Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

II. Conceptualisation des émotions

Conceptualisation et expression des émotions en gbaya

Conceptualisation and expression of emotions in gbaya

Paulette Roulon-Doko

Résumé

L’auteur présente la conception gbaya du corps qui érige le foie comme unique organe des émotions et travaille plus précisément à l’étude de 16 noms et de 9 verbes l’expression des émotions. L’examen des différentes constructions prédicatives attestées pour exprimer les émotions montre que la présence d’un verbe à la voix active laisse au locuteur la possibilité de désigner un acteur qui en sera toujours le Sujet grammatical. Au contraire, l’emploi d’un verbe à la voix moyenne ou d’une phrase nominale présente la situation comme un constat sans ciblage possible d’un acteur, l’expérienceur et le stimulus ayant seulement un rôle d’actant neutre. Par contre l’affect, le locus et le verbe d’émotion sont spécialisés dans l’expression des émotions. Pour conclure, le gbaya propose une grande palette de possibles qui manifeste son organisation conceptuelle de ce domaine.

The author presents the gbaya conception of the body with the liver as the only emotional center. She then studies more specifically the terms – 16 nouns and 9 verbs – which express emotions. Looking at all the different predicative constructions used to express an emotion it appears that when it is a transitive verb (active voice), the speaker can focus the actor as the grammatical subject, while the use of an intransitive verb (middle voice) or a nominal sentence express a state of fact without any way of focusing on an actor. The experiencer and the stimulus have only a neutral role. On the other hand, the affect, the locus and the emotional verb are specific for expressing emotions. To conclude, there are a lot of possibilities in Gbaya to express this conceptual domain.

Texte intégral

  • 1 Nos remerciements vont à Nicole Tersis (CNRS) et Berta Crous (Université de Girona) pour leur relec (...)
  • 2 Groupe 1 de la branche orientale de la sous-famille 6 « Adamawa oriental » de la famille Niger-Cong (...)
  • 3 Il n’y a pas de verbe d’état.

1Cet article1 traite de la conceptualisation et de l’expression des émotions chez les Gbaya, une population d’Afrique centrale d’environ un demi-million de personnes qui occupent un territoire situé à l’ouest de la République Centrafricaine et au centre est du Cameroun. Le gbaya est une langue oubanguienne2 de type isolante, avec une faible morphologie, sans aucun type d’accord, où l’opposition verbe/nom est bien nette. L’énoncé de base est soit un énoncé verbal (SVO) exprimant une prédication processive3, soit un énoncé à prédicat non verbal exprimant une prédication non processive, à savoir les valeurs d’être-essentiel, d’être-locatif et les présentatifs. La possession est exprimée par une phrase nominale (X avec Y).

2L’affect est défini d’après Hagège (2006 : 92) comme « un état sensoriel, physiologique ou émotionnel qui, à un certain moment, est caractéristique d’un être (le plus souvent humain) animé, à savoir l’expérient (EXP) » et seuls les affects émotionnels dits ‘émotions’ ou ‘sentiments’ seront étudiés ici. Une fois présentée la conception gbaya du corps qui érige le foie comme organe des émotions, l’étude portera sur l’expression linguistique des émotions que le gbaya exprime avec des noms, des verbes, des adjectifs-adverbes et des interjections. Seuls noms et verbes seront traités ici. Il s’agit d’un travail sur un corpus oral spontané recueilli sur le terrain entre 1970 et 2011 sans recours à des questionnaires, ce qui permet de saisir le jeu réel du choix des locuteurs pour telle ou telle construction.

1. Les “maîtres du corps” : le cerveau et le foie

  • 4 Les abréviations du mot à mot sont : acc accompli, d déterminant tonal, def défini, ess essentiel, (...)
  • 5 Du latin homo utilisé pour désigner l’individu en général.

3La culture gbaya a une conception physiologique du corps humain (Roulon, 1980) qui distingue d’une part (i) le cerveau qui conserve et contrôle le savoir, et d’autre part (ii) le foie qui règne sur les émotions. Ces deux organes sont appelés les “maîtres du corps” wǎn t (chef.d4 / corps.d / homo5), leur rôle étant d’organiser le circuit de la pensée et des émotions.

1.1. Le cerveau

  • 6 Ce terme signifie rapporté à un os mbɔ́ gbàɲà (~/os) “moelle”, rapporté à l’oreille mbɔ́[-kɔ̰́]-z (...)
  • 7 C’est le sens de base de ce terme qui rapporté à l’homme ou l’animal désigne la tête. On soulignera (...)

4Le terme gbaya “cerveau” mbɔ́-zù wí (pâte interne6.d - sommet_externe7.d / homo), littéralement “la moelle de la tête” est un composé. Organe de la pensée et de la réflexion, il permet de “comprendre” zéyá mɔ̀ (V. zei), de “penser” táá mɔ̀ (V. ta) et de “savoir” ʔíŋá mɔ̀ (V. ʔiŋ).

(1)

ʔà̰

nɛ́

Wàn

mbɔ́-zù

3S

être-ess

celui.sp.8

Cerveau

  • 8 “Celui sp.” [sp. = species] est un pronom abréviatif qui désigne un individu qui s’adonne régulière (...)

“C’est quelqu’un de sensé.” (litt. “quelqu’un à cerveau”)8

5Pour référer au bon fonctionnement du cerveau, les Gbaya parlent d’une “huile de l’œil” nɔ́ gbàyík wí (huile.d / œil.d / homo) dont la quantité varie selon l’état de l’individu. Quand il y a ce qu’il faut d’huile dans l’œil, le cerveau fonctionne bien et on pense bien. Ce qui n’est plus le cas lorsque cette huile vient soit à manquer, ce qui signale tant l’état passager de “celui qui n’a pas froid aux yeux” wàn gɔ́ná-yìk (celui sp. / coupé / œil), que l’état permanent du “méchant” wàn sáká-yík (celui sp. / secoué / œil), soit à être en trop grande quantité, ce qui réfère à un “idiot” ngbéláí. Cette huile dont la quantité sert d’indicateur d’intelligence n’a pas de véritable réalité physique, il s’agit d’une métaphore culturelle.

1.2. Le foie

6Le terme gbaya “foie” sèè wí (centre.homo) est un terme simple qui sert de préposition avec le sens de “au centre”, plaçant ainsi le foie au centre du corps. Le foie a un synonyme ɗɛ̀ɗɛ̀ dont l’emploi est limité à la construction présentée dans l’exemple 7, ci-dessous.

7C’est l’organe des émotions. L’opposition ‘froid / chaud’, l’appréciation ‘bon / mauvais’ et l’indication de couleur permettent d’étalonner les états du foie. Ces éléments d’appréciation relèvent d’un point de vue métaphorique, comme “l’huile de l’œil”, car les Gbaya ne pratiquent pas de divination sur le corps et ne recherchent donc pas concrètement une réalité que ces termes exprimeraient.

8On est content et heureux quand le foie va bien :

(2)

Dáà

kɔ̰́à̰

Kpàà

dí-sèè

Père

de.3S

acc.trouver.d

bon-foie

“Son père est content / heureux.”

  • 9 Contrairement au terme “contentement” qui peut aussi signifier “bonheur”, ce terme n’exprime que le (...)

9On est mécontent9 et fâché quand le foie va mal :

(3)

káì,

ʔà̰

Kpàà

ɗáŋ-sèè

Zut

3S

acc.trouver.d

mauvais-foie

“Oh là là ! Elle est mécontente.”

10On est impatient quand le foie est rouge :

(4)

ʔéí

ʔé

té-wèè

nɛ̀

gbɛ̰́-sèè

on

inac.poser

sur_le_feu

avec

rouge-foie

nég

“On [doit] le mettre à cuire sans impatience.”

11Quand l’angoisse est forte, le foie fume :

(5)

Sèè

wí

Túr

Foie

homo

inac.fumer

“Il est dans tous ses états” (litt. “le foie fume”)

12Puis, quand le foie s’échauffe, la colère monte :

(6)

Sèáà

gbɛ́ŋ

gbɛ̀ŋí

foie.d.3S

inac.chauffer

chauffer.enonciatif

“Il se met en colère”

13Et quand la colère est là, le foie souffre :

(7)

sèáà

ɲìmá

/

ɗɛ̀ɗɛ́à

ɲìmá

foie.d.3S

acc.souffrir

/

foie.d.3S

acc.souffrir

“Il est en colère.”

14Après une colère, le foie refroidit et on peut aussi dire que l’individu laisse refroidir son foie. C’est le retour au calme, on se sent bien :

(8)

Sèè

wí

gà̰á̰

foie.d

homo

acc.refroidir

“Il s’est calmé.”

(9)

ʔà̰

gà̰á̰

Sèáà

ʔé

3S

acc.refroidir.d

foie.d.3S

Déjà

“Il s’est déjà calmé.”

15Pour demander à quelqu’un qui s’énerve de se calmer, on peut, au lieu de parler de son foie, parler de son corps :

(10)

gá̰

tɛ̀mɛ́

imp.refroidir

corps.d.3S

“Calme-toi !”

16Une telle substitution n’est possible que lorsque le terme “corps” est complément du verbe qui signifie “refroidir”. Ailleurs le corps ne peut être substitué au foie. Sujet du verbe “refroidir”, le foie se calme (ex. 8), indiquant la fin de la colère, tandis que le corps est seulement frais. Avec le verbe “s’échauffer”, le foie s’échauffe (ex. 6) tandis que le corps sue. Avec le verbe “souffrir”, le foie exprime la colère (ex. 7) tandis que le corps est douloureux.

1.3. Le dialogue entre le cerveau et le foie

17Le cerveau, i.e. la pensée, et le foie, i.e. le sentiment, établissent entre eux un dialogue où le cerveau lance le Solo tandis que le foie fait le Répons, situation prototypique de la structure de la plupart des chants gbaya.

(11)

mbɔ́-zù

Kpá

mɔ̀

cerveau.d

Homo

inac.trouver

Chose

sɛ́ká

hà̰à̰

há̰

Sèè

ensuite

acc.donner. d

A

foie. d

homo

“Le cerveau transmet au foie ce qu’il trouve.”

(12)

sèè

nɛ́

kɔ̰́ɔ̰́

ɗɔ̀áà

foie.d

homo

être-ess

nv.vouloir

dessous.def

“Le foie est celui qui acquiesce / fait le répons.”

18Toujours première, la pensée-réflexion ne peut être validée qu’après avoir reçu l’accord du sentiment. C’est donc au foie que revient l’élaboration des stratégies de pensées. Le cerveau a donc une antériorité sur le foie, mais c’est le foie qui a la primauté sur le cerveau : l’affectivité prime sur la pensée dans la conception des Gbaya.

2. L’expression linguistique des émotions

19Outre le terme expérient (exp) déjà présenté, les termes suivants sont utilisés : affect (affect), i.e. ce qu’éprouve l’exp, stimulus (stim), qui est à l’origine de l’affect, et locus (locus) ou siège de l’affect, qui est le plus souvent une partie du corps.

20Les noms d’émotion en gbaya comportent 11 noms simples, 5 noms dérivés de verbes et 4 noms composés intégrant le terme “foie”. Ces derniers sont les noms désignant la colère, définie culturellement comme la souffrance du foie. Ils comprennent 3 termes où le foie, qualifié de bon, mauvais ou rouge, n’est plus traité comme un locus se rapportant à un exp, mais produit des termes composés qui ont directement un statut de nom d’affect :

Tableau 1. Les noms d’émotion en gbaya

Noms simples

Noms composés

ngàyà

joie, allégresse

ɲìm-sèèà (à souffrir/foie.def)

colère

ɲíɲɛ̀/ɲíɛ̀

pleurnicherie

dí-sèè (bon/foie)

contentement

gɔ̀yá

jalousie (personne)

ɗáŋ-sèè (mauvais/foie)

mécontentement

kúɗù

rancune

gbɛ̰́-sèè (rouge/foie)

inquiétude

kíì

peur

Noms dérivés de verbes d’émotion

kó

tristesse

wɔ̀

envie

fɛ̀ŋì

humiliation (V fɛŋ)

bɔ̀ndɛ̀

malheur

màmì

rire (V mam)

ngɛ́ɗɛ́

désir sexuel

dàrà

insulte (V da̰)

fòyò

honte, gêne

sɛ̂n

haine (V sɛn)

kɔ̰̀á̰

pleurs

yèŋ

convoitise (V yɛŋ)

21Le gbaya dispose aussi de 9 verbes qui, dans leur emploi transitif, sont spécialisés dans l’expression d’une émotion précise. Tout verbe peut être construit soit transitivement – Vtr – marquant la voix active (le COD est obligatoire et le sujet est l’acteur du procès), soit intransitivement – Vintr –, marquant la voix moyenne (absence de COD, le sujet qui participe au procès n’en est plus l’acteur).

Tableau 2. Les verbes d’émotion – VE – en gbaya

Verbe

Vtr = VE

Vintr

notion de base

déverbatif

kɔ̰

aimer, désirer

vouloir

volonté

ø

fɛŋ

humilier, mépriser

salir, blanchir

décoloration

fɛ̀ŋì humiliation

fali

insulter

insulter

ø

da̰

insulter

être dense

accumulation

dàrà insulte

zɔn

vanter, admirer

être admiratif

admiration

ø

mam

se moquer, rire de

rire

rire

màmì rire

sɛn

haïr, détester

haïr

sɛ̂n haine

gbaŋ

effrayer, surprendre

être effrayé

peur

ø

mbɔi

ennuyer, tourmenter

être ennuyé

ennui

ø

yeŋ

convoiter, regretter

attention vers

yèŋ convoitise

22Tandis que la prédication d’une émotion sera immédiate avec un verbe d’émotion (VE), celle d’un nom d’émotion (affect) réclame la médiation d’un verbe, très souvent le verbe “faire” , employé transitivement.

2.1. Les émotions exprimées par un nom d’émotion

23Le nom d’émotion ou affect est intégré dans une construction prédicative dont le verbe, toujours transitif, a un sémantisme qui ne comporte pas de référence au domaine de l’émotion. Cet affect peut occuper la place de sujet (S) ou de complément d’objet (COD), la place inoccupée revenant alors à l’exp.

(A)

S exp Vtr COD affect

L’exp acteur a un contrôle possible sur l’affect.

(B)

S affect Vtr COD exp

L’affect acteur s’impose à l’exp qui n’exerce plus de contrôle.

24Avec le verbe “faire” dɛ, dix émotions sont attestées. Six d’entre elles n’acceptent qu’une seule construction (4 A et 2 B), tandis que les quatre autres acceptent la double construction (A et B). Dans tous ces cas, l’origine de l’émotion ou stim peut être précisée, étant alors postposée à l’affect à la manière d’un complément de nom.

25La construction A, seule possible pour la “joie” ngàyà, la “pleurnicherie” ɲíɲɛ̀ / ɲíɛ̀, la “jalousie” gɔ̀yá et la “rancune” kúɗù, souligne que ces émotions sont conçues comme relevant toujours d’un contrôle possible de l’exp.

(13)

ʔà̰

dɛ́

gɔ̀yà

3S

inac.faire

jalousie

beaucoup

“Il est très jaloux ou elle est très jalouse.”

26La construction B, seule possible pour “le désir sexuel” ngɛ̀ɗɛ̀ et la “honte” fòyò, souligne que ces émotions sont conçues comme échappant au contrôle de l’exp. L’expression des affects liés à la maladie utilise cette même construction (bìrì “folie”, gɛ̰̀ɛ̰̀ “fièvre”, par exemple) insistant sur le subi de ces états :

(14)

ká

fòyò

dɛ̀ám

alors

honte

acc.faire.d.IS

“Alors j’aurai honte.”

27La double construction concerne la “peur” kíì, la “colère” ŋ ìm-sèèà, la “tristesse” kó et l’“envie” wɔ̀. Les exemples suivants avec la peur montrent l’adéquation du choix de la construction (A ou B) au contrôle possible de l’exp sur l’affect considéré :

(15)

ʔà̰

tɔ̰́

Wèn

ná.

Kíì

dɛ́à.

3S

inac.dire

parole.

nég

Peur

inac.faire.3S

“Elle ne dit pas un mot. Elle a peur.” (B) [elle est figée de peur]

(16)

dɛ́

Kíí

ʔà̰

3P

inac.faire

peur.d

3S

nég

“On n’a pas peur d’elle.” (A) [et il continue à avancer]

28Le cas de wɔ̀ “faim, envie” est intéressant car il n’atteste pas le même verbe selon la construction utilisée. En A, l’affect est l’objet du verbe “faire” dont la nature (stim) doit être spécifiée (viande, tabac, femme, homme…). L’exp sujet du verbe a un contrôle possible sur cette faim spécifiée qu’on traduira par “envie”. Le terme wɔ̀ sans spécification signifiant uniquement “la faim” est ici impossible :

(17)

wàntò

Fòráà

hḭ̀ḭ́

dɛ̀ɛ̀

wɔ̀à

ɲɛ̀m-nà

Wanto

beau-parent.d.3S

cet

acc.faire.d

faim.d.3S

trop

“Wanto a trop envie de sa belle-mère là.”

29En B (cf. ex. 18), l’affect est le sujet non de “faire” comme en A, mais de “tuer” gbɛ, verbe qui souligne le pouvoir impérieux de cet affect sur l’exp. L’affect wɔ̀ “faim” est ici attesté qui exprime non une émotion, mais un état sensoriel et physiologique :

(18)

wɔ̀

gbɛ́m

gbɛ̀ɛ́

faim

acc.tuer.1S

tuer. énonciatif

“J’ai faim.”

30Pour les autres ‘envies’ dont le stim doit être mentionné, le choix de placer l’affect en position sujet témoigne de son caractère irrépressible : un état de dépendance plus qu’une simple envie que l’individu peut gérer :

(19)

wɔ́

ndààkà

gbɛ́m

Fé

envie.d

tabac

acc.tuer.1S

beaucoup

“J’ai très envie de fumer.” / “Je suis en manque de tabac.”

  • 10 On a la même construction B pour la “soif” wɔ́ yì (faim.d / eau).

31Ainsi la faim10, affect physiologique, est exprimée en gbaya comme un besoin non contrôlable par l’exp, d’où la construction B où le sujet est l’affect. Les envies par contre acceptent les deux constructions pouvant aussi bien être l’objet du verbe que l’exp contrôle (A), qu’être exprimées, mais plus rarement, comme non contrôlables (B). Cette absence de contrôle, renforcée par le recours au verbe “tuer” au lieu de “faire”, attribue une nature différente à l’envie qui est alors considérée comme une dépendance qui la rapproche d’un besoin, comme la faim ou la soif.

  • 11 “Rencontrer quelqu’un” se dit en gbaya kpa béí (trouver / quelqu’un).

32Deux émotions n’acceptant que la construction A utilisent des verbes employés transitivement dont le sémantisme signale, pour le “malheur” bɔ̀ndɛ̀, une activité de perception – “voir” zɔk ou “endurer” nur –, et pour le “contentement” dí-sèè et le “mécontentement” ɗáŋ-sèè, un hasard ou une opportunité qui échappe à la volonté de l’exp11 – “trouver” kpa. L’emploi de tels verbes réduit sensiblement le contrôle de l’exp sur l’affect, sans que ce dernier ne soit pour autant envisageable comme subi (absence de construction B).

  • 12 L’utilisation d’un verbe plus spécifique est possible mais rare pour les verbes déjà présentés. Ain (...)

33Deux émotions acceptent la double construction (A et B) avec quelques aménagements. En A, on utilise des verbes d’un sémantisme moins général12 qui soulignent un point de vue plus technique sur la façon dont est produite l’émotion. Ainsi les “pleurs” kɔ̰̀á̰ sont le COD du verbe hei qui exprime le ‘rassemblement d’éléments’ spécifiés ici comme des pleurs, mais qui réfère à “chose” avec le COD neutre mɔ̀, au cri des humains ou au chant des oiseaux. Quand le “rire” màmì est COD, il signifie “sourire” avec le verbe “découper” gɔn, “faire entendre un éclat de rire” avec le verbe “couper” kɛɗi, et “éclater de rire” avec le verbe spécifique kɛkɛɗi. Le fait de “rire” s’exprime simplement à l’aide du verbe mam, comme on le verra ci-après. En B, l’affect est le sujet du verbe “faire” dont le COD est le locus et non l’exp, ciblant nécessairement la partie du corps qui supporte l’émotion : la “bouche” nú wí pour le rire et les “yeux” yík wí pour les pleurs.

(20)

màmì

dɛ́

Núm

dɛ̀ɛ́

rire

inac.faire

partie_active.d.1S

faire.énonciatif

“Le rire me prend.”

2.2. Les émotions exprimées par un verbe

34Il peut s’agir soit d’un verbe d’émotion qui se suffit à lui-même, soit d’un verbe quelconque qui n’a de valeur émotionnelle qu’associé à la mention d’un locus.

  • 13 Lorsque le stimulus est (i) le pronom réciproque màá : le verbe prend une valeur réciproque (kɔ̰ (...)

35Employé transitivement, le VE en charge de l’expression de l’affect est intégré dans une construction prédicative dont les deux autres actants obligatoires – S et COD – sont l’exp en A’ et le stim en B’. Certains VE employés intransitivement ont pour sujet en C, l’exp.13

(A’)

S exp VEtr COD13 stim

L’exp acteur est le moteur de l’action portée sur le stim.

(B’)

S stim VEtr COD exp

Le stim acteur s’impose à l’exp qui n’exerce plus de contrôle.

(C)

S exp VEintr

L’exp participe simplement à l’action (il n’y a pas d’acteur).

  • 14 Le déverbatif yèŋ, par contre, signifie seulement “convoitise”.

Sur les 10 verbes d’émotion, 5 sont attestés en A’ : “aimer” kɔ̰, “humilier” fɛŋ, “insulter” fali ou da̰, et yeŋ “convoiter, regretter14”. Ce sont des émotions toujours à l’initiative de l’exp.

Un seul verbe – “haïr, détester” sɛn – participe à la fois aux constructions A’ et B’. Dans ce dernier emploi, il renvoie spécifiquement à quelque chose (stim) qui ne convient pas à l’exp, comme par exemple une nourriture.

Deux verbes participent à la fois aux constructions A’ et C, produisant selon la diathèse du verbe les sens Vtr “admirer” / Vintr “être admiratif” pour zɔn, et Vtr “rire de, se moquer” / Vintr “rire” pour mam. Le jeu du passage de la voix active à la voix moyenne pour ces verbes distingue un exp acteur en A’ et un exp simple participant au procès en C.

(21)

ʔám

màmà

mɛ́

(22)

ʔám

màmá

[màmì15]

1S

acc.rire.d

2S

1S

acc.rire

[rire]

  • 15 La présence facultative de ce déverbatif du verbe “rire” ne change pas la construction verbale. Il (...)

“Je me moque de toi.”    “Je ris.”15

36Deux verbes gbaŋ et mbɔi participent à la fois aux constructions B’ et C où l’exp n’a jamais l’initiative de l’action. En B’ l’exp COD subit le stim qui s’impose à lui : quelque chose effraie ou ennuie l’exp. En C, l’exp Sujet d’un verbe intransitif participe à l’action dont il n’est pas le moteur : l’exp est effrayé ou ennuyé.

37Les constructions avec un verbe quelconque sont partiellement comparables aux précédentes, mais ici la présence du locus, intermédiaire obligé de L’exp, est nécessaire pour orienter le sens de base du verbe vers un sens émotionnel. Ce locus est le plus souvent le “foie” et plus rarement le “corps”.

(A”)

S exp Vtr COD locus

L’exp acteur contrôle l’émotion et agit sur le locus.

(B”)

S stim Vtr COD locus

Le stim acteur s’impose à l’exp par le biais du locus.

(C’)

S locus Vintr

L’exp par le biais du locus participe simplement à l’action.

38En C’, la participation du locus comme sujet du verbe reste neutre, ne permettant pas à l’exp qu’il manifeste de remplir un rôle d’acteur comparable à celui qu’il a dans les constructions avec un verbe à la voix active (A, A’, A”). Cela concerne 7 verbes qui ont le “foie” (locus) comme sujet.

  • 16 Ce même verbe quand il a pour sujet un autre locus, “l’épigastre” yík-ɗɛ̀ɗɛ̀ wí / yík sèè wí (~  (...)

sèè wí ɲim

(foie.d / homo / souffrir)

être en colère (cf. ex. 7)

sèè wí gbɛŋ

(~ / s’échauffer16)

être en colère (cf. ex. 6)

sèè wí tur

(~ / fumer)

être dans tous ses états (cf. ex. 5)

sèè wí dɔi

(~ / mousser)

s’énerver

sèè wí fe

(~ / mourir)

la colère est finie

sèè wí gɔn

(~ / être coupé)

avoir un choc émotionnel

sèè wí to

(~ / battre fort)

être inquiet

39Les diverses émotions – colère, inquiétude, angoisse – sont ici attribuées à l’activité à laquelle participe le foie, laissant l’exp en retrait.

40Enfin le verbe ɗaŋ “être mauvais”, qui, employé intransitivement en C’ sèè wí ɗaŋ (foie-corps.d / être mauvais) signifie “être triste”, peut aussi être employé transitivement ɗaŋ “abîmer” en B” où le COD est, non pas le locus, mais l’exp :

(23)

mɛ́

ɗàŋám

2S

acc.abîmer.d.1S

“Tu me contraries ou tu me fais du tort.”

41Le choix de l’exp comme COD d’un verbe ordinaire ne l’oriente pas exclusivement, contrairement au locus, vers un sens émotionnel, et le sens physique “tu m’as fait mal” reste ici toujours possible.

42La construction B”, où le COD est le locus et le stim l’acteur, concerne 2 autres verbes employés transitivement, tṵ “noircir” et ba “prendre”. Le locus est alors toujours le terme “corps” : stim tṵ tɛ̀ wí “rendre fort, valoriser” et stim ba tɛ̀ wí littéralement “qui prend le corps” signifiant “ennuyer” (synonyme du VE mbɔi). Enfin, seul le verbe tṵ accepte, employé intransitivement, la construction C’ avec comme sujet grammatical le locus “corps”. Son sens littéral “être noir” prend alors le sens d’‘être valorisé’ exprimant la fierté.

(24 a)

Béí

ká

tɛ̀

mɛ́

ná,

Personne

inac.pouvoir_être

côté

corps

2S

nég

(b)

tɛ̀

mɛ́

kà

tṵ́

ná

corps

2S

inac.pouvoir_être

de_sorte_que

inac.noircir

nég

“S’il n’y a personne autour de toi, tu ne peux pas être mis en valeur.”

43Les trois verbes attestés en A” sont, eux, spécifiques de l’activité que l’exp veut imposer au locus. L’individu est ici celui qui agit sur la partie de lui-même concernée par l’affect, et c’est le foie qui est systématiquement utilisé comme locus. La substitution du terme “foie” par le terme “corps” est limitée au verbe “refroidir” (cf. ex. 9). Le rôle volontaire du Sujet est ici bien souligné.

  • 17 Il s’agit d’un complément locatif non marqué, litt. “jeter foie sur quelque chose”.

Sexp ʔa sèé mɔ̀

(jeter / foie.d / chose17)

envier

Sexp pɛ̰ sèè wí

(faire respirer / foie.d / homo)

être soulager, respirer

Sexp ga̰ sèè / tɛ̀ wí

(refroidir / foie-corps.d / homo)

se calmer

44Seul le verbe ga̰ “refroidir” peut être employé intransitivement et participer à la construction C’ : sèè wí ga̰ (foie.d / être froid) signifie “se calmer”.

45Les diverses possibilités syntaxiques pour manifester une émotion soulignent bien la palette de nuances dont dispose le locuteur. Dans l’exemple suivant, les deux premières actions tombent sur l’exp qui réagit en produisant des pleurs exprimés ensuite comme relevant de son initiative.

(25)

sèèmɛ́

tùrá,

kɔ̀-gɛ́rmɛ́

tùrá

ʔòé,

foie.d.2S

acc.fumer,

gorge.d.2S

acc.fumer

aussi

mɛ́

Tɛ́-hèì

kɔ̰̀á̰

2S

V.inac.crier

pleurs

“La colère monte en toi, ta gorge se serre aussi et tu vas pleurer.”

2.3. Les émotions prédiquées sans verbe

46Certains noms d’émotion peuvent être attestés dans une construction non verbale de structure juxtapositive, comparable à celle de l’impatience (cf. ex. 4) :

(D)

exp nɛ̀ “avec” affect

L’exp et l’affect sont sur le même plan

47Sont attestés comme second élément, la “peur” kíì, la “colère” ɲìm-sèèà, la “tristesse” kò, le “malheur” bɔ̀ndɛ̀, ainsi que “le contentement” dí-sèè (bon / foie), le “mécontentement” ɗáŋ-sèè (mauvais / foie) et l’“impatience” gbɛ̰́-sèè (rouge / foie).

(26)

ʔà̰

nɛ̀

kò

wěn

fìò

kɔ́

kóò

kɔ̰́à̰

3S

avec

tristesse

à_cause_de.d

mort

de

épouse

de.3S

“Il est triste à cause de la mort de sa femme.”

48En C, l’exp et l’affect placés sur un même plan n’ont aucune hiérarchie entre eux. On peut introduire en C le verbe intransitif “rester” duk, ce qui en fait alors une construction verbale, mais la présence de ce verbe qui exprime le maintien de la situation dans le temps (durée) ne modifie pas le rapport entre les actants.

2.4. Qu’en est-il du nom verbal ?

49Tout verbe produit un nom verbal (NV). Le verbe transitif conserve son complément neutre mɔ̀ “chose”, tandis que le verbe intransitif est complété par le défini -à. Cette dérivation nominalise tous les sens du verbe support, ce qu’on peut rendre par “le fait de…”. Ainsi le verbe zɔn produit un NVtr zɔ́ná mɔ̀ “le fait d’admirer” et un NVintr zɔ̀náà “le fait d’être admiratif”. Ces NV ne sont pas comparables aux noms déverbatifs qui ciblent un unique sens abstrait. Ainsi le verbe “rire” mam donne le déverbatif màmì “le rire” et les NV : (tr) mámá mɔ̀ “le fait de se moquer” et (intr) mámáà “le fait de rire”. Or sur les 10 VE, la moitié seulement produit un déverbatif, et un verbe comme “aimer, vouloir” kɔ̰ par exemple n’a pas de déverbatif “amour”.

Conclusion

50Deux tableaux récapitulatifs présentent l’un les types de prédication pour exprimer les émotions, et l’autre la variété des choix à la disposition de tout locuteur pour chaque émotion.

Tableau 3. Les constructions prédicatives pour l’expression des émotions

Prédication Verbale

Non Verbale

Voix active

Voix moyenne

Phrase nominale

+ volonté

– volonté

neutre

Action à l’initiative de l’exp

État subi par l’exp

1 actant participant

2 actants sans hiérarchie

A exp Vtr COD affect

B S affect Vtr COD exp

D exp nɛ̀ “avec” affect

A’ S exp VEtr COD stim

B’ S stim VEtr COD exp

C S exp VEintr

A” S exp Vt COD locus

B” S stim Vtr COD locus

C’ S locus Vintr

  • 18 Signalés par du gras dans le tableau 3.

51Il ressort qu’un seul élément18 concourt dans chaque type d’énoncé à l’expression des émotions. Ce sont le verbe d’émotion VE (A’, B’ et C), l’affect (A, B et D) et le locus représenté presque exclusivement par le “foie” (A”, B” et C’). Par contre exp et stim n’étant spécifiques d’aucune émotion, ils n’ont qu’un rôle d’actant neutre.

52Enfin la manifestation d’un contrôle sur l’émotion est avec la prédication par un verbe transitif soit possible, avec un exp acteur (sujet en A, A’ et A’’), soit impossible (en B, B’ et B’’), tandis qu’elle n’est pas d’actualité avec la prédication par un verbe intransitif ou une phrase nominale.

Tableau 4. Répartition des émotions en fonction des constructions qu’elles admettent

  • 19 Les noms d’émotions dérivés de verbes, à l’exception du rire, étant majoritairement prédiqués par l (...)

Termes nécessaires à l’expression de l’émotion

Constructions

Nom d’émotion19

joie, pleurnicherie, jalousie (personne), rancune

A

peur, colère, tristesse

A

B

D

envie

A

B

malheur

A

D

désir sexuel, honte

B

pleurs, rire

A

B

D

contentement, mécontentement

A

D

impatience

D

Verbes d’émotion

aimer, humilier, mépriser, insulter, convoiter

A’

vanter / être admiratif ; se moquer / rire

A’

C

haïr

A’

B’

effrayer / être effrayé ; ennuyer / être ennuyé

B’

C

Locus = foie

ennuyer

B”

valoriser / être fort

B”

C’

jalouser, envier (biens), être soulagé

A”

se calmer /être calme

A”

C’

contrarier/être contrarié

B”

C’

être en colère, se mettre en colère, être dans tous ses états, s’énerver, être apaisé, avoir un choc émotif, être inquiet

C’

53Chez les Gbaya, le foie est donc le locus dédié aux émotions. Les noms et les verbes se complètent pour exprimer diverses émotions permettant de souligner le sens plus ou moins volitionnel que le locuteur choisit de manifester ou que l’émotion permet d’exprimer (ainsi la peur peut-elle être active, mais la joie ne l’est pas). La diathèse des verbes gbaya divise rigoureusement les constructions entre actives et participatives. Ces dernières n’ont pas de sens volitionnel possible, pas plus que les constructions nominales qui n’expriment aucune hiérarchie entre les actants. Le gbaya nous propose donc une grande palette de possibles qui manifeste son organisation conceptuelle de ce domaine.

Bibliographie

Greenberg, J. H. (éd.), 1966, Universals of Language, Cambridge, MIT Press.

Hagège, C., 2006, « Vers une typologie linguistique des affects », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris CI, p. 89-132.

Roulon, P., 1980, « La conception gbaya du corps humain », Journal des Africanistes 50 (1), p. 59-106.

Roulon-Doko, P., 2008, Dictionnaire Gbaya-Français (République Centrafricaine), suivi d’un dictionnaire des noms propres et d’un index français-gbaya, Paris, Karthala.

Notes

1 Nos remerciements vont à Nicole Tersis (CNRS) et Berta Crous (Université de Girona) pour leur relecture et leurs commentaires.

2 Groupe 1 de la branche orientale de la sous-famille 6 « Adamawa oriental » de la famille Niger-Congo, selon Greenberg (1966).

3 Il n’y a pas de verbe d’état.

4 Les abréviations du mot à mot sont : acc accompli, d déterminant tonal, def défini, ess essentiel, imp impératif, inac inaccompli, nég négation, nv nom verbal, Npr nom propre, pl pluriel, rd redoublement expressif, recip pronom réciproque, rel relatif.

5 Du latin homo utilisé pour désigner l’individu en général.

6 Ce terme signifie rapporté à un os mbɔ́ gbàɲà (~/os) “moelle”, rapporté à l’oreille mbɔ́[-kɔ̰́]-zèr (~ / intérieur.D / oreille) “cérumen”, rapporté à un animal mbɔ́ sàɗì (~ / animal) “cervelle”, rapporté au tabac mbɔ́ ndààkà (~ / tabac) “nicotine”, etc.

7 C’est le sens de base de ce terme qui rapporté à l’homme ou l’animal désigne la tête. On soulignera l’importance de l’interprétation spatiale du corps en gbaya : la tête = “sommet externe”, le ventre = “intérieur”, les fesses = “fond”.

8 “Celui sp.” [sp. = species] est un pronom abréviatif qui désigne un individu qui s’adonne régulièrement à l’activité mentionnée.

9 Contrairement au terme “contentement” qui peut aussi signifier “bonheur”, ce terme n’exprime que le “mécontentement”, le malheur ou la tristesse disposant de formulations spécifiques (cf. plus bas).

10 On a la même construction B pour la “soif” wɔ́ yì (faim.d / eau).

11 “Rencontrer quelqu’un” se dit en gbaya kpa béí (trouver / quelqu’un).

12 L’utilisation d’un verbe plus spécifique est possible mais rare pour les verbes déjà présentés. Ainsi, pour la construction A, la “tristesse” kò, COD du verbe “faire”, signifie “être triste”, mais en tant que COD du verbe “tendre à” yeŋ il signifie plutôt “être affligé, attristé”, litt. “être poussé vers la tristesse”.

13 Lorsque le stimulus est (i) le pronom réciproque màá : le verbe prend une valeur réciproque (kɔ̰ màá “s’aimer”) ; si c’est (ii) le “corps” tɛ̀ : le verbe prend une valeur de réfléchi (zɔn tɛ̀ “se vanter”).

14 Le déverbatif yèŋ, par contre, signifie seulement “convoitise”.

15 La présence facultative de ce déverbatif du verbe “rire” ne change pas la construction verbale. Il n’est pas un COD mais un complément circonstanciel. On pourrait traduire littéralement l’ex. 22 par “il rit de rire”.

16 Ce même verbe quand il a pour sujet un autre locus, “l’épigastre” yík-ɗɛ̀ɗɛ̀ wí / yík sèè wí (~ / homo), signifie “avoir mal au cœur”, un état sensoriel et physiologique et non plus un affect émotionnel.

17 Il s’agit d’un complément locatif non marqué, litt. “jeter foie sur quelque chose”.

18 Signalés par du gras dans le tableau 3.

19 Les noms d’émotions dérivés de verbes, à l’exception du rire, étant majoritairement prédiqués par le recours au verbe n’ont pas été mentionnés.

Auteur

LLACAN (UMR 8135 du CNRS)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540