Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

En marge de la diplomatie officielle

Pierre Viénot et le Bureau berlinois du Comité d’études franco-allemand

Guido Müller

Texte intégral

1. Conception et création

  • 1 Un mois auparavant, le 28 octobre 1926, le Bureau allemand avait été ouvert à Paris, au 134 du boul (...)

1C’est le 20 novembre 1926 que le « Comité franco-allemand de Docu­mentation et d’Information » (Comité d’études franco-allemand), fondé en mai 1926 à Luxembourg, ouvrit son bureau berlinois. Il était situé au 12 de la Matthäikirchstraße, dans le centre de Berlin, non loin de la Potsdamer Platz et du Tiergarten. De ces bureaux et de l’immeuble, il ne subsiste mal­heureusement plus rien1.

2Le « Comité d’études » se consacrait aux contacts entre personnalités françaises et allemandes représentant le monde de l’économie, la vie intel­lectuelle, l’administration et la presse, à leur information mutuelle et à leurs échanges. L’idée avait été conçue en 1924-1925 par le publiciste français Pierre Viénot (1897-1944), qu

  • 2 Cette contribution est issue de ma thèse d’habilitation intitulée « Europäische Gesellschafts­bezie (...)

3i avait su obtenir pour cette institution le patronage du grand industriel sidérurgiste luxembourgeois émile Mayrisch. Depuis le début et jusqu’à sa mort en 1928, Mayrisch contribua de manière décisive à l’existence et à l’équilibre financier de l’institution2.

4Bien qu’elle entretienne des échanges d’informations avec les deux Ministères des Affaires étrangères et qu’elle soit proche de certains diplo­mates, cette institution privée de la société civile ne peut pas être considérée comme officieuse, pas plus d’ailleurs qu’on ne peut la regarder comme un simple auxiliaire du Cartel international de l’acier brut, créé par Mayrisch. Cette précision est nécessaire, car en 1927, à l’initiative du Président du Conseil Poincaré, le Comité a bénéficié pendant un certain temps d’une aide de l’état français et il avait des contacts personnels étroits avec des services officiels. Jacques Seydoux, ancien directeur du service de politique écono­mique au Quai d’Orsay, devint membre du Comité après avoir quitté ses fonctions et, de son côté, Pierre Viénot avait des liens d’amitié avec le fils de l’ambassadeur, Roland de Margerie et avec sa femme. Les directeurs des bureaux de Paris et de Berlin entretenaient de bonnes relations avec leurs ambassades respectives. Mais, malgré cela, on ne peut parler de statut offi­cieux : non seulement il n’y avait pas de financement par l’état ni de possi­bilité pour les gouvernements d’influencer et de contrôler l’institution, mais de surcroît les conceptions de Viénot et de Mayrisch, qui cherchaient à influencer l’opinion publique en corrigeant et en orientant son information, et les intérêts divergents des membres du Comité étaient trop éloignés des vues des responsables de la politique étrangère des deux pays.

  • 3 En septembre 1926 Viénot eut à Genève un entretien avec le ministre des Affaires étrangères Aristid (...)
  • 4 Cf. Peter Krüger : « Der Europagedanke in der Weimarer Republik - Locarno als Kristalli­sationspunk (...)

5Cela n’excluait pas que les deux ministres des Affaires étrangères, Briand et Stresemann, saluèrent en 1926 la création de ce Comité né sous le signe de l’esprit de Locarno, de leur rencontre à Thoiry et de la fondation de la « Communauté internationale de l’acier brut ».3 L’action du Comité se situait en amont et à la périphérie des traités et institutions politiques et économiques depuis les traités de Locarno, l’entrée de l’Allemagne dans la Société des Nations, la signature du traité de commerce et la conférence économique mondiale, jusqu’à la fin des négociations au sujet du plan Young. De ce fait, il dépendait fortement des conjonctures politiques et éco­nomiques affectant les relations franco-allemandes4.

  • 5 Cf. bibliographie, note 2.
  • 6 ibidem.

6Pour Viénot et Mayrisch, l’objectif du Comité et de ses deux bureaux était d’influencer l’opinion publique en Allemagne et en France en tenant compte des intérêts nationaux et de l’intérêt commun des deux pays, et de combattre la vieille mentalité reposant sur l’idée de l’ennemi héréditaire. Cela signifiait pour les chefs des deux bureaux que leur tâche principale consistait à agir sur la presse et l’opinion publique dans un sens de « docu­mentation et information »5. En revanche, les deux ministères des Affaires étrangères ainsi que des membres dirigeants du comité, et même ses présidents, Charles-François Laurent (ancien ambassadeur de France à Berlin) et l’ancien ministre plénipotentiaire de Saxe, Alfred von Nostitz-Wallwitz, considéraient que la tâche principale était de mettre en œuvre des échanges discrets entre élites économiques appartenant aux milieux de la grande industrie et des banques ainsi que l’établissement de contacts per­sonnels au niveau des élites administratives : donc un travail de mise en réseau6.

7Par conséquent, si on voulait considérer le Comité comme une institution officieuse, cela ne vaudrait que pour cette forme de contacts économiques souhaitée par les ministères des affaires étrangères, mais non pour le travail en direction de la presse et de l’opinion publique.

8Le directeur du Bureau de Berlin, Pierre Viénot, estimait que sa mission était de favoriser des échanges équilibrés dans tous les domaines. En revanche, le directeur du bureau de Paris, Gustav Krukenberg, se considérait seulement comme un représentant des intérêts allemands, surtout en matière économique.

  • 7  Guido Müller : « Pierre Viénot : Schöpfer des Deutsch-Französischen Studienkomitees (1926-1938) un (...)

9Ces divergences inconciliables donnèrent lieu dès le début à de conti­nuels conflits internes, à des problèmes de financement et à des blocages au sein du comité. Après la mort de Mayrisch, qui avait soutenu Viénot, cela conduisit finalement en 1929 au départ de ce dernier et à la restructuration du Comité et de ses bureaux, ainsi que des contenus et des formes de leur activité. En juillet 1929 Viénot épousa la fille de Mayrisch, Andrée, peu de temps après que le groupe français lui eut retiré sa confiance. En 1930, il commença une carrière politique comme député à la Chambre sous les couleurs du « Parti Républicain et Socialiste Français », un parti briandiste de gauche modéré. Son expérience allemande et la présence à ses côtés d’une femme engagée politiquement à gauche ont conduit Pierre Viénot des milieux catholiques et nettement nationalistes, politiquement de droite, au camp socialiste7.

10Pour Viénot qui – après avoir terminé ses études et fait des voyages en Allemagne et en Autriche – avait dû abandonner en 1923/24 l’espoir d’entrer dans la carrière diplomatique, le Comité devint de 1925 à 1929 sa raison d’être. Il consacra d'abord toutes ses forces au service de cette institution dont dépendaient son existence matérielle et son avenir professionnel. C’est pourquoi il resta encore pendant deux ans à son poste à Berlin, bien que dès mai 1927 au bout de 6 mois, il ait menacé pour la première fois sérieusement de démissionner.

  • 8 Sydney Jessen adhéra plus tard au parti national-socialiste et devint directeur de l’« Institut pou (...)

11Il avait à ses côtés, à la direction du Bureau berlinois, un ancien officier de marine allemand, le Dr. Sydney Jessen (1892-1944)8. Ce dernier avait occupé un emploi d’auxiliaire dans les services de presse du Ministère des affaires étrangères avant de devenir en 1924 secrétaire particulier du prince Otto von Bismarck, député au Reichstag. Il n’a pas joué de rôle notable dans le travail du Bureau berlinois.

2. L’activité du Bureau et de son directeur Pierre Viénot 1926-1929

12à la fin de l’été 1926, Pierre Viénot avait d’abord participé aux ren­contres de Pontigny en compagnie d’Arnold Bergsträsser, professeur de droit constitutionnel à Heidelberg. Mais il s’y était ennuyé. Ses nouvelles respon­sabilités à Berlin lui parurent plus gratifiantes parce qu’elles lui permettaient d’organiser sous sa propre responsabilité des rencontres d’intellectuels.

  • 9 Louise Weiss et Roger Lévy d’Europe nouvelle, Jules Sauerwein du Matin, Cauvain (Débats), Giraud-Pe (...)
  • 10 Rudolf Breitscheid (SPD), Ludwig Kaas (Zentrum) et le comte Johann Heinrich Bernstorff (DDP) ; cf. (...)
  • 11 Ibidem

13Ensuite Viénot assista à Genève à l’admission de l’Allemagne dans la Société des Nations. Il s’entretint longuement avec le Ministre des Affaires étrangères, Aristide Briand, et avec d’autres membres de la délégation fran­çaise, notamment Louis Loucheur. Il établit des contacts avec des fonction­naires français de la Société des Nations comme Henri Bonnet (Section politique), Albert Thomas (Bureau du Travail), Julien Luchaire (Institut de coopération intellectuelle). Il approfondit ses relations avec de nombreux journalistes français9. C’est à Genève que Viénot eut ses premiers contacts avec les représentants des grands partis démocratiques faisant partie de la délégation allemande, contacts qu’il développa par la suite à Berlin10. En outre, il eut des entretiens avec d’importants journalistes allemands comme Georg Bernhard, rédacteur en chef de la Vossische Zeitung, Wolf Dewall de la Frankfurter Zeitung, Richard Kuenzer de Germania et Max Beer de la Kölnische Zeitung11.

14Après son entrée en fonction à Berlin, Viénot prit contact pendant l’hiver 1926/27 avec les ministères intéressés et avec des organisations, comme le Reichsverband der deutschen Industrie (Fédération nationale de l’industrie allemande), la commission des relations extérieures au sein de l’Association des universités allemandes (professeur Otto Franke), l’Office d’échanges universitaires (Dr. Werner Picht) et le Bureau berlinois de la Chambre de commerce internationale. Il eut des entretiens avec des konzern industriels, avec le Service d’Outre-Mer allemand et avec le trésorier du parti populaire national-allemand (DNVP). Il rencontrait régulièrement des fonctionnaires de la Wilhelmstraße et les porte-parole des grands partis sur les questions de politique extérieure comme Otto Hoetzsch (DNVP), Werner von Rheinbaben (DVP), Ludwig Kaas (Zentrum) et Rudolf Breitscheid (SPD). Tous les mois, il s’entretenait avec des journalistes allemands et des correspondants de presse français. Viénot eut des rencontres avec les directeurs de la Fédé­ration nationale de l’industrie allemande Herle et Kast et noua des contacts avec le « Redressement français » d’Ernest Mercier dont faisaient partie Pierre Lyautey et Louis Marlio, tous deux membres du Comité d’études. Il avait des contacts personnels avec les professeurs berlinois édouard Wechssler, Wilhelm Haas, Moritz Julius Bonn et Ludwig Bernhard qui soutenaient le régime démocratique et la République de Weimar.

  • 12 Cf. la correspondance entre P. Viénot et C.H. Becker 1927-1933 in : Geheimes Staatsarchiv Preußisch (...)

15Avec le ministre prussien des Cultes et de l’éducation, Carl Heinrich Becker, Pierre Viénot eut des rapports particulièrement amicaux entre 1927 et 1933, date de la mort prématurée de Becker. Ensemble, ils ont cherché à développer les contacts du Bureau berlinois avec les universités prussiennes et à intensifier les échanges universitaires entre l’Allemagne et la France12.

  • 13 S. Jessen, Rapport sur l’activité du Bureau de Berlin en date du 16 octobre 1926 (20 pages), in : G (...)

16Il y eut des réunions de travail régulières avec les correspondants à Paris de la Deutsche Allgemeine Zeitung et la Germania, Dr. Heinrich Pfafferoth, ainsi qu’avec le rédacteur en chef de la Vossische Zeitung, Georg Bernhard. Lors d’une visite à Berlin de Jules Sauerwein, rédacteur chargé de la page de politique étrangère du Matin, Viénot organisa des entretiens avec de hauts fonctionnaires et responsables économiques, comme Hermann Bücher (AEG) et le Secrétaire d’état von Simon13. à l’occasion de négociations économiques, par exemple en vue de la création de chambres de commerce franco-allemandes, Viénot prêta assistance aussi bien aux négociateurs alle­mands qu’aux négociateurs français.

17Mais ce sont les efforts pour influencer l’opinion publique qui furent constamment au premier plan des activités du Bureau de Berlin.

  • 14 Le livre reprenait une série d’articles de Béraud parus quotidiennement dans Le Journal entre le 20 (...)
  • 15 Dans une lettre adressée au Maréchal Lyautey, Pierre Viénot reprochait aux articles du romancier et (...)
  • 16 Lettre de Pierre Viénot à W. d’Ormesson du 14 décembre 1926, cité d’après Fernand L’Huillier : Dial (...)
  • 17 Pierre Viénot, Compte rendu du Comité exécutif de la Section Française n° 2, décembre 1926, in : Ar (...)

18Dans Europe Nouvelle, Wladimir d’Ormesson publia un compte rendu critique du livre Ce que j’ai vu à Berlin que le journaliste Henri Béraud avait tiré à l’automne 1926 d’une série d’articles sur l’Allemagne parus dans le journal populaire à grand tirage Le Journal. D’Ormesson, comme Viénot, estimait que ce livre était « très dangereux » par l’effet qu’il exerçait sur la grande masse du public français. Dès octobre 1926, le ministère allemand des Affaires étrangères avait demandé à Viénot d’inciter des membres fran­çais du Comité à prendre position contre les articles de Béraud. Grâce à ces « impressions » rédigées dans le style de la presse populaire, Le Journal avait vu grimper son tirage14. C’est un signe qui montre qu’après l’entrée de l’Allemagne dans la Société des Nations et la mystérieuse rencontre de Thoiry, l’intérêt du public populaire français pour le voisin allemand avait considérablement augmenté15. Depuis le début, Viénot avait surtout utilisé le Bureau de Berlin pour rectifier les fausses informations diffusées par la presse française. Ce fut par exemple le cas pour le Figaro du 2 décembre 1926 qui sous-entendait que la Reichsbank imprimait de la fausse monnaie. Bien que le Figaro ne publiât pas de rectificatif, Viénot a quand même estimé que son intervention avait eu pour résultat de modérer le sensation­nalisme des articles sur l’Allemagne. Une autre affaire de presse a été déclenchée par une interview avec Seydoux reproduit dans le Lokal-Anzeiger, journal berlinois de droite. Elle rendait compte de manière inexacte et critique de propos qu’il aurait tenus, lui et d’autres membres du Comité comme Deutsch, Simons et von Simson, au sujet de négociations économiques franco-allemandes16. Des journalistes français du Petit Journal, de la Liberté et de l’Action Française ont été mis en relations par le Bureau de Berlin avec le service de presse du Ministère des affaires étrangères, avec lequel Viénot entretenait d’excellents rapports. Mais Viénot se plaignit qu’ils fussent venus à Berlin sans la moindre préparation17.

  • 18 Lettre de Viénot à Mayrisch du 5 octobre 1926, in : Archives Arbed Luxembourg, Dossiers Comité d’ét (...)
  • 19 C’est pourquoi Viénot demanda à Seydoux de publier un article « positif ». Il considérait que le qu (...)

19Parmi les membres français ce fut surtout Jacques Seydoux, entré au Comité fin 1926, qui suscitait des réactions critiques du côté allemand par ses articles dans Pax et dans le Petit Parisien. Seydoux exprimait ses doutes quant à la volonté sincère de l’Allemagne de parvenir à une entente avec la France. Il lui reprochait de ne pas montrer clairement qu’elle rompait avec la politique de Rapallo et qu’elle renonçait au militarisme, dont il avait constaté une nouvelle flambée par exemple à l’occasion du discours du Président Hindenburg à Tannenberg et des réactions qui l’ont salué. Ce fut surtout un article de Seydoux dans le Petit Parisien du 1er octobre 1927, dans lequel il critiquait le Président Hindenburg et abordait le problème éminemment sensible de la responsabilité du déclenchement de la guerre, qui provoqua une crise sévère au sein du Comité. L’épouse du président allemand du Comité, von Nostitz, était une nièce de Hindenburg. C’est pourquoi Viénot ressentit l’article de Seydoux comme une « gifle » pour lui comme pour ses efforts de rapprochement entre les élites des deux nations. Il disait que c’était la pire journée qu’il ait connue dans son activité à Berlin18 et il craignait que les membres allemands du Comité ne réagissent violemment parce que les propos de Seydoux faisaient injure à leur patriotisme. Avec le concours de Krukenberg, Viénot réussit au moins à faire en sorte que les correspondants et la presse allemande fassent silence sur les propos critiques de Seydoux19.

  • 20 Selon Krukenberg, le côté allemand s’était « imaginé à tort » que d’Ormesson « serait une sorte de (...)

20Viénot cherchait inlassablement à faire pression sur la presse de droite française pour obtenir au moins qu’elle se montre objective dans ses articles sur l’Allemagne, d’autant plus que certains de ces journaux étaient subven­tionnés par des membres du Comité. Par l’entremise de l’ambassade de France à Berlin, Viénot fit comprendre au Temps que d’Ormesson qui colla­borait à ce journal de droite jouissait en Allemagne d’une notoriété telle qu’il fallait à tout prix le garder. Mais certains membres allemands du Comité étaient aussi déçus par les articles de d’Ormesson que par les déclarations de Seydoux20.

21La majorité du groupe allemand ne souhaitait pas que des membres du Comité cherchent à agir directement sur l’opinion publique. C’est aussi pour cette raison que le Comité n’accueillait aucun parlementaire, car de leur part on craignait qu’ils ne fassent des concessions à l’opinion publique.

  • 21 Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit., p. 53, 65. Au sujet des problè (...)

22Viénot cherchait à publier dans les journaux français les plus importants des mises au point objectives sur la question du réarmement excessif de l’Allemagne. Il cherchait à obtenir le remplacement de certains collabo­rateurs de l’agence Havas de Berlin, car il y voyait encore à l’œuvre l’esprit du temps de l’occupation de la Ruhr. Finalement il réussit même à faire en sorte que le correspondant berlinois du Journal, Georges Blun, soit obligé d’abandonner la présidence de l’association des journalistes étrangers à Berlin, à cause d’un article21.

  • 22 Le sociologue francfortois Gottfried Salomon-Delatour s’est adressé au Bureau de Berlin en lui dema (...)

23Pendant l’hiver 1926/1927, Viénot déploya aussi de multiples activités dans le domaine des échanges d’auteurs et de conférenciers. La section alle­mande de la « Ligue pour la Société des nations » et la « Ligue européenne de la culture » avaient demandé au Bureau de Berlin de leur proposer des conférenciers français à inviter. Pendant l’hiver 1926/27, il y eut à Berlin environ 25 conférences françaises organisées avec le concours de Viénot. En outre Viénot et son Bureau de Berlin étaient en relation avec des chercheurs spécialistes de la France travaillant notamment à Francfort/Main, Heidelberg et Hambourg22.

  • 23 Pierre Viénot : Compte rendu du Comité exécutif de la Section française, n° 2, décembre 1926, in : (...)

24Viénot s’est entretenu à Berlin avec le professeur Louis Eisenmann de l’« Office National des Universités et écoles Françaises » (ONUEF) à propos des problèmes d’échanges d’étudiants et d’enseignants et d’équi­valences de diplômes. À cette occasion, Viénot le mit en contact avec la Hochschule für Politik dont le directeur Wilhelm Hass était également membre du Comité23.

  • 24 Ibidem.

25Le Bureau de Berlin cherchait à intensifier et coordonner les échanges d’étudiants. La proportion d’étudiants allemands en France était beaucoup plus importante que le nombre d’étudiants français en Allemagne et l’intérêt pour le marché du travail dans l’autre pays était faible. C’est pourquoi Viénot a cherché à faire connaître à travers la presse régionale les efforts de la « Société Internationale des Migrations » en faveur de l’émigration, mais, malgré un taux de chômage élevé et la saturation du marché, il dut constater qu’il y avait encore de fortes résistances dans l’opinion publique allemande à l’idée d’aller chercher du travail en France24.

  • 25 Deux hommes politiques de gauche déjà connus en France, le comte Harry Kessler et Rudolf Breitschei (...)

26À la demande de l’Auswärtiges Amt, Viénot a recommandé des conféren­ciers allemands susceptibles d’être invités pour une série de conférences or­ganisée à Paris par le « Comité National d’études sociales et politiques » qui s’était adressé à ce sujet à l’ambassade d’Allemagne à Paris25.

27Le Bureau de Berlin mettait à la disposition de cercles restreints de spécialistes, surtout des professeurs et des journalistes, une salle de lecture comprenant une bibliothèque, des journaux et périodiques français et alle­mands ainsi que des périodiques d’économie et de statistiques.

  • 26 Brigitte Fischer-Bermann : Sie schrieben mir oder was aus meinem Poesiealbum wurde, Munich, 1981, p (...)
  • 27 Kurt Koszyk : « Nord und Süd. Ein Elitäres Friedens-Forum », in : Michel Grunewald/ Hans Manfred Bo (...)

28Il ne faut pas sous-estimer le rôle important que les salons de la capitale du Reich ont eu pour les activités de médiation de Viénot dans la société allemande. Le salon le plus important pour les rencontres franco-allemandes dans la perspective du Comité fut celui de la femme du président allemand du Comité, Helene von Nostitz-Wallwitz. Il était fréquenté surtout par des membres du « Comité d’études » et de l’« Union culturelle européenne ». L’atmosphère du salon de Madame von Nostitz, qui avait été élevée à Potsdam, était fortement imprégnée d’esprit aristocratique et conservateur. Son principal concurrent était la maison d’édition berlinoise de Samuel Fischer et le salon qu’il tenait dans sa villa de Grunewald. La maison Fischer formait un pôle d’attraction pour des auteurs français, comme Jean Girau­doux, Jean-Richard Bloch, René Crevel, Pierre Bertaux et Raymond Aron. Pierre Viénot faisait partie des invités réguliers26 Un troisième salon berli­nois renommé qui recevait souvent des visiteurs français et en particulier Pierre Viénot fut jusqu’en 1929 celui d’Antonina Vallentin, personnelle­ment très proche de Gustav Stresemann et coéditrice de la revue Nord und Süd27.

  • 28 Compte rendu de l’Assemblée du Comité d’études franco-allemand du 6-8 février 1927 à Berlin, in : A (...)
  • 29 Pierre Viénot : Compte rendu sur l’activité du Bureau de Berlin depuis le 1er janvier (Berlin 26 ma (...)
  • 30 Lettres de Pierre Viénot du 14 mai 1927 à Charles Laurent (copie) et du 16 mai 1927 à Mayrisch, in  (...)

29La première Assemblée du Comité d’études en Allemagne eut lieu du 6 au 8 février 1927 et fut un événement social particulièrement marquant et brillant. Elle avait été préparée par le Bureau de Berlin, et les rencontres eurent lieu principalement dans les locaux mis à sa disposition par de grandes banques comme la Deutsche Länderbank ou la Deutsche Bank, chez Franz von Mendelssohn ainsi que dans les locaux de la société AEG. Le thème général était la formation des élites dans les deux pays. Lors des brillantes réceptions du Comité dans la maison de Deutsch, le directeur de l’AEG ou chez von Stauß, le directeur de la Deutsche Bank, on remarqua entre autres la présence du physicien Albert Einstein, du ministre prussien des Cultes et de l’éducation, Carl Heinrich Becker, et de Ludwig Kaas, homme politique influent du Zentrum28. En mars 1927, Viénot pensait déjà que le Comité avec ses deux bureaux allait devenir l’organisme central de coordination pour toutes les initiatives privées ou semi-officielles dans le domaine des relations franco-allemandes29. Mais comme la crise financière du Comité perdurait, notamment parce que les subventions françaises tar­daient à venir, il fut impossible de créer les deux commissions envisagées par Viénot et Mayrisch : l’une chargée de la presse et l’autre des échanges universitaires. De surcroît, le non-paiement des subventions françaises donna aux milieux économiques allemands une excuse pour se montrer réticents eux aussi. C’est pourquoi Viénot, encouragé par Mayrisch et Peyerimhoff ainsi que par le succès de son travail, a brandi pour la première fois au mois de mai 1927 comme un ultimatum la menace de sa démission30.

30L’assemblée suivante du Comité eut lieu en juin 1927 à Paris. On y poursuivit le débat sur les élites et les entretiens sur l’organisation de l’économie. Mais Viénot était de plus en plus mécontent de la forme de ces réunions. Il proposait de remplacer les exposés par des débats sur une question donnée d’avance, comme aux décades de Pontigny. Viénot pensait que les assemblées organisées sous cette forme permettraient un véritable travail collectif et seraient beaucoup plus fructueuses.

  • 31 Pierre Viénot le 30 septembre1927 à Mayrisch, in : op.cit. (soulignements dans l’original).

« Jusqu'à présent, en effet, les réunions du Comité ont donné lieu à des exposés fort intéressants, mais jamais à de véritables discussions. Les mem­bres du Comité n'avaient pas l'impression d'échanger réellement des idées et de chercher en commun à résoudre un problème. Nous n'avons en réalité entendu que des solos. Une discussion du genre de celle que je vous propose, orientée par les points d'interrogation posés à l'avance aux membres du Comité, donnerait lieu au contraire à une “Mitarbeit” véritable. »31

31à la mi-décembre 1927 put se tenir finalement à Luxembourg, grâce aux efforts inlassables de Mayrisch, la 5e assemblée plénière du « Comité d’étu­des ». Le comité décida d’augmenter une nouvelle fois le nombre des mem­bres des groupes allemand et français en les portant de vingt-cinq à trente.

  • 32 Viénot à d’Ormesson le 22 mai 1928, cité par Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1 (...)

32Au printemps 1928, Pierre Viénot et son Bureau de Berlin étaient au zénith de leur notoriété. Même l’ambassade de France se montra jalouse de ses contacts dans la société et les milieux politiques et des succès rencontrés par ses activités de médiateur32. Avec la Wilhelmstraße ou avec le ministère de l’éducation de Prusse, Viénot arrangea des visites d’éminentes person­nalités françaises, de plus en plus nombreuses à venir en Allemagne. C’est ainsi que le riche parfumeur François Coty, politiquement de droite, proprié­taire du journal Le Figaro, est venu à Berlin. Le politologue André Siegfried a rendu visite à l’école supérieure d’études politiques (Hochschule für Poli­tik). Les invitations de Viénot pour les manifestations où paraissaient ces invités français étaient suivies par des membres influents de la meilleure société berlinoise.

  • 33 Voir à ce sujet Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, éd. pa (...)

33Durant l’hiver 1927/28, il y eut chaque semaine des visites d’écrivains et d’intellectuels français à Berlin. Parfois il y avait jusqu’à trois lectures ou apparitions publiques par semaine. La liste va de Georges Duhamel, Anatole de Monzie, Champetier de Ribes et Jacques Maritain à André Gide, Jules Romains, Jean-Richard Bloch, Julien Benda et Louis Massignon. édouard Wechssler professeur de littérature française à l’université de Berlin invitait régulièrement des conférenciers et visiteurs français33.

  • 34 Viénot, cité in : ibidem, p. 103.
  • 35 Heinrich Mann : « Pour un Locarno intellectuel », in : Revue d’Allemagne et des pays de la langue a (...)

34Une visite dans la capitale de la république de Weimar devenait à cette époque quasiment une mode parmi les intellectuels parisiens. En novembre 1927, Viénot se plaignait, disant qu’il trouvait presque excessif le nombre de Français venant à Berlin34. En 1928 l’écrivain Heinrich Mann parlera, pour désigner ces visites et ces rencontres, d’un « Locarno intellectuel ».35

  • 36 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin, op. cit., p. 164-165 ; Walter Benjamin : « Gespräch mit And (...)
  • 37 Andrée Mayrisch à sa mère Aline Mayrisch de St. Hubert le 17 novembre 1929, in : Archives Viénot-Ma (...)
  • 38 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. op. cit., p. 199, 356 ; Karl Erdmann : Frank­reich. Von ein (...)
  • 39 Ibidem, p. 386, 399. De là proviennent aussi ses contacts étroits avec Arnold Bergsträsser, Gustav (...)
  • 40 Viénot le 29 mars 1928 à d’Ormesson, cité par Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925- (...)

35Quand André Gide vint à Berlin en février 1928, Viénot organisa avec un soin tout particulier le séjour de cet écrivain ami. C’est ainsi qu’il chercha à faire paraître l’interview de Gide avec Walter Benjamin dans la Deutsche Allgemeine Zeitung – journal particulièrement prisé dans la grande industrie et dans les milieux politiques de droite – et pas seulement dans la Litera­rische Welt36. En 1929, Pierre Viénot forma le projet de faire représenter à l’occasion du 60e anniversaire d’André Gide le drame Saul, en collaboration avec Max Clauss, le secrétaire de Rohan à l’« Union culturelle européenne » et avec le metteur en scène Jürgen Fehling. À cette époque, Viénot déploya beaucoup d’efforts pour la diffusion de l’œuvre de Gide en Allemagne37. à la Pentecôte 1928, Viénot apporta son aide à des membres des mouvements de jeunesse (Bündische Jugend) pour organiser un voyage en France38. Il s’intéressait beaucoup aux « Jeunes conservateurs » mouvement de renaissance politique de droite, proche du « Mouvement de la jeunesse »39. Peu de temps auparavant, en mars 1928, Viénot avait eu à Paris un échange de vues approfondi avec Alexis Léger, chef de cabinet et proche du ministre des Affaires étrangères Briand. Au centre de ces entretiens se trouvait la question des tendances politiques de la jeunesse allemande et des milieux universitaires. Par la suite, l’influent conseiller de Briand a eu régulièrement des entretiens avec Viénot à Paris40.

  • 41 Pierre Viénot, note du 30 juin, 1928 à Wladimir d’Ormesson, cité d’après Wladimir d’Ormesson : « Un (...)

36Selon les conceptions de Viénot de juin 1928, le « Comité d’études » devait devenir un laboratoire franco-allemand pour préparer l’avenir ; il devait se consacrer à la recherche de solutions pour venir à bout des réalités nouvelles des échanges internationaux dans les secteurs de l’économie et de la vie intellectuelle. Pour cela, il devait élaborer une perspective commune franco-allemande, voire européenne, avec le concours non seulement de dirigeants économiques de premier plan mais aussi des grandes orga­nisations nationales dans le domaine social et économique41.

37Lors de la sixième Assemblée du Comité à Baden-Baden, du 4 au 6 juillet 1928, les questions agraires et les problèmes récurrents de la presse se trouvaient au centre des débats. Peu de temps après, Mayrisch perdit la vie dans un accident d’automobile. Avec lui disparut le défenseur le plus influent de la conception de Viénot en matière d’entente, qui privilégiait les relations sociales et la psychologie des peuples.

  • 42  Wladimir d’Ormesson : Pour la paix, Paris 1929 ; reproduit partiellement dans : d’Ormesson, « Une (...)

38Sur une initiative de d’Ormesson, on avait décidé à Baden-Baden la création d’une commission paritaire franco-allemande de journalistes qui était censée se réunir tous les six mois : elle devait être composée de douze journalistes allemands et de douze journalistes français désignés par leurs organisations de presse respectives. Cette commission devait servir aux échanges d’information, mais elle devait aussi avoir le droit de sanctionner des fausses informations et la désinfomation.42

  • 43 Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 81 sq. (d’après les correspo (...)

39Toutefois les entretiens que Viénot eut à ce sujet avec Franz von Papen et le comte Oberndorff n’eurent pas plus de succès que ceux de d’Ormesson avec Friedrich Sieburg et Arnold Bergsträsser, ainsi qu’avec les chefs des bureaux de presse dans les ministères des Affaires étrangères à Paris et à Berlin. Il ne fut pas possible de convaincre des représentants importants et influents de la presse allemande. La principale raison était que les structures de la presse dans les deux pays étaient trop dissemblables. Parlant au nom de l’Association des journalistes allemands, Georg Bernhard, représentant la presse libérale de gauche et partisan de l’entente franco-allemande, expri­mait la crainte qu’on veuille contrôler l’information et porter ainsi atteinte à la liberté de la presse43. On voit ainsi non seulement comment le travail du Bureau fut sans cesse paralysé par des questions relatives à la presse, mais aussi que l’échec final de Pierre Viénot et sa démission furent occasionnés entre autres par une tentative avortée d’intervention dans la presse.

3. La fin de l’activité de Viénot au Bureau de Berlin et les résultats de son travail

  • 44 Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 86-89.
  • 45 Ibidem, p. 87 sqq.
  • 46  Krukenberg au groupe allemand (17 juin 1929, K 570986), in : Politisches Archiv des Auswärtigen Am (...)
  • 47 Krukenberg au groupe allemand (17 juin 1929, K570986), in : ibidem.
  • 48  A. Mayrisch à sa mère le 28 novembre 1929 et le 6 décembre 1929, in : Legs Viénot-Mayrisch

40En février 1929, Jacques Seydoux, sous la pression du groupe français, donna sa démission du Comité d’études à cause de quelques articles parus dans le Petit Parisien. Ses déclarations sur la question du corridor et de la Prusse orientale, favorables à la Pologne et dirigées contre l’Allemagne, avaient irrité Viénot44. Lorsque, un peu plus tard, Viénot fit paraître dans la Deutsche Allgemeine Zeitung un rectificatif au sujet de prétendues ma­nœuvres boursières du gouvernement français, sans avoir consulté sur cette question le président français du Comité, l’ancien diplomate Charles Laurent, ce dernier fut heureux de trouver là un prétexte pour retirer sa confiance à Viénot au début de juin 192945. En juin 1929, le groupe français décida, sur proposition de Charles Laurent, de fermer le Bureau de Berlin. à présent que les négociations sur la question des réparations avaient abouti au Plan Young, il estimait que « l’amélioration des relations entre l’Allemagne et la France était chose faite pour l’essentiel » et qu’à son avis l’activité du Bureau de Berlin n’avait plus lieu d’être poursuivie46. Certes, après plusieurs rencontres, le Bureau de Berlin fut maintenu en mai 1930, sous la direction de Gustav Krukenberg, puis de Max Clauss. Mais, selon Krukenberg, depuis l’automne 1929 « tous les efforts que les deux Bureaux avaient faits pour promouvoir les relations personnelles entre Allemands et Français » étaient finis47. Fin 1929 Andrée Mayrisch-Viénot jugeait non sans raison que le Comité était devenu « un nid de snobs et de réactionnaires, un centre d’intrigues quelconques »48.

41Dans une lettre à sa mère du début novembre 1929, elle décrit le changement frappant qu’elle percevait dans l’atmosphère politique en Alle­magne par rapport à son premier séjour prolongé en 1925 :

  • 49 A. Mayrisch à sa mère le 2 novembre 1929, ibidem.

« Je ne sais pas si c'est le changement de genre de vie, mais l'Allemagne actuelle me semble moins sympathique que celle de 1925. Je crois qu'à mesure que les choses se stabilisent, la laideur, le snobisme, le culte des gens arrivés et riches, prennent de nouveau plus de place, et l'Allemagne que j'aime – l'Allemagne de la Jugendbewegung, l'Allemagne ivre de devenir, de jeunesse, de vie nouvelle, me semble reculer »49.

42Cette évolution de son jugement était sans doute due aussi au bilan décevant de l’activité du Bureau de Berlin, malgré le dynamisme et les efforts de son mari. Pourtant elle garda son estime pour l’Allemagne moderne et jeune.

  • 50 Guido Müller : « Andrée Mayrisch und Pierre Viénot – ein politisches Paar zwischen Berlin und Paris (...)

43Andrée Mayrisch a joué un rôle très important dans les relations franco-allemandes, non seulement aux côtés de Pierre Viénot, mais aussi par elle-même. Les lettres qu’elle a écrites à sa mère et qui sont conservées dans les archives familiales sont une véritable mine de descriptions et de jugements critiques et ironiques sur la République de Weimar vue par une Luxembour­geoise de formation sociologique et interculturelle50. De surcroît, le rôle des femmes dans les relations culturelles et sociales entre la France et l’Alle­magne n’a guère été étudié jusqu’à présent, même en ce qui concerne les salons.

44Malgré le ton critique de beaucoup de remarques dans la lettre d’Andrée Mayrisch, il ne faut pas oublier que Pierre Viénot a joué dans le Berlin des années 1926 à 1929 un rôle personnel essentiel et aussi, à travers le Bureau et le Comité, un rôle institutionnel important dans les relations culturelles et sociales franco-allemandes. Il ne faut pas le juger en considérant seulement la manière dont il s’est terminé. Souvent le Bureau a joué le rôle d’une deuxième Ambassade de France, sans toutefois se laisser ramener au simple rôle d’organe exécutif de la politique étrangère de Paris.

  • 51 Pierre Viénot : Incertitudes allemandes, Paris 1931 ; édition allemande : Pierre Viénot : Ungewisse (...)
  • 52 Cf. aussi les écrits préparatoires de Pierre Viénot : « La Sécurité par la Compréhension d’Autrui » (...)

45Parmi les résultats les plus importants des expériences berlinoises, on peut compter aussi le livre de Pierre Viénot Incertitudes allemandes (Unge­wisses Deutschland) qui exigeait – en dépit de toutes les asymétries qui caractérisaient les relations franco-allemandes dans les domaines politique, culturel, économique et social – de l’empathie vis-à-vis de l’autre, de l’étran­ger. C’est un des témoignages les plus importants d’une herméneutique interculturelle, au-delà des seules relations franco-allemandes et des années vingt51. Ce livre porte aussi la marque des entretiens approfondis que Viénot avait eu avec le maréchal Lyautey, résident de France au Maroc, et des leçons marocaines apprises aux côtés de celui-ci pour ce qui est des rapports avec une culture étrangère52.

46Sans doute le but que s’était fixé Pierre Viénot, parvenir à un rapproche­ment entre l’Allemagne et la France grâce à des élites fortement déterminées par leurs intérêts nationaux, était-il très ambitieux dès le départ. De surcroît, son objectif central – influencer la presse et faire naître, grâce aux élites, une opinion publique binationale et transnationale – était très contestable et typique de son époque. Mais ses intentions générales restent valables aujour­d’hui comme hier. Elles visaient deux objectifs : d’une part, ne jamais perdre de vue l’intérêt commun de l’Europe par-delà les très légitimes intérêts, souhaits et particularités nationales ; d’autre part, instaurer un dialogue et des échanges sociaux et culturels ouverts et équitables, indépendamment des tentatives de l’état et de l’économie pour les contrôler. Cette volonté de pla­cer les relations internationales au niveau démocratique de la société civile était au centre de son activité berlinoise dans la deuxième moitié des années vingt. Développer et différencier son propre être en apprenant à connaître l’autre et en se laissant féconder par lui était au coeur de ses propres expériences berlinoises dans les relations sociales et culturelles franco-alle­mandes.

Notes

1 Un mois auparavant, le 28 octobre 1926, le Bureau allemand avait été ouvert à Paris, au 134 du boulevard Haussmann. Il était dirigé par un ancien officier, Gustav Krukenberg, fonc­tionnaire dans un organisme économique ; son adjoint était un Français, le capitaine de marine Marc Poupard.

2 Cette contribution est issue de ma thèse d’habilitation intitulée « Europäische Gesellschafts­beziehungen nach dem Ersten Weltkrieg. Das Deutsch-Französische Studienkomitee und der Europäische Kulturbund im Rahmen deutsch-französischer Verständigungsbewegungen 1924-1933 », Aix-la Chapelle 1997, 538 pages. Parution prévue fin 2004 aux éditions Oldenbourg, Munich, sous le titre « Europäische Gesellschaftsbeziehungen nach dem Ersten Weltkrieg ». Cf. aussi, Guido Müller : « Pierre Viénot : Schöpfer des Deutsch-Franzö­sischen Studienkomitees (1926-1938) und Europäer der ersten Nachkriegszeit » (avec résumés en anglais et en français), in : Journal of European Integration History, vol. 4 (1998), n°1, p. 5-26 ; et, du même, « France and Germany after the Great War : Business Men, Intellectuals and Artists in Non-Governmental European Networks », in : Jessica C.E. Gienox-Hecht/ Frank Schumacher (Ed.) : Culture and International Relations : A Reader for Scholars and Students, New York 2003, p. 95-144.

3 En septembre 1926 Viénot eut à Genève un entretien avec le ministre des Affaires étrangères Aristide Briand qui l’assura de son entier soutien pour le Comité. (Pierre Viénot : Rapport sur l’activité du Bureau de Berlin jusqu’au premier octobre (sans date), in : Archives privées Max Clauss (Durbach). Le ministre des Affaires étrangères allemand, Stresemann, à la surprise de Viénot, se révéla « très bien informé sur le comité et très intéressé par les efforts entrepris par celui-ci ». (Lettre de Pierre Viénot à Wladimir d’Ormesson du 14 décembre 1926, citée d’après Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, Strasbourg 1971, p. 40) ; de même dans une lettre de Pierre Viénot à Pierre de Cénival du 28 novembre 1926, in : Archives privées Viénot (Chooz) : « Cela m’a conduit à une longue conversation avec Stresemann, dont j’ai été très content. »

4 Cf. Peter Krüger : « Der Europagedanke in der Weimarer Republik - Locarno als Kristalli­sationspunkt und Impuls », in : Jac Bosmans (Hg.) : Europagedanke, Europabewegung und Europapolitik in den Niederlanden und Deutschland seit dem Ersten Weltkrieg, Münster 1996, p. 15-32 ; id. « Der abgebrochene Dialog, Die deutschen Reaktionen auf die Europa­vorstellungen Briands », in : Antoine Fleury/ Lubor Jileek (eds) : Le Plan Briand d’Union fédérale européenne, Berne 1998, p. 289-306 ; Franz Knipping : Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno-Ära 1928-1931, Munich 1987.

5 Cf. bibliographie, note 2.

6 ibidem.

7  Guido Müller : « Pierre Viénot : Schöpfer des Deutsch-Französischen Studienkomitees (1926-1938) und Europäer der ersten Nachkriegszeit » (avec résumés en anglais et en français) op. cit. p. 5-26.

8 Sydney Jessen adhéra plus tard au parti national-socialiste et devint directeur de l’« Institut pour l’économie mondiale » de Kiel. Vers la fin des années 1930, il prit ses distances avec le parti nazi et participa au groupe d’opposition berlinois de la « Société du mercredi ». Il fit la guerre dans les rangs des services secrets (Abwehr). Compromis dans l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler, il fut exécuté par pendaison le 20 novembre 1944 (Cf. Jacques Launay : émile Mayrisch et la politique du patronat européen 1926-1933, Bruxelles 1965, p. 70). Krukenberg adhéra, lui aussi, au national-socialisme. Il travailla d’abord au ministère de la propagande de Goebbels comme commissaire national pour la radiodiffusion. En 1934, il reprit un poste dans l’économie. Officier de carrière, il ne se joignit pas à la résistance. Krukenberg organisa l’unité Waffen-SS « Charlemagne » composée de volontaires français pour la défense de Berlin 1944/45. (Richard Landwehr : Charlemagne’s légionnaires. French volunteers of the Waffen-SS, 1943-1945, Silver Spring, Md 1989).

9 Louise Weiss et Roger Lévy d’Europe nouvelle, Jules Sauerwein du Matin, Cauvain (Débats), Giraud-Pertinax (écho de Paris) et Grumbach (Quotidien). D’après : Pierre Viénot : « Rapport sur l’activité du Bureau de Berlin jusqu’au premier octobre » (sans date), in : Archives privées Max Clauss (Durbach).

10 Rudolf Breitscheid (SPD), Ludwig Kaas (Zentrum) et le comte Johann Heinrich Bernstorff (DDP) ; cf. Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit., p. 40.

11 Ibidem

12 Cf. la correspondance entre P. Viénot et C.H. Becker 1927-1933 in : Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin-Dahlem Rep. 92 Nachlaß Carl Heinrich Becker, Nr. 2616 ; Guido Müller : Weltpolitische Bildung und akademische Reform. Carl Heinrich Beckers Wissenschafts- und Hochschulpolitik 1908-1930 (= Beiträge zur Geschichte der Kultur­politik, t. 2, éd. par Klaus Düwell), Köln/Weimar/Wien 1991 ; Guido Müller (Hrsg.) : Carl Heinrich Becker. Internationale Wissenschaft und nationale Bildung. Ausgewählte Schrif­ten von Carl Heinrich Becker (1876-1933), Köln/Weimar/Wien 1997 ; Cf aussi au sujet de C.H. Becker et la France la contribution de Katja Marmetschke dans ce volume.

13 S. Jessen, Rapport sur l’activité du Bureau de Berlin en date du 16 octobre 1926 (20 pages), in : Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin-Dahlem I. HA. Rep. 92 Schmidt-Ott, A lxxxii, H. 1.

14 Le livre reprenait une série d’articles de Béraud parus quotidiennement dans Le Journal entre le 20 septembre et le 14 octobre 1926 sous le titre « L’Allemagne, telle que je l’ai vue ». Deux fonctionnaires du Auswärtiges Amt chargés de la politique française, Bassenheim et von Bülow, avaient alors demandé à Viénot d’agir sur des membres français du Comité pour qu’ils rectifient les assertions de ces articles. Ces articles auraient fait grimper le tirage du journal de 150 000 à 1 150 000 exemplaires par jour (note de Bassenheim du 7 octobre et de von Bülow du 18 octobre 1926, in : Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes Pol. Abtl. II Frankreich Politik 2 C : Bestrebungen zur Herbeiführung einer deutsch-französischen Verständigung, t. 2 : 1926). Cf. également Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit., p. 40 (à propos de la lettre de Viénot à d’Ormesson du 14 décembre 1926) ; Walter Hasenclever,: « Was Henri Béraud in Deutschland sah », in : General-Anzeiger, n° 239, 12 octobre 1926 ; Hamburger Fremdenblatt, n° 283, 13 octobre 1926 ; Stadtanzeiger, n° 521, 13 octobre 1926. Reproduit dans : Walter Hasenclever : « Pariser Feuilletons 1924-1926 » éd. par Christoph Brauer e.a. (= Walter Hasenclever : Sämtliche Werke éd. par Dieder Breuer et Bernd Witte, t. III/1), Mayence 1996, p. 396-400 ; Friedrich Sieburg : « mit Blitzlicht und Pandora­büchse. Zu H. Bérauds Deutschland-Artikeln », in : Frankfurter Zeitung, 15 octobre 1926.

15 Dans une lettre adressée au Maréchal Lyautey, Pierre Viénot reprochait aux articles du romancier et critique littéraire Henri Béraud de juger l’Allemagne d’après des critères et des formules purement français : « Ce sont des vieilles idées, des vieilles formules qui n'en­ferment plus aucune réalité. [...] Cette façon de voir les choses, de les penser, de vouloir enfermer la vie d'un pays différent dans les formules françaises conduit à des résultats d'une stupidité en quelque sorte inattaquable. Je ne peux plus discuter, pour ma part, avec des Français qui prétendent 'comprendre' l'Allemagne sans sortir d'eux mêmes. » (Pierre Viénot le 28 novembre 1926 à Lyautey, in : Archives Nationales Paris ; Dossier Lyautey 475 P 311).

16 Lettre de Pierre Viénot à W. d’Ormesson du 14 décembre 1926, cité d’après Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 40.

17 Pierre Viénot, Compte rendu du Comité exécutif de la Section Française n° 2, décembre 1926, in : Archives Nationales Paris Dossier Lyautey 475 AP 205. Les rapports de Viénot sont conservés de manière incomplète dans différentes archives (e.a. celles de Max Clauss, W. d’Ormesson et P. Lyautey).

18 Lettre de Viénot à Mayrisch du 5 octobre 1926, in : Archives Arbed Luxembourg, Dossiers Comité d’études franco-allemand, t. 2.

19 C’est pourquoi Viénot demanda à Seydoux de publier un article « positif ». Il considérait que le quatre-vingtième anniversaire de Hindenburg – qui venait justement d’être fêté en grande pompe en Allemagne et qui n’avait suscité en France que des commentaires mani­festant de l’incompréhension – pouvait offrir une bonne occasion. Il estimait que la France devait reconnaître le patriotisme allemand tel qu’il était et s’entendre avec lui tant qu’il ne prenait pas un caractère impérialiste et agressif (Lettre de Viénot à Seydoux du 4 octobre 1927, double joint à une lettre à Mayrisch du 7 octobre 1927, in : op. cit. t. 3), et lettre de Viénot à Mayrisch du 5 octobre 1927, in op. cit. t. 2. – Mais au lieu de publier un tel article aimable à l’égard de Hindenburg, Seydoux persistait dans ses articles suivants dans le Petit Parisien, dans son journal Pax et même dans les Europäische Gespräche publié à Ham­bourg par Albrecht Mendelsohn Bartholdy à manifester son inquiétude au sujet du milita­risme allemand et ses doutes quant à la sincérité de la volonté de paix de l’Allemagne : « Il faut que L’Allemagne, qui s’était habituée à la guerre, s’habitue à la paix », écrivait-il deux semaines plus tard dans le Petit Parisien (Cf. les documents reproduits par Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 51-52. Il entretenait des relations personnelles étroites avec la « Telegraphen Union » agence indépendante du gouvernement et politiquement à droite.

20 Selon Krukenberg, le côté allemand s’était « imaginé à tort » que d’Ormesson « serait une sorte de champion de la réconciliation franco-allemande à la manière, par exemple, du jeune Fabre-Luce ». Krukenberg affirmait cependant vis-à-vis de Mayrisch qu’il trouvait tout à fait précieux que d’Ormesson « se situe entièrement sur la ligne des conceptions officielles françaises » et que, de cette manière, il « empêche que l’on se fasse des illu­sions » ; mais c’est précisément ce dont « une grande partie » du Comité « faisait grief presque personnellement au comte d’Ormesson ». Cf. lettre de Krukenberg à Mayrisch, du 16,9 1927, in : Archives ARBED Luxembourg ; Dossiers Comité d’études franco-allemand, t. 3.

21 Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit., p. 53, 65. Au sujet des problèmes concernant les représentants français de Havas à Berlin entre 1925 et 1927, cf. Hans Jürgen Müller : Auswärtige Pressepolitik und Propaganda zwischen Ruhrkampf und Locarno (1923-1925), Frankfurt/M./Bern e.a., p. 54-55.

22 Le sociologue francfortois Gottfried Salomon-Delatour s’est adressé au Bureau de Berlin en lui demandant de l’aider à recruter des auteurs français pour sa publication sur la sociologie dans différents pays. Le Bureau a également établi une collaboration avec l’Institut de jour­nalisme qui venait d’être créé à Heidelberg. L’Institut de politique étrangère de Hambourg dirigé par le professeur Albrecht Mendelssohn-Bartholdy a mis à la disposition de Viénot son institution et sa revue Europäische Gespräche, tandis que Simon, de la Frankfurter Zeitung, le mit en relation avec la « Société d’industrie et de Commerce » de Francfort.

23 Pierre Viénot : Compte rendu du Comité exécutif de la Section française, n° 2, décembre 1926, in : Archives Nationales, Paris, Dossier Lyautey 475 AP 205.

24 Ibidem.

25 Deux hommes politiques de gauche déjà connus en France, le comte Harry Kessler et Rudolf Breitscheid avaient déjà été invités comme conférenciers. Viénot proposa Ludwig Kaas (Zentrum) comme homme politique, Carl Melchior, de la banque Warburg, pour parler des problèmes financiers, Ernst von Simson pour l’économie et le professeur de littérature française Karl Voßler de Munich pour parler du sujet « La psyché allemande ». (Notes de von Bülow du 29 octobre 1926, in : Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Pol. Abtl. II Frankreich Politik 2 C : Bestrebungen zur Herbeiführung einer deutsch-französischen Verständigung, t. 3 : 1926 (R 70528).

26 Brigitte Fischer-Bermann : Sie schrieben mir oder was aus meinem Poesiealbum wurde, Munich, 1981, p. 125.

27 Kurt Koszyk : « Nord und Süd. Ein Elitäres Friedens-Forum », in : Michel Grunewald/ Hans Manfred Bock (eds) : Le discours européen dans les revues allemandes (1918-1933), Bern e.a. 1997, p. 15-34.

28 Compte rendu de l’Assemblée du Comité d’études franco-allemand du 6-8 février 1927 à Berlin, in : Archives Arbed Luxembourg, Dossiers Comité d’études franco-allemand, t. 2.

29 Pierre Viénot : Compte rendu sur l’activité du Bureau de Berlin depuis le 1er janvier (Berlin 26 mars 1927), N. 3, in : Archives Pierre Lyautey (Nancy) ; cf. Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 46-47.

30 Lettres de Pierre Viénot du 14 mai 1927 à Charles Laurent (copie) et du 16 mai 1927 à Mayrisch, in : Archives Arbed Luxembourg, Dossiers Comité d’études franco-allemand, t. 2.

31 Pierre Viénot le 30 septembre1927 à Mayrisch, in : op.cit. (soulignements dans l’original).

32 Viénot à d’Ormesson le 22 mai 1928, cité par Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit., p. 66. à cette époque, Viénot représentait selon L’Huillier de façon particulièrement remarquable le « personnage du médiateur officieux entre la France et l’Allemagne » (ibidem, p. 65).

33 Voir à ce sujet Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. Lettres franco-allemandes 1927-1933, éd. par Hans Manfred Bock, Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte, Paris 2001, p. 117, 156, 159, 204, 223, 238, 261, 414. Cf. aussi dans le présent volume la contribution de Susanne Paff.

34 Viénot, cité in : ibidem, p. 103.

35 Heinrich Mann : « Pour un Locarno intellectuel », in : Revue d’Allemagne et des pays de la langue allemande, 1928, p. 292-299.

36 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin, op. cit., p. 164-165 ; Walter Benjamin : « Gespräch mit André Gide » (Entretien avec André Gide), in : Die literarische Welt, 17.2.1928, p. 1-3. Mais aucun article ne parut dans la DAZ.

37 Andrée Mayrisch à sa mère Aline Mayrisch de St. Hubert le 17 novembre 1929, in : Archives Viénot-Mayrisch chez Remi Viénot, Chooz ; cf. aussi Hans Manfred Bock : « Pierre Viénot, der Deutschlandkenner im Freundeskreis um André Gide », in : Hans T. Siepe/ Raimund Theis (Hg.) : André Gide und Deutschland, Düsseldorf 1992, p. 201.

38 Pierre Bertaux : Un normalien à Berlin. op. cit., p. 199, 356 ; Karl Erdmann : Frank­reich. Von einer Studienfahrt deutscher Studenten der bündischen Jugend, Potsdam 1929.

39 Ibidem, p. 386, 399. De là proviennent aussi ses contacts étroits avec Arnold Bergsträsser, Gustav Steinbömer, Max Clauss et Karl Anton Rohan (ibidem, p. 60, 388-389).

40 Viénot le 29 mars 1928 à d’Ormesson, cité par Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 66.

41 Pierre Viénot, note du 30 juin, 1928 à Wladimir d’Ormesson, cité d’après Wladimir d’Ormesson : « Une tentative de rapprochement franco-allemand entre les deux guerres », in : La revue de Paris 69 (1962), février, p. 22 sq. L’Huillier mentionne cette note, mais il sous-estime son caractère novateur, tandis que d’Ormesson y voit même une anticipation de certaines idées qui ont eu cours dans le cadre de l’Europe des Six depuis 1957.

42  Wladimir d’Ormesson : Pour la paix, Paris 1929 ; reproduit partiellement dans : d’Ormesson, « Une tentative de rapprochement franco-allemand entre les deux guerres », in La Revue de Paris 69 (1962), numéro de février, p. 18-27, ici p. 24.

43 Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 81 sq. (d’après les correspondances de Viénot avec d’Ormesson et Fontaine, septembre 1928-avril 1929).

44 Fernand L’Huillier : Dialogues franco-allemands 1925-1933, op. cit. p. 86-89.

45 Ibidem, p. 87 sqq.

46  Krukenberg au groupe allemand (17 juin 1929, K 570986), in : Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes, Botschaft Paris 702aIV.4 adh.1, t.2.

47 Krukenberg au groupe allemand (17 juin 1929, K570986), in : ibidem.

48  A. Mayrisch à sa mère le 28 novembre 1929 et le 6 décembre 1929, in : Legs Viénot-Mayrisch

49 A. Mayrisch à sa mère le 2 novembre 1929, ibidem.

50 Guido Müller : « Andrée Mayrisch und Pierre Viénot – ein politisches Paar zwischen Berlin und Paris (1923-1940) », in : Michel Polfer/Paul Margue (Hg.) : Les années trente : base de l’évolution économique, politique et sociale du Luxembourg d’après-guerre ? Actes du Colloque de l’A.L.E.H. du 27-28 octobre 1995. Supplément de Hemecht, Luxembourg 1996, p. 131-148.

51 Pierre Viénot : Incertitudes allemandes, Paris 1931 ; édition allemande : Pierre Viénot : Ungewisses Deutschland. Zur Krise seiner bürgerlichen Kultur. Frankfurt/M. 1932 ; Pierre Viénot : Ungewisses Deutschland. Zur Krise seiner bürgerlichen Kultur. Nouvelle édition avec introduction et commentaire par Hans Manfred Bock, Bonn 1999.

52 Cf. aussi les écrits préparatoires de Pierre Viénot : « La Sécurité par la Compréhension d’Autrui », in : Revue européenne, 3e année (1925), n° 29, 1er juillet 1925 ; id. : « Les leçons du Maroc », in : Bibliothèque universelle et Revue de Genève 1925, p. 1897-1908, id. : « Das wahre deutsch-französische Problem », in : Germania, Nr. 354, 1.8.1925, p. 3‑4 ; id. : « Frankreich und Deutschland. Die Überbetonung des Nationalen », in : Die Neue Rundschau, Jg. 42 (1931), H. 2, S. 721-736. à propos de Lyautey, cf. Pierre Viénot : « Lyautey », in : Europe nouvelle, 4 août 1934 ; Wladimir d’Ormesson : Auprès de Lyautey, Paris 1963 ; Daniel Rivet : Lyautey et l'institution du protectorat français au Maroc 1912-1925, 3 tomes, Paris 1988 ; Pascal Venier : Lyautey avant Lyautey, Paris 1997.

Auteur

Stuttgart

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540