Version classiqueVersion mobile

Morphologie et syntaxe de l'espagnol

 | 
Gilles Luquet

Morphologie verbale

Une curiosité morphologique du verbe en espagnol médiéval: les gérondifs construits sur un radical de prétérit irrégulier

Chrystelle Fortineau

Résumé

En español medieval, al lado de las formas etimológicas de gerundio, heredadas del ablativo del gerundio latino, existieron formas «irregulares», construidas analógicamente a partir de la raíz del pretérito indefinido fuerte y que constituyeron una verdadera innovación. Así, conviven en los documentos medievales formas como queriendo y quisiendo, teniendo y toviendo o estando y estoviendo. Este trabajo se propone contestar a algunas de las preguntas que plantean los gerundios analógicos:
— ¿Por qué el fenómeno sólo afecta a algunos verbos, y no a todos aquellos a los que hubiera podido aplicarse?
— ¿Cuál es el significado asociado a cada uno de los dos tipos de significantes (gerundios etimológicos y gerundios analógicos)?
— ¿Por qué la lengua acabó por rechazar esta innovación?

Texte intégral

1Le système verbal de l’espagnol médiéval se distingue du système moderne par certains de ses morphèmes grammaticaux (terminaison en -des de la deuxième personne du pluriel, imparfait et conditionnel en -) mais aussi par l’existence de radicaux aujourd’hui disparus, comme certaines formes de futur (combré, verné, etc.) ou de prétérit (andude, fuxe, etc.). Outre ces deux phénomènes bien connus, il faut ajouter une autre particularité – une curiosité, pourrait-on dire – plus marginale et moins étudiée : certains verbes ayant un prétérit irrégulier disposaient, en plus de leur gérondif étymologique, hérité de l’ablatif du gérondif latin (construit à partir d’un thème d’infectum), d’un gérondif analogique, obtenu à partir du radical du prétérit (c’est-à-dire un radical issu du perfectum). On voit ainsi coexister dans les textes médiévaux les formes queriendo et quisiendo ou estando et estoviendo, ou encore teniendo et toviendo.

  • 1 Fortineau, « Oviendo, quisiendo, toviendo…: crónica de una (des)aparición. A propósito de los gerun (...)
  • 2 CORDE : Corpus Diacrónico del Español (pour les références précises, voir la bibliographie en fin d (...)

2Nous avons déterminé, dans un précédent travail1, la liste précise des verbes concernés par cette innovation (voir infra), l’extension chronologique de ce phénomène (du milieu du xiiie siècle au premier quart du xviie siècle) ainsi que sa distribution géographique (Aragon, Navarre et Pays basque, Castille). À cette description, basée essentiellement sur une analyse statistique exhaustive des exemples du CORDE2, fait suite, tout naturellement, le présent travail, consacré à la place et au rôle de ces gérondifs analogiques dans le système verbal de l’espagnol médiéval.

3Trois points essentiels demandent à être éclaircis :

  • tout d’abord, le nombre réduit des verbes touchés ; pourquoi ce phénomène n’affecte-t-il qu’une partie des verbes a priori concernés ?

  • ensuite, le signifié attaché à chacun de ces deux signifiants (gérondif étymologique et gérondif analogique) et les capacités référentielles qui en découlent ; comment expliquer la coexistence de deux séries aux propriétés fonctionnelles et référentielles apparemment équivalentes ?

  • enfin, la disparition de ces formes, dans le premier quart du xviie siècle ; pourquoi la langue a-t-elle finalement refusé cette innovation ?

Verbes concernés

  • 3 Voir le tableau à la fin de l’article.
  • 4 Le CORDE présente en outre une occurrence de fuxendo, mais le fait qu’il s’agisse d’un hapax rend t (...)

4La première question qui se pose est celle du nombre réduit de verbes touchés, puisqu’il ne s’agit que d’une petite partie de ceux qui sont a priori concernés. En effet, comme chacun sait, en espagnol ancien, le nombre des verbes ayant un prétérit irrégulier est beaucoup plus important qu’aujourd’hui et tout le monde a en mémoire, par exemple, les épithètes traditionnelles du Cid : « el que en buen ora nasco » ou « el que en buen ora cinxo espada ». Or, tous les verbes ayant un prétérit irrégulier n’ont pas, tant s’en faut, un gérondif irrégulier3. La langue a réservé un traitement spécial à quelques verbes seulement – vingt, pour être précis – : seuls andar, caber, dar, decir, estar, haber, hacer, ir, placer, poder, poner, querer, saber, ser, tener, traer, ver, vivir et yacer possèdent un gérondif analogique, en plus de leur gérondif étymologique4.

5La liste de ces verbes ne peut pas ne pas éveiller d’échos pour qui est un peu attentif au signifiant verbal : elle est en effet très proche de celle des verbes dont le prétérit irrégulier s’est maintenu, après la régularisation de la fin du Moyen Âge qui a remplacé apriso par aprendió, cinxo par ciñó, miso par metió, etc. N’ont conservé un prétérit irrégulier que les verbes andar, caber, dar, decir, estar, haber, hacer, ir, poder, poner, querer, saber, ser, tener, traer, venir et les verbes en -ducir. Autrement dit, les verbes qui ont un double gérondif en espagnol ancien (gérondif étymologique et gérondif analogique) sont aussi, à de rares exceptions près, ceux qui ont conservé jusqu’à aujourd’hui un prétérit irrégulier. Du point de vue de leur signifié, ces verbes forment un groupe à part (Luquet, 2000 : 45-50) : tous, qu’ils soient des verbes fondamentaux (ser, estar, haber, tener) ou assimilés (andar, ir), des verbes puissanciels (poder, querer, saber) ou assimilés (caber), des verbes hyperonymiques (decir, hacer), des bases de dérivation (traer, venir, poner, -ducir) ou des supports de locutions (dar), ont en commun « d’exprimer des notions qui s’antériorisent à toute représentation d’activité ou à certaines séries, plus ou moins étendues, de représentations de ce type » (ibid. : 48).

6Cette particularité de leur signifié est à mettre en relation avec la particularité de leur signifiant de prétérit : « Tous ces verbes ont la propriété de constituer une classe sémantiquement homogène, à laquelle la langue, depuis la fin du Moyen Âge, a accordé le droit de conserver des prétérits irréguliers et en particulier des prétérits de type fort » (ibid.). Plus précisément, « …ont conservé un prétérit de ce type, c’est-à-dire un prétérit marqué par l’antériorisation de l’accent à certaines personnes, les verbes dont le contenu lexical s’antériorise notionnellement à celui des autres verbes de la langue » (ibid. : 49). Le fait que ces mêmes verbes aient été les seuls à se voir attribuer, entre le xiiie et le xviie siècle, un gérondif analogique montre que leur particularité sémantique était déjà une donnée enregistrée par le système linguistique bien avant l’étape de la régularisation des prétérits. En choisissant de réserver à ces seuls verbes une innovation sémiologique qui pouvait s’appliquer, a priori, à un nombre beaucoup plus important d’entre eux, la langue ancienne attribuait un signifiant particulier à des verbes dont le signifié est également particulier.

7On observe cependant quelques différences entre la liste des verbes ayant conservé un prétérit irrégulier et celle des verbes concernés par les gérondifs analogiques. Premier écart : quatre verbes (placer, ver, vivir et yacer) ont été dotés d’un gérondif analogique alors que leur prétérit irrégulier a été régularisé ; deuxième écart – cette fois dans le sens inverse – : les verbes en -ducir ont conservé un prétérit fort mais n’ont jamais eu de gérondif analogique.

8Si l’on examine attentivement le signifié des verbes dotés, au Moyen Âge, d’un gérondif analogique, alors que leur prétérit irrégulier a été régularisé, on constate que l’on peut rapprocher certains d’entre eux des verbes fondamentaux.

  • 5 Voir par exemple, Gutiérrez Tuñón, 2002, « yacer. intr.: quedar, estar, permanecer ».

9Ainsi, yacer n’est pas sans lien avec estar. Outre les emplois, sans doute les plus fréquents aujourd’hui, où il renvoie à une position bien particulière (« être étendu » ou, s’il s’agit d’un cadavre, « être dans la fosse »), ce verbe peut également indiquer qu’un être « se trouve », « est situé » en un lieu quelconque, et il est alors très souvent assimilé à estar. D’ailleurs, la plupart des lexiques ou dictionnaires de l’espagnol médiéval ne s’y trompent pas et donnent estar comme principal synonyme de yacer5.

  • 6 À titre d’exemple, on compte, dans le CORDE, plus de 800 occurrences pour le XVIIe siècle, et encor (...)

10Le verbe ver, quant à lui, est beaucoup plus qu’un simple verbe de perception puisqu’il peut également renvoyer à la connaissance, au jugement, et que, sous sa forme pronominale, il peut aussi servir à indiquer la présence d’un être ou d’un objet en un lieu donné : « VER: prnl. Estar o hallarse en un sitio o lance. Cuando se vieron en el puerto, no cabían de gozo. » (DRAE). Par ailleurs, on notera que le prétérit irrégulier vido s’est maintenu très longtemps, bien au-delà de l’étape de régularisation6, ce qui est sans doute le signe que ver a longtemps été perçu comme un verbe fondamental avant de rentrer, finalement, dans la classe des -verbes d’activité.

11Pour ce qui est du verbe vivir, on peut considérer que, non seulement l’expérience à laquelle il renvoie est fondamentale mais qu’en outre – et ce point est plus important –, il est lui aussi, dans certains de ses emplois, un équivalent approché de estar : « VIVIR: estar (existir uno con cierta permanencia en un lugar o en un estado o condición). Vivir descuidado. Vivir ignorante de algo. » (DRAE).

12Quant à placer, il peut être rapproché du verbe de volonté querer, comme en témoignent l’expression « pluguiera/pluguiesse a Dios », si courante pendant tout le Moyen Âge pour évoquer la volonté divine, ou encore l’exemple suivant :

E Tirante le dixo muchas cosas y la suplicó le pluguiesse tomarle ha merced, pero ella jamás quiso hazer nada por él, escusándose con hermosas palabras. (Anónimo, Traducción de Tirante el Blanco de Joanot Martorell, 1511, Martín de Riquer, Madrid, Espasa Calpe, 1974, CORDE)

13D’autre part, on peut voir dans la survivance de quelques formes fortes (plugo, pluguiera/pluguiese, pluguiere) le signe du caractère fondamental de ce verbe.

14L’absence de gérondifs analogiques pour les verbes en -ducir n’a, elle non plus, rien de surprenant. En effet, -ducir doit son appartenance actuelle au groupe des verbes caractérisés par une antécédence conceptuelle au fait qu’il est la base de dérivation d’une douzaine de verbes. Or, l’innovation que constituent les gérondifs analogiques (dont les premières occurrences datent du milieu du xiiie siècle) se produit à une époque où ces dérivés n’existent pas encore. Seul aducir est antérieur (Corominas date sa première apparition d’environ 1140) ; inducir date du premier tiers du xive siècle (vers 1330, toujours selon Corominas) ; les autres dérivés apparaissent vers le milieu du xve siècle pour conducir, introducir, producir, reducir, traducir (entre 1438 et 1450), la fin du xve pour deducir (1495), voire le xviie (seducir – 1627) ou le xviiie siècle (reproducir – 1726). Lorsque les gérondifs analogiques font leur apparition dans le système verbal espagnol, -ducir ne compte qu’un seul dérivé ; la faible productivité qui le caractérise alors ne suffit pas à faire de -ducir un lexème verbal à part et à le ranger dans le groupe des -verbes marqués par une antécédence conceptuelle. Ce n’est qu’à la fin du Moyen Âge qu’il acquiert ce statut, ce qui lui permet de ne pas être affecté par la régularisation et de conserver son prétérit fort. La racine -ducir n’est devenue que progressivement une base de dérivation productive : pour cette raison, le gérondif analogique ne pouvait s’appliquer à elle.

  • 7 Luquet (2000, chapitre IV) montre que c’est également le cas, aujourd’hui, du verbe traer : l’exist (...)

15Les verbes concernés par le gérondif analogique sont donc des verbes particuliers, formant une classe sémantique à part, la classe des verbes marqués par une antériorité conceptuelle, selon l’analyse qu’en propose Gilles Luquet. La comparaison entre la liste des verbes disposant, au Moyen Âge, d’un gérondif étymologique et d’un gérondif analogique, et la liste des verbes caractérisés aujourd’hui par un prétérit irrégulier montre que les contours de cette classe sémantique varient avec le temps : certains verbes y font leur entrée tardivement (-ducir), alors que d’autres (vivir, yacer, ver), qui en faisaient initialement partie, s’en sont vus finalement exclus, sans doute parce qu’ils étaient à la limite entre verbes d’activité et verbes fondamentaux, comme si leur caractère fondamental avait du mal à s’affirmer7.

16Vingt verbes, présentant une particularité sémantique qui les distingue de tous les autres, se sont donc vus dotés d’un gérondif analogique en espagnol ancien. Si l’on comprend pourquoi seuls ces verbes ont été concernés, reste à déterminer ce que cette nouvelle forme a pu apporter du point de vue de la signification.

Signifié et capacités référentielles du gérondif analogique

  • 8 Étant donné la rareté des exemples et leur grande dispersion, nous avons choisi de concentrer notre (...)

17S’intéresser au signifié et aux capacités référentielles du gérondif analogique suppose une approche du corpus différente de celle adoptée dans notre précédent travail : il n’est plus question de s’en tenir aux fréquences et aux données chiffrées ; il faut examiner dans le détail les conditions d’emploi des gérondifs analogiques, les effets produits par ces formes et les comparer aux conditions d’emploi et effets des gérondifs étymologiques8.

Signifié du gérondif analogique

18Le gérondif analogique des quelques verbes concernés par cette innovation n’a pas pris la place du gérondif étymologique, il s’est simplement ajouté à une forme déjà existante. La coexistence de ces deux séries n’est pas sans soulever quelques questions. En effet, il n’est guère tenable de supposer que deux formes ayant exactement la même valeur aient pu coexister pendant plusieurs siècles. Si l’on croit au signifiant (i. e. si l’on croit que le signifiant est proprement « ce qui signifie »), il n’y a d’autre possibilité que de postuler qu’à chacun de ces signifiants correspond un signifié particulier.

19Dans la plupart des cas, (et ce, quel que soit le document observé) la forme analogique est moins employée que la forme étymologique : ce déséquilibre semble indiquer que le gérondif analogique est, par rapport au gérondif étymologique, une forme sémantiquement marquée, dont les emplois sont, de ce fait, plus restreints. Notre hypothèse est donc que le gérondif analogique présente l’ensemble des caractéristiques du gérondif étymologique, plus une : celle que déclare le radical de prétérit.

20Le morphème -ndo apporte, quel que soit le radical auquel il est adossé, la représentation d’un événement en cours d’accomplissement. C’est là le signifié du gérondif proprement dit, qu’il soit étymologique ou analogique.

21Le radical des gérondifs analogiques, quant à lui, est le radical du prétérit -certes, mais aussi de trois formes de subjonctif : le subjonctif dit « futur » (forme en -re), et les deux subjonctifs dits « imparfaits » (formes en -se et en -ra). Luquet (2000 : 38 et à paraître) montre que toutes ces formes ont en commun d’être des « anté-présents » : anté-présent effectif pour le prétérit et anté-présents puissantiels pour le futur et les imparfaits du subjonctif.

Ce qui motive le rapprochement entre le passé actualisant et les « temps » du subjonctif autres que le « présent » ne fait pas […] mystère. Il suffit en effet de rappeler que si le présent du subjonctif se conçoit comme un présent puissantiel […] le « futur » et les deux « imparfaits » du subjonctif se conçoivent, eux, comme des anté-présents puissantiels. Si l’on ajoute à cela que le prétérit, dans le cadre du mode actualisant, se conçoit comme un anté-présent effectif − puisque le passé, pour un sujet parlant, se situe dans l’avant du présent −, il apparaît que le verbe, à travers ses formes person-nelles de type prédicatif, se construit sur des rapports de système en vertu desquels prétérit actualisant, futur et imparfaits du subjonctif ne sont jamais que des cas particuliers d’anté-présents. Luquet, à paraître)

  • 9 Dans le cas du gérondif, il n’est pas rare, par exemple, qu’il ne dépende pas directement d’une for (...)

22Il ne semble donc pas déplacé de postuler que le gérondif analogique doit être lui aussi considéré comme porteur d’une antériorité. Or, l’antériorité ne peut naître que de la mise en relation de deux éléments ; ainsi, c’est par rapport au présent – effectif dans un cas, puissantiel dans l’autre – que le prétérit et les subjonctifs en -re, -se et -ra sont conçus comme un « avant ». Dans le cas du gérondif, il n’y a pas, au sein du mode quasi-nominal, d’élément susceptible de jouer ce rôle. En effet, l’absence de représentation du MOI au sein de ce mode a une double conséquence : l’absence de représentation de la personne ordinale et l’absence de représentation du temps d’univers, construite à partir du repère marqué par le MOI. De ces deux caractéristiques découle une particularité fondamentale des formes du mode quasi-nominal, à savoir leur incapacité à faire phrase : elles ont besoin, dans le discours, de s’associer, directement ou indirectement9, à une forme verbale personnelle, capable de repérer l’événement par rapport à l’instant de locution. C’est donc par rapport à cette opération verbale que l’opération dite par le gérondif analogique doit être pensée comme un avant.

23L’association du morphème -ndo à un radical marquant l’antériorité permet au gérondif analogique de signifier une opération saisie en cours d’accomplissement, qui, de plus – et c’est là l’apport spécifique de la forme analogique, par rapport à la forme étymologique –, doit être conçue dans l’antériorité de l’opération signifiée par le verbe noyau de la prédication principale.

Capacités référentielles

24Ce signifié autorise, ou plus exactement n’interdit pas, la référence à un certain nombre de situations d’expérience : le gérondif analogique pouvait être utilisé, dans les variantes septentrionales du castillan médiéval, chaque fois que la réalité présentait deux événements que l’on pouvait concevoir comme inscrits dans une relation (chrono)logiquement orientée, l’événement antérieur – temporellement ou notionnellement – étant alors rapporté par un gérondif analogique.

25Il n’est donc pas surprenant de voir les gérondifs analogiques apparaître préférentiellement dans les énoncés où l’événement dit par le gérondif est chronologiquement antérieur à l’événement dit par le verbe principal (antériorité temporelle stricte) :

(1) e luego pusiendo se en camino, yendo el estrella delante dellos, vinieron adorar el niño e offrecer le dones. (Gonzalo García de Santa María, Evangelios e epístolas con sus exposiciones en romance, a 1485, CORDE)

26Certaines structures sont d’ailleurs particulièrement fréquentes, comme le couple oviendo batalla … quedar vencedor / vencer, dont on trouve de très nombreuses occurrences :

(2) Despues houiendo muchas batallas con estos dichos; al fin quedo vencedor de todos: tanto que se fizo señor del mundo. (Martín Martínez de Ampiés, Traducción del Tratado de Roma, 1498)

(3) E guerrando a christianos, allegó en Proençia, que era de christianos, e, oviendo vatalla con los christianos, vençiólos. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

27On peut considérer comme un cas particulier d’antériorité les énoncés où le gérondif renvoie au départ d’un mouvement ou au trajet alors que le verbe principal et ses compléments en évoquent le terme :

(4) E porque aquellas tierras qu’él poseía son en alguna casa tenidas a serbir al socorro del Inperio de Constantinopla contra los turcos, en el año del Señor de mil e CD años pasó en Costantinopla, fuendo con él muchos nobles caballeros e fijosdalgo de Françia, en quantía de IV mil omes de armas a caballo mucho adreçados, en ayuda del Rey de Ungría, que guerreaba con los turcos en ayuda del Enperador de Costantinopla. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

28On ne s’étonnera pas non plus de l’emploi privilégié du gérondif analogique pour référer à un événement conçu comme la cause (exemple 5) ou la condition (exemple 6) de l’événement principal, puisque ces deux notions supposent une antériorité notionnelle :

(5) Et nos, don Yllop Arceitz, dito abbat de Castillon, e don Domingo Ortiç, arbitros anteditos pusiemos nuestros siguieyllos pendientes en esta carta, a confirmamiento de las deuantditas cosas. Et jo, don Xemeno, dona Francesa, tercero arbitro, no ouiendo mio proprio siguieyllo, rogue a don Domingo Johan, escriuano, que posies por mi su seguieyllo en esta principal carta. (Anónimo, Sentencia arbitral [Documentos Lingüísticos Navarros], 1268, Fernando González Ollé, Pamplona, Diputación Floral de Navarra, 1970, CORDE)

(6) El tajador que se pone encima del cubete, se pone a fin que, como trae tanta furor la agua, que se levanta para arriva y sale del cubete. Y saliendo la agua por encima, causa grande enterrompimiento al movimiento del rodete, que es causa de no dexar moler tanto. Y saliendo la agua por encima, no molerá tanto quanto molería tuviendo el tajador encima. (Anónimo, Los veintiún libros de los ingenios y máquinas de Juanelo Turriano, a 1605, Mariano Quirós García, Salamanca, Universidad de Salamanca, 2003, CORDE)

29De même, un rapport de concession (que l’on peut définir comme un rapport de cause refusé) entraîne souvent l’usage du gérondif analogique :

(7) Marabillado só del que corre tras el poder del mundo sopiendo que ha de durar poco en él. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

30D’autres configurations, de façon peut-être un peu moins évidente a priori, orientent aussi le choix du locuteur vers un gérondif analogique : il s’agit du moyen (exemple 8) ou de l’expression du cadre temporel dans lequel s’inscrit l’événement principal (exemple 9) :

(8) Despues de passados algunos dias puso enesta poblacion dicha el monte celio Tullo hostilio: acrecentando muy bien los adarbes. Y el segundo que augmento en ella de pueblo; fue Ancho marcio: pusiendo los montes janiculo y auentino. (Martín Martínez de Ampiés, Traducción del Tratado de Roma, 1498)

31Dans l’exemple 8, pusiendo los montes janiculo y auentino est une action qui débouche sur augmento de pueblo : il y a donc bien une relation orientée moyen → résultat, avec antériorité du premier par rapport au second.

(9) Esta dado por reçibo en la cuenta que dio Juan Garcya de Francos al conçejo en el año de quinientos e dos años, fuendo regidores Juan de Solorzeno, e Juan Marroquin de Mioño, e Juan Perez de Returbio, e Pedro Ruyz de Llendelagua, e fieles, Ochoa de Arbolancha, e Garcia de Bitoria, e procurador de los mareantes del cabildo de Sant Andres, Juan Perez de Mena, y escribano de conçejo, Pedro de la Henestosa. (Anónimo, Libro del Concejo de Castro Urdiales, 1489–1522, Emma Blanco, Elisa Álvarez, José A. García de Cortázar, Santander, Fundación Marcelino Botín, 1996, CORDE)

32Ici, fuendo regidores Juan de Solorzeno e Juan Marroquin, etc. ne doit pas être considéré comme un simple événement simultané, mais comme le cadre dans lequel s’inscrit l’événement principal. Il marque le repère temporel par rapport auquel doit être situé l’événement principal esta dado por reçibo… ; or, du point de vue conceptuel, l’événement-repère doit nécessairement être pensé avant l’événement repéré.

33Cette configuration est extrêmement fréquente avec les verbes ser et yacer :

(10) E aquella noche, yoguiendo él pensando en aquella maldita judía, aparecióle un ángel e díxole:
— ¿E cómo, Alonso, aún estás pensando en el mal que fiziste, de lo qual Dios reçibió grand injuria? Cata que fazes mal, ca lo demandará a ti e a tu reino. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

34En revanche, un rapport de simultanéité fortuite (11) ou de postériorité (12) – temporelle ou notionnelle – n’est compatible qu’avec le gérondif étymologique :

(11) E el Conde con sobervia arrebraçó el manto. E Ferrando Alonso le dixo, poniendo la mano en la espada:
— Conde, si no fuese por catar reverençia al rey, nuestro Señor, que está delante, yo vos faría callar. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

35Dans l’exemple 11, les deux événements ne sont liés que par une simultanéité accidentelle ; il n’y a pas de relation orientée. Dans l’exemple 12, l’événement dit par le gérondif est postérieur à l’événement principal :

(12) E conquistó su tierra e troxo la santa e verdadera cruz a Roma; e dexó de contender con los moros sobre aquellas tierras que sojuzgado avía, poniendo recaudo en las otras de su Inperio. (Lope García de Salazar, Istoria de las bien-andanzas e fortunas, 1492)

36Il faut également signaler quelques rares cas, a priori troublants, où un gérondif analogique semble référer à un événement postérieur, mais dont l’apparente difficulté pourrait bien n’être que la conséquence d’un choix de ponctuation discutable :

(13) Dio sobre Glifet, su mayordomo, que lo cuidó sostener, tal golpe que, con feridas que traía e con el dicho golpe, saliósele el alma allí, (e) oviendo el Rey pesar d’ello porque lo avía serbido desde que fue rey seyendo su mayordomo. E mandólo soterrar allí e poblar una villa e llamarla de su nonbre… (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

  • 10 Selon l’usage habituel, la ponctuation est retouchée par l’éditrice : « Regularizo el uso de mayúsc (...)

37L’éditrice met la conjonction précédant oviendo entre parenthèses, considérant qu’elle est superflue, et place un point après mayordomo10 ; cela revient à faire dépendre oviendo de saliósele el alma allí. Cette interprétation serait plausible si l’on avait aviendo au lieu de oviendo : la tristesse du roi (aviendo pesar) serait alors la conséquence de la mort de Glifet (saliósele el alma). Cependant, cette lecture n’est pas compatible avec ce que signifie le gérondif analogique, à savoir une antériorité, temporelle ou notionnelle. Mais il suffit de remplacer le point par une virgule pour que les relations entre les différents groupes constituant l’énoncé changent et que le gérondif analogique n’apparaisse plus comme une incongruité :

(13a) Dio sobre Glifet, su mayordomo, que lo cuidó sostener, tal golpe que, con feridas que traía e con el dicho golpe, saliósele el alma allí, e oviendo el Rey pesar d’ello porque lo avía serbido desde que fue rey seyendo su mayordomo, e mandólo soterrar allí e poblar una villa e llamarla de su nonbre…

  • 11 Autre exemple du même type : « E con esto dio al trabés de un balle en los griegos, (e) feziendo en (...)

38Dans ce dernier énoncé, c’est le e précédant mandólo soterrar qui apparaît superflu aux yeux du lecteur moderne, tout en étant parfaitement conforme à la syntaxe médiévale, et oviendo pesar est à rattacher à mandólo soterrar allí e poblar una villa e llamarla de su nonbre, dont il apparaît alors comme une cause11.

39Finalement, c’est peut-être dans les énoncés où alternent les deux formes qu’apparaît le plus nettement la spécificité du gérondif analogique :

(14) Mas un samaritano caminando allego se le, e viendo le fue mouido de piedad, e ligo le las feridas, puniendo ende azeyte e vino, e pusiendo le en su azemila truxole al meson, e uvo cura del… (Gonzalo García de Santa María, Evangelios e epístolas con sus exposiciones en romance, a. 1485, CORDE)

40Pour évoquer un événement postérieur à ligo, c’est la forme étymologique puniendo (la seule possible, en l’occurrence) qui est utilisée alors que pour référer à un événement antérieur à truxo, c’est la forme analogique pusiendo qui est préférée.

Le gérondif analogique comme forme marquée

41Comme on l’a vu précédemment, certaines capacités référentielles du gérondif étymologique (simultanéité, postériorité…) sont interdites au gérondif analogique. L’inverse n’est pas vrai : toutes les situations d’expérience qui autorisent un gérondif analogique autorisent également un gérondif étymologique, ce dont témoignent les nombreux énoncés où figure un gérondif de ce dernier type alors que l’événement auquel il réfère doit manifestement être conçu dans l’antériorité de l’événement principal. Ainsi, dans l’exemple (15), c’est bien un rapport orienté, de type cause → conséquence, qui unit les deux événements alors que c’est le gérondif étymologique (queriendo) et non analogique (quisiendo) qui est utilisé :

(15) Aníbal, después de pasado en España, por quanto la guerra d’ella le avía sido a él encomendada contra los romanos, non queriendo más alongar el fecho, ordenó de fazer la guerra por que algund caso non gela enbargase. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

42La différence entre les énoncés avec gérondif analogique et les énoncés avec gérondif étymologique est que, dans les premiers, le rapport d’antériorité (temporelle ou conceptuelle) est explicitement déclaré par le gérondif – c’est le rôle du radical de prétérit – alors que, dans les seconds, il ne peut que se déduire du contexte ou de ce que l’allocutaire sait de la réalité (compétences encyclopé-diques). Le gérondif analogique est donc bien une forme marquée, par rapport au gérondif étymologique, et c’est sans nul doute ce qui explique son emploi dans les cas où le contexte pourrait, soit être ambigu, soit orienter vers une interprétation opposée (postériorité au lieu d’une antériorité). C’est ce qui se passe, en particulier, quand l’ordre des mots dans l’énoncé est contraire à l’ordre de conceptualisation ou de réalisation.

(16) Muerto este rey Atanagildo, los godos alçaron por su rey a Liuba. que fue el XV rey de los godos, X que reinó en España, oviendo mucho desacuerdo, no se podiendo acordar en lo poner; pero ayuntados en Narbona, posieron a este Liva, el qual puso por governador d’España a su hermano Leovegildo. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

43En (16), oviendo déclare explicitement que le désaccord a bien précédé la désignation de Liuba alors que le gérondif est postposé au verbe principal alçaron. Aviendo aurait sans doute été possible mais la lecture aurait été rendue plus difficile.

(17) E en el camino espantáronse los cavallos del alifante alfil e echaron al carro e al Rey en tierra e quebrantáronsele todos los huesos. E su carne podreçió e cayó todo a pedaços e así morió, non lo quisiendo llevar ni[n]guno. (Lope García de Salazar, Istoria de las bienandanzas e fortunas, 1492)

  • 12 Sur les rapports entre ordre phrastique et ordre conceptuel, voir Fortineau, s.d., p. 330-340.

44Dans l’exemple 17, quisiendo indique, sans ambiguïté, que le fait que personne n’ait voulu emporter le roi précède (cause) le pourrissement de ses chairs et sa mort (conséquence). Queriendo aurait entraîné une inversion du rapport notionnel : le refus de l’emporter, étant donné la position du syntagme dans la phrase12 (i. e. sa postposition par rapport au verbe), aurait été conçu comme la conséquence du pourrissement et de la mort.

45Les exemples qui précèdent illustrent les possibilités qu’offre le gérondif analogique, en termes de référentiation : aucune de ses capacités référentielles ne lui est exclusive, puisqu’il les partage toutes avec le gérondif étymologique (alors que l’inverse, évidemment, n’est pas vrai). Le gérondif « irrégulier », en tant que forme marquée du système, déclare explicitement une antériorité, strictement temporelle ou conceptuelle, alors que la forme étymologique est simplement compatible avec cette notion.

Disparition des gérondifs analogiques

46Le gérondif analogique inclut dans son signifié un élément (l’antériorité) auquel le gérondif étymologique est, à proprement parler, indifférent. Ce « plus » sémantique n’a pas empêché la disparition des formes de gérondif analogique, dans le premier quart du xviie siècle, et l’on peut se demander pourquoi la langue a finalement refusé cette invention de l’espagnol septentrional.

47Plusieurs éléments de réponse peuvent être avancés.

48En premier lieu, on peut constater que cette innovation a subi le même sort que d’autres formes marquées, courantes au Moyen Âge, qui ont finalement été abandonnées ; on pense en particulier au possessif articulé, que n’a pas retenu la langue moderne. Le signifié du possessif articulé et celui du possessif seul étaient évidemment distincts : l’article défini signifiant une totalité, le possessif articulé permettait notamment de susciter une idée de contraste et, conséquemment, d’induire une certaine emphase (Delport, 1995), mais toute relation évoquée par le possessif articulé pouvait également l’être par le possessif seul. L’abandon de la syntaxe marquée se produit quand les locuteurs sont plus sensibles à l’identité référentielle qu’à la différence de signifié (ibid. : 220). Un mécanisme similaire a sans doute présidé à l’abandon du gérondif analogique : toutes les situations auxquelles il pouvait référer pouvaient également être dites par le gérondif étymologique. Certes, la forme marquée signifiait explicitement l’antériorité mais cette valeur pouvait aussi bien se déduire du contexte dans les cas d’emploi de la forme non marquée.

49Un autre élément, non négligeable, à prendre en compte pour la compréhension de cette disparition est le caractère extrêmement marginal (à double titre) de cette innovation. D’une part, elle n’a jamais concerné que les variantes septentrionales du castillan et ne s’est donc pas imposée à l’ensemble des locuteurs (contrairement à ce qui se passe pour certains phénomènes phonologiques, par exemple, elle ne gagne pas de terrain au fil de la Reconquête mais reste cantonnée à sa zone d’origine). D’autre part, du point de vue du système proprement dit, elle ne concerne qu’un très petit nombre de verbes : parmi les verbes a priori susceptibles de permettre un gérondif analogique (i. e. tous les verbes à prétérit fort de l’espagnol médiéval), seuls vingt (on a vu lesquels et pourquoi) ont été effectivement concernés. On conviendra que c’est fort peu. L’immense majorité des verbes de la langue espagnole ne disposaient pas d’une forme marquée et laissaient alors au contexte le soin de suggérer le rapport d’antériorité signifié explicitement par le gérondif analogique pour les verbes qui en disposaient : cette forme pouvait donc apparaître comme peu rentable. On pourrait ajouter qu’en outre, elle introduisait un déséquilibre dans le système de conjugaison puisque certains verbes se voyaient dotés d’une forme, non pas différente, mais supplémentaire.

50Enfin, deux autres constructions au moins, applicables celles-là à tous les -verbes sans exception, pouvaient également déclarer une antériorité, conceptuelle pour la première, temporelle pour la seconde. La tournure en + gérondif, dont l’usage ne cesse de se développer au cours du Moyen Âge, pose un préalable conceptuel dans lequel vient s’inscrire le reste de l’énoncé (Fortineau, 2006) ; elle est, par conséquent, tout à fait habile, par exemple, à marquer le repère temporel par rapport auquel doit être pensé le verbe principal. Cette structure figée était donc un concurrent direct, pour l’expression de ce type de rapport, du gérondif analogique. L’autre concurrent est encore plus « redoutable », si l’on peut dire. Il s’agit du gérondif composé, formé de habiendo + participe passé ; cette périphrase aspectuelle signifie littéralement l’existence d’un événement achevé, mais, comme chacun sait, de l’existence d’un événement achevé à l’existence d’un événement effectif situé dans son en deçà, donc antérieur, il n’y a qu’un pas, que tout utilisateur du langage franchit allègrement. Le gérondif composé est donc un moyen relativement économique, et surtout général, de déclarer l’antériorité d’un événement. Face à lui, le gérondif analogique était de peu de poids.

51On peut raisonnablement supposer que c’est l’addition de ces différents éléments qui a entraîné l’abandon des gérondifs analogiques, après trois siècles et demi d’une existence fort discrète.

Conclusion

52L’espagnol ancien, dans ses modalités septentrionales, a exploité la possibilité qu’offrait l’existence, pour certains verbes, d’un radical de prétérit irrégulier, pour créer une deuxième forme de gérondif, venant s’ajouter à la forme étymologique héritée du latin, mais il a réservé cette innovation à vingt verbes, tous porteurs d’une antériorité conceptuelle. La forme analogique ainsi créée se distingue par le fait qu’elle signifie une antériorité alors que le gérondif régulier est indifférent à cette notion (comme d’ailleurs aux autres types de rapports temporels) : la forme analogique est la forme marquée, que l’on voit donc apparaître chaque fois qu’un locuteur disposant, dans son système, de la double forme, veut déclarer explicitement une antériorité temporelle ou notionnelle et ne pas laisser au contexte seul le soin de suggérer ce type de représentation. Cependant, d’autres constructions ayant pour base un gérondif (en + gérondif et le gérondif composé) peuvent elles aussi signifier une antériorité notionnelle ou temporelle : ces structures présentent en outre l’immense avantage de pouvoir être utilisées avec n’importe quel verbe de la langue espagnole. Il n’est donc guère étonnant que les gérondifs analogiques soient restés marginaux, géographiquement et discursivement, avant de totalement disparaître.

Tableau des gérondifs analogiques (Résultats de la recherche dans le CORDE)

53Ce tableau fait apparaître :

  1. dans la première colonne, l’infinitif des verbes qui ont eu un prétérit irrégulier en espagnol médiéval (pour faciliter la lecture, c’est la forme moderne de l’infinitif qui a été retenue) ;

  2. dans la deuxième colonne, les prétérits irréguliers tels qu’ils existaient en espagnol ancien ;

  3. dans la troisième colonne, les gérondifs, purement théoriques, dérivés de ces prétérits (en tenant compte de toutes les graphies possibles) et sur lesquels a porté la recherche dans le CORDE ; les formes attestées apparaissent en italique.

Infinitif

Prétérit(s)

Gérondif(s)

ANDAR

andide

andude

andove

anduve

andidiendo

andudiendo

andoviendo, andobiendo, andouiendo

anduviendo, andubiendo, anduuiendo

APRENDER

aprise

aprisiendo

ATRIBUIR

atrove

atroviendo, atrouiendo, atrobiendo

CABER

cope

cupe

copiendo

cupiendo

CEÑIR

cinxe

cinxiendo

COCER

coxe

coxiendo

CONOCER

conuve

conuviendo, conuuiendo, conubiendo

CREER

crove

croviendo, crouiendo, crobiendo

DAR

di

diendo

DECIR

dixe

dije

dixiendo, dixendo

dijiendo

DEMANDAR

demandide

demandidiendo

-DUCIR

-duxe

-duje

-duxiendo

-dujiendo

ENTRAR

entride

entridiendo

ESCRIBIR

escrise

escrisiendo

ESTAR

estove

estuve

estide

estude

estoviendo, estouiendo, estobiendo

estuviendo, estuuiendo,estubiendo

estidiendo

estudiendo

HABER

ove

uve

oviendo, ouiendo, obiendo, hoviendo, houiendo, hobiendo

uviendo, uuiendo, ubiendo, huviendo, huuiendo, hubiendo

HACER

feze

fize

feziendo, heziendo

fiziendo, hiziendo, hiciendo

HUIR

fuxe

fuxiendo

IR / SER

fue

fuendo

METER

mise

misiendo

NACER

nasque

nasquiendo

PLACER

plugue

pluguiendo, ploguiendo

PODER

pude

pudiendo

PONER

pose

puse

posiendo

pusiendo

PRENDER

prise

prisiendo

QUERER

quese

quise

quesiendo

quisiendo

REÍR

rise

risiendo

RESPONDER

respuse

respusiendo

SABER

sope

supe

sopiendo

supiendo

SER

sove

soviendo, souiendo,sobiendo

TAÑER

tanxe

tanxiendo

TENER

tove

tuve

toviendo, touiendo, tobiendo

tuviendo, tuuiendo, tubiendo

TEÑIR

tinxe

tinxiendo

TRAER

truxe

traxe

troxe

trasque

truxiendo

traxiendo

troxiendo

trasquiendo

VER

vide

vidiendo, uidiendo,bidiendo

VIVIR

visque

visquiendo,uisquiendo, bisquiendo

YACER

yogue

yoguiendo

Bibliographie

Corpus

García de Salazar, Lope, Istoria de las bienandanzas e fortunas [1492], edición de Ana María Marín Sánchez, [en ligne], <http://parnaseo.uv.es/Lemir/Textos/bienandanzas> [24/08/07].

Martínez de Ampiés, Martín, Traducción del Tratado de Roma [1498].

Real Academia Española : Banco de datos (CORDE) [en ligne], Corpus diacrónico del español, <http://www.rae.es> [24/08/07].

Ouvrages et articles cités

Alvar, M., Pottier, B., 1993 [1983], Morfología histórica del español, Madrid, Gredos.

Corominas, J., 1997 [1961], Breve diccionario etimológico de la lengua castellana, tercera edición muy revisada y mejorada, Madrid, Gredos.

Delport, M.-F., 1995, « Observations sur la syntaxe du possessif en espagnol médiéval », in Camprubi, M. (éd.), Permanences et renouvellements en linguistique hispanique (Actes du VIe Colloque de Linguistique Hispanique, Toulouse, 18 et 19 mars 1994), CRIC, p. 217-227.

Fortineau, C., s. d., Le gérondif espagnol, éléments de syntaxe et de sémantique, Thèse de doctorat nouveau régime [soutenue en décembre 1997], Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Fortineau, C., 2006, « En + gérondif : un signifiant complexe pour un représenté complexe », in Luquet, G. (éd.), Le signifié de langue en espagnol : méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 39-60.

Fortineau, C., à paraître, « Oviendo, quisiendo, toviendo…: crónica de una (des)aparición. A propósito de los gerundios medievales construidos sobre un tema de pretérito », XXXI Coloquio Internacional de Lingüística Funcional, Facultad de Humanidades de Lugo, Universidad de Santiago de Compostela, 11-15 de septiembre de 2007.

Gutiérrez Tuñón, M., 2002, Diccionario de Castellano Antiguo. Léxico español medieval y del Siglo de Oro, Cuenca, Editorial Alfonsípolis – Diputación Provincial de Cuenca / Madrid, Aldebarán Ediciones.

Luquet, G., 2000, Regards sur le signifiant, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Luquet, G., à paraître, « De la répartition des trois radicaux du verbe ir entre les formes de la conjugaison espagnole », Actes du XIe colloque de linguistique hispanique, Université Paris 13, 5 et 6 octobre 2006.

Penny, R., 1993, Gramática histórica del español, Barcelona, Ariel.

Real Academia Española, Diccionario de la lengua española (vigésima segunda edición) [en ligne], <http://www.rae.es> [13/12/07].

Notes

1 Fortineau, « Oviendo, quisiendo, toviendo…: crónica de una (des)aparición. A propósito de los gerundios medievales construidos sobre un tema de pretérito », à paraître.

2 CORDE : Corpus Diacrónico del Español (pour les références précises, voir la bibliographie en fin d’article).

3 Voir le tableau à la fin de l’article.

4 Le CORDE présente en outre une occurrence de fuxendo, mais le fait qu’il s’agisse d’un hapax rend tout à fait improbable l’appartenance de huir à cette liste.

5 Voir par exemple, Gutiérrez Tuñón, 2002, « yacer. intr.: quedar, estar, permanecer ».

6 À titre d’exemple, on compte, dans le CORDE, plus de 800 occurrences pour le XVIIe siècle, et encore plus de 130 pour les XVIIIe et XIXe siècles.

7 Luquet (2000, chapitre IV) montre que c’est également le cas, aujourd’hui, du verbe traer : l’existence du prétérit régulier contraí (considéré comme incorrect mais attesté), à côté de la forme canonique contraje, est un des signes de la difficulté de traer à affirmer son caractère de verbe fondamental.

8 Étant donné la rareté des exemples et leur grande dispersion, nous avons choisi de concentrer notre attention sur une œuvre, Istoria de las bienandanzas e fortunas de Lope García de Salazar, qui ne compte pas moins de 545 occurrences de 14 gérondifs analogiques ; cette chronique, datée de 1471-1476, présente en outre l’avantage d’avoir été rééditée récemment (2003). C’est donc à partir d’une comparaison systématique des emplois des gérondifs analogiques et des gérondifs étymologiques correspondants, dans cette œuvre, qu’ont été élaborées des hypothèses qui ont ensuite été vérifiées par un examen de l’ensemble du corpus.

9 Dans le cas du gérondif, il n’est pas rare, par exemple, qu’il ne dépende pas directement d’une forme verbale personnelle, mais d’un substantif, lui-même complément d’un verbe. Que le rapport soit immédiat ou pas, cela ne change rien au mécanisme général.

10 Selon l’usage habituel, la ponctuation est retouchée par l’éditrice : « Regularizo el uso de mayúsculas y minúsculas y los signos de puntuación con criterios actuales », Ana María Marín Sánchez, edición de Las bienandanzas y fortunas de Lope García de Salazar.

11 Autre exemple du même type : « E con esto dio al trabés de un balle en los griegos, (e) feziendo en ellos mucho daño. E mató con su espada al rey Umeres, que, cortándole el yelmo, le echó muerto del caballo » qui, selon nous, devrait être « E con esto dio al trabés de un balle en los griegos, e feziendo en ellos mucho daño, (e) mató con su espada al rey Umeres, que, cortándole el yelmo, le echó muerto del caballo ».

12 Sur les rapports entre ordre phrastique et ordre conceptuel, voir Fortineau, s.d., p. 330-340.

Auteur

Maître de conférences en linguistique hispanique à l’université de Nantes, où elle enseigne la linguistique, la grammaire et la traductologie. Ses recherches, basées sur le postulat de l’unicité du signe linguistique, portent sur la langue médiévale et sur la langue contemporaine (souvent dans une perspective contrastive espagnol/français) et sont essentiellement consacrées aux formes verbales non personnelles.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search