Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiations ou le métier de germaniste

 | 
Gilbert Krebs
, 
Hansgerd Schulte
, 
Gerald Stieg

Chapitre 3. Influences et présences

La présence française à Francfort au xviiie siècle

Marie-Claire Hoock

Texte intégral

1La présence française en Allemagne a ses lieux privilégiés ; l’histoire, l’architecture, la patronymie même en témoignent. Au premier abord, Francfort n’est pas un de ces lieux. Et pourtant, dans cette ville qui ne compte ni résidence princière ni université, l’influence française existe tout au long du xviiie siècle.

2Quel rôle joue‑t‑elle dans les changements sociaux qui affectent une ville figée par la hiérarchie politique en place et dominée de fait par une couche de marchands‑négociants de plus en plus entreprenants ? Que signifie dans ce contexte d’assimilation culturelle la cassure de 1789 ?

3Et, si quelques groupes sociaux trouvent à la Révolution française des avantages concrets immédiats, comment va réagir la génération suivante née et éduquée dans une atmosphère à la française ? Dans quelle mesure enfin le conflit de génération de la fin du siècle dépasse‑t‑il, toujours sous l’impul­sion de la Révolution française, la traditionnelle contestation des pères par les fils ?

Histoire d’une influence

  • 1 Die Briefe der Frau Rat Goethe, ges. u. hrsg. v. A. Köster, Bd.I, 1904. An Goethe, 17. Juni 1781.

« Francfort est un lieu bien curieux ; tout ce qui y passe est obligé, au retour, d’emprunter le même chemin ! Vive Francfort ! »1

4Cette remarque de Madame la Conseillère Goethe définit bien le sort particulier de la ville libre d’Empire qu’est Francfort. Terre de passage, elle trouve à sa situation avantages et inconvénients. Sa vocation commerçante est née de sa configuration de carrefour européen routier et fluvial mais cette ouverture lui vaut aussi d’être le passage de prédilection des armées.

5Francfort se voit ainsi obligée au cours du xviiie siècle d’accepter sous des formes diverses la présence française ; tour à tour la ville accueille les calvinistes venus de France, les réfugiés protestants refoulés hors des terri­toires alsaciens lors des guerres du Palatinat ; enfin la Guerre de Sept Ans fait de Francfort un territoire occupé par les troupes françaises pendant près de trois ans.

  • 2 Goethe, Dichtung und Wahrheit » in : Poetische Werke, Aufbau Verlag. Berlin 1971, Bd. 13, S. 92.

« Le jour de l’an 1759 arriva … On était certes habitué aux passages des Français et ils étaient fréquents et nombreux, mais dans les derniers jours de l’année ils s’étaient encore multipliés. »2

6On connaît les rapports à la limite de la courtoisie entre le Conseiller Goethe et son hôte d’office, le comte Thoranc, lieutenant du Roi. Partisan de la Prusse, le vieux conseiller déjoue toutes les tentatives de conciliation du comte.

  • 3 Id. S. 93

« Mais même cette tentative de rapprochement par le biais de l’art ne parvint à modifier l’esprit de mon père ou à assouplir son caractère. Il laissa faire ce qu’il ne pouvait empêcher, se tenant à l’écart, sans y participer le moins du monde et toutes les choses extraordinaires qui se passaient autour de lui lui étaient insupportables au dernier degré. »3

  • 4 Fr. Götting, « Die Bibliothek von Goethes Vater », in : Nassauer Annalen. 64, S. 54‑55.

7Une telle attitude ne semble guère avoir été partagée par les autres habitants du Hirschgraben visiblement intéressés par l’extraordinaire de ces années d’occupation. Madame la Conseillère, soucieuse de perfectionner son français, ne boude ni les repas à la table du lieutenant ni les conversations aimables en sa compagnie. Quant à son fils il dévore les classiques français dont la bibliothèque paternelle est bien fournie, déclame Racine et se découvre de ce fait une vocation théâtrale qui ne restera pas sans écho4.

  • 5 Bettina Strauss, La culture française à Francfort au xviiie siècle, Rieder Ed. Paris, 1914.

8Cas célèbre mais non isolé, cet épisode de l’occupation française à Francfort est significatif d’une certaine attirance parmi les bourgeois aisés pour la culture française5. Après tout, n’exerce‑t‑elle pas une influence positive sur une ville restée à un stade moyenâgeux d’hygiène et d’urba­nisme ? Trois années d’occupation et ce sont des rues éclairées de lanternes, des maisons numérotées, des quartiers pourvus de patrouilles, des trottoirs à l’abri de la boue. Une certaine couche sociale est fort sensible à de tels chan­gements même si, comme c’est évidemment le cas, le but premier de l’opé­ration est moins le confort des Francfortois que la surveillance et l’ordre de la cité occupée.

  • 6 Cf. Alexander Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, Teil IV, 2. Frankfurt 1925. François Johannot f (...)
  • 7 Cf. l’article 17 de la Paix de Vienne en 1738.
  • 8 Goethe, Dichtung und Wahrheit, op. cit. p. 93. Thoranc passe commande de tableaux auprès des artist (...)
  • 9 Bettina Strauss, op. cit. p. 194, Appendice 10 ; il s’agit en particulier de la suppression du droi (...)

9La ville dans son ensemble ne semble guère prête à mettre en cause sa vocation marchande par patriotisme. Elle vit plus encore de son commerce que de son attachement à l’Empire et n’envisage guère de renoncer pour les aléas d’une politique changeante à sa solide richesse. Indépendamment de l’échiquier politique, quelques Francfortois, et non des moindres, tissent tenacement, prudemment, leur réseau de filiales, de représentants, de correspondants. Leurs origines même facilitent pour certains les rapports commerciaux avec l’ennemi : descendants de calvinistes ils se sont établis dès le milieu du xvie siècle comme les Neufville, les Dubarry, les Du Fay, les Passavant, ou, fuyant les dragonnades du Languedoc, venus de Lyon et du Dauphiné, ils ont acquis leur droit de bourgeoisie dans la première moitié du xviiie siècle, comme les Krafft de Lyon, les Gontard de Grenoble ou les Johannot d’Annonay. Or, un quart de siècle après, les relations commerciales ne sont que plus étroites entre certaines familles d’origine et leurs exilés6. En 1705 déjà, en pleine guerre du Palatinat et alors même que le commerce avec la France est strictement interdit, la Municipalité de Francfort fait preuve de bien peu de zèle pour mettre en application le décret impérial : celui‑ci, paru en juin 1705, n’est publié à Francfort qu’en avril 1706. De même, lorsque en 1736 la Lorraine est rattachée à la France, il se trouve trente-quatre firmes francfortoises pour solliciter le droit de continuer le commerce avec ce territoire7. La présence française à Francfort pendant la Guerre de Sept Ans est, sous l’aspect économique, elle aussi particulièrement positive : non seulement l’occupant passe commande auprès des industries locales8, mais l’administration royale fait à Francfort un sort particulier en accordant aux ressortissants de la ville établis en France certains privilèges9. Bientôt, à force d’échanger les soieries et les vins, on en vient à échanger les fils. Ceux de A.M. Allesina vont faire une carrière d’officiers en France, J.A. Schönemann, dont la mère, une d’Orville, est calviniste, part faire un stage de plusieurs années à Nantes.

  • 10 Cf. Dietz, op. cit, IV, 2 Annexe 1 (Tableau des grandes fortunes 1556-1812) p. 748.

10Il apparaît clairement que cette présence, si courtoisement acceptée, profite en fait à une couche sociale très précise, celle des marchands-négociants. Or ceux‑ci, s’ils sont bien bourgeois de Francfort, ne sont que fort peu représentés dans les organes politiques de la ville. Par un système de cooptation très complexe, le corps de ville est en fait une chasse gardée des vieilles familles de souche allemande et du patriarcat de la ville. Agacés par les tracasseries des vieux‑Francfortois, de plus en plus convaincus du pou­voir réel que leur confère la richesse, ces négociants entreprenants s’af­firment sur place en adoptant des usages, des goûts, des modes qui leur donnent face à la notabilité sclérosée de la société en place une présence indiscutable. La vie sociale se trouve, vers la fin du siècle, dominée par cette couche économiquement puissante10. Si lent soit‑il, le changement est visible pour quiconque passe par Francfort.

  • 11 Joh. Chr. Kaffka, Schilderungen von Deutschland, 1798.

11« Dans les maisons des patriciens et des négociants règne un luxe, une élé­gance, une richesse qui rendraient jaloux plus d’un petit prince d’Empire. »11

  • 12 Nicolas Alexandre Salins de Montfort, 1753‑1821, architecte et directeur de la Société Typographiqu (...)

12Des quartiers neufs s’édifient dans un style nouveau : la Zeil, le Palais Thurn et Taxis, les maisons de ville ou de campagne que se font construire les négociants francfortois. L’architecte en est un Français, Salins de Montfort, ancien inspecteur des bâtiments du Roi et un temps au service du prince de Rohan12. Pour mesurer la nouveauté de cette architecture, il suffit de lui comparer le Hirschgraben, vieille bâtisse biscornue en dépit des embellissements entrepris par le père de Goethe. Lorsque, quinze ans après, le jeune Goethe envisage d’y introduire Lili Schoenemann, il éprouve quelques craintes motivées :

  • 13 Goethe, Dichtung und Wahrheit, op. cit. 17. Buch. S. 758.

« Me considérai‑je moi, dans ma maison, et songeai‑je à l’y introduire il m’apparaissait qu’elle ne s’y sentirait point dans un cadre à sa conve­nance. »13

13De même, lorsqu’il est question en 1795 de vendre le Hirschgraben, Madame la Conseillère écrit à son fils :

  • 14 Briefe der Frau Rat Goethe, op. cit. An Goethe 1. May 1795.

« Il y a quarante ans notre maison était une des plus belles de la ville. Mais le luxe s’est tellement accru depuis lors... »14

  • 15 Id.

14Harmonie des proportions, générosité de l’espace, le bouleversement du cadre est à la mesure du changement social. L’unique grande cuisine d’autre­fois, royaume‑prison des femmes, refuge des enfants, lieu des contacts humains – tout le menu peuple, des domestiques aux artisans et aux men­diants, y défile – disparaît au profit de « grandes salles où quarante per­sonnes peuvent dîner, de pièces hautes de plafond ».15

  • 16 J. Hülsen, Der Stil Louis XVI im alten Frankfurt, Frankfurt am Main, 1907 .
  • 17 Briefe der Frau Rat Goethe op. cit. An Goethe 14. Dez. 1796. « J’y dîne souvent en compagnie de Mam (...)
  • 18 Bettina Strauss, op. cit. p. 169. De 1780 à 1785 on joue à Francfort 25 comédies, 16 comédies larmo (...)

15Le salon fait ainsi son apparition à Francfort, tel que l’ont importé de France les récits de voyageurs, les illustrations des gazettes et les nouveautés des Foires. Maisons, jardins, salons, tout se veut à la française16. Et, dans ce nouveau cadre social, on ne compte plus les soirées du lundi, du mardi et autres, soirées que ne manquerait pour rien au monde la mère de Goethe et où les femmes jouent un rôle essentiel, femmes de lettres comme Sophie La Roche, femmes de négociants comme Sophie Bethmann, devenue l’épouse du libraire-éditeur francfortois von Schwarzkopf17. On y lit la littérature nouvelle, on y discute des mises en scène et du succès foudroyant des opéras et intermède, on y trouve surtout un étonnant brassage social fort peu dans la tradition de la stricte orthodoxie luthérienne de la ville18.

  • 19 Karl Demeter, Die Frankfurter Loge zur Einigkeit, 1742‑1966, Kramer, Frankfurt am Main, 1967. Adolf (...)

16Mais ce n’est là qu’un premier exemple du changement qui sous les apparences mondaines d’une culture d’emprunt opère en profondeur : bras­sage social et émancipation de l’individu – ici les femmes –, l’apparente innocence de l’instrument ne doit pas tromper sur l’emploi qui en est fait. Il s’agit bien d’affirmer en termes d’ouverture au monde, de tolérance et de respect de l’individu une nouvelle définition du social. D’autres pôles de la vie quotidienne à Francfort en témoignent. Ainsi, intimement liés au déve­loppement des loges franc-maçonniques, des clubs se fondent sous l’égide d’un curieux personnage, cosmopolite par excellence, le baron von Knigge19.

17La Loge, les clubs sont à la fois des lieux de réunion, de discussion et de lecture. Mais si la « Loge zur Einigkeit » possède, entres autres, l’Encyclo­pédie, elle est loin d’être le seul lieu de lecture à Francfort.

  • 20 J.N. Becker, Bemerkungen auf einer Reise von Strassburg bis an die Ostsee im Sommer 1793.

« à Francfort on trouve même dans les cafés des journaux savants, ce qui n’est pas le cas à Mayence. »20

  • 21 Annonce passée par Esslinger dans le ALZ (Allgemeine Literatur Zeitung) 1789 (44).

18Alors que la bibliothèque du père de Goethe, type même du savant rentier privatisant, restait d’un usage restreint même au sein de la famille, le livre fait désormais partie du décor social. La lecture, en créant un type d’infor­mation commune à tous crée aussi un sentiment de communicabilité qui brise les frontières entre l’auberge, le club et la maison bourgeoise. Le livre prend, de plus, les dimensions d’une entreprise commerciale avec ses aven­turiers, ses naufrages et ses réussites. On voit ainsi apparaître à Francfort dans les années 1780‑1790 les formes les plus variées d’une lecture publique au sens propre du terme : cabinet de lecture, bibliothèque de prêt, société de lecture, etc. En 1788, le libraire Esslinger fonde dans sa propre maison une société de lecture qui propose à ses 180 membres « une centaine de jour­naux, politiques, savants et divers, allemands, français, italiens et anglais »21.

  • 22 Irene Jentsch, Zur Geschichte des Zeitungswesens in Deutschland am Ende des xviii Jahr­hunderts, Di (...)
  • 23 Cf. E. Brandes, Hannov. Magazin, Année 1784. « Dommage que se laissant aller au goût dépravé du siè (...)

19Schwarzkopf, Fleischer, auteur d’un traité sur les bienfaits de la lecture pour le genre humain, se lancent eux aussi dans l’aventure et trouvent, semble‑t‑il, assez d’intéressés à Francfort pour ne pas péricliter22. Les almanachs, les périodiques, les encyclopédies fleurissent au point que certains y voient une manie23.

  • 24 Par exemple, le marchand en vins Gogel possède le journal des Savants en 266 volumes.

20Dans ce vaste mouvement, la culture française est à la fois un instrument de connaissance et un instrument d’information sociale, littéraire et poli­tique24. Mais on ne pratique pas impunément Voltaire, Diderot et les jour­naux de l’époque sans que l’instrument d’information ne devienne un instrument de formation, que les connaissances finissent par mener à une certaine connaissance de soi.

  • 25 Cf. Demeter, op. cit ; p. 32, Art. 38 de l’acte de fondation de la Loge francfortoise : « [La Loge] (...)

21Et de fait, le contact avec des œuvres qui prônent la tolérance, le respect de 1’homme, le progrès du genre humain sans souci de nationalité ou de frontière, finit par déteindre sur ces marchands, et, plus encore, sur leurs familles. Citoyens sans pouvoir politique, ils se veulent citoyens du monde et trouvent par le moyen d’une culture ouverte au monde extérieur un langage à leur dimension. Curieusement indifférents à la vie politique de leur cité, ils sont essentiellement présents, dans sa vie culturelle : secrétaire de la Loge comme J.A. Schoenemann en 1780, membre bienfaiteur des sociétés de lecture ou, comme le banquier Willemer, mécène du théâtre de la ville. Plus encore, ces familles victimes de l’intolérance apprennent la tolérance et la communiquent aux autres25. De leurs origines diverses et grâce à leur rôle économique, ces marchands gardent une notion d’échange qui sous l’effet de leurs lectures, de leurs contacts ou de leurs ambitions culturelles finit par créer un véritable cosmopolitisme,

  • 26 Les écoles françaises se multiplient aux alentours de Francfort où résident d’importantes colonies (...)

22Eux‑mêmes ne possèdent parfois que des rudiments de langue allemande mais ils mettent leur point d’honneur à faire éduquer convenablement leurs fils et filles : écoles françaises, gouvernantes et précepteurs français, voyages d’éducation en France...26 L’éducation à la française est, à longue échéance, sans doute le phénomène le plus lourd de conséquences. Qu’adviendra‑t‑il de cette vision essentiellement culturelle, voire morale, de la France en cas de crise ? Comment réagiront ces jeunes gens francisés aux événements de 1789 ? Parfaitement capables d’en suivre le déroulement, souvent même sur place ou en contact avec des hommes importants, leur connaissance même du monde français ne risque‑t‑elle pas de leur faire juger sévèrement l’attitude de leurs pères pendant les années difficiles de la fin du siècle ? Et dans ce conflit de génération, l’influence française ne va‑t‑elle pas changer de nature, voire même se retourner contre ceux qui en ont été les premiers adeptes ?

23Mais d’abord, et brièvement, qu’a été pour Francfort et les Francfortois la Révolution Française ?

L’influence de l’histoire

  • 27 En 1790 couronnement de Léopold II, en 1792 celui de François II.

24Jamais autant que dans les dernières années du siècle, la réflexion de Madame la Conseillère Goethe sur Francfort comme lieu de passage n’a été aussi vraie. Placée dans l’axe de la France et de l’Autriche, proche de la rive gauche du Rhin et de Mayence, Francfort subit les coups et contre‑coups des événements. Pourtant les débuts de la Révolution laissent assez indifférente une ville encore toute préoccupée de couronnements impériaux27. Ce n’est qu’avec la formation de la première coalition et la défaite de Valmy que Francfort entre dans ce que Goethe qualifie d’« époque nouvelle ».

25Tandis que l’inquiétude se répand sur le sort de la ville :

  • 28 Clemens Brentano an Maximiliane La Roche‑Brentano, 25. Oktober 1792, in : Schellberg, Das Unsterbli (...)

« On pourrait presque imaginer qu’il n’existe plus d’Allemands... je suis très inquiet, Maman, de votre sort et de celui de mon cher père. »28

  • 29 Lettre du Corps de Ville de Francfort au général Custine du 9 décembre 1792, in : Rittweger, Custin (...)

26les Francfortois, envahis par les troupes du général Custine puis délivrés par les Hessois, s’efforcent essentiellement de recevoir dignement les uns et les autres29.

27Dès 1793, en dépit des lourdes contributions parfois accompagnées de prises d’otages qui s’abattent sur la ville, un style d’occupation est trouvé qui apparemment n’entrave ni la vie mondaine ni le déroulement des foires.

  • 30 Briefe der Frau Rat Goethe, op. cit. An Goethe, Neujahr 1793 / 6 September 1793.

« La guerre et ses troubles qui gêne et ruine tant de gens remplit les caisses de l’Anterprisse [le théâtre de Francfort]... La foire est plus brillante que jamais au cours des dernières années. Le théâtre s’en porte à merveille. Les frais de la Flûte Enchantée sont couverts ! Par ailleurs tout continue son petit bonhomme de chemin. »30

  • 31 Id. An Goethe, 29. August 1794.

28La comparaison des diverses troupes d’occupation tourne parfois même à l’avantage des « Ohne‑Hosen » ! 31

  • 32 Krakauer, « Frankfurt am Main und die Französische Republik, 1795‑1797 », in : Archiv für Frankfurt (...)
  • 33 Id. S. 196.

29En fait, Francfort ne rêve que de paix et de neutralité, à l’instar de la Prusse qui s’est retirée de la première coalition par la Paix de Bâle en 1795. Les mouvements de troupes, l’attaque par l’armée de Jourdan en juillet 1796, les exigences draconiennes en vivres, hébergement et contributions ne font qu’accentuer ce désir de paix32. Des négociations difficiles s’engagent, des gages exorbitants sont demandés par la France, Francfort accepte ainsi de voter la cession de la rive gauche du Rhin et de prendre des mesures contre les émigrés réfugiés depuis la prise de Mayence sur son territoire. Un sem­blant de neutralité est accordé à ce prix. L’histoire des rapports entre la France et Francfort connaîtra encore quelques accrocs ; en 1802 Francfort aura donné quelques 14 millions de Florins à la République, quant à la neutralité, elle sera violée treize fois dans la seule année 180033.

30Cette politique louvoyante se situe en apparence dans le prolongement de celle pratiquée pendant tout le siècle par la ville et dictée plus par des impé­ratifs commerciaux que nationaux. Certes il lui manque la grandeur de la résistance à l’occupant ou la folie jacobine de Mayence. Goethe, en visite dans sa ville natale, écrit au Duc de Weimar :

  • 34 Brief Goethes an den Herzog von Weimar, v. 8. August 1797.

« à Francfort tout est plein d’activité et de vie. Leur existence est partagée entre gagner de l’argent et dévorer et leur malheur réitéré ne semble avoir déclenché que l’insouciance générale. »34

31Mais les dimensions européennes du conflit, le bouleversement idéo­logique, la durée même des opérations engagent Francfort dans un processus irréversible. La Révolution joue ici – pour reprendre une image chimique très en vogue à l’époque – le rôle d’un précipitant.

  • 35 Krakauer, op. cit. S. 254.
  • 36 Briefe der Frau Rat Goethe, op. cit. An Goethe, 23. Dez. 1793.

32En effet, pour des raisons économiques et financières liées à la conjonc­ture de guerre, l’intégration des marchands‑négociants dans la classe poli­tique devient réalité. D’une part, les luttes pour le pouvoir dans la vieille ville étant devenues face à l’histoire d’un anachronisme désuet, la forteresse du conservatisme luthérien qu’est le Corps de Ville ne résiste pas au choc. Il s’effondre, laissant à ses administrés une désagréable impression de léthargie à la limite de l’impuissance35. D’autre part, le problème des contributions a brusquement mis en lumière le rôle de premier plan que jouent au cours de ces années cruciales les riches de la ville, c’est‑à‑dire les négociants et les juifs. « Sois fier d’être un citoyen de Francfort ! » déclare Madame Goethe à son fils, citant en tête des volontaires aux contributions « les fils de nos marchands issus des premières maisons. »36

33Une solidarité de fait se crée qui constitue le premier pas vers l’avène­ment d’une bourgeoisie qui prend, sans heurts, le pouvoir. Les nouveaux maires de la ville s’appelleront désormais Bethmann, Metzler, Guaita ou Leonhardi. L’histoire du xixe siècle commence.

La dynamique de la Révolution

  • 37 Roger Ayrault, La genèse du romantisme allemand, Paris, Aubier, Vol. IV (1976), p. 301‑302.

34Mais elle commence aussi avec l’attitude prise par les adolescents de l’époque. Face à la génération de leurs pères qui s’installe au pouvoir, les plus jeunes cherchent en vain une motivation à leur avenir. Particulièrement aptes par leur éducation à en saisir la dimension idéologique, ils font de la Révolution leur instrument de contestation. Simple conflit de génération ? Il est significatif certes que l’on ne parle plus ici en termes de couches sociales mais en termes de génération, voire d’individus. Mais lorsque Frédéric Schlegel déclare que les trois événements marquants de l’époque sont les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister, la Révolution Française et la doctrine de la science de Fichte, il résume avec une étonnante clarté ce qui différencie fondamentalement la nouvelle génération de celle de ses pères : l’individu et sa formation, l’histoire et son actualité, la science et son univer­salité37.

  • 38 Bettina Brentano, Sämtliche Werke, Ed. W. Oehlke, Berlin Propyläen-Verlag, 1920, Bd. 1, S. 25 (« Cl (...)

35Francfort n’est pas une ville universitaire mais il est peut‑être d’autant plus aisé d’y saisir sur le vif l’impact des événements et l’écho des réflexions que ces derniers suggèrent dans les hauts‑lieux de l’esprit que sont alors Jena, Göttingen ou Halle. Un exemple : à Offenbach où elle vit chez sa grand‑mère La Roche, Bettina Brentano ressent intensément ce tournant. D’un côté, le monde finissant de l’Ancien Régime se résume dans le spectacle navrant des émigrés, de l’autre cet air de liberté qui gagne même Francfort la pousse à des gestes spectaculaires comme celui de « balayer devant la porte d’une juive »38.

  • 39 Id. p. 212.
  • 40 Id. p. 212.
  • 41 Madame de Gachet, aventurière, partisane des chouans souvent confondue avec la princesse de Bourbon (...)
  • 42 Bettina Brentano, op. cit. I, 31.
  • 43 Bettina Brentano, op. cit. II, 193.

36Les deux gestes sont intimement liés et ont valeur de symbole. Plus généralement le salon devient théâtre du conflit. à la Grillenhütte, le salon de Sophie La Roche offre un spectacle curieux : d’un côté les grands noms de l’aristocratie française s’efforçant d’y recréer un Versailles au petit pied, de l’autre la bande des jeunes étudiants, Clemens Brentano, Achim von Arnim, J.W. Ritter et d’autres39. L’aventure caracole aux portes d’Offenbach, incarnée par Madame de Gachet aux charmes de laquelle Bettina Brentano résiste mieux que son frère40. Dans ce tourbillon se crée un langage qui sera le premier signe de ralliement de cette génération. Beaucoup des amis de Clemens Brentano à la fin du siècle sont des scientifiques : Ritter découvre à Iéna en 1795 les principes fondamentaux du galvanisme, Achim von Arnim est l’auteur d’Idées pour une théorie du magnétisme fort remarquées. La jeunesse de l’époque trouve là plus qu’un réservoir d’images neuves ; l’étin­celle, l’éclair, la décharge électrique, la batterie galvanique, le tressaillement des corps traversés par le courant sont autant d’expressions aptes à dire les nouvelles notions d’espace et de temps, la fulgurante brièveté de destins hors du commun : Mirabeau est « une comète qui enflamme tout sur son pas­sage »41, les accents d’Hölderlin « traversent l’âme et la font vibrer comme vibre le langage »42 et Beethoven s’écrie « oui, je suis une nature électrique, voilà pourquoi je fais une musique aussi belle »43. Tout comme jadis la lecture créait une communauté, l’événement s’articule ici dans un langage commun autour de ces idoles que sont les hommes de la liberté.

37À Francfort, peut‑être plus encore qu’ailleurs, du fait même de la durée et du rôle qu’y a joué pendant tout le siècle l’influence française, un groupe d’individus, d’origine sociale et géographique diverse, d’âge varié, contri­buent à faire de l’événement politique qu’est la Révolution cet instrument de contestation qui ouvre à la génération romantique, car c’est d’elle qu’il s’agit lorsqu’on parle des adolescents de la décennie 1790‑1800, un champ d’investigation nouveau.

  • 44 Id. Ill, 126.

38Deux figures, Sieyès et Mirabeau, ont été l’objet d’un véritable culte dans certains milieux francfortois. Beaucoup ont accès à leurs œuvres grâce à des traductions qui révèlent l’existence d’un groupe d’hommes dont le rôle d’intermédiaires est considérable. Ce groupe‑charnière comprend des Franc­fortois d’âge mûr et d’expérience politique assez particulière. Le plus caractéristique d’entre eux est certainement K.E. Oelsner qui se trouve à Paris comme accompagnateur d’un jeune noble au moment où éclate la Révolution. Ami de Sieyès, qui tente même de le fixer en France, il contri­bue par des articles sur la situation française à la revue d’Archenholtz Minerva mais doit fuir la terreur. On le retrouve, négociant au nom de la ville de Francfort les pénibles conditions de sa neutralité, puis il se retire de la vie politique après avoir été interné à Berlin pour Jacobinisme. C’est du reste à l’intervention de Sieyès qu’il doit sa rapide mise en liberté. C’est un curieux personnage qui publie peu et anonymement, non par crainte des représailles mais par horreur de la publicité, projette sans en venir à bout une histoire de la Révolution et reste jusqu’à la fin de sa vie un discret mais génial découvreur d’auteurs. Ainsi c’est à lui que l’on doit la traduction, toujours anonyme, de nombreux textes de Saint‑Simon44.

  • 45 K.E. Oelsner, 1764‑1828. Les détails de sa biographie nous sont connus par Varnhagen von Ense. Ses (...)
  • 46 J.G. Ebel, 1764‑1830, son Sieyès à l’usage de l’Allemagne contient en particulier l’Essai sur les p (...)

39Autre Francfortois d’adoption, le médecin et savant J.G. Ebel s’est établi à Francfort en 1793. Connu dans toute l’Europe pour ses études sur les Alpes, il se fait un nom et une réputation de révolutionnaire en publiant en 1796 un Sieyès à l’usage de l’Allemagne45. Un temps, il joue un rôle poli­tique dans relations entre la France et la Suisse, sa patrie d’adoption, puis se consacre exclusivement à ses études géophysiques où l’influence du galvanisme est très nette46.

40Par delà ces personnages se profilent d’autres intermédiaires. Isaac von Sinclair, ami de Hölderlin, mais aussi de Bettina, est un brillant fonction­naire du comte de Hesse‑Hombourg. À Tübingen où il a fait ses études, il s’est lié d’amitié avec Hölderlin et Hegel à qui il fournira par la suite des places de précepteurs à Francfort. Il a subi l’influence de Fichte.

41Venu de Mayence où il était avec Heinse, Förster et von Müller profes­seur à l’université, Nicolaus Vogt séjourne lui aussi à Francfort. Son ouvrage De la République Européenne paraît en 1795 et anticipe brillamment l’idée napoléonienne de la Confédération Rhénane.

  • 47 Molitor, 1779‑1860, cf. Bettina Brentano, op. cit. III, 196. C’est à lui que Goethe fait allusion q (...)

42Les juifs eux aussi sortent de leur ghetto autant matériel que spirituel, J.F. Molitor, ancien étudiant de Iéna, et lui aussi un temps professeur à 1’univer­sité de Mayence, vient s’installer à Francfort et y répandre les idées de Schelling dont il est alors un fervent adepte47.

43Enfin un certain nombre d’hommes qui ont en commun une origine sociale humble et des études le plus souvent faites à Iéna, ce haut lieu où se trouvent remis en cause les enseignements les plus divers par des hommes qui ont nom Reinhold, Schiller ou Fichte, se retrouvent pour des raisons pécuniaires à Francfort. La ville, on le sait, compte de solides fortunes et les marchands veulent des enfants soigneusement éduqués, ils font donc appel à des précepteurs : Hölderlin entre chez les Gontard en 1796, Hegel chez les Gogel et Karl Ritter, le futur grand géographe, chez les Bethmann‑Hollweg. Ce dernier exemple, peut‑être moins connu que les deux premiers, éclaire bien le rôle fondamental des précepteurs à cette époque. Chargé à dix‑neuf ans de l’éducation de Moritz Bethmann‑Hollweg, Ritter soustrait son élève à l’entourage familial et mondain qui est le sien, se retire avec lui dans une maison modeste, pratique en somme Rousseau. Plus tard il accompagne son élève dans le traditionnel voyage en France puis reprend, toujours en sa compagnie, des études à Göttingen. Ces précepteurs sont à la fois les utili­sateurs assidus des bibliothèques mises à leur disposition par les négociants cultivés et les commentateurs critiques des contenus de ces ouvrages. Témoins à Iéna d’une véritable révolution spirituelle, ils véhiculent un redoutable pouvoir qui trouve dans la génération de leurs élèves-compa­gnons un écho considérable. Plus que d’autres, par leur âge – ils sortent à peine de l’adolescence –, par leur esprit critique, par le sentiment que leur donne la société qui les paie d’être des domestiques de l’esprit ils contri­buent à éveiller la génération suivante en l’identifiant avec cet individu nouveau qui ne rêve plus d’être Bürger, ni même Weltbürger mais tout simplement Mensch.

  • 48 Clemens Brentano an Franz Brentano, Jena 20. Dezember 1798 in Schellberg, op. cit.

« Les bourgeois ont confisqué à leur profit tout l’ici‑bas et l’homme [Mensch] n’a gardé pour lui même que d’être un homme. »48

44Que cette qualité crée parmi les élèves un certain sentiment élitaire, rien d’étonnant à cela.

  • 49 Clemens Brentano an J.W. Ritter, Jena 2. April 1802, in : Else Rehm, « Unbekannte Briefe an Clemens (...)

« N’est‑ce pas que nous sommes une race particulière. Eh oui ! c’est bien pourquoi il n’y a que nous à en faire partie. »49

45Mais que cette notion élitaire soit le fondement d’une nouvelle socia­bilité, il n’y a pour s’en convaincre qu’à reprendre les termes qui la défi­nissent et qui sont la transposition des exigences de la Révolution : égalité des êtres humains, liberté de l’individu et fraternité de tous sont les fonde­ments de la nouvelle communauté. L’égalité sans distinction de sexe, l’indi­vidu dans sa relation d’amour et le groupe dans ses rapports d’amitié sont les formes spécifiques que donnera à ces exigences la génération romantique.

46Ainsi ce qui passe par Francfort, y repasse certes mais y change aussi de nature. La Révolution Française en est un exemple. Bouleversant les struc­tures sociales de la ville, elle facilite l’accès au pouvoir des marchands-négociants devenus au cours du siècle et sous l’effet d’une lente et continuelle assimilation de la culture française une élite sociale, confinée dans l’impuissance politique. En retour, elle déclenche un conflit de génération d’une ampleur et d’une portée peu communes. La future élite pensante de la première moitié du xixe siècle y puise un contenu idéologique qui lui permet de poser les premiers fondements d’une nouvelle sociabilité. Les racines du romantisme allemand plongent ainsi très concrètement dans le sol révolutionnaire.

47Et cela est particulièrement sensible dans un lieu comme Francfort où se trouvent réunis et une génération éduquée à la française et des individus capables de véhiculer les idéaux révolutionnaires.

48Certes, faire de cet épisode fondamental mais momentané la seule expli­cation de la naissance d’un mouvement comme le romantisme serait sans nul doute excessif. La cristallisation patriotique des premières années du xixe siècle en est un autre moment, tout aussi décisif. Taire, par contre, l’impor­tance des acquis de l’adolescence pour les romantiques eux‑mêmes, c’est, à tort, les figer dans l’intemporalité. C’est pourquoi il nous a paru intéressant de tenter de saisir sur l’exemple de Francfort – conjoncture d’éléments en soi contradictoires, monde de marchands, influence des Lumières par le biais de la culture française, présence d’étudiants‑précepteurs, d’hommes politiques liés aux événements révolutionnaires et de futures figures marquantes du romantisme – la mutation qui, à la fin du xviiie siècle et au contact de la Révolution française, conduit du traditionnel conflit de génération à une véritable explosion des valeurs acquises au profit d’une redéfinition des rapports sociaux.

Notes

1 Die Briefe der Frau Rat Goethe, ges. u. hrsg. v. A. Köster, Bd.I, 1904. An Goethe, 17. Juni 1781.

2 Goethe, Dichtung und Wahrheit » in : Poetische Werke, Aufbau Verlag. Berlin 1971, Bd. 13, S. 92.

3 Id. S. 93

4 Fr. Götting, « Die Bibliothek von Goethes Vater », in : Nassauer Annalen. 64, S. 54‑55.

5 Bettina Strauss, La culture française à Francfort au xviiie siècle, Rieder Ed. Paris, 1914.

6 Cf. Alexander Dietz, Frankfurter Handelsgeschichte, Teil IV, 2. Frankfurt 1925. François Johannot fils retourne fonder en 1740 à Lyon une firme de soieries et W.B.. Metzler, devenu bourgeois de Francfort en 1770, se nomme encore en 1812 « Weinhändler zu Bordeaux ».

7 Cf. l’article 17 de la Paix de Vienne en 1738.

8 Goethe, Dichtung und Wahrheit, op. cit. p. 93. Thoranc passe commande de tableaux auprès des artistes locaux.

9 Bettina Strauss, op. cit. p. 194, Appendice 10 ; il s’agit en particulier de la suppression du droit d’aubaine en faveur des Francfortois.

10 Cf. Dietz, op. cit, IV, 2 Annexe 1 (Tableau des grandes fortunes 1556-1812) p. 748.

11 Joh. Chr. Kaffka, Schilderungen von Deutschland, 1798.

12 Nicolas Alexandre Salins de Montfort, 1753‑1821, architecte et directeur de la Société Typographique de Kehl fondée par Beaumarchais ; il s’installe en 1792 à Francfort, où il travaille pour les Leonhardi, les de Neufville, les Gontard, les Metzler, etc.

13 Goethe, Dichtung und Wahrheit, op. cit. 17. Buch. S. 758.

14 Briefe der Frau Rat Goethe, op. cit. An Goethe 1. May 1795.

15 Id.

16 J. Hülsen, Der Stil Louis XVI im alten Frankfurt, Frankfurt am Main, 1907 .

17 Briefe der Frau Rat Goethe op. cit. An Goethe 14. Dez. 1796. « J’y dîne souvent en compagnie de Maman La Roche. Bref, je m’amuse autant qu’il est possible. La bonne vieille soirée du Lundi marche de nouveau. »

18 Bettina Strauss, op. cit. p. 169. De 1780 à 1785 on joue à Francfort 25 comédies, 16 comédies larmoyantes et 57 opéras comiques et intermèdes, par contre pas une seule tragédie.

19 Karl Demeter, Die Frankfurter Loge zur Einigkeit, 1742‑1966, Kramer, Frankfurt am Main, 1967. Adolf von Knigge, 1752‑1796. dilettante et adepte de la philosophie des lumières ; il est mêlé aux intrigues des Illuminaten ; à Francfort il fonde un Club qui tente de réunir les diverses Loges.

20 J.N. Becker, Bemerkungen auf einer Reise von Strassburg bis an die Ostsee im Sommer 1793.

21 Annonce passée par Esslinger dans le ALZ (Allgemeine Literatur Zeitung) 1789 (44).

22 Irene Jentsch, Zur Geschichte des Zeitungswesens in Deutschland am Ende des xviii Jahr­hunderts, Diss. Leipzig 1937.

23 Cf. E. Brandes, Hannov. Magazin, Année 1784. « Dommage que se laissant aller au goût dépravé du siècle, une partie importante du public qui recherchait la lecture et l’élargisse­ment des connaissances encyclopédiques se limite à la lecture de journaux et de revues à la mode plutôt que d’aller puiser aux sources. »

24 Par exemple, le marchand en vins Gogel possède le journal des Savants en 266 volumes.

25 Cf. Demeter, op. cit ; p. 32, Art. 38 de l’acte de fondation de la Loge francfortoise : « [La Loge] visant non pas le simple pouvoir concret du collectif mais bien plutôt la pure huma­nité, naïve et pourtant sublimée, délibérément en dehors du politique et des diverses confessions.

26 Les écoles françaises se multiplient aux alentours de Francfort où résident d’importantes colonies calvinistes.

27 En 1790 couronnement de Léopold II, en 1792 celui de François II.

28 Clemens Brentano an Maximiliane La Roche‑Brentano, 25. Oktober 1792, in : Schellberg, Das Unsterbliche Leben : unbekannte Briefe von Clemens Brentano, Diederich, Jena, 1939.

29 Lettre du Corps de Ville de Francfort au général Custine du 9 décembre 1792, in : Rittweger, Custine in Frankfurt, Frankfurt am Main, 1867, S. 57. « Car lorsque nous vous ouvrîmes les portes de la ville, vous ne vîtes, Monsieur le Général, que de paisibles citoyens empressés à bannir hors de leurs murs toutes formes d’hostilité et tout le temps que vos troupes ont passé ici, vous n’avez trouvé aucune disposition d’esprit autre que le désir de vous satisfaire... »

30 Briefe der Frau Rat Goethe, op. cit. An Goethe, Neujahr 1793 / 6 September 1793.

31 Id. An Goethe, 29. August 1794.

32 Krakauer, « Frankfurt am Main und die Französische Republik, 1795‑1797 », in : Archiv für Frankfurter Geschichte und Kunst, III, 3.

33 Id. S. 196.

34 Brief Goethes an den Herzog von Weimar, v. 8. August 1797.

35 Krakauer, op. cit. S. 254.

36 Briefe der Frau Rat Goethe, op. cit. An Goethe, 23. Dez. 1793.

37 Roger Ayrault, La genèse du romantisme allemand, Paris, Aubier, Vol. IV (1976), p. 301‑302.

38 Bettina Brentano, Sämtliche Werke, Ed. W. Oehlke, Berlin Propyläen-Verlag, 1920, Bd. 1, S. 25 (« Clemens Brentanos Frühlingskranz »). « Est‑ce possible qu’on occupe toute une armée d’oisifs à des travaux que seule l’oisiveté rend nécessaires ?’ Ils font de la peinture, ils gravent sur verre, ils brodent des fleurs sur des rubans, ils tournent le bois, ils inondent la contrée avec leurs arts absurdes et Grand‑Mère elle‑même s’étonne de ne trouver parmi eux pas un seul savant ».

39 Id. p. 212.

40 Id. p. 212.

41 Madame de Gachet, aventurière, partisane des chouans souvent confondue avec la princesse de Bourbon‑Conti, Cf. Bettina Brentano, op. cit. I p. 113.

42 Bettina Brentano, op. cit. I, 31.

43 Bettina Brentano, op. cit. II, 193.

44 Id. Ill, 126.

45 K.E. Oelsner, 1764‑1828. Les détails de sa biographie nous sont connus par Varnhagen von Ense. Ses lettres et cahiers intimes ont été réunis sous le titre de Politische Denkwürdigkeit, Bremen 1848.

46 J.G. Ebel, 1764‑1830, son Sieyès à l’usage de l’Allemagne contient en particulier l’Essai sur les privilèges et Qu’est‑ce que le Tiers Etat ? Bettina Brentano traite Ebel de « naturforschender Mistfinke » (I, 245).

47 Molitor, 1779‑1860, cf. Bettina Brentano, op. cit. III, 196. C’est à lui que Goethe fait allusion quand il est question de l’émancipation des juifs en 1806 à Francfort.

48 Clemens Brentano an Franz Brentano, Jena 20. Dezember 1798 in Schellberg, op. cit.

49 Clemens Brentano an J.W. Ritter, Jena 2. April 1802, in : Else Rehm, « Unbekannte Briefe an Clemens Brentano von J.W. Ritter », in : Jahrbuch des Freien Deutschen Hochstiftes, 1969.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr