été très applaudie ; exempte d’allusions politiques, elle a été pleine de tact. Mais les deux conférences, celle de Bousquet comme celle de Pitrou, ont montré qu’en ce moment l’intérêt tant des étudiants que du corps enseignant des établissements d’enseignement supérieurs berlinois est très amoindri »284.

  • 285  Les raisons de cette baisse d’intérêt sont à chercher d’une manière générale dans la désaffection (...)

135D’après cette lettre, Pitrou a sans doute atténué le reproche du manque d’impartialité, mais Wechssler lance à présent un autre argument dans la discussion, à savoir que de moins en moins d’étudiants et d’enseignants assistaient aux conférences285.

136C’est pourquoi il suggère de ralentir le rythme et de n’inviter par exemple qu’un seul conférencier français au cours de l’hiver. Il songe pour cela à Philippe Soupault, un

« écrivain et historien de la littérature très renommé, de qui on peut attendre une conférence objective et de qualité. Je connais bien personnellement Soupault et il est rempli des sentiments les plus amicaux à l’égard de l’Allemagne. »

  • 286 Cf. Michel Toda : Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, Paris 1987.

137Wechssler pense qu’on pourrait aussi faire un essai avec Henri Massis, l’auteur du livre Défense de l’Occident. Henri Massis (1886-1970), écrivain et journaliste, distingué par le Prix de l’Académie Française (1929), converti au catholicisme, catholique de droite et nationaliste, ami de Maurras, avait déjà publié le 19 juillet 1919 dans Le Figaro le « Manifeste du parti de l’intelligence ». La France y est désignée comme la « gardienne de toute civilisation » et est appelée à défendre le monde occidental, chrétien et humaniste contre le bolchevisme matérialiste. À la suite de ce texte, signé par un groupe d’écrivains catholiques, fut fondée La Revue universelle. Massis devint son rédacteur en chef286. En 1927, il publia la Défense de l’Occident, le livre dont il devait parler chez Wechssler.

  • 287 MgUA, op. cit., 22.11.33, Bl. 200f.

138Wechssler poursuit en disant que, comme « d’une façon générale, les conférenciers français bien appropriés ne paraissent pas être trop nom­breux », il demande à pouvoir proposer les autres conférences à trois « conférenciers ITALIENS de premier plan », qui « sont, de surcroît, recom­mandés par leur gouvernement comme étant parfaitement appropriés. Ce sont les professeurs Rivalta (domaine : Cultura Italiana), Fanelli (Filosofia) et Vincenti (Letteratura Moderna) »287. De nouveau, Wechssler signale le risque croissant que les intervenants français tiennent directement ou indi­rectement des propos négatifs sur l’Allemagne, qu’ils ne parlent donc pas – selon les termes de Wechssler – de manière « apolitique », « sans pré­jugés », « impartiale » et « objective ».

  • 288 Cf. Frank-Rutger Hausmann : « “Vom Strudel der Ereignisse verschlungen”. Deutsche Romanistik im “Dr (...)

139Mais la proposition d’inviter des conférenciers italiens peut être inter­prétée non seulement comme une réponse de Wechssler à la baisse d’intérêt constatée pour les conférences françaises, mais aussi comme une réaction à la perte d’importance du français au sein des études romanes et, par consé­quent, à celle de l’ensemble des études romanes comme discipline. L’italien qui, pour des raisons politiques, connaîtra bientôt, avec l’espagnol, un cer­tain essor (les deux langues ont été dotées du même statut que le français), était finalement d’une grande importance pour la survie de la discipline288.

  • 289 MgUA, op. cit., 2.12.33, Bl. 199.

140Mais le 2 décembre 1933, Wechssler essuya un nouveau refus et on lui rappela qu’on attendait toujours son rapport sur la conférence de Bousquet289.

141Suite à cette réponse, Wechssler annonce le 10 décembre 1933 au ministère de l’éducation qu’après avoir consulté les Affaires étrangères, il inviterait quatre orateurs français appropriés. Il transmit alors aussi le rapport sur la conférence de Bousquet :

  • 290 MgUA, op. cit., 29.12.33, Bl. 207.

« Le lundi 17 juillet 1933, à 8 h 30 du soir, Monsieur Bousquet, professeur d’économie politique à Alger, a parlé, sur invitation du Séminaire des langues romanes, de “L’Algérie dans la littérature française”. Il a commencé par une citation de l’Iphigénie de Goethe, disant qu’il se sentait étranger sur ces inhospitaliers rivages du Nord … mais ajoutant qu’il ferait son devoir malgré tout (citant Schiller). Ensuite, au cours de sa conférence, il a fré­quemment évoqué le grand empire colonial des Français en Afrique et a mis à plusieurs reprises l’accent sur le fait que, dans cet empire, beaucoup de peuples et aussi les juifs vivent ensemble en paix parce qu’ils sont traités par leur gouvernement de façon humaine [ce mot est ajouté à la main, alors que le reste du texte est dactylographié, n.d.A.]. La plus grande partie de son discours est constituée par le récit détaillé de l’épisode de Tartarin de Tarascon et du chameau. L’impression de la plupart des auditeurs – et je me suis entretenu avec beaucoup d’entre eux – était que cette conférence ne cadrait pas vraiment avec le reste de la série à cause de sa singulière hauteur intellectuelle et des allusions un peu précises »290.

142Bousquet a donc tenu – comme on le supposait – des propos peu ger­manophiles et a osé critiquer indirectement le gouvernement allemand. Wechssler préfère s’abstenir de prendre position personnellement et s’en remet au jugement porté sur l’événement par « la majorité de l’assistance ». En même temps, il dédramatise la conférence avec des expressions comme « singulière hauteur intellectuelle », « allusions un peu précises » et « pas vraiment ». Il est évident que les Affaires étrangères et le ministère ont fait un mauvais choix avec Bousquet et on a l’impression que Wechssler voulait le leur faire comprendre de manière aussi diplomatique que possible par ces moyens.

  • 291 MgUA, op. cit., 13.1.34, Bl. 210.
  • 292 Ibidem.

143Par la suite, en janvier 1934, « après consultation des Affaires étran­gères », le ministère donna son accord pour que « cet hiver n’ait plus lieu qu’une seule conférence française et que les trois autres conférences soient mises en réserve pour le semestre d’été 1934 »291. Les Affaires étrangères et le ministère de l’éducation signalent qu’ils ne voient aucune objection à la venue de Soupault et de Massis, mais qu’ils restent toujours opposés à l’invitation de conférenciers italiens292. À partir de là, il n’y eut donc plus que deux ou trois conférences par semestre.

144À la fin du mois de janvier, le directeur administratif Büchsel demanda à nouveau aux ministères des subsides pour des conférences françaises, en joignant le rapport suivant de Wechssler :

« Les frais relatifs aux conférences françaises (généralement au moins six par an) qui existent depuis 1927 ont été couverts pendant quelques années et de nouveau récemment à parts égales par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’éducation. Ces conférences ont aujourd’hui deux grands objectifs : d’une part, elles permettent de donner aux étudiants, dont la très grande majorité ne peut pas se rendre en France, une image vivante de la vie intellectuelle du pays étranger et de leur apprendre à connaître son être profond [Wesensart] ; mais d’autre part, elles peuvent aussi remplir de nos jours une fonction politique et culturelle importante, en permettant à des représentants qualifiés et renommés de la vie intellectuelle française de se faire une image objective de la Nouvelle Allemagne et de donner à leurs compatriotes une description équitable de la situation actuelle en Allemagne. Des négociations sont en cours avec Monsieur Jean Luchaire, directeur de Notre Temps, le journal qui occupe de façon exemplaire le premier rang parmi ceux qui s’efforcent de faire preuve de bonne volonté et d’objectivité dans leurs jugements sur la Nouvelle Allemagne ; et également avec un représentant des “Socialistes Nationaux” français (du quotidien La Victoire de Paris) et avec d’autres hommes de premier plan de la vie intellectuelle en France.

  • 293 MgUA, op. cit., 26.1.34, Bl. 248f.

Les conférences rencontrent toujours le plus vif intérêt aussi bien dans les meilleurs cercles nationaux allemands qu’au sein de la colonie française. Il semble absolument nécessaire de maintenir vivante cette institution qui a déjà rendu bien des services aux échanges de relations amicales entre les deux pays »293.

  • 294 Cf. par exemple : Claude Lévy : « Autour de Jean Luchaire : Le cercle éclaté de `Notre Temps´ », in (...)
  • 295 Ibidem, p. 121-130.

145On voit donc tout d’un coup que l’intérêt pour les conférences n’a jamais diminué et qu’il existe même un « besoin urgent » pour qu’elles continuent à exister, contrairement à ce que Wechssler avait encore déploré deux mois auparavant ! Il semble à présent s’être adapté sans problème aux nouvelles conditions concernant les futurs orateurs français invités. Avec Jean Luchaire, il avait trouvé en outre un conférencier qui continuait à plaider pour une politique de rapprochement avec l’Allemagne (nazie) « sans se soucier de la nature du régime qui dirige[ait] celle-ci »294. Jean Luchaire (1901-1946) était journaliste et avait fondé en 1927 la revue Notre Temps qui militait pour une entente franco-allemande. Au début des années 30, il avait fait la connaissance d’Otto Abetz qui l’a particulièrement soutenu après la défaite de la France en 1940295. à cause de ses articles contre le gaullisme et la résistance, Luchaire fut exécuté en février 1946.

  • 296 André Thérive (1891-1967), grammairien, chroniqueur littéraire, a introduit, avec Léon Lemonnier, l (...)
  • 297 MgUA, op. cit., 1.3.34, Bl. 211 (Wechssler au ministère et au AA)
  • 298 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit (...)
  • 299 Ibidem.
  • 300 Charles du Bos (1882-1939), écrivain, critique de littérature française et anglaise, ami d’André Gi (...)
  • 301 François Mauriac (1885-1970), romancier, journaliste, auteur en particulier d’une série de romans m (...)
  • 302 MgUA, op. cit., 1.3.34, Bl. 211.
  • 303 MgUA, op. cit., 8.6.34, Bl. 280.
  • 304 Pierre Bost (1901-1975) écrivain et auteur dramatique, auteur de scénarios pour le cinéma à partir (...)
  • 305 MgUA, op. cit., 1.3.34, Bl. 211.

146Le 12 février 1934 enfin, André Thérive296 parla du « roman moyen de culture » et fut « très applaudi »297. André Thérive apparaît chez Wechssler entre autres en compagnie d’Arland, Crevel et Prévost dans la liste déjà men­tionnée « de noms qui sont peut-être susceptibles de montrer et prouver dès aujourd’hui »298 la « différenciation »299 qui s’est produite dans la littérature d’après-guerre en Allemagne et en France. Charles du Bos300 et François Mauriac301, « les deux chefs de file principaux du mouvement néo-catho­lique »302 n’ont pas pu venir, selon Wechssler, pour des raisons de santé. Il est prévu d’inviter dans le courant de 1934 Philippe Soupault, Jean Prévost, « le célèbre écrivain français »303 Pierre Bost304, Jean Luchaire, de Notre Temps, déjà mentionné, Henri de Montherlant, et en outre, un représentant des nationaux-socialistes français et un représentant des « néo-socialistes » qui, à ce qu’on dit, sont « proches des idées du national-socialisme »305.

147Luchaire a fait le 14 mai 1934 la conférence annoncée sur le sujet : « Vers une nouvelle révolution nationale française », ainsi qu’il ressort du rapport que Wechssler adressa au directeur administratif de l’Université, Büchsel :

  • 306 MgUA, op. cit., 8.6.34, Bl. 280.

« Les propos tenus par l’orateur sur un ton de parfaite objectivité ont donné une image vivante des puissants courants politiques qui ont pour objectif un renouveau fondamental de la France. Le conférencier a su susciter chez ses auditeurs de vifs applaudissements lorsqu’il dit son espoir qu’une France rénovée par les anciens combattants, par les syndicats et par la jeunesse, saurait adopter vis-à-vis de la Nouvelle Allemagne une attitude politique différente de celle des représentants de la politique traditionnelle »306.

  • 307 Ibidem.

148Le conférencier suivant fut, le 4 juin 1934, Maurice Mignon de l’univer­sité d’Aix-en-Provence qui parla de « Pétrarque en France ». Il a, selon Wechssler, décrit de façon « extrêmement vivante et imagée la vie du grand poète en Provence » et montré des photographies des lieux historiques. Ce qui est remarquable, selon Wechssler, c’était « le public nombreux qui assista aux deux conférences » : c’est pourquoi il est important « de les poursuivre comme par le passé ». Il a donc demandé 750 RM pour trois conférences lors du semestre d’hiver307, ce qui veut dire que les confé­renciers ne recevaient plus dorénavant que 250 RM.

  • 308 MgUM, op. cit., sans date, Bl. 310 sq.
  • 309 Pierre Bertaux, à l’occasion de la conférence de Duhamel du 21 novembre 1927, parle de 600 personne (...)

149On n’a pas d’indication sur le nombre exact d’auditeurs présents à cette époque. « Très bien fréquenté » ou, comme ici, « le public nombreux », ne signifient vraisemblablement plus « 200 à 400 auditeurs »308, comme cela avait été le cas dans les premières années309. Sinon, Wechssler l’aurait certai­nement mentionné explicitement.

  • 310 Henri Gouhier (1898-1994), philosophe, critique littéraire, professeur à la Faculté des Lettres de (...)
  • 311 MgUA, op. cit., 15.12.34, Bl. 296.
  • 312 Cf. Louise Weiss : Mémoires d´une Européenne, 6 vol., Payot, 1968-1976.
  • 313 Cf. p.ex. Jacques Benoist-Méchin : Soixante jours qui ébranlèrent l´Occident, Paris 1956 et du même (...)

150L’argent n’avait toujours pas été mis à sa disposition le 15 décembre 1934 et c’est pourquoi Wechssler renouvela sa demande, d’autant plus que Henri Gouhier310 devait parler le 18 décembre de « Descartes et la mys­tique » : « En outre, sur l’initiative du Dr. Kurt Fiedler de la Chambre des écrivains [Reichsschrifttumskammer] le baron Benoist-Méchin devait parler de Nietzsche »311. Jacques Benoist-Méchin (1901-1983) était écrivain et avait milité après la Première Guerre mondiale pour la cause du rapproche­ment franco-allemand, d’abord dans un cadre européen, tel qu’il était proposé par Louise Weiss dans son hebdomadaire L’Europe nouvelle, fondé en 1918312. Plus tard, il adhéra au parti d’extrême droite de Jacques Doriot, le « Parti Populaire Français » et s’engagea dans la collaboration313.

151La dernière lettre de Wechssler que je connais au sujet de la série de conférences françaises, date du 30 décembre 1934 : il y signale que « Claude Chevaley » [sic !] devait parler le 25 janvier 1935 de « l’Ordre Nouveau » :

  • 314 MgUA, op. cit., 30.12.34, Bl. 297.

« Il m’a appris lui-même qu’il parlera aussi à cette occasion à Göttingen, et le conférencier précédent Monsieur Gouhier (qui avait reçu des applaudisse­ments nourris et bien mérités) m’a dit qu’il avait parlé la veille à Marburg. Les cycles de conférences françaises de Göttingen et de Marburg semblent donc continuer sans problèmes comme au cours des semestres précé­dents »314.

  • 315 Ibidem.

152C’est pourquoi Wechssler réitéra sa demande d’argent car, sinon, il devrait décommander « Chevaley », « ce qui juste en ce moment pourrait produire un effet politique des plus fâcheux à Paris »315.

153L’Ordre nouveau, une émanation du « Club du Moulin-Vert », parut comme revue mensuelle entre 1933 et 1938. Claude Chevalley faisait partie du comité de rédaction. Dès le premier numéro, le mouvement se définit comme suit :

  • 316 Jacques Julliard / Michel Winock (éds.) : Dictionnaire des intellectuels français : Les personnes, (...)

« Contre le désordre capitaliste et l’oppression communiste, contre le nationalisme homicide et l’internationalisme impuissant, contre le parlemen­tarisme et le fascisme, l’Ordre nouveau met les institutions au service de la personnalité et subordonne l’État à l’homme »316.

154Dans ces conditions, on peut difficilement imaginer que la conférence de Chevalley s’avérerait « germanophile ». On ne peut pas non plus supposer que Wechssler ne savait pas cela. Mais comme on ne connaît pas les circonstances de la venue de Chevalley, qu’on ne sait pas, par exemple, qui l’a invité ou recommandé, on ne peut qu’émettre des conjectures à propos de la réaction de Wechssler. Voulait-il éviter de froisser par un refus le gouver­nement français « juste en ce moment », c’est-à-dire dans une phase où la mise au pas et la nazification se développaient en Allemagne ? Estimait-il nécessaire de lui montrer que, même à cette époque, il était encore possible de prononcer en Allemagne une conférence recelant une critique politique ? Quel intérêt aurait-il eu à faire cela, d’autant plus que la politique devait rester initialement exclue des conférences ? Ou bien cela avait-il changé à la suite de l’instrumentalisation des conférences par les Affaires étrangères et le ministère de l’éducation ?

  • 317 Cf. p.ex. Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeitschrift(...)

155Il est probable que Wechssler a vu en Chevalley un représentant impor­tant de la France contemporaine qui pouvait apporter des informations sur un certain mouvement, quelle qu’en soit la couleur politique. En effet, il avait signalé à plusieurs reprises – et c’est cela qui lui importait avant toute autre chose – qu’on devait s’efforcer de connaître et d’apprécier correctement la jeunesse française pour ne pas « se rendre coupable d’imprévoyance et porter préjudice à notre pays et notre peuple »317. Dans cette hypothèse, sa remarque concernant l’effet que pourrait produire un refus à Paris avait peut-être pour fonction de forcer la main aux deux ministères dans l’intérêt d’une poursuite des échanges. Les Affaires étrangères ainsi que le Reichs­ministerium des Sciences, de l’éducation et de l’instruction publique (REM) – réuni en mai 1934 avec le Ministère prussien des Sciences, des arts et de l’instruction publique et désormais confié au Reichsminister Bernhard Rust – ne partageaient manifestement pas la crainte de Wechssler ou n’étaient pas disposés à céder à la pression qu’il exerçait. Auraient-ils, au dernier moment, refusé de débloquer les subsides demandés ?

156On ne sait pas comment la conférence d’Henri Gouhier a été financée, si à partir de ce moment-là, Eduard Wechssler a encore eu des subventions pour des conférences et si les conférences annoncées ou des conférences ultérieures ont eu lieu.

157Ainsi s’est donc achevée, du moins selon les dossiers d’archives dispo­nibles, la série de conférences françaises d’Eduard Wechssler. On voit comment l’institution était liée aux événements politiques de ces années : les deux années après l’entrée de l’Allemagne dans la Société des Nations ont été les plus fructueuses du point de vue quantitatif : 9 conférenciers sont venus en 1926/1927 et 15 en 1927/1928. L’année universitaire 1928/1929 n’est pas très bien documentée : au total 11 conférenciers sont mentionnés, mais on n’a trace que de deux conférences pour cette période. Sur la période allant de la fin de 1929 jusqu’au début de l’année 1932, on ne dispose d’aucune information, abstraction faite de lettres concernant les moyens financiers accordés pour des conférences – au total 3000 RM pour l’année 1930/31, ce qui laisse supposer qu’il y a eu 10 conférences cette année-là. Cette période est caractérisée par l’arrivée d’Adolf Grimme au ministère prussien de l’éducation, par la mort de Stresemann, la dégradation croissante de la situation économique et la montée du national-socialisme. Durant l’année 1932/33, on sait que sur les 4 conférences annoncées, seules trois ont eu lieu. La quatrième, celle de Schlumberger, devait avoir lieu en février 1933, donc après la nomination de Hitler comme Chancelier du Reich. À partir de cette même date, la série de conférences devint un instrument aux mains des Affaires étrangères et du ministère de l’éducation qui n’accor­daient les subventions qu’en les assortissant de certaines conditions ou en suggérant certaines invitations, sans qu’il soit possible de déterminer dans quelle mesure des propositions émanant de Wechssler ont encore été prises en considération. Cette situation semble avoir finalement conduit à l’arrêt progressif de la série.

Notes

1 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, Bielefeld und Leipzig, 1927, p. V.

2 Ibidem.

3 Eduard Wechssler : « Unsere Kriegsliteratur in französischer Vorstellung und in der deut­schen Wirklichkeit », in : Internationale Monatsschrift für Wissenschaft, Kunst und Technik, Bd. XV, 1921, p. 546.

4 Eduard Wechssler : Deutsche und französische Kultur. Mannschaftsvorträge an der West­front im Dezember 1917, Marburg 1918, p. 36.

5 Ibidem, p. 37.

6 Ibidem, p. 38.

7 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 579.

8 Ibidem, p. 576.

9 Eduard Wechssler : « Das junge Frankreich und das junge Deutschland », in : Preußische Jahrbücher, Bd. 185, Berlin 1921, p. 199.

10 Ibidem, p. 200.

11 Ibidem.

12 Cf. à propos du mouvement de la Kulturkunde e.a. Frank-Rutger Hausmann : « Aus dem Reich der seelischen Hungersnot », Briefe und Dokumente zur Fachgeschichte der Romanistik im Dritten Reich, Würzburg 1993, p. 14 et p. 122.

13 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. V, sqq.

14  Eduard Wechssler : « Phänomenologie und Philologie », in : Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, Bd. 1, Madrid 1925, Sucesores de Hernando, p. 4.

15 Ibidem.

16 Ibidem, p. 6.

17 Ibidem.

18 Ibidem, p. 10.

19 Ibidem.

20  L’apparence de sérieux scientifique du livre Esprit und Geist vient aussi de ce que Wechssler, dans son avant-propos, consacre presque une page aux remerciements adressés « à de nombreux amis et collègues pour leur aimable collaboration et leurs conseils ». Parmi eux, il y a des théologiens, des philosophes, des historiens, des historiens d’art, des musicologues, des juristes, des médecins, un technicien, des professeurs de lycée, des directeurs ministériels, et surtout le ministre d’état « Karl » (Carl Heinrich) Becker, qu’il remercie pour son « intérêt et son aide amicale » (Cf. Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. VIII). Une telle énumération donne une impression de sérieux. Il s’y ajoute la quantité impressionnante de littérature secondaire que Wechssler utilise pour illustrer ses thèses. On a l’impression qu’il s’y connaît en tout, qu’il a tout lu, qu’il se tient au courant de toutes les tendances et de tous les mouvements. (Cf. sur ce dernier point p. ex. les comptes rendus d’Esprit und Geist par Félix Bertaux in : La Nouvelle Revue Française, 1er avril 1928, 15e année, n° 175, p. 563 et in : Revue D´Allemagne, n° 5, novembre 1927 - juin 1928, p. 466.

21  Eduard Wechssler : « Phänomenologie und Philologie », in : Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, op. cit., p. 14 sq.

22 Ibidem.

23 Ibidem.

24 Ibidem.

25 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. VI.

26 Ibidem, p. 39.

27 Ibidem, p. 64.

28 Ibidem.

29 Ibidem, p. 61.

30 Ibidem.

31 Ibidem.

32 Ibidem.

33 Ibidem

34 Ibidem, p. 62.

35 Ibidem.

36 Ibidem, p. 64.

37 Ibidem, p. 65.

38 Ibidem, p. 26 sqq.

39 Ibidem, p. 577.

40 Ibidem, p. 579.

41 Ibidem, p. IX.

42 Henri Lichtenberger : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : L´Esprit International 2, 1928, p. 140.

43 Ibidem.

44 J.J.A. Bertrand : « Par-dessus les Frontières », in : Revue de l´Enseignement des Langues Vivantes, mai 1928, p. 197.

45 Ibidem.

46 Félix Bertaux : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : La Nouvelle Revue Française, 1.4.1928, 15° année, n° 175, p. 564. Dans notre contribution, nous n’étudions pas la motivation des différents auteurs français pour venir à Berlin. D’une façon générale, on ne peut dire que ceci : beaucoup d’auteurs qui ont parlé chez Wechssler entre 1926 et 1928 ont milité pour une reprise rapide des relations intellectuelles franco-allemandes. Parmi eux se trouvaient les fondateurs, les membres de la rédaction et de nombreux auteurs de la Nouvelle Revue Française (NRF) comme p. ex. Gide, Schlumberger, Giraudoux, Du Bos, Fernandez, Martin du Gard, Benda, F. Bertaux ou Mauriac. Ils soutenaient en même temps les « Décades de Pontigny », créées par Paul Desjardins et auxquelles ont participé aussi Brunschvicq, G. Marcel et Baruzi : « Pontigny était alors proche de la S.D.N. » et Paul Desjardins avait organisé dès 1922 une « Décade » sur le thème « reprise des relations entre Français et Allemands » (Cf. Sébastien Laurent : Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme. Biographie, Paris 2001, p. 356). Ce n’est donc pas un hasard si la série de conférences a commencé immédiatement après l’entrée de l’Allemagne dans la Société des Nations.

47 Félix Bertaux : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : La Nouvelle Revue Française, 1.4.1928, op. cit., p. 565.

48 Félix Bertaux : « Esprit und Geist », in : Revue d´Allemagne, n° 5, novembre 1927 – juin 1928, p. 466.

49 Ibidem, p. 467.

50  Guido K Brand : « Esprit und Geist. Anmerkungen zu einem Buch von Eduard Wechßler », in : Die Literatur, 30. Jahrgang, Heft 6, März 1928, p. 513.

51 Ibidem.

52 Wechssler jouissait déjà d’une grande renommée à Marburg comme le montre par exemple l’éloge que fait Hans-Georg Gadamer de la romanistique de Marburg : « Marburg était un foyer des études romanes. Il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil sur la magnifique liste des noms d’Eduard Wechssler, Ernst Robert Curtius, Leo Spitzer, Erich Auerbach, Werner Krauss. En effet, la fréquentation de ces romanistes importants et le rayonnement qu’ils exerçaient directement ou indirectement par leurs élèves constituait un élément essentiel de la culture de cette époque ». (Cf. Hans-Georg Gadamer : Philosophische Lehrjahre. Eine Rückschau, Frankfurt a.M. 1977, p. 41.)

53 Victor Klemperer : « Eduard Wechssler, Esprit und Geist », in : Literaturblatt für germa­nische und romanische Philologie, Nr. 3-4, März-April 1928, p. 98. Cf. aussi le compte rendu de Klemperer in : Deutsche Literaturzeitung, 4. Jg., Heft 46, 12. November 1927, 2244-2250.

54 Victor Klemperer : « Eduard Wechssler, Esprit und Geist », in : Literaturblatt für germa­nische und romanische Philologie, op. cit., p. 97.

55 Ibidem.

56 Ibidem, p. 98.

57 Max Pribilla : « Von französischer und deutscher Wesensart », in : Stimmen der Zeit, Monatsschrift für das Geistesleben der Gegenwart, Bd. 116, 1928/29, p. 82.

58 Ibidem, p. 83.

59 Leo Spitzer : « Der Romanist an der deutschen Hochschule », in : Die Neueren Sprachen, Bd. 35, Heft 4, Juni 1927, p. 251.

60 V. Aster : Compte rendu d’Esprit und Geist d’E. Wechssler, in : Zeitschrift für franzö­sische Sprache und Literatur, 1927, p. 161.

61 Ibidem.

62 Ibidem, p. 158.

63 Benedetto Croce : « Gibt es geistige Gegensätze zwischen den Völkern ? » In : Deutsche Allgemeine Zeitung, 1. März 1928.

64 Ibidem.

65 Ibidem.

66 Eduard Wechssler : « Antwort an Benedetto Croce », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, 4. März 1928.

67 À l’occasion de la conférence de Duhamel dans le cadre du Séminaire des langues romanes de l’Université de Berlin le 21 novembre 1927.

68 Eduard Wechssler : « Antwort an Benedetto Croce », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, 4. März 1928.

69 Karl Vossler : Die romanischen Kulturen und der deutsche Geist. Vorträge, gehalten in Bremen im März 1925. Mit einem Nachwort von Benedetto Croce. München 1926.

70 Eduard Wechssler : Compte rendu de Die romanischen Kulturen und der deutsche Geist de K.Vossler, in : Blätter für deutsche Philosophie, Bd. 2, 1928/29, p. 207.

71 Ibidem, p. 208.

72 Hermann Platz : « Von französischer Dekadenz und deutscher Barbarei », in : Deutsch-französische Rundschau, Bd. 2, 1929, p. 14-23.

73 Ibidem, p. 19.

74 Ibidem, p. 21.

75 Ibidem, p. 23.

76 Eduard Wechssler : « Erwiderung auf den Aufsatz von Hermann Platz », in : Deutsch-französische Rundschau, Bd. 2, 1929, p. 128.

77 Ibidem.

78 Ibidem, p. 128 sq.

79 Platz Hermann : « Zu Wechßlers Erwiderung », in : Deutsch-französische Rundschau, Bd. 2, 1929, p. 131.

80 Ibidem.

81 Cf. Herbert Scurla : Die Dritte Front. Geistige Grundlagen des Propagandakrieges der Westmächte, Berlin 1940.

82 Cf. p. ex. Eduard Wechssler : « Wie hilft sich die Forschung ? » In : Vossische Zeitung, 1. Beilage, 8.4.1923.

83 Cf. à ce sujet Eduard Wechssler : « Die Generation als Jugendgemeinschaft », in : Geist und Gesellschaft. Kurt Breysig zu seinem sechzigsten Geburtstage. T. I. Geschichtsphilo­sophie und Soziologie, Berlin 1927, p. 66-102.

84 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, Bd. 134, 1926, p. 534 sq.

85 Ibidem, p. 541.

86 Ibidem, p. 535.

87 Ibidem.

88 Ibidem, p. 542.

89 Ibidem.

90 Ibidem.

91 Ibidem, p. 542 sq.

92 Ibidem, p. 543.

93 Ibidem.

94 Ibidem.

95 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft. Ein Wegweiser zu neuzeitlichem Unterricht, 1. Jg., octobre 1926 à septembre 1927, p. 2.

96 Ministerium der geistlichen, Unterrichts- und Medicinalangelegenheiten. Unterrichts-Abtheilung (MgUM). Acta betreffend : das Seminar für romanische Philologie bei der Universität Berlin. 76 V a. Sekt.2 Tit Xte Abth. No. 88, Bd. II, Januar 1913 bis September 1929. (Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz). E. Wechssler handschriftlich an das Ministerium, 11.11.1926, Bl. 246f. – Une difficulté particulière a résidé dans la recon­struction chronologique des événements à partir des différents dossiers. Mais l’obstacle principal fut le décryptage de textes presque exclusivement manuscrits, un travail pour lequel je remercie mon père.

97 Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, Asnières 2001, p.ex. p. 6.

98 MgUM, op. cit., 11.11.1926, Bl. 246.sq. Passages soulignés ici et dans les citations suivantes dans l’original.

99 À partir de maintenant « le ministère ».

100 Ernst Gamillscheg a été nommé en 1925 professeur titulaire à la Faculté de Philosophie et en même temps directeur du Séminaire de philologie romane, c’est-à-dire qu’au cours des années suivantes Wechssler et Gamillscheg ont dirigé ensemble le Séminaire de roma­nistique. (Cf. Ministerium der geistlichen und Unterrichts-Angelegenheiten (MgUA), Acta betreffend : das Seminar für romanische Philologie bei der Universität Berlin. R. 4901/1374, Xte Abt. No.88, Bd. III, Oktober 1929 - ...1938. (Bundesarchiv), Bl. 5-9.

101 MgUM, op. cit., 10.12.26, Bl. 274.

102 MgUA, op. cit., 14.1.31, Bl. 69.

103 MgUM, op. cit., sans date, Bl. 310f.

104 Louis Freydaval : « Les conférences françaises de l´Institut des langues romanes de l´Université de Berlin », in : Revue d´Allemagne, n° 9, juillet – decembre 1928, p. 66.

105 Eduard Wechssler : « Les rapports intellectuels franco-allemands », in : Le Monde Nou­veau, t. 10, 1928, p. 186. — Dans le cadre des conférences allemandes, Wechssler a parlé en 1928 à Paris de « L´Allemagne et la France dans la littérature du Moyen Age ». (Cf. Eduard Wechssler : « L´Allemagne et la France dans la littérature du Moyen Age. Confé­rence prononcée en français à la Sorbonne », in : Revue d´Allemagne, n° 9, juillet – décem­bre 1928, pp. 109-119.). Les dossiers consultés par moi ne donnent aucune indication sur les conférences de Valéry et de Lichtenberger en mai 1926.

106 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 1.

107 Ibidem, p. 2.

108 Ibidem.

109 Eduard Wechssler : « Die Generation als Jugendgemeinschaft », in : Geist und Gesell­schaft. Kurt Breysig zu seinem sechzigsten Geburtstage. I.Bd. Geschichtsphilosophie und Soziologie, op. cit., p. 93.

110 Léon Pierre-Quint : Marcel Proust. Sa vie, son œuvre, Paris 1925.

111 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit., p. 541.

112 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 8.

113 Ibidem.

114 Ibidem.

115 Eduard Wechssler : « Köpfe aus dem jüngsten Frankreich. I. Charles Robert-Dumas », in : Die neueren Sprachen, Bd. 35, 1927, p. 464-467.

116 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit., p. 534 sq.

117 Eduard Wechssler : « Köpfe aus dem jüngsten Frankreich. I. Charles Robert-Dumas », in : Die neueren Sprachen, op. cit., p. 466.

118 Ibidem.

119 L’édition matinale du Berliner Tageblatt du 17 juin 1927 annonçait la conférence pour le soir même à 8 h 30.

120 Ibidem, p. 467.

121 Ibidem.

122 Ibidem.

123 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 268.

124 Ibidem, p. 292.

125 Ibidem, p. 320.

126 Mon dépouillement de ces quotidiens n’est pas encore achevé et porte, pour le moment, sur la période de novembre 1926 à décembre 1927.

127 André Germain (1882-1976), de la famille du fondateur du Crédit Lyonnais, voyageait entre les capitales européennes, menant « une vie de dilettante intellectuel ». (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 101.) Henri Hertz (1875-1966) était écrivain et journaliste international.

128 Ni chez Wechssler, ni dans la presse quotidienne citée, on ne trouve d’indication plus précise sur la visite de Louis Genevois à Berlin.

129 Henri Lichtenberger (1864-1941), professeur à la Sorbonne et l’un des pères fondateurs de la germanistique française, était dans les années vingt un protagoniste important dans les relations franco-allemandes, notamment par sa fonction de représentant de la Fondation Carnegie (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 61.)

130 Alfred Kerr : « Ein Helfer deutscher Werte », in : Berliner Tageblatt und Handels­zeitung, édition du matin, 1.2.1927, p. 3.

131 E.a. Henri Lichtenberger : Richard Wagner als Dichter und Denker, 2e éd. 1913.

132 Friedrich v.Oppeln-Bronikowski : « Henri Lichtenberger. Deutsche Vorträge eines fran­zösischen Gelehrten », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 28.1.1927, p. 2.

133 Lichtenberger a parlé le 1er février 1927 sur invitation de la Fondation Carnegie à l’école supérieure d’études politiques (Hochschule für Politik) de la « citoyenneté du monde » ; le 3 février 1927 à l’école supérieure de Commerce (Handelshochschule) de « l’influence des courants intellectuels de la France contemporaine sur la politique et l’économie » et le 4 février 1927 sur invitation de la Société Goethe (section berlinoise) à l’Université de la « situation de Goethe dans la France d’aujourd’hui » (Cf. Berliner Tageblatt und Handels­zeitung, édition du soir, 27.1.1927, p. 3).

134 Pierre-Quint sur Marcel Proust, Soupault sur le roman français contemporain.

135 Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du soir, 13.5.1927, p. 4.

136 « Der französische Roman und Marcel Proust. Zwei Vorträge », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 20.5.1927, p. 6.

137 Ibidem.

138 « Das neue Frankreich », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du soir 17.5.1927, p. 3.

139 « Léon Pierre-Quint », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du soir 18.5.1927, p. 3.

140 Tritsch : « Französische Vorträge in Berlin », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 28.6.1927, p. 2.

141 Paul Masson-Oursel (1882-1956), orientaliste et philosophe, a écrit en 1923 la première monographie européenne sur la « philosophie comparée » (traduction anglaise en 1926). Il y comparait, par la recherche d’« analogies », différentes positions culturelles pour décou­vrir ainsi des « airs de famille » dans différentes philosophies. (Cf. Rolf Elberfeld : « Überlegungen zur Grundlegung `komparativer Philosophie´ », in : Allgemeine Zeitschrift für Philosophie, Nr.2, 1999, p. 128-156.)

142 Tritsch : « Französische Vorträge in Berlin », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 28.6.1927, p. 2.

143 Ibidem.

144 Benjamin Crémieux (1888-1944) était critique littéraire, écrivain et représentant français du PEN-Club international fondé en 1921. (Vgl. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 87.)

145 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 541.

146 Ibidem, p. 542.

147 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 2.

148 Ibidem, p. 5.

149 Ibidem, p. 6.

150 « Benjamin Crémieux », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 20.11.1927, p. 8.

151 Ibidem.

152 Ibidem.

153 Georges Duhamel (1884-1966), médecin (jusqu’en 1919) et écrivain, a commencé sa carrière littéraire dans les cercles autour de Jules Romains. Il a transposé ses expériences de médecin au cours de la Première Guerre mondiale dans Vie des martyrs (1917) et Civili­sation (1918) qui lui valut le Prix Goncourt. Dans les années 1920, il a entrepris notamment le cycle romanesque Vie et aventure de Salavin (5 vol. 1920-1935). Il a fait la connaissance de Wechssler à Berlin et s’est lié d’amitié avec lui, bien qu’il le soupçonnât « d´avoir été peut-être, pendant la guerre, un théoricien des vertus germaniques. » (Cf. Georges Duhamel : Le livre de l´amertume, Paris 1983, p. 74, Note du 18 avril 1928. Voir aussi Cahiers de l´Abbaye de Créteil, Cahiers de l´Association des amis de Georges Duhamel et de l´Abbaye de Créteil, Paris, depuis 1974.)

154 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 461.

155 Ibidem, p. 462.

156 Ibidem, p. 146.

157 Ibidem, p. 212.

158 Ibidem.

159  Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit., p. 540.

160 Ibidem, p. 541.

161  « Georges Duhamel », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, édition du matin, 23.11.1927, p. 6.

162 Ibidem.

163 « Dichter-Vorlesungen », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édition du matin, 23.11.1927, p. 3

164 Ibidem.

165 Ibidem.

166 Hans Jacob (1896-1961), écrivain et traducteur. À cette époque, Bertaux ne l’estime guère : « enveloppant, insinuant, monoclé et puant ». (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 106 et p. 111.)

167 Nouvelles littéraires, 17.12.1927, « La vie littéraire en province et à l´étranger, à Berlin », p. 8.

168 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 111.

169 Ibidem, p. 403.

170 Louis Freydaval : « Les conférences françaises de l´Institut des langues romanes de l´Université de Berlin », in : Revue d´Allemagne, n° 9, juillet – décembre 1928, p. 66 sq.

171 Ibidem, p. 67.

172 Ibidem.

173 Anatole de Monzie (1876-1947), homme politique de la gauche indépendante était séna­teur et ministre de l’éducation d’avril à octobre 1925. Pendant cette période, il avait rendu visite à Carl Heinrich Becker à Berlin et plaidé publiquement pour une réintégration des scientifiques allemands dans les Congrès internationaux. (Cf. Pierre Bertaux : Un norma­lien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 125. Voir aussi l’article de Katja Marmetschke dans ce volume.)

174 MgUM, op. cit., 30.11.28, Bl. 363 sq.

175 Louis Freydaval : « Les conférences françaises de l´Institut des langues romanes de l´Université de Berlin », in : Revue d´Allemagne, op. cit., p. 67.

176 Ibidem.

177  « Anatole de Monzie in der Universität », in : Berliner Tageblatt und Handelszeitung, édi­tion du soir, 6.12.1927, p. 4.

178 Ibidem.

179 Eduard Wechssler : « Les rapports intellectuels franco-allemands », in : Le Monde nou­veau, op. cit., p. 187.

180 MgUM, op. cit., 12.7.28, Bl. 350. Le document cité n’en donne pas les raisons.

181 MgUM, op. cit., 30.11.28, Bl. 363 sq .

182 Cf. Bernard Lachaise : Yvon Delbos, biographie 1885-1956, Périgueux/Paris 1993.

183 MgUM, op. cit., 30.11.28, Bl. 363 sq. On peut trouver aussi des indications intéressantes sur les conférences des orateurs mentionnés ici chez : Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit.

184  Louis Massignon (1883-1962), spécialiste de l’Islam, de renommée internationale, profes­seur au Collège de France, a commencé dès 1900 à étudier le mysticisme et l’Islam. Son œuvre tourne autour de la figure d’Al-Halladj, un mystique musulman pendu à Bagdad en 922. Il publia en 1922 La passion d´Al-Halladj, où il analyse entre autres les analogies entre le mysticisme chrétien et le mysticisme musulman. (cf. Jacques Keryll (éd.) : Louis Massignon et ses contemporains. Paris 1997.)

185 Daniel Halévy (1872-1962), essayiste et biographe, collabore à partir de 1900 aux Cahiers de la Quinzaine. En 1910, il rompt avec Péguy, dont il reste pourtant toujours proche par sa pensée. Pendant la guerre, il est traducteur auprès des alliés. Il entreprend de nombreux voyages à travers l’Europe et devient « le défenseur d´une Europe intellectuelle et cosmo­polite qu´il voit disparaître ». (Cf. Jacques Julliard / Michel Winock (éds.) : Diction­naire des intellectuels français : Les personnes, les lieux, les moments, op. cit., p. 581 sq. et Sébastien Laurent : Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme. Biographie. Paris 2001.) Le sujet de sa conférence correspond au livre déjà publié en 1918 et réédité en 1941 Péguy et les ‘Cahiers de la Quinzaine’.

186 François Porché (1877-1944), après des études de droit et de philosophie, devient écrivain et voyage, notamment en Allemagne et à Moscou. (Cf. Gérald Walch : Poètes nouveaux, Paris 1924.)

187 Sébastien Laurent : Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme. Biographie, op. cit., p. 13.

188 Ibidem.

189 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 3.

190 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit., p. 538.

191 Ibidem, p. 537.

192 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 541.

193 Ibidem.

194 Ibidem, p. 425.

195 Ibidem.

196 Ibidem.

197 Ibidem, p. 359.

198 Jacques Maritain, né en 1882, mort en 1973. Il a été, avec étienne Gilson, à l’origine du mouvement néo-scholastique et de la renaissance du thomisme en France. En 1914, Maritain devint professeur de philosophie à l’Institut Catholique de Paris ; il fut le modèle intellectuel des antimodernistes des années 20. (Cf. Cahiers Jacques Maritain, publiés par le Cercle Jacques et Raissa Maritain, Kolbsheim, depuis 1980.)

199 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 355.

200 Ibidem.

201 Ibidem, p. 363.

202 Ibidem.

203 Ibidem, p. 362.

204 Marcel Arland (1899-1986), romancier, nouvelliste et essayiste, était connu surtout pour son rôle au sein de la Nouvelle Revue Française (NRF), pour laquelle il travailla plus d’un demi-siècle. (Cf. J. Duvigneau : Arland, Paris 1962 et Cahiers Marcel Arland, n° 1, Nouvelle revue des lettres françaises, 1990.)

205 René Crevel (1900-1935), écrivain surréaliste, ami de Klaus Mann, se lia d’amitié avec Pierre Bertaux lors de ses séjours à Berlin et fut invité – sans doute sur la recommandation de Bertaux – par Wechssler à faire une conférence. (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 150 et p. 160. )

206 Jean Prévost (1901-1944), élève d’Alain et normalien, était de 1924 à 1940 critique litté­raire à la NRF. Adepte de la maîtrise du corps et de l’ascèse sportive, il a publié en 1925 une étude sur le corps : Plaisirs des sports. On peut supposer que sa conférence avait trait à ce livre. (Cf. Jérôme Garcin : Pour Jean Prévost, Paris 1994.)

207 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit., p. 543.

208 Ibidem, p. 544.

209 Ibidem.

210 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 1.

211 Ibidem.

212 Ibidem, p. 15.

213 Ramon Fernandez (1894-1944) a étudié la philosophie à la Sorbonne et est devenu, à partir de 1923, l’un des collaborateurs les plus réguliers de la NRF et l’un des participants les plus actifs aux Décades de Pontigny. (Cf. Leonardo Fasciati : Introduction à la pensée critique de Ramon Fernandez, München 1972 ; Dominique Fernandez : L´Ecole du Sud, Paris 1991.) En 1928, il publia De la personnalité, qui servit aussi de titre à la conférence qu’il fit en collaboration avec Arland.

214 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 15.

215 Gabriel Marcel (1889-1973), philosophe, écrivain, auteur dramatique, entre autres collabo­rateur à la NRF, a régulièrement pris part aux Décades de Pontigny et a publié en 1927 un Journal métaphysique. (Cf. Michèle Sacquin (éd.) : Gabriel Marcel, BNF, Paris 1989.)

216 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 7.

217 Ibidem, p. 4.

218 Ibidem, p. 14.

219 Ibidem, p. 7.

220 Ibidem.

221 Ibidem.

222 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 399.

223 Ibidem.

224 Ibidem, p. 399.

225 Ibidem, p. 163.

226 Ibidem, p. 158.

227 Ibidem, p. 173.

228 Ibidem, p. 163.

229 Ibidem, p. 178.

230 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 12.

231 Walter Benjamin : « André Gide und Deutschland. Gespräch mit dem Dichter », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, 29.1.1928.

232 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 159.

233 Walter Benjamin : « André Gide und Deutschland. Gespräch mit dem Dichter », in : Deutsche Allgemeine Zeitung, 29.1.1928.

234 André Gide : Journal 1889-1939, Paris 1951, p. 870.

235 MgUM, op. cit., 12.7.28, Bl. 350.

236 Henry de Montherlant (1896-1972), essayiste, romancier, poète, auteur dramatique. Jus­qu’en 1925, ses œuvres, parfois teintées d’autobiographie, restaient ancrées dans la tradi­tion catholique et patriotique, ce qui changea à la suite du voyage de près de 10 ans qu’il fit ensuite dans les pays méditerrannéens. Il rompit avec le christianisme et plaida alors – par exemple dans son ouvrage Aux fontaines du désir (1927) – pour une morale hédoniste. Dans l’ensemble, son œuvre est marquée par un individualisme extrême et une conscience élitiste. Il atteignit le sommet de sa renommée internationale avec le cycle romanesque des Jeunes filles (4 vol., entre 1936 et 1939). (Cf. Pierre Sipriot : Montherlant sans masque, Paris 1982 et 1990, 2 t.)

237 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 5.

238 Jean Giraudoux (1882-1944), normalien, romancier et auteur dramatique, a fait plusieurs voyages en Allemagne. Il entama une carrière diplomatique qu’il termina comme « inspec­teur des postes diplomatiques ». (Cf. Jacques Body : Giraudoux et l´Allemagne, Paris 1975).

239 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 6. Dans son roman Bella, paru en 1926, Giraudoux s’engageait clairement en faveur de la diplomatie d’ouverture de Philippe Berthelot (Secrétaire général du Quai d´Orsay) et critiquait le nationalisme d’un certain Rebendart, qui désigne Raymond Poincaré.

240 Pierre-Jean Jouve (1887-1976), poète, romancier, essayiste, traducteur de Shakespeare et de Hölderlin, avait publié en 1925 le roman Paulina 1880 et en 1927 Hécate. (Cf. Jean Malignon : Dictionnaire des Écrivains Français, 2 t., Paris 1971 et 1995, p. 306.)

241 Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 13.

242 Etienne Gilson (1884-1978), philosophe chrétien, professeur à la Sorbonne, était avec Jacques Maritain l’un des représentants principaux du néothomisme contemporain. Il devait vraisemblablement parler de son livre paru en 1922, La Philosophie au Moyen Age, où il est question de la tradition philosophique du Moyen Age chrétien.

243 MgUM, op. cit., 12.7.28, Bl. 350.

244  Cf. Louis-Albert Revah : Julien Benda. Un misanthrope juif dans la France de Maurras, Paris 1991.

245 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 238.

246 Kindlers Neues Literaturlexikon. Hauptwerke der französischen Literatur 2. Einzeldar­stellungen und Interpretationen, München 1996, p. 32.

247 MgUM, op. cit., 14.7.28, Bl. 348.

248 Ferdinand Brunot (1860-1938), linguiste, doyen honoraire de la Faculté des lettres de l´Université de Paris, auteur de la monumentale Histoire de la langue française, des origines à 1900 (parue entre 1926 et 1937). Wechssler avait fait en 1928 une conférence à la Sorbonne et avait vraisemblablement fait la connaisance de Brunot à cette occasion. (Cf. Eduard Wechssler : « L´Allemagne et la France dans la littérature du Moyen Age ». Conférence prononcée en français à la Sorbonne, in : Revue d´Allemagne, n° 9, juillet - décembre 1928, pp. 109-119.)

249 Vulliod avait publié entre autres Les sources de l´émotion dans l´oeuvre de Theodor Storm (1907), La femme docteur. Madame Gottsched et son modèle français Bougeant ou Jansénisme et piétisme (1912) et Pierre Rosegger. L´homme et l´oeuvre (1912).

250 De Monzie avait chargé Pierre Bertaux en décembre 1927 de proposer Terracher à Wechssler pour une conférence. Bertaux : « Je n´en ferai rien – ou pour la forme, en pré­venant Wechssler ». Il appelle Terracher une « créature de de Monzie ». (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 127.) L’année suivante c’est Oswald Hesnard, premier directeur de la « Maison de France », qui le propose à nouveau.

251 Eugenio De Castro e Almeida (1869-1944), études de philologie à Coimbra, professeur dans cette même université et écrivain, a importé le symbolisme au Portugal et fut en 1895 co-fondateur de la revue littéraire internationale Arte). Il désirait venir à Berlin en tant que spécialiste et traducteur de Goethe. Wechssler avait vraisemblablement fait sa connais­sance lors d’un de ses voyages au Portugal. Un voyage au Portugal au début de 1928 est mentionné dans : Eduard Wechssler : « L´Allemagne et la France dans la littérature du Moyen Age ». Conférence prononcée en français à la Sorbonne, in : Revue d´Allemagne, op. cit., p. 109.

252 MgUM, op. cit., 14.7.28, Bl. 348.

253 Staatsbibliothek zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung. Verso d’une photographie de 1929.

254 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 277.

255 Ibidem, p. 281f.

256 Léon Brunschvicq (1869-1944) a joué un rôle déterminant dans la philosophie française depuis le début du siècle et jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. À partir de 1927, il avait une chaire d’histoire de la philosophie moderne à la Sorbonne et la même année il publia Le Progrès de la Conscience dans la philosophie occidentale, où il est question du progrès de la conscience et de la confiance dans le pouvoir de la raison. (Cf. Jacques Julliard/ Michel Winock (éds.) : Dictionnaire des intellectuels français : Les personnes, les lieux, les moments, op. cit., p. 197 sq.)

257 MgUM, op. cit., 17.6.29.

258 MgUA, op. cit., 1.3.30.

259 MgUA, op. cit., 21.3.30.

260 MgUA, op. cit., 22.7.30.

261 MgUA, op. cit., 12.11.30.

262 MgUA, op. cit., 1.12.30.

263 MgUA, op. cit., 14.1.31, Bl. 69.

264 MgUA, op. cit., 17.2.31.

265 MgUA, op. cit., 28.1.33.

266 Ibidem.

267 Félix Bertaux (1881-1948), père de Pierre Bertaux, germaniste, auteur d’un célèbre dic­tionnaire bilingue, traducteur, professeur d’allemand et critique littéraire, spécialiste de littérature allemande à la NRF, s’est engagé dans les milieux internationaux d’intellectuels, surtout autour des Décades de Pontigny. Dans le cercle de ses connaisances il y avait quelques-uns des écrivains allemands et français les plus célèbres. (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 6 et Hans Manfred Bock : « `Réapprendre l´Allemagne´. Félix Bertaux als Freund André Gides und der zeitgenössischen deutschen Literatur », in : lendemains, Nr. 101/102, 2001, pp. 144‑166).

268 Pierre Drieu La Rochelle (1893-1945), ancien combattant, écrivain, p. ex. L´Homme cou­vert de femmes (1925), Le Jeune Européen (1927) ; « son itinéraire manque de rectitude » : il se montre en même temps Européen convaincu et admirateur du nationalisme de Mussolini. Jusqu’en février 1934, le Dictionnaire des Intellectuels le compte parmi les « inclassables ». Entre 1940 et 1943, il dirige la NRF et est « l´une des personnes en vue de la collaboration ». (Cf. Jacques Julliard / Michel Winock (éds.) : Dictionnaire des intellectuels français : Les personnes, les lieux, les moments, op. cit., p. 391 sq. et Marie Balvet,: Itinéraire d´un intellectuel vers le fascisme, Paris 1984).

269 Roger Martin du Gard (1881-1958) appartenait au cercle de la NRF (depuis 1913) et au groupe autour des Décades de Pontigny. Il travaillait sur Les Thibault, un cycle romanesque en huit parties, paru entre 1922 et 1940. (Cf. « Hommage à Roger Martin du Gard (1881-1958) », in : La Nouvelle Revue Française, décembre 1958.)

270 Jean Schlumberger (1877-1968), écrivain et critique littéraire, « figure active et centrale » et « roc […] moral » de la NRF, était l’un des responsables des Décades de Pontigny. Il avait publié notamment en 1924 Le Cardinal de Retz. (Cf. Anne Neuschäfer : « Jean Schlumberger, ein Grenzgänger zwischen den Regionen », in : lendemains, Nr. 101/102, 2001, p. 108 et p. 113 ainsi que Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 107.)

271 Mg UA, op. cit., 28.1.33.

272 Eduard Wechssler : Esprit und Geist, op. cit., p. 506. Wechssler explique que, dans Jean Barois, Martin du Gard indique pour chacun de ses personnages une « certaine sorte de geste » et en conclut : « On ne saurait surestimer l’importance du geste pour la vie fran­çaise. Les arts plastiques comme la littérature en montrent partout les exemples. » Toutefois, Wechssler ne songe pas à un « langage gestuel » ni à des gestes « inconscients » ou « propres à une personne », mais aux gestes résultant d’une éducation et utilisés « de façon mûrement réfléchie ». Ibidem, p. 479ff.

273 Mg UA, op. cit., 28.1.33.

274 Ibidem.

275  Eduard Wechssler : « Wesenszüge der jüngsten französischen Literatur », in : Schule und Wissenschaft, op. cit., p. 10 f.

276 MgUA, op. cit., 17.3.33.

277 MgUA, op. cit., 25.5.32.

278 MgUA, op. cit. 22.3.33, Bl. 137a.

279 MgUA, op. cit., 22.6.33, Bl. 160.

280 Copie d’une lettre de Jourdan à Pitrou, Berlin, 23 août 1933. AMAE, ADN, C119. Cité d’après : Dominique Bosquelle : « Voyages et séjours de germanistes français en Alle­magne dans les années trente », in : Michel Espagne / Michael Werner (éds.), Les études germaniques en France (1900-1970), Paris 1994, p. 259.

281 Ibidem, p. 260.

282 MgUA, op. cit., 27.7.33, Bl. 171 sq.

283 MgUA, op. cit., 24.8.33, Bl. 179.

284 MgUA, op. cit., 22.11.33, Bl. 200 sq.

285  Les raisons de cette baisse d’intérêt sont à chercher d’une manière générale dans la désaffection croissante pour le français et en particulier dans le fait que l’enseignement du français lui-même s’est érodé, entre autres à cause des « Instructions pour les programmes d’enseignement des établissements secondaires de Prusse » (1925) de Hans Richert et à cause de leur interprétation par Hans Strohmeyer (Das Neusprachliche Gymnasium, 1926). Selon Strohmeyer, l’enseignement du français est, tout à fait dans le sens des idées de Wechssler, plus apte qu’aucun autre à « renforcer et développer la conscience alle­mande » et à venir ainsi appuyer l’enseignement de l’allemand et de l’histoire pour lesquels l’éducation à la germanité est la tâche primordiale : « l’être profond du Français est si nettement différent de celui de l’Allemand, il est à maints égards si diamétralement opposée à celui-ci, qu’une explication entre les deux peuples sur le plan intellectuel est sans cesse nécessaire » (Hans Strohmeyer : Das Neusprachliche Gymnasium, 1926, p. 178.) Toutefois, et c’est en cela que Strohmeyer se distingue nettement de Wechssler, auquel il fait indirectement allusion et dont il démasque ainsi comme utopie la grande synthèse à la fin d’Esprit und Geist, il ne faut pas croire que « l’être profond du Français et celui de l’Allemand s’équilibrent, voire qu’ils pourraient se fondre, comme le croient cer­tains milieux. Les oppositions sont trop fortes pour pouvoir être surmontées. » (Ibidem, p. 178 sq.) à cela s’ajoute le fait que « le rejet instinctif de la nature de l’autre » est si fort qu’on « n’a aucune crainte à avoir à cet égard. ». Un « garçon allemand » ne développera jamais « une admiration exagérée et éventuellement dangereuse pour la nature du Fran­çais ». (Ibidem, p. 184). Du point de vue pédagogique se pose la question de savoir comment un élève peut apprendre quelque chose dans une matière pour laquelle il n’a pas le droit de montrer trop d’intérêt, s’il ne veut pas être considéré comme un « mauvais Allemand ». Jürgen Trabant en conclut que le rejet du contenu de cette matière d’ensei­gnement a forcément conduit finalement au rejet de la matière elle-même (Jürgen Trabant : « Xenophobie als Unterrichtsfach », in : Reinhard Dithmar / Jörg Willer : Schule zwischen Kaiserreich und Faschismus. Darmstadt 1981, p. 46). De plus, après la « prise de pouvoir » par les nazis, « l’attitude antifrançaise du Führer » est venue s’ajouter à tout cela, si bien « qu’au cours du Troisième Reich la place du français comme matière d’enseignement s’est de plus en plus détériorée et les sections d’études romanes dans les universités qui devaient former les enseignants n’ont pas été developpées ». Cf. Frank-Rutger Hausmann : « „Vom Strudel der Ereignisse verschlungen“, Deutsche Romanistik im „Dritten Reich“ », Frankfurt a. M. 2000, p. 62.) 

286 Cf. Michel Toda : Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle, Paris 1987.

287 MgUA, op. cit., 22.11.33, Bl. 200f.

288 Cf. Frank-Rutger Hausmann : « “Vom Strudel der Ereignisse verschlungen”. Deutsche Romanistik im “Dritten Reich” », op. cit., p. 62.

289 MgUA, op. cit., 2.12.33, Bl. 199.

290 MgUA, op. cit., 29.12.33, Bl. 207.

291 MgUA, op. cit., 13.1.34, Bl. 210.

292 Ibidem.

293 MgUA, op. cit., 26.1.34, Bl. 248f.

294 Cf. par exemple : Claude Lévy : « Autour de Jean Luchaire : Le cercle éclaté de `Notre Temps´ », in : Hans Manfred Bock / Reinhart Meyer-Kalkus / Michel Trebitsch (éds.) : Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, T.1, Paris 1993, p. 128.

295 Ibidem, p. 121-130.

296 André Thérive (1891-1967), grammairien, chroniqueur littéraire, a introduit, avec Léon Lemonnier, le populisme en France dans les années 30. Il a publié en 1927 Sans âme et Plaidoyer pour le naturalisme.

297 MgUA, op. cit., 1.3.34, Bl. 211 (Wechssler au ministère et au AA)

298 Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeit­schrift, op. cit., p. 543.

299 Ibidem.

300 Charles du Bos (1882-1939), écrivain, critique de littérature française et anglaise, ami d’André Gide, avait étudié entre autres à Oxford et Berlin (notamment avec Simmel). Il a publié des études sur Goethe, Flaubert, Mauriac etc. « His chief interest was in what he called the `soul´of a work and ist effects in the `soul´ of a reader. » Il s’est converti au catholicisme en 1927. Encyclopaedia Britannica, 2002.

301 François Mauriac (1885-1970), romancier, journaliste, auteur en particulier d’une série de romans marqués par le catholicisme, par exemple Le baiser au lépreux (1923), Thérèse Desqueyroux (1927) ou Le noeud de vipères (1932), dans lesquels il critique surtout du point de vue moral la vie provinciale française, dominée par les passions. Il fut élu à l’Académie Française en 1933. (Cf. Jean Lacouture : François Mauriac, T.1 : Le Sondeur d´abîmes (1885-1933), T.2 : Un citoyen du siècle (1933-1970), Paris 1980.)

302 MgUA, op. cit., 1.3.34, Bl. 211.

303 MgUA, op. cit., 8.6.34, Bl. 280.

304 Pierre Bost (1901-1975) écrivain et auteur dramatique, auteur de scénarios pour le cinéma à partir de 1940, a travaillé pendant 30 ans avec Jean Aurenche.

305 MgUA, op. cit., 1.3.34, Bl. 211.

306 MgUA, op. cit., 8.6.34, Bl. 280.

307 Ibidem.

308 MgUM, op. cit., sans date, Bl. 310 sq.

309 Pierre Bertaux, à l’occasion de la conférence de Duhamel du 21 novembre 1927, parle de 600 personnes (Cf. Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, op. cit., p. 111) et Wechssler même de 960 auditeurs (Cf. Eduard Wechssler : « Les rapports intellectuels franco-allemands », in : Le Monde nouveau, op. cit., p. 186).

310 Henri Gouhier (1898-1994), philosophe, critique littéraire, professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Lille de 1929 à 1940, avait publié en 1924 La Pensée religieuse de Descartes. (Cf. Michèle Sacquin : Henri Gouhier, historien des philosophes français (1898-1994), BNF, Paris 2003.)

311 MgUA, op. cit., 15.12.34, Bl. 296.

312 Cf. Louise Weiss : Mémoires d´une Européenne, 6 vol., Payot, 1968-1976.

313 Cf. p.ex. Jacques Benoist-Méchin : Soixante jours qui ébranlèrent l´Occident, Paris 1956 et du même auteur : De la défaite au désastre, 2 vol., Paris 1984-1985.

314 MgUA, op. cit., 30.12.34, Bl. 297.

315 Ibidem.

316 Jacques Julliard / Michel Winock (éds.) : Dictionnaire des intellectuels français : Les personnes, les lieux, les moments, op. cit., p. 849. (Cf. aussi Danielle Bonnaud-Lamotte : Intellectuel(s) des années 30. Entre le rêve et l´action, Paris 1990 et Zeev Sternhell : Ni droite ni gauche, Paris 1983).

317 Cf. p.ex. Eduard Wechssler : « Zur Kenntnis des jüngsten Frankreich », in : Historische Zeitschrift, Bd. 134, 1926, p. 544.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540