Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

Professeurs et étudiants

La Maison académique française à Berlin

Dominique Bosquelle

Texte intégral

  • 1  En 1930, il existait en Europe des établissements culturels français à Athènes, Rome, Florence, Lo (...)
  • 2  Elle prendra son nom actuel Humboldt-Universität en 1949.
  • 3 Précisons tout de suite que les deux appellations concurrentes recouvraient des réalités en princip (...)

1Depuis la Première Guerre mondiale, il n’existait plus de centre de l’Alliance française à Berlin, et aucun centre culturel officiel ne l’avait rem­placé. À la fin des années vingt, alors que le rapprochement politique était devenue une réalité depuis les rencontres de 1925 entre Gustav Stresemann et Aristide Briand, cette absence devenait d’autant plus étrange que les autres grandes capitales européennes avaient presque toutes bénéficié de la création d’un Institut français1. Or Berlin ne déméritait pas, la ville attirait de très nombreux curieux, notamment de France, elle symbolisait toujours la modernité, l’esprit d’innovation. Par la présence de la prestigieuse Friedrich-Wilhelm-Universität, fondée par Wilhelm von Humboldt2, par l’activité des nombreux laboratoires de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, la capitale du Reich symbolisait également la science allemande à son apogée. Pour les acteurs politiques français, que la France n’ait pas de vitrine dans cette ville devenait inacceptable. En 1929 germa alors l’idée de recom­mencer une coopération sur une base strictement scientifique, donc au-dessus de tout soupçon de propagande politique. Ce sera la « Maison acadé­mique française » (Französisches Akademikerhaus), communément appelée dès ses débuts « Institut Français de Berlin », qui reçut ses premiers pension­naires en octobre 19303.

  • 4  Sur cette période 1930-1933, il n’existe pratiquement aucun document interne en pro­venance de la (...)

2L’objet de cette contribution est de retracer l’histoire d’une institution devenue mythique, pour avoir à la fois abrité des noms devenus ensuite célèbres comme ceux de Jean-Paul Sartre ou Raymond Aron, et être restée longtemps impalpable, les locaux successifs ayant été détruits et les archives passant longtemps pour disparues dans la tourmente de la guerre. La pre­mière partie exposera les circonstances de la création de la Maison acadé­mique française, son organisation générale ; la deuxième partie dressera le bilan de ses trois premières années d’activités au temps de la République de Weimar, et concluera sur les perspectives d’avenir apportées par la nouvelle direction à partir de janvier 19334.

1. La fondation de la Maison académique 

  • 1 Cf. Dieter Tiemann : Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn 1989.

3On peut se demander quels furent les motifs qui poussèrent le gouver­nement français à faire le choix d’un foyer d’étudiants. La création d’un centre d’hébergement pour jeunes Français dans la capitale du Reich répon­dait incontestablement à un besoin. L’idée partait du constat de l’infériorité numérique des étudiants français en Allemagne par rapport au nombre d’Allemands étudiant en France. Plusieurs facteurs intervenaient dans cette faible présence française : possibilité de choix entre plusieurs pays de langue allemande, ressentiment à l’égard des Allemands, faible nombre des étu­diants germanistes français par rapport à celui des romanistes allemands, coût de la vie, etc1. Le plus important était sans doute le facteur financier dans cette Allemagne qui avait vécu la grande inflation et qui était en train de subir les conséquences du krach. Du point de vue de stricte politique culturelle française à l’étranger, ce n’était pas une innovation puisqu’il exis­tait des précédents prestigieux, tels l’Institut Français de Madrid et l’École de Rome ; de plus, la France avait toujours favorisé la prise en charge par leurs gouvernements respectifs des étudiants étrangers en France. C’était sur ce principe que reposait en effet la création de la Cité Universitaire inter­nationale à Paris.

1.1. Circonstances de la fondation et organisation générale

4Si le principe était clair, la procédure retenue laisse cependant quelque peu perplexe : la création de la « Maison académique française » relevait d’une décision unilatérale du ministère des Affaires étrangères français et ne se fondait sur aucun accord culturel conclu avec la République de Weimar. Le gouvernement français aurait vraisemblablement été bien en peine d’en conclure un, tant la méfiance était grande dans l’opinion outre-Rhin vis-à-vis de toute initiative française, même dans le domaine des relations universi­taires. Il suffit pour s’en convaincre de considérer le peu d’empressement que mettaient les universités allemandes pour simplement engager des lecteurs de nationalité française, préférant bien souvent encore embaucher des Suisses ou des Belges. La politique de détente pratiquée entre les deux pays par les ministres des Affaires étrangères respectifs touchait là à ses limites. Les susceptibilités nationales restaient profondes.

  • 2 Extrait de la Neue Leipziger Zeitung du 1er février 1930, cité dans la traduction française du cons (...)

5Les coupures de journaux allemands conservées par l’ambassadeur Pierre de Margerie témoignent de l’exploitation gallophobe que pouvait faire la presse allemande de toute initiative française, même cantonnée au domaine culturel. Alors que la création de la Maison académique française n’était encore qu’en discussion, les journaux allemands d’extrême-droite comme d’extrême-gauche mettaient déjà en garde contre cet « Institut pour l’expan­sion de la culture française »2. Même des journaux généralement mieux intentionnés à l’égard de la France se laissèrent emporter : le 24 janvier 1930, la Vossische Zeitung titrait : « Französisches Propaganda-Institut in Berlin ». Le choix, comme futur directeur, d’Oswald Hesnard, alors attaché de presse à l’ambassade, semblait suspect aux yeux des journalistes alle­mands qui le jugeaient trop marqué politiquement et non crédible dans son nouveau rôle de tuteur de jeunes scientifiques. Ce ne fut qu’après l’inter­vention de l’ambassadeur Pierre de Margerie auprès de la Wilhelmstraße et de divers journaux que ceux-ci consentirent à publier des articles rectifica­tifs. Ils opérèrent alors un renversement complet, et mirent l’accent sur tout le profit que la culture allemande pourrait tirer de la venue de ces étudiants français :

  • 3 Citation extraite de l’article commun à la Neue Berliner Zeitung et à Das 12-Uhr-Blatt du 29 janvie (...)

« Le plan de l’état français ne vise qu’à faire connaître la science alle­mande et à faciliter la formation de ses germanistes »3.

6La citation sera reprise en gras dans plusieurs journaux de la presse à sensation afin que le message d’apaisement passe bien. C’est parce que la culture allemande n’était plus le destinataire de l’action française que l’ac­tion française devenait acceptable. En quelque sorte, la création de la Mai­son académique tirait un trait sur l’épisode de la Première Guerre mondiale et permettait aux étudiants français un retour aux sources du pèlerinage académique en Allemagne tel qu’il s’était pratiqué couramment tout au long du xixe siècle. Cette nouvelle définition de la Maison académique française comme simple foyer d’étudiants français avait, toujours selon l’article, reçu l’approbation du ministère de l’Instruction publique et des cultes de Prusse ainsi que celle du ministère des Affaires étrangères allemand.

  • 4  Par exemple Pierre Bertaux dans une lettre à ses parents datée du 22 février 1932, in : Bertaux, P (...)

7Si les réactions de la presse allemande furent vives, il est vrai que du côté français, il régnait une certaine ambiguité du fait que plusieurs dénomi­nations différentes étaient utilisées selon les acteurs pour qualifier l’institu­tion à fonder : Maison académique française, Maison de France, Institut français. On remarque que le jeune Pierre Bertaux dans ses lettres à ses parents parlait de « Maison de France » ou de « Maison » tout court, avec une majuscule. Le romancier Roger Martin du Gard, de passage à Berlin, employait lui aussi ce terme qui évoque la proximité et met l’accent sur l’idée d’un cocon douillet pour jeunes Français, d’un havre français dans l’agitation berlinoise. L’ambassadeur Pierre de Margerie se laissait plus volontiers aller à parler de « Maison de France » que de « Maison acadé­mique ». Sans doute faut-il voir dans cette appellation familière avant tout le rejet du terme « académique », adjectif d’un emploi beaucoup moins fré­quent en français que son équivalent allemand. Car il faut bien l’avouer, cette appellation « Maison académique française » semble une traduction littérale du « Französisches Akademiker-Haus » allemand, mais sans en avoir le mérite de la clarté, puisque académique en français signifie plus souvent « conventionnel » que « universitaire ». Voilà vraisemblablement la raison pour laquelle les Français de Berlin délaissaient spontanément le terme et lui cherchaient des substituts. Quelquefois aussi, mais rarement, on lit « Institut de France » sous la plume de correspondants4 : simple confu­sion ou prétention élitiste inavouée ? Dans l’ignorance, laissons trancher le papier à lettres en faveur de « Maison » : durant la période où Oswald Hesnard assuma la direction, l’en-tête ne comportait que « Französisches Akademiker-Haus » en allemand, sans que la moindre traduction française ne l’accompagne.

  • 5  Cf. ma thèse : Bosquelle, Dominique : L’Allemagne au cœur de la politique culturelle de la France (...)

8Paradoxalement, l’organisme chargé de contrôler de Paris l’administra­tion de la Maison académique s’intitula dès les origines « Comité de direction de l’Institut français de Berlin », à l’instar des comités qui exis­taient déjà pour les instituts plus anciens de Prague et de Varsovie par exemple. Pour les Affaires étrangères françaises, la Maison académique n’était ainsi clairement qu’un début, motivé par la nécessité d’adopter une politique de prudence. Mais l’exemple du Centre d’études françaises fondé à Vienne en 1926, lui aussi à l’origine simple foyer pour boursiers du gouver­nement français, devait démontrer, par sa transformation progressive en Institut français dans cette même année 1930-1931, que la modestie des débuts n’était absolument pas un frein mais permettait de se donner le temps de bien se faire adopter quand le climat politique était difficile5.

  • 6 CARAN AJ70/29.
  • 7 CARAN AJ16/6945, « Patronage de l’Université de Paris 1931. Extrait du procès-verbal du Conseil de (...)

9L’organe décisionnel qu’était le Comité de direction de l’Institut français de Berlin se réunit pour la première fois le 24 mai 1930 afin de sélectionner la première promotion de pensionnaires6. Il se réunira ensuite régulièrement deux fois par an, pour la sélection des candidats et pour entendre le rapport du directeur. En 1931, le Comité de direction comprenait trois recteurs, celui de Paris, bien sûr, mais aussi ceux de Lille et de Dijon, tous deux impliqués dans des échanges de lycéens ; des représentants de l’Instruction publique, de l’Office national des Universités, du Service des œuvres du ministère des Affaires étrangères ; enfin les professeurs Paul Langevin, Jean Perrin, Antoine Meillet, Henri Lichtenberger, Edmond Vermeil, Charles Rist, Regaud et Pelliot qui représentaient les différentes disciplines de l’Univer­sité : physique, lettres classiques, germanistique, droit, médecine7. Comme tous les Instituts français, la Maison académique relevait à la fois du ministère des Affaires étrangères et de l’Instruction publique. Le ministère des Affaires étrangères assurait le financement mais demandait à l’Univer­sité de Paris de patronner le nouvel établissement. Ce patronage fut accordé par le Conseil de l’Université de Paris dès le 30 novembre 1931, mais l’Institut n’en fit ostensiblement usage qu’à partir d’octobre 1938, quand les relations universitaires et culturelles entre la France et le Reich prirent, du fait de l’Anschluss, une acuité dangereuse.

  • 8 La seule étude consacrée à Oswald Hesnard est due à Jacques Bariéty : « Un artisan mé­connu des rel (...)
  • 9  Oswald Hesnard : Les partis politiques en Allemagne, Collection : Le nouveau monde politique, écon (...)
  • 10  Oswald Hesnard : Friedrich Theodor Vischer : étude bibliographique, Collection « His­toire des gra (...)

10Le directeur retenu par le Comité de direction fut Oswald édouard Hesnard8. Il ne semble pas qu’il y ait eu d’autres candidats. Né à Pontivy dans le Morbihan en 1877, mort à Grenoble en 1936, Hesnard fut reçu à l’agrégation d’allemand en 1903, la même année qu’Ernest Tonnelat. Il vivait presque sans discontinuité en Allemagne depuis 1919, et de par son amitié avec Aristide Briand, jouait un rôle d’éminence grise des relations franco-allemandes, servant notamment d’interprète à Briand lors de ses entretiens avec Gustav Stresemann à Thoiry et à Locarno. Son intérêt pour la politique avait toujours été marqué : dès 1923, il publiait un essai de 250 pages sur Les partis politiques en Allemagne, avec un avant-propos de Henri Lichtenberger9. Comme universitaire, il avait publié en 1921 à Paris une étude bibliographique sur le théologien protestant Friedrich Theodor Vischer10. Il avait également été recteur de l’académie de Dijon. Au moment de sa nomination comme directeur, il était officiellement attaché de presse à l’Ambassade de France à Berlin. L’écrivain Roger Martin du Gard, qui fut en novembre 1932 l’un de ces Français de passage invités à dîner à la Maison académique, nous en a laissé dans son Journal ce portrait ambigu :

  • 11  Roger Martin du Gard : Journal, tome II (1919-1936), Paris 1993, p. 990. Oswald Hesnard faisait ma (...)

« Le professeur Hesnard, quarante-cinq ans, net, moulé dans un complet gris impeccable, joli homme, portant beau, s’efforçant de n’être pas du tout professeur. Fort intelligent d’ailleurs et prodigieusement documenté. […] Cordial, très aimable ; franchise d’officier. Quelque chose de dur et d’habile, de supérieur aussi, qui est gefährlich, un peu. »11

11Ses nouvelles fonctions de direction ne retiendront pas davantage Hesnard à Berlin : il était souvent en déplacement, répondait peu au cour­rier. C’était un directeur par intermittence, qui venait essentiellement pour régler les factures, et pour lequel les fluctuations du mark représentaient un véritable cauchemar.

1.2. Les moyens de la réussite

12L’investissement financier fut considérable de la part du gouvernement français. La Maison académique était une vitrine qui devait réussir. Dès le départ existait une volonté affichée de respectabilité, de représentation, per­ceptible jusque dans le train de vie de la Maison. Les Affaires étrangères assuraient seules la charge financière de la Maison académique. Lors du vote des crédits du ministère des Affaires étrangères en décembre 1929, le rapporteur de la Commission des finances à la Chambre des députés se montra très généreux envers le futur « Institut français », puisque il aug­menta la subvention demandée de 60 %, la portant à 800 000 francs. Cette somme fut reconduite pour 1931 et 1932 (chapitre des œuvres françaises en Europe). Sur cette subvention de 800 000 francs était prélevé à partir du 1er mai 1931 le traitement du directeur. À cette somme déjà fort élevée, Aristide Briand ajouta une allocation annuelle de 200 000 francs prélevée sur les fonds spéciaux des Affaires étrangères. En outre, des rallonges sous forme de subventions spéciales furent assez généreusement accordées : la Commis­sion de répartition des fonds des jeux attribua 100 000 francs à l’Institut français le 6 novembre 1930 ; le fonds des écoles reversa 100 000 francs au dernier trimestre de 1931. La Maison académique obtint donc les moyens financiers nécessaires à sa mise en route.

  • 12  En 1937, grâce aux crédits débloqués par le Front populaire pour l’action culturelle à l’étranger, (...)
  • 13 Pierre Bertaux : lettre du 22 février 1932, p. 331.

13Le local retenu était représentatif de ce désir de respectabilité : c’était une grande maison bourgeoise, située Landhausstraße 14-15, dans le quartier de Wilmersdorf, un peu loin du centre, mais proche des instituts scientifiques de Dahlem. Ce fut l’adresse de la Maison académique, puis de l’Institut français, jusqu’en 193712. Le bail de cinq ans, signé au nom du gouverne­ment français par l’ambassadeur Pierre de Margerie le 20 mai 1930, prit effet au 1er août. La maison, une grande villa avec garages, jardin et serres, pouvait abriter sept à huit pensionnaires, plus quelques hôtes de passage. Mais elle était trop petite pour abriter le logement de fonction du directeur. Si le caractère représentatif de la villa fut essentiel dans son choix – elle est « assez luxueuse d’aspect » selon Pierre Bertaux13 qui la découvrit en 1932 – il n’est pas sûr qu’elle ait été parfaitement adaptée pour servir de pensionnat : les chambres, bien que luxueusement meublées – Bertaux décrit celle d’Aron comme celle d’un notable (« une chambre de Oberbürger­meister » dit-il en français dans le texte) – devenaient très petites quand il fallait y loger deux pensionnaires à la fois. Les pensionnaires mariés étaient donc systématiquement logés en ville.

  • 14 Pierre Bertaux : lettre du samedi 26 novembre 1932, p. 340.

14La nombreuse domesticité faisait également partie du caractère repré­sentatif de la villa. En tout, sept personnes à temps plein étaient employées par la Maison (une économe, Mme Bernstein, que Bertaux qualifia ironi­quement de « tenancière », un couple de jardiniers, une cuisinière et trois bonnes)14. Des femmes à tout faire étaient également embauchées à la journée.

2. Premier bilan et perspectives

2.1. Bilan des trois premières années de fonctionnement de la Maison académique

  • 1 CARAN AJ70/30.

15L’une des premières fonctions de la Maison académique était d’être une maison hospitalière : les pensionnaires étaient encouragés à inviter des per­sonnalités au déjeuner du dimanche ou plus simplement à dîner. L’article 9 du « Règlement de l’Institut français de Berlin », élaboré en mai 1933, les invitait à « jouer un rôle aussi généreux que possible dans les échanges intel­lectuels qui intéressent les deux pays », tout en leur recommandant de « s’abstenir de toute activité qui pourrait s’interpréter comme une intrusion dans la politique intérieure du pays dont ils sont les hôtes »1. On sait que, côté français, Pierre Bertaux et Roger Matin du Gard y furent conviés. Mal­heureusement, il semble qu’aucune liste, aucun Livre d’or, n’aient été tenus.

16En ce qui concerne l’activité d’internat, le cadre retenu de la République de Weimar ne permet d’examiner que trois promotions de pensionnaires seulement sur les neuf qui se succédèrent jusqu’à la guerre. Au total, 25 jeunes chercheurs profitèrent de la Maison académique durant ces trois ans : 8 en 1930-1931 ; 10 en 1931-1932 ; 11 en 1932-1933. Mais ces chiffres en progression sont trompeurs : tous n’habitaient pas la villa ou Berlin, même si tous recevaient une allocation d’études. Les capacités d’accueil de la Maison n’étaient pas extensibles.

17Si l’on se livre à une petite étude sociologique en fonction de leurs âge, sexe, niveau d’études, origine géographique, on constate que ce sont essen­tiellement des hommes, mais il y eut tout de même deux femmes, toutes deux agrégées, l’une de lettres, l’autre de mathématiques. L’une était venue par intérêt véritable, l’autre avait suivi son mari comme boursière-adjointe. Les pensionnaires sont tous agrégés quand l’agrégation existe dans leur discipline, ont entre 25 et 30 ans, et préparent tous une thèse. Sur ces trois promotions, les germanistes sont en tête, avec cinq représentants : Gérard Jouve, René Montigny, Roger Ayrault, René Cannac, Eugène Susini. Ils sont talonnés de près par les historiens-géographes, au nombre de quatre : Morchipont, Henri Brunschwig, François-Georges Pariset et Philippe Dollinger. Les mathématiciens, les physiciens et les philosophes sont chacun au nombre de trois. Viennent ensuite deux juristes et deux agrégés de lettres, et enfin un linguiste, un médecin et un « indianiste ». Les meilleurs d’entre eux bénéficièrent d’un renouvellement pour une deuxième année, car le Comité de direction considérait que la première année servait surtout à se perfectionner en allemand et à se familiariser avec les bibliographies.

18La plupart venaient des universités parisiennes, mais il faut nuancer, car cela dépendait en fait de la discipline des candidats : en droit, l’université de Lyon envoyait presque autant de candidats que Paris. Il est cependant indé­niable que les normaliens ou anciens normaliens dominaient. Cette tendance fut encore accentuée dès la troisième promotion par l’affectation quasi systé­matique à la Maison académique de jeunes normaliens accomplissant là leur année d’études à l’étranger, tels les philosophes Jean Arnaud et Pierre Bertrand. Du fait des changements politiques en Allemagne, la direction de l’ENS préférait savoir ses élèves sous la protection de la Maison acadé­mique.

  • 2 Jean-Paul Sartre : Les carnets de la drôle de guerre, Paris 1983 (réédition), p. 100.
  • 3 Selon son propre témoignage, paru dans Le Spectateur engagé, entretiens de Raymond Aron avec J.-L. (...)

19Que retirèrent tous ces jeunes Français de leur séjour à Berlin ? L’un d’entre eux répondra ultérieurement par la provocation : « J’eus des va­cances d’un an à Berlin, j’y retrouvai l’irresponsabilité de la jeunesse […] »2. à 28 ans, Jean-Paul Sartre avait en effet vécu presque une année à Berlin, déchiffrant Husserl, se procurant les ouvrages de Heidegger qu’il lirait quelques années plus tard de retour à Paris. En fait, par « vacances », il faut comprendre l’absence de contraintes matérielles comme donner un enseignement, et le fait d’être comme à l’hôtel, nourri, logé, blanchi, libre de mener une vie intellectuelle à 100%. À en croire les rapports individuels rédigés par le deuxième directeur sur chacun de ses pensionnaires, ceux-ci travaillent plutôt beaucoup. Ils fréquentaient les laboratoires scientifiques de Dahlem, ou, pour les littéraires, la Staatsbibliothek pour leurs recherches et les séminaires de l’Université. L’historien Henri Brunschwig dépouilla ainsi durant deux ans la documentation qui lui servit à écrire sa thèse La crise de l’état prussien à la fin du xviiie siècle et la genèse de la mentalité roman­tique ; Raymond Aron rassemblait les éléments de sa future thèse, L’Intro­duction à la Philosophie de l’histoire, qu’il soutiendra en 19383. Il publia également en 1935, peu après son retour en France, La Sociologie allemande contemporaine, dans laquelle se révélait son admiration pour Max Weber. Le juriste lyonnais Bongras étudiait « les théories monétaires allemandes ». Ils s’imprégnaient aussi de l’intense vie culturelle et intellectuelle du Berlin de l’époque, et pour certains d’entre eux comme Aron, s’éveillaient à la politique par la confrontation avec le nazisme. L’histoire de leurs contacts et réseaux berlinois reste cependant largement à écrire.

20Les « boursiers de vacances », affectés pour une courte période variant de quinze jours à deux mois, sont, quant à eux, encore plus difficiles à cerner que les pensionnaires, car leurs nominations s’effectuaient souvent en dehors de toute réunion du Comité. Les premières années, eux aussi rece­vaient une allocation mensuelle en plus du logement. À l’été 1931, seule la présence de Pascal Copeau, le fils du célèbre metteur en scène parisien de l’entre-deux-guerres, est attestée. Titulaire d’une triple licence de lettres, d’histoire et de droit, diplômé de l’école des Sciences politiques, il séjournait à Berlin dans l’espoir de se lancer dans le journalisme. Pendant l’été 1932, quatre boursiers de vacances séjournèrent à la Maison acadé­mique : le germaniste Louis Sauzin, l’historien Georges Dumézil pendant deux mois et demi, les doctorants en droit Jean-Jacques Grumbach et Jean Vincent pendant deux mois. Pour eux aussi, la règle de l’excellence pré­valait.

2.2. Le tournant de 1932-1933

21La mort de Stresemann en 1929, la nomination d’André François-Poncet comme ambassadeur à Berlin à partir de 1931, la maladie de Briand puis son décès en 1932 signifièrent l’heure du départ pour Oswald Hesnard. La disparition de ses interlocuteurs ôtait en effet tout sens à sa présence à Berlin. Il se heurtait en outre à l’inflexibilité d’André François-Poncet qui tenait à son rôle de patron et refusait de se laisser doubler par lui. Hesnard, ancien recteur de Dijon, fut donc promu recteur de l’Académie de Grenoble.

  • 4 Paradoxalement car Hesnard lui-même avait fait partie en 1919 d’une Mission officielle à Berlin. Ma (...)
  • 5  Mais Lichtenberger lui même admit rapidement que Boucher, devant quitter prochaine­ment l’enseigne (...)
  • 6 Henri Jourdan, ancien élève de l’École normale supérieure (promotion 1921, en même temps qu’André R (...)
  • 7 Cf. Fernand Pila, lettre du 24 décembre 1932, AMAE, ADN, C57.
  • 8  Entretien du 9 février 1991 de l’auteur avec H. Jourdan.

22Pour lui succéder, quatre candidats étaient sur les rangs, mais deux furent éliminés rapidement, Ravault et Robinet de Cléry. Leur tort était d’avoir appartenu, comme beaucoup de germanistes de leur génération pour lesquels cela représentait une opportunité de carrière au lendemain de la guerre, à une Commission de contrôle militaire. C’est paradoxalement Hesnard qui insis­tait sur ce critère qu’il désignait du nom d’apolitisme4 : il favorisait ainsi la candidature de son poulain, Henri Jourdan (1901-1993), que son jeune âge puis une longue maladie avaient empêché de servir. Il ne restait donc plus, face à Jourdan, que la candidature de Maurice Boucher (1885-1977), un rival de poids : brillant germaniste, musicien, et surtout disciple d’Henri Lichtenberger5. S’affrontaient donc un homme mûr de 45 ans et un jeune homme de 32 ans presque inconnu du monde parisien, mais qui s’était personnellement très engagé dans les relations franco-allemandes depuis 1925, notamment dans les échanges de jeunes6. En effet, jeune boursier à Berlin, Jourdan avait aidé le Dr Schwarz, alors « Inspecteur des Écoles de la Ville de Berlin »7, à mettre sur pied les premiers échanges entre Berlin et l’académie de Lille. Il avait aussi, de sa propre initiative, pris contact avec les directeurs de lycées du Grand-Berlin afin d’organiser des causeries en français pour les élèves des grandes classes, causeries auxquelles assistaient le directeur et les professeurs8. Outre ses qualités humaines, c’était cet engagement personnel dans les rencontres franco-allemandes de jeunes qui allait constituer l’élément déterminant de son choix à la tête de l’Institut. Henri Jourdan était également très engagé dans la Deutsch-Französische Gesellschaft d’Otto Grautoff pour laquelle il fit plusieurs conférences.

23Mais au final, c’est l’argument économique qui au sein du Comité de direction balaya les dernières réticences à ne pas retenir Maurice Boucher : plus âgé que Jourdan, chargé de famille, son traitement aurait été trop lourd pour les finances de l’Institut français, rattrapé par la crise budgétaire en France. Jourdan fut donc nommé administrateur à l’essai pour une durée d’un an, mais fut ensuite renouvelé régulièrement jusqu’à la guerre avec le titre de directeur.

24À nouveau directeur, nouvelle politique : plus jeune et totalement investi dans sa mission de direction, Henri Jourdan chercha à transformer immé­diatement la Maison académique en véritable Institut, tout en conservant bien entendu l’activité d’hébergement. Cette volonté évidente de développe­ment des activités était proclamée dès la mi-avril 1933 par l’émission d’un nouveau papier à lettres portant comme en-tête « Institut français », « Admi­nistrateur : Henri Jourdan ». L’une de ses premières initiatives fut d’embau­cher une secrétaire pour ouvrir un bureau de renseignements chargé de recevoir le public et de répondre aux demandes les plus diverses émanant de la population allemande. Il organisa immédiatement des cours de conver­sations gratuits en direction des lycéens, chapeautés par l’Institut en utilisant les pensionnaires comme personnel enseignant. Mais l’Institut ne se trans­forma néanmoins jamais en véritable centre d’enseignement, contrairement à son aîné de Prague, car son public fut toujours scolaire et jamais composé d’adultes. La stratégie consistait à apporter sa collaboration et son appui technique là où cela paraissait être souhaité, sans jamais s’imposer. C’est ainsi que Jourdan réussit encore à obtenir l’accord du professeur Eduard Wechssler et des autorités universitaires pour que les pensionnaires et lui-même viennent donner à partir de 1935-1936 un cycle de conférences fran­çaises par semestre au Séminaire d’études romanes de Berlin. Les sujets abordés devaient s’accorder avec les thèmes des enseignements du Sémi­naire roman tout en apportant un point de vue « français ». Cette concession, qui apportait une satisfaction d’amour-propre aux autorités françaises, ne portait pas à conséquence pour les autorités allemandes, car les Français parlaient sous le contrôle de Wechssler ou de Gamillscheg, et devant un public étudiant devenu très restreint depuis l’arrivée au pouvoir des nazis.

25Contrairement à son prédécesseur Hesnard qui était officiellement « atta­ché de presse », Jourdan obtint dès avril 1933 le titre « d’attaché culturel » sur demande pressante de l’ambassadeur André François-Poncet. Il fut l’un des premiers à jouir de ce titre nouvellement créé. Cela lui permit de se consacrer à sa mission d’inspection universitaire auprès des lecteurs et assistants d’échange pour le compte de l’Office national des universités et écoles françaises. Ce titre aurait pu lui permettre aussi de jouer un rôle de conseiller pédagogique auprès des enseignants de français en Allemagne, mais l’Institut se garda bien d’envisager une telle initiative qui aurait été immanquablement perçue comme une ingérence dans les affaires intérieures allemandes. D’ailleurs, même en Tchécoslovaquie, pays ami de la France, où cette activité de conseil pédagogique était exercée par l’Institut français de Prague, ce sentiment d’ingérence était présent. L’initiative d’une activité de conseil pédagogique en direction des enseignants de français du secon­daire aurait également vite posé le délicat problème de la réciprocité. Les universitaires restèrent donc les interlocuteurs privilégiés de l’Institut.

26La bibliothèque de travail des pensionnaires, qui comptait 4000 volumes dès la première année d’existence de la Maison, occupait une bibliothécaire à plein temps en 1938. Mais les prêts conservaient un caractère privé.

27Enfin, dans le domaine des manifestations culturelles et de prestige, l’Institut se mit progressivement à organiser des « matinées ». Leur organi­sation était facilitée par les connaissances musicales de Jourdan : excellent pianiste, il était en mesure d’accompagner les chanteurs se produisant à l’Institut et de retenir, parmi le flot de candidatures proposées par l’Asso­ciation française d’Expansion et d’échanges artistiques, celles les plus à même de plaire ou de surprendre agréablement le public allemand. Des conférences littéraires étaient également données dans le cadre de ces mati­nées qui connaissaient un grand succès.

28En résumé, que ce soit en tant que Maison académique ou en tant qu’Institut français, ce petit bout de France qu’était la Maison/Institut ne renonça jamais au caractère privé de ses activités : malgré une évidente volonté d’ouverture vis-à-vis de la population allemande, la crainte per­manente de l’incident diplomatique (et donc de la suppression éventuelle de la Maison/Institut) faisait que le public n’était admis qu’après avoir été pré­senté au directeur ou sur invitation. Ce n’était ni un établissement ouvert à un public payant, ni un club car il n’y avait pas de membres, c’était le prolongement de l’ambassade. L’option initiale volontairement restreinte de 1930, celle de la Maison académique, c’est-à-dire d’une institution destinée aux Français et non aux Allemands, se révélait payante dans un environ­nement hostile, puisque la prise du pouvoir par les nazis ne compromit pas les activités de l’Institut, tout au contraire : ses visiteurs étaient simplement des hôtes de la France, flattés d’y être invités, flattés d’appartenir ainsi à une élite, et ce quelles que soient leurs convictions politiques.

Notes

1  En 1930, il existait en Europe des établissements culturels français à Athènes, Rome, Florence, Londres, Madrid, Prague, Zagreb, Ljubljana, Sofia, Bucarest, Naples, Palerme, Barcelone, Belgrade, Varsovie et Vienne. L’Institut français de Saint-Petersbourg avait fermé ses portes avec la Révolution russe.

2  Elle prendra son nom actuel Humboldt-Universität en 1949.

3 Précisons tout de suite que les deux appellations concurrentes recouvraient des réalités en principe différentes : le titre de « Maison académique française » mettait en effet l’accent sur l’activité d’hébergement pour un an de jeunes universitaires français boursiers de leur gouvernement, les « pensionnaires », tandis que le terme d’« Institut Français » regroupait les activités traditionnelles d’un centre culturel telles que l’enseignement de la langue et de la civilisation, la tenue de manifestations de prestige, etc. Ainsi que nous le verrons en conclusion, ce second pan d’activités ne pourra être développé à l’époque de la République de Weimar.

4  Sur cette période 1930-1933, il n’existe pratiquement aucun document interne en pro­venance de la Maison académique, son premier directeur étant un politique et non un administratif. Les documents sur lesquels se fonde cette contribution sont donc les docu­ments en possession des autorités de tutelle, ministère des Affaires étrangères (documents conservés aux Archives diplomatiques à Nantes, abrégé en AMAE, ADN) et de l’Instruc­tion publique (fonds AJ des Archives nationales, abrégé en CARAN), complétés par quelques témoignages issus de mémoires et de journaux intimes.

1 Cf. Dieter Tiemann : Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn 1989.

2 Extrait de la Neue Leipziger Zeitung du 1er février 1930, cité dans la traduction française du consul général de France à Dresde et Leipzig. AMAE, ADN, B463.

3 Citation extraite de l’article commun à la Neue Berliner Zeitung et à Das 12-Uhr-Blatt du 29 janvier 1930 (traduite par nous). En caractères gras dans l’original. Il s’agit de quotidiens de la presse populaire à sensation. AMAE, ADN, B463.

4  Par exemple Pierre Bertaux dans une lettre à ses parents datée du 22 février 1932, in : Bertaux, Pierre : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, PIA, Asnières 2001, p. 332.

5  Cf. ma thèse : Bosquelle, Dominique : L’Allemagne au cœur de la politique culturelle de la France en Europe centrale et nordique dans l’entre-deux-guerres. Thèse, Aix-Marseille I, 2001, p. 368-409.

6 CARAN AJ70/29.

7 CARAN AJ16/6945, « Patronage de l’Université de Paris 1931. Extrait du procès-verbal du Conseil de l’Université du 30 novembre 1931 ».

8 La seule étude consacrée à Oswald Hesnard est due à Jacques Bariéty : « Un artisan mé­connu des relations franco-allemandes : le professeur Oswald Hesnard, 1877-1936 », in : Media in Francia…, Recueil de mélanges offert à Karl Ferdinand Werner, Montpellier 1989. Un site internet consacré à Oswald Hesnard existe également (en septembre 2003) : www.bernard.hesnard.free.fr.). Il reproduit notamment certains documents officiels (passe­port, photos, …) mais les documents non scannés n’ont pas été retranscrits selon les règles en vigueur chez les historiens. Il s’agit d’un site personnel émanant de la famille.

9  Oswald Hesnard : Les partis politiques en Allemagne, Collection : Le nouveau monde politique, économique et social : enquêtes du Musée social, Paris 1923.

10  Oswald Hesnard : Friedrich Theodor Vischer : étude bibliographique, Collection « His­toire des grands philosophes », Paris 1921.

11  Roger Martin du Gard : Journal, tome II (1919-1936), Paris 1993, p. 990. Oswald Hesnard faisait manifestement plus jeune que son âge : il avait en fait 55 ans, et non 45 comme le pensait Roger Martin du Gard.

12  En 1937, grâce aux crédits débloqués par le Front populaire pour l’action culturelle à l’étranger, l’Institut français et la Maison académique purent emménager dans des locaux plus grands, une ancienne clinique située en face du Zoologischer Garten, Budapester­straße 25-27, à l’emplacement de l’actuel hôtel Schweizer Hof.

13 Pierre Bertaux : lettre du 22 février 1932, p. 331.

14 Pierre Bertaux : lettre du samedi 26 novembre 1932, p. 340.

1 CARAN AJ70/30.

2 Jean-Paul Sartre : Les carnets de la drôle de guerre, Paris 1983 (réédition), p. 100.

3 Selon son propre témoignage, paru dans Le Spectateur engagé, entretiens de Raymond Aron avec J.-L. Missika et D. Wolton, Paris 1981.

4 Paradoxalement car Hesnard lui-même avait fait partie en 1919 d’une Mission officielle à Berlin. Mais selon Roger Martin du Gard, Hesnard avait, avant les élections de 1932, été le seul Français à Berlin à lui pronostiquer l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Peut-être était-ce cette crainte qui faisait insister Hesnard sur « l’apolitisme » d’un homme « neuf », pur technicien des relations universitaires.

5  Mais Lichtenberger lui même admit rapidement que Boucher, devant quitter prochaine­ment l’enseignement secondaire pour occuper une chaire d’université, la nomination à Berlin représenterait pour lui davantage un handicap qu’une promotion.

6 Henri Jourdan, ancien élève de l’École normale supérieure (promotion 1921, en même temps qu’André Robert et Robert Minder), était agrégé de philosophie. Au moment de sa nomination à Berlin, Jourdan résidait depuis sept ans déjà en Allemagne. Il était bien introduit dans les milieux universitaires de Heidelberg et de Bonn, pour avoir été lecteur auprès du romaniste Ernst Robert Curtius à Heidelberg de 1925 à 1928, puis à Bonn de 1930 à 1932. Jourdan est l’auteur de la traduction en français du Balzac de Curtius.

En 1928-29, Henri Jourdan alors sans poste, mais désireux de rester en Allemagne, avait bénéficié, en même temps qu’Eugène Susini, d’une des deux bourses décernées par l’Uni­versité de Paris. La même année, il avait pu, du fait de la pénurie de candidats, cumuler cette bourse avec l’une des six bourses décernées par le gouvernement allemand. CARAN AJ70/29, « Compte rendu de la réunion du 10 novembre 1928 pour l’attribution des bourses 1928-1929 ».

Mais l’engagement de Jourdan en faveur de l’Allemagne serait même encore antérieur à ce long séjour en Allemagne. Selon Lionel Richard qui tient ce renseignement de Minder lui-même, Jourdan aurait été avec Robert Minder et Georges Friedmann l’un des cofondateurs en 1923 du « groupe d’information sur les pays étrangers » à l’École normale supérieure. Ce groupe invita pendant trois ans des écrivains de langue allemande pour des conférences (Kurt Tucholsky, Thomas Mann, Hugo von Hofmannsthal, etc.) et établit des contacts avec des universitaires allemands comme le romaniste Ernst Robert Curtius et le sociologue Arnold Bergsträsser. Cf. Lionel Richard : « Aspect des relations intellectuelles… », in : Jacques  Bariéty/ Alfred  Guth/ Jean-Marie Valentin (éds) : La France et l’Allemagne entre les deux guerres mondiales, Nancy 1987, p. 117.

Dans un entretien accordé le 31 octobre 1990, Jourdan était d’avis que le fait de connaître Curtius avait été décisif pour son embauche comme lecteur auprès de celui-ci à l’université de Heidelberg en 1925. Mais il affirmait avoir fait la connaissance de Curtius aux décades de Pontigny.

7 Cf. Fernand Pila, lettre du 24 décembre 1932, AMAE, ADN, C57.

8  Entretien du 9 février 1991 de l’auteur avec H. Jourdan.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540