Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance du Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

1870-1871. Un tournant dans l'histoire de la population allemande

Michel Hubert

Texte intégral

1Les guerres napoléoniennes avaient donné à l'Allemagne ce choc salutaire qui allait lui permettre de prendre conscience d'elle-même et de se tourner vers l'âge industriel dont ses voisins occidentaux lui offraient l'exemple. Assimilant la leçon avec une extraordinaire facilité, l'appliquant selon son génie et ses facultés propres, le pays, malgré le retard et l'absence d'unité, avait entrepris des transformations décisives, sur le plan économique, démographique et, dans une moindre mesure, sur le plan politique. Ainsi, initiée par la Prusse, s'était effectuée une « libération » progressive des paysans par rapport aux anciennes structures féodales, tandis que le Zollverein facilitait l'industrialisation et les échanges.

2Or, c'est également un événement extérieur, en l'occurrence la guerre franco-prussienne qui allait permettre à l'Allemagne, coupée de l'Autriche depuis Sadowa, de libérer toute son énergie. Le 18 janvier 1871, l'Empire allemand est proclamé à Versailles dans un cliquetis de sabres qui indique déjà l'esprit du nouvel État. En quelques semaines, la France vient d'être mise à genoux, vaincue certes par la supériorité militaire de l'adversaire, mais aussi par l'avance industrielle et technique que lui a récemment ravie la Prusse. Cette victoire de 1870-1871 constitue une étape décisive dans l'histoire de l'Allemagne et de son peuple.

3Désormais tout apparaît possible aux Allemands, jusqu'alors fascinés par le prestige politique et culturel de la France ou par l'hégémonie industrielle de la Grande-Bretagne. Au moment où l'annexion de l'Alsace-Lorraine accroît encore le potentiel économique du nouveau Reich, dont la capacité financière se trouve gonflée par le versement d'une exorbitante « indemnité de guerre », une vague d'optimisme saisit le pays que la Prusse achève ainsi de rassembler : l'Allemagne devient une puissance mondiale.

  • 1 Edmond Vermeil, L'Allemagne, Paris, Gallimard, 1945, p. 218.

4Unification politique, triomphes militaires, l'essor industriel vient couronner le tableau de ce qui sera le destin du pays de 1871 à 1918. Cet essor est immense, prodigieux, forcené pourrait-on dire, tant il prend l'aspect d'un « furieux élan vers la richesse et la puissance » ; l'Allemagne « se jette littéralement sur les moyens tout neufs que lui offrent l'unification territoriale et les progrès de la technique »1.

5À cet élan participe tout le peuple allemand et, de ce point de vue, le tournant de l'hiver 1870-1871, si on l'examine dans une perspective démographique, peut restituer ce que les contemporains n'ont pas forcément perçu et apporter ainsi un élément supplémentaire d'explication pour cette nouvelle période de l'histoire allemande, inaugurée d'une façon si théâtrale. L'unité, achevée autour de la Prusse, apparaît alors, dans l'optique démographique, comme une accélération et un infléchissement des deux mouvements de la population allemande : le mouvement naturel et le mouvement géographique.

6En effet, cette population continue à augmenter plus vite que dans aucun autre pays européen, Russie mise à part. C'est à partir de ce tournant de 1870‑1871 et durant la période impériale que l'Allemagne accomplit l'essentiel de sa révolution démographique. On assiste à une intensification dans l'accroissement de la population qui, amorcé dès le début du xixe siècle, avait pris vers 1855-1860 un rythme nouveau. De ce fait, en 1914, le peuple allemand sera un des plus jeunes et dynamiques d'Europe.

7Or, dans le même temps, sa mobilité s'accroît de façon étonnante : les migrations s'accélèrent tant à l'intérieur que par-delà les frontières. Le mouvement géographique se poursuit, bien sûr, vers l'extérieur, où les Allemands constituent encore un apport précieux au peuplement des États-Unis. Toutefois, c'est à l'intérieur des frontières du Reich qu'il prend désormais sa forme la plus spectaculaire : des masses de plus en plus importantes affluent vers les régions industrielles, s'y entassent, s'affairent et se multiplient diverses migrations intérieures se rejoignent, s'additionnent, se polarisent ; les campagnes se vident de leur jeunesse, des régions se dépeuplent au profit des agglomérations industrielles en expansion. Ainsi, le progrès industriel accapare le potentiel démographique et l'utilise bientôt pour alimenter son propre essor. Plus qu'une transformation, une véritable mutation s'est produite, que l'évolution économique illustre, sans nul doute, de façon frappante, mais que seuls les changements démographiques intervenus permettent de vraiment comprendre dans sa globalité.

8De tous ces phénomènes se dégage, enfin, l'impression d'une ampleur, d'une vigueur même, de la poussée, qui contraste fort avec la stagnation, avec l'engourdissement dont fait preuve la France voisine (Cf. tableau ci-contre).

Tableau n° 1 La révolution démographique en France et en Allemagne

France

Allemagne

Les quatre phases

avant 1780

1833-1872

courbes de natalité et de mortalité à haut niveau

1780-1830

1873-1901

baisse de la mortalité, la natalité restant stable *

1831-1939

1902-1933

baisse de la natalité plus rapide que celle de la mortalité *

1945

1934

courbes parallèles ou se recoupant à bas niveau

* = phase de transition

Source : Michel Hubert, d'après Adolphe Landry, La révolution démographique, op. cit., p. 13-19 et Wolfgang Köllmann, Raum und Bevölkerung in der Weltgeschichte, Bevölkerungsploetz, vol. 4, « Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit », 3e éd., Würzburg, Ploetz, 1965, p. 27.

1. La fondation du Reich et l'accélération de la transition démographique dans l'Allemagne impériale

9Ce sont donc ces deux faits, l'accélération de la transition démographique et l'infléchissement des mouvements géographiques de population, qu'il convient maintenant d'évoquer de façon plus précise pour mesurer l'importance du tournant qui s'est produit.

10Un examen des courbes du mouvement naturel (natalité et mortalité), avant et après 1870-71 (cf. Annexe : graphiques 1 et 2 ) révèle que la période impériale englobe l'essentiel du processus de « révolution » ou « de transition démographique », par lequel la population d'une Allemagne en cours d'industrialisation passe du régime démographique traditionnel à un régime nouveau d'équilibre, caractéristique d'un pays fortement industrialisé.

11C'est au lendemain de la naissance du Reich que commence véritablement pour l'Allemagne la transition démographique par l'abandon du régime démographique traditionnel.

1.1. De 1815 à 1870 : la phase de préparation

  • 2 Adolphe Landry, La Révolution démographique, Paris, Sirey, 1934, p. 44-55.
  • 3 Jean-Claude Chesnais, La transition démographique, Paris, Cahier n' 113 INED/PUF, 1986, chapitres X (...)
  • 4 Alfred Sauvy, La prévention des naissances, Paris, PUF, 1967, p. 13.

Auparavant, le « régime primitif »2 ou « stade prétransitionnel »3, est caractérisé par des variations importantes dans le rythme du mouvement naturel (cf. graphique 1 Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1816-1870) ; la fécondité reste généralement stable à un niveau élevé, la nuptialité servant à réguler la multiplication des hommes selon les subsistances, ne serait‑ce que sous l'effet des diverses formes d'interdits au mariage. La population s'accroît ou diminue alors selon les aléas de la conjoncture, selon la rigueur de l'intervention des "Trois Parques spécialisées de la surmortalité : Famine, épidémies meurtrières, Guerres ou massacres4. De ce point de vue, l'Allemagne, depuis la Guerre de Trente Ans avec ses disettes et ses pestes, en passant par les guerres du XVIlle siècle, puis par celles de la Révolution et de l'Empire, constitue, pour l'analyse démographique, un exemple d'école privilégié ! Entre 1815 et 1870, le pays est encore frappé par ces fléaux : trois grandes épidémies de choléra culminant en 1831, 1848 et 1855, ainsi qu'une famine terrible, de 1845 à 1848.

  • 5 Wolfgang Köllman, "Bevölkerungsentwicklung und moderne Welt", p. 27, dans Bevölkerung in der indust (...)
  • 6 Wolfram Fischer, Jochen Krengel et Jutta Wietog, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, Vol. 1, Materia (...)
  • 7 André Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, 1977, p. 7 et 36.

Cependant, malgré la gravité des crises, la population augmente considérablement. Entre 1815 et 1855, l'Allemagne – envisagée dans ses frontières futures de 1871 – passe de 23 à 34,6 millions d'habitants5 (voire à 36 millions si l'on comptabilise par anticipation l'Alsace‑Lorraine)6. De son côté, la France, qui en 1815 dominait encore en Europe avec 30 millions d'habitants, n'en compte que 36 millions en 18557. Il est clair qu'à cette date, au moment où les deux pays ont sensiblement le même potentiel de population, l'un (la France) est déjà engagé de longue date dans la transition démographique, alors que l'autre (l'Allemagne) n'a pas encore nettement débuté sa mutation. Certes, l'examen des courbes du mouvement naturel laisse entrevoir que, une fois surmontée la crise des années 40, la population allemande entre, à partir de 1855-1860, dans une phase d'expansion beaucoup plus régulière ; elle est caractérisée par la hausse de la fécondité et de la natalité, par des taux de reproduction particulièrement forts, mais aussi par une mortalité stable à un niveau élevé. Toutefois, quelques accidents conjoncturels se produisent encore. Ce sont les guerres de 1864 et 1866, cette dernière accompagnée d'une épidémie de choléra qui, tuant plus de soldats que les hostilités proprement dites, accélère le processus de conclusion de la paix. C'est, enfin, la guerre de 1870-71 dont l'impact sur l'évolution démographique est moins sensible au niveau des décès (environ 100 000 soldats tués) qu'à celui des naissances, et ce en raison de la mobilisation prolongée jusqu'en 1872 par l'occupation partielle du territoire français.

1.2. Le début de la « transition » et la poussée démographique sous l'Empire

12Avec la fondation du Reich, l'optimisme qui s'empare de l'opinion publique, le boom économique des Gründerjahre, l'harmonisation des législations, dont celles relatives aux mariages, contribuent à consolider un essor du mouvement naturel : les courbes de celui-ci deviennent plus régulières, démontrant ainsi l'abandon définitif du régime traditionnel. (Cf. graphique 2 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1871-1914)

  • 8 André Armengaud, Op. cit., p. 53.

13Voilà qui explique alors des taux de natalité proches de 40 ‰ entre 1872 et 1880, taux pratiquement inconnus depuis le début du siècle, sinon de façon passagère lors du « rattrapage » démographique des guerres de la Révolution et de l'Empire. C'est une véritable explosion démographique qui se produit dans le Reich, faisant passer sa population de 41,5 millions en 1871 à 68 millions en 1914, soit un accroissement de 65% en moins de quarante cinq ans. Ainsi, au tournant du siècle, plus précisement entre 1890 et 1910, les taux de natalité allemands sont‑ils supérieurs de 12 à 14 points aux taux français. C'est vraisemblablement au cours de cette période que le contraste entre la démographie allemande et française est le plus frappant : de 1890 à 1896, au moment où naissent les classes de mobilisation de 1910 à 1916 qui seront engagées dans la Grande Guerre, il naît 22 Allemands (1 900 000 par an) pour 10 Français (850 000)8.

14Cet essor de la natalité allemande s'accompagne d'un fort recul de la mortalité permettant d'obtenir un excédent naturel voisin de 15 ‰. La chute rapide de la mortalité résulte d'une amélioration générale des conditions de vie et d'hygiène, liée aux progrès scientifique et technique, à la hausse des revenus réels et à la législation sociale dont se dote le Reich. Toutefois, le maintien d'une fécondité élevée témoigne, dans le même temps, d'une indéniable rigidité des structures socio-politiques et des mentalités qui résistent à la diffusion des méthodes permettant la limitation des naissances, et ce en dépit des progrès rapides de l'industrialisation comme de l'urbanisation. Voilà qui explique la poussée démographique de l'Allemagne impériale.

1.3. La poursuite de la transition et le fléchissement démographique après 1900

  • 9 C'est ce que Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupâquier (Histoire générale de la populatio (...)

15C'est alors qu'au tournant du siècle, une troisième phase se dessine dans la mutation démographique. Tandis que la population allemande continue à s'accroître fortement sur sa lancée, la fécondité générale qui s'était stabilisée vers 1885 diminue gravement dans l'ensemble du pays, y compris dans les campagnes. Si la mortalité poursuit son recul, c'est bientôt à un rythme moins rapide que celui de la natalité : l'Allemagne est, elle aussi, entrée dans la « phase de déclin de sa révolution démographique »9, alors que, pour quelques années encore, sa puissance industrielle et politique s'affirme dans le monde.

  • 10 Il demeure que, par delà les différences de chronologie, les facteurs du changement sont les mêmes, (...)

16Amplifié par les pertes de la Première Guerre mondiale, le recul sera d'autant plus abrupt et douloureux, puisque, en un peu plus de trente ans, l'Allemagne parvient, toutes proportions gardées, au même stade de tassement démographique que la France après un siècle et demi10. Lorsque les maîtres du IIIe Reich constateront ce déclin après l'avoir fustigé comme étant simplement le résultat du Traité de Versailles et de la décadence du système de Weimar, ils tenteront, par la mise en place d'un arsenal de mesures natalistes, de recréer les conditions démographiques qui prévalaient dans le Reich précédent. Or, une telle vision fantasmatique des faits de population ne pouvait faire table rase des raisons profondes qui avaient enclenché le processus dès la fondation de cet Empire, a savoir l'urbanisation et les migrations intérieures liées à l'industrialisation poussée.

17Abandonnant le mouvement naturel, nous nous consacrerons maintenant à ces mouvements géographiques de la population allemande pour apprécier l'importance du tournant de 1870-1871.

2. La fondation du Reich et le développement des mouvements migratoires

18L'amplification et la diversification des phénomènes migratoires qui caractérisent la période impériale s'expliquent tout à la fois par la poussée démographique et par l'essor industriel consécutifs à la naissance du Reich.

2.1. Apogée de l'émigration, essor de l'immigration

19Depuis le XVIIIe siècle, l'Allemagne, surtout dans ses régions du Sudouest, est un pays d'émigration en raison de la pauvreté de son sol, des inconvénients du régime successoral et de la surpopulation.

20C'est ainsi qu'entre 1815 et 1870, deux millions et demi d'Allemands émigrent (Cf. Annexe : graphiques 3 et 4), pour la grande majorité d'entre eux vers les États-Unis, alors qu'auparavant ce flux migratoire était traditionnellement orienté vers l'Europe centrale et orientale où s'étaient constituées des minorités allemandes solidement implantées.

21La fondation du Reich ne met pas fin au phénomène, bien au contraire ; en l'espace de 40 ans, près de 3 millions d'émigrants vont quitter l'Allemagne pour les USA, puis pour le Canada ou l'Amérique du Sud (cf. graphique 4).

22Deux facteurs essentiels influent sur le rythme et le volume de ce mouvement : d'une part une pression démographique particulièrement forte dans une agriculture allemande que fragilise la concurrence internationale, d'autre part les perspectives de peuplement et d'insertion qu'offre une Amérique aux ressources apparemment inépuisables.

23À cela s'ajoutent des facteurs techniques : une administration du Reich qui encadre correctement les candidats au départ, un réseau ferré desservant désormais les régions les plus reculées d'Allemagne, provinces orientales comprises, et des transports transocéaniques bon marché, rapides, organisés en lignes régulières par les compagnies allemandes de navigation de Brême et de Hambourg. Celles‑ci, créées entre 1850 et 1860, disposent à partir de 1870 de navires construits dans les chantiers navals allemands, illustration significative de la volonté du pays de se doter, dès la fondation du Reich, d'une flotte de commerce et bientôt d'une flotte de guerre. Sous l'effet de ces différents facteurs, le mouvement d'émigration vers le Nouveau Monde atteint son apogée entre 1880 et 1890 (1 300 000 départs), au moment où la pression des classes jeunes correspondant à la première phase de la révolution démographique se conjugue avec les transformations de l'agriculture, avec l'entrée définitive de l'Allemagne dans l'ère industrielle et avec un cycle long de stagnation économique. Vers le milieu des années 1890, l'émigration allemande vers l'outre-mer se tarit : elle se transforme en migration intérieure. Avec le retour à un cycle long d'expansion, la montée en puissance de l'économie du Reich lui donne désormais les moyens de retenir son potentiel humain qui trouve dans les régions industrielles du Nord-Ouest et du Centre un nouveau... Far West.

  • 11 Cf. Michael Just « Transitland Kaiserreich : ost‑und südosteuropäische Massenauswanderung über deut (...)

24Désormais les capacités des compagnies allemandes de navigation serviront surtout au transport d'émigrants venus d'Europe centrale et orientale : de pays d'émigration, l'Allemagne devient progressivement pays de transit. C'est ainsi que, des frontières de l'empire russe et de l'empire austro-hongrois, quelque 5 millions de personnes, dont la moitié environ sont d'origine juive, traversent le Reich entre 1880 et 1914, avant de s'embarquer à Hambourg ou Brême vers les USA. Le transfert s'effectue par trains spéciaux, que l'administration contrôle étroitement, tant sur le plan policier que sanitaire11. Au moment où s'effectue cette « relève » par les Juifs, les Polonais, les Ukrainiens ou les Tchèques, s'achève l'essentiel de l'émigration allemande vers l'outre-mer. La deuxième moitié de la période impériale ne voit plus partir que 500 000 émigrants vers le Nouveau Monde,

  • 12 C'est le titre de l'ouvrage de Klaus Bade, Vom Auswanderungsland zum Einwanderungsland ? Deutschlan (...)

25C'est alors que s'inversent les flux migratoires : au tournant du siècle, de pays d'émigration, l'Allemagne devient un pays d'immigration12. En effet, cette industrialisation massive et cette transformation des techniques touchant tous les secteurs de l'économie, conduit le Reich à recourir, dès le début du xixe siècle, à une main-d'œuvre étrangère : un nombre croissant d'immigrants, dûment encadrés et répertoriés, est recruté de façon permanente ou saisonnière afin de travailler dans les latifundia de l'Est et dans les régions industrielles de Silésie, de Saxe ou dans le bassin de la Ruhr. En 1914, les Tchèques et Ruthènes venus de l'empire austro-hongrois, les Néerlandais, les Polonais venus de l'empire tsariste et les Italiens représentent, saisonniers compris, près de 2 millions de personnes : ramené au nombre des actifs – environ 28 millions – cela correspond à 7 % de la main-d'œuvre du Reich.

2.2. L'esssor de l'urbanisation et des migrations intérieures

26Au lendemain de la victoire sur la France en 1871, alors qu'environ un actif sur deux est encore employé dans l'agriculture, une interrogation nourrit les controverses parmi les économistes et les politiques : le nouveau Reich unifié, agrandi, plus riche en capitaux et en matières premières doit-il être un État industriel ou demeurer une puissance agricole ? « Industriestaat oder Agrarstaat ? » L'atout décisif pour l'Allemagne est que, sur le plan des structures économiques, un choix exclusif, une orientation unilatérale et définitive n'aient pas été adoptés. Même si, à la veille de la Première Guerre mondiale, il n'y a plus qu'un Allemand sur trois qui travaille dans l'agriculture, le Reich n'a pas sacrifié son agriculture à l'industrie comme la Grande-Bretagne, ni retardé son industrialisation en refusant de transformer son agriculture comme le fit la France. Certes, en l'espace de quelques décennies, l'industrie a affirmé sa prépondérance dans l'économie nationale, mais jamais au prix d'un affaiblissement irréversible des capacité agricoles ; dans cet équilibre qu'il a su instaurer réside, sans nul doute, l'une des sources fondamentales de la puissance économique du Reich.

  • 13 Pierre Bertaux, La vie quotidienne en Allemagne au temps de Guillaume II, Paris, Hachette, 1962, p. (...)

27Cependant, dans le même temps, la part de population employée dans les secteurs secondaire et tertiaire augmente considérablement, provoquant, compte tenu de la forte poussée démographique, une urbanisation massive du pays et de vastes migrations intérieures. À cet égard, la notion d'«Allemagne à l'ère industrielle» prend alors tout son sens. Dans cette structure politique unifiée qu'est l'Allemagne à partir de 1871, on assiste à un phénomène fascinant sur le plan historique : « le bouleversement des genres de vie du peuple allemand passé brutalement à l'état de peuple industriel »13. En effet, l'Allemand à la fin du xixe siècle est radicalement différent de ce qu'il était cinquante ans auparavant, par exemple au moment de la Paulskirche. Durant l'époque impériale, une mutation s'est produite, que l'évolution économique, envisagée selon les différents secteurs et dans les diverses branches de production, illustre, en effet, de façon frappante. Par-delà les progrès de la production agricole et le formidable accroissement de la puissance industrielle, cette transformation des conditions d'existence et de travail de la population, ainsi que l'ampleur des mouvements géographiques qui l'accompagnent, permettent de mieux comprendre une époque décisive dans l'histoire du pays.

  • 14 Philippe Aries, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 214.

28L'ampleur de l'urbanisation dans le Reich de 1871 à 1914 est, sans nul doute, l'un des phénomènes permettant le mieux de mesurer le fossé qui désormais se creuse entre l'évolution démographique de la France et celle de l'Allemagne. Tandis que la France étire sur plus d'un siècle son passage d'un type d'économie pré-industrielle à un type d'économie moderne, le Reich, suivant l'exemple britannique tout en surpassant son modèle, s'industrialise de façon brutale et profonde. Cela engendre ces « grands rassemblements humains autour des mines de charbon et des centres textiles »14, ces « Métropolis » avant la lettre qu'un Français, habitué à l'Allemagne de Gérard de Nerval ou de Madame de Staël, ne pouvait découvrir qu'avec un étonnement mêlé d'appréhension.

29Si l'on adopte la terminologie des statisticiens qui appliquent le terme de « ville » à toutes les agglomérations comptant plus de 2 000 habitants, il s'ensuit que deux tiers des Allemands habitent la campagne lors de la fondation du Reich et qu'à la veille de la Première Guerre mondiale on retrouve deux tiers d'entre eux dans les villes ; la prédominance des communes rurales cesse donc autour de 1895, ce milieu des années 1890 apparaissant ainsi sur divers plans, économique et politique aussi, comme une période de transition particulièrement importante. En fait, la population urbaine au sens strict du terme ne représentait en 1871 que 1/4, voire 1/8 de la population totale et, jusqu'alors, exception faite de Berlin, l'on observait surtout une croissance des agglomérations de moyenne importance. Dans l'Allemagne impériale, c'est l'inverse qui se produit. À mesure que s'amplifie l'industrialisation, ce sont surtout les villes importantes qui grandissent : les grandes villes (« Großstädte »), comptant plus de 100 000 habitants et, dans une moindre mesure, les villes moyennes (« Mittelstädte ») dont la population oscille entre 20 000 et 100 000 habitants. On peut parler de véritable explosion pour les grandes villes de plus de 100 000 habitants : elles étaient huit en 1871, en 1910 on en compte 48 et leur population totale passe de 1 968 000 habitants en 1871 (indice 100) à 13 823 000 en 1910 (indice 702). Ainsi, lors de la naissance du Reich, un Allemand sur vingt résidait dans une grande ville de plus de 100 000 habitants ; lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale, c'est pratiquement un Allemand sur quatre.

  • 15 Cf., par exemple, Friedrich-Wilhelm Henning, Die Industrialisierung in Deutschland 1800 bis 1914, P (...)
  • 16 Wolfgang Köllmann désigne même ce phénomène comme « le plus grand mouvement de masses de l'histoire (...)
  • 17 C'est la conclusion à laquelle parvient Volker Hentschel, Wirtschaft und Wirtschaftspolitik im wilh (...)

30Une telle urbanisation, liée au processus d'expansion industrielle, entraîne la formation de véritables chapelets de villes, de conurbations propres aux régions industrielles constituées en Silésie, autour de Berlin ou des villes hanséatiques, en Saxe et dans le bassin rhéno-westphalien. La conséquence en est une accélération de l'exode rural et des migrations intérieures. Ces phénomènes s'étaient certes déclenchés dès le début de la révolution industrielle en Allemagne, c'est-à-dire entre 1835 et 185015, mais ils s'accentuent à partir des années 70 avec les progrès des transports, la concentration des entreprises, ainsi que la croissance parallèle de l'industrie et des services. Malgré les divergences d'interprétation des statistiques, il est permis d'affirmer qu'entre la fondation du Reich et le début du xxe siècle, un extraordinaire mouvement de migration intérieure s'empare du peuple allemand16. Le recensement socio-professionnel de 1907 fait apparaître que près d'un Allemand sur deux a changé de domicile. Certes, dans la plupart des cas, la migration est d'amplitude réduite et 85 % des Allemands recensés se trouvent encore sur leur « territoire natal »17. Cependant, outre le caractère nouveau et fréquent de cette migration sur de courtes distances (Nahwanderung), une migration plus massive et plus ample est intervenue sur de grandes distances (Fernwanderung). Le recensement de 1907 fait apparaître que 9 millions d'Allemands ont franchi des frontières de provinces ou d'états, la plupart quittant l'agriculture, surtout les provinces rurales situées dans l'Est de la Prusse, pour aller travailler dans des régions industrielles où leur sont offerts des salaires plus élevés. Il en est résulté un vaste mouvement migratoire dont le mouvement principal s'effectue d'Est en Ouest ; il entraîne, dans l'agglomération berlinoise, en Saxe et surtout dans le bassin rhéno-westphalien un vaste brassage de population qui n'est pas sans rappeler le « melting pot » américain.

2.3. Déplacement des centres de gravité démographique et économique en Allemagne

31Avec la fondation du Reich, enfin, et sous l'effet conjugué des mouvements migratoires (émigration ou migrations intérieures), ainsi que de l'urbanisation liée à la croissance industrielle, débute un phénomène nouveau, particulièrement fascinant si l'on envisage l'histoire allemande dans le long terme. Il s'agit d'un affaiblissement progressif du poids démographique des régions orientales et d'un déplacement des centres de gravité économique et démographique de l'Allemagne. C'est ce qu'illustre le tableau n°2 donné en annexe.

32Ainsi, en 1800, malgré des différences sensibles dans la densité démographique des diverses régions d'Allemagne, les pôles de peuplement semblent répartis de façon harmonieuse entre l'Est et l'Ouest. Si l'on se réfère aux frontières futures du Reich impérial, parmi les cinq premières villes « allemandes » en 1800, la principale, Berlin, est au centre de l'Allemagne et compte 172 000 habitants. Vient ensuite Hambourg, à l'Ouest, avec 130 000 habitants. Les trois suivantes, « ex-aequo » avec 60 000 habitants, sont au Centre (Dresde) ou à l'Est : Breslau et Königsberg.

33Dans la première moitié du siècle, continuant, pour ainsi dire sur sa lancée, l'Allemagne, progressivement dominée par la Prusse, voit encore augmenter la population de ses régions orientales. Les cinq provinces prussiennes de l'Est représentent, en 1815, 20,8 % du potentiel démographique de l'Allemagne (envisagée dans les frontières de 1871). Au milieu du xixe siècle, le poids démographique de l'Est se vérifie à la lumière du recensement de 1855 ; ce recensement démontre qu'à elles seules les cinq provinces prussiennes de l'Est regroupent environ le quart de la population allemande envisagée dans les frontières du futur Reich. Toutefois, au niveau de la concentration urbaine, un rééquilibrage semble s'opérer au profit du Centre qui regroupe des métropoles comme Berlin, Dresde, Magdebourg et Leipzig ; l'Est avec Breslau et Königsberg s'urbanise déjà plus lentement que le Sud ou l'Ouest du pays. Cette proportion d'un Allemand sur quatre vivant dans les provinces prussiennes de l'Est se maintient néanmoins, dans une sorte d'apogée, jusqu'à la fondation du Reich en 1871.

34Quarante ans plus tard, en 1910, l'essoufflement ou le retard de la croissance industrielle, les difficultés de l'agriculture et les transformations des échanges économiques infléchissent la vie des populations de l'Est : elles ne regroupent plus qu'un cinquième de la population totale. Sur 48 grandes villes que compte le Reich, 4 sont situées dans les provinces orientales de la Prusse (Breslau, Königsberg, Posnan et Dantzig), 9 sont en Allemagne centrale et le reste, soit 35 villes de plus de 100 000 habitants, s'est développé dans la partie occidentale du pays. Une telle redistribution des pôles de peuplement et d'activité économique constitue un tournant décisif pour l'histoire allemande : sous l'effet d'une industrialisation qui, à la longue, profite surtout au Centre (Saxe et Berlin) et au Nord-Ouest (Bassin de Rhénanie et de Westphalie), le poids relatif des régions en contact avec le monde slave s'affaiblit, et ce pour la première fois après des siècles d'expansion vers l'Est. Dans ces régions orientales, facteurs économiques et démographiques se conjuguent également : les mouvements migratoires vers d'autres contrées s'amplifient, et bientôt la croissance naturelle, naguère si forte, se ralentit. À la veille de la Première Guerre mondiale, l'évolution démographique est, dans certaines régions de l'Est, à l'image des structures agraires, politiques et sociales de ces contrées : elle est figée.

35Pour conclure ces quelques réflexions d'ordre démographique inspirées par le tournant que constitue la fondation du Reich, qu'il soit permis de citer Alfred Sauvy. Cela devrait excuser tel ou tel développement, intempestif en apparence, et inciter à cultiver une perspective qui trouve si bien sa place dans l'analyse historique et dans les sciences sociales.

  • 18 Alfred Sauvy, Théorie générale de la population, vol. 2, « La vie des populations », Paris, PUF, 19 (...)

« Si la lenteur des phénomènes démographiques les voue trop souvent à l'oubli, en revanche leur connaissance permet de juger en profondeur et d'expliquer plus d'un mystère de la vie de populations »18.

ANNEXES TABLEAUX ET GRAPHIQUES

Tableau n°1 La révolution démographique en France et en Allemagne

Tableau n°1 La révolution démographique en France et en Allemagne

*=phase de transition

Source : Michel Hubert d’après Adolphe Landry , La révolution démographique, op. cit. , p. 13-19 et Wolfgang Kollmann, Raum und Bevölkerung in der Weltgeschichte, Bevölkerungsploetz, vol. 4. « Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester », 3e éd., Würeburg. Ploetz, 1965, p.27.

Tableau n°2 La population des provinces du Nord-Est et son importance par rapport à la population totale de l’Allemagne* (1815-1910)

Tableau n°2 La population des provinces du Nord-Est et son importance par rapport à la population totale de l’Allemagne* (1815-1910)

*Allemagne envisagée dans ses frontières de 1871

Source : Michel Huber d’après Wolfgang Köllmann, Bevölkerungspoetz, op. cit., p.18 et suiv.

Annexe-Tableau Evolution de la population totale en France et en Allemagne, de 1870 à 1914

Annexe-Tableau Evolution de la population totale en France et en Allemagne, de 1870 à 1914

Source : Michel Hubert, d’après Statistik des Deutschen Reichs (StDR), vol. 240 ; Wolfgang Köllmann, Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit, Bevölkerungsploetz, vol. 4 ; André Armengaud, La population française au XIXe siècle, QSJ, PUF.

Graphique 1 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1816-1870

Graphique 1 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1816-1870

Source : Michel Hubert, d’après Wolfram Fischer, Jochen Krengel, Jutta Wietog, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch I, Materialien zur Statistik des Deutschen Bundes 1815-1870, München, Beck, 1982, p. 26-28.

Graphique 2 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1871-1914

Graphique 2 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1871-1914

Source : Michel Hubert, d’après Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Mainz, Kohlhammer, 1972, p. 101-103.

Graphique 3 : L’émigration allemande 1816-1871

Graphique 3 : L’émigration allemande 1816-1871

Source : Michel Hubert, d’après Peter Merschalck, Deutsche Überseewanderung…, Stuttgart, Klett, 1973, p. 35-36.

Graphique 4 : L’émigration allemande 1871-1914

Graphique 4 : L’émigration allemande 1871-1914

Source : Michel Hubert, d’après Peter Marschalck, Deutsche Überseewanderung… Stuttgart, Klett, 1973, p. 36-37.

Bibliographie

Armengaud (André), La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, 1977,128 p.

Aubin (Hermann), Zorn (Wolfgang) (éds.), Handbuch der Deutschen Wirtschafts- und Sozialgeschichte, vol. 2, Stuttgart, Klett, 1976, 998 p.

Bade (Klaus) (éd.), Deutsche im Ausland, Fremde in Deutschland, München, Beck, 1992, 542 p.

Bade (Klaus), Vom Auswanderungsland zum Einwanderungsland ? Deutschland 1880‑1980, Berlin, Kolloquium Verlag, 1983, 133 p.

Bertaux (Pierre), La vie quotidienne en Allemagne au temps de Guillaume II, Paris, Hachette, 1962.

Fine (Agnès), Sangoï (Jean-Claude), La population française au xixe siècle, Paris, PUF, 1991, 128 p.

Fischer (Wolfram), Krengel (Jochen), Wietog (Jutta), Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, Vol. I, Materialien zur Statistik des Deutschen Bundes 1815‑1870, München, Beck, 1982, 254 p.

Henning (Friedrich-Wilhelm), Die Industrialisierung in Deutschland 1800 bis 1914, Paderborn, Schöning, 1973, 304 p.

Hentschel (Volker), Wirtschaft und Wirtschaftspolitik im wilhelminischen Deutschland, Stuttgart, Klett, 1978, 303 p.

Hubert (Michel), L'Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, Presses de Sciences-Po, 1995.

Köllmann (Wolfgang), Bevölkerung in der industriellen Revolution, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1974, 285 p.

Marschalck (Peter), Bevölkerungsgeschichte Deutschlands im 19. und 20. Jahrhundert, Frankfurt a/M, Suhrkamp, 1984, 203 p.

Piétri (Nicole), Évolution économique de l'Allemagne du milieu du xixe siècle à 1914, Paris, SEDES, 1982, 565 p.

Reinhard (Marcel), Armengaud (André), Dupâquier (Jacques), Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montchrestien, 1968, 708 p.

Sauvy (Alfred), La population, Paris, PUF, 1966, 128 p.

Notes

1 Edmond Vermeil, L'Allemagne, Paris, Gallimard, 1945, p. 218.

2 Adolphe Landry, La Révolution démographique, Paris, Sirey, 1934, p. 44-55.

3 Jean-Claude Chesnais, La transition démographique, Paris, Cahier n' 113 INED/PUF, 1986, chapitres XI et XII.

4 Alfred Sauvy, La prévention des naissances, Paris, PUF, 1967, p. 13.

5 Wolfgang Köllman, "Bevölkerungsentwicklung und moderne Welt", p. 27, dans Bevölkerung in der industriellen Revolution, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1974, 285 p.

6 Wolfram Fischer, Jochen Krengel et Jutta Wietog, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch, Vol. 1, Materialien zur Statistik des Deutschen Bundes 1815‑1870, München, Beck, 1982, p. 26‑27.

7 André Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, 1977, p. 7 et 36.

8 André Armengaud, Op. cit., p. 53.

9 C'est ce que Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupâquier (Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montchrestien, 1968, p. 321) appellent le « deuxième temps de la révolution démographique » dont ils situent, pour l'ensemble de l'Europe, le début autour de 1870.

10 Il demeure que, par delà les différences de chronologie, les facteurs du changement sont les mêmes, quels que soient les époques et les pays. Entre la France de Louis XVI qui faisait dire à Moheau : « (les) funestes secrets ont pénétré partout ; on trompe la nature jusque dans les villages » et la fécondité des femmes maghrébines ou turques qui doucement s'aligne sur celle du pays d'accueil dans nos sociétés post-industrielles, trois concepts peuvent permettre de résumer le phénomène, tout en englobant chacun la multiplicité des causes selon les périodes historiques. Il s'agit des concepts de « modernisation, industrialisation, urbanisation » (Charlotte Höhn, Johannes Otto, « Bericht über die demographische Lage in der BRD », Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 4/1985, p. 466). Parmi les innombrables variantes de ces facteurs, l'on trouve bien évidemment la sécularisation ou laïcisation de la société, les progrès de l'individualisme, de l'émancipation et de l'égalitarisme, la mobilité géographique et sociale, le salariat pour l'homme, puis pour la femme, la diffusion de la culture et de la formation, la signification nouvelle de l'enfant pour les parents et, cela va de soi, la diffusion des méthodes permettant le contrôle des naissances, qu'il s'agisse des méthodes traditionnelles ou de celles liées aux découvertes médicales.

11 Cf. Michael Just « Transitland Kaiserreich : ost‑und südosteuropäische Massenauswanderung über deutsche Häfen », p. 295‑302, dans Klaus Bade, (éd.), Deutsche im Ausland, Fremde in Deutschland, München, Beck, 1992, 542 p.

12 C'est le titre de l'ouvrage de Klaus Bade, Vom Auswanderungsland zum Einwanderungsland ? Deutschland 1880‑1980, Berlin, Kolloquium Verlag, 1983, 133 p.

13 Pierre Bertaux, La vie quotidienne en Allemagne au temps de Guillaume II, Paris, Hachette, 1962, p. 13.

14 Philippe Aries, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 214.

15 Cf., par exemple, Friedrich-Wilhelm Henning, Die Industrialisierung in Deutschland 1800 bis 1914, Paderbom, Schöning, 1973, 304 p. ou Nicole Piétri, Evolution économique de l'Allemagne du milieu du XIXe siècle à 1914, Paris, SEDES, 1982, 565 p.

16 Wolfgang Köllmann désigne même ce phénomène comme « le plus grand mouvement de masses de l'histoire allemande » (« Bevölkerungsgeschichte » dans Hermann Aubin, Wolfgang Zorn, Handbuch der Deutschen Wirtschafts- und Sozialgeschichte, vol. 2, Stuttgart, Klett, 1976, p. 20).

17 C'est la conclusion à laquelle parvient Volker Hentschel, Wirtschaft und Wirtschaftspolitik im wilhelminischen Deutschland, Stuttgart, Klett, 1978, p. 28, le terme de « territoire natal » signifiant, pour la Prusse, la même province et, pour le reste de l'Allemagne, l'état d'origine.

18 Alfred Sauvy, Théorie générale de la population, vol. 2, « La vie des populations », Paris, PUF, 1966, p. 1.

Table des illustrations

Titre Tableau n°1 La révolution démographique en France et en Allemagne
Légende *=phase de transition
Crédits Source : Michel Hubert d’après Adolphe Landry , La révolution démographique, op. cit. , p. 13-19 et Wolfgang Kollmann, Raum und Bevölkerung in der Weltgeschichte, Bevölkerungsploetz, vol. 4. « Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester », 3e éd., Würeburg. Ploetz, 1965, p.27.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-1.jpg
Fichier image/, 20k
Titre Tableau n°2 La population des provinces du Nord-Est et son importance par rapport à la population totale de l’Allemagne* (1815-1910)
Légende *Allemagne envisagée dans ses frontières de 1871
Crédits Source : Michel Huber d’après Wolfgang Köllmann, Bevölkerungspoetz, op. cit., p.18 et suiv.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-2.jpg
Fichier image/, 40k
Titre Annexe-Tableau Evolution de la population totale en France et en Allemagne, de 1870 à 1914
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Statistik des Deutschen Reichs (StDR), vol. 240 ; Wolfgang Köllmann, Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit, Bevölkerungsploetz, vol. 4 ; André Armengaud, La population française au XIXe siècle, QSJ, PUF.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-3.jpg
Fichier image/, 16k
Titre Graphique 1 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1816-1870
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Wolfram Fischer, Jochen Krengel, Jutta Wietog, Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch I, Materialien zur Statistik des Deutschen Bundes 1815-1870, München, Beck, 1982, p. 26-28.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-4.jpg
Fichier image/, 28k
Titre Graphique 2 : Natalité, mortalité et excédent naturel en Allemagne 1871-1914
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Mainz, Kohlhammer, 1972, p. 101-103.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-5.jpg
Fichier image/, 24k
Titre Graphique 3 : L’émigration allemande 1816-1871
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Peter Merschalck, Deutsche Überseewanderung…, Stuttgart, Klett, 1973, p. 35-36.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-6.jpg
Fichier image/, 16k
Titre Graphique 4 : L’émigration allemande 1871-1914
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Peter Marschalck, Deutsche Überseewanderung… Stuttgart, Klett, 1973, p. 36-37.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2635/img-7.jpg
Fichier image/, 13k

Auteur

Professeur à l'Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540