Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures croisées de Christoph Ransmayr : "Le dernier des mondes"

 | 
Jacques Lajarrige

Avant-propos

Jacques Lajarrige

Texte intégral

  • 1 Ovide, Métamorphoses, 8, v.155-170.

1Tout commence par un travail de commande presque anodin, une tra­duction en prose d’un bref épisode des Métamorphoses d’Ovide1, qui prend bientôt ses aises, s’éloigne peu à peu de son objet initial pour gagner un autonomie créatrice qui s’avérera irréversible et aboutira trois ans plus tard à la réécriture originale que l’on connaît.

  • 2 Cf. Christoph Ransmayr, Die letzte Welt, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch 9538, 112001, p. 34 (...)
  • 3 In Jahresring 87-88, Jahrbuch für Kunst und Literatur, p.196 suiv.

2De ce processus d’émancipation sont conservées deux étapes intermé­diaires. D’abord une version en prose (« Prosaierung ») des quelques vers qui correspondent à la mission confiée à Dédale par le roi de Crète, Minos, de construire un labyrinthe pour le Minotaure. Si cet épisode célèbre entre tous n’a pas été intégré au roman en tant que tel, si ce n’est par le détour de la représentation d’Icare sur une des tapisseries d’Aracné, il fournit sur les intentions et la méthode employée des indices précieux. Leitmotiv du Der­nier des mondes2, le labyrinthe désigne aussi bien l’enchevêtrement des rues de Tomes que le réseau de catacombes de Rome, ou encore les accidents géologiques des montagnes de Trachila. Mais il s’applique aussi à la situation du romancier qui se fraie un chemin dans le dédale des récits ovidiens. Ce premier essai trace une voie qui déjà fait de la source une incitation à enrichir de détails psychologiques et de réflexions politiques ou poétologiques ce qui n’était qu’esquissé chez le poète latin. Ensuite, dans un deuxième temps, une ébauche de roman, Entwurf zu einem Roman3, dont le titre indique clairement l’intention générique de faire des Métamorphoses le substrat d’une écriture émancipée et qui en cerne le motif avec précision : « la disparition et la reconstruction de la littérature, de la poésie ».

3Curieusement, une bonne part de la réception du livre sera conditionnée par ce préambule programmatique. Curieusement parce que les quatre points développés dans l’ébauche diffèrent parfois nettement de ce que sera la ver­sion finale, mais aussi parce que le premier terme de l’équation, la fameuse mort annoncée de la littérature et de l’écrivain, occultera le second, ouvrant ainsi la voie à quantité d’interprétations faisant du Dernier des mondes le manifeste d’une postmodernité triomphante. Moulin auquel l’auteur s’est, il faut le rappeler, bien gardé d’apporter jamais une quelconque eau.

  • 4 Wendelin Schmidt-Dengler, «’Keinem bleibt seine Gestalt’. Christoph Ransmayrs Roman Die letzte Welt (...)

4On voit bien tout ce qui a pu infléchir l’accueil de la critique dans un tel sens : le rationalisme congédié sans ménagement, l’absence supposée d’an­crage historique de l’action, de réalité palpable auquel le texte renverrait. Mais aussi la mise en exergue d’un chant du cygne de la civilisation ; le lamento écologiste sur la destruction inéluctable de la nature par la main de l’homme ; l’invisibilité d’Ovide que personne, et surtout pas Cotta, ne par­vient à voir, si ce n’est sous la forme d’hallucinations ; l’impossibilité de proposer du « Livre » une lecture monolithique, en dépit ou plutôt à cause des stèles où s’affichent toutes frêles des bribes de son contenu, et quelle que soit par ailleurs la validité ponctuelle que semblent fournir certains rappro­chements avec l’empire augustinien, le IIIe Reich ou les pays de l’ancien bloc de l’Est. Sans oublier l’arrière-plan autrichien, pas seulement suggéré par le décor montagneux. Non sans raison, Wendelin Schmidt-Dengler avait loué la dimension universelle du roman et son affranchissement vis-à-vis d’une thématique exclusivement et obsessionnellement autrichienne.4 Le constat demeure globalement valable, même si Ransmayr n’a pu s’empêcher de parsemer son texte d’allusions à la réalité de son pays d’origine. Midas n’a-t-il pas par exemple recours à titre privé à un orchestre de valse ? Nason ne parle-t-il pas dans un stade qui porte le nom d’une église viennoise ? Le fait qu’il y consacre son discours à la peste constitue aussi un clin d’œil dans cette direction. De même que l’insistance avec laquelle le texte fait alterner les marges de l’empire avec son centre politique. Le tableau d’une société montagnarde dégénérée fait quant à lui bien aussi partie d’une tradition litté­raire solidement ancrée dans le paysage littéraire d’Autriche et se retrouve aussi bien chez Thomas Bernhard que chez les tenants du courant appelé « Antiheimat-Literatur ». Enfin, le bannissement de Nason sur les bords de la mer Noire déclenche un incendie qui souille le marbre du Palais de Justice ! Qui pourrait donc prétendre après cela à l’absence de l’Histoire ?

5Défendre de telles positions, c’était faire fi surtout d’une auctorialité à géographie variable certes, mais omniprésente, dont témoignent notamment une puissante architecture sous-tendue par des effets de symétrie de la com­position (Rome – Tomes ; discours du stade – révélations d’Écho dans la Baie des Balustrades ; horizontalité – verticalité) ainsi qu’un réseau serré de leitmotive, dont la plupart (mousse, mûrier, limaces etc.) sont en rapport direct avec les mécanismes de la production et de la réception du texte litté­raire. C’était oublier un peu vite que l’« ultimas tellus » est peuplée de personnages tout droit sortis de l’univers ovidien, que le « Livre », soit disant brûlé, n’en continue pas moins d’exister dans des vies parallèles vi­vaces et protéiformes. C’était enfin faire peu de cas de ce qui fait du roman une expérimentation originale sur les possibilités de réemploi du mythe en littérature, un diagnostic de la présence et du rôle de la littérature dans nos sociétés contemporaines, citées au travers des anachronismes, de son traite­ment dans l’espace public, ce marché de la culture qui l’instrumentalise, la déforme ou la récupère à des fins qui lui sont étrangères.

  • 5 Salman Rushdie, « Der Künstler, zermalmt von den Mythen eines Tyrannen », in : Die Erfindung der We (...)
  • 6 Nous citons ici d’après la traduction française de Jean-Pierre Lefebvre : Le dernier des mondes, Pa (...)

6Aussi les pratiques d’espace qui se déploient dans le Dernier des Mondes sont-elles également, et peut-être avant tout, des mises en scène de l’écriture et des figures de l’écrivain, réflexion sur les causes et les situations de l’exil des poètes, dont Ovide peut être considéré comme le premier spécimen, pas seulement sur les rives du Pont-Euxin, mais à Rome déjà où son travail fut l’objet de grossiers contresens. Car parler le langage du mythe, c’est opposer la littérature, domaine de la malléabilité par excellence, au rêve de l’éternité, instrument d’oppression des tyrans, comme l’a fort justement fait remarquer Salman Rushdie à propos du Dernier des mondes.5 Bien que ses intentions ne soient pas exemptes d’ambitions personnelles, Cotta entend tout de même obtenir la « reconnaissance due pour cette redécouverte d’une grande poé­sie ».6 Il faudrait de cette citation souligner chaque mot.

7Toutes ces problématiques constituent le dénominateur commun des lec­tures croisées réunies ici, lectures qui, dans la diversité de leurs approches, tentent de rendre compte de l’infinie richesse de ce livre qui n’a sans doute pas fini de susciter la fascination comme l’irritation …

8Le présent ouvrage, que clôt une bibliographie couvrant presque quinze années d’une réception abondante, rassemble les contributions présentées lors d’une journée d’études organisée à Paris en février 2003 sous l’égide de l’EA 182 (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle) et de la Société franco-autrichienne pour la coopération culturelle et scientifique. Que Madame Deussen, directrice de la Maison Heine, qui nous a offert l’hospi­talité, et Monsieur Geifes (DAAD - Paris), dont le soutien a permis la venue de conférenciers étrangers, trouvent ici l’expression de ma sincère recon­naissance. Mes remerciements vont également à Madame Michèle Leprettre qui, dans des délais très courts, a assuré avec beaucoup de compétence la mise en forme du volume, ainsi qu’à Monsieur Gilbert Krebs qui en a permis la publication aux PIA et a accompagné avec une bienveillante vigilance les différentes étapes de sa fabrication.

Notes

1 Ovide, Métamorphoses, 8, v.155-170.

2 Cf. Christoph Ransmayr, Die letzte Welt, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch 9538, 112001, p. 34,112,127,173,221,228,268.

3 In Jahresring 87-88, Jahrbuch für Kunst und Literatur, p.196 suiv.

4 Wendelin Schmidt-Dengler, «’Keinem bleibt seine Gestalt’. Christoph Ransmayrs Roman Die letzte Welt » in : Die Erfindung der Welt. Zum Werk von Christoph Ransmayr. Hrsg. von Uwe Wittstock. Frankfurt a.M., Fischer Taschenbuch Verlag (= Fischer Taschenbuch 13433), 1997, p.111.

5 Salman Rushdie, « Der Künstler, zermalmt von den Mythen eines Tyrannen », in : Die Erfindung der Welt. Zum Werk von Christoph Ransmayr. Hrsg. von Uwe Wittstock. Frankfurt a.M., Fischer Taschenbuch Verlag (= Fischer Taschenbuch 13433), 1997, p.14.

6 Nous citons ici d’après la traduction française de Jean-Pierre Lefebvre : Le dernier des mondes, Paris, Flammarion, 1989, p.136.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site