Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

Cartographie des émotions : propositions linguistiques et sociolinguistiques

Fabienne Baider et Georgeta Cislaru

Note de l’auteur

des affects, des sentiments et des états affectifs, cf. la discussion d’A. Polguère infra. Nous avons par ailleurs respecté les choix terminologiques de chacun des auteurs du volume pour désigner l’« émotion ».

Texte intégral

Nous tenons à remercier le comité scientifique de cet ouvrage qui nous a aidées grandement dans la confection de ce volume. Nos vifs remerciements à ces collègues qui ont été choisis de par leur domaine de spécialité ou de la langue dont faisaient l’objet les articles pour notre comité scientifique lors du colloque Émotion Cognition Communication (juin 2011 – Université de Chypre) et pour l’évaluation des articles. Nous souhaitons rendre hommage à Sarah Leroy, disparue brutalement le 8 février 2013.

Maria Constantinou (Université de Chypre)

Christophe Cusimano (Univ. Brno, Rép. tchèque)

Marie-Noëlle Guillot (Univ. East-Anglia, Royaume-Uni)

Catherine Kerbrat-Orecchioni (Univ. Lyon, France)

Irina Kokochkina (Univ. Paris Sorbonne, France)

Efi Lamprou (Université de Chypre)

Laure Lansari (Univ. Paris Diderot, France)

Colette Laplace (Univ. Sorbonne nouvelle, France)

Sarah Leroy (CNRS et Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense, France)

Sophie Marnette (Univ. Oxford, Royaume-Uni)

Colette Mrowa Hopkins (Univ. Flinders, Australie)

Sandra Nossik (Univ. Paris Descartes, France)

Leila Osseiran (Université libanaise, Liban)

Elisa Raschini (ENS Ulm et Univ. de Villetaneuse Paris 13, France)

Nos remerciements aussi aux institutions qui ont contribué au succès de cette entreprise, l’université Sorbonne nouvelle et en particulier l’EA 2290 SYLED, l’université de Chypre et plus précisément le département de langues modernes, à l’origine du colloque Émotion, Cognition Communication de juin 2011 et enfin nos remerciements à Mélanie Bernard et Anne Fragonard, qui nous ont aidées pour la confection matérielle de ce volume.

1Les recherches actuelles semblent prendre des distances vis-à-vis de positionnements considérant les émotions comme une « affaire privée », se résumant à une réaction biologique et/ou un état psychologique. D’éminents travaux s’intéressant à l’expression émotionnelle chez l’homme et l’animal (Darwin, 1872) ou encore ceux reconnaissant la place de l’affect dans la communication langagière (Bally, 1965 [1913]) avaient souligné dès le début du xxe siècle l’intérêt scientifique des affects. Pourtant, le dualisme occidental (corps/esprit, raison/émotion, subjectivité/objectivité, etc.), qui dominait la recherche aux xixe et xxe siècles, ainsi que, plus récemment, la tendance moderniste à séparer les phénomènes cognitifs et affectifs, privilégiant les premiers car dits « objectifs », avaient contribué à reléguer les affects, sentiments et émotions dans la catégorie des phénomènes irrationnels et subjectifs et donc sans intérêt scientifique (Loseke & Kusenbach, 2008 : 511). Il semblait impossible alors de penser les états affectifs gouvernés par des normes sociales et façonnés par des normes langagières. L’explosion, depuis les années 1980-1990, des recherches dans le domaine des émotions (Damasio, 1995 ; Scherer, 1988, entre autres) s’inscrit dans le courant post-moderne et s’explique en partie par la remise en question de la croyance infaillible en la raison, de l’immuabilité de la vérité et de l’immanence de la logique : la construction du sens s’est dès lors (re)posée (Leavitt, 1996). L’interprétation étant au centre du propos, le rôle des émotions dans la construction de la signification se situe au cœur des débats de l’époque (Stearns, 1995 ; Lutz & White, 1986 ; Harré, 1986).

2S’inspirant de ces problématiques, chaque contribution du volume Cartographie des émotions s’efforce de catégoriser, délimiter, appréhender les affects pour mieux comprendre linguistiquement ou sociolinguistiquement comment se structure ou se construit le phénomène, que ce soit à travers les réseaux reconstruits à partir des champs lexicaux, la mise à plat (véritablement) des combinatoires lexicales à l’aide de cartes factorielles guidant les linguistes dans l’exploration des masses de données, la prise en compte de nouveaux paramètres, ou la réévaluation d’anciens paramètres (polarité, évidentialité). Au-delà de l’étude de la combinatoire lexicale per se, se dégage dans cette cartographie des affects l’étude de l’interdépendance des profils linguistiques des formes et des profils discursifs. Est posée ainsi la question de la structuration de l’énoncé (le profil actanciel, par exemple) et de sa subordination aux visées discursives de l’énonciateur, ou encore celle de la hiérarchie des fonctions (prosodique, syntaxique, sémantique, etc.) dans la compréhension d’un état émotif. En allant plus loin dans cette interface, le courant épistémologique prônant la construction sociale des émotions guide d’autres travaux contenus dans ce volume, mettant au centre de leurs préoccupations la corporéité ; l’interaction et le désir (compris ici comme impulsion à l’action, la motivation) ; le rôle prépondérant de la cognition dans les études lexico-sémantiques et prosodiques relatives à l’évaluation de l’affect. En effet, c’est par le langage que nous pouvons expliquer et communiquer ces états complexes dans lesquels « corporéité, cognition, désir et interaction sociale » se condensent (Channouf & Rouan, 2002 : 35).

Les émotions dans le champ des sciences du langage

3Si la définition de ce qu’est précisément l’“émotion” et la terminologie pour nommer le concept sous-jacent ne font toujours pas l’unanimité, différents courants s’accordent sur l’idée d’un état cognitif complexe influencé par le contexte à court terme (contexte et historique de l’interaction) comme à long terme (vécu personnel et culturel) (Le Tallec et al., 2010). Les recherches se focalisant sur cet « état cognitif complexe » s’ancraient avant tout et de longue date dans des disciplines autres que les sciences du langage, en particulier la philosophie, la psychologie, la sociologie, entre autres.

4Comme nous l’avons noté plus haut, depuis une vingtaine d’années cependant, le concept d’émotion est de plus en plus souvent associé au langage (Abu-Lughod & Lutz, 1990 ; Kerbrat-Orecchioni, 2000). Les dimensions affective et subjective du langage sont alors devenues l’objet de recherches en linguistique et, plus récemment, en linguistique expérimentale (psycholinguistique, neurolinguistique). Ce sont les études à l’interface sémantique-syntaxe et sémantique-pragmatique qui ont, les premières, fait de l’émotion leur objet d’étude linguistique (cf. Wierzbicka, 1992 ; Niemeier & Dirven (éds), 1997, etc.). D’une part, sémanticiens et lexicologues s’intéressent aux formes langagières conceptualisant des émotions (Balibar-Mrabti (éd.), 1995 ; Grossmann & Tutin (éds), 2005 ou, récemment, Novakova & Tutin (éds), 2009) ; d’autre part, analystes du discours, pragmaticiens et spécialistes de la rhétorique s’intéressent au fonctionnement des émotions et des expressions émotionnelles dans la communication quotidienne (Plantin, 1999 et 2003 ; Plantin, Doury & Traverso (éds), 2000 ; Weigand (éd.), 2004 ; Rinn (éd.), 2008) ou professionnelle (Ashford & Humphrey, 1995 ; Béal, 2001).

5Ainsi, dans le domaine des sciences du langage, le lieu d’observation des émotions concerne non seulement les corpus écrits (aussi divers que le dictionnaire ou les textes institutionnels), mais également le discours oral, la communication spontanée et le discours en interaction, ainsi que les nouveaux moyens de communication tel Internet (cf. Atifi et al., 2005 ; Cislaru, 2010). On peut cependant espérer que les différents types d’approches se croisent davantage à l’avenir, la sémantique des expressions émotionnelles restant bien souvent plutôt éloignée des questionnements pragmatiques sur le rôle communicatif et argumentatif des émotions alors même que la problématique des émotions peut être appréhendée de manière transversale. Car, au final, les émotions apparaissent comme des sortes de marqueurs des spécificités du langage, particulièrement sensibles à toutes sortes de contextes, cadres, évolutions, etc. En retournant la problématique, on peut supposer qu’une étude fine du langage ne peut se passer d’une étude des émotions dans le langage. En effet, l’étude de l’affect se joue des frontières traditionnelles séparant les différents domaines de la démarche linguistique et se trouve au centre d’études en lexicologie, en syntaxe et en sémantique, mais aussi en analyse des discours et des interactions. À ce titre, l’ouvrage répond donc à une réelle demande de la part des chercheurs en sciences du langage, quel que soit leur domaine de spécialité.

6Les réflexions sont toutes menées d’un point de vue linguistique et sociolinguistique et se proposent de contribuer à clarifier les relations entre émotions et langage à tous les niveaux d’analyse linguistique, donnant à voir le point de vue de cadres théoriques différents, de la grammaire générative à la théorie de l’énonciation. Les approches visant à répondre au même objectif, la description linguistique des émotions et de leur expression, incluent des analyses d’interactions, des analyses de textes institutionnels et des descriptions sémantiques. Ce volume propose ainsi un parcours allant de la description lexico-syntaxique et théorique pour aboutir à des analyses plus descriptives de l’expression émotionnelle en contexte.

Approches croisées des émotions

7Un autre apport de ce volume est aussi sa contribution à la description de l’expression émotionnelle dans des langues peu étudiées (le portugais du Brésil, la langue africaine gbaya, par exemple) et le questionnement contrastif (Bresson & Dobrovol’skij, 1995 ; Györi, 1998) avec sa prise de conscience d’un décalage interculturel (Béal, 2001 ; Wierzbicka, 1999). La dimension « interculturelle » de ce volume se traduit soit par des études prenant pour point de départ un phénomène linguistique (ainsi la métaphore) et la manière dont celui-ci est mis en œuvre pour traduire diverses émotions dans et par différentes langues-cultures (cf. F. Valetopoulos, M. Albano), soit par des études comparatives qui contrastent différents phénomènes linguistiques mis en avant lors de l’expression d’un même affect (telles que celles de V. Franzelli, et d’E. Pilecka). De plus, traditionnellement, les recherches linguistiques dans le domaine des émotions se penchent sur l’étude d’une émotion particulière et des moyens langagiers utilisés pour son expression. En effet, si l’on suit la théorie de Wittgenstein, chaque émotion dispose de sa propre grammaire et, d’ailleurs, plusieurs études ont souligné soit des spécificités de conceptualisation de la peur vis-à-vis de la colère (cf. Leeman, 1995), soit les relations entre les champs lexicaux concernant différentes émotions (cf. Galati & Sini, 1997). À ce titre, le présent volume propose des études portant sur un vaste ensemble de types d’émotions et de sentiments comme la colère (V. Franzelli, S. Diwersy & O. Kraif), l’empathie (P. Kottelat), l’agacement (R. de Oliveira), le désaccord (A. Khaldoyanidi), l’indignation (E. Vladimirska), la joie, la peur et la déception (G. Acerenza), etc.

8Du point de vue théorique, deux approches façonnent le volume Cartographie des émotions. En effet, l’interface langue/discours et émotions fait l’objet de nombreux débats (cf. Besnier, 1990), et les grands courants prenant pour point de départ deux hypothèses différentes peuvent être distingués (Bamberg, 1997) : l’un reconnaissant un rôle structurant au langage, l’autre reconnaissant un rôle déterminant aux émotions dans la communication langagière.

9La première approche considère la relation entre langue et émotion, la langue « construisant » le monde et notamment les émotions (Wierzbicka, 1992 ; Harré & Gillet, 1994). Observer et comprendre comment la langue traduit les émotions permet par ailleurs de comprendre comment les émotions sont conceptualisées dans chaque langue-culture. On fait alors l’hypothèse que le domaine des affects n’est pas codé de façon arbitraire, et qu’il existe des marqueurs morphologiques, syntaxiques, prosodiques et des champs sémantiques réservés à l’expression des émotions. L’expression des émotions est alors appréhendée à travers l’étude des expressions linguistiques, c’est l’angle de vue des trois premières sections de cet ouvrage intitulées Combinatoire lexicale, Conceptualisation des émotions, approches cognitives et interculturelles et Syntaxe et prosodie. Plusieurs problématiques seront donc abordées à différents niveaux d’analyse tels que le lexique, la grammaire et les stratégies discursives de l’expression émotionnelle.

10La deuxième approche dans le débat concernant le rapport langue/discours et émotion est ancrée dans une vision pragmatique et considère d’abord la fonction des émotions dans la performance langagière ; celle-ci fait l’objet de deux parties, Syntaxe et prosodie et Expression des émotions en contexte. Dans cette optique, les articles qui constituent cette section s’appuient sur l’hypothèse selon laquelle les émotions structurent la langue et la communication, et non pas l’inverse, et expliquent comment cette construction se projette ensuite dans des pratiques sociales.

Interface langue-émotion

Observer la langue pour mieux catégoriser les émotions

11La première partie (Combinatoire lexicale) rassemble cinq études fournissant une série d’outils pour appréhender les émotions dans une optique linguistique. Les contributions d’A. Polguère, de S. Diwersy & O. Kraif et d’I. Novakova, F. Grossmann & V. Goossens proposent des critères (nécessaires et suffisants) pour catégoriser les émotions à l’interface lexique-syntaxe. La combinatoire lexicale est au centre du propos, que celle-ci fasse référence aux structures actancielles, aux éléments de polarité ou plus généralement à la co-occurrence lexico-syntaxique. A. Polguère ébauche une cartographie du champ lexical du vocable souci en français moderne ; il constate que, d’une part, le stock lexical est à la source de dérivations métonymiques et métaphoriques et, d’autre part, une telle approche lexicale permet de prendre en considération la spécificité « interne » des lexies d’états affectifs et la spécificité des structures polysémiques des vocables dont elles sont la lexie de base. P. Dendale & D. Coltier étudient la compatibilité des adjectifs d’émotion avec certains marqueurs évidentiels comme devoir évidentiel et mettent ainsi en exergue la dimension inférentielle et interprétative de l’expression émotionnelle, proposant une classe d’adjectifs psy. Le travail de S. Diwersy & O. Kraif illustre, à partir du champ sémantique de la colère, comment des outils statistiques de type TAL permettent d’observer, en corpus, des éléments contribuant à catégoriser des formes et donc de tirer des informations de nature sémantique. Travaillant sur trois catégories de lexies d’émotion (verbes, noms et adjectifs), I. Novakova, F. Grossmann et V. Goossens prennent en compte les paramètres syntaxico-sémantiques de structure actancielle, aspect et dimension de contrôle afin de déterminer lesquels sont les plus aptes à catégoriser chaque catégorie lexicale. A. Grutschus, B. Kern et A. Tutin prennent pour point de départ l’expression de la polarité des affects et examinent comment elle se réalise à l’aide d’opérations combinatoires comparables dans quatre langues afin de proposer un classement sémantique des mots d’affect. L’article d’E. Pilecka, consacré à l’expression des émotions intenses, assure l’interface avec la deuxième section de l’ouvrage, en mettant au centre de son propos la dimension culturelle qui filtre un ressenti a priori commun à tous. En effet, l’« image » linguistique des émotions offre plus de ressemblances que de différences dans le cadre de ces études contrastives. E. Pilecka suggère à ce propos que les ressemblances apparaîtraient au niveau « macro » (c’est-à-dire que le mécanisme cognitif se traduirait par une même structure syntaxique) mais que les différences apparaîtraient au niveau « micro », le découpage différent de la réalité affectant la catégorisation des affects dans sa dimension lexicale notamment.

Observer la langue – culture pour comprendre les émotions

12Les études de P. Roulon-Doko, F. Valetopoulos, M. Albano, K. Kwapisz-Osadnik rassemblées dans la deuxième partie intitulée Conceptualisation des émotions, approches cognitives et interculturelles examinent dans une perspective cognitive ou interculturelle le lexique des émotions en s’intéressant plus particulièrement aux métaphores, interjections ou stéréotypes. Adoptant une perspective cognitive (Lakoff, 1997), ces travaux, avant tout descriptifs, traitent des métaphores et des expressions figées désignant des émotions dans des langues aussi diverses que l’italien, le polonais, le grec, le gbaya, etc. Les représentations socio-culturelles qui s’en dégagent montrent des recouvrements cognitifs et symboliques importants, tout en soulignant les spécificités propres à chaque langue et culture ; le cas du gbaya (P. Roulon-Doko) est exemplaire à ce sujet, avec des schémas métaphoriques généralisables à d’autres langues, mais des choix symboliques et linguistiques constituant un système à part. Toutes ces contributions mettent par ailleurs en évidence l’intentionnalité communicative dans la mise en forme des émotions, et en particulier la construction d’un ethos de soi ou de l’autre par l’expression affective ; cette optique est par ailleurs développée dans les dernières parties du volume.

Interface langue-discours

Rechercher des marques linguistiques des émotions

13La troisième partie (Syntaxe et prosodie) examine les procédés langagiers manifestes dans le discours spontané et spécifiques à l’expression des émotions marquant, d’une manière ou d’une autre, le positionnement du locuteur. Ph. Martin examine ainsi les interactions entre les états émotionnels et les réalisations de la structure prosodique, et constate que les marques prosodiques dominent la structure syntaxique dans la reconstitution du sens. À son tour, A. Khaldoyanidi se concentre sur la focalisation exclusive exprimant le désaccord entre locuteurs dans le discours polémique en russe et confirme la pertinence des traits prosodiques et visuels. E. Vladimirska met en lumière les similitudes importantes entre la langue française et la langue russe quant à la distribution des marqueurs exclamatifs, en fonction de la façon dont l’énonciateur appréhende la valeur d’un énoncé qui déclenche une réaction émotive. Enfin l’étude de R. de Oliveira, consacrée à une combinaison lexico-syntaxique – dislocations de clitiques –, contraste l’expression d’une même attitude affective, l’agacement, dans deux systèmes langagiers différents (le portugais brésilien et le français de France).

Prendre en compte le pouvoir des émotions

14Dans la dernière partie, Expression des émotions en contexte, l’observation détaillée des procédures mises en œuvre pour faire sens des états émotionnels permet avant tout l’étude de leur force illocutoire présumée et de leur rôle dans le positionnement des locuteurs dans la situation de communication (Caffi & Janney (éds), 1994 ; Bamberg, 1997). Ainsi les recherches se focalisent-elles alors non seulement sur les stratégies d’expression des affects, mais aussi sur leur rôle dans la communication. Ces approches discursives et interactionnelles envisagent des phénomènes verbaux, para-verbaux et non verbaux, faisant se rencontrer ainsi des hétérogénéités qui ne sont pas faciles à articuler du premier abord, mais qui sont cruciales pour décrire et comprendre la place des émotions dans l’usage. Les études de G. Acerenza sur les commentaires sportifs, d’E. Ravazzolo sur les débats télévisés français et italiens, de M. Rossi sur les commentaires épilinguistiques des enfants relatifs aux émotions et de V. Franzelli sur la traduction de la multi-modalité des émotions dans le sous-titrage filmique montrent la manière dont les émotions affectent les choix linguistiques ou façonnent les représentations et les interprétations. Deux autres articles de cette dernière section prennent pour corpus des documents écrits moins traditionnels pour relever les types de marquage des affects ; ainsi les textes institutionnels sont-ils choisis pour étudier la représentation de l’empathie (P. Kottelat) et un texte de la littérature décadente latine fait-il l’objet de l’étude du désespoir, au moyen du concept de chronotope, ou dimension espace-temps (R. Maliţa).

Conclusion

15Des allers-retours peuvent être faits entre les quatre parties de l’ouvrage aussi bien dans une perspective cumulative que dans le but de renouveler la problématique des émotions dans le langage. Ainsi, d’une part, les travaux portant sur le fonctionnement des émotions en discours s’appuient bien évidemment sur les études lexicales et syntaxiques de l’expression émotionnelle, mais sont par ailleurs susceptibles de faire évoluer ces dernières en mettant en avant des procédés complexes de conceptualisation (cf. E. Ravazzolo, R. Maliţa), ou encore en soulignant la dynamique des contenus lexicaux, comme le fait M. Rossi. D’autre part, les analyses lexicales et syntaxiques font la place à des phénomènes pragma-énonciatifs (positionnement, interprétation) et cognitifs faisant écho aux questionnements discursifs (I. Novakova et al., A. Grutschus et al.). Enfin, les études s’intéressant à la conceptualisation des émotions dans plusieurs langues apportent, de par leur dimension contrastive, un éclairage particulier concernant la diversité des stratégies d’expression émotionnelle et leur ancrage dans des champs complexes comme celui de la corporéité.

16Tour d’horizon à la fois épistémologique des différentes approches qui appréhendent la complexité de l’émotion, tour d’horizon aussi véritablement géographique étant donné la diversité des langues étudiées, nous espérons que cet ouvrage puisse rendre compte de la richesse de ce « nouveau » champ d’étude linguistique.

Bibliographie

Abu-Lughod, L., Lutz, C. A., 1990, « Introduction: Emotion, discourse, and the politics of everyday life », Language and the Politics of Emotion, Cambridge, CUP, p. 1-23.

Ashford, B. E., Humphrey, R. H., 1995, « Emotion in the Workplace: A Reappraisal », Human Relations 48, p. 97-125.

Atifi, H., Gauducheau, N., Marcoccia, M., 2005, « Les manifestations des émotions dans les forums de discussion », Journée d’étude Émotions et interactions en ligne, Lyon, 17 mars 2005.

Balibar-Mrabti, A. (éd.), 1995, « Grammaire des sentiments », Langue française 105.

Bally, Ch., 1965 [1913], Le langage et la vie, Genève, Droz.

Bamberg, M., 1997, « Emotion Talk(s). The role of perspective in the construction of emotions », in Niemeier, S. & Dirven, R. (éds), The Language of Emotions. Conceptualization, Expression, and Theoretical Foundation, Amsterdam, Benjamins, p. 209-227.

Béal, C., 2001, « Approche multicanale des énoncés d’émotion en français et en anglais : des univers de référence et des fonctionnements discursifs différents », in Charnet, C. (dir.) Communication interculturelle et processus référentiels, Montpellier, PU de Montpellier 3, p. 43-68.

Besnier, N., 1990, « Language and Affect », Annual Review of Anthropology 19, p. 419-451.

Bresson, D., Dobrovol’skij, D., 1995, « Petite syntaxe de la “peur”. Application au français et à l’allemand », Langue française 105, p. 107-119.

Caffi, C., Janney, R. W (éds), 1994, « Involvement in language », Special issue of Journal of Pragmatics 22.

Channouf, A., Rouan, G. (éds), 2002, Émotions et Cognitions, Bruxelles, De Boeck Université.

Cislaru, G., 2010, « Codes et tabous sur l’internet : étude contrastive de quelques énoncés malédictifs en français et en anglais », Journal of French Language Studies 20/1, p. 47-60.

Damasio, A., 1995, Lerreur de Descartes, Paris, Odile Jacob.

Darwin, Ch., 1872, The Expression of the Emotions in Man and Animals, Londres, John Murray.

Galati, D., Sini, B., 1997, « Les structures sémantiques du lexique français des émotions », in Niemeier, S., Dirven, R. (éds), The Language of Emotions: Conceptualization, Expression and Theoretical Foundation, Amsterdam, Benjamins, p. 75-87.

Grossmann, F., Tutin, A. (éds), 2005, « Sémantique des noms et adjectifs d’émotion », Lidil 32.

Györi, G., 1998, « Cultural variation in the conceptualisation of emotions: A historical study », in Athanasiadou, A., Tabakowska, E. (éds), Speaking of Emotions. Conceptualization and Expression, Berlin & New York, Mouton de Gruyter, p. 99-124.

Harré, R., 1986, The Social Construction of Emotions, Oxford, Blackwell.

Harré, R., Gillett, G., 1994, The Discursive Mind, Thousand Oaks, CA, Sage Publications.

Kerbrat-Orecchioni, C., 2000, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du xxe siècle ? », in Plantin, C., Doury, M., Traverso, V. (éds), Les émotions dans les interactions, Lyon, PU de Lyon, p. 33-74.

Lakoff, G., 1997, « Les universaux de la pensée métaphorique : variations dans l’expression linguistique », in Fuchs, C., Robert, S. (éds), Diversité des langues et représentations cognitives, Paris, Ophrys, p. 165-181.

Le Tallec, M., Saint-Aimé, S., Jost, C., Villaneau, J., Antoine, J.-Y., Letellier-Zarshenas, S., Le Pévédic, B. & Duhaut, D., 2010, « From speech to non-verbal emotional interaction: EmotiRob Project », in HRPR, 3rd International Conference on Human-Robot Personal Relationships, the Netherlands, Leiden, p. 57-64.

Leavitt, J., 1996, « Meaning and feeling in the anthropology of emotions », American Ethnologist 23, p. 514-539.

Leeman, D., 1995, « Pourquoi peut-on dire Max est en colère mais non *Max est en peur ? Hypothèses sur la construction être en N », Langue française 105, p. 55-69.

Loseke, D. R., Kusenbach, M., 2008, « The social construction of emotion », in Holstein James A. & Gubrium Jaber F. (éds), Handbook of Constructionist Research, New York, Guilford Press, p. 511-531.

Lutz, C., White, G. M., 1986, « The anthropology of emotions », Annual Review of Anthropology 15, p. 405-436.

Niemeier, S., Dirven, R. (éds), 1997, The Language of Emotions: Conceptualization, Expression and Theoretical Foundation, Amsterdam, Benjamins.

Novakova, I., Tutin, A. (éds), 2009, Le lexique des émotions, Grenoble, PU de Grenoble.

Plantin, C., 1999, « La construction rhétorique des émotions », in Rigotti, E. (éd.), Rhetoric and Argumentation (Proceedings of the IADA International Conference, Lugano), Tübingen, Niemeyer, p. 203-219.

Plantin, C., 2003, « Structures verbales de l’émotion parlée et de la parole émue », in Colletta, J.-M., Tcherkassof, A. (éds) Les émotions. Cognition, langage et développement, Sprimon, Mardaga, p. 97-130.

Plantin, C., Doury, M., Traverso, V. (éds), 2000, Les émotions dans les interactions, Lyon, PU de Lyon.

Rinn, M. (éd.), 2008, Émotions et Discours. L’usage des passions dans la langue, Rennes, PU de Rennes.

Scherer, K., 1988, Facets of emotion, Hillsdale, Erlbaum.

Stearns, P., 1995, « Emotion », in Harré, R. & Stearns, P. (éds), Discursive Psychology in Practice, Thousands Oaks, Sage, p. 37-54.

Weigand, E. (éd.), 2004, Emotion in Dialogic Interaction: Advances in the Complex, Amsterdam, Benjamins.

Wierzbicka, A., 1992, « Defining emotion concepts », Cognitive Science 16, p. 539-581.

Wierzbicka, A., 1999, Emotions Across Languages and Cultures: Diversity and Universals, Cambridge, CUP.

Wittgenstein, L., 2004 [1933-1935], Le Cahier bleu et le Cahier brun, Paris, Gallimard.

Auteurs

Université de Chypre

Syled-Clesthia, Université Sorbonne nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540