Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

IV. L'expression des émotions en contexte

L’expression des émotions dans la mise en scène médiatique. Analyse comparative à partir d’un corpus de débats télévisés interactifs en français et en italien

The expression of emotions in broadcast talk. A comparative analysis based on some French and Italian TV interactive debates

Elisa Ravazzolo

Résumé

Cette étude compare les formes et les fonctions des émotions mobilisées dans des débats télévisés interactifs français et italiens consacrés à la discussion de phénomènes sociopolitiques et d’événements d’actualité. La manifestation émotionnelle, observée en fonction du locuteur et de son rôle interactionnel, est ici examinée à travers l’analyse de marqueurs de nature lexicale, syntaxique et pragmatico-énonciative (marqueurs lexicaux de l’émotion affichée, signes linguistiques connotés, dispositifs de mise en relief, procédés rhétoriques, emploi stratégique de petits mots de l’oral, etc.). Les différences interculturelles de la parole émotionnée se révèlent par les stratégies mises en œuvre par les animateurs dans la sollicitation et l’expression émotionnelle, ainsi que par les ressources mobilisées par les débatteurs (invités et citoyens) au niveau expressif-énonciatif et au niveau communicationnel. On observe par ailleurs l’exploitation argumentative de la dimension émotionnelle, qui semble contribuer non seulement à la construction pathémique, mais aussi, plus globalement, à l’efficacité de l’entreprise de persuasion.

This paper explores the forms and functions of the emotions expressed in some French and Italian TV broadcast interactions. The study is more precisely based on a comparative analysis of two TV interactive debates dealing with social-political issues and particularly relevant current affairs. The emotional manifestation, observed according to the speaker and his interactional role, is mainly studied from a linguistic point of view, through the analysis of lexical, syntactic, pragmatic and enunciative markers (affective sentences, connotative words, emphatic syntactic constructions, rhetorical devices, strategic use of discourse markers, etc.). Cultural differences of emotional discourse are observed by considering on the one hand the strategies used by hosts in inducing and expressing emotions and on the other hand the resources employed by debaters (guests and citizens) at an expressive, enunciative and communicative level. The argumentative use of emotive language which seems to contribute not only to the “pathemic” construction but also, in a more global way, to the effectiveness of the persuasive undertaking, is examined.

Texte intégral

1Cette étude prend pour objet l’expression et le rôle des émotions mobilisées dans le discours médiatique, saisis à travers un corpus particulier : des débats télévisés interactifs traitant de l’actualité sociopolitique. Tout en reconnaissant l’importance des indices émotionnels de nature non verbale et para-verbale, nous nous focaliserons essentiellement sur les vecteurs d’émotion opérant au niveau discursif et sur leur fonction par rapport à l’efficacité de l’activité argumentative. Notre réflexion se concentrera en particulier sur la variation interculturelle de la manifestation émotionnelle, à travers la comparaison du type d’émotions mobilisées dans la mise en scène médiatique en français et en italien.

2Le corpus choisi pour cette étude pose un premier problème concernant le degré d’authenticité de l’émotion montrée ou exhibée. Il est évident que dans le discours médiatique, et en particulier politique, on peut supposer l’existence d’une mise en scène émotionnelle répondant à une visée de captation et de persuasion du public plutôt que des interlocuteurs en présence. Toutefois, on peut assister également à l’émergence d’états émotionnels dysphoriques liés à des séquences particulièrement conflictuelles qu’on ne saurait attribuer entièrement à une planification intentionnelle préalable. Il est donc parfois difficile de séparer ce qui est de l’ordre du délibéré de ce qui est plus spontané, imprévisible, lié plus spécifiquement à la dynamique de l’échange communicatif et à l’identité des participants. Dès lors, l’opposition établie par Caffi et Janney (1994 : 328) entre “communication émotive” – en tant que manifestation stratégique d’informations affectives visant à influencer l’interlocuteur – et “communication émotionnelle” – désignant l’irruption spontanée de l’émotion – semble s’estomper. D’autant plus que, comme le souligne Plantin (2003 : 106) « la meilleure stratégie expressive pour la communication émotive est de se faire passer pour de la communication émotionnelle, par jeu ou mensonge émotionnels ».

1. Présentation du corpus

3Pour notre analyse, nous avons sélectionné des programmes interactifs fondés sur la volonté de créer ou représenter un espace de confrontation entre les politiciens et les citoyens. L’étude se fonde en particulier sur l’analyse comparative de deux débats politiques interactifs, le programme français Ça vous regarde (désormais ÇVG), diffusé sur la chaîne parlementaire LCP, et Agorà (désormais AG), émission diffusée en Italie sur la chaîne télévisée nationale RAI 3. Le corpus se compose plus précisément de 5 épisodes de ÇVG, ayant chacun une durée d’environ 50 minutes, et de 4 épisodes d’AG, dont la durée moyenne est d’une heure et demie. Les émissions sélectionnées portent sur la discussion d’événements d’actualité susceptibles de provoquer des manifestations émotionnelles :

  • l’accident nucléaire au Japon (ÇVG 14/03/2011, AG 13/04/2011)

  • la guerre en Lybie et le débat sur l’immigration (ÇVG 31/03/2011, AG 29/04/2011)

  • la mort de Ben Laden (ÇVG 03/05/2011, AG 02/05/2011)

  • la discussion sur la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public (ÇVG 5/05/2010 et ÇVG 13/07/2010)

  • les élections administratives italiennes (AG 26/05/2011).

4Ces deux programmes se caractérisent par un format participatif complexe avec, d’une part, les acteurs présents sur le plateau (l’animateur et les invités), d’autre part des citoyens intervenant par webcam interposée. La parole citoyenne serait employée pour créer l’impression d’un espace démocratique, à l’instar des forums de l’Antiquité, sauf que ces ‘sentinelles citoyennes’, rigoureusement sélectionnées, s’expriment souvent de façon fragmentaire et ont un temps de parole très limité. Toutefois, malgré ses limites, l’irruption du public dans les médias semblerait accroître le potentiel émotionnel du discours médiatique et « infléchir les flux du marché des émotions pour dominer l’agora » (Meyer, 2003 : 266).

2. Les émotions dans l’interaction médiatique : une perspective interculturelle

  • 1 L’adjectif émotionnée permet de désigner plus généralement « une parole traversée par n’importe que (...)

5Notre étude de l’affichage émotionnel dans les débats médiatiques se fonde sur une conception étendue de la notion d’émotion, qui est à l’origine d’une pléthore de termes et de définitions. Le mot émotion est en effet employé comme terme englobant, « dans son sens large pour désigner les états constitutifs de la vie affective » (Cosnier, 1994 : 161). Nous nous intéresserons en particulier à l’émergence d’états émotifs/émotionnels dans une situation d’interaction spécifique et nous analyserons la parole émotionnée1 en fonction du locuteur et de son rôle interactionnel, d'abord en ce qui concerne les animateurs puis les débatteurs.

2.1. L’animateur

  • 2 Cf. le chapitre de G. Acerenza, dans ce volume, consacré aux émotions dans les commentaires sportif (...)

6L’activité des animateurs des deux émissions ne diffère pas en ce qui concerne le type de ressources employées pour solliciter le débat et le surgissement du désaccord. Les stratégies employées sont en effet les mêmes : une gestion des tours de parole soumise à la logique de la conflictualité, la convocation de contre-discours attribués à d’autres sources énonciatives, la formulation de questions orientées contre/par rapport au point de vue supposé de l’interlocuteur. Les différences se localisent principalement au niveau des ressources mises en œuvre dans l’expression et la sollicitation émotionnelle. Ainsi l’animateur français emploie-t-il très fréquemment des marqueurs verbaux explicites de l’émotion affichée (verbes, substantifs et adjectifs de sentiment), alors que son homologue italien en fait un usage très rare et privilégie de son côté une construction dramatisante au moyen de signes linguistiques connotés, pourvus d’une orientation émotionnelle, mais qui ne disent pas directement l’émotion2.

7Nous avons distingué globalement deux types de stratégies permettant aux animateurs d’une part de confier la mise en scène émotionnelle aux interlocuteurs (émotion hétéro-attribuée ou sollicitée), d’autre part de participer directement à la construction de l’émotion grâce à l’imposition d’un cadrage émotionnel spécifique (émotion avouée ou suscitée).

8Lors des épisodes d'émotion hétéro-attribuée ou sollicitée, le locuteur emploie des commentaires émotionnels qui attribuent une émotion spécifique à l’interlocuteur, sous forme de questions orientées. Les énoncés d’émotion (désormais EE) se caractérisent plus précisément par l’association de trois éléments (Plantin, 1997) : un lieu psychologique de l’émotion (incarné dans le cas spécifique par l’allocutaire, donc l’invité ou le citoyen), un inducteur d’émotion (le facteur qui l’a provoquée) et une émotion plus ou moins spécifiée. L’émotion hétéro-attribuée se manifeste dans notre corpus essentiellement à travers deux types de formulations :

9a) une construction comportant la focalisation sur l’allocutaire (forme privilégiée), qui fait apparaître le terme d’émotion et le lieu psychologique. Dans ce cas, les EE font l’objet d’une construction attributive composée du verbe être + un adjectif dérivé d’un verbe de sentiment (choqué, déçu, inquiet, déchiré, agacé, angoissé, surpris, heureux, frustré, soulagé).

Animateur → Citoyenne :
Catherine est-ce que vous êtes choquée en tant que citoyenne de voir une femme porter ce voile/ [ÇVG 13/07/2010]

Animateur → Invité :
le Japon réclame l’aide d’experts de l’AIA alors qu’on sait que le Japon est un pays performant en matière nucléaire en tout cas c’est ce qu’on nous a dit\ est-ce que ce soir vous êtes inquiet/ [ÇVG 14/03/2011]

10b) une construction où le verbe d’émotion lie le lieu psychologique à la source de l’émotion.

Animateur → Invité :

Ça vous choque/ comment/ vous regardez cette mort de Ben Laden [ÇVG 03/05/2011]

11Parmi les stratégies de désignation employées par l’animateur pour attribuer l’émotion à autrui et stimuler une identification-projection du destinataire figurent des locutions de type : sentiment de + N, où N renvoie à la situation matérielle et morale qui provoque cette émotion. Dans l’extrait suivant par exemple, l’animateur, interprétant les propos de Claude Guéant, évoque un « sentiment d’immigration » qu’il décode, avec prudence, comme un « sentiment d’insécurité » et qu’il attribue à tous les Français :

Animateur → Invité :
juste un mot de Bruno Beschizza […] euh vous êtes derrière Claude Guéant lorsqu’il dit ça/ et qu’il évoque ce sentiment de l’immigration puisque si j’entends bien c’est un peu comme le sentiment d’insécurité c’est pas forcément vrai mais en tout cas les Français ont ce sentiment vous le soutenez derrière ces petites phrases/ ou vous dites qu’il va trop loin [ÇVG 31/03/2011]

12Il est à signaler que dans le corpus italien, l’animateur se sert rarement d’EE :

  • 3 « Craint-on Giulietto Chiesa euh j’emploie un mot qui n’est pas approprié enfin craint-on des rétor (...)

Animateur → Invité :
c’è timore/ Giulietto Chiesa di euh uso un termine che non è adatto insomma di ritorsioni in qualche modo di reazioni da parte dell’isla- del terrorismo islamico3 [AG 02/05/2011]

13Dans l’exemple cité, le locuteur associe le sentiment de préoccupation à une instance générale susceptible d’englober la communauté d’experts et de commentateurs politiques.

14Dans d’autres cas, comme celui de l'émotion avouée ou suscitée, l’animateur participe lui-même à la construction de l’émotion, à travers des EE qui comportent une focalisation sur l’inducteur d’émotion, comme dans l’extrait suivant, où l’émotion est déclarée au moyen d’une construction adjectivale active (Debyser, 1976 : 15). Le lieu psychologique est ici représenté par le locuteur qui transmet l’émotion évoquée à une instance plus générale, à la manière d’un on inclusif susceptible d’englober l’ensemble des Français.

Animateur →Invité :
c’est inquiétant parce que ce césium 137 euh ‘fin ce scénario de Tchernobyl excusez-moi de revenir sur ce mot que les Français connaissent on s’approche de ce scénario ou pas selon vous d’après les infos que vous avez ce soir [ÇVG 14/03/2011]

  • 4 P. Charaudeau préfère les termes pathos, pathémique et pathémisation à celui d’émotion, termes que (...)
  • 5 Le toponyme événementiel accumule donc à la fois des discours et des traits émotionnels qui finisse (...)

15Dans cet exemple, la construction émotionnelle est renforcée par l’emploi d’un procédé analogique qui renvoie à l’accident nucléaire de Tchernobyl et fait référence à un univers culturel commun, partagé par la communauté des locuteurs. La valeur pathémique4 de ce « mot-événement » (Moirand, 2007 ; Charaudeau, 2000) est ainsi suggérée implicitement à travers la réactivation d’un « scénario émotif » (Plantin, 2003 : 117) lié à ce type de situation soudaine et tragique. Il suffit de prononcer ce toponyme pour que surgissent dans la mémoire discursive de chacun des termes comme mort, contamination, maladie, termes qui créent un cadre dysphorique associé à la peur et à la crainte5. Dans ce cas, l’émotion est suscitée implicitement à travers l’énonciation d’une expression à orientation émotionnelle dont la portée dramatisante amène le locuteur à produire des précautions oratoires : d’abord l’hésitation signalée par le marqueur (en)fin, ensuite l’excuse et la prise en compte du public (les Français) en guise de justification.

16La référence dramatisante à Tchernobyl est également mobilisée par l’animateur de l’émission italienne, même si dans ce cas la responsabilité énonciative est confiée à une source officielle :

  • 6 « Alors ce qui a fait grand bruit ici en Italie c’est que le Japon ait admis hier que nous sommes d (...)

Animateur → Invité :
allora ha fatto molta notizia qua in Italia il fatto che ieri il Giappone abbia ammesso che siamo in una situazione che davvero può essere paragonata a Chernobyl perché il livello di pericolosità è stato portato a sette […]6 [AG 13/04/2011]

  • 7 Nous avons classé les émotions par ordre de fréquence décroissante.

17Parmi les émotions mobilisées par les animateurs figurent : le choc et l’agacement (que Cosnier considère comme des manifestations de la colère, dans sa structure hiérarchique des domaines émotionnels, 1994 : 44-45), la déception, la préoccupation (peur) et la surprise7.

2.2. Les débatteurs : les invités et les citoyens

  • 8 Nous reprenons ici une distinction proposée par Plantin (2003 : 99-100 et 2011 : 136-137).

18L’affichage émotionnel des débatteurs se réalise à deux niveaux : un premier niveau expressif-énonciatif8, concernant la représentation subjective des émotions éprouvées et l’orientation émotionnelle du discours, et un deuxième niveau, communicationnel et interactionnel, lié à l’émergence, l’évaluation et la gestion des émotions de l’interaction.

19Le recours à la mise en scène émotionnelle par les débatteurs peut s’inscrire dans le cadre de l’activité argumentative et être exploité pour induire l’adhésion du public au point de vue exprimé. Les émotions peuvent être mises au service de l’argumentation à travers des EE qui décrivent de manière transparente l’état dans lequel le locuteur est censé se trouver (émotion auto-attribuée), ou bien en exprimant l’émotion sans la nommer directement.

a) L’émotion auto-attribuée

20Le locuteur emploie les EE pour décrire ce qu’il éprouve ou ce qu’il a éprouvé à un moment donné. L’effet pathémique (Charaudeau, 2000 : 136) est ainsi obtenu par le biais d’une construction identitaire qui amène les destinataires à s’identifier aux sentiments exprimés. Comme le souligne Doury, ces « marqueurs lexicaux de l’émotion affichée » (2000 : 272) peuvent avoir une portée argumentative lorsqu’ils sont formulés pour justifier une prise de position ou faire appel à l’empathie de l’interlocuteur ou du public. En outre, la plupart des EE de notre corpus sont suivis ou précédés d’arguments qui les motivent et montrent la cohérence du sujet éprouvant. Ainsi, dans l’extrait 1, l’EE est justifié par la mise en évidence de l’aspect dramatique de l’événement et par la conclusion inférée à travers un procédé de généralisation : « il n’y a pas de risque zéro dans ce domaine » :

  • 9 Dans les extraits du corpus, les locuteurs sont notés par des lettres : l’animateur est désigné par (...)

(1)9
RL    bien sûr qu’on est inquiets […] nous sommes inquiets en matière nucléaire depuis toujours et il se trouve que l’événement dramatique d’aujourd’hui vérifie le fait qu’il n’y a pas de risque zéro dans ce domaine et que les accidents peuvent être dramatiques
[ÇVG 14/03/2011 ; RL, Robert Lion, conseiller régional d’Europe Écologie]

21Dans l’extrait 2, l’étonnement du locuteur se justifie par la mise en contradiction des propos de l’interlocuteur (M. Béchari), accusé de ne pas représenter la position du Conseil français du culte musulman auquel il appartient :

(2)
JPG    […] je m’étonne quand même que vous disiez que finalement vous n’êtes pas d’accord avec la loi/ alors que quand même le conseil français du culte musulman s’est prononcé pour cette interdiction/
[ÇVG 13/07/2010, JPG, Jean-Paul Garraud, député UMP]

22L’analyse comparative montre que les EE sont beaucoup plus fréquents dans le corpus français (32 occurrences, 21 chez les invités et 11 chez les citoyens) que dans le corpus italien (5 occurrences chez les invités et une seule occurrence chez les citoyens).

23Du point de vue syntaxique, les EE du corpus français, qui régissent des propositions infinitives, complétives ou des syntagmes prépositionnels, s’insèrent souvent dans des constructions pseudo-clivées et parfois dans des phrases clivées ou disloquées. L’émotion serait alors doublement exprimée, car aux marqueurs lexicaux s’ajouterait cette syntaxe expressive, « déstructuration de l’acte linguistique » qui « fait certainement écho aux théories psychologiques plus générales sur l’émotion perturbant l’action » (Plantin, 2003 : 107).

24Dans l’extrait 3, par exemple, l’EE est encadré dans une structure pseudo-clivée où l’inducteur d’émotion est représenté par le syntagme nominal complément de la relative périphrastique :

(3)
JB […]    il y a quelque chose qui me frappe .h moi ce qui m’inquiète beaucoup dans cette loi c’est l’exposé des motifs hein/ […]
[ÇVG 13/07/2010. JB, Jean Baubérot, sociologue]

25Nous avons enregistré une fréquence élevée d’EE, surtout chez les citoyens de l’émission française qui privilégient le verbe choquer, souvent employé dans une pseudo-clivée : « ce qui me choque c’est… ». On pourrait s’interroger alors sur l’effet produit par la répétition de cette expression presque stéréotypée ; l’emploi insistant de termes désignant le choc risque en effet de conduire à une sorte de « décrochage méta-énonciatif » (Charaudeau, 2000 : 139).

26En ce qui concerne le type d’émotions déclarées au moyen d’EE, nous avons observé, chez les invités français, une fréquence élevée des termes désignant l’inquiétude, la préoccupation et la crainte (11 occurrences). Suivent les termes désignant la surprise (7 occurrences), le choc (2) et la joie (1 occurrence). Les citoyens, en revanche, se disent souvent choqués avant même de se dire préoccupés.

  • 10 « Le terrorisme improvisé m’inquiète ».
  • 11 « Je suis étonné que le Corriere della Sera ait déclassé l’événement ».
  • 12 « Ce qui plus m’agace en tant que citoyen c’est la volonté de légitimer une intervention militaire  (...)

27Dans le corpus italien, les quelques EE enregistrés mettent en scène des états d’inquiétude, de surprise ou d’irritation : « il terrorismo fai da te mi preoccupa10 » ; « io sono stupito di come il Corriere della Sera abbia derubricato l’avvenimento11 », « quello che più mi dà fastidio come cittadino è la volontà di legittimare un intervento armato12 ».

b) L’émotion exprimée sans être nommée

28À la désignation transparente de l’émotion s’ajoute, au niveau linguistique, un ensemble de procédés de dramatisation qui expriment l’émotion sans la nommer explicitement. Les mots, dans ce cas, ne décrivent pas les émotions mais peuvent les déclencher et provoquer l’adhésion de l’autre en atteignant ses pulsions émotionnelles.

29Nous n’avons pas enregistré de différences significatives entre les deux corpus concernant ce type de construction émotionnelle. On peut même dire que les images et les signes connotés employés par les locuteurs français et italiens présentent de nombreuses analogies.

30Ainsi peut-on retrouver dans les deux corpus, chez les écologistes, l’association entre industrie nucléaire et mensonge, comme l’illustrent les exemples suivants où les invités, des anti-nucléaristes, fondent leur projet persuasif sur l’appel à la crainte, au moyen des termes connotés tels que mensongère et omertosa (ce mot évoque un silence coupable et a une connotation péjorative car liée à la mafia).

(4)
CM   le nucléaire est par essence une industrie mensongère/ euh par essence une industrie qui comporte des risques
[ÇVG 14/03/2011. CM, Charlotte Mijeon]

  • 13 « L’industrie nucléaire obéit partout dans le monde à la loi du silence et ne dit jamais la vérité  (...)

AB   l’industria nucleare nel mondo è di per sé omertosa e non dice mai la verità 13
[AG 13/04/2011. AB, Angelo Bonelli]13

31On retrouve la même correspondance lorsqu’il s’agit de convoquer le scénario dramatique de Tchernobyl et du réseau sémantique qui l’accompagne : risque, catastrophe, drame, menace, etc.

  • 14 Ces unités linguistiques cumulent deux types d’informations : « une description du dénoté » et « un (...)

32L’émotion exprimée sans être nommée est traduite par des procédés tels que les accumulations, les énumérations et les indices para-verbaux, comme dans l’extrait 5 où la citoyenne Jocelyne manifeste son indignation face au projet de loi interdisant le port du voile intégral. Dans ce cas, la construction émotionnelle se réalise à la fois à travers l’emploi d’axiologiques14 (catastrophique, piège) et d’un procédé de victimisation fondé sur la mise en scène des femmes révoltées et sur l’accumulation d’aspects dysphoriques :

(5)
J   […] voter contre cette loi c’était envoyer un signe catastrophique non seulement par rapport aux femmes qui dans leur pays se battent pour NE PAS porter ce voile qui quelquefois risquent leur vie pour ne pas porter ce voile et puis c’était dire que oui on tolérait ce voile donc on ne pouvait pas voter contre/ voter pour c’était rentrer dans le piège du gouvernement qui était de dire que le problème des femmes c’était le voile alors que c’est pas du tout ça le problème des femmes. h le problème des femmes c’est les maternités de proximité c’est les violences contre les femmes qu’on prend pas vraiment en compte c’est la non-parité en politique […]
[ÇVG 13/07/2010]

33Globalement, on peut dire que le type d’émotions affichées en contexte médiatique semble être lié aux rôles communicatifs des participants : chez les invités, l’appel à la crainte rentre dans un projet argumentatif visant à discréditer l’adversaire en suscitant, par contagion, l’émotion déclarée. Le choc, l’irritation et l’étonnement représentent, en revanche, une posture d’indignation typique des citoyens.

34À côté de l’affichage émotionnel énonciatif-expressif, nous nous sommes intéressée à l’émergence de l’émotion au niveau interactionnel, en fonction du comportement des participants à l’échange communicatif. Cette forme de parole émotionnée peut être facilement saisie dans les séquences agonales, lorsque les participants se livrent à des élans émotionnels plus ou moins spontanés.

35Si l’intensification de l’activité kinésique et l’augmentation de l’intensité articulatoire peuvent être retrouvées dans les deux langues, nous avons relevé des variations essentiellement au niveau du matériau linguistique. Chez les locuteurs français, l’état de tension semble en effet être caractérisé surtout par l’emploi de marqueurs discursifs spécifiques (mais, écoutez), de questions rhétoriques, d’énoncés ironiques, de rappels à l’ordre, etc.

36Dans l’extrait 6 par exemple, nous observons une séquence particulièrement conflictuelle entre Dominique Paillé et Sandrine Mazetier :

(6)

DP

attendez je vous donne un exemple simple madame Mazetier c’est un exemple simple nous avons conclu avec la Tunisie / dans le cadre des contrats de gestion partagée des flux migratoires des accords [(.)au nom/]

SM

[accords de gestion concertée des flux migratoires]

DP

sous Brice Hortefeux [au nom/] au nom&

SM

[sous Ben Ali surtout]

DP

&enfin écoutez soyez sérieuse on [contracte avec les États]

SM

[non mais c’est un bon exemple hein]

DP

on contracte avec les États

SM

c’est un bon exemple/ [les premiers pays les premiers pays qui ont &

DP

[on contracte avec les États madame laissez-moi aller jusqu’au bout c’est pour vous expliquer]

SM

& accepté ces accords sont des euh] toutes les dictatures euh d’Afrique et du [Maghreb]

DP

[mais non] mais non [nous avons]

SM

[le Mali a récusé cet accord]vous voyez/

DP

parce que le Mali est une euh démocratie exemplaire sans doute […]

[ÇVG 31/03/2011]

37On assiste ici à l’action conjointe d’un ensemble de facteurs qui engendrent des états émotionnels dysphoriques : les chevauchements et la négociation des tours de parole, l’augmentation de l’intensité, la production d’une critique sous forme de rappel à l’ordre (« soyez sérieuse ») et d’une réplique ironique (« Mali démocratie exemplaire »). On remarquera par ailleurs que l’emploi des « formes nominales d’adresse » (Kerbrat-Orecchioni (éd.), 2010 : 13) madame + patronyme et madame se chargent, dans ce contexte, d’une valeur polémique, car la mise en évidence du lien interlocutif augmente le « poids » des énoncés directifs et aggrave l’imposition.

  • 15 “vous êtes insupportables, menteurs, honte à vous, tu es ridicule, mal élevé”.

38Dans le corpus italien, à la production d’actes de langage menaçants pour la face de l’interlocuteur, s’ajoute une plus grande violence verbale, si l’on considère l’emploi fréquent d’insultes et attaques ad personam (siete insopportabili, bugiardi, vergognatevi, sei ridicolo, maleducato)15, d’interjections, de montées intonatives particulièrement prononcées et de procédés aggravateurs du conflit verbal comme le tutoiement.

Conclusion

39Notre étude comparative montre que les émotions exprimées par les participants aux débats médiatiques sont essentiellement les mêmes (inquiétude, surprise, choc, colère, etc.). Ce qui varie, c’est la modalité d’expression des ces affects conversationnels.

40Nous avons remarqué tout d’abord une prédilection en français pour l’affichage émotif/émotionnel au moyen d’une syntaxe expressive et d’énoncés émotionnels, donc de l’émotion déclarée explicitement, auto-attribuée ou hétéro-attribuée. Or, ces marqueurs lexicaux de l’émotion affichée apparaissent rarement dans notre corpus italien, où les locuteurs privilégient l’emploi de termes à orientation émotionnelle, susceptibles de construire et provoquer l’émotion chez le public.

41Une autre différence se situe au niveau des émotions liées à la dimension conflictuelle de l’échange. Dans le corpus italien, ces séquences dysphoriques surgissant spontanément sont plus fréquentes et présentent un degré plus élevé de violence verbale (attaques ad personam, insultes, augmentation de l’intensité articulatoire, etc.). Les résultats de notre analyse sembleraient donc confirmer l’observation selon laquelle la société italienne serait une société à ethos fortement émotionnel (Wierzbicka, 1991).

  • 16 Catherine Rouvier, communication présentée au colloque Un regard sur l’homme contemporain à travers (...)

42En tout cas, qu’il s’agisse de mise en scène ou de manifestation spontanée, distinction parfois difficile à établir, nous avons relevé globalement une tendance à l’exploitation argumentative de la dimension émotionnelle. Il paraît en effet que « nous ne sommes pas influencés par les meilleurs arguments politiques mais plutôt par ceux qui nous émeuvent […] nous n’avons pas tant d’idées politiques que des sentiments politiques »16.

Bibliographie

Caffi, C., Janney, R. W., 1994, « Toward a pragmatics of emotive communication », Journal of Pragmatics 22, p. 325-373.

Charaudeau, P., 2000, « Une problématisation discursive de l’émotion. À propos des effets de pathémisation à la télévision », in Plantin, C., Doury, M., Traverso, V. (éds), Les émotions dans les interactions, Lyon, PUL, p. 125-156.

Cislaru, G., 2011, « Sens et mémoire », Itinéraires : littérature, textes, cultures 2011-2, Paris, L’Harmattan, p. 129-146.

Cosnier, J., 1994, Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz-Nathan.

Debyser, F., 1976, « Lexique et grammaire des sentiments », Études de linguistique appliquée 22, p. 7-23.

Doury, M., 2000, « La réfutation par accusation d’émotion. Exploitation argumentative de l’émotion dans une controverse à thème scientifique », in Plantin C., Doury, M., Traverso, V. (éds), Les émotions dans les interactions, Lyon, PUL, p. 265-277.

Kerbrat-Orecchioni, C., 2006 [1999], L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin.

Kerbrat-Orecchioni, C. (éd.), 2010, S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français, Chambéry, Université de Savoie.

Meyer, M., 2003, Paroles d’auditeurs, Paris, Éditions des Syrtes.

Moirand, S., 2007, Les discours de la presse quotidienne, Paris, PUF.

Plantin, C., 1997, « L’argumentation dans l’émotion », Pratiques 96, p. 81-100.

Plantin, C., 2003, « Structures verbales de l’émotion parlée et de la parole émue », in Colletta, J.-M., Tcherkassof, A. (éds), Les émotions. Cognition, langage et développement, Liège, Mardaga, p. 97-130.

Plantin, C., 2011, Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang.

Wierzbicka, A., 1991, Cross-cultural Pragmatics. The Semantics of Human Interaction, Berlin, Mouton.

Notes

1 L’adjectif émotionnée permet de désigner plus généralement « une parole traversée par n’importe quelle forme d’émotion » (Plantin, 2011 : 14).

2 Cf. le chapitre de G. Acerenza, dans ce volume, consacré aux émotions dans les commentaires sportifs à partir d’un corpus contrastif français-italien.

3 « Craint-on Giulietto Chiesa euh j’emploie un mot qui n’est pas approprié enfin craint-on des rétorsions pour ainsi dire des réactions de la part de l’isla- du terrorisme islamique ».

4 P. Charaudeau préfère les termes pathos, pathémique et pathémisation à celui d’émotion, termes que nous emploierons aussi dans cette étude. Ce choix terminologique lui permet d’une part de démarquer l’analyse du discours de la psychologie et de la sociologie, d’autre part de l’inscrire « dans la filiation de la rhétorique qui depuis Aristote traite les discours dans une perspective de visée et d’effets » (2000 : 137).

5 Le toponyme événementiel accumule donc à la fois des discours et des traits émotionnels qui finissent par constituer son identité sémantique (Cislaru, 2011 : 106).

6 « Alors ce qui a fait grand bruit ici en Italie c’est que le Japon ait admis hier que nous sommes dans une situation qui peut vraiment être comparée à Tchernobyl car le niveau de danger a été élevé à sept. »

7 Nous avons classé les émotions par ordre de fréquence décroissante.

8 Nous reprenons ici une distinction proposée par Plantin (2003 : 99-100 et 2011 : 136-137).

9 Dans les extraits du corpus, les locuteurs sont notés par des lettres : l’animateur est désigné par la lettre A, les invités et les citoyens par les initiales de leur nom.

10 « Le terrorisme improvisé m’inquiète ».

11 « Je suis étonné que le Corriere della Sera ait déclassé l’événement ».

12 « Ce qui plus m’agace en tant que citoyen c’est la volonté de légitimer une intervention militaire ».

13 « L’industrie nucléaire obéit partout dans le monde à la loi du silence et ne dit jamais la vérité ».

14 Ces unités linguistiques cumulent deux types d’informations : « une description du dénoté » et « un jugement évaluatif, d’appréciation ou de dépréciation, porté sur ce dénoté par le sujet d’énonciation » (Kerbrat-Orecchioni, 2006 [1999] : 83).

15 “vous êtes insupportables, menteurs, honte à vous, tu es ridicule, mal élevé”.

16 Catherine Rouvier, communication présentée au colloque Un regard sur l’homme contemporain à travers la science, la morale et la politique − 16 mai 2011 − Palais de l’Institut de France (Paris).

Auteur

Université de Trento

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540