Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

Professeurs et étudiants

L’ONUEF face à l’Allemagne : du rejet à la séduction (1910-1939)

Johann Chapoutot

Texte intégral

  • 1 Le statut juridique de l’ONUEF est sui generis. En droit, c’est une association loi 1901 dotée de f (...)

1C’est dans une France toute bruissante de désirs de revanche que fut fondée en 1910 une association1 qui devait prendre en charge l’accueil, dans les universités françaises, de jeunes étudiants étrangers.

2L’« Office national des universités et écoles françaises » (ONUEF) devait ainsi remplir une mission politique : il s’agissait, en attirant les élites étrangères, d’assurer, à long terme, le rayonnement de la France, de ses lettres, de ses sciences et de ses arts. Une fois revenues au pays, ces jeunes élites, appelées à exercer, dans des domaines divers, des fonctions de direction, répandraient tout naturellement la bonne parole française et constitueraient une clientèle de tout premier choix.

  • 2 Sur la fascination exercée par l’Université allemande sur les élites françaises, cf. Claude Digeon, (...)

3Mais, en 1910, la création de l’ONUEF répond à un sentiment d’urgence. L’Office est conçu comme une arme dirigée contre l’Université allemande et son dynamisme expansionniste. La France, qui se considère, au moins depuis la Révolution française, comme porteuse d’un message universel, se voit concurrencée sur le plan universitaire par l’attractivité d’un Empire allemand dont la recherche se trouve à la pointe du progrès tant dans les sciences dures que dans les sciences humaines2. En 1910, alors que les tensions diploma­tiques entre le Reich et la République ne cessent de s’aggraver, des parle­mentaires et des universitaires français décident de capter et de diriger vers la France les flux d’étudiants attirés par l’Allemagne.

4Tout au long de son existence, l’ONUEF garde l’Allemagne en ligne de mire et considère sa mission comme un combat. C’est une inspiration guer­rière qui porte l’Office sur les fonts baptismaux, et la métaphore belliciste structure une grande partie du discours de ses responsables avant comme après la Première Guerre mondiale.

5En 1919 naît en France une pratique inédite : les échanges universitaires. Alors que, avant 1914, on concevait les relations avec l’étranger comme un jeu à somme nulle, un échange inégal, destiné à asseoir l’influence d’un pays sur un autre, l’après-guerre veut fonder l’harmonie et l’amitié entre les peuples sur des échanges paritaires et réciproques, garants d’une bonne intelligence entre les jeunes générations. De jeunes Américains, de jeunes Britanniques sont ainsi accueillis en France, tandis que de jeunes Français vont parfaire leur anglais outre-mer.

6Ces échanges, c’est l’ONUEF qui les gère et les organise. Cédant à un optimisme tout wilsonien, le directeur de l’ONUEF, Charles Petit-Dutaillis, déclare en 1919 qu’il ne s’agit ni plus ni moins que

  • 3 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 11 juin 1919, Re (...)

« de garantir la paix internationale et la civilisation, de fonder la ligne des intelligences ».3

7Cette ligne, cependant, ne franchit pas encore celle des Vosges. Les échanges universitaires concernent, pour l’ONUEF, les anciens alliés et eux seuls.

  • 4 Cf. Jean-Jacques Becker, Le Traité de Versailles, Paris.
  • 5 Aristide Briand, discours tenu à la SDN le 10 septembre 1926, cité dans Olivier Wieviorka, Christop (...)

8L’Allemagne, l’ennemie héréditaire en est catégoriquement exclue, et ce pour dix ans encore. L’Allemagne, mise au ban des nations par la volonté de la France à Versailles4, n’est pas un partenaire de dialogue, et toute relation avec elle semble inconcevable. Elle reste l’ennemie de toujours, désormais exécrée et maudite par une terre de France « encore presque humide du sang des morts »5. L’obstacle aux relations avec l’Allemagne est d’ordre moral, presque sacral. Renouer avec l’ennemi reviendrait à trahir les millions de morts au champ d’honneur: Charles Petit-Dutaillis évoque ainsi, dès 1918,

  • 6 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’ONUEF, Assemblée générale du 15 avril 1918, Re (...)

« l’impossibilité morale où nous serons, au lendemain de la guerre, d’envoyer nos fils étudier l’allemand en Allemagne même »6.

9Cette possibilité, pourtant, est suggérée par le gouvernement Briand qui tente, dès 1922, un rapprochement avec l’Allemagne lors de la conférence de Cannes. Le ministre de l’Instruction publique, Léon Bérard, le propose ainsi, le 23 janvier 1922, à l’Assemblée Générale de l’ONUEF. Il se heurte à une levée de boucliers. Un des membres du conseil d’administration, le recteur Varet, rappelle avec indignation que

  • 7 Assemblée générale du 23 janvier 1922, Registre des délibérations, 1920-1923, AN 70 AJ 3.

« actuellement, les étudiants français sont les fils ou les frères de ceux qui sont tombés dans la mêlée ».7 

10La mémoire, encore à vif, des combats et l’intensité du deuil ne sont pas les seuls obstacles mis en avant. C’est la sécurité même des étudiants allemands en France qui ne peut être garantie. Charles Petit-Dutaillis, foncièrement hostile à la création d’échanges franco-allemands, se souvient avoir reçu, alors qu’il était encore recteur à Grenoble en 1914, des lettres de menace contre les étudiants allemands, avertissant entre autres :

  • 8 Ibidem.

« Si ces gens-là reviennent à Grenoble après la guerre, ils ne retourneront jamais dans leur pays ».8

11La tentative politique de 1922 reste sans lendemain. Le ministère Briand, désavoué par Millerand après Cannes, cède ses maroquins à un cabinet Poincaré, qui adopte une ligne d’extrême fermeté au sujet des Réparations. Les échanges franco-allemands, au moment où les troupes françaises prennent position dans la Ruhr, ne sont plus à l’ordre du jour.

12Le retour aux affaires de Briand, en 1924, n’y change rien. Les relations franco-allemandes ont beau s’améliorer, le monde universitaire français demeure un bastion de résistance à toute réconciliation, et l’ONUEF fait office de verrou. Alors que Briand et Stresemann signent les accords de Locarno, alors que le ministre de l’Instruction publique, Anatole de Monzie, se rend à Berlin, l’ONUEF déploie un tir de barrage. Son directeur assure en 1925

  • 9  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 22 mars 1925, R (...)

« [qu’]il ne saurait être question avant bien longtemps que les étudiants allemands reparaissent en nombre dans nos Universités ».9

13La pudeur, l’obstacle moral, le risque d’incidents sont évoqués, comme en 1922. La question allemande reste brouillée par la rancœur et la mémoire des morts. En 1927 encore, le directeur de l’ONUEF évoque en conseil de direction la

  • 10  Charles Petit-Dutaillis, Conseil de direction du 26 novembre 1979, Registre des délibé­rations, 19 (...)

« difficulté qu’il y a encore à traiter de sang-froid des questions pareilles ».10

14L’Allemagne, de son côté, donne des signes de bonne volonté. La politique d’apaisement et de normalisation de Stresemann inspire la création, en 1924, du DAAD, une structure opérationnelle d’organisation des échanges, toute prête à coopérer avec l’ONUEF. Ces espoirs déçus conduisent le ministre prussien de l’éducation, Carl Heinrich Becker, à publier en 1927 un article amer, dans la revue Nord und Süd :

  • 11  Carl Heinrich Becker, ministre de l’éducation de Prusse, « Les relations intellectuelles franco-al (...)

« C’est dans les milieux universitaires … que se trouve la résistance, qui produit à l’intérieur la tendance réactionnaire, à l’extérieur l’hostilité à toute réconciliation ».11

15Cette résistance sera vaincue, en 1928, par le Quai d’Orsay, qui assure la plus grande part de la dotation budgétaire de l’ONUEF. Un bureau des échanges avec l’Allemagne est créé, tandis que Charles Petit-Dutaillis multi­plie les réserves et fait part de ses réticences au ministère et au conseil d’administration :

  • 12  Charles Petit-Dutaillis, Conseil de direction du 28 février 1928, Registre des délibéra­tions, AN (...)
  • 13  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 30 mars 1928, R (...)

« C’est pour l’Office une tâche un peu pénible 12 [que de traiter cette] question très importante, très grave, que nous avons étudiée ici, on voudra bien nous croire, avec le sentiment profond de nos responsabilités ».13

16Le recours à la circonlocution est révélateur : Petit-Dutaillis parle de l’Allemagne en multipliant ambages et précautions, comme si le fait même de la nommer et d’évoquer une possible normalisation des relations avec ce pays était sacrilège.

17L’ONUEF se lance dans l’entreprise avec une évidente mauvaise volonté. L’Office ne fait que se soumettre aux impératifs d’une politique étrangère qu’il désapprouve, mais auxquels, stoïque, il se plie. Si le cœur, l’émotion et le souvenir parlent contre l’Allemagne et pleurent les morts, c’est bien la raison, une raison froide, qui doit se résigner à appliquer la politique de Briand. Petit-Dutaillis précise sans détours

  • 14  Charles Petit-Dutaillis, Conseil de direction du 28 février 1928, Registre des délibéra­tions, 192 (...)

« [qu’]il ne peut s’agir de nouer présentement des relations d’amitié entre familles allemandes et françaises, mais de rétablir des relations scienti­fiques ».14

18Historien positiviste, Petit-Dutaillis en appelle à une froide et rationnelle résignation. Le cœur doit se taire pour renouer le dialogue :

  • 15  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 30 mars 1928, R (...)

« On ne pourra éviter la ruine totale de l’Europe que par l’abnégation personnelle, l’acceptation des faits, regardés sous la froide lumière de la raison ».15

19Il insiste en ajoutant :

  • 16 Ibidem.

« Pour nous garantir de l’obsession de souvenirs amers […], c’est l’esprit scientifique que nous devons choisir comme tuteur ».16

20Contre un sentiment spontané de rejet et d’exécration, un effort d’abné­gation est donc nécessaire, qui permet, dès le semestre d’automne 1929, d’échanger neuf étudiants entre la France et l’Allemagne.

21En toute logique, l’arrivée des nazis au pouvoir en 1933 aurait dû conduire l’ONUEF à mettre un terme aux échanges. La prise de pouvoir par Hitler représentait en effet, après les efforts apparents de Stresemann, le retour d’une Allemagne expansionniste et belliciste. Mais l’ONUEF ne cri­tique pas plus l’Allemagne de Hitler que celle de Weimar. D’abord et avant tout parce que 1933 apparaît à la génération de la Revanche comme le produit inévitable d’une histoire pangermaniste et agressive. En mars 1934, Petit-Dutaillis lâche :

  • 17  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 15 mars 1934, R (...)

« La révolution hitlérienne […] est moins une révolution qu’un aboutisse­ment ».17

22Il se fait ainsi l’écho de la thèse défendue par Charles Maurras et la droite française depuis des années, et résumée dans un recueil d’articles, Devant l’Allemagne éternelle, publié en 1937 : en dépit des changements de régime, de l’empire à la dictature hitlérienne, en passant par la République de Weimar, l’Allemagne reste semblable à elle-même, archétype figé et éternel de la nation expansionniste et dominatrice, francophobe et militariste. Une telle vision de l’Allemagne lisse toutes les aspérités de l’histoire allemande, tous les traits qui peuvent s’éloigner de ce schéma interprétatif, les ravalant à des accidents ou à des hypocrisies : accident, la révolution de novembre 1918 et l’instauration de la République, hypocrisie, la politique de Stresemann.

  • 18 C’est le titre donné par Jacques Bainville, historien favori de la droite et de l’extrême droite fr (...)

23En procédant ainsi, on en vient à gommer également les spécificités monstrueuses du régime nazi : les crimes et les horreurs du IIIe Reich sont ravalés à des avatars de l’autoritarisme impérial ou de l’expansionnisme pangermaniste. L’Allemagne, l’homme allemand, l’esprit allemand, restent en 1933, comme en 1914 et en 1870, tels qu’en eux-mêmes enfin … et la prise de pouvoir par les nazis en janvier 1933 n’est, selon le mot de Jacques Bainville, que le « réveil de la Walkyrie ».18

24Cette banalisation, par amalgame, du nazisme conduit à considérer que, après tout, Hitler n’est pas un partenaire moins recommandable que la République de Weimar, d’autant plus que le nouveau chancelier tente de faire oublier ses vociférations de chef de gang et ses outrances de bateleur en posant au chef d’état fréquentable et conciliant.

  • 19 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, pp. 243-244.
  • 20  Cf. Dieter Tiemann, Deutsch-fränzösische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn 1989, 430 (...)

25Les responsables de l’ONUEF se montrent réceptifs à la séduction exercée par le nouveau régime. Ils semblent sensibles aux valeurs promues par les nazis : exaltation de la communauté nationale, condamnation de l’in­dividualisme, culte de la jeunesse et promotion du sport. Nos pédagogues, comme la majorité des élites françaises, considèrent avec angoisse la sénescence du régime républicain face à l’ardente jeunesse de l’Allemagne nazie. Alors que Brasillach célèbre « le jeune fasciste qui chante, qui marche, qui travaille, qui rêve… »19, nombreux sont ceux qui proposent la jeunesse d’outre-Rhin comme un modèle pour le rajeunissement de la France20. Aux yeux des responsables de l’ONUEF, la jeunesse nazie offre un double modèle, physique et éthique.

  • 21 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 25 mai 1929, AN (...)
  • 22 Ibidem.

26Les écoliers et étudiants français sont volontiers présentés comme des forts en thèmes anémiés, de jeunes prodiges épuisés par l’étude et le manque d’activité physique. Petit-Dutaillis déplore ainsi que « les jeunes Français travaillent tout le temps »21, de monstrueux prodiges qui « savent par cœur à sept ans leurs tables de multiplications »22. Un des fondateurs de l’Office, le général-député Messimy, remarquait dès 1910 que ces

  • 23  Général Messimy, Rapport à la Commission du Budget de la Chambre des Députés, 21 janvier 1910, AN (...)

« distractions d’ordre physique, [ces] jeux athlétiques, qui sont le complément habituel de la vie scolaire de l’étudiant anglo-saxon [sont un] exemple qui ne peut être que des plus salutaires pour la jeunesse française »23.

27Le chartiste Petit-Dutaillis, pourtant peu suspect de zèle athlétique, abonde dans le sens du Saint-Cyrien Messimy.

  • 24 AN 70 AJ 4.

28Le directeur de l’ONUEF n’hésite pas à faire de la jeunesse allemande « un exemple à méditer »24. Il déclare ainsi, en pleine Assemblée générale de l’Office, en 1935, au sujet des boursiers français en Allemagne:

  • 25 I.e. les étudiants français en échange en Allemagne.
  • 26 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’Activité de l’Office, Assemblée générale du 4 avril 1935, Re (...)

« Comment ne reconnaîtraient-ils25 pas la valeur d’un patriotisme ardent et d’une docilité émouvante à accepter des sacrifices, à accepter les inconvé­nients personnels d’une solidarité sociale imposée ? Il y a là, certes, matière à réflexion pour eux ».26

29Les propos du directeur, notons-le, ne provoquent aucune réaction dans l’assemblée, sinon un grave et muet consentement. Le consensus se fait autour de telles idées dans une grande part des élites républicaines de l’épo­que, que ce soit au sein de l’université ou du corps diplomatique, comme du milieu politique. Le communautarisme nazi, le rejet d’un individualisme délétère et destructeur des solidarités traditionnelles, l’abnégation et le sens de la discipline sont des valeurs à communiquer à la jeunesse française. Si le voyage d’Allemagne peut constituer une propédeutique à ces principes, c’est tant mieux: la régénération de ce vieil homme malade qu’est la France pourrait bien venir d’outre-Rhin.

30Un pédagogue bien avisé, le proviseur du Lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, suggère ainsi dans une lettre au directeur de l’ONUEF, dès 1934 :

  • 27  M. Roudil, Proviseur du lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, lettre à M. Petit-Dutaillis, 1er (...)

« Il ne serait pas sans intérêt de connaître ce qui serait par exemple digne d’être imité dans l’Allemagne hitlérienne, et plus particulièrement dans tout ce qui touche à la jeunesse ».27

31Les diplomates en poste en Allemagne ne sont pas de reste. Si André François-Poncet, ambassadeur à Berlin, est très critique, tous ses consuls n’ont pas les mêmes préventions. La correspondance du Service des Œuvres Françaises à l’étranger, interlocuteur direct de l’ONUEF au ministère des Affaires étrangères, recèle de nombreuses lettres d’un diplomate féru de questions éducatives, le consul de France à Cologne Jean Dobler, qui encou­rage vivement les voyages d’élèves et d’étudiants français en Allemagne. De jeunes Français ne peuvent qu’en retirer

  • 28 Jean Dobler, consul de France à Cologne, lettre au ministère des Affaires étrangères, 24 juillet 19 (...)

« des idées heureusement modifiées sur la nécessité d’un ordre méticuleux et d’une discipline librement consentie pour le bien général »28.

32La correspondance de Dobler est un vaste florilège de tous les topoï vantant les qualités d’« ordre » et de « discipline » censées être consubstantielles à la culture et à la mentalité allemandes.

33Ces dangereux poncifs ne sont cependant pas l’apanage des élites, mais sont intériorisés par les étudiants eux-mêmes. Dans une autre de ses lettres, Jean Dobler cite en effet le rapport qui lui a été remis par de jeunes élèves-instituteurs de l’école Normale de Caen, à l’issue d’un voyage outre-Rhin. Ce rapport donne vaillamment dans le stéréotype le plus massif :

  • 29 Rapport des élèves de l’ENI de Caen joint à la lettre de Jean Dobler adressée au ministère des Affa (...)

« Nous Français, volontiers fantaisistes et indisciplinés, nous avons compris le sens de la discipline en voyant défiler des groupes de jeunes gens et même de jeunes filles, en rang, au pas, sous les ordres d’un chef, chantant grave­ment avec un ensemble parfait »29.

  • 30 Cf. Pascal Ory, La France allemande, 1933-1945, Paris, Gallimard, 1977, réédition 1995, 371 p.

34Avec de tels instituteurs et des élites politiques qui préféraient Hitler à Blum, la « France allemande »30 n’était plus bien loin.

35Cette brève histoire de l’Office national des Universités et écoles fran­çaises nous a permis d’assister à la lente naissance de la notion d’échanges universitaires, après 1919. Les échanges avec l’Allemagne, quant à eux, devront attendre 1929, dix ans après la fin d’une guerre qui a laissé dans le monde universitaire français des blessures mémorielles, une défiance et une rancœur tenaces envers l’ancien ennemi.

36Mais ces élites universitaires évoluent ensuite vers une vulnérabilité croissante à la séduction exercée par le IIIe Reich. L’Allemagne nazie appa­raît comme parangon de jeunesse, de vertu et de vigueur, dans un saisissant contraste avec une République qui déplore sa propre sénescence et la crise de ses institutions. Mais, dans le même temps, l’ONUEF ne vend pas son âme et préserve une certaine tradition humaniste en apportant son soutien aux réfugiés juifs, auxquels il procure des postes de lecteurs chaque fois qu’il le peut.

37L’attitude de l’ONUEF, qui ne rompt pas ses relations avec l’Allemagne de Hitler tout en en déplorant les excès, révèle donc la foncière ambiguïté du rapport à l’Allemagne d’une génération d’universitaires pour qui l’Alle­magne est, depuis 1870, le modèle détesté et l’ennemi envié.

Notes

1 Le statut juridique de l’ONUEF est sui generis. En droit, c’est une association loi 1901 dotée de financements publics. De fait, elle fonctionne comme un office interministériel, à la croisée de l’Instruction Publique et des Affaires étrangères.

2 Sur la fascination exercée par l’Université allemande sur les élites françaises, cf. Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1953.

3 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 11 juin 1919, Registre des délibérations, 1910-1920, AN 70 AJ 2.

4 Cf. Jean-Jacques Becker, Le Traité de Versailles, Paris.

5 Aristide Briand, discours tenu à la SDN le 10 septembre 1926, cité dans Olivier Wieviorka, Christophe Prochasson, La France du XXe siècle, Documents d’histoire, Paris, Seuil, Points, NHFC, 1994, 734 p.

6 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’ONUEF, Assemblée générale du 15 avril 1918, Registre des délibérations, 1910-1920, AN 70 AJ 2.

7 Assemblée générale du 23 janvier 1922, Registre des délibérations, 1920-1923, AN 70 AJ 3.

8 Ibidem.

9  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 22 mars 1925, Registre des délibérations, 1923-1929, AN 70 AJ 3.

10  Charles Petit-Dutaillis, Conseil de direction du 26 novembre 1979, Registre des délibé­rations, 1923-1929, AN 70 AJ 3.

11  Carl Heinrich Becker, ministre de l’éducation de Prusse, « Les relations intellectuelles franco-allemandes », Nord und Süd, 1er décembre 1927. L’article est conservé en traduction française dans les archives de l’ONUEF, AN 70 AJ 29.

12  Charles Petit-Dutaillis, Conseil de direction du 28 février 1928, Registre des délibéra­tions, AN 70 AJ 3.

13  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 30 mars 1928, Registre des délibérations, 1923-1929, AN 70 AJ 3.

14  Charles Petit-Dutaillis, Conseil de direction du 28 février 1928, Registre des délibéra­tions, 1923-1929, AN 70 AJ 3.

15  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 30 mars 1928, Registre des délibérations, 1923-1929, AN 70 AJ 3.

16 Ibidem.

17  Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 15 mars 1934, Registre des délibérations, 1929-1937, AN 70 AJ 4.

18 C’est le titre donné par Jacques Bainville, historien favori de la droite et de l’extrême droite françaises, au chapitre consacré à l’Allemagne contemporaine dans un des ouvrages qu’il a publiés dans la collection des « Grandes études Historiques » de Pierre Gaxotte. Cf.  Jacques Bainville, Histoire de deux peuples continuée jusqu’à Hitler, Paris, Fayard, Les grandes études historiques, 1913, réédition 1933.

19 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, pp. 243-244.

20  Cf. Dieter Tiemann, Deutsch-fränzösische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn 1989, 430 p.

21 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’activité de l’Office, Assemblée générale du 25 mai 1929, AN 70 AJ 7.

22 Ibidem.

23  Général Messimy, Rapport à la Commission du Budget de la Chambre des Députés, 21 janvier 1910, AN 70 AJ 2.

24 AN 70 AJ 4.

25 I.e. les étudiants français en échange en Allemagne.

26 Charles Petit-Dutaillis, Rapport sur l’Activité de l’Office, Assemblée générale du 4 avril 1935, Registre des délibérations, 1929-1937, AN 70 AJ 4.

27  M. Roudil, Proviseur du lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, lettre à M. Petit-Dutaillis, 1er mai 1934, AN 70 AJ 30.

28 Jean Dobler, consul de France à Cologne, lettre au ministère des Affaires étrangères, 24 juillet 1935, SOFE 267, MAE, CAD de Nantes.

29 Rapport des élèves de l’ENI de Caen joint à la lettre de Jean Dobler adressée au ministère des Affaires étrangères, 29 juillet 1935, SOFE 267, MAE, CAD de Nantes.

30 Cf. Pascal Ory, La France allemande, 1933-1945, Paris, Gallimard, 1977, réédition 1995, 371 p.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540