Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures croisées de Christoph Ransmayr : "Le dernier des mondes"

 | 
Jacques Lajarrige

Les figures féminines dans Le dernier des mondes de Christoph Ransmayr

Hélène Boursicaut

Texte intégral

  • 1 Cf. Wendelin Schmidt-Dengler, « `Keinem bleibt seine Gestalt´. Christoph Ransmayrs Roman Die letzte (...)

1À la fin de l’article qu’il consacre au Dernier des mondes, Wendelin Schmidt-Dengler affirme que Christoph Ransmayr constitue un cas à part au sein de la littérature autrichienne : se détachant dans ce roman des thèmes spécifiquement autrichiens, il retrouve grâce à Ovide le chemin de la litté­rature universelle, ce qui lui permet d’aborder des problèmes d’ordre géné­ral, ceux-là mêmes « qui, à l’évidence, nous touchent de près ». Schmidt-Dengler dénombre ainsi cinq grandes questions soulevées par le livre : l’écologie, l’écriture, le pouvoir, la censure et ... le rôle de la femme.1

  • 2 Cf. Thomas Epple, Christoph Ransmayr. Die letzte Welt, Oldenbourg Interpretationen, Bd. 59, Oldenbo (...)
  • 3 Cf. Barbara Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph (...)

2Si les quatre premiers sujets cités ci-dessus ont déjà fourni matière à une abondante littérature critique, le cinquième a été fort peu traité ou n’a tout au moins pas encore fait l’objet d’une synthèse systématique. Les figures féminines qui apparaissent dans Le dernier des mondes sont en effet la plupart du temps évoquées dans le cadre d’études générales consacrées à la population tomitaine2 ou servent d’exemples à des analyses comparatistes destinées à mettre en lumière les transformations que Christoph Ransmayr a fait subir aux personnages d’Ovide.3

3C’est à ces parentes pauvres de la recherche ransmayrienne qu’est consa­crée la présente contribution qui, dans un premier temps, tente de dresser un tableau de l’univers féminin tel qu’il se dessine tout au long du roman et d’en repérer les structures principales. Nous verrons ensuite dans quelle mesure Le dernier des mondes véhicule une image très pessimiste de la femme, qui fait d’elle une victime par définition. Ce n’est finalement que lorsque la littérature s’en mêle qu’on peut parler d’une réhabilitation du personnage féminin. Et c’est par ce rôle de la femme évoqué par Schmidt-Dengler qui, chez Ransmayr, est intimement lié à la réception et à la création littéraires que nous terminerons nos investigations.

1. Vue d’ensemble

  • 1 Cf. Ovide, Les Métamorphoses, traduction, introduction et notes par Joseph Chamonard, Paris, Garnie (...)
  • 2 Selon Barbara Vollstedt (cf. Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Pon­to » in Ch (...)

4Un premier aperçu de la question fait apparaître d’incontestables paral­lèles entre l’univers masculin et l’univers féminin du roman, à ceci près que, sur le plan purement quantitatif, les hommes (au nombre de vingt-six) l’em­portent nettement sur les femmes (dix en tout). Aux quatre figures mascu­lines qui, du moins au départ, sont empruntées à des données historiques, Auguste, Tibère, Ovide et Cotta, ne correspond qu’une seule figure fémi­nine, celle qui, dans la réalité, fut la troisième et dernière épouse du poète, Fabia, issue d’une très vieille gens romaine apparentée à la famille impé­riale. On peut cependant noter que, dans le cadre du roman, celle-ci porte le nom d’une héroïne des Métamorphoses, une nymphe de Sicile, Cyane1, qui, après avoir en vain tenté de s’opposer à Pluton, venu enlever Proserpine, se consume en larmes et se transforme en onde2. Géographiquement aussi, l’univers féminin est analogue à l’univers masculin, puisque marqué par la même opposition entre Rome, mais représentée cette fois uniquement par Cyane, et Tomes. Conformément d’ailleurs à la logique du roman, Cyane sort de scène à partir du moment où la périphérie et l’imagination prennent le pas sur la métropole et la rationalité.

  • 3 Nous indiquons ici les livres des Métamorphoses où apparaissent ces figures : Alcyone (XI), Aracné (...)

5D’entrée de jeu, les Métamorphoses sont plus présentes dans l’univers féminin, mais se manifestent cependant à deux niveaux, que l’on serait tenté de qualifier l’un de transitif, l’autre de non transitif. Certaines figures, qui n’interviennent au demeurant que dans la première partie du roman, telles Alcyone, héroïne d’un mélodrame projeté par Cyparis, Io, vierge changée en génisse et sujet d’un rêve que fait Cotta, ou encore Médée, à la fois person­nage ovidien à double titre (au cœur de la tragédie perdue d’Ovide, elle apparaît aussi dans les Métamorphoses) et figure de carnaval, demeurent des personnages de récits secondaires, enchâssés de manière pour ainsi dire contrapontique dans un récit-cadre. Toutes les autres en revanche, Aracné, Fama, écho, Proserpine, Procné, Philomèle et dans une certaine mesure Cyane, à mi-chemin entre l’histoire et la littérature3, participent de l’intrigue principale. Figures des légendes métamorphiques, elles entrent directement dans la `réalité´ de la fiction ransmayrienne.

  • 4 Christoph Ransmayr, Le dernier des mondes, traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, F (...)
  • 5 L, p. 103; R, p. 130 : « aus einer der großen Familien Siziliens ».
  • 6 L, p. 139; R, p. 179 : « Dorfhure ».
  • 7 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Seuil, « Points essais », 1982, p. 49 (...)

6Ce passage progressif de la fiction renvoyée d’emblée à son statut fictif (fiction non transitive) à la fiction donnée pour `réelle´ (fiction transitive) va de pair avec un processus de déchéance particulièrement sensible au niveau social et qui s’accentue au fil des pages, alors qu’au début, le sublime côtoie encore le vulgaire. Tandis qu’Alcyone, même dans la version cinémato­graphique du mythe, demeure une reine habitant dans un palais et est ressen­tie par les Tomitains comme faisant partie « des personnes de haut rang »4, que Cyane est « issue d’une des plus grandes familles de Sicile »5, toutes les autres femmes du roman, à l’exception d’Aracné, de basse extraction chez Ovide comme chez Ransmayr, subissent en quelque sorte un déclassement ou, si l’on veut, une métamorphose par le bas : Fama, la déesse de la rumeur, s’est transformée en épicière ; Proserpine, déesse des Enfers dans la mythologie gréco-latine, demeure toujours fiancée à Thies (le Riche) ou Pluton, mais ce dernier n’est plus que le fabricant d’onguents et le fossoyeur de Tomes ; la nymphe écho est devenue à la fois servante (elle est succes­sivement la domestique d’Aracné et de Lycaon) et « putain de village »6. Quant à Procné, fille de Pandion, roi d’Attique, elle n’est dans Le dernier des mondes qu’une grossière bouchère. À l’instar des personnages mascu­lins, la majorité des figures féminines sont donc soumises à un changement de condition et subissent par rapport à l’hypotexte ce que l’on pourrait appe­ler, en reprenant la terminologie genettienne, un processus de « dévalo­risation »7 sur le mode sérieux.

  • 8 L, p. 200; R, p. 256 : « [Die taubstumme Weberin zum Beispiel] hatte die Küste Tomis auf dem Schiff (...)
  • 9 L, p. 200; R, p. 257 : « von den Schneelawinen eines plötzlichen Tauwetters [...] aus einem Hochtal (...)
  • 10 L, p. 199; R, p. 256 : « [...] daß an der Küste Tomis alle Schicksale einander zumindest in einem P (...)
  • 11 L, p. 114; R, p. 145 : « [Aber wirklich nahe, näher als andere, war Cotta weder dem Dichter noch] s (...)
  • 12 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., p. 155 : « Son père, Idmon de Colophon, teignait avec le murex (...)
  • 13 L, p. 81-82; R, p. 100-101 : « [Echo wußte nicht woher sie kam.] [...] eine Verwandte oder ein Münd (...)

7Ce tableau synoptique serait incomplet sans un examen de la ‘pré-histoire’ des femmes du roman. On remarquera qu’à l’exception de Cyane, elles ont toutes un premier point commun : on ne connaît pas leurs origines. D’Aracné, Cotta apprend qu’elle a « touché les côtes de Tomes sur le bateau d’un pêcheur de murex »8 qui a fait naufrage. De Procné, on sait seulement qu’elle a suivi son mari Térée dans la ville de fer après qu’ils ont tous deux été « chassés d’une haute vallée par des avalanches de neige à la suite d’un dégel brutal »9. Ces deux exemples sont bien représentatifs des Tomitains en général, « dont les destins, à en croire Fama, se ressembl[ent] au moins en un point » : hommes ou femmes, tous viennent « de très loin, du N’importe Où », tous sont arrivés par hasard à Tomes, « au terme d’une fuite, au bout des trajets confus de l’exil »10, tous sont des déracinés. Et il n’en va, au bout du compte, guère autrement de l’unique Romaine du roman, Cyane, « qui souffr[e] à la fois de Rome et du désir de revoir sa Sicile natale »11. Privées de passé, les femmes du Dernier des mondes ont un deuxième point commun : le statut de fille leur est interdit et elles sont ainsi dépourvues de toute ascendance. Par rapport à l’original des Métamorphoses, le teinturier qui amène Aracné à Tomes est ainsi délivré de tout lien paternel.12 Le cas d’écho est à ce titre on ne peut plus symptomatique. Elle non plus ne sait pas d’où elle vient, et les rumeurs qui font successivement d’elle « une parente d’Aracné [...] ou une enfant qu’elle [a] en tutelle », voire « l’enfant rejetée d’un frère de la tisseuse et recueillie dans [s]a maison, camouflée en domestique » sont vigoureusement démenties par la sourde-muette, qui laisse entendre à une voisine qu’écho n’est « ni une parente ni une enfant adoptée [...], mais simplement une étrangère, une vagabonde »13.

  • 14 L, p. 205-206; R, p. 265 : « nur mit wechselndem Widerwillen ».
  • 15 L, p. 13; R, p. 12 : « Fama, die Witwe eines Kolonialwarenhändlers ».
  • 16 L, p. 98; R, p. 124 : « [...] einst unter dem schweißüberströmten Gewicht eines durch­reisenden Min (...)
  • 17 L, p. 132; R, p. 169-170 : « [...] eine Brut von mineralischer Härte, das Herz aus Basalt, die Auge (...)

8Quant aux structures familiales proprement dites, tous les cas de figures apparaissent dans le roman. On peut ainsi distinguer plusieurs groupes, à commencer par celui des célibataires, représentées dans l’ordre des géné­rations par écho, Philomèle et Aracné. Viennent ensuite les fiancées, soit Proserpine et d’une certaine manière la gourgandine écho, qui accorde ses faveurs à tout le monde, y compris à Cotta avec qui elle constitue pendant un temps un `couple´. Les épouses, quant à elles, sont incarnées par Cyane, Médée et surtout Procné qui, avec Philomèle, forme la seule fratrie du roman. Les couples ne sont en outre nullement figés, puisque Procné a une aventure avec Thies, que Proserpine ne demeure avec ce dernier « qu’avec des accès de contrecœur »14 et que le duo écho/Cotta n’est que provisoire. Ces épouses peuvent au demeurant avoir perdu ou perdre leur conjoint, telles Fama, présentée dès les premières pages du roman comme la « veuve d’un épicier »15, ou finalement Cyane elle-même, veuve potentielle du fait de la rumeur qui dit Nason mort. Il semblerait donc à première vue que l’inéluc­table loi de la métamorphose, avec toutes ses variantes, affecte également les relations entre les femmes et les hommes, dont elles sont, comme nous le verrons par la suite, à la fois complémentaires et opposantes. Enfin, le roman compte trois mères, Fama, type même de la mère célibataire, puisqu’il est dit que son fils Battos a « été engendré jadis sous la masse dégoulinante d’un mineur de passage en nage »16, Médée et Procné. Toutes trois du reste perdent leur enfant, soit à la suite d’une métamorphose (Battos est changé en pierre), soit à cause d’un crime dont elles sont responsables, puisque Médée et Procné tuent leur fils de leurs propres mains. À croire que ces femmes auxquelles est refusé tout passé se refusent elles-mêmes toute postérité en éliminant l’espoir d’une descendance (filles de personne, elles n’enfantent d’ailleurs pas de fille) à moins que, comme pour Fama et, d’une certaine manière Pyrrha, dernière rescapée du déluge qui, avec Deucalion, donne le jour à « [u]ne engeance dure, minérale, avec un cœur de basalte et des yeux de serpentine, dépourvue de sentiments et de langage d’amour, mais aussi de mouvements de haine, de compassion ou de tristesse, aussi inflexible, aussi sourde, aussi durable que les rochers de cette côte »17, il ne leur soit accordé qu’un avenir définitivement placé sous le signe de la pierre.

2. Femmes et victimes

  • 1 L, p. 11; R, p. 10 : « [In den Häusern] mühten sich früh alternde, stets dunkel gekleidete Frauen a (...)
  • 2 L, p. 103; R, p. 130 : « eine [...] Schönheit ».
  • 3 L, p. 21; R, p. 21 : « [die Namen] von Helden und schönen Frauen ».
  • 4 L, p. 80; R, p. 99 : « [Das ebenmäßige Gesicht der Knienden, die zu ihm aufsah, war] über und über (...)
  • 5 L, p. 83; R, p. 102 : « von einer berückenden Schönheit [...]. »
  • 6 L, p. 214; R, p. 274 : « [Die Fremde] hatte an der Stelle des Mundes nur eine nässende, schwarz ver (...)
  • 7 L, p. 72; R, p. 87 : « die feiste, kränkelnde Frau des Schlachters ».
  • 8 L, p. 28; R, p. 30 : « [...] eine zunehmende Dickleibigkeit, ein mit Salben und ätherischen Ölen ge (...)
  • 9 L, p. 73; R, p. 88 : « [...] als ob er jenes zarte Wesen, das sich vor der Gewalt der Welt und Tere (...)

9Au présent, les femmes du roman de Christoph Ransmayr doivent faire face à bon nombre d’épreuves. Encore faut-il, là encore, faire la distinction entre Cyane, la Romaine, Alcyone, l’héroïne de film, et le groupe des Tomitaines, « femmes tôt vieillies, toujours vêtues de sombre, [qui] pein[ent] dur »1. Tandis que Cyane est présentée d’emblée comme « une beauté »2 et qu’Alcyone ressortit à un univers de pure fiction, peuplé, comme le souligne Cyparis pour allécher son public, « de héros et de belles femmes »3, les Tomitaines sont pour la plupart d’entre elles affligées d’une tare physique. C’est le cas d’écho, dont le visage, « entièrement recouvert d’écailles, de pastilles blanches de peau morte »4, la fait autant souffrir qu’il rebute ceux qui l’approchent la première fois. Ce n’est que lorsque cette tache qui se déplace constamment disparaît sous les vêtements que la bête se mue en belle, révélant, mais à titre purement exceptionnel « une beauté extraordinaire »5. Et que dire du spectacle qu’offre Philomèle, autrefois jolie jeune fille d’à peine vingt ans qui, après les sévices que lui a fait subir Térée, n’a désormais « pour toute bouche qu’une blessure humide ourlée de cicatrices noires ! [E]lle [a] les lèvres arrachées, les dents cassées, la mâchoire défoncée »6. Cette `tératologie´ serait incomplète sans Procné, « l’épouse empâtée et maladive du boucher »7, caractérisée à maintes reprises par « son obésité croissante, ce gras qu’elle entret[ient] avec des onguents et des huiles essentielles, et au fond duquel l’être gracile qu’elle [a] été sembl[e] peu à peu disparaître ».8 Il est frappant que tous ces êtres disgrâciés, que ce soit par nature ou par mutilation, voire auto-mutilation (Procné), ne trouvent leur rédemption que dans le processus de la métamor­phose, qui les fait disparaître à tout jamais (écho) ou leur rend leur visage de jadis : de même que Philomèle la mutilée se transforme en gracieuse hirondelle, Procné, changée en rossignol, redevient pour toujours « la créa­ture fragile que la violence du monde et la haine de son mari [ont] terrée dans sa propre graisse » et que seul Thies, au cours d’une nuit de baccha­nales, a su « extraire de son refuge » et « remettre en liberté ».9

10Autre trait commun à ces femmes : leur relation perturbée au langage, qui se manifeste, pourrait-on dire, par un trop plein ou au contraire par une absence de paroles. Le premier cas de figure est représenté par Fama l’épi­cière qui, conformément à l’étymologie de son prénom, en particulier après la pétrification de Battos, incarne l’incorrigible commère :

  • 10 L, p. 195; R, p. 250 : « Die Trauer um ihren Sohn hatte sie geschwätzig, bedürftig nach Zuhörern ge (...)

Le deuil de son fils l’avait rendue bavarde, avide d’auditoire ; elle racontait même son malheur aux réfugiés des montagnes bardés d’amulettes qui se pressaient devant ses étagères et devant la statue de son fils, dans la flamme vacillante des bougies, et regardaient sans comprendre ; elle les abreuvait d’histoires sans fin et calmait leur impatience avec des liqueurs digestives et du tabac à chiquer....10

11La plupart des figures féminines en revanche semblent fermées au monde de la parole. Les raisons en sont diverses. Aracné la tisseuse, sourde-muette semble-t-il de naissance, parvient provisoirement à s’exprimer grâce à écho, qui lui sert en quelque sorte de traductrice, avant, une fois cette dernière disparue, de s’en tenir à une communication minimale et de se réfugier dans le langage de ses tapisseries :

  • 11 L, p. 149-150; R, p. 193 : « Seit mit Echo die einzige Stimme verlorengegangen war, über die Arachn (...)

Depuis le départ d’écho, l’unique voix dont Aracné eût jamais disposé s’était perdue, et il n’y avait plus personne dans la ville de fer qui sût lire l’alphabet de ses doigts. On la comprenait, bien sûr, quand elle venait chercher du sel dans la boutique de Fama ou demandait à Phinée une bouteille d’eau-de-vie pour y mettre des noix. Mais ce que la tisseuse pensait, ce qu’elle ressentait n’était plus compréhensible que sur les motifs de son ouvrage [...]. 11

  • 12 L, p. 213; R, p. 273 : « [...] sprach mit ebensolchen fliegenden Fingern wie die taube Weberin. »
  • 13 Cf. Anatole Bailly, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette, 1950.
  • 14 L, p. 106; R, p. 133-134 : « [...] so daß schließlich auch Cyanes Schreiben immer all­gemeiner und (...)
  • 15 L, p. 92; R, p. 114 : « ein zögerndes [...] Gespräch ».
  • 16 L, p. 92; R, p. 115 : « [...] die erste Begegung mit einem menschlichen Wesen seit seiner Abreise a (...)
  • 17 L, p. 93; R, p. 116 : « [...] um ihre einsilbigen Antworten in Erzählungen zu verwandeln ».
  • 18 L, p. 83; R, p. 103 : « Echos undurchdringliche Verschwiegenheit ».
  • 19 L, p. 122; R, p. 154 : « wie in einem Selbstgespräch ».

12Autre représentante de ce monde du silence : Philomèle, à qui Térée, après l’avoir violée, a arraché la langue pour qu’elle ne révèle pas son forfait et qui « parle exactement comme la tisseuse sourde, en faisant virevolter ses doigts »12. Par rapport à l’original, capable d’avertir sa sœur en lui faisant porter une toile sur laquelle elle a brodé l’histoire du crime (d’où sans doute le parallèle avec Aracné chez Ransmayr, mais transposé sur le plan langa­gier), Philomèle, en perdant la parole, a également perdu la raison, et ce n’est que par un geste instinctif qu’elle parvient à désigner la maison du coupable. Tout porte à croire qu’aux confins de la civilisation le discours, support à l’échange des consciences, a perdu tous ses droits au profit du seul langage des signes, voire de l’incommunicabilité. Les femmes de Tomes sont des barbares au sens le plus étymologique du terme, elles parlent une langue étrangère, c’est-à-dire conformément à l’ethnocentrisme du monde gréco-latin incorrecte et inintelligible13. Même l’épouse d’Ovide, après le bannissement de ce dernier, semble elle aussi contaminée par l’univers `hors-langage´ de Tomes : « la correspondance de Cyane finit par être [...] de plus en plus générale et vide, jusqu’à ce que l’exilé et sa femme n’échan­geassent plus que de longs monologues tristes, des formules d’apaisement, d’espérance et de désespoir toujours identiques » et que leur relation, deve­nue purement épistolaire, soit rattrapée par un « processus d’aphasie crois­sante ».14 Seule écho, se mouvant entre le silence et la parole, constitue un cas singulier. Lorsque Cotta la rencontre pour la première fois, elle ne sait, conformément du reste à la légende ovidienne, que répéter les paroles d’autrui, sans pouvoir répondre aux questions qu’on lui pose. On peut néan­moins noter que les rapports d’écho au langage se modifient dès lors qu’elle devient plus intime avec Cotta. Cela commence par « une conversation hésitante »15, qui, aux yeux de Cotta, fait d’elle le premier « être humain rencontré depuis son départ de Rome ».16 Il faut toutefois que ce dernier prononce le nom de Nason « pour [enfin] transformer en longs récits les syllabes avares de ses réponses ».17 Dès lors, elle devient suspecte aux yeux des Tomitains, car elle connaît tous les secrets de la ville de fer, y compris ceux des habitants qui viennent la voir, rassurés jusqu’alors par son « insondable mutisme »18. Dès lors aussi, elle semble tomber dans l’extrême inverse, multiplier les récits que lui a contés Nason « dans une espèce de monologue continu »19. Et si elle poursuit ses soliloques, ce n’est que pour retomber brusquement dans le mutisme une fois qu’elle a raconté à Cotta la vision du déluge et en quelque sorte rempli sa mission :

  • 20 L, p. 133; R, p. 170-171 : « Echo ging so müde neben ihm her, als habe sie in die schreiende Nacher (...)

écho allait à ses côtés, fatiguée comme si, dans cette restitution hurlée des prophéties du banni, elle avait perdu non seulement toute la force de sa voix, mais aussi toute celle de sa mémoire, fatiguée comme si à communiquer ainsi l’apocalypse, elle avait, jusqu’au dernier mot, accompli sa destinée et s’enfonçait maintenant de nouveau dans son univers sans parole.20

  • 21 Ursula Reber, Clemens Ruthner, « Das Furchtbare ist längst geschehen. Christoph Ransmayrs Die letzt (...)
  • 22 L, p. 118; R, p. 150 : « nur einer von vielen und roh wie die meisten ».
  • 23 L, p. 120; R, p. 153 : « Echo gab sich ihm [Tereus] und jedem mit einem Gleichmut hin, als entricht (...)

13Il reste enfin à évoquer une caractéristique essentielle du monde qui est exclusivement celui des Tomitaines. C’est en effet un univers où règnent les instincts les plus primaires, les plus barbares, cette fois au sens moderne du terme, où « éros » en particulier, pour reprendre la formule d’Ursula Reber et de Clemens Ruthner, « échoue à tous les égards pour redevenir pure violence sexuelle ».21 Même Cotta, qui dans un moment d’égarement viole écho, comme Térée a violé sa belle-sœur Philomèle, n’échappe pas à ce syndrome, apparaissant désormais à sa victime comme un être « semblable à la plupart des autres, et aussi rustre qu’eux »22. Paradoxalement d’ailleurs, ces sévices ne provoquent aucune protestation, aucune révolte. Bien au contraire, les femmes acceptent le sort qui leur est fait avec résignation, fata­lité même, comme s’il était dans la nature des choses qu’au sein de la société patriarcale et éminemment archaïque de Tomes les femmes se soumettent parce qu’elles sont femmes. C’est le cas d’écho, qui se donne à Térée « et aux autres, impassible, comme si elle s’acquittait, étrangère sans défense sur cette côte, de l’octroi à payer pour une vie dans l’ombre et la protection de la ville de fer »23. Procné peut à ce titre être considérée comme le type même des victimes passives : elle accompagne, « souffreteuse et résignée, l’hideuse existence de son époux, et fai[t] tout ce qu’il lui demand[e]. » épouse trompée, elle est aussi régulièrement brutalisée et naturellement méprisée :

  • 24 L, p. 28; R, p. 30 : « Kränklich und ohne Klagen begleitete sie ihren Gemahl durch ein häßliches Le (...)

Térée la battait souvent sans dire un mot et sans colère, comme une bête qu’on lui aurait confiée pour l’abattage, comme si chacun de ses coups n’avaient eu d’autre fin que d’étourdir un misérable reste de la volonté de sa femme et du dégoût qu’il lui inspirait.24

  • 25 L, p. 33; R, p. 37 : « Es war Proserpina, die unter den Frauen der eisernen Stadt als mannstoll gal (...)
  • 26 L, p. 26; R, p. 27 : « Und sie nahmen so zärtlich und traurig Abschied voneinander wie an der Küste (...)

14Pourtant, hormis ce statut de victime, rien ne différencie vraiment les femmes des hommes. Il n’y a aucune solidarité entre elles, aucune conscience féminine en quelque sorte, sauf au sein de la fratrie que forment Procné et Philomèle. Pour les femmes aussi, l’art d’aimer a fait place à la libido, l’amour se limite à l’amour physique, parfois vénal dans le cas de la prostituée écho, et elles échangent volontiers leurs partenaires pour des déduits sans lendemain : il en va de Procné qui, lors du carnaval, se donne à Thies, comme de Proserpine, que les Tomitaines disent « atteinte de fureur utérine » et qui, aux dires de Fama, « se laiss[e] reluquer comme une vache par les maquignons et comme un bijou par les chercheurs d’ambre »25. La vision animale de la gent féminine est néanmoins parfois tempérée par un reste de nostalgie pour des sentiments humains qui ont à jamais disparu de Tomes et ne subsistent qu’au travers des films de Cyparis. C’est ainsi que l’amour idéalisé de Ceyx et d’Alcyone, qui « prenn[ent] congé l’un de l’autre avec une tendresse et une tristesse qu’aucun homme quittant sa femme n’[a] jamais manifestées ici, sur la côte de la ville de fer »26, exercent une étrange fascination sur le public féminin. On remarquera en particulier que Proserpine, lorsqu’elle découvre sur l’écran le corps de Ceyx, pousse un cri d’horreur, qui peut être interprété comme le désir de retrouver une part de cette dignité amoureuse que les Tomitaines ont irrémédiablement perdue.

  • 27 Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph Ransmayrs R (...)
  • 28 L, p. 98; R, p. 124 : « Fama, von der Echo auch wußte, daß sie ihr lallendes Kind vor Jahren mit ei (...)

15Il est toutefois difficile de souscrire totalement à la thèse de Barbara Vollstedt, qui considère que les Tomitaines sont encore les personnages qui « se comportent de la manière la plus humaine », et ne voit en elles que des victimes27. Car elles aussi peuvent faire preuve d’une violence inouïe et se transformer en bourreaux. C’est ainsi que Fama, mère de Battos, en quelque sorte l’idiot du village, a tenté un jour « d’empoisonner son balbutiant reje­ton avec une décoction de cyclamen et de fleurs de bois-gentil dans l’espoir que ce raté quitterait ce monde »28, avant de se racheter par un deuil au demeurant ostentatoire, une fois ce dernier changé en pierre. Et à l’instar de Médée, Procné, jusque-là si amorphe et si soumise, se métamorphose en adversaire implacable quand elle apprend le viol de Philomèle, n’hésitant pas à tuer le seul être qui ait jamais touché Térée, son propre fils Itys. La barbarie, comme on peut le constater à partir de ces trois cas d’infanticide, est aussi le fait des femmes.

3. Femmes et initiatrices

  • 1 Cf. Epple, Christoph Ransmayr. Die letzte Welt, op. cit., p. 99.

16De cet univers impitoyable se détachent néanmoins trois figures fémi­nines qui, dans la recherche que mène Cotta pour retrouver le poète exilé et son livre, vont jouer un rôle déterminant. Il s’agit d’écho et d’Aracné, mais aussi de Fama, à laquelle la critique n’a pas toujours accordé l’attention qu’elle mérite. Ces trois femmes ne sont en effet pas simplement des êtres primitifs, elles se révèlent être aussi de véritables initiatrices sur le chemin long et plein d’embûches de la vérité. Dans le schéma qu’il propose du roman de Christoph Ransmayr, Thomas Epple n’hésite pas du reste à faire d’écho, d’Aracné et, dans une moindre mesure de Fama, le personnage central de certains chapitres.1 En simplifiant la démarche, on peut de fait affirmer que les livres VII, VIII et XIII sont respectivement les livres d’écho, d’Aracné et de Fama.

  • 2 L, p. 93; R, p. 116 : « Losungswort [...] ».
  • 3 L, p. 94; R, p. 118 : « ein Buch über Steine [...], ein Katalog seltsamer Mineralien ».
  • 4 L, p. 122; R, p. 155 : « ein Buch der Steine ».
  • 5 L, p. 134; R, p. 172 : « Aus Echos Gedächtnis oder den Erinnerungen anderer Gäste an Nasos Feuern w (...)

17Chacune, à sa manière, va mener progressivement Cotta vers la résolution de l’énigme, va surtout l’amener à donner une cohérence à tous les étranges événements qu’il voit se produire à Tomes et à Trachila, à commencer par écho, qui n’apparaît pourtant qu’aux livres V, VI et VII, avant de disparaître définitivement au début du livre VIII. Le silence dans lequel elle s’est enfermée ne se délie au demeurant que tout à la fin du chapitre VI, au moment où Cotta prononce le nom de Nason, ce « mot de passe »2 à partir duquel écho révèle à ce dernier l’existence d’« un livre sur les pierres, un catalogue de minéraux rares »3, qu’elle appelle au chapitre VII « le Livre des pierres »4 et dont elle livre un morceau choisi, le récit des derniers sur­vivants de l’humanité, Deucalion et Pyrrha. écho sert d’aiguillon à Cotta, puisque c’est après avoir entendu ce fragment des Métamorphoses qu’il prend la décision de reconstruire le livre, de recueillir « dans la mémoire d’écho, ou dans les souvenirs des autres clients témoins des feux de Nason, toutes les histoires du banni » et même de consigner par écrit tous ces récits oraux. De fait Cotta, « une fois revenu dans la mansarde de la maison du cordier, écri[t] Le Livre des pierres au-dessus des notes où il recopi[e] la fin du monde ».5

  • 6 L, p. 147; R, p. 191 : « [...] daß die Teppiche an den Wänden seiner Kammer den Kulissen der Metamo (...)
  • 7 L, p. 149; R, 192 : « Das unruhige, tiefe Blau dort draußen glich der Farbe jener See, deren Lagune (...)
  • 8 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., p. 158.

18Mais la disparition d’écho réduit à néant ses projets d’écriture. C’est Aracné, prenant le relais au livre VIII, qui va lui permettre de poursuivre la quête, cette fois par l’intermédiaire d’un autre médium. Cotta se rend enfin compte que les tapisseries qui ornent la chambre qu’il occupe chez Lycaon « ressembl[ent] aux décors des Métamorphoses »6, ce qui l’incite aussi à aller voir la tisseuse. Celle-ci lui dévoile dans le seul langage qu’elle con­naisse, le tissage, une ornithologie complète ainsi que d’autres fragments ovidiens, qui se différencient néanmoins des récits d’écho par leur réalisme, à moins que ce ne soit la réalité qui se conforme peu à peu à la fiction. Ainsi, la couleur de la mer Noire, ce « bleu profond et inquiet », ressemble étran­gement « à la couleur des mers dont Aracné tiss[e] les lagunes dans ses tapisseries » et même « à la couleur des vagues qui batt[ent] sur les beaux rivages de Rome ».7 Dans le texte primitif déjà, il était dit de celle-ci qu’elle tissait « de véritables flots » et que tout ce qu’elle représentait était rendu avec son « aspect propre »8. Mais cette fois, Cotta n’écrit plus rien. Cette fois, il se contente de se poser des questions, d’émettre des hypothèses :

  • 9 L, p. 153; R, 198 : « Hatte Naso jedem seiner Zuhörer ein anderes Fenster in das Reich seiner Vorst (...)

Nason avait-il ouvert à chacun de ses auditeurs une fenêtre différente sur le royaume de ses visions, n’avait-il raconté à chacun que les histoires qu’il voulait bien entendre ou était en mesure d’entendre ? écho avait témoigné de l’existence d’un Livre des pierres, Aracné d’un Livre des oiseaux. Et Cotta se demandait, ainsi qu’il l’écrivit à Cyane dans une lettre très déférente qui ne devait jamais parvenir Via Anastasio, si les Métamorphoses n’avaient pas dès le départ été conçues comme une grande Histoire de la nature qui serait remontée des pierres jusqu’aux nuages.9

19Encore une fausse piste, tout au moins encore une piste qui s’arrête, car à partir du chapitre XIII, Aracné ne peut plus rien pour Cotta, qui essaie désespérément de trouver une logique entre les fanions rapportés de Trachila où sont inscrits les noms des habitants de Tomes, les histoires d’écho et les tapisseries d’Aracné. Peine perdue :

  • 10 L, p. 194-195; R, p. 250 : « Arachne wußte nichts. Arachne hatte nur ihre Hände zusammengeschlagen (...)

Aracné ne savait [plus] rien. Aracné, quand il [Cotta] lui avait montré un tissu qui portait son nom, avait seulement joint les mains et contorsionné ses doigts en signes incompréhensibles. [...] Seule Fama se souvenait.10

20Sans doute Fama l’épicière, que la `mort´ de Battos rend plus loquace que jamais, ne peut-elle pas elle-même expliquer la présence de tous ces noms sur les bouts de chiffon de Trachila. Sans doute ne peut-elle pas non plus, contrairement à écho ou à Aracné, rapporter les légendes merveilleuses de Nason. Mais en lui racontant dans d’interminables logorrhées les histoires tomitaines et le passé de chacun, elle fait progresser Cotta sans qu’il s’en rende même compte :

Lorsque Cotta revenait de la boutique de Fama, de ses histoires et de ses lamentations, et retrouvait la maison en ruine, il arpentait parfois les pièces jusqu’à une heure avancée de la nuit, en lisant et relisant les guirlandes de fanions toujours étendues à travers la corderie comme les décorations d’un bal de gueux – et comparait le bavardage de l’épicière aux fragments de phrases et aux noms inscrits sur les chiffons pâlis de Trachila.

  • 11 L, p. 209-210; R, p. 268-269 : « Wenn Cotta aus Famas Laden, aus ihren Erzählungen und Klagen in da (...)

Il avait l’impression que tout ce qu’elle pouvait lui raconter, ou dont elle pouvait se plaindre, il le retrouvait pour l’essentiel sur les chiffons griffonnés dans ses déambulations labyrinthiques à travers la corderie [...]. Et malgré les nombreuses obscurités qui subsistaient pour lui dans ces inscriptions, il en vint à la conclusion, un soir, que les colonnettes de pierre de Trachila ne contenaient guère plus de messages que tout le commérage de l’épicière, qu’elles contenaient seulement les destins, légendes et rumeurs de cette côte, récoltés par Nason et son valet grec, transportés dans la montagne et transcrits dans un jeu curieux et puéril avec la tradition. Ce qui était suspendu là aux cordes à linge sur ces chiffes effrangées et crasseuses, ce qui battait encore au vent jusque par-delà les derniers arbres sur les colonnettes de pierres, c’était la mémoire de la ville de fer.11

  • 12 L, p. 198; R, p. 255 : « [...] und kam immer wieder, weil Fama so vertraut und fürsorglich mit ihm (...)

21C’est donc finalement grâce à Fama que Cotta retrouve le fil perdu de l’histoire que lui a contée écho, qu’il poursuit aussi la trame que lui a tendue Aracné, à une différence près, mais de poids : les commérages de Fama ne sont plus des récits étrangers à l’histoire de Tomes, comme par exemple le film des amours de Ceyx et d’Alcyone, le Livre des pierres ou le Livre des oiseaux. Conformément à la logique du roman, qui efface progressivement les frontières entre la fiction et le réel, Fama n’initie pas Cotta à la littérature, mais à la réalité. Non seulement elle contribue à faire passer l’univers ima­ginaire des Métamorphoses dans l’univers imaginaire, mais donné pour réel, de Tomes, mais en parlant à Cotta « avec familiarité et bienveillance, comme s’il n’avait jamais été, chez elle, un étranger »12, elle amorce de surcroît la métamorphose de ce dernier, son entrée dans le livre, mieux, dans le monde livresque qu’Ovide a transplanté dans la réalité tomitaine. Ajoutons, pour terminer, que ce sont encore deux femmes, Procné et Philomèle, qui per­mettent à Cotta de vivre si l’on peut dire les Métamorphoses en direct et d’avoir le mot de la fin.

  • 13 Félix Gaffiot, Dictionnaire latin-français, Paris, Hachette, 1934 : « 1. devin, prophète - 2. poète (...)
  • 14 L, p. 127; R, p. 162 : « Echo erschien in diesen Augenblicken durch eine plötzliche Be­geisterung u (...)
  • 15 Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph Ransmayrs R (...)

22La passivité qui, comme on a pu le constater, est commune aux figures féminines du roman, est compensée, on le voit, par leur fonction d’initia­trices. écho, Aracné et Fama, ces trois femmes caractérisées par un déficit ou un excédent langagier, sont paradoxalement les seules à pouvoir faire œuvre de médiation. Le langage auquel elles ont recours exclut pourtant l’écriture, comme si celle-ci était une entrave à la transmission directe, corporelle du mythe. Cela vaut non seulement pour écho et Fama, repré­sentantes de la tradition orale, mais aussi pour Aracné, bien que son activité de tisseuse rappelle irrésistiblement cette texture de mots que constitue tout écrit. En outre, ces femmes sans descendance ne mettent pas au monde une œuvre, n’ont pas accès à la création et demeurent en quelque sorte `bréhaignes´. Elles se bornent à être passeuses, interprètes, vates13, telle écho, « transformée par un enthousiasme et une ferveur soudaine »14 et pour ainsi dire en transe lorsqu’elle livre à Cotta les visions prophétiques d’Ovide. Voix, oracle d’Ovide et « écho intérieur de Cotta »15, comme la qualifie Vollstedt, elle n’est pas sans rappeler la Pythie de Delphes, chargée de communiquer aux hommes les volontés du dieu Apollon. Inspirées par Nason, écho, Aracné et Fama sont les inspiratrices de Cotta, car leur rôle d’intermédiaire permet à une pensée rationnelle, dont on peut se demander si elle n’est pas, pour le romancier, une caractéristique essentiellement mascu­line, de se déployer.

23Si l’on tente, au terme de cette étude sur les figures féminines du Dernier des mondes, de dresser un bilan, force est d’abord d’avouer que le roman est tout, sauf une exaltation de la féminité triomphante. La femme y apparaît comme un être profondément meurtri à tous les égards, une victime par excellence, aux antipodes du personnage féminin de Lily dans Le syndrome de Kitahara qui, elle, a su se forger une carapace et conquérir son indépen­dance. L’image qui est donnée de la femme dans Le dernier des mondes contribue même à renforcer et à accentuer l’anthropologie négative véhi­culée par le récit, mais qui, aux dires de l’auteur lui-même, ne reflèterait qu’une situation de fait :

  • 16 Interwiew accordée à Barbara Vollstedt, in : Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und «  (...)

[...] cela correspond complètement aux expériences historiques [...] Et quiconque porte un regard un tant soit peu sensé sur le monde, serait vraisemblablement en mesure d’imaginer ou d’évoquer des figures féminines peintes dans ces tons. On ne peut donc pas vraiment parler d’une invention extraordinaire de ma part, mais d’une sorte d’écho de ce qui peut exister ou a pu exister dans la réalité, dans la réalité présente comme par le passé.16

24Reste à savoir, nonobstant les affirmations de Schmidt-Dengler, si l’univers féminin ransmayrien, avec tous ses stéréotypes négatifs, ne recoupe pas en partie celui d’autres écrivains, Autrichiens comme lui, tels Thomas Bernhard, Franz Innerhofer et, dans une certaine mesure, Ingeborg Bachmann.

  • 17 L, p. 222; R, p. 287 : « [D]ie Erfindung der Wirklichkeit ».

25Nous avons parlé en introduction d’une réhabilitation de la femme dès lors que la littérature entre en jeu. En nuançant le propos, on peut se deman­der si le roman ne présente pas plutôt une vision à la fois abstraite et instrumentalisée de la femme. Ce n’est en effet que lorsque toute sexualité est abolie entre écho et Cotta et qu’elle perd en sorte sa féminité pour se retrouver au même rang qu’Aracné, la `vieille´, et que Fama, la veuve, qu’elle peut enfin jouer complètement son rôle de `tra-ductrice´ des récits ovidiens. Muses successives de Nason et de Cotta, écho, Aracné et Fama n’ont pas droit au statut de gestatrices. À l’instar d’Anna, cette libraire qui, dans Les effrois de la glace et des ténèbres, réunit chez elle des amateurs de littérature, elles sont cantonnées dans le domaine de la réception et de la transmission. D’ailleurs, qui interprète vraiment et tente ensuite, mais en pure perte, de consigner « l’invention de la réalité »17, sinon le personnage masculin de Cotta, dont on peut se demander – c’est une incertitude parmi toutes celles que comporte le roman – si ce n’est finalement pas plutôt lui qui serait versé dans l’art de la maïeutique et réussirait à faire `accoucher´ trois femmes atteintes de logopathie ? Le rôle de la femme, dans Le dernier des mondes, ne renverrait-il pas, au bout du compte, à l’échec de l’écriture comme réalisation et création, tout au moins comme création originale ?

Notes

1 Cf. Wendelin Schmidt-Dengler, « `Keinem bleibt seine Gestalt´. Christoph Ransmayrs Roman Die letzte Welt » (1995), in : Uwe Wittstock (Hrsg.), Die Erfindung der Welt. Zum Werk von Christoph Ransmayr, Frankfurt a. M., Fischer Taschenbuch Materialien, 1997, p. 111 : « Ich meine, daß Ransmayr zunächst einmal etwas geleistet hat, was in der österrei­chischen Literatur doch als singulär zu gelten hat : Er hat sich – mit Hilfe Ovids, zugegeben – von der Obsession durch österreichische Themen gelöst und sich schlicht wieder in weltliterarische Verbindlichkeiten begeben; hier hat Ransmayr Zuständlichkeiten benannt, die offenkundig uns allen nahegehen. Zugleich sind diese Probleme (Ökologie, Schreiben, Rolle der Frau, Zensurapparat, Macht etc.) in einer so handlichen und doch nicht platten Form präsent, daß der Leser einen raschen Zugang zu diesen Fragen und Problemen findet. »

2 Cf. Thomas Epple, Christoph Ransmayr. Die letzte Welt, Oldenbourg Interpretationen, Bd. 59, Oldenbourg, 1992, p. 37-40.

3 Cf. Barbara Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph Ransmayrs Roman « Die letzte Welt », Schöningh, « Studien zur Geschichte und Kultur des Altertums », 1. Reihe, Bd. 13, Paderborn/München/Wien/Zürich, 1998.

1 Cf. Ovide, Les Métamorphoses, traduction, introduction et notes par Joseph Chamonard, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 146-149. Signalons au passage que l’orthographe de certains prénoms féminins diverge légèrement dans cette traduction (Alcyoné, Arachné, Cyané, Progné) de celle que propose Jean-Pierre Lefebvre, tout au moins pour les person­nages du Dernier des mondes (Alcyone, Aracné, Cyane, Procné).

2 Selon Barbara Vollstedt (cf. Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Pon­to » in Christoph Ransmayrs Roman « Die letzte Welt », op. cit., p. 149-150), le choix de ce prénom s’explique par l’image qu’Ovide, dans les Tristes, donne lui-même de sa femme (Ovide, Tristes, traduit du latin et présenté par Dominique Poirel, Paris, La Différence, « Orphée », 1989, I, 3, p. 25 : « Ma femme en pleurs tendrement me serrait, pleurant entre ses bras,/ les larmes ruisselaient sur ses joues innocentes »).

3 Nous indiquons ici les livres des Métamorphoses où apparaissent ces figures : Alcyone (XI), Aracné (VI), Cyane (V), Fama (XII), écho (III), Io (I), Médée (VII), Proserpine (V), Procné et Philomèle (VI), Pyrrha (I).

4 Christoph Ransmayr, Le dernier des mondes, traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Flammarion/POL, 1989 (Abréviation utilisée : L), p. 25; Christoph Ransmayr, Die letzte Welt, Fischer Taschenbuch, Frankfurt a. M., 1991 (Abréviation utilisée : R), p. 27 : « [...] das mußten hohe Menschen sein. »

5 L, p. 103; R, p. 130 : « aus einer der großen Familien Siziliens ».

6 L, p. 139; R, p. 179 : « Dorfhure ».

7 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Seuil, « Points essais », 1982, p. 497.

8 L, p. 200; R, p. 256 : « [Die taubstumme Weberin zum Beispiel] hatte die Küste Tomis auf dem Schiff eines Purpurfärbers erreicht [...]. »

9 L, p. 200; R, p. 257 : « von den Schneelawinen eines plötzlichen Tauwetters [...] aus einem Hochtal gejagt ».

10 L, p. 199; R, p. 256 : « [...] daß an der Küste Tomis alle Schicksale einander zumindest in einem Punkt glichen : Wer immer sich in den Ruinen, Höhlen und verwitterten Steinhäusern Tomis heimisch gemacht hatte, kam selbst aus der Fremde, aus dem Irgendwo. Wenige zer­zauste struppige Kinder ausgenommen, schien es in Tomi keinen Menschen zu geben, der seit seiner Geburt hier lebte, keinen, der anders als auf Fluchtwegen oder den verworrenen Routen des Exils an diese Küste verschlagen worden war. »

11 L, p. 114; R, p. 145 : « [Aber wirklich nahe, näher als andere, war Cotta weder dem Dichter noch] seiner an Rom und an ihrem Heimweh nach Sizilien leidenden Frau [jemals gekom­men.] »

12 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., p. 155 : « Son père, Idmon de Colophon, teignait avec le murex de Phocée les laines avides. »

13 L, p. 81-82; R, p. 100-101 : « [Echo wußte nicht woher sie kam.] [...] eine Verwandte oder ein Mündel der taubstummen Arachne [...] sie sei das verstoßene Kind eines Bruders der Weberin, das nun als Magd getarnt in Arachnes Haus Unterkunft gefunden habe. [...] [Arachne] bedeutete einer Nachbarin, keine Verwandte und kein Mündel habe sie davon geschafft, sondern nur eine Fremde, eine Landstreicherin. »

14 L, p. 205-206; R, p. 265 : « nur mit wechselndem Widerwillen ».

15 L, p. 13; R, p. 12 : « Fama, die Witwe eines Kolonialwarenhändlers ».

16 L, p. 98; R, p. 124 : « [...] einst unter dem schweißüberströmten Gewicht eines durch­reisenden Mineurs gezeugt ».

17 L, p. 132; R, p. 169-170 : « [...] eine Brut von mineralischer Härte, das Herz aus Basalt, die Augen aus Serpentin, ohne Gefühle, ohne eine Sprache der Liebe, aber auch ohne jede Regung des Hasses, des Mitgefühls oder der Trauer, so unnachgiebig, so taub und dauer­haft wie die Felsen dieser Küste. »

1 L, p. 11; R, p. 10 : « [In den Häusern] mühten sich früh alternde, stets dunkel gekleidete Frauen ab [...]. »

2 L, p. 103; R, p. 130 : « eine [...] Schönheit ».

3 L, p. 21; R, p. 21 : « [die Namen] von Helden und schönen Frauen ».

4 L, p. 80; R, p. 99 : « [Das ebenmäßige Gesicht der Knienden, die zu ihm aufsah, war] über und über mit Schuppen bedeckt, mit weißen Flocken abgestorbener Haut [...]. »

5 L, p. 83; R, p. 102 : « von einer berückenden Schönheit [...]. »

6 L, p. 214; R, p. 274 : « [Die Fremde] hatte an der Stelle des Mundes nur eine nässende, schwarz vernarbte Wunde; ihre Lippen waren zerrissen, Zähne ausgebrochen, die Kiefer zerschlagen. »

7 L, p. 72; R, p. 87 : « die feiste, kränkelnde Frau des Schlachters ».

8 L, p. 28; R, p. 30 : « [...] eine zunehmende Dickleibigkeit, ein mit Salben und ätherischen Ölen gepflegtes Fett, in dem diese ehemals zarte Frau allmählich zu verschwinden schien. »

9 L, p. 73; R, p. 88 : « [...] als ob er jenes zarte Wesen, das sich vor der Gewalt der Welt und Tereus Haß tief ins eigne Fett zurückgezogen hatte, aus dieser Zuflucht wieder hervorzerren, ja befreien wollte. »

10 L, p. 195; R, p. 250 : « Die Trauer um ihren Sohn hatte sie geschwätzig, bedürftig nach Zuhörern gemacht; selbst den mit Amuletten behängten Flüchtlingen aus dem Gebirge, die sich vor den Regalen und dem von Kerzen umflackerten Standbild ihres Sohnes drängten und sie verständnislos anstarrten, beschrieb sie ihr Unglück in endlosen Geschichten und besänftigte die Ungeduld der Zuhörer mit Magenbitter und Kautabak... »

11 L, p. 149-150; R, p. 193 : « Seit mit Echo die einzige Stimme verlorengegangen war, über die Arachne jemals verfügt hatte, gab es in der eisernen Stadt niemanden mehr, der ihr Fingeralphabet lesen konnte. Man verstand wohl, wenn sie um Salz in Famas Laden kam oder in Phineus Keller eine Flasche Weingeist verlangte, um darin Walnüsse einzulegen – was die Weberin aber dachte, was sie empfand, wurde nun allein durch ihre Webbilder verständlich [...]. »

12 L, p. 213; R, p. 273 : « [...] sprach mit ebensolchen fliegenden Fingern wie die taube Weberin. »

13 Cf. Anatole Bailly, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette, 1950.

14 L, p. 106; R, p. 133-134 : « [...] so daß schließlich auch Cyanes Schreiben immer all­gemeiner und leerer wurden, bis der Verbannte und seine Frau nur noch lange, traurige Monologe wechselten, die immergleichen Formeln der Beruhigung, der Hoffnung oder der Verzweiflung [...]. [...] Prozeß der fortschreitenden Sprachlosigkeit [...]. »

15 L, p. 92; R, p. 114 : « ein zögerndes [...] Gespräch ».

16 L, p. 92; R, p. 115 : « [...] die erste Begegung mit einem menschlichen Wesen seit seiner Abreise aus Rom ».

17 L, p. 93; R, p. 116 : « [...] um ihre einsilbigen Antworten in Erzählungen zu verwandeln ».

18 L, p. 83; R, p. 103 : « Echos undurchdringliche Verschwiegenheit ».

19 L, p. 122; R, p. 154 : « wie in einem Selbstgespräch ».

20 L, p. 133; R, p. 170-171 : « Echo ging so müde neben ihm her, als habe sie in die schreiende Nacherzählung der Prophezeiungen des Verbannten nicht nur die ganze Kraft ihrer Stimme gelegt, sondern auch alle Kraft ihres Erinnerungsvermögens, so müde, als habe sie mit der Überlieferung der Apokalypse ihre Bestimmung bis zum letzten Wort erfüllt und sinke nun in die Sprachlosigkeit zurück. »

21 Ursula Reber, Clemens Ruthner, « Das Furchtbare ist längst geschehen. Christoph Ransmayrs Die letzte Welt », in : Wieland Freund, Winfried Freund (Hrsg.), Der deutsche Roman der Gegenwart, München, Wilhelm Fink, « UTB », 2001, p. 123 : « [...] der Eros versagt in jeder Hinsicht und verwandelt sich zurück in pure sexuelle Gewalt [...]. »

22 L, p. 118; R, p. 150 : « nur einer von vielen und roh wie die meisten ».

23 L, p. 120; R, p. 153 : « Echo gab sich ihm [Tereus] und jedem mit einem Gleichmut hin, als entrichte sie, eine wehrlose Fremde an dieser Küste, damit den unabdingbaren Preis für ein Leben im Schatten und Schutz der eisernen Stadt. »

24 L, p. 28; R, p. 30 : « Kränklich und ohne Klagen begleitete sie ihren Gemahl durch ein häßliches Leben und tat, was er von ihr verlangte. [...] Tereus schlug sie oft wortlos und ohne Zorn wie ein ihm zur Schlachtung anvertrautes Tier, so als diente jeder Schlag allein dem Zweck, einen kümmerlichen Rest ihres Willens und den Ekel zu betäuben, den sie vor ihm empfand. »

25 L, p. 33; R, p. 37 : « Es war Proserpina, die unter den Frauen der eisernen Stadt als mannstoll galt; Proserpina lasse sich von den Viehhändlern begaffen wie eine Kuh und von den Bernsteinsammlern wie ein Kleinod, pflegte Fama in ihrem Laden hinter vorgehaltener Hand zu sagen. »

26 L, p. 26; R, p. 27 : « Und sie nahmen so zärtlich und traurig Abschied voneinander wie an der Küste der eisernen Stadt noch kein Mann von seiner Frau. »

27 Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph Ransmayrs Roman « Die letzte Welt », op. cit., p. 64 : « [...] am positivsten stellt Ransmayr seine Frauenfiguren dar, die sich noch am humansten verhalten. Zumindest sind sie nicht Täter, sondern Opfer [...]. »

28 L, p. 98; R, p. 124 : « Fama, von der Echo auch wußte, daß sie ihr lallendes Kind vor Jahren mit einem Absud aus Zyklamen und Seidelbastblüten zu vergiften versucht hatte, damit dieses mißratene Wesen die Welt [...] wieder verlassen würde [...]. »

1 Cf. Epple, Christoph Ransmayr. Die letzte Welt, op. cit., p. 99.

2 L, p. 93; R, p. 116 : « Losungswort [...] ».

3 L, p. 94; R, p. 118 : « ein Buch über Steine [...], ein Katalog seltsamer Mineralien ».

4 L, p. 122; R, p. 155 : « ein Buch der Steine ».

5 L, p. 134; R, p. 172 : « Aus Echos Gedächtnis oder den Erinnerungen anderer Gäste an Nasos Feuern würde er die Geschichten des Verbannten aufsammeln [...]. Ein Buch der Steine, hatte Echo gesagt. Also schrieb Cotta, in die Dachkammer des Seilerhauses zurück­gekehrt, Das Buch der Steine über jene Notizen, in denen er den Untergang der Welt festhielt. »

6 L, p. 147; R, p. 191 : « [...] daß die Teppiche an den Wänden seiner Kammer den Kulissen der Metamorphoses glichen. »

7 L, p. 149; R, 192 : « Das unruhige, tiefe Blau dort draußen glich der Farbe jener See, deren Lagunen Arachne in ihre Teppiche einwebte, glich der Farbe jener Wellen, die gegen Roms schöne Küsten schlugen. »

8 Ovide, Les Métamorphoses, op. cit., p. 158.

9 L, p. 153; R, 198 : « Hatte Naso jedem seiner Zuhörer ein anderes Fenster in das Reich seiner Vorstellungen geöffnet, jedem nur die Geschichte erzählt, die er hören wollte oder zu hören imstande war? Echo hatte ein Buch der Steine bezeugt, Arachne ein Buch der Vögel. Er frage sich, schrieb Cotta in einem respektvollen Brief an Cyane, der die Via Anastasio niemals erreichen sollte, er frage sich, ob die Metamorphoses nicht von allem Anfang an gedacht waren als eine große, von den Steinen bis zu den Wolken aufsteigende Geschichte der Natur. »

10 L, p. 194-195; R, p. 250 : « Arachne wußte nichts. Arachne hatte nur ihre Hände zusammengeschlagen und die Finger zu unverständlichen Zeichen gekrümmt, als er ihr ein Tuchstück zeigte, das ihren Namen trug. [...] Nur Fama erinnerte sich. »

11 L, p. 209-210; R, p. 268-269 : « Wenn Cotta aus Famas Laden, aus ihren Erzählungen und Klagen in das verfallende Haus zurückkehrte, schritt er manchmal bis spät in die Nacht seine Wimpelgirlanden ab, die immer noch wie die Dekoration eines Lumpenballs kreuz und quer durch die Seilerei gespannt waren – und verglich das Gerede der Krämerin mit den Fragmenten und Namen auf den gebleichten Fetzen aus Trachila.

Wovon die Krämerin auch sprach und worüber sie auch klagte – das meiste davon glaubte er im Verlauf dieser labyrinthischen Wanderungen durch die Seilerei auf den bekritzelten Fetzen wiederzuerkennen [...]. Und auch wenn ihm vieles an diesen Inschriften unverständ­lich blieb, kam er an einem dieser Abende doch zu dem Schluß, daß die Steinmale von Trachila nicht viel mehr enthielten als das Getratsche der Krämerin, Schicksale, Legenden und Gerüchte dieser Küste, von Naso und seinem griechischen Knecht gesammelt, ins Gebirge getragen und aufgezeichnet in einem kuriosen, kindischen Spiel mit der Über­lieferung. Was hier so fleckig und zerfranst an seinen Wäscheleinen hing und jenseits der Baumgrenze an Steinmalen im Wind flatterte, war das Gedächtnis der eisernen Stadt. »

12 L, p. 198; R, p. 255 : « [...] und kam immer wieder, weil Fama so vertraut und fürsorglich mit ihm sprach, als wäre er hier nie ein Fremder gewesen. »

13 Félix Gaffiot, Dictionnaire latin-français, Paris, Hachette, 1934 : « 1. devin, prophète - 2. poète (inspiré des dieux) - 3. maître dans un art, oracle. »

14 L, p. 127; R, p. 162 : « Echo erschien in diesen Augenblicken durch eine plötzliche Be­geisterung und Hingabe [...] verändert [...]. »

15 Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph Ransmayrs Roman « Die letzte Welt », op. cit., p. 55 : « Sie [Echo] ist in Die letzte Welt ein inneres Echo Cottas. Außerdem fungiert sie [...] als Echo Ovids, indem sie Cotta dessen Geschichten überliefert. »

16 Interwiew accordée à Barbara Vollstedt, in : Vollstedt, Ovids « Metamorphoses », « Tristia » und « Epistulae ex Ponto » in Christoph Ransmayrs Roman « Die letzte Welt », op. cit., p. 64 : « [...] das entspricht durchaus den historischen Erfahrungen [...]. [U]nd jeder, der einen einigermaßen verständigen Blick auf die Welt wirft, würde wahrscheinlich imstande sein, in diesem Ton gefärbte Frauengestalten sich auszudenken oder von denen zu berichten. Also, das ist ja keine großartige Erfindung von mir, sondern das ist ja nur eine Art Widerhall dessen, was in der Realität, in der gegenwärtigen, wie in der vergangenen, zu finden ist und zu finden war. »

17 L, p. 222; R, p. 287 : « [D]ie Erfindung der Wirklichkeit ».

Auteur

Université de Rennes II

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site