Version classiqueVersion mobile

La naissance du Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

La Bavière et l'empire

Bernard Poloni

Texte intégral

1Lorsque le parlement bavarois adopte le 21 janvier 1871, c'est-à-dire trois semaines après leur entrée en vigueur théorique, les traités signés à Versailles deux mois plus tôt entre la Confédération du nord et l'État de Bavière, et qui sanctionnent la naissance du nouvel État allemand tout à la fois dans son extension territoriale et dans sa forme impériale, le député Jörg, membre du parti des Patriotes, note en exergue au résultat du scrutin :

  • 1 Leonhard Lenk, “Bayern und Deutschland ‑ Der eigenwillige Freistaat ?”, dans Rainer A. Roth, Freist (...)

Die Ruine des bayerischen Staates wird abbröckeln und einsinken von einem Landtage zum andern und in einigen Jahren wird sich auch das bayerische Volk an den Gedanken gewöhnt haben, daß man kein Königreich zu erhalten braucht, wenn man ein Kaiserreich über sich hat1.

2Dans la mesure où cette réaction est à l'évidence nourrie d'une forte conscience de la grandeur de la Bavière, donc du bien-fondé sinon de la nécessité de son autonomie, dans la mesure également où elle traduit l'amer et sombre regret de voir cette autonomie non seulement abolie, mais en fait abandonnée par les gouvernants eux-mêmes, elle invite à se demander comment et pourquoi on en est arrivé à ce renoncement : par reniement félon et trahison consciente, par méconnaissance des enjeux historiques et de la portée future des traités signés ou bien, tout au contraire, par perception de leur caractère inévitable, par acceptation claivoyante d'un sort inéluctable ?

3Pour apporter réponse à cette question, nous nous attacherons à éclairer l'évolution historique qui conduit de l'indépendance sous tutelle de la Bavière en 1806 à son intégration dans l'empire en 1871 en quatre époques.

1. Première époque : la Bavière et la Confédération du Rhin

4En juillet 1806, c'est-à-dire six mois après avoir retrouvé son rang de royaume et un mois avant la dissolution de l'empire, la Bavière fonde avec quinze autres États d'Allemagne occidentale et méridionale la Confédération du Rhin, placée sous protectorat français, contrevenant ainsi aux règles de droit qui régissaient l'empire. Sept ans plus tard, en octobre 1813, elle quittera cette même confédération suffisamment tôt pour pouvoir sauvegarder son indépendance.

5Cette double décision n'a cessé de donner lieu à critiques et commentaires acerbes, n'a cessé de nourrir le reproche adressé à la Bavière d'avoir alors poursuivi ses intérêts propres sans guère se préoccuper des intérêts communs d'une Allemagne dont l'existence relève à cette époque plus du postulat que des faits. Le reproche ne serait justifié, venant en particulier de l'historiographie prussienne, que s'il n'était opposable qu'à la seule Bavière. Or celle-ci ne fait, et dans une moindre mesure, rien d'autre que ce que les deux grandes puissances allemandes du moment ont fait avant elle en sacrifiant ouvertement à leur particularisme. Ainsi la Prusse, qui signe en 1795 la paix séparée de Bâle, renonçant à ses possessions situées sur la rive gauche du Rhin et donnant son accord, dans une clause additive secrète, à une future annexion de la totalité de cette même rive gauche par la France en contrepartie de dédommagements territoriaux sur la rive droite du fleuve, donc nécessairement au détriment des petits États allemands ; elle se voit de la sorte installée en situation de puissance dominante d'une Allemagne du nord neutralisée et délimitée des terres sises plus au sud par une ligne de démarcation. Cette décision est jugée sans aménité par Veit Valentin dans son histoire de l'Allemagne :

  • 2 Veit Valentin, Deutsche Geschichte, vol. 1, Munich/Zurich, 1960, p. 331.

Preußen glaubte durch den Abschluß in Basel seine Territorialinteressen am besten zu wahren, es handelte als führende norddeutsche Macht, der spätere Norddeutsche Bund kündigte sich hier schon an. Preußens Verhalten zeigte, daß antirevolutionäre und reichspatriotische Motive nichts bedeuteten im Vergleich zu seinem Staatsegoismus2.

6Ainsi également l'Autriche, si l'on considère la double échéance de 1804 et 1806. En 1804, François II, empereur d'Allemagne, prend également le titre d'empereur d'Autriche sous le nom de François ler, ce qui inspire à Istvan Bibo cette remarque acerbe :

  • 3 Istvan Bibo, Die deutsche Hysterie – Ursachen und Geschichte, Francfort-sur-le-Main/Leipzig, 1991, (...)

Erst durch die beispiellos unglückliche historische Tat Franz' II., die Annahme der österreichischen Kaiserwürde 1804, nimmt die Entwicklung eine verhängnisvolle Wende [...]. Denn die Annahme der österreichischen Kaiserwürde bedeutete eine Revolte des römisch-deutschen Kaisers gegen sich selbst [...]. Weitreichende Folge und logische Konsequenz der Annahme der österreichischen Kaiserwürde war aber die zwei Jahre später erfolgte Niederlegung der römisch-deutschen Kaiserkrone. Das heißt mit anderen Worten, das Oberhaupt des Hauses Habsburg glitt einfach aus der Position des römisch-deutschen Kaisers, noch immer das Symbol der deutschen Einheit, auf den Rang eines deutschen Territorialfürsten ab. Während in der Beseitigung oder wenigstens in der Zurückdrängung des territorialen Fürstentums sowohl für den römisch-deutschen Kaiser als auch für die deutsche Nation enorme Möglichkeiten gesteckt hätten, wurde der österreichische einer von vielen Territorialfürsten, gleichen Schlags und gemeinsamer Interessen, angefangen vom preußischen König bis hin zum Landgrafen von Hessen-Homburg. Hierdurch wurde eine Entwicklung eingeleitet, an deren Ende der Niedergang des Hauses Habsburg stand3.

7Puis, le 6 août 1806, sous la pression politique et militaire, ce même François II renonce à la couronne imperiale allemande et en outre, au mépris des traités en vigueur, décide la dissolution de l'empire.

8Comment concevoir que, face à deux grandes puissances allemandes momentanément affaiblies, et dont toute la politique a consisté à défendre strictement leurs intérêts propres, fût-ce au détriment d'une hypothétique Allemagne et surtout d'États voisins plus petits et plus faibles, la Bavière n'ait pas décidé de veiller en priorité à sa propre sauvegarde et à ses propres intérêts ? En ce sens, nous souscrivons pour notre part pleinement au jugement suivant de Max Spindler :

  • 4 Max Spindler, Erbe und Verpflichtung, Munich, 1966, p. 194.

Man hat allzulange die bayerische Rheinbundpolitik mit den Maßstäben des späten 19. Jahrhunderts gemessen, erbarmungslos verurteilt und gerichtet, und noch in der Gegenwart wird sie bisweilen hämisch glossiert. Wir verstehen sie heute als eine Auswirkung der damaligen europäischen Lage im allgemeinen und der des deutschen Reiches im besonderen, als Folge der Unterlassungssünden der beiden deutschen Großmächte und ihrer die deutschen Verhältnisse zersetzenden Politik und als Ergebnis territorialer Selbsthilfe. Nicht von da hat die Reichskatastrophe ihren Ausgang genommen, nicht vom bayerisch-französischen Vertrag von 1805, sondern vom Frieden von Basel, zehn Jahre früher, wie erst jüngst wieder festgestellt wird4.

9Il convient en outre de souligner que cette préoccupation n'est nullement placée sous le signe de l'égoïsme. Elle s'inscrit dans le projet d'une réorganisation confédérale de l'Allemagne qui conserve à ses composantes, ou tout du moins aux plus importantes d'entre elles, une large autonomie. Comme l'écrit Max Spindler :

  • 5 Max Spindler, op. cit., p. 195.

Der Leitgedanke der bayerischen Politik in diesen bewegten Jahren des frühen 19. Jahrhunderts war die Konstituierung und Behauptung der vollen Staatssouveränität. ‘Ein einiges, kein einheitliches Deutschland’, so und ähnlich, knapp und schlagartig, umschrieb König Ludwig I. das Ziel der deutschen Politik Bayerns im Deutschen Bund der folgenden Zeit5.

10Et très vite, face au dualisme persistant qui oppose, d'abord de manière larvée, à l'arrière-plan d'une entente de circonstance, puis de manière ouverte et conflictuelle la Prusse à l'Autriche, la Bavière va s'efforcer de réunir autour d'elle une troisième Allemagne, de réactiver et de faire enfin aboutir l'idée déjà ancienne de la “Trias”.

2. Deuxième époque : l'échec de 1848-49 et ses suites

  • 6 Notons qu'elle anime déjà le projet d'une union douanière sud-allemande présenté par la Bavière en (...)

11Cette conception d'un regroupement d'États du sud6 va animer en particulier le projet de constitution établi par la Bavière en avril-mai 1848, les “Grundzüge zu einer Nationalen Deutschen Bundesverfassung”. Il restera certes sans grande conséquence pratique, mais il n'en demeure pas moins révélateur dans l'esprit ; il envisage en effet une confédération dont le pouvoir central serait confié à un directoire tripartite regroupant l'Allemagne du nord, l'Autriche et l'Allemagne du sud et qui ne se verrait confier de prérogatives qu'en matière de législation sur le commerce, les transports, la monnaie et les poids et mesures d'une part, l'habilitation à déclarer la guerre et à signer la paix de l'autre – c'est-à-dire des domaines dans lesquels les frontières régionales avaient déjà cédé dans le cadre du Zollverein et de la Confédération Germanique.

  • 7 “im monarchischen und bayerischen Sinne” est l'expression utilisée par le ministre des affaires étr (...)

12La même conception nourrit la méfiance avec laquelle la Bavière réagit en août 1848 au projet prussien d'unité nationale, faisant par l'intermédiaire de son représentant von Closen des réserves expresses au nom de la monarchie et de la Bavière77 ; considérant que la Prusse est le seul Etat allemand que ses intérêts propres portent à faire mettre en pratique la conception de l'unité nationale défendue par l'assemblée de Francfort, la Bavière en déduit qu'il convient pour elle de sauvegarder son autonomie en s'appuyant sur l'Autriche.

  • 8 Le parlement décidant à l'inverse de transmettre au roi Maximilien II une adresse lui demandant d'a (...)

13Cette conception nourrira enfin les objections opposées le 23 avril 1849 par le gouvernement bavarois au projet de constitution impériale, après que Frédéric-Guillaume IV ait fait savoir que si lui même l'acceptait, ce ne serait qu'avec l'accord préalable des gouvernements des différents Etats8.8

14Le débat va gagner en acuité en 1849-50. L'échec du parlement de Francfort voit tout d'abord une reprise des efforts d'unification, conduits cette fois par les princes et leurs gouvernements. C'est ainsi que le général von Radowitz, conseiller de Frédéric-Guillaume IV, élabore le projet d'un empire allemand (Deutsches Reich) qui regrouperait les États allemands hors l'Autriche et serait dirigé par un collège princier présidé à titre héréditaire par le roi de Prusse. Cet empire constituerait ensuite avec l'Autriche une confédération élargie, appelée weiterer Bund, composée de deux entités qui garderaient des droits individuels et une évolution propre en matière de politique intérieure, mais ne feraient qu'un dans les relations avec l'étranger.

15Ce projet fut, il va de soi, immédiatement rejeté par l'Autriche, tandis que les autres princes allemands se réunirent à Berlin pour en débattre entre le 17 et le 26 mai 1849. Le résultat de ces Berliner Konferenzen fut la constitution d'une alliance tripartite, le Dreikönigsbündnis, entre la Prusse, la Saxe et le Hanovre, bientôt rejoints par la plupart des États d'Allemagne du nord et centrale.

16Le refus de la Bavière de s'associer à ce projet, signifié par le premier ministre von der Pfordten dans une note diplomatique du 8 septembre 1849 et confirmé par les deux chambres législatives début novembre de la même année, va le faire finalement capoter, d'autant que le Wurtemberg s'était associé fin septembre à la position bavaroise.

17La poursuite des tensions entre la Prusse et l'Autriche, leur intensification même conduit ensuite à un projet de rapprochement entre le Hanovre, la Saxe, le Wurtemberg et la Bavière, dont le légat à Vienne, le comte Lerchenfeld, précise dans une note du 6 novembre :

  • 9 Hermann-Joseph Busley, Bayern und die deutsche Einigung 1870-71, Munich, 1971, p. 52.

Bayern würde unter der gegebenen Sachlage von selbst an die Spitze dieses faktischen Bündnisses zu treten haben, und auf solche Weise sich eine neue Gruppe in Deutschland bilden, mächtig genug, um mit Nachdruck auftreten zu können, und dasjenige zu erreichen, was im Interesse der Gesamtheit und der eigenen Glieder liegt9.

18Ce projet se concrétise le 27 février 1850 avec l'adoption de la Münchner Übereinkunft, accord signé entre les royaumes de Bavière, de Saxe et de Wurtemberg et qui pose les bases d'une future constitution appelée à remplacer celle alors en vigueur au sein de la Confédération Germanique tout en évitant que n'intervienne la scission qui menace. Conforme aux exigences formulées par von der Pfordten début décembre 1849 et approuvées par le roi, le texte prévoit que la nouvelle confédération rassemble tous les États allemands y compris l'Autriche dans son ensemble ; qu'elle soit dirigée par un directoire de sept membres : l'Autriche, la Prusse, la Bavière, la Saxe, le Hanovre, le Wurtemberg et les deux Hesse ; qu'elle comporte enfin un parlement de 300 députés (100 représentant l'Autriche, 100 la Prusse et 100 les autres États) élus au suffrage indirect par les parlements des États membres.

19Tandis que le Hanovre fait attendre sa réponse, l'Autriche souscrit au projet en dépit de réticences sur la conception des nouvelles institutions et adhère le 13 mars 1850 à l'accord de Munich.

20Cette opposition entre projet et contre-projet, l'antagonisme austro-prussien qui la sous-tend atteignent leur paroxysme avec la crise constitutionnelle de Hesse durant l'été et l'automne 1850. Mais dans l'instant où von der Pfordten et, avec lui, le gouvernement bavarois croient l'occasion venue de mettre un terme à l'hégémonie prussienne avec l'aide de l'Autriche, la Prusse cède – momentanément du moins – et accepte par la Olmützer Punktation du 29 novembre le retour pur et simple aux institutions traditionnelles de la Confédération Germanique, l'intervention en Hesse et s'engage à désarmer. En contrepartie, l'Autriche accepte l'ouverture de négociations sur l'avenir de la question allemande à Dresde. Ces entretiens, qui se tiennent entre le 23 décembre 1850 et le 15 mai 1851, échouent, ne pouvant surmonter le dualisme austro-prussien, et l'on en revient pratiquement au statu quo ante – maintien théorique des institutions existantes, antagonisme exacerbé entre la Prusse et l'Autriche.

21Ce dernier atteint finalement son point culminant avec le conflit qui éclate au sujet du Schleswig-Holstein.

3. Troisième époque : la crise de 1866

22Il convient tout d'abord de noter que, dans l'entretemps, le rapport de forces a changé, tout de même que les rapports diplomatiques. Déçu par l'expérience des années cinquante, von der Pfordten souligne que les États du sud, loin d'apporter à nouveau leur soutien spontané à l'Autriche, devraient attendre qu'elle fasse appel à eux

  • 10 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 81.

als reuiger Sünder [...], dann wollen wir unsere Bedingungen stellen, damit wir nur für das volle Recht kämpfen, und gegen jedes neue Olmütz oder Gastein gesichert werden, soweit dies möglich ist gegenüber einer Regierung, die den Wortbruch zum System erhoben hat10.

23Ce renversement d'opinion ajouté à une analyse de la situation internationale qui fait apparaître l'Italie et la Russie comme alliées de la Prusse, dans le même temps où un soutien actif de l'Angleterre et de la France à l'Autriche paraiît plus qu'incertain, conduit les États du sud à redouter un conflit ouvert dont ils n'ont guère de profit à attendre, mais au contraire bien des déboires à craindre. Ainsi von der Pfordten écrit-il entre autres, le 11 juin 1866, dans une réponse négative à un projet de réforme en dix points de la constitution soumis par Bismarck :

  • 11 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 85.

Als Deutscher bitte und beschwöre ich Sie, gehen Sie nochmal ernstlich mit Ihrer starken Seele zu Rate, ehe das entscheidende Wort gesprochen wird, dessen Folgen unabsehbar wird11.

24Il voit parfaitement se dessiner les contours d'un conflit armé intra-allemand, dans lequel la position de la Bavière serait claire. Dans l'immédiat elle s'opposera à l'hégémonie de la Prusse, donc à l'exclusion programmée de l'Autriche hors d'un État allemand redéfini, non par amitié particulière avec le voisin oriental, mais par volonté de défendre ses propres intérêts face à la boulimie prussienne. À terme :

  • 12 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 85‑86.

Mag es sich jetzt um friedliche Reform des Bundes oder nach dessen Auflösung um eine völlige Neugestaltung handeln, so sage ich : Mit beiden Großmächten ein Parlament, sei es auch auf breitester Grundlage, mit einer allein weder Parlament noch überhaupt einen staatsrechtlichen Bund, weder mit Preußen noch mit Österreich12.

25Mais la diplomatie est arrivée au bout de ses moyens, dans la mesure où elle n'est que l'instrument d'une volonté politique. La solution qu'elle n'a pu trouver, sera apportée par ce prolongement d'elle-même qu'est la guerre, pour reprendre la définition de Clausewitz. Le sort des armes et l'habileté politique tournant en faveur de la Prusse, la Bavière et les États du sud se retrouvent dans une situation nouvelle. D'autant que l'Autriche, mise à mal militairement, engage à Nikolsburg des négociations préliminaires sans se préoccuper des intérêts des États sud-allemands dont les troupes ont combattu à ses côtés. Cet acte inamical tout à la fois distend les relations avec l'Autriche et favorise les plans prussiens de Bismarck qui va pouvoir négocier séparément avec les émissaires des États du sud, et en particulier de l'État bavarois.

26Le 28 juillet, soit deux jours après qu'ait été conclu l'accord préliminaire de paix entre la Prusse et l'Autriche, est signé le traité d'armistice avec la Bavière.

27Il trouve son prolongement dans les négociations de paix conduites à Berlin du 9 mars au 22 août. La Bavière s'y trouve isolée, séparée des autres États du sud avec lesquels Bismarck mène des négociations indépendantes, non soutenue par la Russie, à la différence du Wurtemberg et de la HesseDarmstadt, et abandonnée par l'Autriche. Aussi se voit‑elle confrontée à des exigences fortes car, comme Bismarck l'expose à von der Pfordten :

  • 13 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 98.

Von Gerechtigkeit und Billigkeit könne nach einem Kriege nicht die Rede sein, da handle es sich um Macht und Interesse... Eine solche Auffassung könne man in Privatrechtsverhältnissen allerdings zynisch nennen, in der Politik sei das anders, da entscheide eben die Macht und das Interesse13.

28Et la Prusse exige, outre un dédommagement financier de 20 millions de Taler, toute une série de cessions territoriales.

29Mis en face de ces exigences sans guère pouvoir les neutraliser, mis surtout en présence, dans la question des cessions de territoire, de solutions alternatives dont l'une supposerait un échange à trois avec la Prusse et l'Autriche, il est intéressant de noter à quel point désormais les responsables bavarois, pris en tenaille, se méfient et se distancient de l'Autriche, au regard d'expériences historiques douloureuses. Von der Pfordten donne ainsi au roi de Bavière le conseil suivant dans l'un de ses rapports de l'été 1866 : quitte à renoncer à certains territoires, que ce soit plutôt une partie de la Franconie, remise alors à la Prusse, plutôt que de se dessaisir de terres traditionnelles situées à l'est de l'Inn au profit de l'Autriche

  • 14 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 98.

dessen Zustände den eigenen Untertanen Grauen einflößten, und in welche gutgesinnte Bayern hinauszustoßen, eine unverantwortliche Grausamkeit sein würde14.

30Finalement, au cours des négociations qui suivent, le premier ministre bavarois expose que les cessions territoriales demandées sont jugees inacceptables et nuiraient par conséquent à une collaboration future entre Prusse et Bavière en matière de politique nationale – et laisse donc entrevoir la perspective d'une telle collaboration. Les interventions de la France viennent interférer  – liées à des demandes de dédommagement sur la rive gauche du Rhin, en contrepartie de la neutralité observée durant le conflit – et la Prusse renonce pour l'essentiel à ses revendications territoriales, augmentant en revanche ses exigences financières et demandant que le traité de paix soit accompagné d'un traité d'alliance défensive, un Schutz- und Trutzbündnis.

31Ces deux textes seront signés le 22 août à Berlin et adoptés à la quasi unanimité – une voix contre – le 30 du même mois par le parlement bavarois.

32Notons à cet égard trois détails concordants.

33Tout d'abord le fait que, si le roi Louis ler se montre désagréablement surpris par les exigences prussiennes, il accepte les textes en leur état, essentiellement pour garder à l'Allemagne la rive gauche du Rhin :

  • 15 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 101.

Daß das linke Rheinufer teutsch bleibt, ist meinem teutschen Herzen die Hauptsache. Bündnis mit Preußen zur Erhaltung des linken Rheinufers gegen Frankreich, wenn es dieses oder auch nur einen Teil dessen sich aneignen wollte, finde ich sehr wünschenswert15.

34On voit s'affirmer ici une priorité des intérêts allemands au delà de tout particularisme lorsque menace un danger extérieur, ce qui se confirmera durant la guerre de 1870-71 et sera pour beaucoup dans la réalisation finale de l'unité sous la forme de l'empire.

35Ensuite le fait que, dans la seconde moitié du mois d'août 1866, von der Pfordten reçoit une lettre anonyme dans laquelle un ‘ami’ (‘ein Freund’) lui recommande d'accepter le relèvement des dédommagements financiers et la signature d'un traité d'alliance défensive afin de sauvegarder l'intégrité territoriale de la Bavière ; l'historiographie tend à penser que cette lettre a été délibérément adressée à von der Pfordten par l'entourage de Bismarck afin de lui indiquer à quelle solution ce dernier inclinait.

36Enfin le fait que le parlement bavarois accompagne l'acceptation des traités passés avec la Prusse de l'adoption d'une résolution disant :

  • 16 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 105.

Der König wolle geruhen dahin zu wirken, daß durch einen engeren Anschluß an Preußen der Weg betreten werde, welcher zur Zeit allein dem angestrebten Ziele entgegenführen könne, Deutschland unter Mitwirkung eines frei gewählten und mit den erforderlichen Befugnissen ausgestatteten Parlaments zu einigen, die nationalen Interessen wirksam zu wahren und etwaigen Angriffen des Auslandes erfolgreich entgegenzutreten16.

37La voie est tracée, les choix fondamentaux sont faits de part et d'autre, seules les modalités restent à préciser, les négociations de détail à mener à bien. Elles le seront dans le cadre du conflit germano-français.

4. Quatrième période : la Bavière rejoint l'empire

38De 1866 à 1870, la Bavière va continuer à s'efforcer de sauvegarder son autonomie tout en passant accord avec les États de la Confédération du nord. Et alors que le nouveau premier ministre Chlodwig Fürst zu Hohenlohe-Schillingfürst, plus proche de la Prusse et tenant de la petite Allemagne, tend à favoriser un rapprochement rapide et plaide pour la mise au point d'une constitution commune des États allemands à l'exclusion de l'Autriche, il se heurte au refus appuyé du roi Louis II, qui reconnaît certes la nécessité d'une réunion des différents États sur une base constitutionnelle, mais insiste sur le fait que la Bavière doit dans ce cadre garantir ses droits de souveraineté propres ; sa position peut être résumée d'une phrase lapidaire, comme le fait Hermann‑Joseph Busley :

  • 17 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 16.

Bis zur Erreichung eines Verfassungsbündnisses aller deutschen Staaten muß sich Bayern so stark machen, daß es sich möglichst teuer verkaufen kann17.

39Pour parvenir à cette fin, le gouvernement bavarois envisage trois voies possibles, que Hohenlohe expose clairement dans le discours qu'il tient devant le parlement bavarois le 8 octobre 1866 : ou bien l'on crée deux États confédéraux, l'un de l'Allemagne du nord, l'autre de l'Allemagne du sud, dotés d'organes communs dans un nombre limité de domaines, à définir clairement ; ou bien l'on crée une confédération internationale – l'expression utilisée en allemand est internationaler Bund – réunissant tous les États allemands à l'image de la Confédération Germanique ; ou bien enfin on crée une confédération internationale réunissant les États du sud et la Confédération du nord. Son choix personnel se porte sans équivoque sur cette troisième option :

  • 18 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 115.

Wir wollen nicht den Eintritt Bayerns in den norddeutschen Bund ; wir wollen kein Verfassungsbündnis der süddeutschen Staaten unter der Führung Österreichs ; wir wollen keinen südwestdeutschen Bundesstaat, der für sich abgeschlossen wäre oder sich gar an eine nichtdeutsche Macht anlehne ; wir wollen ebenso wenig eine Großmachtpolitik und glauben nicht, daß Bayern in seiner Vermittlerrolle das Endziel seiner Politik sucht ... Was wir aber wollen, und was wir ferner anstreben werden, ist die nationale Verbindung der süddeutschen Staaten mit dem modernen norddeutschen Bunde und damit die Einigung des zur Zeit getrennten Deutschlands in der Form eines Staatenbundes18.

40L'avenir devait montrer l'impossibilité de mener à bien cette politique et conduire la Bavière à rejoindre nolens volens les rangs de l'empire.

41Il y a à cette évolution plusieurs facteurs d'explication.

42En tout premier lieu, elle tient à l'incapacité des États du sud à se constituer durablement en force commune – soit qu'ils voient spontanément leurs intérêts ailleurs, soit qu'ils se défient d'une Bavière à leurs yeux trop exigeante et trop puissante dans un tel contexte. On pourrait dire que la Bavière inspire à ses voisins la même méfiance qu'elle-même ressent vis-à-vis de la Prusse.

43Ainsi échoue en mai 1867 une tentative de rapprochement entre la Bavière et le Bade, ce qui, au delà des propositions et acceptations provisoires réciproques, ne fait qu'entretenir la méfiance mutuelle.

44De même échoue tout projet de réalisation d'une confédération des États d'Allemagne du sud qui aurait réuni la Bavière, le Wurtemberg, le Bade et, éventuellement, la Hesse. Une proposition présentée en ce sens en septembre 1866 par le Wurtemberg se heurte au refus du grand‑duché de Bade ainsi qu'au scepticisme bavarois. Le premier ministre von der Pfordten doute que l'opinion publique et le parlement soutiennent un tel projet ; il note en ce sens dans sa réponse du 22 septembre au premier ministre du Wurtemberg Freiherr von Varnbüler :

  • 19 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 125.

Die öffentliche Meinung in Süddeutschland und die Kammern sind zur Zeit wenigstens diesem Gedanken ebenfalls abgeneigt, weil sie in eher deutscher Art von dem Ideal eines großen Gesamtdeutschland unter der schwarz‑rot-goldenen Fahne nicht lassen wollen, obgleich ihnen die Verhandlungen in den preußischen Kammern und das Verbot der Tricolore in Gotha wohl zeigen könnten, daß der Norden nicht an ein großes Deutschland, sondern eben nur an ein großes Preußen denkt19.

45Une tentative de relance initiée par l'Autriche avec le soutien de la France en novembre 1867 et propagée par le baron Beust ne connaît pas plus de succès.

46Le projet est enfin relancé fin novembre, lorsque Hohenlohe transmet à Varnbüler une proposition de constitution pour une confédération appelée Vereinigte Süddeutsche Staaten et regroupant la Bavière, le Wurtemberg, le Bade ainsi que la Hesse-Darmstadt. Ce projet en quinze points comporte un descriptif des institutions communes et envisage également pour l'immédiat l'établissement de relations particulières – appelées de manière révélatrice ‘internationales Band’ – avec la Confédération du nord. Une fois encore la tentative échoue. Le Wurtemberg souligne les insuffisances institutionnelles, note la nécessité de mettre en place un exécutif commun et même un législatif sous la forme d'un parlement commun, donc de restreindre la souveraineté de chaque État membre. Le Bade, quant à lui, fait savoir que, sa politique visant pour l'essentiel au rapprochement avec la Confédération du nord, sa réponse au projet bavarois dépendra de la position prussienne – dans le même temps où Bismarck conseille au gouvernement badois de faire traîner les négociations en longueur afin de dénaturer le projet et de favoriser le passage immédiat à une confédération réunissant l'ensemble des Etats allemands – autrement dit à une extension de la Confédération du nord. Comme l'écrit Hermann-Joseph Busley :

  • 20 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 134.

Zwischen Preußen und Baden bestand zwischen den Jahren 1866 und 1870-71 ein besonders vertrauliches Verhältnis, das, teilweise durch die verwandtschaftlichen Beziehungen der beiden regierenden Häuser bedingt, es für die beiden süddeutschen Königreiche schwer machte, auf die Unterstützung süddeutscher Politik durch das Großherzogtum fest zu rechnen20.

47Enfin le cabinet bavarois lui-même rejette ce projet de Confédération de l'Allemage du sud le 26 février 1868 ; le ministre Lutz en particulier le refuse parce qu'il y voit une concession inadmissible aux pressions étrangères et recommande en contrepartie un accord contractuel avec la Confédération du nord, qui aurait l'avantage à ses yeux d'intégrer le royaume dans un ensemble national unifié.

48Ces échecs répétés, l'évolution intérieure de la Bavière, le rafraichissement de l'Entente Cordiale entre la France et l'Autriche devaient rapidement sonner le glas de toute tentative de confédération de l'Allemagne du sud.

49Le dernier acte pouvait commencer, qui allait conduire à la création de l'empire. Le point de départ en est le projet du gouvernement bavarois en date du 12 septembre 1870, accompagné d'une esquisse de constitution, et qui va servir de base aux conférences de Munich du 22 au 26 septembre, auxquelles Bismarck délègue son ministre Delbrück. Elles s'engagent sous le signe de l'incompatibilité : là où la Bavière propose une solution confédérale qui sauvegarde dans une large mesure les prérogatives et droits particuliers des différents États, Delbrück propose une structure centralisée avec une représentation nationale et un exécutif doté de pouvoirs étendus. Face à ces positions tranchées, le Bade se tient à l'écart des débats et le Wurtemberg balance, tiraillé entre la volonté de sauvegarder, avec la Bavière, les prérogatives des États du sud et, à l'opposé, le désagrément de voir cette dernière réclamer pour elle-même des droits particuliers jugés excessifs, ce qui le porte à contrer ces demandes en se rapprochant de la Prusse.

50Le dénouement interviendra sur le sol de la France, lors de négociations menées au quartier général des troupes allemandes à Versailles. Sans pouvoir entrer ici dans le détail de leur déroulement, notons en cependant quelques points et aspects importants.

51Que le roi Louis II, pour des raisons tant psychologiques que diplomatiques, ait toujours refusé de se rendre à Versailles a certes un côté anecdotique, mais a aussi contribué à affaiblir la position des négociateurs bavarois Graf Bray-Steinburg, von Pranckh et von Lutz alors que, par exemple, le souverain du Wurtemberg avait accepté une invitation similaire.

52D'autre part Bismarck utilise une tactique bien connue qui consiste à mener les négociations avec la Bavière indépendamment de celles qu'il conduit parallèlement avec les autres États du sud, évitant ainsi la constitution d'un front commun et entretenant la suspicion vis-à-vis d'une Bavière accusée de chercher à se faire accorder des droits et prérogatives particuliers excessifs. Comme l'écrit Ernst Deuerlein :

  • 21 Ernst Deuerlein, Die Gründung des Deutschen Reiches 1870-71 in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, 19 (...)

Die Isolierung der bayerischen Delegation wird offenkundig, als Staatsminister von Delbrück am 6. November die Vertreter Badens, Hessens und Württembergs zur ersten und einzigen gemeinsamen Beratung versammelt. Er betrachtet diese Zusammenkunft, wie der badische Ministerpräsident Jolly formuliert, als ein ‘weiteres Pressionsmittel’21.

53En outre, la délégation bavaroise est informée de l'agitation politique et populaire qui se fait jour en Bavière ; le parti progressiste, le Fortschrittspartei, prépare une série d'adresses à Louis II en faveur d'une intégration de la Bavière à un Etat allemand uni dont les institutions reposeraient sur celles de la Confédération du nord ; et à Munich la majorité parlementaire menace, dans le cas contraire, de refuser l'adoption des crédits destinés aux cérémonies de célébration de la victoire.

  • 22 Le Bade et la Hesse avaient signé un accord similaire le 16 novembre et l'adhésion du Wurtemberg al (...)

54Finalement, après un mois de négociations tendues, un compromis est trouvé ‑ qui n'est rien d'autre que la confirmation de l'évolution engagée de longue date. Le 23 novembre 1870, la Bavière accepte de rejoindre un État allemand commun dont la constitution reprendra pour l'essentiel les clauses de celle de la Confédération du nord22.

55Elle renonce à ses prétentions territoriales et se voit accorder des avantages particuliers, les Reservatrechte. Ils concernent la législation et l'administration en matière de chemins de fer, de postes et télégraphie ; la taxation de la bière et des spiritueux ; le commandement des troupes bavaroises en temps de paix et leur financement ; le fait que les ambassadeurs de l'empire seraient remplacés, en cas d'empêchement, par ceux de l'Etat bavarois et que ces derniers seraient systématiquement associés à toutes les questions de politique extérieure de l'empire ; et le fait que la Bavière aurait la présidence perpétuelle au sein d'une future commission des affaires étrangères du Bundesrat. Encore convient-il de ne pas exagérer la portée pratique de ces concessions, car, comme l'a écrit Hugo Graf Lerchenfeld :

  • 23 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 207‑208.

Es ist dies allerdings nur mit dem inneren Vorbehalt geschehen, von diesen Vertragsbestimmungen nur das zu halten, was Bismarck im Reichsinteresse unschädlich scheinen würde. So ist denn tatsächlich die Bestimmung, daß die bayerischen Gesandten regelmäßig die Reichsgesandten zu vertreten hätten, ein toter Buchstabe geblieben. Nur ein Fall ist bekannt, nämlich als 1871 der bayerische Gesandte beim Vatikan den preußischen Gesandten vertreten hat. Auch der Bundesratsausschuß für Auswärtige Angelegenheiten hat nicht die Bedeutung erlangt, die sein Schöpfer, Graf Bray, ihm zugedacht hatte. Er ist, solange Bismarck im Amte geblieben ist, nur zweimal zusammengetreten, hat auch später nur selten getagt, also ein Scheindasein geführt. Dennoch haben zu ihrer Zeit diese Konzessionen die Verständigung erleichtert23.

  • 24 C'est au titre de l' article 1 de ce protocole secret qu' une délégation bavaroise sera présente au (...)
  • 25 Il s'agissait là de la galerie de peinture édifiée à Düsseldorf par les Wittelsbach puis transférée (...)

56Le texte principal est accompagné d'un protocole final qui précise les droits spécifiques de la Bavière ; d'un accord secret entre la Prusse et la Bavière qui porte pour l'essentiel sur deux points : le fait que la Bavière sera représentée ès qualité lors de la signature de tout traité de paix impliquant le nouvel Etat allemand2424 ; et le fait que la Prusse renonce à toute prétention sur les œuvres d'art de la Düsseldorfer Galerie25.25 Est enfin signée une déclaration qui reconnaiît aux divers États membres le droit de conclure des accords et traités internationaux dans les domaines qui ne concement pas l'intérêt général – le texte dit que :

die einzelnen Staaten des Deutschen Bundes das Recht haben, Staatsverträge über Angelegenheiten zu schließen, welche nicht in den Kreis der Bundesangelegenheiten fallen."

57Ces accords passés entre la Confédération du nord et la Baviere, préalables à la naissance de l'empire, devaient initialement entrer en vigueur le ler janvier 1871. Mais ils donnèrent lieu à de vifs débats au sein du parlement munichois et n'y seront adoptés que le 21 janvier.

58Reste à envisager un point : celui de la nature du nouvel État allemand et du statut du chef de son exécutif, la Kaiserfrage.

59Une chose était claire : à la différence de 1848-49, la question ne devait pas être réglée cette fois par une proposition émanant du peuple ou des parlements, mais des princes eux-mêmes :

so daß dieselbe kein Ausdruck der Volkssouveränität werde, noch Act des durch suffrage universel gebildeten Empire, sondern ein bloßes auf Geschichte gestütztes Symbol der Selbständigkeit der deutschen Fürsten werde.

  • 26 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 179.

60pour reprendre les termes utilisés par Bismarck selon le comte de Berchem26.26 Et Bismarck en vient à la conviction que celui des princes qui se trouve le mieux placé pour proposer la couronne impériale – puisque empire il doit y avoir – au roi de Prusse est Louis II de Bavière, étant donné le poids et le rôle spécifique de l'État bavarois ; c'est ainsi qu'il lui écrit le 27 novembre 1870 :

  • 27 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 181.

[...] der deutsche Kaiser ist ihr Landsmann, der König von Preußen ihr Nachbar ; nur der deutsche Titel bekundet, daß die damit verbundenen Rechte aus freier Übertragung der deutschen Fürsten und Stämme hervorgehen27.

61Que Louis II ait finalement accepté et ait adressé le 30 novembre 1870 le Kaiserbrief au roi Guillaume de Prusse est souvent mis en rapport avec une compensation financière.

62Il y eut bien alimentation, non des caisses de l'État bavarois, mais de la liste civile de Louis II sous deux formes : un versement initial d'une part, et de l'autre, la prestation d'une rente annuelle de 300.000 marks-or, pour un montant qui atteignit au total 4 millions à la mort du roi.

63Encore la concomitance n'est-elle pas en soi une preuve suffisante de causalité. L'interprétation tendant à dire que, de la sorte, l'acceptation du roi Louis II aurait été achetée à l'aide du Welfenfonds s'appuie pour l'essentiel sur un document retrouvé en 1960 par Hans Philippi dans les archives du ministère fédéral des affaires étrangères. Il en ressort que le 19 novembre 1870 le légat de Prusse à Munich, Graf Werthern, a télégraphié à Bismarck l'information suivante :

  • 28 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 180.

Ganz geheim ! Der König von Bayern ist durch Bauten und Theater in große Geldverlegenheit geraten. Sechs Millionen Gulden würden ihm sehr angenehm sein, vorausgesetzt, daß die Minister es nicht erfahren. Für diese Summe würde er sich auch zur Kaiserproklamation und Reise nach Versailles entschließen. Zweck der Reise des Grafen Holnstein ist, mit Ew. Exzellenz hierüber zu sprechen, doch bitte ich gehorsamst, dem Grafen diese Mitteilung zu verschweigen28.

64Peut-on déduire de ce seul document une stricte relation de cause à effet entre versement de fonds à Louis II et Kaiserbrief du 30 novembre 1870 ? Rien n'est moins sûr. Et nous serions plutôt tenté, pour notre part, de suivre l'interprétation de Ernst Deuerlein lorsqu'il écrit :

  • 29 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 257-258.

Das Ergebnis der Ermittlungen Philippis läßt sich in folgende Feststellungen zusammenfassen : Vor dem Abgang des “Kaiserbriefes” vom 30. November 1870 sind keine Geldzahlungen an den bayerischen König oder dessen Hofkasse erfolgt. Der Beitritt Bayerns zum Reich ist nicht durch Geld erkauft oder bezahlt worden. Der bayerische Wunsch nach geldlicher Unterstützung ist erstmals im Frühjahr 1871, also nach der Konstituierung des Deutschen Reichs, geäußert worden, veranlaßt durch die bereits damals auftretenden Zahlungsschwierigkeiten der Hofkasse. Diesen hat Bismarck erfüllt [...]. Diese Zahlungen stellen kein Ruhmesblatt des Königreiches Bayern und des Hauses Wittelsbach dar. So gering sie sind – sie erwecken den peinlichen Eindruck, der König von Bayern sei in seinen Entscheidungen gegenüber der Reichsgewalt nicht frei gewesen [...]. Bismarck hat nicht bestochen, er hat einem Ersuchen entsprochen. Die Mißdeutungen aufgrund des zeitlichen Zusammenfallens der Abfassung des Kaiserbriefes und des Beginns der Überweisungen nach München hat er in Kauf genommen29.

65Au-delà de l'anecdote, cette question nous conduit à deux réflexions conclusives.

66La première est qu'il y a toujours quelque danger, sinon certitude, de déformation de l'histoire à vouloir expliquer ses tendances longues, ses temps forts, par l'anecdotique : l'« effet papillon » paraît ici bien dérisoire.

67La seconde concerne notre question initiale, le jugement de valeur que l'on peut porter sur le ralliement de la Bavière à l'empire : preuve de la faiblesse, de l'instabilité de la Bavière ? Signe d'un machiavélisme congénital et aveugle du chancelier de la Confédération du nord comme le suggère Treitschke dans une lettre du 30 novembre 1870 à Wehrenpfennig :

  • 30 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 227.

Über Bismarck haben Sie recht ; er wollte Bayern um jeden Preis und dachte nur an sich und seine geniale Kraft, nicht an die gewöhnlichen Menschen, welche dereinst mit diesen unbrauchbaren Institutionen regieren sollen30.

68Ni l'un, ni l'autre.

La Bavière n'a pas d'autre choix. Elle n'a ni la puissance économique, ni la puissance militaire necessaires pour demeurer, après 1866, un État indépendant hors de tout ensemble confédéral ou fédéral plus vaste ; elle aurait tôt ou tard été soit dépecée, soit absorbée, soit contrainte à rejoindre une Allemagne constituée sans elle, mais en se retrouvant alors en position de faiblesse marquée et sans guère pouvoir élever de prétention. Il est des situations dans lesquelles le patriotisme confine à l'aveuglement.

69La Bavière ne parvient pas non plus, nous l'avons vu, à regrouper autour d'elle une confédération des États du sud, seule solution alternative réaliste. Ceux‑ci sont trop divisés, trop méfiants les uns par rapport aux autres, trop préoccupés de leurs intérêts particuliers.

70Elle ne peut que rejoindre le nouvel État qui se constitue, en s'efforçant de sauvegarder, autant et aussi longtemps que faire se peut, ses intérêts et prérogatives propres – sans illusions excessives. Ainsi Bray-Steinburg écrit-il le 25 novembre 1870 à sa femme :

  • 31 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 224.

Dies ist der Anfang des neuen Deutschlands und, wenn unsere Entwürfe genehmigt werden, das Ende Altbayerns ! Es wäre nutzlos, sich darüber täuschen zu wollen31.

71Quant à l'autre partie contractante, c'est-à-dire la Prusse, puissance tutélaire de la Confédération du nord, ses choix sont aussi limités.

72Son chancelier, maître d'œuvre de l'unification allemande, perçoit bien que cette dernière ne peut se faire sans la Bavière. Sinon par respect, du moins par conscience de sa grandeur :

  • 32 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 221.

Heute abend [...] denke ich den Vertrag mit Bayern zu unterschreiben. Ich hoffe, der Reichstag ist klug genug, um einzusehen, daß nicht mehr erreichbar war, und daß er nicht verwirrt, was ich mühevoll zustande gebracht habe [...]. Man glaube ja nicht, daß die Bayern durch diesen Krieg mürbe und kleinmütig geworden sind. Im Gegenteil ! Sie haben sich tapfer geschlagen, haben im Vergleich zu 1866 ihr kriegerisches Selbstgefühl neu gewonnen und befestigt. Sie sind jetzt hartnäckig, weil sie sich stark fühlen32.

73Mais surtout parce qu'une Bavière abandonnée à elle‑même, proie toute désignée de convoitises étrangères, françaises à l'ouest, autrichiennes à l'est, constituerait un point de faiblesse redoutable pour l'empire. Une Allemagne sans la Bavière, telle que la réclame une partie de la presse prussienne en novembre 1870, serait une Allemagne affaiblie.

74En outre, Bismarck perçoit tout aussi bien que, si deux conflits armés ont servi à préparer l'unification qui est sur le point de se réaliser, il ne saurait être question de recourir une troisième fois aux armes pour contraindre cette fois la Bavière. D'abord, l'Allemagne est déjà en guerre. Ensuite, procéder de la sorte serait un aveu de faiblesse propre à retourner '.'opinion publique et à s'aliéner les autres Etats du sud, alors même que la Bavière apporte une généreuse contribution à la victoire militaire dans le conflit avec la France. Ce serait affaiblir l'Allemagne face à l'étranger ; comme l'écrit le ministre de Saxe, Richard Freiherr von Friesen :

  • 33 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 121.

"Wenn Deutschland jetzt wieder auseinanderfallen sollte, dann würde dem aufs tiefste verletzten Ehrgeize Frankreichs die Aussicht eröffnet werden, durch eine geschickte Wahl eines Kriegsfalles und eine bessere Vorbereitung zum Kriege vielleicht bald wieder in einem Kampfe mit einem Teile Deutschlands allein sich die heißersehnte Genugtuung zu verschaffen, wenn nicht inzwischen schon das Schlimmste eingetreten wäre und der innere Zwist, der dann unaufhaltsam ausbrechen würde, zu einem erneuten Bruderkrieg zwischen den deutschen Stämmen und dadurch zur gewaltsamen Herstellung der Vereinigung geführt hätte33.

75Et Bismarck lui‑même ne peut assurément que souscrire encore en 1870 à ce qu'il déclarait en 1865 :

  • 34 M. Doeberl, Bayern und Deutschland, Munich/Berlin, 1925,vol. 2, p. 2-3.

Unsere Verhältnisse weisen uns auf die Bundesgenossenschaft mit Bayern hin, aber nicht auf das exzentrische Streben, uns einen kräftigen, in sich zufriedenen und abgeschlossenen, geographisch und volkstümlich zur Selbständigkeit berufenen Staat mit Gewalt oder List zu assimilieren34.

76Seule la voie de la conciliation restait ouverte, fruit de la diplomatie, et ce n'est pas sans raison que, selon Moritz Busch, Bismarck déclare le 23 novembre, juste après la signature du traité avec la Bavière :

  • 35 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 222.

Nun wäre der bayrische Vertrag fertig und unterzeichnet. Die deutsche Einheit ist gemacht und der Kaiser auch35.

77Et partant de ce constat que le ralliement de la Bavière à la Prusse, fruit de la raison, de la perception et de la prise en compte de nécessités historiques plus fortes que le ‘romantisme’ des uns et le mépris des autres, ne justifie pas les critiques partisanes qui lui ont été, et lui sont encore parfois opposées, nous reprendrons sur le fond, pour conclure, ce jugement de M. Doeberl, sans nécessairement faire nôtre le pathos ni l'hyperbole dans l'expression :

  • 36 M. Doeberl, op.cit., p. 9-10.

Wie von Preußen, durfte man auch von Bayern keine Politik erwarten, die nicht seinem eigensten Wesen entsprach. Natur und Geschichte sind das eherne Gesetz, die Notwendigkeit, das Schicksal auch der Staaten. Die menschliche Natur neigt dazu, alles sie Begeisternde dadurch zu erhöhen, daß sie es von den Arbeitsbedingungen loslösen möchte. Und doch liegt gerade hierin der Hauptreiz, den Wendepunkten der Nationen bis ins innerste Herz zu sehen, wurzelt gerade hierin die weltgeschichtliche Größe des Lebenswerkes des größten deutschen Staatsmannes, der alle diese Schwierigkeiten überwand, in wenigen Wochen das schuf, wonach Generationen von Staatsmännern und Parlamenten vergebens gerungen. Die Ankläger Bayerns sind in Wirklichkeit die Verkleinerer Bismarcks36.

Notes

1 Leonhard Lenk, “Bayern und Deutschland ‑ Der eigenwillige Freistaat ?”, dans Rainer A. Roth, Freistaat Bayern – Die politische Wirklichkeit eines Landes der Bundesrepublik Deutschland, Munich 1978, p. 92.

2 Veit Valentin, Deutsche Geschichte, vol. 1, Munich/Zurich, 1960, p. 331.

3 Istvan Bibo, Die deutsche Hysterie – Ursachen und Geschichte, Francfort-sur-le-Main/Leipzig, 1991, p. 52‑53.

4 Max Spindler, Erbe und Verpflichtung, Munich, 1966, p. 194.

5 Max Spindler, op. cit., p. 195.

6 Notons qu'elle anime déjà le projet d'une union douanière sud-allemande présenté par la Bavière en 1795 – année du traité de Bâle – et resté lettre morte. Il ne connaîtra qu'une courte renaissance en 1828 par l'intermédiaire de l'accord signé avec le Wurtemberg.

7 “im monarchischen und bayerischen Sinne” est l'expression utilisée par le ministre des affaires étrangères Graf Bray-Steinburg dans une demande de confirmation des instructions destinées à von Closen qu'il adresse au roi Maximilien II le 31 août 1848.

8 Le parlement décidant à l'inverse de transmettre au roi Maximilien II une adresse lui demandant d'accepter le projet de constitution, il sera dissout le 10 juin de cette même année 1849.

9 Hermann-Joseph Busley, Bayern und die deutsche Einigung 1870-71, Munich, 1971, p. 52.

10 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 81.

11 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 85.

12 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 85‑86.

13 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 98.

14 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 98.

15 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 101.

16 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 105.

17 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 16.

18 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 115.

19 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 125.

20 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 134.

21 Ernst Deuerlein, Die Gründung des Deutschen Reiches 1870-71 in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, 1970, p. 201.

22 Le Bade et la Hesse avaient signé un accord similaire le 16 novembre et l'adhésion du Wurtemberg allait être confirmée peu après.

23 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 207‑208.

24 C'est au titre de l' article 1 de ce protocole secret qu' une délégation bavaroise sera présente aux negociations de paix de Brest‑Litowsk puis de Bucarest en 1918.

25 Il s'agissait là de la galerie de peinture édifiée à Düsseldorf par les Wittelsbach puis transférée à la Alte Pinakothek de Munich. Lors de la signature du traité de paix de 1866 la Bavière avait dû accepter que ces œuvres soient remises à la Prusse.

26 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 179.

27 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 181.

28 Hermann-Joseph Busley, op.cit., p. 180.

29 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 257-258.

30 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 227.

31 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 224.

32 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 221.

33 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 121.

34 M. Doeberl, Bayern und Deutschland, Munich/Berlin, 1925,vol. 2, p. 2-3.

35 Ernst Deuerlein, op.cit., p. 222.

36 M. Doeberl, op.cit., p. 9-10.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search