Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance du Reich

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gérard Schneilin

Avant-Propos

Gilbert Krebs et Gérard Schneilin

Texte intégral

1Ce volume est issu du colloque franco-allemand interdisciplinaire organisé en Sorbonne, les 12, 13 et 14 janvier 1995, autour du thème de « La naissance du Reich ». Il est d'abord le résultat direct de la question de civilisation inscrite au programme de l'agrégation 1995 : en ce sens, il atteste à nouveau de la fécondité et de la diversité d'un programme qui, par cette question, aura permis à la fois d'organiser devant un public nombreux et intéressé un débat fécond entre historiens et germanistes d'Allemagne et de France, et de montrer, si besoin en était, l'étroite imbrication entre l'enseignement de haut niveau et la recherche interdisciplinaire. Les contributions contenues dans cet ouvrage font non seulement le point de la recherche sur l'unité allemande –, elles tendent aussi à l'enrichir.

2La question de l’identité et de l'unité allemande paraît s'être close en 1990. Hans-Peter Schwarz écrivait à ce propos : « C'est la première fois, dans l'histoire récente de l'Allemagne, que toutes les couches de la société et toutes les parties du pays peuvent s'identifier tranquillement et sûrement avec l'état, l'histoire, le peuple et la constitution. Un pays a fini par se retrouver après avoir longtemps erré. » Dans les temps modernes de l'Allemagne, cette errance commence en 1806, quand Napoléon mit fin au Saint Empire romain germanique. La date marque aussi le début des tentatives d'unification au cours du xixe siècle et qui ont connu deux sommets. L'un est la révolution nationale et démocratique de 1848, qui n'a pas abouti. L'autre est la fondation du Reich en 1871, « par le fer et le sang », comme l'affirmait Bismarck, son créateur.

3Ce sont là les deux grands événements de la question du programme de cette année En raison de son ampleur, il a paru pertinent aux organisateurs du colloque de le concentrer sur la fondation du Reich, tout en ouvrant la problématique en aval et en amont. La conférence d'Otto Dann montre les liens étroits entre la révolution « d'en bas », celle de 48, et la « révolution d'en haut », celle qui va de 1864 à 1871, La contribution de Hagen Schulze montre J'évolution de cette dernière. Ainsi deux grands historiens allemands contemporains auront-ils fixé le terminus a quo et le terminus ad quem du processus.

4Mais, dans le cade indispensable d'une réflexion sur les notions et idéaux de peuple, de nation, d'état et d'empire, les intervenants du colloque ont éclairé des aspects essentiels de la problématique: les phénomènes politiques, socio-économiques et démographiques, la question constitutionnelle, celle de l'identité nationale et de ses limites, les positions en France, les réactions dans le Sud du pays et dans l'Empire habsbourgeois, enfin – last but not least – la personnalité de Bismarck. Les débats auront montré l'imbrication, l'interaction de ces éléments et perspectives.

5Ainsi, les apports du colloque rejoignent-ils l'une des préoccupations essentielles de la recherche historique allemande depuis plus d'un siècle, et qui est aussi, depuis le début du xixe siècle, un problème politique et culturel fondamental. Cela en montre l'intérêt.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540