Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphologie et syntaxe de l'espagnol

 | 
Gilles Luquet

Morphologie verbale

La conjugaison de l’espagnol ser lecture de quelques irrégularités

Gilles Luquet

Résumé

La conjugación del verbo ser, con las tres raíces de que consta (s, explosivo o implosivo, er- y fu-) tiene la particularidad de ser una de las más irregulares de la lengua española. Algunas de sus formas reproducen las de un verbo latino en el que alternaban ya distintas raíces, otras implican reconstrucciones y cambios de valor cuya explicación deja mucho que desear. Sin embargo, es posible ver un orden en el aparente desorden de esta conjugación. Lo muestra una determinada lectura de los significantes de que consta.

Texte intégral

  • 1 G.  Luquet, à paraître, « De la répartition des trois radicaux du verbe ir entre les formes de la c (...)

1Les verbes ser et ir – c’est un fait que l’on met en avant dans toute grammaire espagnole – ont la particularité d’être ceux dont la conjugaison présente le plus grand nombre d’irrégularités. Ce sont ceux qui, entre autres choses, se construisent sur une pluralité de radicaux dont on ne trouve l’équivalent dans aucun autre verbe de la langue. Pour ne parler que du verbe ser – puisque je me suis intéressé à ir dans un passé récent1 –, ce ne sont pas moins de trois radicaux que l’on voit alterner dans les tableaux qui en décrivent la conjugaison en espagnol actuel : [*s], [fw-] et [er-], pour les citer par ordre décroissant d’exploitation.

2a) Le radical [*s] est celui que l’on trouve :

  1. suivi d’une voyelle ou d’une diphtongue palatale ([e], [ie], [i]), à toutes les personnes du futur actualisant (seré, serás, será…), du futur inactualisant (sería, serías, sería…), du subjonctif présent (sea, seas, sea…), ainsi qu’à l’infinitif, au gérondif, au participe passé et aux deux personnes d’impératif (ser, siendo, sido, sé, sed) ;

  2. suivi d’une voyelle vélaire ([o]), à quatre personnes sur six du présent actualisant : soy, somos, sois, son ;

    • 2 La terminologie adoptée ici pour décrire le verbe est celle qui est exploitée dans G.  Luquet, La t (...)

    précédé d’une voyelle palatale ([e]), à la personne troisième du présent actualisant2 (es).

  • 3 Maurice Molho, « Deux morphogénies : fr. être, esp. ser », Cahiers de linguistique hispanique médié (...)

3On peut parler de ce radical, pour employer la terminologie de Maurice Molho, en le décrivant comme un [*s] ouvrant ou fermant, c’est-à-dire un [s] respectivement suivi ou précédé d’une voyelle d’appui3.

4b) Le radical [fw-] est celui que l’on trouve à toutes les personnes du passé actualisant (le prétérit fui, fuiste, fue…) et à toutes les personnes des deux subjonctifs imparfaits (fuera, fueras, fuera…, fuese, fueses, fuese…) ; il faudrait y ajouter, dans une description de la langue ancienne, toutes les personnes du subjonctif futur (fuere, fueres, fuere…).

5c) Le radical [er-], enfin, est celui que l’on trouve à toutes les personnes du présent inactualisant (l’imparfait era, eras, era…) et à la deuxième personne du présent actualisant (eres).

  • 4 C’est également ce que rappelle Renaud Cazalbou en 2005 (« Eres/eras : propositions pour la lecture (...)
  • 5 Cinquante-trois formes, c’est ce que comprend aujourd’hui la conjugaison de la quasi-totalité des v (...)

6On peut sans doute être tenté, comme le fut M.  Molho en 1992, de ramener à deux le nombre de radicaux ainsi décrits, en faisant valoir que la consonne du dernier, à savoir le [r] de [er-], n’est pas autre chose, sur le plan étymologique, qu’un [*s] originel rhotacisé (Molho, 1992 : 16)4. Ce serait indéniablement simplifier la description que de céder à cette tentation, mais ce serait aussi – en faisant état d’une connaissance de type historique et donc savant – fermer les yeux sur une partie des oppositions qui caractérisent objectivement le verbe ser dans la langue actuelle. Il importe peu, pour décrire ce qu’est ce verbe aujourd’hui, de savoir que le latin ERAM remonte à une forme du type ESAM. Cette connaissance n’enlève rien au fait que, dans le système sémiologique de la langue actuelle, les formes era, eras, era…, de même que eres, sont bâties sur un radical que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans l’ensemble dont elles font partie. Ce qui s’impose comme un constat, c’est que sur les 53 formes que comprend aujourd’hui la conjugaison de ser5, 28, soit plus de la moitié, se construisent sur un radical en [*s], 18 sur un radical en [fw-] et 7 sur un radical en [er-]. Cela revient à dire, dans une perspective structuraliste, qu’il y a aujourd’hui, dans la conjugaison de ser, un radical non marqué, [*s], et deux radicaux marqués, [fw-] et [er-]. Or, les formes linguistiques marquées, dans toutes les oppositions à l’intérieur desquelles on en distingue, sont invariablement porteuses d’une information que l’on ne trouve pas dans les formes non marquées auxquelles elles s’opposent. La question qui se pose, à ce stade de l’analyse, est donc la suivante : de quoi les radicaux [fw-] et [er-] sont-ils la marque dans la conjugaison du verbe ser ? Que signifient-ils de plus – ou tout simplement, que signifient-ils d’autre – que le radical en [*s] avec lequel ils coexistent ? Il est d’ailleurs permis d’affiner ces questions en tenant compte du coefficient d’exploitation des radicaux dont il est question ici. Il est clair en effet que [fw-] et [er-], représentés respectivement dans 18 et 7 formes, ne sont manifestement pas aussi marqués l’un que l’autre et il y a tout lieu de penser que le signifié du premier est moins spécifique que celui du second. Et pour démontrer qu’il ne s’agit pas là d’une simple vue de l’esprit, il suffira de rappeler que [fw-] est un radical que l’espagnol exploite non seulement dans la conjugaison de ser, mais aussi dans celle de ir. C’est celui qui fournit à ces deux verbes leur prétérit commun, ainsi que les formes qui en sont « dérivées », pour employer la terminologie des grammaires descriptives ; [er-], en revanche, est un radical spécifique à la conjugaison de ser.

7Ceci étant dit, à quoi faut-il associer les radicaux [fw-] et [er-] dans la conjugaison de ser ? À une distinction d’ordre modal ? Manifestement non, puisque [fw-] entre dans la construction des formes actualisantes fui, fuiste, fue… et des formes inactualisantes fuera, fueras, fuerafuese, fueses, fuese… Son homologue
[er-], de ce point de vue, n’est pas plus spécialisé, puisqu’on le trouve à la fois dans la forme actualisante eres et dans les formes inactualisantes era, eras, era… La seule information que fournissent les radicaux [fw-] et [er-] sur ce qu’il y a de plus général dans le verbe est que les représentations qu’ils informent sont prédicatives et personnelles, ce qui les distingue du radical non marqué [*s] qui, lui, est à la fois indifférent à l’opposition entre formes personnelles et non personnelles (soy, somos, sois, son, sea, seas, sea…, mais aussi ser, siendo, sido) et à l’opposition entre formes prédicatives et non prédicatives (il est exploité dans la construction du mode actualisant, du mode inactualisant, du mode quasi-nominal et dans la représentation de la modalité impérative).

  • 6 G. Luquet, 2000, « De l’apocope des formes subjonctives en espagnol ancien ; remarques suggérées pa (...)

8Identifier ce qui est marqué par le radical [fw-] n’est pourtant pas difficile dans la mesure où les formes qu’il sert à construire dans la conjugaison de ser sont exactement les mêmes que celles qu’il sert à construire dans la conjugaison de ir. Ce radical, dans un verbe comme dans l’autre, sert à bâtir des formes qui ne sont, dans leur mode respectif, que des cas particuliers d’anté-présents, en l’occurrence l’anté-présent effectif qu’est le prétérit, dans le mode actualisant, et les anté-présents puissantiels que sont les subjonctifs imparfaits et le subjonctif futur, dans le mode inactualisant. Je renvoie pour cela à l’analyse du verbe ir à laquelle j’ai déjà fait allusion, celle que résumait le schéma suivant, lui-même repris d’un travail antérieur6 :

  • 7 Rapport qui, dans une grammaire pour apprenants, devient une « règle de construction des temps » : (...)
  • 8 On peut consulter, à ce sujet, G. Luquet, « De la apócope verbal en español antiguo (formas indicat (...)

9Ce que marque [fw-] dans les conjugaisons de ser et ir – à savoir ce qu’il y a de commun à un anté-présent effectif et à des anté-présents puissantiels – n’est rien d’autre que ce que le verbe espagnol dénonce depuis ses origines en dotant ses subjonctifs imparfaits – et son subjonctif futur jusqu’à l’époque classique – d’un thème diphtongal qui est aussi un thème de prétérit7. C’est aussi ce qu’il dénonçait à date ancienne en faisant de l’apocope une marque spécifique de ses anté-présents, ainsi que je l’ai fait ressortir ailleurs8. Les verbes ser et ir, eux, vont simplement plus loin dans la dénonciation du rapport en question, puisqu’ils le manifestent à travers un thème qui caractérise toutes les personnes de leur prétérit – et pas seulement la troisième du pluriel –, toutes les personnes de leurs subjonctifs imparfaits, et qui n’est exploité à nulle autre fin dans leur conjugaison.

10L’analyse du radical [er-], le plus marqué de ceux qui entrent dans la conjugaison de ser, pose des problèmes différents dans la mesure où il caractérise, d’une part, toutes les personnes du paradigme d’imparfait (era, eras, era…) et, d’autre part, une forme et une seule du paradigme de présent (eres). Il est étymologique dans un cas (era, eras, era… sont des formes régulièrement issues de ERAM, ERAS, ERAT…) et antiétymologique dans l’autre, puisque c’est à une forme latine de futur (ERIS) qu’il faut rattacher étymologiquement le présent eres de l’espagnol. Il ne faut donc pas s’étonner si c’est ce présent-là qui a suscité le plus de curiosité en linguistique hispanique. Pour les historiens de la langue, l’affaire semble entendue : si l’espagnol n’a pas conservé la deuxième personne du singulier que lui offrait le présent latin de ESSE, c’est parce que dans la péninsule Ibérique, à -l’époque préromane, l’évolution phonétique ne permettait déjà plus de la distinguer de la troisième personne du singulier. Après la disparition régulière du T terminal de ĔST, la forme ĔS, en latin vulgaire était en effet devenue la forme commune aux personnes 2 et 3 du présent de ESSE. La distinction ne pouvait être rétablie qu’à la condition de doter l’une ou l’autre de ces personnes d’un autre signifiant. Or, l’abandon du futur analytique latin – remplacé dans toute la Romania par un futur périphrastique – faisait de ERIS une représentation de l’allocutaire qui, parce que sa vocation était de disparaître, pouvait parfaitement être exploitée à une autre fin que celle qui était primitivement la sienne. Elle pouvait, entre autres choses, être réaffectée à la représentation du présent et servir de signifiant à une personne de type 2 qui, de la sorte, ne risquait plus de se confondre avec une personne de type 3.

  • 9 « […] la segunda persona (ĕs) y la tercera (ĕst) vinieron a coincidir cuando se perdió la -t final  (...)

11Soit. Mais partant du constat que l’évolution phonétique a conduit, en latin vulgaire hispanique, à abolir la distinction qui existait entre une deuxième et une troisième personne du singulier, on peut se demander pourquoi le besoin de rétablir cette distinction a entraîné la reconstruction de la deuxième personne et non de la troisième. Les historiens de la langue, peu nombreux à se prononcer sur la question, font valoir que la troisième personne, en raison d’une fréquence d’emploi très supérieure à celle de la seconde, était beaucoup plus stable9. L’explication a du mal à convaincre, et ce au moins pour deux raisons :

  • d’une part, parce que la fréquence d’emploi d’un signe est l’argument dont se servent les historiens de la langue pour expliquer, d’ordinaire, les dégradations les plus poussées du signifiant et non sa conservation (il suffit de songer, entre autres choses, à l’explication des dégradations qui caractérisent l’évolution du présent et de l’imparfait de HABERE en espagnol) ;

    • 10 Comme le constatent également M. Alvar et B. Pottier, qui reconnaissent que c’était là l’autre chem (...)

    d’autre part, parce qu’à l’époque où l’espagnol était confronté à l’homonymie entre un es de deuxième personne et un es de troisième personne, d’autres dia-lectes péninsulaires, confrontés au même problème, choisissaient de reconstruire la personne troisième et non la deuxième. En léonais et en aragonais, par exemple – dialectes les plus proches du castillan –, c’est la forme yes qui, étymologiquement, devient la forme commune aux personnes 2 et 3 dans la conjugaison de ser (ces dialectes acceptent en effet la diphtongaison du Ĕ de ĔS et de ĔST, à la différence du castillan), mais c’est ensuite la personne 3 qui perd son [s] terminal afin de se distinguer de la personne 2, comme on le constate aujourd’hui encore : yes (P2), ye (P3)10. La fréquence d’emploi de la troisième personne du verbe ser serait-elle donc inférieure à celle de la deuxième en léonais et en aragonais ?

12C’est peu probable et, même si c’était le cas – ce que je n’ai pas cherché à vérifier – cela ne changerait rien aux données du problème, car, placé devant le besoin de rétablir une distinction que l’évolution phonétique avait abolie, le castillan n’était nullement tenu de se chercher un signifiant spécifique de personne 2 plutôt qu’un signifiant de personne 3. Il ne sert à rien, en effet, d’invoquer l’impossibilité d’imaginer, en castillan, une solution semblable à celle du léonais et de l’aragonais. Il est vrai qu’en castillan, dialecte qui, à la différence de ses voisins, a refusé la diphtongaison du Ĕ de ĔS et de ĔST, on ne peut guère imaginer que l’homonymie qu’il y avait lieu de défaire pût l’être en affectant à la représentation de P3 un signe amputé de sa consonne terminale. Un es amputé de la sorte aurait en effet donné e, c’est-à-dire un signe qui, à l’époque, aurait été l’homonyme de la conjonction de coordination devenue y aujourd’hui. Cette solution-là était inenvisageable, mais cela n’implique pas qu’aucune autre n’eût pu être trouvée. ERIS était immédiatement disponible, dira-t-on, et pouvait être réaffecté à la représentation d’une personne deuxième de présent. C’est un fait. Mais il était tout aussi disponible en léonais et en aragonais, or ces dialectes n’ont pas eu recours à lui. Par ailleurs, si ERIS était disponible pour le castillan, ERIT l’était tout autant. Ce signe n’aurait-il pu être réaffecté, sous une forme qui aurait probablement ressemblé à *er, à l’expression d’une personne troisième de présent ? Les spéculations de ce genre n’ont évidemment guère d’intérêt, car nul n’est en mesure d’imaginer -toutes les ressources dont pouvait disposer le castillan pour se « bricoler » un signe de personne troisième. C’est un signe de personne deuxième qu’il s’est « bricolé » et la seule chose qui importe est d’essayer de comprendre pourquoi, en allant au-delà de la simple « disponibilité » de ERIS.

13C’est ce qu’ont essayé de faire les chercheurs qui se sont demandé si le choix auquel s’est rallié l’espagnol n’était pas motivé par la nature même des représentations de la personne que le verbe véhicule et notamment par ce qui fait la particularité de la deuxième personne du singulier. Je pense ici aux travaux de Bernard Pottier, de Maurice Molho et de Renaud Cazalbou, dont je rappellerai brièvement le contenu.

  • 11 «  La forma eres », Estudios ofrecidos a Emilio Alarcos Llorach, Oviedo, Universidad de Oviedo, 197 (...)
  • 12 R. Cazalbou, op. cit., p. 218.

14a) Pour B.  Pottier, dans un bref article consacré à la question en 197711, le présent est un espace temporel à l’intérieur duquel un YO assertif s’oppose à un TÚ dubitatif (« sé de mí, imagino de ti », dit B.  Pottier), opposition dont il veut voir une illustration dans le fait qu’en japonais, par exemple, les verbes de sentiment, à la deuxième personne, s’expriment au futur. La personne de l’allocutaire serait donc universellement affectée d’un signe de non-réalité, et ce serait cette non-réalité qui aurait motivé le recours à une forme de futur pour résoudre le problème de sémiologie posé en castillan par l’évolution des formes latines ĔS et ĔST. Cette argumentation ne manque pas d’intérêt, mais elle ne vaut, comme le fait valoir à juste titre R.  Cazalbou, que tant que l’on accorde à eres une valeur temporelle de futurité12. Si l’on admet, comme on le fait d’ordinaire, que eres n’est jamais qu’un ancien ERIS qui pouvait être affecté à la représentation du présent parce qu’il n’était plus associé à la représentation du futur…, l’argumentation perd beaucoup de sa crédibilité.

15b) Pour M. Molho, en 1992, le choix d’un signe étymologiquement associé à la représentation du futur s’explique

  • 13 Op. cit., p. 20

dans le cadre de l’affrontement allocutif qui, s’exerçant dans le champ de l’existence signifiée par ser, retient nécessairement la première personne dans l’espace de présent (la première personne est celle qui est) et rejette, de ce fait, l’allocutaire dans son immédiat au-delà, c’est-à-dire dans l’espace de futur : er-e-s (< ĕris). C’est cette chronologie de raison qui se signifie par l’introduction dans le présent d’une personne deuxième futurisée, incapable par ailleurs de signifier le futur temporel, puisque ce dernier ressortit au thème *s- [ouvrant] sous désinence appropriée : s-e-r-ás13.

16Une telle argumentation, elle non plus, ne manque pas d’intérêt, mais elle pose le même problème que celle de B.  Pottier, ce dont M. Molho lui-même semble d’ailleurs conscient : que peut-il bien y avoir de « futurisant » dans une forme « incapable de signifier le futur temporel » ? On est ici en présence d’une analyse dans laquelle un signe est affecté d’une propriété qui lui est objectivement étrangère, mais que le linguiste – ou plus exactement l’historien de la langue – lui attribue en fonction du savoir qui est le sien.

17c) Pour Renaud Cazalbou enfin – dans le travail à l’intérieur duquel il s’intéresse à la convergence sémiologique entre les formes eres et eras –, c’est encore la « futurité » notionnelle de l’allocutaire par rapport au locuteur qui explique le choix de eres comme signe de personne 2 dans le présent de ser :

  • 14 Op. cit., p. 219-220.

Du côté de eres on observera la même antériorité intrinsèque […]. Mais s’il n’est plus demandé aux formes anciennes de dire le futur, en revanche, dans l’acte de parole, l’allocutaire est toujours le futur du locuteur qui le détermine. En effet la notion de futurité est déterminée par la relation locuteur/allocutaire, ce dernier étant dans la postériorité du premier14.

18Est-il donc impossible d’analyser la forme eres autrement qu’en lui faisant dire ce qu’elle ne dit manifestement pas – le futur – ou en lui faisant dire un futur d’une espèce si particulière qu’il n’est reconnaissable que par un linguiste doté d’une solide connaissance de l’histoire de la langue ? Est-il impossible d’analyser cette forme pour ce qu’elle est dans le système auquel elle appartient ? Est-il impossible d’en lire le signifiant et de ne lui faire dire que ce qui ressort de son opposition objective avec ceux qui font partie du même système ? La question est évidemment toute rhétorique, car mon propos est de montrer qu’une simple lecture de eres éclaire le choix qu’a opéré le castillan à l’époque où un accident phonétique le plaçait devant une homonymie difficilement acceptable.

19S’il est vrai que eres est une forme qui n’est pas sans rapport avec eras, comme le fait remarquer justement R. Cazalbou, il est non moins vrai qu’elle n’est pas sans rapport avec es, forme de personne troisième avec laquelle elle coexiste dans le présent de ser. Ne serait-ce que parce que dans eres (er-es), il y a es. Il y a es précédé de er-, c’est-à-dire un signifiant de personne 3 précédé d’un morphème qui fait de lui l’un des éléments d’un signifiant de personne 2. C’est un constat objectif dont on peut s’étonner qu’il n’ait guère suscité de curiosité en linguistique hispanique.

20On peut s’en étonner d’abord parce qu’il concerne des formes qui appartiennent au même ensemble personnel, en l’occurrence le paradigme de présent du verbe ser. S’interroger en effet sur ce qui peut motiver la ressemblance entre eres et eras, c’est parfaitement légitime, mais dans une logique purement structuraliste, avant de s’interroger sur ce qui rapproche des formes appartenant à des ensembles différents – présent et imparfait en l’occurrence, même si on choisit de les intégrer dans une structure commune –, ne faut-il pas s’interroger sur ce qui rapproche les formes d’un même ensemble ?

  • 15 Dans un travail récent, Maria Jiménez et Justino Gracia Barrón signalent que « tout se passe comme (...)

21On peut s’étonner ensuite que le rapport entre eres et es n’ait guère suscité de curiosité, parce que ce rapport est tout simplement identique, dans son principe, à celui qui, dans le verbe espagnol, s’établit entre les signifiants de toutes les personnes 2 et 3 de présent, quel que soit le type de conjugaison que l’on veuille bien considérer15. Dans toute grammaire descriptive de l’espagnol, il est dit que pour « construire » une deuxième personne du singulier du présent, il suffit de prendre l’infinitif, d’en enlever le [r] et de le remplacer par un [s], mais tout bon grammairien ajoute aussitôt que lorsqu’on enlève le [r] d’un infinitif on obtient – entre autres choses – une troisième personne du présent, ce qui fait que cantas, forme de présent de rang deuxième, n’est jamais que canta, forme de rang troisième, + s, de même que bebes n’est pas autre chose que bebe + s et vives, vive + s.

  • 16 Pour une vue plus complète des rapports sémiologiques qui s’établissent entre les personnes 2 et 3 (...)

22On sait aussi que ce rapport sémiologique est parfaitement motivé, puisque une personne de rang deuxième n’est rien d’autre qu’une personne objective (et donc une personne de rang troisième) à laquelle un sujet parlant, dans le rapport interlocutif, accorde une fonction subjective particulière. Il faut rappeler que, dans le système de la personne, celle que l’on qualifie de première est celle qui parle, celle que l’on qualifie de deuxième, celle à qui l’on parle, et celle que l’on qualifie de troisième, celle dont on parle. Mais on sait aussi que l’entité à laquelle fait référence une forme linguistique de première personne – le pronom yo, par exemple – est à la fois celle qui parle et celle dont on parle (lorsque je dis yo, je parle de quelqu’un). Et on sait que l’entité à laquelle fait référence une forme linguistique de deuxième personne est à la fois celle à qui l’on parle et celle dont on parle (lorsque je dis , je parle également de quelqu’un). On sait, en d’autres termes, que la personne dite troisième est impliquée dans la définition de toutes les représentations que comprend le système de la personne : elle est la personne objective à laquelle il suffit d’ajouter un trait distinctif – en l’occurrence une fonction dans l’acte d’interlocution – pour obtenir la représentation des deux autres16. La personne 2, pour revenir à elle, n’est donc qu’une personne 3 marquée d’un trait différenciateur particulier et c’est ce que disent très clairement tous les signifiants de personnes 2 et 3 dans la sémiologie du verbe espagnol : parce qu’une personne 2 n’est jamais qu’une personne 3 à laquelle s’ajoute un trait différenciateur, c’est par l’ajout d’un morphème différenciateur, en l’occurrence un [s] terminal, que l’on passe de canta, bebe et vive, signifiants de personne 3, à cantas, bebes et vives, signifiants de personne 2.

23Cette règle de formation de la personne 2 ne souffre aucune exception dans la structure sémiologique des présents espagnols, pas même dans la conjugaison de ser, puisque eres est à es ce que cantas est à canta, ce que bebes est à bebe, ce que vives est à vive. Eres, en effet, n’est jamais que es, signifiant de personne 3, auquel s’ajoute un morphème différenciateur, en l’occurrence er-. La seule différence tient au fait que l’ajout ne se fait pas sur le mode de la suffixation mais sur celui de la préfixation, de sorte que c’est un radical, et non un élément de la terminaison, qui joue le rôle d’élément différenciateur. Le principe mis en application par la langue est très exactement celui qui régit la structure sémiologique de toutes les personnes 2 de présent, seul son mode d’application diffère.

24Une telle « lecture » de eres jette évidemment une lumière particulière sur ce qui a suscité l’apparition de cette forme dans l’histoire du verbe espagnol. Elle permet notamment de comprendre pourquoi le castillan, en vue de défaire l’homonymie qui affectait une personne de rang 2 et une personne de rang 3, a choisi un jour de se doter d’un signifiant spécifique de rang 2 et non de rang 3. Il se trouve en effet que lorsque le latin vulgaire laisse à des périphrases le soin d’exprimer la représentation du futur véhiculée jusqu’alors par des formes verbales synthétiques, la représentation de rang 2 qu’il met à la disposition du castillan, en vue d’une éventuelle réaffectation d’usage, n’est pas la forme ERIS, comme on le fait valoir dans les grammaires historiques qui traitent de la formation du présent de ser. Ce que l’on oublie de dire, c’est qu’à l’époque ou disparaît le [t] terminal de ĔST – ce qui engendre l’homonymie que l’on sait –, le [i] de ERIS s’ouvre en [e], et que la forme qu’il est désormais possible d’affecter à un autre usage que la représentation du futur n’est pas du type ĕris, mais ĕres. C’est une forme dont la structure signifiante (ĕr-es) contient déjà le constituant formel ĕs, c’est-à-dire, dans la conjugaison du verbe concerné, un constituant de personne 3 du présent. Le castillan avait tout simplement à sa disposition le signifiant qui lui permettait non seulement de défaire l’homonymie à laquelle il était confronté, mais qui lui permettait en outre de se doter d’une personne 2 dont la structure était rigoureusement conforme à celle qui la caractérise dans tous les présents de la langue. On comprend qu’il ne soit pas allé chercher ailleurs le moyen de résoudre le problème qui se posait à lui… Le castillan a tout simplement tiré parti d’une évidence que nous, linguistes du xxie siècle, avons toutes les peines du monde à reconnaître.

  • 17 G. Luquet, La teoría de los modos…, p. 34-36. C’est parce que R. Cazalbou fait reposer son analyse (...)

25On peut alors, à ce stade de l’analyse, s’interroger, en suivant les pas de R. Cazalbou, sur ce qui motive la ressemblance sémiologique entre eres et eras. S’engager sur cette voie, c’est évidemment partir du postulat selon lequel les ressemblances qui se donnent à voir entre les signes d’une langue sont motivées par les ressemblances décelables dans le représenté des signes en question. Si l’on admet ce postulat, on peut donc s’interroger sur ce qui motive la ressemblance entre eres et eras, mais compte tenu du fait que le radical sur lequel se construit le signe eras est celui que l’on trouve dans le reste du paradigme auquel il appartient, on ne peut limiter le champ d’observation à celui de deux personnes singulières. Ce que la langue rapproche, au moyen d’un radical que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans la conjugaison de ser, c’est une forme singulière de présent et l’ensemble des formes constitutives de l’imparfait de ce verbe. Ce que la langue rapproche, c’est la représentation d’une personne singulière, telle qu’elle ressort de son opposition aux autres dans le paradigme auquel elle appartient, et une représentation modo-temporelle d’un certain type, telle qu’elle ressort de son opposition aux autres dans le système verbal espagnol. Si l’on s’interroge sur ce qu’il y a de commun à ces deux représentations, il semble qu’on peut apercevoir ce qui suit. L’imparfait, dans le système verbal espagnol, se définit comme un présent inactualisé17. Il livre l’image d’une « opération » qui, parce qu’elle n’est plus actuelle, n’est rien d’autre que la transposition, dans le registre de l’inactuel – ou plus exactement dans l’une des parties de ce registre – de ce qu’est une opération présente. C’est donc, à ce titre, une représentation de type sécant, fondée sur l’opposition de l’accompli et du non-accompli, en un mot une représentation duelle. Or, qu’est-ce la deuxième personne du singulier, dans un paradigme de présent ? C’est la représentation de l’allocutaire, c’est-à-dire la représentation de la personne dont la survenance, dans le système de la personne, rend possible le rapport interlocutif, à savoir un rapport qui n’existe que dans le cadre d’un présent partagé, un présent nécessairement duel. Le radical [er-], en dernière analyse, pourrait bien être lié – c’est une thèse qui demanderait bien sûr à être affinée – à la représentation de cette dualité systématique, celle qui est inhérente à la définition même de l’imparfait et à celle de l’allocutaire dans l’espace de présent.

  • 18 Je paraphrase ici Jean-Claude Chevalier, qui est l’auteur de cette question.
  • 19 Maria Jiménez, Justino Gracia, « Ir et ser : étude sémasiologique », in GLuquet (éd.), Le signifié (...)

26On ne saurait conclure ce travail sans faire état de la question que pose la conjugaison de tout verbe doté, comme il est dit dans les grammaires descriptives, de « plusieurs radicaux ». Est-on en droit de dire, lorsqu’on observe le paradigme de ser, par exemple la même question pouvant être posée à propos de ir –, que l’on est devant un seul et même verbe18 ? Que pourrait-on répliquer – pour développer la question – à quelqu’un qui dirait que ser, au même titre que ir, est un verbe « défectif » et que fui, fuiste, fue… sont les formes de passé d’un verbe dépourvu de présent, d’imparfait, de futur, etc. ? La réponse proposée ici sera celle de quelqu’un qui ne croit qu’à ce qu’il voit. Il y a plusieurs radicaux dans la conjugaison de ser ? C’est donc qu’il y a plusieurs verbes ; plusieurs verbes que l’espagnol met à contribution pour signifier l’existence en fonction des moules modo-temporels à l’intérieur desquels il doit la couler. Il y a le verbe à radical [*s] (ouvrant ou fermant), le verbe à radical [fw] et le verbe à radical [er-]. Pour être plus précis encore, et pour tenir compte du caractère non marqué ou marqué des radicaux dont on parle, il y a en fait, dans ce que l’on appelle ordinairement la conjugaison de ser, un verbe [*s] dont le signifié ne se laisse pas transporter tel quel – ou du moins ne se laisse pas transporter aisément – au passé, pas plus qu’à l’imparfait ou au subjonctif imparfait. Dans de tels moules modo-temporels, ce sont d’autres verbes qui se coulent en espagnol, des verbes qui, en fonction de leur signifié propre, se prêtent apparemment mieux que [*s] à l’expression de l’existence. Quel signifié ? C’est ce à quoi on commence à s’intéresser aujourd’hui en linguistique hispanique. Je pense au récent travail de Maria Jiménez et de Justino Gracia sur l’exploitation commune de [fw] dans la conjugaison de ir et ser19. Le chantier avance, mais il reste encore beaucoup à faire…

Tableau annexe

Conjugaison de ser

Bibliographie

Alvar, M., Pottier, B., 1983, Morfología histórica del español, Madrid, Gredos.

Cazalbou, R., 2005, « Eres/eras : propositions pour la lecture d’une convergence sémiologique », Hispanogalia, I, 2004-2005, p. 211-222.

Jiménez, M., Gracia, J., 2006, « Ir et ser : étude sémasiologique », in Luquet, G., (éd.), Le signifié de langue en espagnol. Méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2007, p. 61-75.

Luquet, G., 1992, « De la apócope verbal en español antiguo (formas indicativas e imperativas) », in Ariza, M. et alii (éds), Actas del II Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española, Madrid, Pabellón de España, t. 1, p. 595-604.

Luquet, G., 2000, « De l’apocope des formes subjonctives en espagnol ancien ; remarques suggérées par une nouvelle théorie des modes », in Cahuzac, Ph., Cousquer, Y. (éds), Miscellanées de langue et cultures romanes et celtiques en hommage à Robert Omnès, Équipe d’Accueil Littératures et Langues, Faculté des Lettres et Sciences sociales Victor Segalen, Université de Bretagne Occidentale, p. 117-123.

Luquet, G., 2000, Regards sur le signifiant. Études de morphosyntaxe espagnole, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Luquet, G., 2004, La teoría de los modos en la descripción del verbo español. Un nuevo planteamiento, Madrid, Arco/Libros.

Molho, M., 1992, « Deux morphogénies : fr. être, esp. ser », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 17, p. 5-31.

Pottier, B. 1977, « La forma eres », in Estudios ofrecidos a Emilio Alarcos Llorach, Oviedo, Universidad de Oviedo, p. 207-208.

Notes

1 G.  Luquet, à paraître, « De la répartition des trois radicaux du verbe ir entre les formes de la conjugaison espagnole », Actes du XIe colloque de linguistique hispanique, Université Paris 13, 5 et 6 octobre 2006.

2 La terminologie adoptée ici pour décrire le verbe est celle qui est exploitée dans G.  Luquet, La teoría de los modos en la descripción del verbo español. Un nuevo planteamiento, Madrid, Arco/Libros, 2004.

3 Maurice Molho, « Deux morphogénies : fr. être, esp. ser », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 17, 1992, p. 5-31.

4 C’est également ce que rappelle Renaud Cazalbou en 2005 (« Eres/eras : propositions pour la lecture d’une convergence sémiologique », Hispanogalia, I, 2004-2005, p. 211-222.

5 Cinquante-trois formes, c’est ce que comprend aujourd’hui la conjugaison de la quasi-totalité des verbes de la langue espagnole (formes actualisantes + formes inactualisantes + formes quasi-nominales + les deux formes impératives). Ce chiffre s’élève à 59 dans la langue médiévale ou classique, dans la mesure où les formes du subjonctif futur sont à ajouter à celles qui se sont conservées aujourd’hui.

6 G. Luquet, 2000, « De l’apocope des formes subjonctives en espagnol ancien ; remarques suggérées par une nouvelle théorie des modes », in Ph. Cahuzac et Y. Cousquer (éds), Miscellanées de langue et cultures romanes et celtiques en hommage à Robert Omnès, Équipe d’Accueil Littératures et Langues, Faculté des Lettres et Sciences sociales Victor Segalen, Université de Bretagne Occidentale, 2000, p. 117-123. Ce travail a été repris dans G. Luquet (éd.), Regards sur le signifiant. Études de morphosyntaxe espagnole, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 27-40.

7 Rapport qui, dans une grammaire pour apprenants, devient une « règle de construction des temps » : pour « construire » un futur ou un imparfait du subjonctif, il faut « partir » de la troisième personne du pluriel du prétérit et remplacer la terminaison -ron, par -re, -res, -re…, -ra, -ras, -ra… ou -se, -ses, -se

8 On peut consulter, à ce sujet, G. Luquet, « De la apócope verbal en español antiguo (formas indicativas e imperativas) », in M Ariza et alii (éds), Actas del II Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española, Madrid, Pabellón de España, tomo 1, 1992, p. 595-604, traduit et adapté dans G. Luquet (éd.), Regards sur le signifiant. Études de morphosyntaxe espagnole, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 15-27. Voir aussi le travail référencé dans la note 5.

9 « […] la segunda persona (ĕs) y la tercera (ĕst) vinieron a coincidir cuando se perdió la -t final ; entonces se reemplazó una de ellas. Cierto que la sustituida pudo haber sido la tercera, pero la tercera es persona mucho más usada que la segunda y, por tanto, con mayor estabilidad. » Manuel Alvar, Bernard Pottier, Morfología histórica del español, Madrid, Gredos, 1983, § 145.1.

10 Comme le constatent également M. Alvar et B. Pottier, qui reconnaissent que c’était là l’autre chemin qu’aurait pu emprunter le castillan pour défaire l’homonymie engendrée par l’évolution phonétique.

11 «  La forma eres », Estudios ofrecidos a Emilio Alarcos Llorach, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1977, p. 207-208.

12 R. Cazalbou, op. cit., p. 218.

13 Op. cit., p. 20

14 Op. cit., p. 219-220.

15 Dans un travail récent, Maria Jiménez et Justino Gracia Barrón signalent que « tout se passe comme si eres était un es préfixé », mais ils ne mettent pas cette structure en relation avec -celles des autres personnes 2 et 3 de la conjugaison espagnole. Voir « Ir et ser, étude sémasiolo-gique », Gilles Luquet (éd.), Le signifié de langue en espagnol. Méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 61-75.

16 Pour une vue plus complète des rapports sémiologiques qui s’établissent entre les personnes 2 et 3 du système verbal espagnol, on peut se reporter à G. Luquet, Regards sur le signifiant, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 101-108.

17 G. Luquet, La teoría de los modos…, p. 34-36. C’est parce que R. Cazalbou fait reposer son analyse sur une autre définition de l’imparfait que je ne peux me rallier à ses conclusions.

18 Je paraphrase ici Jean-Claude Chevalier, qui est l’auteur de cette question.

19 Maria Jiménez, Justino Gracia, « Ir et ser : étude sémasiologique », in GLuquet (éd.), Le signifié de langue en espagnol. Méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 61-75.

Auteur

Professeur de linguistique hispanique à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 Ses recherches s’inscrivent dans le cadre méthodologique de la « linguistique du signifiant » et visent à renouveler la description grammaticale de l’espagnol en fondant cette dernière sur ce qui, dans cette langue, est directement accessible à l’observation. Parmi ses travaux les plus récents, on peut citer Regards sur le signifiant. Études de mophosyntaxe espagnole (Paris, PSN, 2000) et La teoría de los modos en la descripción del verbo español. Un nuevo planteamiento (Madrid, Arco/Libros, 2004).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540