Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

En marge de la diplomatie officielle

Otto Grautoff et la Société franco-allemande de Berlin

Hans Manfred Bock

Texte intégral

1Ce portrait légèrement idéalisé (et pas toujours très fiable dans le détail) de la Société franco-allemande, que le publiciste Edgar Stern-Rubarth, un fami­lier de Stresemann, a tracé dans ses Mémoires, est un des rares témoignages authentiques sur une organisation qui a eu, sans nul doute, une audience plus large que toutes les autres comme médiatrice de la culture française dans la capitale du Reich sous la République de Weimar.

  • 2 Voir à ce sujet la contribution de Dominique Bosquelle dans le présent ouvrage.

2Henri Jourdan2, qui sera par la suite directeur de la « Maison académique française » à Berlin, a jugé de manière très positive les activités de la Deutsch-Französische Gesellschaft (désignée ci-dessous par son sigle DFG) en disant qu’elle était devenue un lieu

  • 3 Henri Jourdan : « L’activité de la Société franco-allemande à Berlin », in : Revue d’Alle­magne, 19 (...)

« où [peuvent] se rencontrer l’élite et les forces actives des deux nations, un milieu qui ne se contente pas de recherches superficielles et qui pourtant embrasse tous les éléments nécessaires à la compréhension du peuple voisin. »3

  • 4 Au sujet des contacts de Bertaux dans la société berlinoise, voir mon étude : « Les „années folles“ (...)
  • 5 Cf. Pierre Bertaux : ibidem, p. 106 et 131.
  • 6 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, feuillet H (...)

3Un autre témoin contemporain des rencontres franco-allemandes à Berlin dans les dernières années de la république de Weimar, le jeune Pierre Bertaux, a émis dans les lettres à ses parents un jugement plutôt dépréciatif sur le fondateur de la DFG Otto Grautoff, qu’il a sans doute vu surtout à travers les yeux des cercles autour de la famille de l’éditeur Samuel Fischer et du bureau berlinois du Comité Mayrisch4. Il considérait cet agent omni­présent des efforts de rapprochement franco-allemand surtout comme un très habile faiseur (« aigrefin », « canaille ») qui réussissait toujours, d’une ma­nière ou d’une autre, à soutirer de l’argent au ministère des Affaires étran­gères5. En fait, Grautoff y parvenait surtout parce qu’il pouvait faire état des bons résultats qu’il obtenait comme organisateur de rencontres, et parce qu’il remplissait consciencieusement ses engagements et rendait compte fidèle­ment aux instances qui le subventionnaient. Dans le rapport d’activité qu’il établit pour le ministère des Affaires étrangères en 1932, à un moment où la pression politique et les difficultés financières s’aggravaient sans cesse, il pouvait faire valoir que la DFG de Berlin avait organisé entre 1928 et la fin de 1932 au total 30 grandes conférences publiques et plus de 70 soirées de discussion dans un cadre plus restreint6. Il ajoutait que ces manifestations étaient complétées par des « déjeuners franco-allemands » réunissant deux fois par mois des journalistes, commerçants et industriels français avec des personnalités berlinoises représentant les organisations économiques, les banques et les journaux. Une analyse approfondie de la création, de l’activité et de l’évolution de la DFG à Berlin est donc tout à fait à sa place dans le cadre d’une étude sur les relations culturelles franco-allemandes, et ce au moins pour deux raisons. Elle est un bon exemple montrant à quel point les relations qui avaient été difficilement établies entre les deux cultures et les deux sociétés restaient fragiles et menacées, même dans la phase politi­quement favorable aux relations franco-allemandes, c’est-à-dire l’ère de Locarno. Et par ailleurs les conceptions et les pratiques adoptées par la DFG pendant ces années pour faire connaître la culture du voisin et pour établir des contacts entre Allemands et Français présentent, en matière d’appren­tissage interculturel, une quantité impressionnante d’idées et de perspectives dont la plupart n’ont pas pu être réalisées au moment où elles ont été conçues, mais qui sont valables bien au-delà de leur époque.

1. Naissance de la DFG : une organisation au service de la connaissance mutuelle et des contacts entre Allemands et Français

  • 7 L’étude biographique la plus complète consacrée à Otto Grautoff se trouve chez Ina Belitz : Befreun (...)
  • 8 Cf. à ce sujet. Peter de Mendelssohn (Hrsg.) : Thomas Mann. Briefe an Otto Grautoff 1894-1901 und I (...)
  • 9 À ce sujet voir surtout Ina Belitz, op. cit., p. 34 sqq.
  • 10 Otto Grautoff : Auguste Rodin, Bielefeld et Leipzig 1908 ; id. : Romain Rolland, Frank­furt/Main 19 (...)
  • 11 Otto Grautoff, Erna Grautoff (Hrsg.) : Die lyrische Bewegung im gegenwärtigen Frank­reich, Jena 191 (...)
  • 12 Romain Rolland – Stefan Zweig: Briefwechsel 1910-1940. T. 1, 1910-1923, Berlin 1987, p. 37.

4La création de la Société franco-allemande de Berlin était intimement liée à la vie et au destin d’Otto Grautoff (1876-1937)7. Celui-ci, docteur en histoire de l’art et enseignant à l’école supérieure d’études commerciales de Berlin, avait décidé dès avant la Première Guerre mondiale que le but de sa vie serait d’être un médiateur entre l’Allemagne et la France. Il avait été un camarade de classe très proche de Thomas Mann pendant leur scolarité au Katharineum de Lübeck8 ; puis, après avoir appris le métier de libraire, il s’est établi au début du siècle à Munich où il a publié ses premiers travaux d’histoire de l’art et d’histoire culturelle avant de se consacrer, à partir de 1904, à l’étude de la vie culturelle contemporaine en France et spécialement à Paris9. À l’instar de Thomas Mann, son opposition à l’égard de l’Alle­magne wilhelminienne était essentiellement apolitique et esthétique. Il militait avant 1914 (souvent avec des arguments contradictoires) pour un renouveau culturel de l’Allemagne et il concevait ses publications consa­crées à la France comme des moyens pour atteindre ce but. Il consacra de petites monographies à Auguste Rodin et à Romain Rolland10 ; en collabo­ration avec sa femme Erna Heinemann (1888-1949), il publia une anthologie de la poésie française contemporaine et traduisit en allemand le cycle romanesque Jean-Christophe de Romain Rolland11. Vivant principalement à Paris pendant la dernière décennie avant la guerre, il y tenait dans l’île Saint-Louis un salon « biculturel » et était considéré par d’éminents contem­porains, entre autres par Stefan Zweig, comme « de tous les Allemands celui qui en ce moment possède sans doute la connaissance la plus complète de la littérature moderne de la France. »12 Lorsque la guerre éclata, Grautoff dut quitter Paris, où ses objets d’art et sa bibliothèque furent confisqués.

  • 13 Otto Grautoff : Nicolas Poussin. Sein Leben und Werk, München, Leipzig 1914, 2 T.; précédemment Gra (...)
  • 14 Cf. sur ce sujet Ina Belitz, op.cit., p. 68 sqq.
  • 15 Otto Grautoff (Hrsg.) : Kunstverwaltung in Frankreich und Deutschland im Urteil von A. Bartholomé, (...)
  • 16 Cf. Ernest Seillière : Les pangermanistes d’après-guerre, Paris 1924, p. 157 sqq.
  • 17 Otto Grautoff : Zur Psychologie Frankreichs, Berlin 1922 ; id. : Die Maske und das Gesicht Frankrei (...)

5Grautoff, qui était à présent un publiciste connu en Allemagne comme en France et qui avait obtenu en 1914 à Berne un doctorat en histoire de l’art avec un ouvrage volumineux sur l’histoire des œuvres du peintre classique Nicolas Poussin13, chercha à prendre pied à Berlin. Il proposa ses services au ministère des Affaires étrangères comme spécialiste de la France et pendant les années de guerre, il travailla à l’« Agence centrale d’action extérieure » (Zentralstelle für Auslandsdienst) créé en 1914 par le Chancelier du Reich et rattaché en 1917 à l’administration du ministère des Affaires étrangères14. Les tâches de Grautoff au sein de cette administration concernaient d’une part la propagande culturelle en général, d’autre part le domaine ultra-sensible de la protection des œuvres d’art pendant la guerre. C’est dans ce contexte qu’est née sa brochure de (contre-)propagande L’administration de l’art en France et en Allemagne15 qui, jointe à l’une de ces maladresses dont il était coutumier dans ses relations avec des personnalités célèbres (en l’occurrence il s’agissait de la publication d’une lettre confidentielle que Romain Rolland lui avait adressée fin 1914) lui valut pendant les années de guerre les critiques de ses amis et connaissances français, proches de Romain Rolland et des unanimistes. Dans les premières années de l’après-guerre, il combattit de son côté la position défendue par Romain Rolland selon lequel les intellectuels devaient se situer au-dessus des partis, et il était considéré par les tenants de l’Action Française comme un auteur du « pan­germanisme » nationaliste, à l’instar de Thomas Mann et d’autres16. Les livres que Grautoff consacra à la France au début des années vingt17 étaient des essais d’interprétation du pays voisin à l’aide de concepts empruntés à la morphologie culturelle et à l’histoire de l’art, avec la nette prédominance d’une perception antithétique des deux pays (en particulier par l’opposition entre les notions de romantisme et de classicisme). Ces essais publiés dans la première phase de l’après-guerre, placée sous le signe du conflit, portaient la marque de cette actualité et n’étaient ni très originaux, ni très courageux. Ils étaient dans le droit fil de la tendance dominante de ces années, marquée par la résistance farouche contre la prétention d’hégémonie politique de la France et par le rejet presque unanime, dans l’opinion publique allemande, de l’ordre instauré par le traité de paix de Versailles. Si on essaie de cerner le personnage de Grautoff vers le milieu des années vingt en faisant le bilan de son activité de publiciste en France (1904-1914) et en Allemagne (1914-1924), on peut retenir que, grâce à ses nombreuses relations importantes à Paris et à sa connaissance intime du ministère des Affaires étrangères, il disposait d’un capital social considérable, qu’il mettait pourtant sans cesse en jeu à cause de son opportunisme politique et d’un besoin incontrôlable de se faire valoir.

  • 18 Pour l’histoire diplomatique, voir Franz Knipping: Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno (...)
  • 19 Vossische Zeitung du 4 juin 1924 ; voir également ses articles du 4 juillet 1924 et du 27 juillet 1 (...)
  • 20 Cf. Otto Grautoff : Das gegenwärtige Frankreich. Deutungen und Materialien, Halber­stadt 1926, p. 1 (...)
  • 21 Texte reproduit, ibidem, p. 204 sqq.
  • 22 Cf. à propos de cette rencontre et de son contexte, la contribution de Katja Marmetschke dans le pr (...)
  • 23 Cf. à ce propos mon étude : « Auslandswissenschaften als politischer Auftrag und als politische Not (...)
  • 24 Cf. à ce sujet le livre très complet de Gerhard Bott : Deutsche Frankreichkunde 1900-1933, Rheinfel (...)

6Comme il connaissait de près les relations franco-allemandes, il n’était pas difficile pour le remuant publiciste et professeur berlinois de discerner très tôt le revirement diplomatique qui s’amorçait dans ces relations à partir de 1924 avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement de gauche en France et la stabilisation économique et politique en Allemagne et qui prit des formes concrètes à la conférence de Londres18. Depuis 1920, Grautoff avait essayé, à l’occasion de voyages, de reconstituer le réseau de contacts qu’il avait eu en France, mais il s’était heurté à de nettes réticences de la part de ses anciens amis ; en particulier, ses contacts avec Romain Rolland et avec l’équipe autour de la revue Europe s’interrompirent au début des années vingt ou prirent un ton polémique, tandis que les relations avec les anciens « unanimistes », un groupe d’écrivains ouverts et intéressés par les contacts internationaux avaient manifestement mieux résisté. En 1924, Grautoff publia dans la Vossische Zeitung, sous le titre « Hinter der Front »19, une série d’articles relatant ses impressions récentes sur la France, et au cours de l’année 1925 il mit en jeu tout son capital social comme spécialiste de la France pour être investi d’un rôle public dans le rétablissement des contacts culturels entre les deux nations. Dans la première moitié de l’année, il entreprit un long voyage à travers les universités françaises, avec une subvention des Affaires étrangères ; il chercha surtout à s’entretenir avec les germanistes universitaires, qui jouaient un rôle influent en conseillant les hommes politiques et informant le public sur l’Allemagne20. Dans la seconde moitié de l’année (1925) Grautoff se fit remarquer en tant que médiateur culturel en publiant dans le Berliner Tageblatt une lettre du ministre français de l’Instruction publique Anatole de Monzie, dans laquelle ce dernier l’assu­rait qu’il entreprendrait toutes les démarches nécessaires pour permettre que les scientifiques allemands soient de nouveau admis dans les congrès inter­nationaux21. Avec ce coup médiatique, il participa à la préparation de la rencontre spectaculaire entre le ministre de l’éducation prussien Carl Heinrich Becker et le ministre français de l’Instruction publique en septembre 1925 à Berlin22. Il contribua aussi dans un autre contexte à la réalisation des objectifs du ministre prussien de l’éducation en essayant de donner, pour ce qui concernait la France, une forme concrète aux plans de celui-ci visant à établir en Allemagne les Auslandswissenschaften (xénologie ou sciences de l’étranger)23 et aux réformes de Richert adoptées en 1924/ 1925 prescrivant d’introduire la Kulturkunde (enseignement de la culture étrangère) comme principe didactique dans l’enseignement des langues vivantes24.

  • 25 Otto Grautoff : Das gegenwärtige Frankreich, op. cit., p. 9
  • 26 Sur le rôle important joué par Hesnard dans la vie culturelle franco-allemande à Berlin, voir aussi (...)
  • 27 Texte du projet de Grautoff, cf. „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Ausw (...)

7À partir de 1925, Grautoff travaillait sur un projet de création simultanée de deux revues, respectivement en Allemagne et en France. Avec ce projet, il allait dans le sens du vent et se joignait aux efforts déployés au cours de ces années en vue d’un rapprochement politique dans les relations bilatérales tout en faisant une proposition susceptible d’améliorer la connaissance que les Allemands avaient de l’étranger et en rénovant la didactique des langues étrangères. Dans un premier temps, il envisageait de créer une revue an­nuelle consacrée à la France (Frankreich-Jahrbuch) où les « sujets seraient traités non sous l’angle de la philologie, mais celui de la civilisation » ; l’étape suivante verrait l’ouverture d’un « Institut d’études françaises » (Frankreich-Institut) dont les résultats des travaux devaient être mis à la disposition de tous les « connaisseurs de la France, qui pourraient y puiser et s’y référer »25. Il soumit ces propositions concernant les « nouvelles tâches pour la connaissance de la France » au ministère des Affaires étrangères et probablement aussi au ministère prussien de l’éducation. Pour donner plus de force à son projet, il eut des entretiens avec l’attaché culturel de l’ambas­sade de France Oswald Hesnard26 et avec des représentants de différents groupes sociaux en Allemagne. Au cours de l’année 1925, il pressentit des collaborateurs potentiels de la revue projetée et des personnalités dont il escomptait un soutien financier pour son lancement. Dans ses négociations avec les ministères, il présenta au début de 1926 des listes de personnalités ayant accepté de collaborer à la revue, donnant ainsi une garantie de sérieux à son projet : on y trouvait des romanistes comme Leo Spitzer, Eugen Lerch, Viktor Klemperer, Ernst Robert Curtius ; des intellectuels catholiques comme Carl Sonnenschein et Hermann Platz ; des écrivains, Thomas Mann, Jakob Wassermann, René Schickele, Stefan Zweig, Otto Flake, Heinrich Eduard Jacob, Hugo von Hofmannsthal, Alfred Kerr ; des journalistes : les rédacteurs en chef de la Vossische Zeitung, de la Germania et du Berliner Tageblatt27. Pour soutenir ce projet et permettre de le financer, son auteur Grautoff demandait surtout au ministère des Affaires étrangères un agrément moral qu’il pourrait présenter aux représentants de l’industrie, du commerce, des banques et des municipalités, afin d’obtenir de leur part une aide maté­rielle. Manifestement, au ministère des Affaires étrangères, les opinions étaient partagées quant aux revues projetées par Grautoff. Mais, au lende­main des accords de Locarno d’octobre 1925, il y eut aussi des jugements explicitement favorables. C’est ainsi qu’on peut lire dans un avis émis par le service de presse du gouvernement du Reich en septembre 1926 :

  • 28 Ibid., T. 1, feuillets H 022789 sqq.

« Si l’on veut que l’évolution politique aboutisse à une entente franco-allemande sur une large base, si l’on veut en particulier que cette entente ait des fondements intellectuels, il faut aussi que les deux peuples apprennent à mieux se connaître que jusqu’à présent, au moins au niveau de leurs milieux dirigeants politiques et économiques »28.

  • 29 Ibid., T. 1, feuillets H 022858 sqq.
  • 30 Voir à ce sujet l’article de Guido Müller dans le présent volume.
  • 31 Lettre du 5.12.1927 au ministère des Affaires étrangères, in : „Deutsch-Französische Gesellschaft“ (...)

8Les objections du ministère des Affaires étrangères à l’encontre de l’initia­tive de Grautoff furent partiellement levées après que celui-ci se fut rendu en novembre 1926 à Paris, aux frais des Affaires étrangères, qu’il avait eu des entretiens notamment avec Jean Giraudoux et Jean Mistler au Quai d’Orsay pour leur présenter son projet de création simultanée de deux revues et qu’il fut revenu à Berlin avec une liste de personnalités qui s’étaient déclarées prêtes à y collaborer. Dans cette liste des collaborateurs français pressentis l’émissaire berlinois mentionnait en particulier Henri Lichtenberger (le ger­maniste le plus en vue de la Sorbonne), André Siegfried, Paul Langevin, Paul Valéry, Paul Desjardins, Jean Schlumberger, Jules Romains et Jean de Pange. Au début de janvier 1927, Grautoff exposa son plan dans une lettre à Gustav Stresemann et chercha à obtenir son soutien en l’assurant que la revue allemande consacrée à la France traitera aussi des thèmes comme la responsabilité dans le déclenchement de la guerre, l’occupation de la Rhé­nanie et la question de l’Alsace-Lorraine29. Les services compétents du mi­nistère des Affaires étrangères de Berlin restèrent pourtant réservés au cours de l’année 1927 et, à la fin de cette année, le projet de Grautoff essuya des refus aussi de la part du Comité Mayrisch30 et de la Fédération centrale de l’Industrie allemande. Cette dernière justifia son refus en arguant qu’on ne pouvait pas passer outre à la décision négative du Comité Mayrisch et que de surcroît le projet relevait de la politique culturelle, « un domaine qui n’intéresse l’industrie allemande qu’à la périphérie »31.

  • 32 Une vue d’ensemble se trouve chez Hans Manfred Bock : « Das Deutsch-Französische Institut in der Ge (...)

9À la fin de 1927, Grautoff semblait être dans l’impasse. Mais après s’être dépensé pendant près de deux ans pour la création d’un périodique destiné à donner de nouvelles bases aux relations socioculturelles entre l’Allemagne et la France, il n’était absolument pas prêt à abandonner un projet qui allait remplir pleinement les dix dernières années de sa vie. Faisant de nécessité vertu, il découvrit le potentiel social qui s’était accumulé principalement dans la bourgeoisie cultivée allemande à la suite de la politique de Locarno et qui se manifestait sous la forme d’un intérêt plus ou moins critique pour la connaissance du voisin français. Pour pouvoir utiliser ce potentiel, il fallait organiser les intérêts et les intéressés existants, afin que cette organisation constitue une base capable de porter financièrement le projet de revue. Le publiciste berlinois qui, avant 1914, s’était intéressé à la France en intellec­tuel esthétisant et critique, mit à présent la main à la pâte, accepta les tâches modestes et ingrates de l’organisateur et inventa – presque contre sa volonté (initiale) – une nouvelle forme de relations culturelles collectives et organi­sées, en deçà des activités transnationales au niveau gouvernemental. Cette contribution de la société civile au travail de rapprochement entre Allemands et Français deviendra au xxe siècle le label de qualité et une caractéristique des relations bilatérales32.

10Dès l’automne 1926, il y avait eu à Berlin des ébauches d’infrastructure organisationnelle pour le projet de revue. Au début d’octobre 1926, Grautoff avait fait inscrire à Berlin au registre des associations une « Société de la revue franco-allemande ». En mars 1927 s’est constitué, avec l’aide efficace de personnes proches de la Chambre de l’Industrie et du Commerce de Berlin, un « Comité préparatoire du Bureau de la Société de la revue franco-allemande ». Après l’échec des tentatives pour donner au projet de revue une base financière solide, ce comité a cessé ses activités à la fin de 1927. Plus tard, l’association se reconstitua fin 1927 sous l’appellation « Société franco-allemande ».

2. Positionnement de la DFG : controverses entre organisations berlinoises œuvrant pour le rapprochement franco-allemand et stratégie de création d’interdépendances entre les deux sociétés

  • 33 Un assez grand nombre de sociétés bilatérales avaient déjà été créées précédemment au cours des ann (...)
  • 34 Voir à ce sujet mon étude : « Les associations de germanistes français. L’exemple de la Ligue d’étu (...)
  • 35 D’après ce que rapporte la Revue franco-allemande (Deutsch-Französische Rundschau abrégée ci-dessou (...)
  • 36 Voir à ce sujet les calculs et les chiffres chez Hans Manfred Bock : Die Deutsch-Französische Gesel (...)
  • 37 Voir sur ce sujet plusieurs contributions à paraître prochainement dans : Wolfgang Asholt, Claude L (...)
  • 38 à propos de la comparaison entre les trois DFG voir : Ina Belitz : Befreundung mit dem Fremden, op. (...)

11La DFG de Berlin n’était ni la seule « société interétatique »33 – nom qu’elle avait dans le jargon diplomatique – ni la première organisation franco-allemande fondée à l’initiative de la société civile. À Hambourg, par exemple, un « Groupe Franco-Allemand/ Deutsch-Französische Gruppe » s’était constitué dès avril 1927, et il a gardé son indépendance vis-à-vis de la DFG au cours des années suivantes. Mais la DFG de Berlin était la seule de ces organisations qui ait incité à créer dans d’autres grandes villes des asso­ciations bilatérales au service du rapprochement. C’est ainsi qu’à la fin, il existait des associations sœurs de la DFG à Francfort/Main, Stuttgart, Mannheim, Breslau et Nuremberg, fondées entre 1928 et 1930 avec l’aide de Grautoff et le soutien des Oberbürgermeister respectifs. La DFG a égale­ment été la seule des organisations de rapprochement franco-allemand de l’ère de Locarno qui ait eu une organisation partenaire en France, la « Ligue d’études Germaniques » (L.E.G.)34. Certes, contrairement à ce que Grautoff voulait faire croire35, la L.E.G. n’avait aucun groupe en état de fonctionner à Paris, mais elle comptait au cours des années 1928 à 1936 un total d’au moins 14 sections locales, surtout dans les villes universitaires françaises en dehors de Paris. La DFG de Berlin était, par le nombre de ses membres et par ses ressources, de loin l’association la plus importante dans les relations entre les sociétés allemande et française des années 1928‑1933. Elle avait un effectif vérifiable de 1594 membres, ce qui correspondait à 59,1 % de tous les adhérents de la DFG pour l’ensemble du Reich36. Dans la mesure où l’on peut déterminer l’appartenance socioprofessionnelle de l’ensemble des mem­bres de la DFG, les enseignants du secondaire et les professeurs d’université constituaient les catégories les plus importantes avec respectivement 8,8 et 4,7% (c’est-à-dire en chiffres absolus 237 et 128). Une autre catégorie nettement surreprésentée était celle des journalistes et des artistes avec 3,7% ainsi que celles des propriétaires d’usines et des fonctionnaires publics avec respectivement 7,4%. La DFG de Berlin avait donc un rôle de précurseur en matière d’organisation pour regrouper ceux qui s’intéressaient à la France dans les milieux de la bourgeoisie cultivée : on peut supposer que parmi eux il n’y avait pas seulement des francophiles, mais qu’on y trouvait autant d’Allemands critiques à l’égard de la France. Ses activités étaient favorisées par d’autres facteurs, grâce auxquels, malgré la décentralisation admi­nistrative et culturelle du Reich, les échanges franco-allemands se sont concentrés dans la capitale. Parmi ces facteurs, il convient de signaler que les contacts avec la L.E.G. se sont faits pour l’essentiel par l’intermédiaire de Berlin, qui avait une sorte de monopole dans ce domaine. De surcroît, le milieu diplomatique constituait un terrain favorable, que Grautoff en particulier a bien su utiliser. Et enfin Berlin, qui incarnait à partir du milieu des années vingt la modernité dans la vie culturelle et urbaine, exerçait une forte attraction sur les intellectuels français37. À cause de tous ces facteurs convergents, les manifestations de la DFG de Berlin ont eu un profil mon­dain très particulier, nettement différent de la forme des activités de la DFG à Francfort/Main ou à Stuttgart38.

12Au cours de la première assemblée générale ordinaire du 12 janvier 1928, la DFG de Berlin adopta ses statuts. Son paragraphe 3 définit ainsi les buts de l’association :

  • 39 DFR, 1928, p. 174 sq.

« La Société Franco-Allemande e.V. veut faire en sorte que les Allemands comprennent davantage et plus profondément la France. En faisant l’inven­taire des produits de l’esprit français, en permettant de connaître intimement notre voisin, elle veut contribuer à la détente entre les deux pays et jeter des ponts entre la France et l’Allemagne, tout en préservant le sens civique de chacune des deux nations. Son but est de réunir des Allemands et des Français de tous milieux et de tous les domaines d’activités pour qu’ils travaillent ensemble et pour que les échanges d’idées entre ces peuples occidentaux créateurs servent l’Europe. »39

  • 40 Ibidem, p. 175.
  • 41 DFR, 1933, p. 164.

13Les instruments les plus importants au service de cet objectif étaient, d’après ce texte, la publication de la revue allemande sur la France (Deutsch-Französische Rundschau) et la revue française consacrée à l’Allemagne (Revue d’Allemagne). Mais d’autres activités devaient y contribuer égale­ment, notamment « l’organisation de congrès, de conférences, de représen­tations théâtrales et musicales, ainsi que […] des manifestations sociales de toutes sortes »40. De ces deux centres de gravité des activités de la DFG berlinoise, le second complexe, celui des manifestations, mobilisait une part croissante des ressources de l’organisation. C’est ce que montrent les argu­ments avec lesquels l’association, qui a développé dans les années 1928 à 1933 tout un éventail de services pour conserver et augmenter ses effectifs, faisait sa publicité. L’offre comprenait : 1. Tous les mois un numéro de la Deutsch-Französische Rundschau comportant des articles d’Allemands et de Français de premier plan sur des sujets de droit public et de finance, de religion, de littérature et d’art, ainsi qu’une chronique politique et écono­mique ; 2. Libre usage de la bibliothèque (plus de 7000 volumes) ; 3. Gratuité des services pour arranger des échanges (correspondants, élèves, étudiants) ; 4. établissement de contacts avec des Français en Allemagne et en France ; 5. Cours de langue française à prix réduits ; 6. Participation gra­tuite à des conférences et des soirées de débats ; 7. Voyages d’études en France à prix réduit avec les conseils de spécialistes scientifiques41. Comme on a pu le constater, tous ces services étaient effectivement disponibles bien que dans un cadre très restreint à cause des possibilités limitées de finan­cement et de la mobilité réduite des personnes auxquelles s’adressait cette offre. Nous allons esquisser ci-après les rapports de la DFG avec les autres initiatives prises à Berlin pour intensifier les échanges avec la France ainsi qu’un échantillon du spectre de ses activités.

  • 42 Ce règlement était valable au plan de l’interaction diplomatique, moins au niveau des institutions (...)
  • 43 Cf. à ce sujet, par exemple : Edgar Stern-Rubarth : « Die Verständigungsorganisationen in Frankreic (...)
  • 44 Il a consacré à Stresemann plusieurs études biographiques. Cf. Edgar Stern-Rubarth : Gustav Stresem (...)
  • 45 Ainsi en particulier à l’occasion du Salon des bibliophiles fin 1929 ; voir ci-dessous.

14L’association pour le développement de la connaissance mutuelle des Français et des Allemands travaillait à Berlin en coopération, en parallèle ou en opposition avec le ministère des Affaires étrangères et l’ambassade de France, ainsi qu’avec le Comité d’études franco-allemand et l’université. Les rapports de Grautoff avec le ministère des Affaires étrangères s’étaient amé­liorés après la création de la DFG et le lancement de la Revue d’Allemagne parisienne en novembre 1927, suivie de celle de la Deutsch-Französische Rundschau en janvier 1928. Grautoff avait obtenu, fin 1926, de la part du ministère français de l’Instruction publique l’engagement qu’il subvention­nerait la revue sur la France qu’il envisageait de publier en Allemagne ; à la suite de cela, le ministère allemand des Affaires étrangères s’est engagé de même à participer au financement de la Revue d’Allemagne qui devait paraître à Paris. De cette façon, le principe de réciprocité qui, selon les deux ministères des Affaires étrangères, devait présider aux initiatives de rappro­chement émanant de la société civile était respecté dans les faits. Ce règlement politique stipulant la réciprocité servait en particulier de base pour fixer globalement le nombre d’abonnements de soutien que les deux ministères accordaient aux éditeurs de la revue de l’autre pays42. Une part importante de l’argumentation des éditeurs (en particulier de ceux de la revue berlinoise) consistait à prouver que cet accord de principe avec le ministère des Affaires étrangères était effectivement observé43. Cet accord précaire était favorisé du côté allemand par le fait qu’Edgar Stern-Rubarth était entré dans le comité directeur de la DFG dans le courant de la première année de son existence. Stern-Rubarth (1883-1972), qui avait fait une partie de ses études d’économie politique, d’histoire et de philologie à Paris, était depuis 1905 en contact avec Gustav Stresemann et s’était acquis des mérites, après 1918, au service du Deutsche Volkspartei (DVP). Il devint rédacteur en chef de l’Agence de presse officielle du Reich WTB (Wolffs Telegra­phisches Büro) et éditeur de la Correspondance diplomatique et politique allemande (Deutsche diplomatisch-politische Korrespondenz). Partisan inconditionnel de la politique de Stresemann44, il était (bien plus que Grautoff) un garant de la loyauté politique de la DFG à l’égard du ministère des Affaires étrangères. Stern-Rubarth a marqué de son empreinte, pour une part non négligeable, les contacts vivants avec la France par son rôle déter­minant au sein du Comité international d’union douanière européenne (Euro­päischer Zollverein), dont il était un membre fondateur depuis 1925. Il a publié dans la DFR des contributions décisives sur des sujets concernant la diplomatie et le commerce extérieur. Les contacts de la DFG berlinoise avec l’ambassade de France de la Pariser Platz étaient moins précaires que ses relations avec la Wilhelmstraße. De ce côté-là, il s’agissait surtout de com­battre l’impression que l’organisation allemande pour l’entente était trop proche de l’ambassade, qu’elle était donc l’instrument de cette dernière. Cela l’aurait rendue suspecte aux yeux des Affaires étrangères. Cependant, force est bien de constater que l’ambassadeur Pierre de Margerie, qui était en poste à Berlin depuis 1922, assistait régulièrement aux manifestations publiques de la DFG auxquelles participaient des Français et qu’il contribuait parfois à la réussite de ces manifestations en donnant une réception45. À l’occasion du départ de de Margerie en 1931, la DFR rendit hommage à son action par un article où l’on pouvait lire, entre autres :

  • 46 DFR, 1931, p. 763.

« Les membres et les amis de la Société franco-allemande ont souvent eu la joie et l’honneur de le voir parmi eux. Pendant sa longue activité diplo­matique, Monsieur Pierre de Margerie assistait à toutes nos manifestations, qu’il s’agisse des conférences, des concerts, des expositions, des réceptions ou des soirées de débats et il a manifesté à plusieurs reprises l’intérêt qu’il portait aux missions et aux objectifs de notre société. Que ces manifestations aient pour sujet central des questions politiques ou économiques, la littérature ou l’art, la musique ou la peinture, les problèmes de l’Extrême-Orient et les relations culturelles mondiales, Monsieur Pierre de Margerie était toujours présent. Nous pensons que ce n’était pas seulement par souci de repré­sentation, car nous savons et nous avons beaucoup de preuves que Monsieur Pierre de Margerie possède une culture d’une rare étendue. »46

  • 47 Ibidem, p. 764 sq. Pour marquer son arrivée comme ambassadeur, François-Poncet avait mis un article (...)
  • 48 « Deutsch-Französische Gesellschaft » im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, feuillets (...)

15L’ancien ambassadeur accepta de devenir membre d’honneur de la DFG. Le successeur de de Margerie à l’ambassade de la Pariser Platz, André François-Poncet, qui fut présenté aux lecteurs de la DFR par un article très bien informé47, poursuivit la tradition de la présence de l’ambassadeur aux manifestations de la DFG. Lorsque les nationaux-socialistes commencèrent, au début de l’été 1933, à démanteler la DFG, l’ambassadeur François-Poncet intervint en sa faveur. Il demanda, en manière de provocation, si le fait d’ap­partenir à cette organisation allemande oeuvrant pour l’entente était désor­mais répréhensible et comment le démontage de la DFG était compatible avec les déclarations du chancelier du Reich Adolf Hitler assurant qu’il voulait mener une politique de paix et d’entente avec la France48.

  • 49 Cf. à ce propos Oswald von Nostitz: Muse und Weltkind. Das Leben meiner Mutter Helene von Nostitz, (...)
  • 50 Voir sur ce sujet Hans Manfred Bock : Die Deutsch-Französische Gesellschaft 1926 bis 1934, op. cit. (...)
  • 51 Cf. DFR, 1928, p. 219 sqq. : « Die Pariser Tagung des Deutsch-Französischen Studien­komitees ».
  • 52 Voir en particulier l’étude d’Arnold Bergsträsser : Sinn und Grenzen der Verständigung zwischen Nat (...)
  • 53 Voir la présentation de cette analyse dans mon article : « Die Politik des „Unpolitischen“. Zu Erns (...)
  • 54 Cf. la contribution de Susanne Paff dans le présent volume.
  • 55 Eduard Wechssler : « Die Grundform des französischen Gedankens », in : DFR, 1928, p. 284-293.
  • 56 Eduard Wechssler : Esprit und Geist. Versuch einer Wesenskunde des Deutschen und des Franzosen, Bie (...)
  • 57 Léon Brunschvicg : « Rationalismus der Ordnung und progressiver Rationalismus », in : DFR, 1931, p. (...)
  • 58 Voir ci-dessous l’article de Susanne Paff.
  • 59 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, feuillet H (...)

16Les rapports de la DFG berlinoise avec le Comité d’études franco-allemand (Comité Mayrisch) étaient davantage placés sous le signe de l’opposition que de la coopération. Le Comité avait à Berlin non seulement le Bureau dirigé par Pierre Viénot, mais aussi le siège du président de la section allemande, fonction assurée par Alfred von Nostitz-Wallwitz. Les visiteurs français et allemands qui fréquentaient ces cercles (notamment le salon d’Helene von Nostitz-Wallwitz49), parmi lesquels dominait la bour­geoisie d’affaires, appartenaient à des milieux plus exclusifs que ceux qui participaient aux activités de la DFG, davantage destinées au grand public. Certes – contrairement à ce qui avait été décidé initialement – le Comité a accordé une aide financière ponctuelle à l’entreprise de Grautoff50 et, par ailleurs, Alfred von Nostitz-Wallwitz a publié dans un des premiers numéros de la DFR un article sur l’activité du Comité Mayrisch51. Mais par la suite, la DFG a cessé de mentionner ce dernier et ses représentants et de rendre compte de ses activités, étant donné les différences sociologiques et straté­giques entre les deux forums de discussion bilatéraux. Les membres alle­mands représentant la culture au sein du Comité, Ernst Robert Curtius et Arnold Bergsträsser, étaient des auteurs très présents et influents dans la DFR par leurs contributions au débat sur la Kulturkunde (Curtius) ou par des comptes rendus sur la situation politique et la sociale de la France (Bergsträsser)52. Mais cela était sans doute à mettre surtout sur le compte de leur besoin de trouver une caisse de résonance pour leurs idées en matière de politique culturelle (ce qu’ils trouvaient dans la DFR, alors que le Comité d’études n’avait pas de revue propre) et ne signifie pas qu’ils adhéraient aux objectifs et aux pratiques de la DFG. La controverse qui opposa Ernst Robert Curtius aux germanistes français (Edmond Vermeil et Christian Sénéchal, ce dernier étant un membre dirigeant de la L.E.G. c’est-à-dire l’organisation française partenaire de la DFG)53 et qui fut menée sur un ton extrêmement méprisant et polémique fait apparaître clairement les oppositions politiques qui se cachaient derrière cette ignorance réciproque des deux organisations berlinoises travaillant pour la cause de l’entente, oppositions qui étaient fondées sur la reconnaissance ou la non-reconnaissance de la République. On constate de même que la DFG berlinoise et le Séminaire des langues romanes de l’université de Berlin sous la direction d’Eduard Wechssler se sont éloignés l’un de l’autre, alors que leurs intentions en ce qui concernait la politique à l’égard de la France allaient dans le même sens. Wechssler, qui avait préparé sa prestigieuse série de conférences françaises au même moment où Grautoff s’apprêtait à fonder son organisation54, avait d’abord collaboré à la DFR avec des contributions à la discussion sur la Kulturkunde, dans lesquelles il privilégiait une approche extrêmement antithétique55. Toutefois, son livre Esprit und Geist56 déclencha bientôt dans la revue une violente controverse qui fut, de toute évidence, la pierre d’achoppement pour ces relations. Dans les premières années, en 1928/29, les conférences fran­çaises au Séminaire des langues romanes étaient encore annoncées dans la DFR, qui publiait parfois même le texte de ces manifestations57, mais par la suite ce type d’informations disparut. On peut placer dans le contexte de cette brouille le fait qu’en 1930 Grautoff se soit plaint au ministère prussien de l’éducation du montant excessif des honoraires versés aux conférenciers invités par Wechssler58. Dans la phase de dissolution de la DFG, entamée pendant l’été 1933 par les nationaux-socialistes, Wechssler s’est adressé au ministère des Affaires étrangères dans la claire intention de recueillir l’héri­tage de celle-ci. Fin juin 1933, il certifiait qu’il était resté étranger à la DFG et à la DFR, déclarant que la DFG avait été une « manifestation mondaine pour Berlin W. [ouest] ». Pourtant, estimait-il, après que la DFR avait cessé de paraître, il était dommage qu’il n’y ait plus de publication qui puisse servir de plate-forme pour le débat franco-allemand59.

  • 60 Voir également mon article : « émile Mayrisch und die Anfänge des Deutsch-Französi­schen Studienkom (...)

17Les tensions et les petites jalousies entre les acteurs collectifs de la médiation culturelle française à Berlin étaient d’une part un signe de leur faiblesse, de leur détresse financière croissante et de la baisse constante de leur capacité à mobiliser la société en faveur du rapprochement franco-allemand. Mais elles résultaient aussi des divergences entre leurs stratégies de rapprochement. Tandis que le Comité Mayrisch, conformément à l’idée qui avait présidé à sa fondation, était conçu pour promouvoir l’entente non publique entre un nombre limité de représentants de l’élite économique, culturelle et administrative et pour créer une interdépendance entre les éco­nomies des deux pays60, la raison d’être de la DFG était entièrement tournée vers la réalisation d’un espace public franco-allemand, où un nombre crois­sant d’Allemands et de Français allaient dialoguer et explorer les possi­bilités de réaliser l’entente à la base de la société. Si le travail du Comité d’études franco-allemand visait en dernier ressort l’interdépendance des économies, celui de la DFG avait pour objectif pratique de créer une inter­dépendance entre les sociétés des deux nations. Cet objectif est la clé qui permet de comprendre les manifestations et activités diverses organisées avant 1933 à Berlin au nom de la DFG. Les intellectuels qui ont apporté temporairement ou durablement leur concours au travail de la DFG ont évoqué les intentions de celle-ci dans des termes sans cesse renouvelés. Stefan Zweig qui suivait le travail de la DFG avec beaucoup de sympathie, au moins jusqu’au seuil des années trente, a résumé en 1929 comme suit la manière dont celle-ci voulait agir sur la société :

  • 61 Stefan Zweig : « Nach einem Jahr », in : DFR, 1929, p. 1 sq.

«  […] la diplomatie avait réussi à obtenir à Locarno un rapprochement étonnamment étroit, les relations officielles entre l’Allemagne et la France étaient devenues de plus en plus cordiales de mois en mois – encore quelques mois, un an, pensait-on et les derniers souvenirs hostiles auraient disparu complètement, les questions oppressantes seraient réglées définitivement. Ces espoirs, cette attente joyeuse ont fait place entre temps – inutile de le nier ! – à certaines déceptions, à un ralentissement et, on peut presque le craindre, à un recul politique. Or, de tels désaccords passagers, presque inévitables, peuvent facilement faire douter de nouveau des natures hési­tantes, provoquer trop vite la déception de ceux qui avaient espéré impatiem­ment ; mais ce qui me paraît montrer à l’évidence l’importance particulière de nos entreprises et hausser l’objectif de la Société franco-allemande, de la Revue franco-allemande au niveau d’une nécessité supérieure, c’est précisé­ment qu’elles cherchent à rendre les relations intellectuelles pleinement et durablement indépendantes des fluctuations momentanées de la diplomatie et de la politique. Les liens que l’on cherche ici à réaliser sont uniquement les liens ancestraux jamais détruits qui unissent l’esprit d’une nation à celui d’une autre, ils ne veulent pas obtenir des alliances politiques, mais la com­préhension culturelle qui, à son tour, en se répandant constitue la base véritable pour une amitié réelle de nation à nation, plus durable que les accords à court terme qui signifient des avantages politiques momentanés et des communautés révocables. »61

18Cette stratégie qui consistait à créer des « communautés irrévocables » entre une société nationale et une autre était intimement liée à l’objectif plus lointain d’une Europe unie. Cette orientation était centrale chez les auteurs habituels de la DFR (Otto Grautoff, Edgar Stern-Rubarth e. a.) mais elle était aussi fortement marquée chez les intellectuels sympathisants de la DFG. L’exemple d’Arnold Zweig et celui de Walter Bloem en donnent un aperçu lorsqu’ils définissent leur conception des missions de la DFG. Arnold Zweig (1887-1968), qui vivait à Berlin depuis 1923 et avait publié en 1927 un livre à succès, le roman pacifiste Der Streit um den Sergeanten Grischa, consi­dérait la DFG comme un instrument au service de la préservation de la paix et de la survie de la culture européenne :

  • 62 DFR, 1928, p. 1000 sq.

« Il faut que les peuples se rencontrent de nouveau : les peuples et non les gouvernements, dans la paix et non dans la guerre. Car l’erreur ridicule, la source première de tous les malheurs de l’Europe a toujours été que les peuples se sont fait la guerre et que les gouvernements, sous prétexte de conclure des traités de paix, en ont tiré profit au bénéfice des couches domi­nantes respectives. L’Europe doit à la France d’inépuisables richesses de l’esprit politique, philosophique, artistique ; l’Europe doit à l’Allemagne d’inépuisables valeurs de l’âme politique, philosophique et artistique. Nous ne voulons pas que ce continent où, depuis des siècles, ont été prises toutes les décisions pour la terre entière, devienne le vassal pitoyable, moribond, déchiré par l’esprit querelleur, d’autres continents qui, on le voit à nouveau, sont incapables de venir en aide à eux-mêmes comme aux autres, sans être en accord avec l’Europe […] Faites en sorte que les frontières soient indiffé­rentes aux hommes politiques, tout comme elles sont indifférentes aux intel­lectuels véritables. Et dans cinquante ans, l’Europe unie sera aussi naturelle et fondée sur la même base économique et spirituelle que l’Allemagne unie l’a été pour nous, les hommes de quarante ans ».62

19Dans le souci manifeste d’équilibrer les prises de position, la DFR a flanqué ces propos pacifistes par les réflexions d’un autre auteur à succès, issu, quant à lui, de la tradition du militarisme prussien. Walter Bloem (1868-1951) un romancier et apologiste du prussianisme très connu à l’époque parvint, à partir de raisonnements tout à fait différents, à la même conclusion, à savoir que l’union entre l’Allemagne et la France devait être le socle de l’unifi­cation européenne :

  • 63 DFR, 1928, p. 1005.

« La parenté du sang, le voisinage des frontières, les interférences innom­brables entre les deux cultures, l’interdépendance des économies n’exigent pas seulement la réconciliation, mais l’alliance. […] C’est ainsi que la “Guerre mondiale” aura été et devra être la dernière guerre fratricide entre l’Allemagne et la France. Ce qui lui succédera, ce sera la réconciliation complète, l’alliance indissoluble. Le destin des deux nations, le destin de l’Europe, la paix dans le monde en dépendent. »63

20Ainsi conçue dans une perspective européenne, la stratégie de création d’une interdépendance entre les sociétés allemande et française a été le programme que défendaient de nombreuses contributions publiées dans l’organe de discussion de la DFG. Sur ce point aussi, nous nous bornerons à citer deux exemples parmi de nombreux articles parus sur ce sujet. Stefan Zweig a été un des défenseurs les plus éloquents de ce projet d’entente franco-allemande. Dans l’article où il rend hommage au travail accompli par la DFG au cours de la première année de son existence, il a exposé les conseils pratiques suivants pour l’activité de l’organisation :

  • 64 DFR, 1929, p. 3.

« C’est ainsi que je considère que la mission de la Revue franco-allemande et réciproquement de la Revue d’Allemagne n’est pas seulement de faire des rapports mais aussi d’être le centre d’où émanent des incitations concrètes et des propositions pratiques. Ici tous ceux qui ont à suggérer ou à discuter un projet vivant, capable de faire avancer et d’accroître la compréhension entre les deux nations, doivent pouvoir faire leurs propositions ; c’est ici que doivent se rassembler toutes les discussions qui visent à intérioriser les deux pays frères, tout en les renforçant. Car il importe surtout de créer des réalités, d’agir non seulement dans la sphère intellectuelle mais aussi directement dans la sphère pratique, car ni l’idéologie, ni les déclarations d’amour pathétiques ne nous rapprocheront d’un pouce d’un but aussi important pour l’avenir du monde. Mieux vaut des petits progrès dans le réel, qui durent et créent une véritable compréhension, que de vagues sentimentalités. Il y a encore beaucoup à faire, vraiment beaucoup, pour que ce contact et cette compréhension que nous exigeons et que nous voulons favoriser en mettant en jeu toute notre conviction, ne restent pas limités à une élite supérieure déjà presque détachée des racines de la nation, pour qu’au contraire cette imprégnation devienne plus complète et plus proche du peuple. Il ne s’agit plus, depuis longtemps, de gagner quelques artistes et quelques hommes politiques pour la cause de la volonté d’entente, mais surtout les enseignants, ceux qui forment la jeunesse, la prochaine génération, pas seulement les capitales mais aussi les provinces, tout le pays presque inconnu de la plupart des étrangers. Cela ne peut se faire que par beaucoup de travail de détail, mais toujours seulement par un travail qui vise le réel, ce qui est pratique et possible »64.

  • 65 Sur l’activité de Salomon, voir aussi Ina Belitz, « Grenzgänger zwischen Wissenschaften, Generation (...)

21La tâche décrite ici, c’est-à-dire ce travail minutieux d’organisation pour créer des structures de communication résistantes entre Allemands et Français, a été assumée de façon impressionnante, tant sur le plan pratique que sur le plan programmatique par le sociologue de Francfort/Main Gottfried Salomon, membre de la rédaction de la DFR. Gottfried Salomon (1882-1964) qui avait effectué en 1928 un séjour prolongé à l’école nor­male supérieure (ENS) de Paris où il avait noué des contacts avec son col­lègue, le sociologue Célestin Bouglé65, expliqua en 1929 ses conceptions à propos de la création des liens d’interdépendance entre les sociétés alle­mande et française d’une manière proche de celle de Stefan Zweig :

  • 66 Gottfried Salomon : « Zur deutsch-französischen Verständigung », in : DFR, 1929, p. 7 sq.

« Si je dis d’un homme que je le comprends, je dois le connaître, l’avoir vu et parlé. Mais c’est précisément la relation personnelle qui manque entre l’Alle­magne et la France. Le côté officiel et académique, les négociations indus­trielles et les entretiens esthétiques ne peuvent résoudre ce problème de rela­tions. Les membres des groupes professionnels qui ont une influence sur le peuple, qui l’éduquent et l’administrent, les fonctionnaires, juristes et ensei­gnants, les employés dans l’économie et surtout la jeunesse, les étudiants et les élèves de différents pays doivent se rencontrer. Des hommes qui s’oc­cupent des mêmes sujets doivent s’expliquer et s’ouvrir les uns aux autres. […] Comprendre un autre pays en se référant aux traditions n’est nullement un privilège réservé à des esthètes et des individus particuliers. C’est pourquoi on se trompe si on pense que des représentations théâtrales et des concerts, que des artistes extravagants et des arts reposant sur l’illusion peuvent conduire à l’entente. La vie sociale est la vie banale. On ne peut connaître et comprendre l’état et l’économie, l’école et la famille, les mœurs et le droit du voisin que par un séjour dans son pays, par la fréquentation de toutes sortes de personnes, par l’observation et la conversation, en vivant dans le pays et avec ses habitants. Il faut franchir soi-même les frontières et c’est pour cela que des écoles devraient passer leurs vacances dans l’autre pays, que des étudiants devraient effectuer une partie de leurs études dans un autre pays et que des fonctionnaires et employés devraient apprendre à connaître des institutions d’un autre genre, pour qu’enfin il n’y ait plus seulement de la théorie et de la philosophie mais une expérience et une connaissance de l’étranger. »66

  • 67 Il existe sur ce sujet une étude plus approfondie de Carmen Schuchardt : Die Universität Frankfurt/ (...)
  • 68 « Deutsch-französische Neujahrswünsche », in : DFR, 1930, p. 3.

22Salomon, qui préparait la création, à l’université de Francfort/Main, d’un institut de recherche sur la France (Frankreich-Institut) qu’il n’a cependant pas pu réaliser par la suite à cause de la crise économique et de l’arrivée au pouvoir du national-socialisme67, a formulé là une conception des échanges centrée sur l’expérience de la réalité vécue, qui était commune à toute la DFG. C’est ainsi que la présidence et le comité directeur de la DFG ont considéré que, pour 1930, les principaux objectifs de l’intensification des « échanges humains entre l’Allemagne et la France » étaient d’y faire parti­ciper des ouvriers et des employés, de permettre à un plus grand nombre de jeunes diplômés français d’étudier en Allemagne et d’obtenir une réduction des tarifs de la Reichsbahn pour des Français en voyages d’études68. Les principes directeurs exposés ici pour illustrer la manière dont la DFG conce­vait les échanges bilatéraux, surtout l’idée qu’il fallait créer des liens de plus en plus étroits entre les sociétés allemande et française pour servir de base à la création d’une Europe unifiée, ont également déterminé dans une large mesure les manifestations concrètes avec lesquelles l’organisation-mère berlinoise est apparue en public dans la capitale du Reich.

3. Manifestations de la DFG à Berlin : entre mondanités et « débat contradictoire »

  • 69 Au sujet de ces deux revues, voir aussi l’analyse littéraire de Béatrice Pellissier : Un dialogue f (...)

23Après que le projet de Grautoff de créer un instrument au service de l’entente bilatérale se fut subrepticement transformé et qu’au lieu de donner seulement naissance à deux revues, il eut abouti à la création d’une organi­sation plus vaste, il développa sur ce plan de l’organisation une dynamique toute particulière. La publication des deux revues mensuelles respectivement à Berlin et à Paris, la Deutsch-Französische Rundschau et la Revue d’Alle­magne, resta la part essentielle des activités de la DFG. Les subventions ministérielles, de moins en moins importantes, correspondaient aux frais liés à cette activité69. Ces deux revues ambitieuses servaient de forum de discussion pour la DFG (ce fut le cas de la DFR) et (pour ce qui était de la Revue d’Allemagne) de justificatif montrant que le principe de réciprocité en matière de politique culturelle était observé ; en effet, la diplomatie alle­mande considérait que la revue parisienne était une garantie pour l’expor­tation de « biens culturels » allemands vers la France. L’organisation parte­naire de la DFG, la L.E.G., n’avait pas de rapport avec la revue parisienne et publiait son propre périodique sous le titre Se connaître. La Revue d’Alle­magne publiée par une équipe rédactionnelle binationale (dont faisaient partie, entre autres, Maurice Boucher, Henri Lichtenberger, Félix Bertaux, Thomas Mann, Ernst Robert Curtius et Otto Grautoff) avait une orientation plus nettement littéraire que la DFR. En revanche, la DFR berlinoise devint au fil des années jusqu’en 1933 non seulement plus politique par le choix de ses sujets, elle servait aussi à faire connaître à l’extérieur les activités de la DFG comme organisation au service de la politique d’entente et elle repré­sentait le moyen de communication interne le plus important pour ses membres à Berlin et dans d’autres villes allemandes. C’est pourquoi on trouve dans la revue berlinoise, publiée par la maison d’édition Walter Rothschild (Berlin-Grunewald) et dirigée également par une équipe franco-allemande de rédacteurs (en dehors d’Otto Grautoff, on y trouvait notamment Gottfried Salomon, Edgar Stern-Rubarth, Maurice Boucher, Edmond Jaloux et Henri Lichtenberger) un tableau très détaillé des activités que l’organisation déployait sur place à Berlin.

  • 70 Voir sur ce sujet en général Dieter Tiemann : Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkr (...)
  • 71 DFR, 1930, p. 78.
  • 72 Rolf Junges : « Student und Verständigung », in : DFR, 1930, p. 488.
  • 73 Maurice de Gandillac : « Lettre à Herrn cand. jur. Rudolf Junges », in : DFR, 1930, p. 232-235.
  • 74 DFR, 1932, p. 530 ; on y trouve un résumé du débat qui a eu lieu dans le salon de Lonny Wohlmann le (...)
  • 75 Maurice de Gandillac : Le siècle traversé. Souvenirs de neuf décennies, Paris 1998, p. 131.
  • 76 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, H 024143.
  • 77 Cf. DFR, 1928, p. 176.
  • 78 DFR, 1928, p. 267 sq.
  • 79 « Schülerreisen nach Frankreich », in : DFR, 1928, p. 970 sq.
  • 80 Dans son rapport d’activité de fin 1932 in : „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Poli­tischen Ar (...)
  • 81 DFR, 1932, p. 391 sqq.
  • 82 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI. H 024144.

24L’éventail de ces activités organisationnelles a été élargi au cours des premières années d’existence de la DFG de Berlin, d’une part, en intégrant des programmes d’échanges qui existaient déjà à l’état d’ébauche, et d’autre part, en différenciant certaines parties du programme pour les établir en tant que sections indépendantes. Dans la première catégorie, celle des activités d’interaction franco-allemande annexes, il faut signaler en particulier les échanges d’élèves et d’étudiants ainsi que la correspondance scolaire70. Après qu’un groupe d’étudiants catholiques français eut séjourné pendant quatre semaines dans la capitale et dans d’autres parties de l’Allemagne, la DFG créa en décembre 1929 à Berlin un Groupe de travail estudiantin qui déploya une très vive activité de rencontres et de discussions dans le milieu universitaire. Il s’était fixé pour but : « d’étudier et d’approfondir la connais-sance des problèmes français du présent, de la vie du peuple, en particulier de ceux qui ont fait des études universitaires, de la structure politique, de la constitution, du droit. »71 Il voulait « donner […] l’occasion de réfléchir au sujet de l’autre » et en même temps faire « de la propagande pour son propre être profond »72. On considérait que, du côté français, c’était la « Ligue d’action universitaire radicale et socialiste » (LAURS) qui se montrait le plus disponible pour répondre à cette offre de rencontres et de discussions. C’est dans le cadre de ces débats estudiantins que Maurice de Gandillac fut publié dans la DFR73 et que le jeune Raymond Aron a parlé des partis de gauche en France au cours d’une des séances du Groupe de travail de la DFG74. Depuis le début, Henri Jourdan a joué un rôle stimulant comme intervenant dans ce groupe estudiantin de la DFG. Une amie française vivant à Berlin avait appris au normalien de Gandillac qu’il existait aussi dans le comportement des jeunes Allemands, à côté de traits étranges et déplaisants, une admiration sans réserve pour la France : « Les Allemands ont pour la France une admiration et un engouement dont personne chez nous ne peut se faire une idée75 ». En complément de ces activités organisées sur place, la DFG de Berlin a également cherché à intensifier les échanges d’étudiants entre les deux pays. La DFR publiait régulièrement des annonces de recherche de logements chez l’habitant pour des étudiants français. Faisant le bilan de son activité de médiation, Grautoff fit valoir, fin 1932, qu’il avait été possible de loger « plusieurs centaines d’étudiants » dans des familles allemandes ou françaises76. Parmi les organisations annexes de la DFG à Berlin, l’agence pour les échanges scolaires avait déjà une tradition an­cienne. En collaboration avec quelques pédagogues réformateurs comme Siegfried Kawerau (1886-1936), les écoles avaient commencé très tôt, en particulier à Berlin, à mettre en place pendant les vacances des échanges d’écoliers avec la France. Le « Comité franco-allemand pour les échanges scolaires » avait été fondé en février 1926 ; en 1926, il avait organisé des séjours pour 40 écoliers et en 1927 il avait permis respectivement à 115 écoliers allemands et français de faire un séjour de vacances dans une famille de l’autre pays77. Les relations entre les lycées et la DFG berlinoise passaient surtout par le biais de l’association des amis du lycée moderne (Verein der Freunde des neusprachlichen Gymnasiums) qui avait été créée en février 1928 à Berlin78. La direction de l’Agence pour les échanges scolaires était assurée jusqu’en 1931 à Heidelberg puis à Stuttgart par une militante très active de la « Ligue allemande des Droits de l’Homme »79. Au total, 1225 échanges ont été organisés – d’après Grautoff – pendant ces cinq années80. La correspondance scolaire entre élèves français et allemands a été gérée à partir du début de 1929 par un Bureau (Mittelstelle) mis en place à Berlin et dirigé par un professeur de langues vivantes, Max Bäcker. Le directeur de cette Mittelstelle rendait compte régulièrement dans la DFR de l’accroissement sensible du nombre de participants à cette correspondance ; il constata qu’en 1931, pour la première fois, les demandes des élèves fran­çais désireux de trouver un correspondant en Allemagne ont dépassé celles des élèves allemands cherchant un correspondant en France81. Au cours des quelque quatre années de son activité, la Mittelstelle a établi environ 15.000 partenariats épistolaires82. C’est surtout pour les activités de la DFG berli­noise dans le domaine scolaire que ses liens privilégiés avec la « Ligue d’études germaniques » ont joué un rôle important, parce que cette dernière était principalement implantée dans le milieu des professeurs d’allemand en France. C’est dans ce domaine que la stratégie de la DFG visant à l’éta­blissement de relations entre Allemands et Français dans différents secteurs de la vie sociale a été mise en pratique avec le plus de réussite.

  • 83 DFR, 1930, p. 750.
  • 84 « Die L.E.G in Berlin », in : DFR, 1930, p. 874-876 ; voir aussi ibidem la revue de presse.

25Les voyages de groupe effectués par des membres de la DFG ou de la L.E.G. dans le pays voisin « sous la conduite de spécialistes » devaient également servir le même objectif. Depuis 1929, ces voyages de groupes avaient lieu dans les deux sens une fois par an : à côté de l’intérêt touris­tique, les organisateurs mettaient surtout en avant l’objectif d’apprendre à connaître les réalités de la vie dans le pays visité. Tandis que les voyages des groupes allemands, qui avaient lieu à Pâques ou à la Pentecôte, les condui­saient à Paris, où Grautoff avait préparé un programme très complet de visites et de rencontres, les groupes de la L.E.G. avaient des destinations variables. En septembre 1930, un voyage de douze jours mena des membres de la L.E.G. à Berlin. La DFG y avait préparé le programme en collaboration avec le Service pédagogique allemand pour l’étranger (Deutsche Pädago­gische Auslandsstelle). La DFR avait annoncé la venue de 100 visiteurs français en disant que c’était le plus important groupe d’intellectuels qui soit venu dans la capitale du Reich depuis 187083. Finalement, le groupe des visiteurs de la L.E.G. comprenait en réalité 70 participants ; il se composait de professeurs d’allemand, de commerçants, d’industriels, d’avocats et de médecins. Après des visites d’institutions municipales et d’établissements scolaires, le programme proposait au choix un mélange d’offres industrielles et culturelles : la grande centrale électrique de Klingenberg, les usines Borsig et les éditions Ullstein, l’aérodrome, le Musée Pergamon, la Galerie Nationale, le palais du Kronprinz, l’Opéra national ainsi que les théâtres de Reinhardt et de Barnowski ; des excursions rapides conduisirent les visiteurs à Potsdam et à Francfort/Oder où ils furent reçus par le préfet (Regierungs­präsident) et le maire (Oberbürgermeister) et où on leur fit voir un Conser­vatoire municipal de musique (Musikheim). Le vice-président de la L.E.G. A. Ravizé résuma ses impressions dans le Berliner Tageblatt et les nom­breux échos dans la presse constituaient pour la DFG un succès en termes de publicité84.

  • 85 DFR, 1928, p. 1044.
  • 86 DFR, 1930, p. 156.
  • 87 DFR, 1930, p. 254 et p. 514.
  • 88 DFR, 1932, p. 841.
  • 89 Cf. DFR, 1931, p. 267.

26Mais les traits sous lesquels l’organisation pour l’entente franco-alle­mande apparaissait au public berlinois étaient moins déterminés par de tels événements exceptionnels et ponctuels que par ses manifestations récur­rentes. En ce qui concerne cette dernière forme de communication, on peut distinguer entre les manifestations qui se déroulaient dans des cercles restreints et qui donnaient l’occasion aux membres de la DFG de s’entretenir entre eux ou avec des visiteurs français de passage et celles qui s’adressaient à un public aussi large que possible et qui étaient accessibles aussi à des personnes extérieures intéressées. Les manifestations du premier genre – en quelque sorte les manifestations internes de la DFG berlinoise – ont débuté en décembre 1928. Le 12 décembre 1928, Henri Jourdan, « jeune philo­sophe » vivant à Berlin, a parlé dans la maison de l’avocat Max Alsberg, membre du Präsidium de la DFG, devant les fondateurs et mécènes de l’organisation sur le sujet « La littérature officielle et l’autre. De Paul Bourget à Colette »85. Cet exposé fut suivi, la même année encore, par la conférence standard de Grautoff, illustrée de photographies, sur « Le Paris inconnu ». Il la répéta en février 1929 devant un public plus nombreux dans les locaux du magasin d’antiquités Flatow et Priemer qui accueillit au cours des années suivantes une grande partie des manifestations de la DFG. Ces conférences et d’autres programmes de la DFG se déroulaient en divers lieux. Après que Flatow et Priemer eut mis régulièrement ses locaux (Victoriastraße 29) à leur disposition jusqu’en 1930, les membres de la DFG se rencontraient dans un appartement privé (Lonny Wohlmann, Kaiserallee 209) et enfin dans la salle de réunion Wagner (Bayrischer Platz 2). À la différence du Comité Mayrisch, la DFG n’avait donc pas des ressources suffisantes pour entretenir son propre siège permanent. À partir de 1929, la DFG organisa des « thés », environ une fois par mois. Ces après-midi per­mettaient des échanges de vue entre membres de la DFG et des rencontres avec des représentants de la culture française de passage à Berlin. Elles donnaient lieu, soit à de petites conférences (« causeries ») sur la littérature contemporaine ou sur les tendances de la consommation de luxe, soit à des séances musicales ou à des lectures. Au cours du second de ces « thés », qui commencèrent en décembre 1929, un public de plus de 100 personnes put entendre des mélodies de Debussy et de Duparc86. Le « thé » de février 1930 était marqué par la présence de 11 écrivains français, parmi lesquels il y avait des auteurs comme Marcel Achard et Edmond Jaloux ; lors du « thé » de juin, André Maurois a salué les membres de la DFG dans les locaux de la « Maison de la presse allemande »87. Cette forme de sociabilité mondaine fit place dans le programme des manifestations de la DFG à partir de 1931 à des réunions du même genre en soirée (un horaire mieux adapté aux membres exerçant une activité professionnelle). Au cours des 18 derniers mois de l’existence de ces manifestations, compte tenu de la crise écono­mique mondiale, leur caractère mondain a fait place à des thèmes politiques, et les soirées de la DFG ont également représenté la tribune pour les grands « débats contradictoires » qui avaient eu lieu auparavant devant des centaines de spectateurs dans de grandes salles louées pour l’occasion. Le dernier événement « mondain » que nous avons pu identifier a eu lieu en novembre 1932 sous la forme d’un « défilé de mode franco-allemand »88. Les « bals [de charité] franco-allemands » organisés annuellement par la DFG en collaboration avec d’autres organisations et pour lesquels on s’assurait des patronages politiques et sociaux prestigieux servaient à des fins charitables. C’est ainsi, par exemple, que la recette du bal de 1930 était destinée à soutenir les échanges scolaires franco-allemands, celle de 1931 à secourir des « artistes, écrivains et savants dans le besoin »89.

27Dans l’éventail des manifestations de la DFG berlinoise, c’étaient les grandes conférences qui avaient le plus grand impact public. Organisées souvent en coopération avec d’autres associations, elles s’adressaient au grand public et trouvaient aussi dans la presse un écho considérable. Cette série de conférences qui eut lieu avec une périodicité irrégulière entre mai 1928 et mai 1933, était destinée à faire connaître au public berlinois les thèmes principaux (ou même seulement les thèmes susceptibles d’attirer le public) des relations bilatérales, tout en faisant de la publicité pour la DFG. Les conférenciers venus de France étaient, selon toutes les apparences, recrutés en fonction des relations de travail qu’ils avaient avec des représentants éminents de la DFG, d’après les critères de leur ouverture en faveur de la coopération franco-allemande ainsi que de leur disponibilité et de leur présence dans la capitale.

Conférences publiques françaises à Berlin dans le cadre de la DFG

23 mai 1928

Faure, Elie : Napoléon, créateur d’un monde nouveau

29 octobre 1928

Vulliod, Amédée : La paix internationale assurée par une réforme internationale de l’éducation

16 décembre 1928

Réau, Louis : Le décor de la vie en France

21 février 1929

Grautoff, Otto : Das unbekannte Paris (conférence avec projections)

8 mars 1929

Raphael, Gaston : L’industrie allemande, sa récente évolution

15 avril 1929

Chabrun, César : Le Parlement actuel et ses Devoirs

26 juin 1929

Réception (soirée) avec récitation de poèmes de Paul Lefort et Charles Vildrac

16 septembre 1929

Saulgeot : La jeunesse catholique dans la France d’aujourd’hui

15 octobre 1929

Focillon, Henri : Dessinateurs du Romantisme

22 octobre 1929

Colette : Comment je vois Colette

9 janvier 1930

Torrès, Henry : Devant les assises

26 mars 1930

Schreiber-Crémieux, Suzanne : La Parisienne

19 juin 1930

de Cassagnac, Paul : La montagne en France

16 octobre 1930

Cot, Pierre : Ce que la France attend de l’Allemagne

17 novembre 1930

Jourdan, Henri : Une source de malentendu : L’individualisme français et allemand

4 décembre 1930

Le Troquer, Yves : L’union douanière franco-allemande

15 janvier 1931

Decourt, Fernand : * [Le combat pour la Santé publique]

12 mars 1931

Misard, Madeleine : La Française dans la vie moderne

23 avril 1931

Abbé Desgranges : Les progrès du catholicisme dans l’élite intellectuelle française depuis 1880

22 octobre 1931

Père Augustin Delorme : L’influence catholique sur la politique

28 novembre 1931

Petzet, Ernest : *[L’Europe devant le choix]

17 décembre 1931

Lamoureux, Lucien : *[Sur le droit budgétaire français]

11 février 1932

Martin du Gard, Maurice : Les intellectuels et le désarroi du présent

16 mars 1932

Bidou, Henry : L’abolition des barrières dans la littérature contemporaine

11 mai 1932

Margueritte, Victor : * [Sur le résultat des élections en Allemagne et en France]

5 octobre 1932

Piccard, Pierre : Marchons-nous à la guerre ou à la paix ? Les tendances actuelles des films français et allemands

9 novembre 1932

Aguesse : L’esprit républicain en France

15 décembre 1932

Bremer, Philipp, D’Esparbès, Roma : L’argot tel qu’on le parle

12 janvier 1933

Boucher, Maurice : Mort et résurrection du libéralisme

23 février 1933

de Vabres, Henry Donnedieu : Les conceptions libérales et autoritaires du droit pénal en France

1er mars 1933

de Pourtalès, Guy : Richard Wagner et la France

15 mars 1933

Daumas, Maurice, Chaumet, Simone : „L’entr’aide“ européenne : section franco-allemande

19 avril 1933

Günther, Felix : La musique française et l’esprit allemand

26 avril 1933

Seauve, Elie : La jeunesse française et l’esprit allemand

10 mai 1933

Humbert-Hesse, Jean : Du vieux pays Khmer au Cambodge actuel (Conférence avec projections)

24 mai 1933

Seauve, Elie : * [Sur Jules Romains : Les hommes de bonne volonté]

* Les thèmes indiqués entre crochets ont été retraduits de l’allemand, car les titres français originaux n’ont pu être retrouvés.

  • 90 Elie Faure : Napoleon, Dresden 1928.
  • 91 DFR, 1928, p. 632 ; la teneur de ce compte rendu est marquée par le besoin des respon­sables de la (...)
  • 92 DFR, 1928, p. 678-704.
  • 93 Cf. DFR, 1933, p. 398.

28À côté de ces conférences en forme de monologues, qui avaient toujours lieu en langue française, cette série de conférences comportait aussi des interventions orales d’orateurs français qui étaient flanqués d’un orateur allemand parlant du même sujet. Cette variante de la discussion dialoguée sur des champs d’activité ou des problèmes communs répondait le mieux à l’objectif ambitieux que s’était fixé la DFG : la communication entre les sociétés allemande et française. La série des grandes conférences publiques a commencé en mai 1928 avec l’invitation d’élie Faure, un médecin qui s’était fait un nom par de nombreuses publications sur l’histoire de l’art et l’histoire culturelle, et dont Otto Grautoff venait juste de traduire en allemand le livre sur Napoléon90. Faure a parlé – en compagnie de l’ancien ministre de l’Instruction publique Yvon Delbos – sur le thème de Napoléon dans la salle plénière de l’ancienne Chambre des Seigneurs de Prusse devant plus de 800 auditeurs, après que Grautoff eut présenté la DFG et l’orateur de la soirée. La conférence fut suivie, dans les locaux de la « Deutsche Gesellschaft », d’un banquet de 150 personnes « auquel participèrent de nombreux membres des autorités du Reich et de l’état, de l’ambassade de France, de la finance, de l’industrie, du commerce, ainsi que du monde des arts et de la science. »91 Le banquet s’est terminé par l’envoi d’une dépêche d’hommage au ministre des Affaires étrangères Stresemann. Les jours suivants, élie Faure répéta sa conférence à Leipzig et Marburg/Lahn. Ses propos dans lesquels il saluait en Napoléon le premier grand Européen de l’action, ont été reproduits partielle­ment dans la DFR92. Le modèle selon lequel s’est déroulée cette visite à Berlin (conférence, réception, poursuite du voyage vers d’autres villes alle­mandes, reproduction d’extraits de la conférence dans la DFR et publication dans la DFR d’une abondante revue de presse à propos de la manifestation) est resté sensiblement le même par la suite. Mais, du fait de la détérioration de la situation économique et sociale et de la dégradation dramatique des relations diplomatiques entre l’Allemagne et la France à partir de 1930, ces grandes manifestations ont perdu progressivement leur éclat et leur réso­nance jusqu’en 1933. La dernière de ces conférences a été prononcée en mai 1933 dans le cadre plus restreint d’une soirée publique par un jeune licencié vivant à Berlin, élie Seauve. Sa conférence sur Les hommes de bonne volonté de Jules Romains, a été complétée par une causerie de Grautoff sur les débuts de Jules Romains dans le mouvement unanimiste avant la guerre. Il n’y eut pas de réception à la suite de la conférence et manifestement pas non plus de réactions dans la presse à propos de cet événement qui mit un terme aux manifestations de la DFG et dont le sujet était tout un symbole93.

  • 94 DFR, 1929, p. 342.
  • 95 Selon le compte rendu paru dans la DFR, 1929, p. 436 sq
  • 96 DFR, 1930, p. 254 et p. 426 sq.
  • 97 DFR, 1930, p. 963.
  • 98 Ibidem.
  • 99 Cf. DFR, 1933, p. 260 sq.

29Dans le contexte de cette analyse des lieux où s’est déroulée la médiation culturelle française dans le Berlin de la République de Weimar, il peut être intéressant de regarder de plus près précisément ces « débats contradic­toires » qui figuraient dans l’éventail des manifestations de la DFG. Pour commencer, nous esquisserons un tableau des couples franco-allemands d’orateurs et nous continuerons en montrant quelques exemples de la manière dont se déroulaient ces manifestations publiques. Il est intéressant de constater que, jusqu’en 1930, on a maintenu la forme du monologue, même pour des orateurs français qui avaient une position très en vue dans la vie politique en France. Dans le cas de la conférence de César Chabrun sur le Parlement et les partis dans la France actuelle en avril 1929, celui-ci n’était flanqué d’aucun intervenant allemand. La DFG s’était contentée de former un comité auquel appartenaient, entre autres, le Président du Reichstag Löbe, l’ambassadeur de Margerie ainsi que quelques Secrétaires d’état et quelques industriels94. Chabrun (professeur de droit à Dijon et Paris, membre dirigeant du “Parti républicain socialiste et socialiste français” et président des “Ami­tiés internationales”, une organisation d’échanges internationaux) a impres­sionné ses auditeurs, le 15 avril 1929, plus par son éloquence que par les thèses qu’il défendait. Manifestement c’est la partie conviviale de son séjour à Berlin qui devait ensuite permettre le dialogue. Au « déjeuner de travail » qui eut lieu le lendemain de sa conférence participaient entre autres des membres du Présidium de la DFG, Richard Heilner, Robert Kauffmann (qui hébergeait Chabrun à son domicile), plusieurs députés au Reichstag, Secré­taires d’état et hauts fonctionnaires des ministères du Reich ainsi que Werner Sombart comme représentant de l’université ; parmi les résidents français à Berlin étaient présents : l’ambassadeur de Margerie, le professeur Oswald Hesnard, René Lauret (correspondant du Temps dans la capitale du Reich) et Pierre Viénot du Comité Mayrisch. Reçu l’après-midi par le prési­dent du Reichstag Löbe, Chabrun y rencontra les ministres en exercice Gustav Stresemann et Joseph Wirth, ainsi que Rudolf Breitscheid, l’expert du SPD pour les questions de politique étrangère, et Ludwig Stein, le socio­logue et éditeur de la revue Nord und Süd95. Dans les grandes manifesta­tions publiques à caractère politique de la DFG, on constate dans la seconde moitié de l’année 1930 que les sujets sont dorénavant traités de manière « contradictoire ». Tandis qu’au printemps 1930 Suzanne Schreiber-Crémieux, vice-présidente du parti radical-socialiste (radicaux) a encore parlé seule devant 1500 auditeurs dans la salle des fêtes de chez Kroll (place de la République) en plaidant en faveur du rôle politique des femmes96, le porte-parole des jeunes du parti des « radicaux », Pierre Cot, venu à Berlin en octobre 1930, après la détérioration brutale du climat politique et diplo­matique des relations bilatérales, s’est vu adjoindre pour sa conférence un co-orateur allemand. Pierre Cot, qui a parlé, lui aussi, dans la salle des fêtes de chez Kroll, a rendu un vibrant hommage au plan d’Union européenne pro­posé par Briand et a « beaucoup insisté sur le fait que le rapprochement des peuples français et allemand était un facteur décisif pour l’avenir du monde entier »97. Son contradicteur, Joseph Loos, député du Zentrum au Reichstag, défendit dans sa réponse (« Ce que nous avions attendu de la France ») des arguments révisionnistes et critiquait les hésitations françaises à satisfaire les demandes de révision des traités formulées par l’Allemagne : « La confiance ne peut se développer que parmi des peuples ayant les mêmes droits. La France et l’Allemagne doivent rester des bastions entre l’américanisme et le bolchevisme »98. Ce schéma pratiqué ici pour la première fois dans les débats publics de la DFG, un discours suivi d’une réfutation, a été conservé ensuite jusqu’en 1933. Dans ces manifestations de la DFG où deux orateurs se donnaient la réplique, on peut déceler très nettement les déplacements du centre de gravité politique qui se sont produits dans la vie publique de la République de Weimar entre 1930 et 1933. Alors qu’au début les orateurs chargés de donner la réplique aux conférenciers français représentaient les partis bourgeois du centre (principalement le Zentrum et le DVP), après l’arrivée de Hitler au pouvoir on a vu pour la première (et la dernière) fois un national-socialiste à la tribune dans le cadre d’un débat de la DFG. Elie Seauve s’est retrouvé le 26 avril 1933 en face du peintre Otto Andreas Schreiber, chef-adjoint de la section Groß-Berlin de l’Association des étu­diants nationaux-socialistes99.

  • 100 Sur le rôle de celui-ci dans la vie sociale franco-allemande dans le Berlin de cette époque, on tro (...)
  • 101 À propos de l’importance de celui-ci dans le milieu franco-allemand berlinois de la Répu­blique de (...)
  • 102 Voir à ce sujet le catalogue de l’exposition, paru comme numéro spécial de la Deutsch-Französische (...)
  • 103 Voir l’article intéressant d’E. Tuchmann : « Über deutsche und französische Biblio­philie », in : D (...)
  • 104 Sur cet aspect peu étudié de la politique étrangère culturelle, voir l’article de Corine Defrance d (...)
  • 105 Voir la revue de presse à l’occasion du Salon des Bibliophiles, in : DFR, 1929, p. 1001.

30Les rencontres franco-allemandes qui ont eu lieu à Berlin sous l’égide de la DFG ont souvent eu un impact public qui dépassait les limites habituelles de la communication subculturelle routinière entre Allemands et Français engagés au service de cette cause. À la différence de ce qui se passait pour les échanges littéraires passant par le Séminaire des langues romanes de l’université de Berlin ou par le Bureau du Comité Mayrisch, on se montrait tout à fait disposé dans les cercles de la DFG berlinoise à traiter des thèmes populaires et à inviter des auteurs à succès. Les protagonistes de l’organisa­tion berlinoise pour l’entente n’hésitaient pas à faire appel aux formes artis­tiques et aux médias nouveaux qui séduisaient les masses et ils allaient ainsi au-devant des besoins notoires de la capitale toujours avide de divertisse­ments fournis par l’industrie culturelle. La DFR rendait régulièrement compte aussi des nouveautés du cinéma, de la radio, du Kabarett et de la chanson. Quelques-unes des grandes manifestations du programme de la DFG à Berlin, celles qui ont eu la plus grande résonance, sont dues au fait qu’elle n’avait pas de prévention contre les aspects insolites et sensationnels de la production culturelle. Le premier de ces événements culturels a été la venue à Berlin de l’écrivain Colette (1873-1954). Elle eut lieu dans le cadre de la plus grande action publique de la DFG au cours de sa phase d’expan­sion, en l’occurrence l’exposition d’éditions de luxe françaises de l’après-guerre qui a eu lieu chez Flatow et Priemer dans la deuxième moitié d’oc­tobre 1929. L’exposition, qui comportait environ 300 objets, avait été réali­sée avec la participation active de l’ambassadeur de Margerie. Environ un tiers des éditions bibliophiles exposées provenait de la bibliothèque privée de l’ambassadeur et de son fils Roland de Margerie100 qui les avaient mises à la disposition des organisateurs ; un autre ensemble important avait été prêté par le marchand d’art Alfred Flechtheim101. Vingt-neuf éditeurs français ont complété le tableau en exposant leurs productions bibliophiles de l’après-guerre102. L’organisation de l’exposition et le programme des manifestations annexes avaient été assurés par la DFG berlinoise en collaboration avec une association de bibliophiles (Maximilian-Gesellschaft)103 ; la présentation était assurée entre autres par Otto Grautoff et Henri Jourdan. L’exposition, inaugurée par l’ambassadeur de Margerie le 13 octobre 1929 en présence d’environ 500 personnes et qui peut être considérée comme un exemple précoce de la politique française du livre en Allemagne104, était accom­pagnée de deux conférences. La première portait sur l’art du dessin au temps du romantisme ; le conférencier, le professeur Focillon, historien de l’art à la Sorbonne et manifestement un bon connaisseur de l’histoire de l’art alle­mand, a été loué par la presse berlinoise de manière très stéréotypée et conventionnelle pour son « charme et son esprit »105. En revanche, la seconde conférence, prononcée par l’auteur à succès Gabrielle Colette a suscité une véritable tempête d’enthousiasme dont elle semblait être elle-même la plus surprise. Peu de temps après son arrivée, elle a déjà été interviewé par des représentants éminents de la presse (entre autres Monty Jacobs, Kurt Tucholsky, Kurt Pinthus). Sa conférence, qui eut lieu le 22 octobre 1929 dans les locaux bondés de Flatow et Priemer et où elle parla d’elle-même, fut louée dans la presse berlinoise surtout pour son authenticité personnelle et moins sous l’angle de la littérature. La B.Z. am Mittag écrivit :

  • 106 DFR, 1929, p. 1004.

« Elle a commencé avec un certain embarras, mais avec beaucoup d’humour. Et c’est ainsi que le contact fut vite établi avec cette femme qui est venue ici en étrangère et que pourtant connaissent tous ceux qui ont lu Mitsou, Chéri et l’admirable Maison de Claudine. […] Quand elle eut fini, elle avait fait de tous ceux qui la connaissaient jusque-là par ses livres des amis person­nels.»106

31Après cette conférence, l’écrivain fut fêtée par Ludwig Fulda, Arnold Zweig, Alfred Flechtheim et Otto Grautoff au cours d’un banquet donné en son honneur ; le jour suivant les hommages continuèrent lors d’une réception à l’ambassade de France et au P.E.N.-Club. La DFR cite avec satisfaction des extraits d’une interview que Colette avait donnée dans la presse française :

  • 107 DFR, 1929, p. 1005.

« J’étais tout à fait stupéfaite en voyant que le public allemand m’avait réservé un accueil aussi enthousiaste ; à en juger par les explosions du tempérament des Berlinois, on aurait pu se croire dans un pays méridional. Si je ne craignais pas le froid de l’hiver berlinois, je serais restée volontiers dans cette Allemagne qui m’avait si cordialement reçue. »107

  • 108 Voir DFR, 1929, p. 1073. L’auteur de la biographie de Colette qui a fait autorité pendant longtemps (...)

32Manifestement il ne s’agissait pas seulement de gestes de politesse, car le 23 novembre 1929, Colette fut de nouveau l’invitée de la DFG dans un cadre privé, à l’occasion d’un de ses « thés », auquel participaient aussi des repré­sentants de l’ambassade et du ministère des Affaires étrangères108.

  • 109 En particulier avec le cycle romanesque Une époque (1898-1904). Pour sa biographie, voir Patrick de (...)
  • 110 Voir le livre récent de Julia Drost : La Garçonne. Wandlungen einer literarischen Figur, Göttingen (...)
  • 111 Pour un portrait de cette organisation, voir Hans Manfred Bock : Heimatlose Republikaner in der Wei (...)
  • 112 Discours reproduit dans : DFR, 1932, p. 482-487.

33Un autre sommet de la série des conférences publiques de la DFG a été l’apparition d’un autre auteur à succès français contemporain. Le 11 mai 1932, Victor Margueritte, dont le livre La garçonne avait fait scandale lors de sa parution en 1922, est venu participer à une discussion sur les résultats des élections récentes en France et en Allemagne, pour laquelle il était secondé par René Lauret, correspondant du Temps à Berlin. Dans ce cas aussi, la personnalité a exercé une attraction plus forte que le sujet traité. Margueritte (1866-1942), fils de général et lui-même officier d’état-major, avait déjà assuré sa réputation comme écrivain avant 1914109. Il n’appartenait à aucun parti, mais était de gauche et professait un pacifisme radical : après 1918, il a critiqué énergiquement et publiquement le traité de Versailles et en particulier l’article 231 qui imputait aux puissances centrales la responsa­bilité exclusive du déclenchement de la guerre en 1914. Ces positions révisionnistes et pacifistes d’un écrivain qui avait créé avec sa Garçonne un personnage de femme moderne, considérée comme un symbole de l’émanci­pation de la femme110, avaient attiré sur lui à partir de 1923 l’attention du Auswärtiges Amt. Combattant isolé dans son propre pays, Margueritte n’a manifestement pas résisté aux offres financières de la diplomatie allemande et s’est placé de cette façon dans une situation politique indépendante mais sans issue. Comme Colette en 1929, Margueritte est venu en 1932 pour la première fois en Allemagne. Initialement, il avait été invité par une orga­nisation pacifiste, la « Ligue allemande des Droits de l’homme »111, entre autres pour faire critiquer la marche triomphale du national-socialisme par une voix extérieure qui n’était cependant pas hostile à l’Allemagne. Pour des raisons de santé, l’auteur français n’a parlé en mai 1932 à Berlin que dans une réunion privée de la Ligue allemande des Droits de l’homme. Le 7 mai, il fut accueilli au P.E.N.-Club par Heinrich Mann et y fit un discours dans lequel il rappela son rapport (positif) à l’égard de la littérature allemande, sa vision (critique) du nationalisme en Allemagne comme en France et sa foi dans l’œuvre de Briand et de Stresemann112. Le 11 mai 1932, enfin, il a parlé dans une manifestation de la DFG au sujet des récentes élections législatives en France et en Allemagne. Margueritte n’était plus un inconnu pour les membres de la DFG. À plusieurs reprises ses publications récentes avaient été présentées dans la DFR. Grautoff avait consacré le compte rendu suivant à son essai La patrie humaine (1931) :

  • 113 Otto Grautoff : « Deutschland im Lichte Frankreichs », in : DFR, 1931, p. 343.

« Renforcer les relations mutuelles économiques et intellectuelles entre l’Allemagne et la France par tous les moyens légaux, restera, malgré les dérapages qui se produisent ici et là-bas, notre mission pour éviter une nouvelle guerre entre l’Allemagne et la France. Ce que signifierait une telle guerre entre les deux pays, Victor Margueritte l’a montré dans son dernier livre La patrie humaine (Flammarion). Ce vaillant écrivain qui est issu d’une famille d’officiers bien connue, lutte depuis une décennie avec un courage vraiment héroïque en faveur de la détente franco-allemande. Devant ses derniers arguments même le plus grandiloquent des guerriers en pantoufles devra se faire tout petit ».113

  • 114 Victor Margueritte : Aristide Briand, Paris 1932, tome 5 de cycle La dernière guerre.

34à propos de sa biographie de Briand114, on pouvait lire dans la DFR en 1932 :

  • 115 Nikolaus Grätsch : « Neue politische Literatur », in : DFR, 1932, p. 301.

« Dans son style exaltant qui a déjà souvent fait ses preuves, Victor Margueritte, l’infatigable et courageux pionnier de la pacification de l’Europe et de la réconciliation franco-allemande a écrit un livre sur Aristide Briand (Flammarion) qui est paru simultanément en allemand chez S. Fischer. »115

35Aussi Margueritte n’était-il pas avare, dans son allocution du 11 mai 1932, de louanges pour l’organisation berlinoise au service de l’entente :

  • 116 Discours reproduit in : DFR, 1932, p. 487-490, ici : p. 487.

« En ce temps où l’horizon de l’Europe et de l’Asie est si sombre, où le ciel, autour de nous, reste chargé de foudre, votre association est un des rares foyers lumineux qui permettent d’espérer que le ciel s’éclaircira et que de nouveau luiront les jours d’une véritable paix à l’horizon universel. C’est en effet de la paix franco-allemande d’abord dont la stabilité de l’avenir dépend. Sans le rapprochement, sans l’amitié solide et durable des deux grands peuples germanique et français, dont les races sont faites pour s’entendre, et dont le génie, loin d’être opposé, est complémentaire, il n’y a pas d’Europe viable. »116

  • 117 Joseph Chapiro : « Victor Margueritte in Berlin », in : DFR, 1932, p. 475-482. Ont parti­cipé activ (...)
  • 118 Cf . à ce sujet. : Patrick de Villepin : « Le pacifisme intégral et l’Allemagne nazie (1933-1939) » (...)

36Joseph Chapiro, qui avait mis Margueritte en contact avec la diplomatie allemande, a publié à cette occasion un essai biographique sur le pacifiste français dans la revue de la DFG117. Son attitude pacifiste et révisionniste à l’égard de l’Allemagne a conduit ce dernier au cours des années trente à adopter à l’égard du régime hitlérien une position conciliante et compro­mettante118.

  • 119 Voir le chapitre sur la DFG national-socialiste in : Hans Manfred Bock : Versöhnung oder Subversion (...)

37Les exemples que nous avons cités ici pour montrer que la DFG a rempli durant les dernières années de la République de Weimar, dans le cadre des relations culturelles entre les sociétés allemande et française, une fonction qui était tout sauf épisodique et anecdotique, justifient une stratégie de recherche impliquant des études plus détaillées et plus approfondies. Si cette interaction socioculturelle entre les deux nations a eu pour effet, du moins dans le Berlin de ces années-là, de produire passagèrement une certaine densification de la communication transnationale, elle n’a cependant pas eu le temps de se stabiliser et de se perpétuer, à cause de l’évolution politique et diplomatique des relations franco-allemandes après la « fin de Locarno » (1930). Les traces laissées par cette organisation et par ses relations avec d’autres initiatives de l’ère de Locarno en faveur de l’entente ont été long­temps enfouies sous les décombres de l’histoire politique des relations entre l’Allemagne et la France. À présent que ces traces deviennent de plus en plus clairement reconnaissables, on s’aperçoit qu’alors ont été inventés des principes programmatiques (des organisations au service de l’entente), des stratégies (entrelacement transnational des sociétés) et des formes de communication transfrontalières qui – après la période où ils étaient usurpés par le national-socialisme119 – ont pu être redécouvertes et développées dans la seconde moitié du vingtième siècle dans le tissu des relations franco-allemandes.

Notes

2 Voir à ce sujet la contribution de Dominique Bosquelle dans le présent ouvrage.

3 Henri Jourdan : « L’activité de la Société franco-allemande à Berlin », in : Revue d’Alle­magne, 1930, p. 150.

4 Au sujet des contacts de Bertaux dans la société berlinoise, voir mon étude : « Les „années folles“ de Berlin (1927-1933). Le témoignage de Pierre Bertaux », in : Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin, op. cit., p. 17-22.

5 Cf. Pierre Bertaux : ibidem, p. 106 et 131.

6 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, feuillet H 024143 sqq.

7 L’étude biographique la plus complète consacrée à Otto Grautoff se trouve chez Ina Belitz : Befreundung mit dem Fremden. Die Deutsch-Französische Gesellschaft in den deutsch-französischen Kultur- und Gesellschaftsbeziehungen der Locarno-Ära, Frankfurt/ Main 1997, p. 15-160 ; pour une première ébauche biographique sur Grautoff voir Hans Manfred Bock : « Transnationale Begegnung im Zeitalter des Nationalismus. Der Lebensweg Otto Grautoffs (1876-1937) zwischen Deutschland und Frankreich », in : Gilbert Krebs (éd.) : Sept décennies de relations franco-allemandes 1918-1988, Asnières 1989, p. 57-79.

8 Cf. à ce sujet. Peter de Mendelssohn (Hrsg.) : Thomas Mann. Briefe an Otto Grautoff 1894-1901 und Ida Boyd-Ed 1903-1928, Frankfurt/Main 1975.

9 À ce sujet voir surtout Ina Belitz, op. cit., p. 34 sqq.

10 Otto Grautoff : Auguste Rodin, Bielefeld et Leipzig 1908 ; id. : Romain Rolland, Frank­furt/Main 1914.

11 Otto Grautoff, Erna Grautoff (Hrsg.) : Die lyrische Bewegung im gegenwärtigen Frank­reich, Jena 1911 ; Romain Rolland : Johann Christof. Die Geschichte einer Generation. Berechtigte Übertragung aus dem Französischen von Erna und Otto Grautoff, Frankfurt/ Main 1913-1918, 3 T.

12 Romain Rolland – Stefan Zweig: Briefwechsel 1910-1940. T. 1, 1910-1923, Berlin 1987, p. 37.

13 Otto Grautoff : Nicolas Poussin. Sein Leben und Werk, München, Leipzig 1914, 2 T.; précédemment Grautoff avait déjà établi pour le Louvre un répertoire des œuvres de Poussin.

14 Cf. sur ce sujet Ina Belitz, op.cit., p. 68 sqq.

15 Otto Grautoff (Hrsg.) : Kunstverwaltung in Frankreich und Deutschland im Urteil von A. Bartholomé, Maurice Barrès, J. Beauquier u.a., Bern 1915

16 Cf. Ernest Seillière : Les pangermanistes d’après-guerre, Paris 1924, p. 157 sqq.

17 Otto Grautoff : Zur Psychologie Frankreichs, Berlin 1922 ; id. : Die Maske und das Gesicht Frankreichs in Denken, Kunst und Dichtung, Stuttgart 1923.

18 Pour l’histoire diplomatique, voir Franz Knipping: Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno-Ära 1928-1931, München 1987, et : Christian Baechler : Gustav Stresemann (1878-1929) : de l’impérialisme à la sécurité collective, Strasbourg 1996.

19 Vossische Zeitung du 4 juin 1924 ; voir également ses articles du 4 juillet 1924 et du 27 juillet 1924.

20 Cf. Otto Grautoff : Das gegenwärtige Frankreich. Deutungen und Materialien, Halber­stadt 1926, p. 175-187 : Les études germaniques en France.

21 Texte reproduit, ibidem, p. 204 sqq.

22 Cf. à propos de cette rencontre et de son contexte, la contribution de Katja Marmetschke dans le présent volume.

23 Cf. à ce propos mon étude : « Auslandswissenschaften als politischer Auftrag und als politische Notwendigkeit. Zur Geschichte der Institutionalisierung von Auslandsstudien in Deutschland », in : Joachim Schild (Hrsg.) : Länderforschung, Ländervergleich und Euro­päische Integration, Ludwigsburg 1991, S. 34-49.

24 Cf. à ce sujet le livre très complet de Gerhard Bott : Deutsche Frankreichkunde 1900-1933, Rheinfelden 1982.

25 Otto Grautoff : Das gegenwärtige Frankreich, op. cit., p. 9

26 Sur le rôle important joué par Hesnard dans la vie culturelle franco-allemande à Berlin, voir aussi la contribution de Dominique Bosquelle dans le présent ouvrage.

27 Texte du projet de Grautoff, cf. „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. 1, feuillet H 022798.

28 Ibid., T. 1, feuillets H 022789 sqq.

29 Ibid., T. 1, feuillets H 022858 sqq.

30 Voir à ce sujet l’article de Guido Müller dans le présent volume.

31 Lettre du 5.12.1927 au ministère des Affaires étrangères, in : „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. II, feuillet H 023178.

32 Une vue d’ensemble se trouve chez Hans Manfred Bock : « Das Deutsch-Französische Institut in der Geschichte des zivilgesellschaftlichen Austauschs zwischen Deutschland und Frankreich », in : id. (Hrsg.) : Projekt deutsch-französische Verständigung. Die Rolle der Zivilgesellschaft am Beispiel des Deutsch-französischen Instituts in Ludwigsburg, Opladen 1998, p. 13-120.

33 Un assez grand nombre de sociétés bilatérales avaient déjà été créées précédemment au cours des années de l’après-guerre. Elles n’ont pas encore été étudiées jusqu’à présent dans leur ensemble.

34 Voir à ce sujet mon étude : « Les associations de germanistes français. L’exemple de la Ligue d’études Germaniques », in : Michel Espagne, Michael Werner (éds.) : Les études germaniques en France (1900-1970), Paris 1994, p. 267-285.

35 D’après ce que rapporte la Revue franco-allemande (Deutsch-Französische Rundschau abrégée ci-dessous en DFR), 1928, p. 175 sq. le « groupe français » de la DFG s’était agrandi avec l’arrivée de François Berge (éditeur des Cahiers du mois), Marcel Brion, Benjamin Crémieux, Georges Crès, Gaston Gallimard, édouard Julia (éditeur de la Revue politique et parlementaire), René Lalou, Maurice Muret (Journal des débats) et François Porché. Ce groupe parisien resta un fantôme, né manifestement de l’imagination de Grautoff.

36 Voir à ce sujet les calculs et les chiffres chez Hans Manfred Bock : Die Deutsch-Französische Gesellschaft 1926 bis 1934, op. cit., p. 81 sq.

37 Voir sur ce sujet plusieurs contributions à paraître prochainement dans : Wolfgang Asholt, Claude Leroy (éds.) : Reiseberichte Berlin, Paris, Moskau, sous presse.

38 à propos de la comparaison entre les trois DFG voir : Ina Belitz : Befreundung mit dem Fremden, op. cit., p. 385 sqq. et p. 415 sqq.

39 DFR, 1928, p. 174 sq.

40 Ibidem, p. 175.

41 DFR, 1933, p. 164.

42 Ce règlement était valable au plan de l’interaction diplomatique, moins au niveau des institutions officielles de la politique étrangère culturelle comme par exemple le DAAD pendant l’entre-deux-guerres ; voir à ce sujet Volkhard Laitenberger : Akademischer Aus­tausch und auswärtige Kulturpolitik 1923-1945, Göttingen 1976, p. 73 sqq. : « Die „kultu­relle Begegnung“ ».

43 Cf. à ce sujet, par exemple : Edgar Stern-Rubarth : « Die Verständigungsorganisationen in Frankreich », in : DFR, 1928, p. 320-324 ; Gottfried Salomon : « Zur deutsch-französi­schen Verständigung », in : DFR, 1929, p. 6-9 ; Otto Grautoff : « Gegenseitigkeit der deutsch-französischen Beziehungen », in : DFR, 1930, p. 380-391. Depuis la première année de sa parution, la DFR tenait un compte précis des manifestations culturelles alle­mandes à Paris dans une rubrique permanente « Deutsch-Französische Veranstaltungen in Frankreich » ; elle s’est poursuivie jusqu’en 1933.

44 Il a consacré à Stresemann plusieurs études biographiques. Cf. Edgar Stern-Rubarth : Gustav Stresemann. Der Europäer, Berlin 1929 ; cf. aussi id.: Drei Männer suchen Europa. Briand, Chamberlain, Stresemann, München 1947.

45 Ainsi en particulier à l’occasion du Salon des bibliophiles fin 1929 ; voir ci-dessous.

46 DFR, 1931, p. 763.

47 Ibidem, p. 764 sq. Pour marquer son arrivée comme ambassadeur, François-Poncet avait mis un article à la disposition de la DFR. André François-Poncet : « La Provence », in : DFR, 1932, p. 237 sqq.

48 « Deutsch-Französische Gesellschaft » im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, feuillets H 024198 f.

49 Cf. à ce propos Oswald von Nostitz: Muse und Weltkind. Das Leben meiner Mutter Helene von Nostitz, München 1991, p. 316-367.

50 Voir sur ce sujet Hans Manfred Bock : Die Deutsch-Französische Gesellschaft 1926 bis 1934, op. cit., p. 69 sq.

51 Cf. DFR, 1928, p. 219 sqq. : « Die Pariser Tagung des Deutsch-Französischen Studien­komitees ».

52 Voir en particulier l’étude d’Arnold Bergsträsser : Sinn und Grenzen der Verständigung zwischen Nationen, München, Leipzig 1930. Un des porte-parole de la DFG a dit de ce texte que c’était « comme l’exégèse du manifeste fondateur de la Société Franco-Allemande » ; cf. Alexander Gutfeld : « Sinn und Grenzen der Verständigung zwischen Nationen. Anlässlich eines Buches von Arnold Bergsträsser », in : DFR, 1930, p. 486.

53 Voir la présentation de cette analyse dans mon article : « Die Politik des „Unpolitischen“. Zu Ernst Robert Curtius’ Ort im politisch-intellektuellen Leben der Weimarer Republik », in : Lendemains. études comparées sur la France. Vergleichende Frankreichforschung, 1990, Nr. 59, p. 16-62.

54 Cf. la contribution de Susanne Paff dans le présent volume.

55 Eduard Wechssler : « Die Grundform des französischen Gedankens », in : DFR, 1928, p. 284-293.

56 Eduard Wechssler : Esprit und Geist. Versuch einer Wesenskunde des Deutschen und des Franzosen, Bielefeld, Leipzig 1927.

57 Léon Brunschvicg : « Rationalismus der Ordnung und progressiver Rationalismus », in : DFR, 1931, p. 113-130. Brunschvicg, un des philosophes universitaires les plus influents de la Troisième République avait traité ce sujet le 17 juin 1929 dans le cadre du cycle de conférences organisées par Wechssler.

58 Voir ci-dessous l’article de Susanne Paff.

59 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, feuillet H 024244.

60 Voir également mon article : « émile Mayrisch und die Anfänge des Deutsch-Französi­schen Studienkomitees », in : Galerie. Revue culturelle et pédagogique, Luxembourg, Jg. 1992, n° 4, p. 560-585.

61 Stefan Zweig : « Nach einem Jahr », in : DFR, 1929, p. 1 sq.

62 DFR, 1928, p. 1000 sq.

63 DFR, 1928, p. 1005.

64 DFR, 1929, p. 3.

65 Sur l’activité de Salomon, voir aussi Ina Belitz, « Grenzgänger zwischen Wissenschaften, Generationen und Nationen : Gottfried Salomon-Delatour in der Weimarer Republik », in : Lendemains. études comparées sur la France, 1997, n° 87, p. 49-75.

66 Gottfried Salomon : « Zur deutsch-französischen Verständigung », in : DFR, 1929, p. 7 sq.

67 Il existe sur ce sujet une étude plus approfondie de Carmen Schuchardt : Die Universität Frankfurt/Main in den deutsch-französischen Gesellschafts- und Kulturbeziehungen der Locarno-Ära, Diplomarbeit, Kassel 1996.

68 « Deutsch-französische Neujahrswünsche », in : DFR, 1930, p. 3.

69 Au sujet de ces deux revues, voir aussi l’analyse littéraire de Béatrice Pellissier : Un dialogue franco-allemand de l’entre-deux-guerres : la Deutsch-Französische Rundschau et la Revue d’Allemagne, Thèse, Paris IV, 1991/92, 2 t. Voir aussi, du même auteur : « Aspects de la crise intellectuelle franco-allemande en 1930 à travers la Deutsch-Französische Rundschau et la Revue d’Allemagne », in : Revue d’Allemagne, 1991, p. 435‑449.

70 Voir sur ce sujet en général Dieter Tiemann : Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn 1989, p. 165-204.

71 DFR, 1930, p. 78.

72 Rolf Junges : « Student und Verständigung », in : DFR, 1930, p. 488.

73 Maurice de Gandillac : « Lettre à Herrn cand. jur. Rudolf Junges », in : DFR, 1930, p. 232-235.

74 DFR, 1932, p. 530 ; on y trouve un résumé du débat qui a eu lieu dans le salon de Lonny Wohlmann le 22.6.1932.

75 Maurice de Gandillac : Le siècle traversé. Souvenirs de neuf décennies, Paris 1998, p. 131.

76 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, H 024143.

77 Cf. DFR, 1928, p. 176.

78 DFR, 1928, p. 267 sq.

79 « Schülerreisen nach Frankreich », in : DFR, 1928, p. 970 sq.

80 Dans son rapport d’activité de fin 1932 in : „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Poli­tischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI, H 024144.

81 DFR, 1932, p. 391 sqq.

82 „Deutsch-Französische Gesellschaft“ im Politischen Archiv des Auswärtigen Amtes, T. VI. H 024144.

83 DFR, 1930, p. 750.

84 « Die L.E.G in Berlin », in : DFR, 1930, p. 874-876 ; voir aussi ibidem la revue de presse.

85 DFR, 1928, p. 1044.

86 DFR, 1930, p. 156.

87 DFR, 1930, p. 254 et p. 514.

88 DFR, 1932, p. 841.

89 Cf. DFR, 1931, p. 267.

90 Elie Faure : Napoleon, Dresden 1928.

91 DFR, 1928, p. 632 ; la teneur de ce compte rendu est marquée par le besoin des respon­sables de la DFG de soigner leur réputation ; les chiffres qui y sont mentionnés doivent être considérés d’un œil critique, mais ils ne peuvent pas être totalement inventés, car les représentants de la presse qui étaient présents avaient une possibilité de vérification.

92 DFR, 1928, p. 678-704.

93 Cf. DFR, 1933, p. 398.

94 DFR, 1929, p. 342.

95 Selon le compte rendu paru dans la DFR, 1929, p. 436 sq

96 DFR, 1930, p. 254 et p. 426 sq.

97 DFR, 1930, p. 963.

98 Ibidem.

99 Cf. DFR, 1933, p. 260 sq.

100 Sur le rôle de celui-ci dans la vie sociale franco-allemande dans le Berlin de cette époque, on trouvera de nombreuses indications dans : Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin, op. cit., p. 104 sq. et ailleurs. Roland de Margerie (1899-1990) a été plus tard, de 1962 à 1965, ambassadeur à Bonn.

101 À propos de l’importance de celui-ci dans le milieu franco-allemand berlinois de la Répu­blique de Weimar, voir l’article d’Alexandre Kostka dans le présent volume.

102 Voir à ce sujet le catalogue de l’exposition, paru comme numéro spécial de la Deutsch-Französische Rundschau. Cf. DFR, 1929, p. 855-906 : « Salon des bibliophiles der Deutsch-Französischen Gesellschaft ».

103 Voir l’article intéressant d’E. Tuchmann : « Über deutsche und französische Biblio­philie », in : DFR, 1929, p. 818-839 ; on y trouve aussi des renseignements sur la Maximilian-Gesellschaft.

104 Sur cet aspect peu étudié de la politique étrangère culturelle, voir l’article de Corine Defrance dans le présent volume.

105 Voir la revue de presse à l’occasion du Salon des Bibliophiles, in : DFR, 1929, p. 1001.

106 DFR, 1929, p. 1004.

107 DFR, 1929, p. 1005.

108 Voir DFR, 1929, p. 1073. L’auteur de la biographie de Colette qui a fait autorité pendant longtemps, n’avait manifestement pas connaissance de ces visites à Berlin. Il mentionne un séjour à Berlin en février 1930 qu’il n’a pas été possible de vérifier. Cf. Michèle Sarde : Colette libre et entravée, Paris 1978, p. 474.

109 En particulier avec le cycle romanesque Une époque (1898-1904). Pour sa biographie, voir Patrick de Villepin : Victor Margueritte. La vie scandaleuse de l’auteur de la „Gar­çonne“, Paris 1991.

110 Voir le livre récent de Julia Drost : La Garçonne. Wandlungen einer literarischen Figur, Göttingen 2003.

111 Pour un portrait de cette organisation, voir Hans Manfred Bock : Heimatlose Republikaner in der Weimarer Republik, op. cit.

112 Discours reproduit dans : DFR, 1932, p. 482-487.

113 Otto Grautoff : « Deutschland im Lichte Frankreichs », in : DFR, 1931, p. 343.

114 Victor Margueritte : Aristide Briand, Paris 1932, tome 5 de cycle La dernière guerre.

115 Nikolaus Grätsch : « Neue politische Literatur », in : DFR, 1932, p. 301.

116 Discours reproduit in : DFR, 1932, p. 487-490, ici : p. 487.

117 Joseph Chapiro : « Victor Margueritte in Berlin », in : DFR, 1932, p. 475-482. Ont parti­cipé activement à la discussion dans le cadre de la DFG, entre autres, Otto Grautoff, René Lauret, Julius Kalinski (représentant de la gauche), un avocat, Frost (NSDAP), Hans Jacob ; les auditeurs étaient au nombre d’environ 200. Cf. le compte rendu in :DFR, 1932, p. 447 sq.

118 Cf . à ce sujet. : Patrick de Villepin : « Le pacifisme intégral et l’Allemagne nazie (1933-1939) », in : Hans Manfred Bock, Reinhart Mayer-Kalkus, Michel Trebitsch (éds.) : Entre Locarno et Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, op. cit. p. 161-173.

119 Voir le chapitre sur la DFG national-socialiste in : Hans Manfred Bock : Versöhnung oder Subversion ? Die Gesellschafts- und Kulturbeziehungen zwischen Deutschland und Frankreich 1919 bis 1939, à paraître (2005).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540