Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

Les auteurs et leurs livres

La « Maison du Livre français » à Berlin (1923-1933) et la politique française du livre en Allemagne

Corine Defrance

Texte intégral

1Si Pierre Bertaux ne l’avait mentionnée dans les lettres adressées à ses parents, peut-être la trace de la « Maison du Livre français », cette petite librairie française de Berlin, aurait-elle été définitivement perdue. Relatant sa première visite à la « Maison » de la Passauer Straße, il écrivit le 27 octobre 1927 :

  • 1 Pierre Bertaux, Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes, 1927-1933, Asnières 2001, p. 61.

« J’étais attendu : le maître et la maîtresse de maison sont Monsieur et Madame Reichenstein [sic !] – des Russes, des Galiciens, ou quelque chose comme ça. Une impression étrange et inquiétante : une salle avec ces deux, tels des croque-morts d’une entreprise de pompes funèbres […] ».1

2Malgré cette description peu engageante, ce lieu méconnu de diffusion de la culture française à Berlin méritait bien une enquête pour déterminer préci­sément la nature et la fonction de cet établissement, sa place dans la poli­tique française du livre en Allemagne, son rôle sur la scène berlinoise … Libraires passeurs de culture ? De quelle culture et pour quel public ? Voilà autant de questions auxquelles il ne sera guère apporté de réponses. En effet, presque toutes les investigations, quel qu’ait été le chemin emprunté, sont restées vaines : à l’exception de quelques mentions intéressantes dans les archives du Service des Œuvres françaises à l’étranger (SOFE), à Nantes (dépôt annexe du ministère des Affaires étrangères), les archives de l’IMEC – l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine à Paris – n’ont pas apporté les informations escomptées sur le milieu de la Librairie française à l’étranger ; rien non plus n’est ressorti d’une ultime tentative pour aborder la Maison du Livre français par les traces qu’elle aurait pu laisser dans les archives allemandes (Politisches Archiv de l’Auswärtiges Amt et Landes­archiv à Berlin, Brandenburgisches Landeshauptarchiv à Potsdam), par les registres de commerce ou les dossiers de la police des étrangers ou de la Kri­minalpolizei, dont les libraires reçurent pourtant une bien menaçante visite en février 1933.

3Aussi, après avoir présenté les informations néanmoins recueillies sur la petite librairie française de Berlin, les grandes lignes de la politique française du livre en Allemagne seront analysées dans un second temps, afin de mieux situer la place de Berlin dans ce volet de la politique culturelle de la France en Allemagne et de repérer plus précisément la diversité des acteurs inter­venant dans ce secteur culturel encore mal et peu structuré.

I. La Maison du Livre français de Berlin (1923-1933) : une initia­tive privée méconnue

  • 2 MAE/Nantes, SOFE, vol. 269, notice manuscrite de Raichenstein, sans date.
  • 3 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français (...)

4Le document le plus important concernant la Maison du Livre français de Berlin retrouvé à ce jour, est une notice rédigée de la main même du libraire fin 1934, révélatrice d’une situation de grande détresse : Simon Raichenstein (et non Reichenstein comme l’écrivait Bertaux), d’origine étrangère, non précisée, avait quitté l’Allemagne à l’automne 1933, muni d’un passeport Nansen (ce qui indique une très vraisemblable origine russe, ou tout au moins de l’ancien Empire tsariste). Après avoir déposé une demande de carte d’identité auprès des autorités françaises en décembre 1933, il venait alors de recevoir un avis de refoulement lui imposant de quitter la France au plus tôt. Dans cette courte notice rédigée à la hâte, Raichenstein informait le SOFE qu’il était « dans l’impossibilité matérielle de [se] conformer actuelle­ment à l’ordre de refoulement ». On ignore ce qu’il est devenu. Par cette note, on sait qu’il avait séjourné en France où, pendant la Première Guerre mondiale, il avait accompli ses études supérieures (école supérieure d’aéro­nautique en 1913/1914 puis, l’année suivante, école spéciale de l’électri­cité). En 1919/1922, il avait travaillé au Bureau d’installations électriques à Paris, puis en 1922, il quitta la capitale pour Berlin. C’est là qu’avec son épouse il fonda, en 1923, Passauer Strasse 39a, la Maison du Livre2. De Madame Raichenstein, on sait par une correspondance d’Henri Jourdan, de l’Institut Français, qu’elle était d’origine polonaise et juive3.

  • 4 Cf. Antoine Marès, « Puissance et présence culturelle de la France. L’exemple du Service des Œuvres (...)
  • 5 Cf. Cyril Buffet, Berlin, Paris 1993, p. 291.

5Faut-il s’étonner qu’un couple d’origine slave fût à la tête d’une librairie française à Berlin ? Une enquête du SOFE de 1933, consacrée aux condi­tions de vente du livre français à l’étranger, mit en lumière le fait qu’en Alle­magne, c’était surtout la communauté russe qui lisait en français4. Rap­pelons qu’en 1923, la communauté russe, très composite avec ses réfugiés antibolcheviques et ses émigrés volontaires, propagandistes de la culture soviétique, comptait plus de cent mille personnes. Était-ce là une partie importante de la clientèle de la Maison du Livre ? Le couple s’est-il installé à Berlin en raison de la présence de cette communauté russe forte et struc­turée ? Il s’est en tout cas installé non loin de Charlottenburg, quartier alors souvent dénommé Charlottengrad 5 !

6Le seul événement que les archives permettent de restituer est la ferme­ture de la Maison à l’automne 1933. Voici ce que rapporta Henri Jourdan en avril 1933 :

  • 6 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français (...)

« Cette dame [Madame Raichenstein] a reçu dernièrement la visite de la Kriminal-Polizei, qui lui reproche de diffuser la pensée française et de se rendre utile à des Français alors que tant d’Allemands souffrent du chômage. Ce n’est pas comme juive qu’elle a été boycottée, mais bien comme agent de propagande pour la France »6.

  • 7 MAE/Nantes, SOFE, vol. 269, notice manuscrite de Raichenstein, sans date.
  • 8 Cf. Julia Franke, Paris– eine neue Heimat ? Jüdische Emigranten aus Deutschland 1933-1939, Berlin 2 (...)

7La notice manuscrite retrace la fin de l’histoire : l’obtention, par son époux au moins, d’un passeport Nansen à Berlin, le 10 mai 1933, jour des auto­dafés, le visa de sortie allemand et le visa d’entrée français en août 1933, l’arrivée à Paris le 9 novembre7. Les Raichenstein se retrouvèrent donc dans ce premier flux d’émigrants juifs allemands qui, en grand nombre, intellec­tuels célèbres ou petites gens anonymes, choisirent la France et Paris comme terre d’exil8.

8Dix ans durant, pendant la plus grande partie de la République de Weimar, et avant même « Locarno », il y aura donc eu une librairie fran­çaise dans la capitale du Reich.

9Des activités ou fonctions de la « Maison du Livre français », on sait ce que Bertaux a rapporté dans sa correspondance et que corrobore une attesta­tion de l’attaché commercial, Lefeuvre, de l’ambassade de France à Berlin : c’est avant tout une librairie où l’on trouve, selon le normalien,

  • 9  P. Bertaux, op. cit., p. 61.

« un petit assortiment d’assez bons livres. La critique se vend bien ici […] Derrière, de la littérature légère »9,

10mais, selon l’attaché commercial, les libraires se seraient

  • 10 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français (...)

« toujours refusés à faire le commerce d’une certaine littérature de bas étage, dont on est friand à l’étranger »10.

  • 11 P. Bertaux, op. cit., pp. 96 et 156.
  • 12 P. Bertaux, op. cit., p. 164.

11C’est encore un lieu où passaient des écrivains français en visite à Berlin : la venue de Benjamin Crémieux et René Crevel, fin 1927 - début 1928, est attestée11, on sait que Mme Raichenstein rencontra André Gide à Berlin, mais il est moins sûr que l’écrivain se soit rendu à la Passauer Straße12.

  • 13 P. Bertaux, op. cit., p. 61.
  • 14 Cf. Hans Manfred Bock, « Les années folles de Berlin (1927-1933). Le témoignage de Pierre Bertaux » (...)

12Enfin, étaient organisés à la Maison du Livre français un cours hebdo­madaire « pour des jeunes gens sur la littérature française contemporaine » ainsi que des conférences ponctuelles sur des auteurs français et leurs œuvres13. Les Raichenstein tentèrent vainement de se gagner Pierre Bertaux pour leur cycle de conférences, mais le jeune germaniste, qui donnait déjà des cours à l’Institut de romanistique de l’Université, avait d’autres ambi­tions et un tel réseau dans le milieu intellectuel et littéraire14 qu’il se sentait bien trop à l’étroit dans la boutique des Raichenstein.

  • 15 Origine : MAE/Nantes. Je tiens ici à remercier vivement Mme Aline Brachet pour la com­munication de (...)

Activité de la Maison du Livre15

1924

1925

1926

1927

1928

1929

1930

1931

1932

Belles Lettres

1170

1950

2340

2875

3120

3745

4190

4680

2925

Livres d’enseignement

450

655

780

950

1025

1370

1465

1620

870

Revues diverses

145

220

290

340

385

420

550

583

385

Quotidiens

1120

1770

2050

2420

2870

3150

3725

3830

3180

Tableau approximatif de la vente par genre de 1924 à 1933

1924

1925

1926

1927

1928

1929

1930

1931

1932

Conférences

8

15

18

25

36

44

48

46

32

Représentations

1

1

2

2

2

2

2

2

1

Excursions

1

1

2

4

7

6

5

4

1

Placement de gouvernantes

3

4

5

5

6

5

6

6

4

Leçons distribuées

26

42

60

78

105

142

155

168

18 ?

Conférences littéraires, Représentations théâtrales, Excursions, Placements de gouvernantes et distributions de leçons aux Français de Berlin.

  • 16 P. Bertaux, op. cit., lettre du 13 novembre 1927, p. 96.
  • 17 P. Bertaux, op. cit., lettres du 22 décembre 1927 et du 15 janvier 1928, pp. 145 et 156.

13Si l’on mesure le rayonnement de la Maison du Livre à l’aune des com­mentaires de Pierre Bertaux, alors le tableau paraît bien sombre : un mois à peine après son arrivée à Berlin, il évoque un « milieu peu intéressant »16. En décembre 1927, il avait déjà pris ses distances avec Mme Raichenstein, qu’il qualifia bientôt de « vieille gale de la Maison du Livre »17.

  • 18  P. Bertaux, op. cit., lettre du 14 février 1929, p. 302. Voir Hans Manfred Bock « Trans­nationale (...)
  • 19 P. Bertaux, op. cit., p. 302.

14Pourtant, cette Maison semble bien avoir été un des lieux de sociabilité franco-allemande à Berlin, un petit foyer de la culture française que fréquen­taient quelques-unes des personnalités de la scène culturelle franco-alle­mande et des partisans du rapprochement franco-allemands. Ainsi, en février 1929, la Maison du Livre organisa-t-elle un bal, appelé « Bal Paris-Berlin » que fréquentèrent Henri Jourdan, lecteur de français à l’Université de Berlin et bientôt administrateur de la Maison de France, et Otto Grautoff, de la Deutsch-Französische Gesellschaft18. Pour l’occasion, Bertaux lui-même renoua sporadiquement le contact19. Un bal comme un chant du cygne ?

15Voilà tout ce qu’on sait d’à peu près avéré au sujet de la Maison du Livre français à Berlin. On pourra encore, dans la seconde partie, émettre ce qui ne restera que des hypothèses.

II. La politique du livre français à l’étranger et ses acteurs : le cas de l’Allemagne et de Berlin

  • 20 MAE/Paris, Y 1918/1940, vol. 2, note du 7 mars 1919.

16Dans l’immédiat après-guerre, on assista à la prise de conscience de l’importance du livre comme vecteur d’exportation de la culture française à l’étranger, dont les potentialités n’avaient jusqu’alors pas été réellement exploitées. C’était en partie une réaction aux méthodes allemandes : depuis longtemps, le second Reich avait su mettre en avant sa librairie à l’étranger, pas seulement la littérature, mais aussi les ouvrages scientifiques et tech­niques, diffusant dans le monde l’image d’une Allemagne moderne, à la technologie de pointe, ce qui entraînait des retombées économiques et com­merciales importantes20. Dans ces réactions, on note un mélange d’admi­ration pour l’efficacité des méthodes et de rivalité avec l’Allemagne. Ainsi une note du 7 mars 1919, provenant de l’Armée, dressait-elle le bilan suivant :

« Il est incontestable […] que la France n’a fait que peu d’efforts pour propager à l’étranger, par le livre, la civilisation et la science françaises. Nous pouvons affirmer que l’Allemagne, en conquérant les pays neutres qui l’entourent par la propagation de ses livres, s’est assuré la part du lion…».

17Cette note conseillait au gouvernement français de prendre des mesures nécessaires à la création d’un organisme de distribution du livre français à l’étranger :

  • 21 MAE/Paris, Y 1918/1940, vol. 2, note du 7 mars 1919.

« Il ne faut pas nécessairement imiter l’organisation allemande, et mes pré­férences iraient plutôt à un organisme neuf avec des méthodes nouvelles »21.

18Cette prise de conscience fut générale : elle caractérisa les instances offi­cielles (ministères de la Guerre et des Affaires étrangères), et aussi les milieux de l’édition et du livre.

  • 22 Cf. Antoine Marès, op. cit., pp. 66-67. Voir aussi Albert Salon, L’action culturelle de la France d (...)
  • 23 Cf. Colette Barbier, Le Service des Œuvres françaises à l‘étranger du ministère des Affaires étrang (...)
  • 24 Ainsi, le 10 février 1936, le consul de France à Dresde, écrivit au SOFE : « Une douzaine de maître (...)

19Commençons par les Affaires étrangères : les services culturels furent restructurés et renforcés au lendemain de la guerre. En janvier 1920, fut créé le Service des Œuvres françaises à l’étranger. Il se composait de quatre sections : la très importante « section universitaire et des écoles », qui absor­bait à elle seule près de 90 % des crédits ; la « section des œuvres diverses », qui s’occupait des associations servant l’influence française (l’Alliance fran­çaise notamment) ; la « section du tourisme et des sports » (la moins déve­loppée à l’époque) et la « section littéraire et artistique », longtemps dirigée par Paul Morand, chargée de « faire rayonner à l’étranger, sous toutes ses formes, la pensée intellectuelle et artistique de la France » (elle devait devenir en 1938, la « section du livre français et des manifestations artistiques »)22. En 1920 son « poids budgétaire » n’était que de 7 % au sein du SOFE et tomba à moins de 4 % en 193823. Jusqu’au milieu des années 1930, les services culturels du Quai d’Orsay devaient essentiellement considérer la diffusion du livre français à l’étranger comme un auxiliaire pour la politique de soutien à l’enseignement du français au sein des systèmes éducatifs étrangers24. Aussi le SOFE pratiqua-t-il surtout des dons à diverses bibliothèques et institutions étrangères, en particulier aux univer­sités, et à des universitaires et instituts français. Ce fut le cas en Allemagne.

  • 25 Note de la section littéraire et artistique du SOFE, 11 août 1932, à l’ambassade de France à Berlin (...)
  • 26 Ainsi à Munich, à partir de 1932, un service de bibliothèque a-t-il été assuré dans les locaux de l (...)
  • 27 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, dépêche du consul de France à Dantzig du 7 janvier 1934.

20Jusqu’au milieu des années trente, le MAE et ses services culturels n’ont pas disposé d’une véritable politique du livre cohérente et organisée. Ainsi, à Berlin, en 1932, l’Institut français ne recevait pas les livres qu’il avait lui-même demandés pour sa bibliothèque25 ! Le SOFE semble avoir souvent envoyé ce dont il disposait. Les instructions du Service des Œuvres à l’am­bassade brillent par leur absence et la politique du livre dépendait directe­ment de la personnalité et du dynamisme des représentants français dans les postes, en particulier à la légation de France à Munich26 et dans les consulats (ce qui montre que l’aspect commercial semble encore primer l’aspect cul­turel). C’est à cet échelon qu’on retrouve trace d’initiatives disparates. Ainsi, à Dantzig, existait dans les locaux du consulat une bibliothèque française, qui était mise non seulement au service de la communauté française, mais aussi de la population locale27.

  • 28 Dès 1919, Tirard comprit l’intérêt de la librairie française pour la propagande française dans les (...)

21En fait, les Affaires étrangères ne semblaient pas encore avoir pris la pleine mesure du rôle qu’elles pouvaient jouer dans la définition d’une poli­tique du livre français à l’étranger, ou tout au moins en Allemagne. Sans aucun doute, avant la signature des accords de Locarno, le gouvernement français menait une politique culturelle extérieure visant essentiellement à contrecarrer ou contenir l’influence allemande, en Europe centre-orientale notamment, ou à assurer sa propre influence dans le bassin méditerranéen ; la République de Weimar ne représentait pas un lieu d’investissement cultu­rel pour le Quai d’Orsay. Bien sûr, il faut immédiatement introduire une réserve : la politique française en Allemagne, y compris dans son volet cultu­rel, ne fut pas homogène, le haut-commissaire français dans les territoires rhénans, Paul Tirard, ayant pour sa part parfaitement compris l’intérêt de mener une politique du livre français sur la rive gauche du Rhin28. Mais il s’agit là d’une situation particulière.

  • 29 Cf. Hans Manfred Bock, « Der Blick des teilnehmenden Beobachters. Zur Entstehung von Pierre Viénots (...)

22Par habitude, dans cet après-guerre, le Quai d’Orsay laissa une très large part de la diffusion du livre français à l’étranger aux acteurs privés. Ces derniers, libraires, écrivains, intellectuels, lecteurs passionnés, étaient en fait les vecteurs traditionnels de diffusion du livre à l’étranger ; pensons au rôle des salons où se rencontraient écrivains et intellectuels pour des soirées de lecture et de discussion : sans doute s’adressaient-ils à une société assez fer­mée, mais ces lieux eurent une importance réelle comme passeurs de culture par-delà les frontières. Et le Berlin de la République de Weimar comptait un certain nombre de « salons » où se rencontraient cultures française et alle­mande : celui de Helene von Nostiz-Wallwitz, ou bien encore l’appartement de Pierre Viénot29. Parmi ces acteurs privés, nous évoquerons essentielle­ment ici le rôle des libraires, à l’intersection des activités économiques et culturelles, et marginalement celui des bibliothèques. Le monde de l’édi­tion, pour des raisons économiques et commerciales, se sentait tout à fait concerné par une politique du livre français à l’étranger.

  • 30 Cf. Pascal Fouché, « Essai de chronologie de l’édition française contemporaine 1918-1945 », thèse d (...)
  • 31 « La création des Messageries Hachette a permis d’élargir encore la part de la production du livre (...)
  • 32 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français (...)
  • 33 MAE/Nantes, SOFE, vol. 269, notice manuscrite de Raichenstein, sans date.

23En mai 1919, sur l’initiative de la maison Larousse, fut créée à Paris la Maison du Livre Français (MLF), regroupant plus de cent éditeurs et de cinq cents libraires, société de distribution chargée d’organiser plus métho­diquement la vente du livre, de faciliter et de développer son commerce tant en France qu’à l’étranger30. En fait, le projet de MLF fut lancé pour contrer le réseau de « librairies maison » établi par Louis Hachette, bientôt trans­formé en Messageries Hachette31. Les autres maisons d’édition souhaitaient elles aussi s’assurer un groupage économique des commandes et diminuer le nombre de leurs clients directs, mais elles entendaient réserver leur totale liberté. Aussi, sous l’impulsion de Larousse, contribuèrent-elles à la création de la Maison du Livre français. Une question se pose alors : La petite Maison du Livre français à Berlin était-elle une sorte de succursale, de point de diffusion affilié à la grande Maison du Livre Français de la rue Félibien à Paris ? Outre la similarité des noms, quelques indices convergent éventuelle­ment dans ce sens : l’attaché commercial de l’ambassade de France avait écrit que Mme Raichenstein était la représentante de quelques grandes mai­sons d’édition parisiennes32. Dans la note manuscrite de 1934 adressée au SOFE, Simon Raichenstein citait la maison Larousse dans ses références33. Malheureusement, on est toujours en quête des archives de la MLF, non déposées à l’IMEC.

  • 34 Dans sa thèse, soutenue en 1981, Albert Salon s’intéressait bien aux acteurs privés de la politique (...)
  • 35 À l’issue de sa première visite à la Maison du Livre, en octobre 1927, Bertaux écrivit à ses parent (...)

24Il importe de souligner l’attention encore trop limitée apportée au rôle du monde de l’édition dans la politique culturelle internationale34. On manque d’études sur la concertation et les relations entre acteurs publics et privés. Revenons un instant à la Maison du Livre français de Berlin. Pierre Bertaux avait fort bien compris que l’une des questions essentielles était de savoir si la librairie des Raichenstein était ou non subventionnée par les autorités françaises. Dans quelle mesure le ministère tentait-il d’appuyer sa politique sur le réseau des acteurs privés35 ? Étant donné la tonalité de la lettre de Fernand Pila, directeur du SOFE, à l’ambassade de France à Berlin en juin 1933, il est vraisemblable que la librairie n’ait jamais reçu de subsides offi­ciels :

  • 36 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, lettre de Pila (SOFE) pour l’ambassade de France à Berlin, 22 juin 1933 (...)

« … vous avez bien voulu me transmettre une demande de subvention extra­ordinaire émanant de Mme Raichenstein, […] qui, en raison des événements actuels, va se voir obligée de déposer son bilan. Je ne crois pas qu’il soit pos­sible à Mme Raichenstein de reprendre son activité d’ici assez longtemps et par conséquent l’aide que nous lui apporterions serait destinée à la tirer d’un mauvais pas, mais non à encourager la vente de nos ouvrages en Allemagne. Dans ces conditions, je ne vois guère la possibilité de lui accorder la subvention qu’elle demande »36.

  • 37 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, lettre de Henri Jourdan à Jean Marx, SOFE, 8 décembre 1933 : « Je me pe (...)

25À l’été 1933, le Département refusa donc de venir au secours des Raichenstein. On connaît la fin de l’histoire, mais au lendemain de la ferme­ture de la Maison du Livre, on trouve trace d’un nouveau projet de librairie française, émanant d’une personnalité privée, encouragé par Jourdan, et qui resta vraisemblablement sans suite37. À nouveau, la bienveillance distante ou prudente : laisser les acteurs privés prendre les risques financiers et les encourager par de bonnes paroles.

  • 38 MAE/Nantes, SOFE, vol. 5, lettre de Hans Preiss au Service des Œuvres françaises à l’étranger, 11 m (...)
  • 39 MAE/Nantes, SOFE, vol. 5, lettre de Margerie à Pila, de la section littéraire et artistique du Serv (...)
  • 40 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1815/1939, série B, vol. 465.

26Au nombre des acteurs privés, il faut encore compter les libraires alle­mands. Les autorités françaises ne rejetèrent par leur concours et parfois même le recherchèrent. À Berlin, signalons le rôle de la Internationale Buch­handlung, dirigée par le Dr. Hans Preiss qui, depuis 1924, avait établi une section pour la vente de livres étrangers dans sa librairie (sa clientèle étant composée de particuliers et de grandes bibliothèques y compris universi­taires) et qui, après avoir commencé à diffuser des ouvrages spécialisés de droit, de commerce, de finances, de sciences et d’économie politiques, envi­sagea en 1930 de s’élargir à la littérature en créant sur le modèle des Buchgemeinschaften et des Book-clubs une « société pour la lecture du livre français en Allemagne » et demanda alors le soutien du Service des Œuvres françaises à l’étranger en mars 1930 : il prévoyait alors de mettre sur pied un comité de trois personnes environ chargées de sélectionner parmi la masse des livres nouveaux, ceux susceptibles d’intéresser sa clientèle : plus précisé­ment, il projetait de confier à deux Français (« hommes de lettres »), mem­bres de ce comité, le premier tri, puis le « lecteur » allemand aurait été char­gé de choisir parmi eux le livre le mieux adapté au goût allemand, et devait encore être capable, par sa personnalité, de le populariser38. Après avoir pris des informations sur Preiss et sa librairie, l’ambassadeur Pierre de Margerie répondit à Fernand Pila que le Quai d’Orsay avait intérêt à favoriser ce projet39. Toutefois, il ne semble pas qu’il ait été réalisé, dans la mesure où la suite du dossier concerne presque exclusivement la livraison de journaux officiels40.

27À Cologne, c’est même le consul général de France, Jean Dobler, qui chercha sur place les relais privés allemands nécessaires à la distribution du livre français :

  • 41  MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, lettre de Jean Dobler, consul de France à Cologne, au Département, 29 (...)

« Lors de la dernière foire internationale du Printemps à Cologne, j’avais obtenu des éditeurs français l’envoi, et ultérieurement le dépôt, à Cologne, d’un nombre important d’ouvrages. Depuis lors, un libraire de Cologne que j’avais choisi a pris ces ouvrages en dépôt et a réussi sous mon patronage à obtenir de la Maison du Livre de nouveaux envois réguliers et importants de livres français. Il s’est ainsi constitué dans une des principales librairies de Cologne (la Bücherstube am Dom) une section française de librairie qui doit avoir aujourd’hui en dépôt pour une dizaine de milliers de francs de livres français, et dont les ventes sont déjà assez satisfaisantes. Je crois utile de fournir cette section française de librairie de nos grandes revues et de nos principaux périodiques. Ils auraient ici, dès maintenant, une certaine clien­tèle, et celle-ci ne ferait que se développer ; mais, en outre, si l’on pouvait les consulter librement, comme on ferait dans un cabinet de lecture, cela attire­rait du public et éventuellement des acheteurs pour la librairie. Or, les édi­teurs de revues et de périodiques n’acceptent pas de reprendre les invendus ; et d’autre part, la Bücherstube am Dom craint de passer des commandes fermes pour des revues dont l’écoulement complet n’est pas certainDans ces conditions, j’estimerais très utile que le Département pût mettre des abon­nements gratuits de revues à la disposition de la Bücherstube am Dom, tout au moins pour une période d’essai de six mois… »41.

28En dernier lieu, il faut souligner l’extrême lenteur des autorités françaises à réagir devant l’aggravation de la situation en Allemagne. Déjà, à partir de 1927, le nombre d’ouvrages publiés outre-Rhin avait chuté, affectant tout particulièrement les traductions d’ouvrages français (les traductions d’ou­vrages anglais restant stables, celles d’ouvrages russes augmentant). Après 1933, la situation se détériora très rapidement :

  • 42 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, rapport du 21 janvier 1935 du consul de France à Leipzig sur l’industri (...)

« Les éditeurs se croient d’ailleurs obligés de vendre le moins possible de livres étrangers et le public a tendance à considérer comme un devoir de n’acheter que des livres allemands à l’exception des œuvres tolérées par le gouvernement allemand »42.

  • 43 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, télégramme d’André François-Poncet au Département, 24 juillet 1936.
  • 44 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, télégramme d’André François-Poncet au Département, 24 juillet 1936.
  • 45 À Cologne, le consulat avait remarqué l’engagement du lecteur français à l’Université, Georges Perr (...)
  • 46 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, rapport de Gabriel Richard, 10 août 1936 : « Notre langue et notre litt (...)

29André François-Poncet, ambassadeur de France à Berlin, dénonça lui aussi la politique violemment francophobe du gouvernement national-socialiste, et la pénurie de devises étrangères empêchant les acheteurs allemands potentiels de se procurer les ouvrages français43. En 1936, il proposa un plan pour tenter de secourir la culture française en Allemagne, dans lequel livres et périodiques se voyaient attribuer une grande importance44 : il suggéra une meilleure dotation en ouvrages français des Instituts français de Berlin et de Cologne et la création de groupes de lecture autour de ces bibliothèques, entendait miser sur les lecteurs et assistants français pour faire connaître le livre français dans les universités et les écoles allemandes45 et compléter le service des revues et des journaux des bibliothèques universitaires et munici­pales. Cette réaction tardive montre en elle-même que, jusqu’alors, aucun plan d’ensemble n’avait réellement été établi ; de surcroît, elle venait trop tard : le déclin était trop avancé et l’hostilité à la France et à sa culture trop exacerbée. Ainsi, le vice-consul de France à Königsberg, Gabriel Richard, ne concevait-il pas la possibilité d’appliquer le plan prévu par l’ambassadeur : trop peu d’intérêt pour la littérature française, et, dans les universités, tracasseries infligées à tous ceux qui tentaient d’emprunter des revues et périodiques étrangers ; quant à l’idée d’une bibliothèque française au consu­lat, quel Allemand aurait encore osé en franchir le seuil46 ? En juin 1939, André François-Poncet devait télégraphier au Département :

  • 47 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, André François-Poncet au Département, 1er juin 1939.

« Actuellement, l’on ne trouve presque plus de journaux français dans les kiosques et les gares d’Allemagne et l’on ne peut acheter aucun livre français dans les librairies de Berlin »47.

  • 48 « Le Quai d’Orsay commençait alors – timidement – à s’intéresser aux mécanismes com­merciaux et au (...)
  • 49 Cf. A. Marès, op. cit., pp. 71-72.

30La situation fut extrême en Allemagne, mais l’évolution très inquiétante de la vente du livre français était un phénomène plus général. Alors que la France avait exporté environ 15 millions de volumes par an dans la seconde moitié des années vingt, ces chiffres étaient tombés à 11 millions en 1934 en raison de la crise générale, de la baisse du pouvoir d’achat, de la restriction de certains pays face aux exportations de capitaux, de la montée des frais de transport, du dumping allemand et, bien sûr, de la montée des nationa­lismes. Pour tenter de réagir, le service des Œuvres du Quai d’Orsay conçut en 1936 une véritable « politique du livre », s’inspirant, selon le germaniste Albert Salon, des modèles britannique et allemand48. À la fin octobre 1936, un comité du Choix du livre français fut mis en place et prépara un catalogue de 145 pages, prêt à l’été 1937. Pierre Viénot, qui avait été un des plus grands artisans du rapprochement franco-allemand et était devenu après 1933 l’un des plus véhéments pourfendeurs du IIIe Reich, en fut l’un des principaux responsables. En décembre 1936 fut encore mise sur pied une nouvelle institution, l’Expansion du Livre Français49, mais ces efforts venaient bien tard.

  • 50 Cf. A. Salon, thèse de doctorat citée supra, p. 173.
  • 51 Cf. Pascal Ory, « Le rôle de l’État : les politiques du livre », in : Roger Chartier/ Henri‑Jean Ma (...)

31Pour conclure, deux phénomènes majeurs paraissent devoir être mis en lumière : tout d’abord, si la politique culturelle française à l’étranger fut globalement marquée, au lendemain de la Première Guerre, par un renfor­cement du rôle de l’État dans l’action culturelle50, tel ne fut pas encore le cas dans le domaine de la librairie française. La politique du livre français en était à ses tout débuts. Ceci est une donnée générale de la politique étrangère française, et c’est en particulier le cas pour l’Allemagne et pour Berlin. Dans la première moitié des années vingt, la politique culturelle extérieure de la France était dominée par la volonté de rivaliser avec l’influence allemande et, mise à part la Rhénanie occupée et la Sarre, régions soumises à des régimes particuliers, Berlin et le reste de l’Allemagne n’étaient pas des « cibles » du service des Œuvres françaises à l’étranger. Ensuite, dans le domaine de la librairie française à l’étranger, l’État n’était pas le seul ni même le principal acteur. Les acteurs privés, en particulier les libraires français, et même allemands, assumaient un rôle important, les libraires fran­çais n’étant à l’époque pas encore aussi bien organisés que les libraires allemands. Au nom des intérêts commerciaux, les consuls furent aussi assez actifs en ce domaine. Mais c’est surtout au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que les autorités françaises devaient prendre conscience du déclin du livre français dans le monde et instituer en 1948 une Commission natio­nale du livre français à l’étranger auprès des Affaires étrangères51.

Notes

1 Pierre Bertaux, Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes, 1927-1933, Asnières 2001, p. 61.

2 MAE/Nantes, SOFE, vol. 269, notice manuscrite de Raichenstein, sans date.

3 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français de Berlin du 15 avril 1933 sur l’état actuel des œuvres françaises à Berlin.

4 Cf. Antoine Marès, « Puissance et présence culturelle de la France. L’exemple du Service des Œuvres françaises à l’étranger dans les années 30 », in : Relations Internationales, n° 33, 1983, pp. 65-80 (ici pp. 70-71). Il s’agit de la circulaire n°10 du 13 juillet 1933.

5 Cf. Cyril Buffet, Berlin, Paris 1993, p. 291.

6 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français de Berlin du 15 avril 1933 sur l’état actuel des œuvres françaises à Berlin.

7 MAE/Nantes, SOFE, vol. 269, notice manuscrite de Raichenstein, sans date.

8 Cf. Julia Franke, Paris– eine neue Heimat ? Jüdische Emigranten aus Deutschland 1933-1939, Berlin 2000.

9  P. Bertaux, op. cit., p. 61.

10 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français de Berlin du 15 avril 1933 sur l’état actuel des œuvres françaises à Berlin.

11 P. Bertaux, op. cit., pp. 96 et 156.

12 P. Bertaux, op. cit., p. 164.

13 P. Bertaux, op. cit., p. 61.

14 Cf. Hans Manfred Bock, « Les années folles de Berlin (1927-1933). Le témoignage de Pierre Bertaux », in : P. Bertaux, op. cit., pp. 13-46 (ici, p. 31).

15 Origine : MAE/Nantes. Je tiens ici à remercier vivement Mme Aline Brachet pour la com­munication de ce document, également reproduit dans son mémoire de maîtrise, « La défi­nition d’une politique culturelle par la France : la présence française en Allemagne de 1930 à 1939 », Université de Paris IV-Sorbonne, année universitaire 2003-2004, sous la direction du Professeur Jean-Paul Bled.

16 P. Bertaux, op. cit., lettre du 13 novembre 1927, p. 96.

17 P. Bertaux, op. cit., lettres du 22 décembre 1927 et du 15 janvier 1928, pp. 145 et 156.

18  P. Bertaux, op. cit., lettre du 14 février 1929, p. 302. Voir Hans Manfred Bock « Trans­nationale Begegnung im Zeitalter des Nationalismus. Der Lebensweg Otto Grautoffs (1876-1937) zwischen Deutschland und Frankreich », in : Gilbert Krebs (éd.), Sept décennies de relations franco-allemandes, 1918-1988, Asnières 1989, pp. 57-79.

19 P. Bertaux, op. cit., p. 302.

20 MAE/Paris, Y 1918/1940, vol. 2, note du 7 mars 1919.

21 MAE/Paris, Y 1918/1940, vol. 2, note du 7 mars 1919.

22 Cf. Antoine Marès, op. cit., pp. 66-67. Voir aussi Albert Salon, L’action culturelle de la France dans le monde, Paris 1983, p. 27.

23 Cf. Colette Barbier, Le Service des Œuvres françaises à l‘étranger du ministère des Affaires étrangères entre les deux guerres mondiales, 1983, p. 86. (Mémoire de maîtrise sous la direction du Professeur Jean-Baptiste Duroselle, Université de Paris I). Voir aussi François Roche / Bernard Piniau, Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, Paris 1995, p. 41.

24 Ainsi, le 10 février 1936, le consul de France à Dresde, écrivit au SOFE : « Une douzaine de maîtres de langue française sont en relation avec ce consulat général. Je verrais avantage à pouvoir donner à chacun trois ou quatre ouvrages courants de lecture, de grammaire, de stylistique, ou encore des livres de lecture historique ou géographique concernant notre pays », MAE/Nantes, SOFE, vol. 515.

25 Note de la section littéraire et artistique du SOFE, 11 août 1932, à l’ambassade de France à Berlin : « L’Institut français de Berlin a sollicité du Département un certain nombre d’ouvrages français. Il ne m’a pas été possible cette année, en raison de l’état des crédits, de vous envoyer les livres demandés », MAE/Nantes, SOFE, vol. 512.

26 Ainsi à Munich, à partir de 1932, un service de bibliothèque a-t-il été assuré dans les locaux de la légation (prêt de livres français). Cf. lettre d’André Lefèvre d’Ormesson, ministre de France en Bavière, au Département, 23 décembre 1932 : « J’ai été amené à faire subir cer­taines transformations à l’organisation de la bibliothèque française de Munich. À la suite du départ d’une de nos compatriotes qui assurait le service de la bibliothèque, j’ai fait trans­porter dans les locaux mêmes de la légation, les volumes de la bibliothèque française. À l’avenir, ce sera M. Dejardin, commis de chancellerie de ce poste, qui assumera à certaines heures régulières ce service du prêt des livres. … », MAE/Nantes, SOFE, vol. 512.

27 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, dépêche du consul de France à Dantzig du 7 janvier 1934.

28 Dès 1919, Tirard comprit l’intérêt de la librairie française pour la propagande française dans les territoires rhénans et signala à Paris : « les livres français ont entièrement déserté les librairies des territoires occupés ». Il obtint du ministère des subventions sur fonds secrets pour la diffusion du livre français, vendus en dessous de leur prix normal, en raison du cours du mark, tout en rétribuant les intermédiaires, MAE/Paris, A Paix, vol. 226, note du 25 mars 1920. En octobre 1919, il transmit au Département un « plan de propagande » émanant de ses services et dont une large partie était consacrée à la « diffusion de la librairie française », AN/Paris, fonds AJ9 (papiers Tirard), vol. 3659, dépêche de Tirard au Département, 29 octobre 1919.

29 Cf. Hans Manfred Bock, « Der Blick des teilnehmenden Beobachters. Zur Entstehung von Pierre Viénots Buch Ungewisses Deutschland in der Weimarer Republik und zu dessen Stellung in der französischen Deutschland-Essayistik des 20. Jahrhunderts », in : Pierre Viénot, Ungewisses Deutschland. Zur Krise seiner bürgerlichen Kultur, Bonn 1999, pp. 9‑77 (ici, p. 36) ; Hans Manfred Bock, « Berlin-Paris. Metropolitaner Kulturaustausch in der späten Weimarer Republik », in : Dokumente, 1996, pp. 312-318. Voir encore Harry Graf Kessler, Tagebücher 1918-1937, Francfort 1961, p. 588.

30 Cf. Pascal Fouché, « Essai de chronologie de l’édition française contemporaine 1918-1945 », thèse de doctorat de 3e cycle en histoire, sous la direction de Henri-Jean Martin, professeur à l’École des Chartes, directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études (IVe section), Paris 1984 (consultable à la bibliothèque de l’IMEC), pp. 22-23. Pour la mise à jour de la chronologie, voir Pascal Fouché, chronologie de l’édition française au XXe siècle (www.edition-fr.com). Alfredo Fierro a montré que la Maison du Livre cumulait en fait trois fonctions : « elle était le distributeur exclusif de nombreux petits éditeurs ; elle jouait le rôle de commissionnaire en librairie, surtout pour de petites commandes, elle faisait fonction de commissionnaire transporteur et agent de groupage pour les remises effectuées par les éditeurs au profit des libraires », A. Fierro, « Évolution et typologie de la librairie », in : Roger Chartier / Henri-Jean Martin (éd.), Histoire de l’édition fran­çaise. Le livre concurrencé, 1900-1950, Paris 1986, pp. 111-123 (ici, p. 114). Voir égale­ment l’article de Gaston Zelger, l’un des premiers directeurs de la Maison du Livre Français : « Die Organisation des französischen Buchhandels. Der Cercle de la Librairie und die Maison du Livre français », in : Deutsch-französische Rundschau, Vol. 1, 1928, pp. 569-577. Zelger met l’accent sur l’individualisme exacerbé régnant dans le monde du livre et de l’édition en France et paralysant parfois ses activités (à plusieurs reprises, il donne des éléments de comparaison avec la situation en Allemagne). Selon lui, la fondation de la MLF était une tentative pour dépasser cet individualisme hypertrophié (il avance les chiffres de 130 éditeurs et 900 libraires regroupés dans la Maison) et l’une des tâches principales de cette nouvelle instance aurait été précisément de faire connaître la Librairie française à l’étranger (« Dies geschah zu einer Zeit, als der französische Buchhandel nach einigen Jahren der Lethargie einsah, daß seine bisherige Untätigkeit nicht länger andauern dürfe und mit einigem Recht bemerkte, dass es doch wohl anormal wäre, wenn das Ausland seinen Bedarf an französischen Büchern in Leipzig deckt », p. 573).

31 « La création des Messageries Hachette a permis d’élargir encore la part de la production du livre diffusée par Hachette, en offrant à de nombreux éditeurs les moyens de se déchar­ger de la partie commerciale de leurs activités. Confiant l’exclusivité de vente de leur pro­duction aux Messageries Hachette, ils étaient, moyennant une rétribution non négligeable, dispensés d’établir leurs propres circuits de commande, d’expédition et d’encaissement. Mais si ce système permettait le groupage des commandes, il privait l’éditeur de clients directs et portait atteinte à sa liberté. En outre, les messageries Hachette s’intéressaient uni­quement aux livres susceptibles d’une large vente et la majeure partie de l’édition spécia­lisée et à tirage réduit se trouvait de fait exclue… », Alfredo Fierro, op. cit., p. 114.

32 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1915/1939, série B, vol. 463, note de l’Institut français de Berlin du 15 avril 1933 sur l’état actuel des œuvres françaises à Berlin.

33 MAE/Nantes, SOFE, vol. 269, notice manuscrite de Raichenstein, sans date.

34 Dans sa thèse, soutenue en 1981, Albert Salon s’intéressait bien aux acteurs privés de la politique culturelle française à l’étranger au lendemain de la première guerre mondiale, mais il consacra surtout son attention aux congrégations et associations à caractère confes­sionnel, à l’Alliance Française, à la Mission laïque Française ou encore à la Ligue Maritime et commerciale. Il évoque en quelques lignes seulement, et encore pour la partie contem­poraine (et non historique) de son étude, ces « sociétés privées, professionnelles et commer­ciales, dont le but principal est d’ordre lucratif avant d’être culturel », Albert Salon, « L’action culturelle de la France dans le monde. Analyse critique », thèse de doctorat ès lettres, Université de Paris I, 1981 (3 tomes), pp. 182-186 (p. 717 pour la citation). Dans leur ouvrage sur l’édition française, cité supra, Roger Chartier et Henri-Jean Martin ne se sont guère arrêtés non plus au rôle des milieux éditoriaux sur la scène internationale.

35 À l’issue de sa première visite à la Maison du Livre, en octobre 1927, Bertaux écrivit à ses parents : « Ce qu’il y a de désagréable dans l’histoire, c’est que ces personnes touchent sans doute une rémunération du ministère… Car l’homme m’a dit, en me montrant les livres : Gide, Thibaudet, Barbusse. Nous avons du Barbusse, sinon on dirait que nous touchons de l’argent du ministère et, en réalité, c’est faux. Je trouve ça suspect ». Quinze jours plus tard, il poursuivit son commentaire : « Il semble que les Reichenstein [sic] ne soient pas sub­ventionnés (quoi qu’on ait dit à Crémieux, ce sont des espions). Mais cela peut être ainsi : espérant une subvention, ils ont monté cela ; ne recevant rien, ils vivotent ». P. Bertaux, op. cit., lettres du 27 octobre 1927, p. 62, et du 13 novembre 1927, p. 96.

36 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, lettre de Pila (SOFE) pour l’ambassade de France à Berlin, 22 juin 1933. La demande de Mme Raichenstein datait du 23 mai 1923. Elle sollicitait « une subvention temporaire » pour honorer ses engagements à l’égard de ses éditeurs : « Seuls la crise actuelle, le départ progressif de ma meilleure clientèle et la défense d’utiliser des édi­tions françaises dans les écoles allemandes sont les causes de mes difficultés actuelles ». François-Poncet transmit sa demande à Paris le 30 mai 1933. Documents communiqués à l’auteur par Mme Aline Brachet.

37 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, lettre de Henri Jourdan à Jean Marx, SOFE, 8 décembre 1933 : « Je me permets de recommander à votre […] attention une jeune femme d’un grand mérite, Mme Lacoley qui, après avoir eu une librairie à Paris, séjourne à Berlin depuis plusieurs années. Mme Lacoley travaille actuellement au consulat de France à Berlin, mais elle estime, avec raison, qu’elle pourrait rendre plus de services, en essayant d’ouvrir à Berlin une librairie française. M. l’ambassadeur lui a conseillé d’aller s’informer à Paris et je ne puis que souhaiter à Mme Lacoley une entière réussite dans son entreprise. Il est cer­tain que nous aurions tout intérêt à soutenir les rares œuvres françaises qui parviennent à se maintenir ou à se fonder à Berlin. Je crois d’ailleurs devoir ajouter qu’à certains signes, il est assez aisé de reconnaître qu’on s’intéresse de nouveau à la France. On nous fait quelques avances. Mme Lacoley serait tout à fait capable de grouper autour de sa librairie de petits cercles d’études et de conférences, et, dans ce cas, je ne verrais pas d’inconvénients, à condition que son activité reste purement littéraire, à lui prêter l’autorité morale de l’Institut Français de Berlin. »

38 MAE/Nantes, SOFE, vol. 5, lettre de Hans Preiss au Service des Œuvres françaises à l’étranger, 11 mars 1930.

39 MAE/Nantes, SOFE, vol. 5, lettre de Margerie à Pila, de la section littéraire et artistique du Service des Œuvres françaises à l’étranger, 5 mai 1930.

40 MAE/Nantes, ambassade de France à Berlin, 1815/1939, série B, vol. 465.

41  MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, lettre de Jean Dobler, consul de France à Cologne, au Département, 29 septembre 1933.

42 MAE/Nantes, SOFE, vol. 512, rapport du 21 janvier 1935 du consul de France à Leipzig sur l’industrie du livre en Allemagne.

43 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, télégramme d’André François-Poncet au Département, 24 juillet 1936.

44 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, télégramme d’André François-Poncet au Département, 24 juillet 1936.

45 À Cologne, le consulat avait remarqué l’engagement du lecteur français à l’Université, Georges Perrot : « fournisseur bénévole à Cologne de livres français ». « Ce jeune compa­triote s’est créé dans les milieux littéraires rhénans une situation de premier plan. […] M. Perrot est en outre le fournisseur bénévole à Cologne de livres français. Il achète, sur ses deniers personnels, pour 8 à 10.000 francs de livres par an qu’il prête à titre gracieux à tous ses nombreux amis et auditeurs. La plupart de ces livres sont perdus. La perte est supportée avec la meilleure bonne grâce par l’aimable prêteur, bien que le métier de lecteur n’enri­chisse pas… J’aurais vu un avantage à pouvoir faire bénéficier M. Perrot d’une subvention qui lui permît, tout au moins, de payer ses livres. Il serait utile, que cette subvention se fît sous la forme la plus discrète, car outre les susceptibilités de ce lecteur à sauvegarder, il faudrait éviter que les milieux allemands fussent au courant, car toute la confiance dont jouit notre compatriote serait, de ce fait, compromise », MAE/Nantes, SOFE, vol. 144, rap­port du 20 novembre 1928 de Laffon, consul de France à Cologne et Mayence, au Dépar­tement.

46 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, rapport de Gabriel Richard, 10 août 1936 : « Notre langue et notre littérature n’ont jamais été très cultivées en Prusse Orientale… Les librairies – et Königsberg se vante d’avoir la plus grande librairie d’Europe – ne tiennent habituellement pas de livres français, et cela moins à cause des réelles difficultés qu’elles rencontrent à se procurer des devises que par suite du peu d’intérêt manifesté par la clientèle … Toujours pour ce qui concerne ma circonscription, je ne saurais conseiller l’envoi de livres et de publications à la bibliothèque de l’Université. Je fréquente assez souvent la salle de lecture des périodiques de cette bibliothèque et ai pu me rendre compte que presque tous les casiers réservés aux revues et périodiques étrangers sont vides et portent la mention la revue est dans le cabinet du directeur auquel on doit s’adresser personnellement pour en avoir communication. […] Inutile de dire que, dans ces conditions, peu de personnes se hasardent à une démarche qui ne peut être vue que d’un mauvais œil. De même, la création auprès du consulat de France d’un cercle de lecture ne me paraît pas pouvoir être recommandée à Königsberg où tout contact avec un consulat est évité avec soin et, sans doute, officieu­sement déconseillé. Le milieu le plus intéressant pour nous : celui des professeurs de lycées et d’écoles ne pourrait être atteint. Ces fonctionnaires, dont l’orthodoxie nationale-socialiste n’est pas au-dessus de tout soupçon, craindraient, à juste titre, de se compromettre en fran­chissant le seuil du consulat ».

47 MAE/Nantes, SOFE, vol. 514, André François-Poncet au Département, 1er juin 1939.

48 « Le Quai d’Orsay commençait alors – timidement – à s’intéresser aux mécanismes com­merciaux et au contexte économique de son action politique et culturelle », A. Salon, thèse de doctorat citée supra, p. 209.

49 Cf. A. Marès, op. cit., pp. 71-72.

50 Cf. A. Salon, thèse de doctorat citée supra, p. 173.

51 Cf. Pascal Ory, « Le rôle de l’État : les politiques du livre », in : Roger Chartier/ Henri‑Jean Martin (éd.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé, 1900-1950, Paris 1986, pp. 51-69 (ici, p 65).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540