Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échanges culturels et relations diplomatiques

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hans Manfred Bock

En marge de la diplomatie officielle

Un tournant dans le rapprochement franco-allemand ?

La rencontre entre C.H. Becker, ministre de l’éducation de Prusse, et Anatole de Monzie, ministre français de l’Instruction publique, en septembre 1925 à Berlin

Katja Marmetschke

Texte intégral

1Si l’on voulait déterminer, à partir des archives, le point précis marquant la reprise officielle des relations entre la France et l’Allemagne, on pourrait sans hésiter placer ce moment en septembre 1925. C’est alors que fut ordonné au ministère prussien des Cultes et de l’éducation :

  • 1 Arrêté du 30 septembre 1925 à l’attention de la section U I (Universités, écoles supérieures techni (...)

« Il convient d’ouvrir un dossier spécial : “relations franco-allemandes depuis septembre 1925” ».1

2Cet arrêté est intéressant parce qu’il existe un événement concret qui a conduit à la reprise des relations bilatérales officielles et donc à l’ouverture de ce dossier, à savoir la rencontre entre le ministre de l’Instruction publique français Anatole de Monzie et le Kultusminister prussien Carl Heinrich Becker, le 15 septembre 1925 à Berlin. La venue de de Monzie était la première visite officielle à Berlin, depuis plus de 50 ans, d’un ministre français en exercice et constituait à l’époque un événement remarquable, considéré par la suite comme une étape importante dans le long processus du rapprochement franco-allemand. Bien que cette visite ministérielle ait été considérée rétrospectivement comme un événement positif dans le contexte de la politique de rapprochement qui commençait à se mettre en place à partir de 1925, cela ne doit toutefois pas faire oublier les difficultés qui ont marqué le déroulement de cette rencontre, sa préparation et aussi son exploitation. Elles montrent de façon exemplaire à quel point le terrain des relations franco-allemandes était encore miné peu de temps avant la signa­ture du traité de Locarno et quelles furent, au cours de la phase de détente qui suivit, les différentes conceptions qui s’affrontaient en matière de rapprochement.

1. La réalisation de la rencontre entre Anatole de Monzie et Carl Heinrich Becker : initiatives françaises et réserves allemandes

  • 2 Les sources suivantes ont servi de base pour cette étude : Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kultur (...)
  • 3 Il n’existe pas, jusqu’à présent de biographie scientifique d’Anatole de Monzie, seulement un trava (...)
  • 4 Pour la vie et l’action de C.H. Becker, voir Guido  Müller : Weltpolitische Bildung und akademische (...)
  • 5  Ses postes les plus importants furent ceux de ministre des Finances en avril 1925 et en juillet 19 (...)
  • 6  Au sujet des activités de de Monzie dans le domaine de la politique étrangère et des principes dir (...)

3Lorsqu’on consulte, dans les archives du Auswärtiges Amt et du Kultus­ministerium prussien, les documents relatifs à la préparation de la visite de de Monzie2, on constate que l’initiative de cette rencontre est venue indénia­blement du côté français et plus particulièrement d’Anatole de Monzie lui-même (1876-1947), qui était à l’époque ministre de l’Instruction publique. De Monzie, dont le nom est aujourd’hui largement tombé dans l’oubli3, est né la même année que C.H. Becker (1876-1933)4 et, comme ce dernier, il n’a jamais appartenu à un parti, même si ses sympathies allaient du côté de la gauche républicaine dans la mouvance radical-socialiste. Après ses études de droit et une brève activité comme avocat, il choisit très rapidement de se consacrer entièrement à sa carrière politique, qu’il débuta comme député du Lot et qui l’amena à partir de 1925 à occuper différents postes ministériels – parfois pour peu de temps, étant donné l’instabilité gouvernementale qui caractérisait la Troisième République5. Il est donc apparu sur la scène politique exactement au moment où, avec la victoire électorale du Cartel des gauches en France, la fin de l’occupation de la Ruhr et le début de la stabilisation économique de l’Allemagne, les relations franco-allemandes connurent une certaine détente. Bien que de Monzie ne soit jamais devenu ministre des Affaires étrangères, ce sont ces questions qui le fascinaient le plus et auxquelles il s’est consacré constamment dans le cadre de ses différents postes ministériels. C’est ainsi qu’en 1920 il avait pris une part déterminante au rétablissement des relations diplomatiques avec le Vatican et qu’en 1924 il s’est engagé en faveur d’une reprise des relations de la France avec la Russie6. Étant donné ses ambitions en matière de politique étrangère et la nouvelle constellation politique entre les deux anciens belligérants, il n’est donc pas étonnant que de Monzie accordât le plus haut degré de priorité à l’amélioration des relations franco-allemandes lorsqu’il fut nommé en avril 1925 ministre de l’Instruction publique dans le gouvernement Painlevé. Toutefois, en l’absence de bases solides pour la coopération culturelle et scientifique qu’il voulait mettre en œuvre, de Monzie devait tout d’abord sonder prudemment ses partenaires allemands pour savoir s’ils étaient prêts au dialogue. Le ministre français de l’Instruc­tion publique prit l’initiative sur trois plans : d’abord il a cherché à entrer en contact avec ses collègues berlinois par l’intermédiaire d’illustres membres de l’élite intellectuelle allemande, en second lieu, il a eu des entretiens préparatoires au niveau diplomatique officiel et enfin il a coopéré avec des personnalités œuvrant pour l’entente au niveau de la société civile, grâce auxquelles il voulait surtout toucher l’opinion publique allemande.

  • 7 Dans une lettre personnelle du 30 mai 1926 à Carl Heinrich Becker, Heinrich Mann rend compte du dér (...)
  • 8 Réponse de C.H. Becker à H. Mann du 27 juin 1925, GStA PK, KuMi Vc, Bl. 10.
  • 9 Lettre de Friedrich Heilbron directeur au ministère des Affaires étrangères à C.H. Becker du 14 jui (...)

4La première tentative de de Monzie pour entrer en contact avec ses collègues allemands remonte à une rencontre du ministre en mai 1925 avec Heinrich Mann venu à Paris à l’occasion du congrès annuel de Pen-Club qui venait juste d’être fondé. De Monzie avait invité Heinrich Mann chez lui, dans un cadre privé, et avait d’abord demandé à l’écrivain de lui exposer par le menu les impressions qu’il avait recueillies au cours de son séjour dans la capitale ; c’est ensuite seulement qu’il lui a soumis sa requête. De Monzie estimait qu’il ne fallait pas attendre le congrès suivant du PEN-Club, prévu au printemps 1926 à Berlin, pour envoyer officiellement en Allemagne des écrivains français et qu’il fallait saisir « n’importe quelle occasion qui se présenterait avant cela », ajoutant qu’il serait très heureux si de telles invitations venaient de Berlin. De Monzie expliqua à Heinrich Mann que les écrivains lui paraissaient tout particulièrement aptes à jouer le rôle d’« avant-diplomates » dans le domaine du rapprochement franco-allemand et il demanda explicitement à son interlocuteur allemand « de le faire savoir à Berlin »7. Heinrich Mann, visiblement flatté par ces paroles du ministre, n’hésita pas longtemps et transmit ces propositions directement à Carl Heinrich Becker. Celui-ci manifesta peu d’empressement et répondit à Mann qu’il avait lu sa lettre « avec un intérêt tout particulier », mais que, pour le moment, il était trop tôt pour décider quelles démarches pouvaient être faites du côté allemand en ce sens8. En même temps, le ministre prussien de l’éducation transmit la lettre de l’écrivain au ministère des Affaires étrangères « pour avis ». Les Affaires étrangères concédèrent qu’il n’y avait pas de problème en ce qui les concernait « tant qu’il s’agit d’initiatives privées comme cela a été le cas jusqu’à présent. Une intervention officielle est hors de question »9. Mais le ministère des Affaires étrangères réservait sa décision définitive en arguant qu’il avait également demandé son avis à l’ambassadeur d’Allemagne à Paris. La manière dont la proposition de de Monzie, transmise par Heinrich Mann à Carl Heinrich Becker, a été redirigée par ce dernier vers le Auswärtiges Amt, puis par celui-ci vers l’ambassade d’Allemagne à Paris montre la perplexité que l’initiative du ministre français a provoquée dans les ministères. En même temps, cela prouve que de Monzie avait tout à fait raison de considérer les écrivains comme « avant-diplomates », car manifestement il avait trouvé en Heinrich Mann exacte­ment l’interlocuteur qu’il fallait pour transmettre sa demande par des voies indirectes aux milieux politiques au plus haut niveau.

  • 10 Lettre de Leopold von Hoesch au ministère des Affaires étrangères du 22 août 1925, GStA PK, KuMi Vc (...)

5Lorsque Leopold von Hoesch (1881-1936), alors ambassadeur d’Alle­magne à Paris (1924-1932), reçut en août 1925 une copie de la lettre de Heinrich Mann à C.H. Becker, il ne se montra pas très surpris des sug­gestions de de Monzie. Les déclarations du ministre français étaient pour lui « une nouvelle preuve de la persévérance avec laquelle Monsieur de Monzie cherche à faire progresser dans les faits l’idée d’un rapprochement intellec­tuel entre l’Allemagne et la France. »10 En effet, début juillet, de Monzie avait déjà eu, à sa demande, un entretien personnel avec l’ambassadeur allemand et lui avait soumis des propositions qui allaient encore plus loin. Chez von Hoesch aussi ces initiatives avaient suscité de fortes réserves, comme le montre le rapport qu’il en a fait pour son ministre :

  • 11 Rapport de l’ambassadeur von Hoesch adressé au ministère des Affaires étrangères le 9 juillet 1925, (...)

« Monsieur de Monzie était soutenu dans son exposé par le sénateur Dausset également présent. Tous deux étaient manifestement tout feu tout flamme pour l’idée d’un rapprochement intellectuel entre les deux peuples et ils ont exposé [...] encore bien d’autres projets, comme des visites réciproques de journalistes, des échanges d’artistes et de professeurs, des expositions artis­tiques mutuelles et même une participation après coup de l’Allemagne à l’exposition des Arts décoratifs qui a lieu ici. Conscient qu’il serait très fâcheux si nous devions opposer un refus à de telles initiatives si elles se concrétisaient effectivement, je ne me suis pas départi d’une certaine réserve, qui a manifestement chagriné quelque peu Monsieur de Monzie, mais d’une manière générale, je me suis montré tout à fait favorable à l’idée générale telle qu’elle était présentée. »11

  • 12 Ibidem.
  • 13 Lettre de Carl von Schubert (1924-1930 Secrétaire d’état au ministère des Affaires étran­gères) à C (...)
  • 14 Projet de réponse de C.H. Becker au ministère des Affaires étrangères en août 1925, GStA PK, KuMi V (...)

6Mais le but véritable poursuivi par de Monzie avec ce déjeuner organisé par l’intermédiaire d’amis communs était de poser des jalons en vue d’un voyage qu’il comptait entreprendre dans la capitale de l’Allemagne. Il fit savoir à l’ambassadeur allemand qu’il avait été invité à Copenhague par le gouvernement danois et qu’en s’y rendant il pourrait fort bien faire étape à Berlin pour y assister à titre officiel à une manifestation culturelle. L’ambas­sadeur réagit à cette proposition avec beaucoup de circonspection et deman­da au ministère des Affaires étrangères de se prononcer sur le principe de l’affaire12. À son tour, celui-ci se tourna vers Carl Heinrich Becker – on voit à quel point le réseau de communication entre les Affaires étrangères et le ministère prussien de l’éducation était étroit – en lui demandant de « faire savoir le plus tôt possible comment une visite du ministre de Monzie serait accueillie dans les milieux scientifiques berlinois »13. Le ministre de l’édu­cation prussien, qui avait également été approché entre temps par le chef du service de presse de l’ambassade de France, se déclara d’accord avec la proposition du ministre de Monzie et se dit prêt à recevoir son collègue français. Mais étant donné que les opinions publiques en France et en Allemagne étaient encore très remontées l’une envers l’autre, il déconseillait toute apparition publique de de Monzie14.

  • 15 Note du ministère des Affaires étrangères du 31 août 1925, PAAP R 64904.

7Après que Becker eut donné son accord, les détails protocolaires de la visite furent âprement discutés à partir de la fin de mois d’août. Mani­festement on craignait à Berlin que de Monzie voudrait absolument être reçu par des dirigeants politiques allemands de haut rang ou apparaître dans une manifestation publique importante. Pour éviter de créer des tensions à ce sujet avant même que la visite ait lieu, les Affaires étrangères eurent recours à des formulations délibérément vagues en établissant le programme : la question d’une éventuelle réception au ministère des Affaires étrangères « dépendrait essentiellement de la situation politique du moment »15 et une semaine avant la date prévue pour la visite, on demanda à l’ambassade d’Allemagne à Paris d’informer de Monzie que

« l’on se réjouissait vivement de sa visite à Berlin, mais que par suite de l’absence de différentes personnalités de Berlin, et étant donné que le jour précis de son arrivée n’était pas encore connu, il n’était pas encore possible d’établir un programme pour son séjour, mais qu’en tout état de cause le ministre de l’éducation prussien Becker sera heureux de recevoir Monsieur de Monzie ».

  • 16 Note de la section II (France) à la section VI (culture) du 7 septembre 1925, PAAP R 64904.
  • 17 Télégramme du ministre plénipotentiaire Weizsäcker de Copenhague au ministère des Affaires étrangèr (...)
  • 18 Télégramme du Dr. Kurt Rieth (1924-1930 Conseiller d’ambassade à Paris) au sujet de l’entretien ave (...)
  • 19 Ibidem.
  • 20 Note du conseiller de légation Woermann le 8 septembre complétant le télégramme de Rieth., PAAP R 7 (...)

8Par ailleurs on demanda à l’ambassade de déconseiller à de Monzie tout discours public. En revanche « il serait peut-être possible d’organiser une conférence devant un cercle de personnes invitées »16. Mais ces craintes se révélèrent sans fondements : de Monzie (qui d’ailleurs avoua plus tard que son voyage au Danemark avait seulement servi de prétexte pour justifier plus aisément sa visite à Berlin17) se déclara d’accord avec le programme au cours d’une conversation avec un représentant de l’ambassade d’Allemagne. Il ne faut pas, disait de Monzie, « faire trop de bruit » autour de cette pre­mière visite d’un ministre français et il faut éviter « les réactions d’une opinion publique qui n’était pas encore tout à fait mûre »18. C’est pourquoi de Monzie jugeait même que l’absence du chancelier du Reich et du ministre des Affaires étrangères lors de son arrivée à Berlin était une bonne chose. Il affirmait par ailleurs qu’il n’avait pas envisagé de faire un discours en public et se réjouissait d’être invité par le ministre prussien de l’éducation pour un entretien suivi d’un déjeuner19. Un collaborateur du ministère des Affaires étrangères constata avec un soulagement évident qu’après les incertitudes initiales, l’affaire était « en bonne voie » au début de septembre20.

  • 21 Au sujet du boycott contre les scientifiques allemands voir l’étude détaillée de Brigitte  Schroede (...)
  • 22 Cf. par exemple les articles publiés dans la presse par des professeurs d’université pendant l’été (...)
  • 23 Sur Grautoff voir Hans Manfred Bock : « Transnationale Begegnung im Zeitalter des Nationalismus. De (...)
  • 24 Georg Karo : Der geistige Krieg gegen Deutschland. Beilage zu den Mitteilungen des Verbands der Deu (...)

9Mais pour préparer sa visite à Berlin, de Monzie devait encore sonder un troisième terrain pour disposer favorablement à son égard l’opinion publique et en particulier le monde scientifique. Après la Première Guerre mondiale, les relations scientifiques entre la France et l’Allemagne étaient arrivées au point le plus bas, surtout les échanges dans le domaine des sciences exactes. Avant même que fussent conclus les traités de paix, les vainqueurs avaient décidé en octobre 1918, lors de la conférence des Académies des Sciences interalliées à Londres d’exclure totalement l’Allemagne et ses alliés de la communauté scientifique internationale21. Le Conseil International de Re­cherches (C.I.R.), fondé en juillet 1919 à Bruxelles, maintint rigoureuse­ment ce boycott qui s’étendait aux instituts, aux organisations, aux ren­contres et aux publications scientifiques. En juillet 1925 encore, une réso­lution présentée par des délégués néerlandais demandant la levée des mesures d’exclusion prononcées par le C.I.R. à l’égard de l’Allemagne échoua à cause de l’opposition de la France et de la Belgique. Parmi les professeurs allemands, cette durable mise à l’écart de la communauté scien­tifique avait déjà conduit à la formation d’un contre-boycott, dont le fer de lance était constitué par l’Association des universités allemandes (Verband der Deutschen Hochschulen, VDH) fondée en 1920. Grâce à l’intense agita­tion menée par ce groupe de pression dans la presse, au milieu des années 1920, la discussion sur ce thème ne se limita bientôt plus aux milieux scientifiques concernés et toucha le grand public22. Une initiative commune d’Anatole de Monzie et d’Otto Grautoff allait amener un peu de mouvement dans ces fronts figés. L’historien de l’art Otto Grautoff (1876-1937)23, qui avait déjà vécu pendant de longues années à Paris avant la Première Guerre mondiale disposait de contacts étroits, non seulement avec des personnalités françaises mais aussi avec le ministère des Affaires étrangères allemand, qui avait vrai­semblablement subventionné en 1925 un long séjour pour lui permettre de visiter différentes universités françaises. Grâce à cette tournée de plusieurs mois, il connaissait, pour les avoir vues de ses propres yeux, les consé­quences catastrophiques du boycott et, à présent que se dessinait la perspec­tive d’une détente, il estimait que le moment était propice pour militer en faveur d’une relance du dialogue scientifique franco-allemand. C’est pour cela qu’il fit parvenir au ministre de l’Instruction publique français, au cours de l’été 1925, une brochure réalisée pour le compte de l’Association des universités allemandes par l’archéologue de Halle, Georg Karo, qui faisait le point sur les mesures de boycott en vigueur24. Grautoff avait demandé au ministre de donner son avis sur la question et la réponse de de Monzie fut tout à fait conforme à ce qu’il avait espéré. Le ministre condamnait le boycott et écrivait :

  • 25 La lettre de de Monzie à Grautoff a été reproduite dans : Otto Grautoff : Das gegen­wärtige Frankre (...)

« Je tiens à déclarer formellement que les instructions données par moi demandent à ce que l’accès le plus large possible à tous nos congrès et instituts soit donné à tous les scientifiques, écrivains et artistes allemands. Je déclare que leurs personnes, leurs publications et leurs participations sont pleinement et entièrement protégées à partir de ce moment. »25

  • 26 Note du 21 août 1925 sur l’entretien de Grautoff avec des représentants du ministère des Affaires é (...)
  • 27 L’article tout entier est reproduit dans Otto Grautoff : Das gegenwärtige Frankreich, op.cit., p. 2 (...)

10De Monzie avait prié Grautoff de publier cette lettre et, à la mi-août, Grautoff fut convoqué au Auswärtiges Amt au sujet de cette affaire. Compte tenu des mesures de boycott récemment confirmées, on fit remarquer à Grautoff que « les belles paroles de de Monzie ne correspondaient malheu­reusement pas à la réalité des faits en France » et que la publication de la lettre pourrait provoquer exactement le contraire du rapprochement escomp­té et aggraver la situation. On conseilla à Grautoff de renoncer à « une publication, qui serait dangereuse dans tous les cas » et d’opter pour une autre méthode, celle d’une explication directe entre de Monzie et Karo26. Mais Grautoff ne renonça pas à son projet et il publia la lettre accompagnée d’un long commentaire le 30 août 1925 dans le Berliner Tageblatt27. Dans son commentaire, il louait le ton conciliant de de Monzie et estimait que les relations scientifiques franco-allemandes allaient connaître bientôt un regain prometteur. Au grand déplaisir des Affaires étrangères, Grautoff avait, ce faisant, introduit dans l’ordre du jour des entretiens qui allaient avoir lieu lors de la visite ministérielle un sujet brûlant : la contradiction entre le maintien du boycott prononcé par le C.I.R. et la volonté de réconciliation manifestée publiquement par de Monzie. En fait, les Français aussi bien que les Allemands ont su éviter habilement d’aborder ce sujet dans la partie officielle de la rencontre.

2. L’entretien du 15 septembre 1925 entre Anatole de Monzie et C.H. Becker : bonne entente officielle et voix critiques en coulisse

  • 28 Compte rendu du Secrétaire d’état von Schubert du 19 septembre 1925 sur la visite du ministre franç (...)
  • 29 Cf. la liste des invités GStA PK, KuMi Vc, Bl. 71.
  • 30 Les discours de Becker, de de Monzie et de Brunot sont reproduits dans un compte rendu interne qui (...)
  • 31 L’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI) a été inauguré le 16 janvier 1926 au (...)

11« La visite du ministre français de l’Instruction publique de Monzie s’est déroulée sans aucun incident. » C’est avec ces mots que commence un rap­port interne du ministère des Affaires étrangères concernant la journée que de Monzie a passée à Berlin28. En effet, la partie officielle de la rencontre s’est déroulée tout à fait comme prévu. D’abord les deux ministres se sont rencontrés pour un entretien d’une heure, suivi d’un déjeuner en compagnie d’une assistance soigneusement choisie. Parmi la vingtaine de convives, il y avait des représentants de haut rang du ministère des Affaires étrangères (par exemple le Secrétaire d’état aux Affaires étrangères, Carl von Schubert), l’ambassadeur de France de Margerie et son attaché de presse Oswald Hesnard, d’importants hommes politiques et hauts fonctionnaires du gouver­nement de Prusse (entre autres le chef du gouvernement Otto Braun et l’ancien ministre de l’éducation Friedrich Schmidt-Ott) ainsi que des célé­brités du monde des arts et des sciences comme Adolf von Harnack et Albert Einstein29. Dans leurs discours, dont la teneur fut communiquée à la presse30, les deux ministres adoptèrent un ton conciliant, mais signalèrent aussi les difficultés auxquelles on se heurtait pour faire passer l’idée de la réconci­liation dans le grand public et surtout dans les milieux scientifiques. C’est précisément parce qu’il y avait ces résistances que Becker se réjouit de « l’initiative sans parti pris » de son hôte. De Monzie, de son côté, insista sur le fait qu’il avait déjà tenté de faciliter la coopération scientifique franco-allemande, ajoutant qu’il espérait en particulier que l’Allemagne participerait activement aux travaux de l’Institut International de Coopération Intellec­tuelle, dont l’inauguration prévue pour janvier était imminente31. Selon les comptes rendus de la presse et les rapports du ministère des Affaires étran­gères, ce fut cependant le discours final de Ferdinand Brunot (1860-1938) qui fit l’impression la plus forte et la plus durable sur toutes les personnes présentes. Brunot, qui accompagnait de Monzie dans son voyage en tant que doyen de la Sorbonne, exprima en des termes très personnels son admiration pour la science allemande, disant que la grande majorité des hommes de science français s’inclinait devant les prouesses des savants allemands et que lui-même n’avait jamais oublié la dette qu’il avait à l’égard des grands roma­nistes allemands comme Dietz, Meyer-Lübke et Tobler. Brunot poursuivit en disant que,

  • 32 Projet de communiqué de presse, non daté (cf. note 30), GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. 1792.

« ce serait un malheur pour l’humanité si les deux civilisations les plus importantes voulaient travailler chacune de son côté sans chercher à se rapprocher l’une de l’autre ».32

  • 33 Deutsche Allgemeine Zeitung, 16 septembre 1925. Un dossier de presse complet avec les articles sur (...)

12Dans l’ensemble, la rencontre eut un écho positif dans la presse allemande, même si quelques journaux signalaient que de Monzie « prêchait dans le désert » et qu’il avait d’abord une mission à remplir à Paris et non à Berlin33. En même temps, tous les comptes rendus soulignaient que cette visite ne concernait que les ministres de l’éducation pour éviter d’éventuelles spécu­lations tendant à prêter à la rencontre une signification en matière de poli­tique étrangère.

  • 34 Compte rendu du Secrétaire d’état von Schubert du 19 septembre 1925 sur la visite du ministre franç (...)
  • 35 Ibidem.
  • 36 Ibidem.
  • 37 Ibidem. En fait, la décision de boycotter la science allemande a été annulée en juin 1926 lors d’un (...)

13Mais l’impression globalement harmonieuse laissée par la rencontre s’at­ténue si l’on jette un regard dans les coulisses et si l’on analyse les rapports internes du ministère des Affaires étrangères34. On y découvre que le côté allemand accueillait les propositions de de Monzie avec scepticisme et avait des doutes sérieux quant à la possibilité de les réaliser. Pour ne pas laisser de côté la question du boycott scientifique, Becker avait sciemment invité aussi à ce déjeuner des professeurs d’université protagonistes du mouvement de contre-boycott allemand, comme le président de l’Association des univer­sités allemandes, Otto Scheel (1876-1954), historien des églises à l’univer­sité de Kiel, et le président de la commission extérieure de cette association, le sinologue Otto Franke (1863-1946). Toutefois, au grand regret des Affaires étrangères, il n’y a pas eu de véritable discussion sur cette question parce que « Messieurs les Français ont pris congé tout de suite après les échanges de discours annoncés et l’allocution du professeur Brunot »35. Les déclarations de de Monzie sur la question du boycott n’ont pas non plus paru très crédibles aux fonctionnaires du ministère. Ils estimaient que le ministre s’était réfugié derrière « l’impuissance du gouvernement français face aux professeurs », qui, selon de Monzie, « manifestaient même une certaine co­quetterie à ne pas être aux ordres du gouvernement »36. Mais les représen­tants du ministère des Affaires étrangères ne pouvaient pas imaginer que les délégués français au congrès du C.I.R du mois de juillet auraient voté pour le maintien du boycott si leur gouvernement avait manifesté explicitement son opposition à cette décision. Bien que l’on ait jugé que le déroulement de cette première tentative de rapprochement n’était « pas insatisfaisant », on concluait : « on ne pourra guère compter sur un changement de l’état d’esprit du monde scientifique allemand si l’on ne réussit pas à réviser la décision de boycott prise à Bruxelles. »37

14Le bilan établi par Carl Heinrich Becker peu de temps après la visite dans une lettre privée au diplomate Rudolf von Scheliha (1897-1942) était encore plus désenchanté :

  • 38 Lettre de C.H. Becker à Rudolf von Scheliha du 3 octobre 1925, GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. (...)

« Vous comprendrez que la visite de de Monzie a été très intéressante. Je lui ai fait savoir très clairement que j’étais tout à fait disposé à établir des échanges culturels, mais je lui ai déclaré tout aussi nettement que la Rhénanie devait en être exclue. D’autre part, je ne lui ai pas fait rencontrer des paci­fistes francophiles mais des représentants de la droite dure et pure, de manière à ce qu’il puisse repartir en ayant une vue exacte de la situation qui règne ici. Ce qui, pour moi, est la chose la plus importante à retenir de cette visite, c’est qu’un carriériste politique comme de Monzie juge que l’opinion publique en France est telle qu’en prenant l’initiative de nouer des relations amicales avec l’Allemagne il peut espérer s’ouvrir à lui-même la voie d’un meilleur avenir politique. Mais étant donné la situation difficile dans laquelle la France se débat en ce moment il ne faut pas surestimer ce beau geste. »38

15Même si on ne peut pas être entièrement d’accord avec ces jugements, la lettre montre pourtant nettement que lors de l’entretien entre Becker et de Monzie le courant n’était manifestement pas passé en ce qui concerne la politique d’entente. Mais cela était dû aussi au fait que les deux ministres ne concevaient pas le rapprochement franco-allemand de la même manière.

3. Les protagonistes de l’entente franco-allemande : acteurs de la société civile ou élites intellectuelles ?

  • 39 Sur le Comité franco-allemand d’information et de documentation, voir la contribution de Guido Müll (...)
  • 40 Compte rendu de l’ambassade d’Allemagne de Paris au ministère des Affaires étrangères le 19 septemb (...)
  • 41 Le compte rendu a été rédigé à la demande du ministre de l’Intérieur de Prusse et se trouve dans un (...)
  • 42 En effet, la collaboration entre Gémier et les représentants du monde du théâtre allemand prit bien (...)

16Il n’est guère possible de donner une réponse simple à la question de savoir quels ont été les effets concrets de cette visite pour le rapprochement bilatéral ; en effet, dans le courant de 1926 le traité de Locarno et la création de nouvelles institutions franco-allemandes ont modifié le cadre général et les conditions de cette politique39. L’action de rapprochement qu’on peut sans doute relier le plus directement à cette rencontre fut la réception d’une Société d’études hambourgeoise au ministère de l’Instruction publique à Paris. De Monzie avait fait la connaissance de ce groupe, qui se rendait à l’Exposition internationale des Arts décoratifs à Paris, lors de son retour, dans le train entre Cologne et Paris, et il avait tenu à inviter toute la Société dans son ministère40. En outre, le ministère de l’éducation prussien avait établi en décembre 1925 un rapport d’étape sur l’état des relations culturelles franco-allemandes après la visite de de Monzie, dans lequel on faisait res­sortir tout particulièrement les progrès dans le domaine artistique41, signalant que « des organisations artistiques indépendantes avaient commencé à s'ac­corder » et que l’Allemagne avait maintenant été invitée officiellement à participer à l’Exposition internationale des Arts décoratifs à Paris. On y mentionnait aussi positivement les échanges entre des organisations théâ­trales allemandes et le directeur du théâtre de l’Odéon à Paris, Firmin Gémier, qui, selon les informations du ministère, préparait un festival inter­national de théâtre et des représentations théâtrales avec des participations allemandes42. Mais à part ces rapports qui se référaient à la rencontre, on ne peut pas établir de lien direct entre la visite du ministre et les nombreuses activités de rapprochement qui ont eu lieu par la suite. L’épilogue que les protagonistes ont eux-mêmes fourni en 1927 à propos de leur rencontre n’en est que plus intéressant.

  • 43 Pour l’importance de cette revue au temps de la république de Weimar cf. Kurt Koszyk : « Nord und S (...)

17Là aussi l’initiative est venue une nouvelle fois de de Monzie. Dans la revue Nord und Süd 43, il publia en novembre 1927 sous le titre « L’entente intellectuelle entre l’Allemagne et la France » un article dans lequel il s’interrogeait sur les résultats de sa rencontre avec Becker. Son bilan est tout sauf positif. Il se montrait particulièrement déçu de la lenteur du démarrage des échanges d’étudiants et de l’absence totale, à son avis, de coordination dans le domaine des échanges artistiques :

  • 44 Anatole de Monzie : « Die intellektuelle Verständigung zwischen Deutschland und Frank­reich », in : (...)

« [...] il n’y aura pas de rapprochement réel entre la pensée allemande et la pensée française tant qu’il n’y aura pas entre les deux pays d’amples échanges de jeunes gens avides de savoir. Tout le reste n’est que poudre aux yeux, tout au plus le passe-temps de conteurs d’anecdotes – tout le reste, c’est-à-dire les échanges de politesses entre propriétaires de music-halls parisiens et berlinois, les visites des princes de la scène ou des puissants du cinéma. Il existe aussi les paillettes de la paix : ces différentes manifestations appartiennent à la catégorie des paillettes pacifistes, des futilités de l’exubé­rance baroque. Les conférences littéraires qui ont caractérisé la dernière sai­son et les derniers salons de Berlin plus que ceux de Paris, sont la preuve d’un dangereux penchant pour ce qui est excentrique, d’un goût pour les phéno­mènes de foire littéraire. Plus d’un écrivain inconnu chez nous a représenté la France en Allemagne sans aucune légitimité. Certes, des erreurs de ce genre n’ont pas eu de conséquences fâcheuses, elles étaient simplement les indices désagréables d’une méconnaissance intellectuelle qui a été sans aucun doute à la base d’un malentendu plus tragique. ».44

  • 45 Ibidem, p. 579.

18Selon de Monzie, une entente culturelle ne peut se réaliser que si deux pays se sentent égaux et qu’il existe « une équivalence des productions, un certain équilibre des prestations »45. Historiquement, poursuit-il, on peut constater que les tensions les plus vives entre l’Allemagne et la France se sont toujours produites exactement au moment où, par exemple, on a considéré en France que l’influence de la culture allemande était excessive, par exemple après la défaite de 1870/71. Pour que le bilan des échanges culturels soit aussi équi­libré que possible, il proposait – sur le modèle des cartels formés en écono­mie – de conclure une sorte d’accord entre la France et l’Allemagne :

  • 46 Ibidem, p. 580.

« Nous avons besoin d’un accord qui limite la concurrence, qui coordonne les productions concurrentielles dans l’industrie intellectuelle comme dans les autres industries. Dans le domaine industriel, on a formé des cartels impor­tants et difficiles [...]. Ne serait-il pas possible de concevoir un système ana­logue pour les produits de l’activité intellectuelle ? Ne serait-il pas possible de se mettre d’accord sur un plan général qui garantirait aux deux peuples leurs droits et leurs parts dans l’utilisation de leur travail et de leur esprit ? »46

  • 47 Ibidem, p. 582.
  • 48 Ibidem.

19Pour de Monzie l’échange intellectuel ne peut réussir que s’il est organisé selon le principe du « do ut des » et s’il se déroule dans le cadre d’un ensem­ble de règles clairement définies. Par ailleurs de Monzie avait des idées pré­cises sur les groupes d’acteurs destinés à jouer un rôle déterminant dans ce processus d’entente. À son avis, on ne devait pas abandonner ce terrain à des organisations de la société civile œuvrant pour l’entente (comme par exem­ple le Comité Mayrisch) : leurs entreprises isolées sont certes louables, mais en dernière analyse elles appartiennent quand même à la rubrique des « nou­velles locales de la pacification » et n’ont aucune influence sur les masses47. De Monzie, au contraire, aurait souhaité qu’il y ait des actes officiels et symboliques au niveau des élites intellectuelles – par exemple une grande fête commémorative commune pour Victor Hugo et Goethe – dont il atten­dait « un progrès collectif de l’entente »48.

  • 49 Les services du ministère rédigèrent le 31 octobre 1927 un papier interne sur l’article de de Monzi (...)
  • 50 Carl Heinrich  Becker : « Die intellektuelle Verständigung zwischen Deutschland und Frankreich », i (...)
  • 51 Ibidem, p. 357.
  • 52 Ibidem.
  • 53 De Monzie a fait le 5 décembre 1927 dans ce cadre une conférence sur le sujet « L’esprit de paix da (...)
  • 54 Carl Heinrich Becker : « Die intellektuelle Verständigung zwischen Deutschland und Frankreich », op (...)
  • 55 Ibidem, p. 361.

20Cette conception du rapprochement franco-allemand et surtout la critique acerbe des activités de rapprochement antérieures ont provoqué un certain émoi au sein du ministère de l’éducation prussien49, d’autant plus que de Monzie avait demandé dans son article explicitement une réponse. Dans sa réponse, C.H. Becker prenait clairement position par rapport aux reproches de de Monzie,50 et l’on voit bien que si les deux ministres étaient d’accord sur le but à atteindre, le rapprochement, ils défendaient en revanche des conceptions tout à fait différentes en ce qui concerne les voies et les moyens pour y parvenir. Contrairement à de Monzie, Becker estimait que c’était une erreur de croire qu’on pourrait gagner l’opinion publique par des festivités à forte charge symbolique. Ce qui importait, selon lui, ce n’étaient pas « des fêtes qui n’ont lieu qu’une fois [...] mais le travail assidu au quotidien »51. C’est pour cela qu’il défendait les manifestations franco-allemandes qui avaient eu lieu au cours des deux dernières années, non seulement à Berlin mais dans toute l’Allemagne et qui avaient selon lui suscité un grand intérêt dans le public. Il ne s’agissait pas « de manifestations individuelles de snobisme mais de la volonté manifestée par un large public d’intellectuels d’accéder à la culture de l’autre »52. Il citait aussi comme un exemple particulièrement réussi la série de conférences organisées par édouard Wechssler à l’Institut des langues romanes de l’université de Berlin, où ont parlé d’éminentes personnalités françaises et où était prévue prochainement une conférence de de Monzie lui-même53. Becker concédait certes qu’il s’était produit « ça et là des bévues » dans le choix des orateurs, et qu’à l’occasion on avait préféré la « jeunesse problématique aux maîtres confir­més »54. Mais enfin – ajoutait-il – le but ultime du rapprochement n’est-ce pas de permettre à la jeunesse de connaître à fond celle du pays voisin ? D’ailleurs le rapprochement intellectuel n’est « pas une question d’organi­sation, mais une question de génération »55. Par là Becker répondait à la seconde critique formulée par de Monzie, à savoir le manque de coordi­nation des activités culturelles. La aussi il s’opposait vigoureusement à son collègue :

  • 56 Ibidem, p. 360. L’hostilité de Becker à l’égard d’une « mécanisation de la vie intellec­tuelle » s’ (...)

« Il faut créer des organisations là où elles sont indispensables. Les cartels et les traités de commerce sont de belles choses ; comme de Monzie je me réjouis de l’entente trouvée dans ce domaine. Les professions intellectuelles et les académies peuvent se coaliser aussi, mais dans le domaine de l’esprit vivant nous avons besoin de concurrence, non d’exclure la concurrence. Surtout éviter la mécanisation de la vie intellectuelle ! Il est déjà dangereux de rechercher des lois naturelles dans le monde de l’esprit, mais ce serait une catastrophe si l’on voulait organiser la vie intellectuelle par analogie avec l’économie. »56

  • 57 À titre d’exemple, on peut citer une note du ministère de l’éducation prussien du 27 février 1928 d (...)

21Cependant, au vu des deux conceptions de l’entente qui s’affrontaient ici, nous ne devons pas en déduire qu’elles représentaient la position française et la position allemande au sujet de la politique de rapprochement pendant les dernières années de la république de Weimar, car du côté français aussi les initiatives de la société civile étaient sciemment soutenues par le gouver­nement. Mais en tout cas on peut constater que c’était la voie préconisée par Carl Heinrich Becker pour le rapprochement, c’est-à-dire l’interaction au plan de la société civile, qui a conduit, au cours de l’ère de Locarno, à une amélioration durable et considérable des relations franco-allemandes. Le ministère prussien de l’éducation sous Carl Heinrich Becker avait mani­festement pris conscience très tôt de l’importance des relations transnatio­nales dans les domaines de la culture et de la société en tant que dimension spécifique du tissu de relations entre deux états et, pour cette raison, avait recherché systématiquement la coopération avec des acteurs de la société civile57, auxquels on concédait aussi une relative autonomie par rapport à la sphère d’action de l’état.

Notes

1 Arrêté du 30 septembre 1925 à l’attention de la section U I (Universités, écoles supérieures techniques, Promotion des sciences). Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, I. HA Rep. 76 Kultusministerium Vc, Sekt. I, Tit. XI, Teil VII, Nr. 10 Beih. C, Band 1, Bl. 77.

2 Les sources suivantes ont servi de base pour cette étude : Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, dossier I. HA Rep. 76 Ministère des Cultes et de l’éducation Vc, Sect. I, Tit. XI, part VII, Nr. 10 Supp. C, t. 1 (Relations franco-allemandes 1925-1929), cités ci-dessous sous la forme abrégée GStA PK, KuMi Vc ; le legs Carl Heinrich Becker au Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, VI. HA, Nl C.H. Becker, abrégé en GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker. Dans les archives politiques du ministère des Affaires étrangères, section pays II (France) le dossier : Relations politiques de la France et de l’Allemagne, t. 13, août 1925 à avril 1926, Sign. PAAP R 70493 ; dans la section VI (culture), Art et science, le dossier : développement des relations culturelles entre la France et l’Allemagne, t. 1, mars 1925 à août 1926, Sign. PAAP R 64904 ; Boycott de la science allemande, t. 4, août 1925-octobre 1926, Sign. PAAP R 64982.

3 Il n’existe pas, jusqu’à présent de biographie scientifique d’Anatole de Monzie, seulement un travail assez ancien de nature hagiographique : Louis  Planté : Un grand seigneur de la politique. Anatole de Monzie (1876-1947), Paris 1955. De Monzie lui-même a rédigé une autobiographie sous forme de journal, qui se limite à la période entre août 1938 et septembre 1940 : Anatole de Monzie : Ci-devant, Paris 1941. Il a écrit en outre un grand nombre d’essais sur des questions de politique étrangère. On trouve les informations essentielles sur sa carrière dans Gisèle et Serge  Berstein : Dictionnaire historique de la France contem­poraine, t. I : 1870-1945, Bruxelles 1995, p. 548 sq. ainsi que dans : Benoît  Yvert : Dictionnaire des ministres (1789-1989), Paris 1990, p. 553sq.

4 Pour la vie et l’action de C.H. Becker, voir Guido  Müller : Weltpolitische Bildung und akademische Reform: Carl Heinrich Beckers Wissenschafts- und Hochschulpolitik 1908-1930, Köln u.a. 1991 ; Hellmut  Becker : « Portrait eines Kultusministers. Zum 100. Geburtstag von Carl Heinrich Becker », in : Merkur. Zeitschrift für europäisches Denken, 30. Jg., 1976, p. 365-376 ; Wolfgang W. Wittwer : « Carl Heinrich Becker », in : Wolfgang Treue/ Karlfried Gründer, (éd.) : Berlinische Lebensbilder. Wissenschaftspolitik in Berlin. Minister, Beamte, Ratgeber, Berlin 1987, p. 251-267.

5  Ses postes les plus importants furent ceux de ministre des Finances en avril 1925 et en juillet 1926, ministre de la Justice en octobre 1925, ministre de l’Instruction publique d’avril à octobre 1925, ainsi qu’entre juin 1932 et janvier 1934, ministre des Travaux publics d’octobre 1925 à juin 1926, ainsi que d’août 1938 à juin 1940.

6  Au sujet des activités de de Monzie dans le domaine de la politique étrangère et des principes directeurs de son action, cf. Louis Planté : Un grand seigneur de la politique. Anatole de Monzie (1876-1947), op. cit., p. 147-164.

7 Dans une lettre personnelle du 30 mai 1926 à Carl Heinrich Becker, Heinrich Mann rend compte du déroulement de l’entretien avec de Monzie, le 26 mai 1925 à Paris. GStA PK, KuMi Vc, Bl. 7.

8 Réponse de C.H. Becker à H. Mann du 27 juin 1925, GStA PK, KuMi Vc, Bl. 10.

9 Lettre de Friedrich Heilbron directeur au ministère des Affaires étrangères à C.H. Becker du 14 juillet 1925, GStA PK, KuMi Vc, Bl. 14.

10 Lettre de Leopold von Hoesch au ministère des Affaires étrangères du 22 août 1925, GStA PK, KuMi Vc, Bl. 15 RS.

11 Rapport de l’ambassadeur von Hoesch adressé au ministère des Affaires étrangères le 9 juillet 1925, PAAP R 64904.

12 Ibidem.

13 Lettre de Carl von Schubert (1924-1930 Secrétaire d’état au ministère des Affaires étran­gères) à C.H. Becker du 23 juillet 1925, GStA PK, KuMi Vc, Bl. 16.

14 Projet de réponse de C.H. Becker au ministère des Affaires étrangères en août 1925, GStA PK, KuMi Vc, Bl. 24sq.

15 Note du ministère des Affaires étrangères du 31 août 1925, PAAP R 64904.

16 Note de la section II (France) à la section VI (culture) du 7 septembre 1925, PAAP R 64904.

17 Télégramme du ministre plénipotentiaire Weizsäcker de Copenhague au ministère des Affaires étrangères le 14 septembre 1925, PAAP R 64904.

18 Télégramme du Dr. Kurt Rieth (1924-1930 Conseiller d’ambassade à Paris) au sujet de l’entretien avec de Monzie adressé au ministère des Affaires étrangères le 7 septembre 1925, PAAP R 64904.

19 Ibidem.

20 Note du conseiller de légation Woermann le 8 septembre complétant le télégramme de Rieth., PAAP R 70493.

21 Au sujet du boycott contre les scientifiques allemands voir l’étude détaillée de Brigitte  Schroeder-Gudehus : Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique inter­nationale au cours des années 20, Montréal 1978.

22 Cf. par exemple les articles publiés dans la presse par des professeurs d’université pendant l’été 1925 après que le boycott eut été confirmé une fois de plus : Otto  Franke : « Geistige Zusammenarbeit », Deutsche Allgemeine Zeitung, 29.7.1925 ; Gustav Roethe : « Vom Kriege gegen die deutsche Wissenschaft », Deutsche Allgemeine Zeitung, 27.8.1925.

23 Sur Grautoff voir Hans Manfred Bock : « Transnationale Begegnung im Zeitalter des Nationalismus. Der Lebensweg Otto Grautoffs (1876-1937) zwischen Deutschland und Frankreich », in : Gilbert Krebs (Éd.) : Sept décennies de relations franco-allemandes 1918-1988. Hommage à Joseph Rovan, Asnières 1989, p. 57-79. à propos de l’engagement de Grautoff comme président de la Deutsch-Französische Gesellschaft pendant l’ère de Locarno cf. la contribution de Hans Manfred Bock dans le présent volume.

24 Georg Karo : Der geistige Krieg gegen Deutschland. Beilage zu den Mitteilungen des Verbands der Deutschen Hochschulen, Halle 1925.

25 La lettre de de Monzie à Grautoff a été reproduite dans : Otto Grautoff : Das gegen­wärtige Frankreich. Deutungen und Materialien, Halberstadt 1926, p. 205-207.

26 Note du 21 août 1925 sur l’entretien de Grautoff avec des représentants du ministère des Affaires étrangères le 14 août 1925 à Berlin, PAAP R 64982.

27 L’article tout entier est reproduit dans Otto Grautoff : Das gegenwärtige Frankreich, op.cit., p. 204-216.

28 Compte rendu du Secrétaire d’état von Schubert du 19 septembre 1925 sur la visite du ministre français de l’Instruction publique, PAAP R 70493.

29 Cf. la liste des invités GStA PK, KuMi Vc, Bl. 71.

30 Les discours de Becker, de de Monzie et de Brunot sont reproduits dans un compte rendu interne qui a manifestement été transmis ensuite à la presse en tant que communiqué. Le compte rendu se trouve dans GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. 1792 et les articles de presse presque littéralement identiques dans le Berliner Tageblatt du 16 septembre 1925 et la Deutsche Allgemeine Zeitung du même jour.

31 L’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI) a été inauguré le 16 janvier 1926 au Palais Royal à Paris. La fondation de l’Institut, à la disposition duquel le gouver­nement français mit non seulement les locaux mais aussi une subvention annuelle de 2 millions de francs, remonte à l’activité de la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle, qui avait été créée en 1921 par la Société des Nations pour améliorer la coopération intellectuelle. Sur ces deux institutions cf. Brigitte Schroeder-Gudehus : Les scientifiques et la paix, op. cit. et surtout Margarete Rothbarth : Geistige Zusammen­arbeit im Rahmen des Völkerbundes, Münster 1931.

32 Projet de communiqué de presse, non daté (cf. note 30), GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. 1792.

33 Deutsche Allgemeine Zeitung, 16 septembre 1925. Un dossier de presse complet avec les articles sur la visite de de Monzie se trouve au GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. 6979.

34 Compte rendu du Secrétaire d’état von Schubert du 19 septembre 1925 sur la visite du ministre français de l’Instruction publique, PAAP R 70493.

35 Ibidem.

36 Ibidem.

37 Ibidem. En fait, la décision de boycotter la science allemande a été annulée en juin 1926 lors d’une séance extraordinaire du C.I.R. et l’Allemagne a été invitée explicitement à par­ticiper aux travaux du Conseil. Mais à son tour le côté allemand subordonna son éventuelle collaboration avec le Conseil scientifique à un certain nombre de conditions que le C.I.R n’était pas prêt à accepter sans discussion. Malgré de nombreuses tentatives de conciliation par le ministère des Affaires étrangères, les négociations sur l’adhésion de l’Allemagne finirent dans une impasse. Bien que l’Allemagne ne soit jamais devenue membre du C.I.R. (qui a d’ailleurs changé de nom et modifié ses statuts en 1931), il y a eu pendant l’ère de Locarno une normalisation des échanges dans le domaine des sciences exactes. Pour le détail de la situation après 1926 voir le chapitre « Pas de Locarno pour la science » chez Brigitte Schroeder-Gudehus : Les scientifiques et la paix, op.cit., p. 219-298.

38 Lettre de C.H. Becker à Rudolf von Scheliha du 3 octobre 1925, GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. 3868.

39 Sur le Comité franco-allemand d’information et de documentation, voir la contribution de Guido Müller et sur la Société franco-allemande celle de Hans Manfred Bock dans le présent volume.

40 Compte rendu de l’ambassade d’Allemagne de Paris au ministère des Affaires étrangères le 19 septembre au sujet de la réception d’une Société d’études hambourgeoise d’Arts décoratifs par le ministre français de l’Instruction publique de Monzie. PAAP R 70493.

41 Le compte rendu a été rédigé à la demande du ministre de l’Intérieur de Prusse et se trouve dans une lettre adressée à ce dernier, datée du 22 décembre 1925. GStA PK, KuMi Vc, Bl. 117-118. C’est de là que proviennent les citations suivantes.

42 En effet, la collaboration entre Gémier et les représentants du monde du théâtre allemand prit bientôt des formes concrètes. C’est ainsi qu’en janvier 1926 Gémier invita à Paris le critique dramatique Alfred Kerr. Ce dernier fit le 16 janvier à la Sorbonne une conférence qui fut (si l’on fait abstraction d’une manifestation scientifique d’Albert Einstein) la pre­mière conférence scientifique d’un Allemand à Paris depuis la guerre. Pour les détails du séjour de Kerr à Paris voir le compte rendu du 25 février 1926, que l’ambassadeur d’Alle­magne envoya au ministère des Affaires étrangères au sujet des conférences prononcées à Paris par Thomas Mann et Alfred Kerr. GStA PK, KuMi Vc, Bl. 124-133.

43 Pour l’importance de cette revue au temps de la république de Weimar cf. Kurt Koszyk : « Nord und Süd. Ein elitäres Friedensforum », in : Michel Grunewald/Hans Manfred Bock, (Éd.) : Le discours européen dans les revues allemandes (1918-1933). Der Europadiskurs in den deutschen Zeitschriften (1918-1933), Bern u.a. 1997, p. 15-34.

44 Anatole de Monzie : « Die intellektuelle Verständigung zwischen Deutschland und Frank­reich », in : Nord und Süd. Zeitschrift für internationale Zusammenarbeit, Nr. 7, 50. Jg., 1927, p. 578.

45 Ibidem, p. 579.

46 Ibidem, p. 580.

47 Ibidem, p. 582.

48 Ibidem.

49 Les services du ministère rédigèrent le 31 octobre 1927 un papier interne sur l’article de de Monzie en prenant position sur ses différentes critiques. C’est ainsi que de Monzie avait parlé, à propos des échanges d’étudiants en 1926, de seulement trois étudiants français à Berlin et de six pour toute la Prusse. Mais d’après les données dont disposait le ministère, les chiffres étaient un peu plus élevés. Pendant le semestre d’hiver 1926/27 le nombre total de Français étudiant en Allemagne était de 37, pendant le semestre d’été 1927 ils étaient 28 au total (dont 19 dans des universités et autres établissements d’enseignement supérieur prussiens et 9 hors de Prusse). Ce document s’étonne aussi de ce que de Monzie veuille exclure les représentations théâtrales des échanges culturels. GStA PK, VI. HA, Nl C.H. Becker, Nr. 1793.

50 Carl Heinrich  Becker : « Die intellektuelle Verständigung zwischen Deutschland und Frankreich », in : Nord und Süd. Zeitschrift für internationale Zusammenarbeit, Nr. 8, 50. Jg., 1927, p. 673-678. L’article est repris dans Carl Heinrich Becker : Internationale Wissenschaft und nationale Bildung. Ausgewählte Schriften éd. par Guido Müller, Köln 1997, p. 356-361. Les citations suivantes se rapportent à la reproduction de l’article dans ce « Choix de textes ».

51 Ibidem, p. 357.

52 Ibidem.

53 De Monzie a fait le 5 décembre 1927 dans ce cadre une conférence sur le sujet « L’esprit de paix dans la littérature française ». Parmi ses auditeurs, il y eut aussi C.H. Becker. Sur le cycle de conférences organisé par Eduard Wechssler à l’Institut d’études romanes, voir la contribution de Susanne Paff dans ce volume.

54 Carl Heinrich Becker : « Die intellektuelle Verständigung zwischen Deutschland und Frankreich », op. cit., p. 357.

55 Ibidem, p. 361.

56 Ibidem, p. 360. L’hostilité de Becker à l’égard d’une « mécanisation de la vie intellec­tuelle » s’explique aussi par sa proximité avec les idées du mouvement de réforme de la vie (Lebensreform) et du mouvement de la jeunesse (Bündische Jugend) qui réclamait précisé­ment l’autonomie et l’émancipation de la vie intellectuelle dans la période entre les deux guerres mondiales.

57 À titre d’exemple, on peut citer une note du ministère de l’éducation prussien du 27 février 1928 dans laquelle on recommande de « convoquer une réunion des différents services pour élaborer une base générale pour traiter des relations franco-allemandes. ». On y mentionne entre autres comme partenaires dignes de confiance pour la coopération intellectuelle : Pierre Viénot du Comité franco-allemand d’information et de documentation, Willy Haas éditeur de la Literarische Welt et Oswald Hesnard de l’ambassade de France. GStA PK, KuMi Vc, Bl. 227.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540