Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

IV. L'expression des émotions en contexte

Les émotions dans les commentaires sportifs en direct de la Coupe du monde de football : le cas des commentaires français en 1998 et 2006

Emotions in live: French sport commentaries during the 1998 and 2006 World Cup championships

Gerardo Acerenza

Résumé

Cet article s’intéresse aux commentaires en direct des matchs de football de l’équipe nationale française transmis à la télévision lors des Coupes du monde de 1998 et de 2006. Partant des choix lexicaux du commentaire footballistique en direct en français et de la fréquence de certaines stratégies linguistiques (répétition, exclamation…) censées mobiliser les émotions primaires telles que la surprise, la joie, la peur, la tristesse et la colère, l’étude met en exergue les stratégies discursives d’expression des émotions utilisées par les journalistes sportifs, ainsi que les manières d’amplifier les émotions qui jaillissent du rectangle de jeu.

In this paper we analyze the live commentaries on the French national football team broadcasted on French and Italien television on the occasion of the World Cup championships (1998 & 2006). Our approach is centered on linguistic markers, namely lexical features of live football commentaries given in French, and discursive strategies intended to evoke primary emotions, such as surprise, happiness, fear, sadness and anger. We primarily focus on the way sports commentators evoke strong emotions in the audience through their live running commentaries by using discursive strategies aiming to intensify emotional response during the match.

Texte intégral

1L’objectif de cette étude est de mettre au jour les stratégies discursives utilisées par les commentateurs sportifs pour sémiotiser et amplifier les affects émergeant dans le jeu et l’empathie identificatrice qu’il produit chez le spectateur. Nous nous appuyons sur les commentaires en direct de tous les matchs de football de l’équipe de France diffusés sur TF1 et Eurosport à l’occasion de la Coupe du monde tenue en Allemagne en 2006 et les commentaires de la finale de la Coupe du monde remportée par les Bleus en 1998 (TF1). Au total, notre corpus se compose de quinze heures de commentaires footballistiques en direct en français. En effet, les matchs de football disputés lors de la Coupe du monde sont des lieux émotionnellement marqués et déclenchent chez les professionnels appelés à les commenter en direct à la télévision des réactions émotionnelles « primaires » (Cosnier, 1994 : 14), à polarité positive et/ou négative. En outre, les commentateurs utilisent des stratégies discursives diversifiées pour amplifier davantage les émotions déclenchées et mieux capter l’attention des téléspectateurs. Notre étude se situe dans le cadre théorique de l’analyse de discours (Plantin, 2011), plus précisément dans celui du discours sportif (Bres, 2007 ; Grinshpun & Krazem, 2005 ; Khmelevskaia, 2004 ; Deulofeu, 2000). Puisqu’il s’agit d’un genre de discours censé provoquer de l’émotion, nous nous intéresserons aux choix langagiers susceptibles de mobiliser les émotions primaires, telles que la surprise, la joie, la peur, la tristesse et la colère, dans l’optique de l’approche discursive développée par Plantin (1998, 2011) et Fontanille (1993).

1. Les émotions

1.1. Définition de l’objet

2Les dictionnaires contemporains de la langue française, le TLFi définit l’émotion comme une « conduite réactive […] involontaire vécue simultanément au niveau du corps d’une manière plus ou moins violente et affectivement sur le mode du plaisir ou de la douleur ». Pour Le Robert électronique (2010), il s’agit d’un « état de conscience complexe, généralement brusque et momentané, accompagné de troubles physiologiques (pâleur ou rougissement, accélération du pouls, palpitations, sensation de malaise, tremblements, incapacité de bouger ou agitation) ». Tandis que pour le Larousse, l’émotion est un « trouble subit, agitation passagère causés par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, etc. ». Il faut se tourner du côté des psychologues pour avoir des définitions plus approfondies. Cosnier par exemple, dans Psychologie des émotions et des sentiments, propose la définition suivante : « L’émotion est un état psycho-organique, de tonalité affective intense, brève, caractérisée par une brusque rupture des fonctions mentales et physiologiques » (1994 : 13). Il distingue ensuite les émotions primaires de durée limitée (telles que la surprise, la joie, la peur, la tristesse, la douleur, la colère), qui « résultent d’une induction événementielle précise », des émotions « plus durables, qui sont liées à des relations plus qu’à des événements », comme les sentiments de sympathie, l’amour, l’amitié, la haine (ibid. : 14). Nous adopterons cette catégorisation dans notre analyse.

1.2. Sémiotisation des émotions

  • 1 Cf. l’article d’E. Vladimirska dans ce volume.

3Dans le discours, les émotions peuvent intervenir à plusieurs niveaux et sous plusieurs formes expressives ; Fontanille évoque des manifestations émotives en termes de « fractures discursives » et remarque que les émotions, en faisant « irruption » dans le discours, provoquent une « rupture » du flux discursif, car « d’un segment discursif à l’autre, le sujet ne se reconnaît plus lui-même, le contrôle de son parcours et de ses programmes lui échappe » (1993 : 13). Ces « fractures discursives » sont principalement reconnaissables par la présence de termes émotionnels. Plantin propose une classification détaillée de ce qu’il appelle les « émotions dites » : il distingue une première classe de termes de sentiment, désignant directement les émotions (substantifs, verbes et adjectifs de « l’affectivité »), d’une deuxième classe qui désigne indirectement les émotions « sur la base d’indices linguistiques » les plus variés (1998 : 22-23). Nous proposons d’observer le fonctionnement de « ces émotions dites » à partir de l’étude dans notre corpus des interjections (incluant aussi le marqueur exclamatif quel)1, ainsi que des figures comme l’hyperbole, les répétitions et les métaphores guerrières.

2. Le commentaire sportif en direct

  • 2 Lefeuvre (1999 : 66-67) distingue trois grands ensembles de phrases averbales : 1) phrase nominale  (...)

4Le commentaire sportif en direct a été étudié sous plusieurs angles (Bres, 2007 ; Grinshpun et Krazem, 2005 ; Khmelevskaia, 2004 ; Deulofeu, 2000). D’un point de vue linguistique, ce genre de discours se caractérise par une situation d’énonciation très particulière : les téléspectateurs écoutent surtout des monologues du journaliste principal qui décrit les actions de jeu, « souvent en léger décalage » (Bres, 2007 : 85), mais de temps en temps il y a également des dialogues qui se co-construisent avec les autres animateurs de l’émission. Le commentaire footballistique se caractérise surtout par une construction syntaxique singulière contenant un grand nombre de « phrases averbales », souvent exclamatives, c’est-à-dire des « structure[s] syntaxique[s] constituée[s] d’un prédicat averbal […] » (Lefeuvre, 1999 : 28)2.

5Dans notre corpus, un grand nombre de phrases typiques du commentaire footballistique se réduisent à des noms propres, « énoncés de façon autonome » (Deulofeu, 2000). Bres les définit comme une « succession de phrases monorhématiques, temporellement ordonnées » (2007 : 87). À titre d’exemple, nous citons un bref passage du commentaire de Thierry Gilardi : « Makelele, Malouda, Henry, Makelele, Ribéry, oui Ribéry, dans l’intervalle pour Thierry Henry » (Gilardi, TF1, France-Portugal, 2006). Apparaissant souvent dans la langue parlée (et surtout dans les commentaires sportifs à la radio ou à la télé), « la phrase averbale est perçue comme une forme incomplète, elliptique » de l’énonciation (Lefeuvre, 1999 : 127).

6De fait, le but principal du commentaire sportif est de retenir l’attention des téléspectateurs car, à la différence du commentaire radiophonique, le commentaire télévisuel s’appuie sur les images et les téléspectateurs pourraient également se passer de l’audio sans que la compréhension du match en soit affectée. Comme le soulignent Bonnet et Desmarchelier,

Le commentaire sportif appartient au discours d’information médiatique. À ce titre, il vise deux finalités : la visée d’information (que se passe-t-il sur le terrain ? Quelles explications peut-on apporter au spectateur pour qu’il comprenne le match ?) et la visée de captation (la qualité du commentaire attire le public). Il s’agit d’atteindre un public en lui faisant ressentir des émotions, des pulsions inconscientes (Bonnet & Desmarchelier, 2008 : 107).

7Ainsi pour capter l’attention du public, le commentateur doit faire « ressentir des émotions » et des « pulsions inconscientes ». Mais de quelle manière ? En utilisant quelles stratégies discursives ? En proposant, par exemple, un commentaire partisan pour séduire les téléspectateurs ? Il faut également souligner que le but principal du commentaire sportif en direct réside dans l’objectivité et donc dans la neutralité. En règle générale, les commentateurs sportifs devraient éviter les prises de position subjectives, ou trop émotionnelles, en faveur d’une équipe ou de l’autre.

8De toute évidence, les premiers éléments de notre enquête semblent montrer que les commentateurs dans notre corpus cherchent à capter l’attention des téléspectateurs en amplifiant les émotions suscitées par le jeu avec des stratégies discursives suivantes parmi les plus fréquentes : 1) l’usage d’hyperboles (« quel monstre ce Desailly », Thierry Roland, France-Brésil 1998) ; 2) le recours à un lexique emprunté au domaine militaire et à des métaphores guerrières (« un ballon à bout portant », Jean-Michel Larqué, France-Brésil 1998) ; 3) l’emploi d’un grand nombre de termes désignant directement et/ou indirectement les « émotions de base et leurs dérivées » (Cosnier, 1994 : 14), (« Robinho, il me fait peur Robinho », Thierry Gilardi, France-Brésil 2006 ; « aïe, aïe, aïe, c’est Totti qui a la balle de la contre-attaque », Thierry Gilardi, France-Italie 2006).

9Si pour l’utilisation des hyperboles et du lexique militaire l’on pourrait effectivement parler de stratégies discursives, pour ce qui est des termes désignant directement et/ou indirectement les émotions primaires, il est difficile de tracer une frontière nette entre ce qui est volontaire et ce qui est involontaire. Ainsi, à l’aide de ces stratégies, les commentateurs sportifs jouent le rôle de créateurs et d’amplificateurs d’émotions en diffusant cette « peste émotionnelle » dont parlent Brohm et Perelman (2006).

3. Séduire le public : les hyperboles

10La première stratégie mise en œuvre par les commentateurs sportifs pour séduire le public consiste à exagérer tout ce qui se passe sur le rectangle de jeu en utilisant avec excès des adjectifs tels qu’« exceptionnel, monstrueux, extraordinaire, incroyable » et en remplaçant les noms propres des joueurs par des noms communs véhiculant l’excellence et la perfection de la personne dans le domaine du football. Ainsi, à plusieurs reprises pendant la finale France-Brésil de 1998, Jean-Michel Larqué définit Zidane comme « un véritable artiste » du ballon rond et, à la fin du match, il qualifie ainsi sa performance : « Zizou a été géantissime, géantissime, dans la façon dont il a mené son équipe, c’est absolument exceptionnel » (TF1, France Brésil, 1998). Pour Christophe Jammot, le journaliste de la chaîne sportive Eurosport, Zidane est « le maître à jouer, le chef d’orchestre, il est à la baguette » (Eurosport, France-Suisse, 2006). Lors de la finale disputée contre l’Italie en 2006, Thierry Gilardi le considère comme un « magicien » du football. Ces quelques exemples montrent que les commentateurs sportifs utilisent des métaphores musicales et convoquent le domaine artistique pour qualifier les gestes de Zidane. Toutefois, Brohm et Perelman ont très bien souligné que l’association de ces deux réalités, l’art et le football, est une « constante de l’idéologie sportive », mais qu’en réalité ces deux domaines sont « diamétralement opposés » et qu’il s’agit en effet d’un « faux parallélisme » (2006 : 306). Les gestes décrits par les commentateurs sportifs avec ce lexique laudatif ne sont pas toujours des exploits et le but principal de ces métaphores et de ces hyperboles est de donner l’impression aux téléspectateurs qu’ils assistent à un spectacle extraordinaire.

11En effet, dans les commentaires en direct de notre corpus, on remarque très souvent la présence d’un grand nombre d’énoncés commençant par le marqueur exclamatif quel. Riegel et al., dans la section consacrée à l’exclamation de la Grammaire méthodique du français, soulignent que « les énoncés exclamatifs […] expriment l’affectivité, un sentiment plus ou moins vif du locuteur à l’égard du contenu de son énoncé » (2005 : 401).

  • « quelle occasion, quelle occasion » (Jean-Michel Larqué, à plusieurs reprises, TF1, France-Brésil, 2006).

  • « Zidane, à la lutte avec Kaka, quel festival, quel festival technique » (Thierry Gilardi, lorsque Zinedine Zidane touche le ballon, TF1, France-Brésil, 2006), ou encore « quel incroyable geste Zinedine Zidane, quel incroyable geste » (TF1, France-Italie, 2006).

12Dans les exemples que nous venons de citer, il faut remarquer également les nombreuses répétitions créant une redondance à effet émotionnant et également un fort effet de dramatisation. En effet, selon Cohen (1976 : 422), « la redondance n’informe pas mais elle exprime et c’est pourquoi tout langage émotionnel tend à prendre la forme répétitive […] ».

4. À la guerre comme à la guerre

13Galisson (1979) souligne que la presse footballistique française utilise, déjà à l’époque, un grand nombre de mots empruntés au lexique militaire et plusieurs métaphores guerrières. Le commentaire footballistique en direct profite également de cette stratégie pour théâtraliser le spectacle qui se met en scène sur le terrain et maintenir le téléspectateur dans un état d’attente angoissée.

14Chaque match de notre corpus est en effet annoncé par les commentateurs comme l’ultime combat :

  • au milieu du terrain se trouvent « deux équipes loyales qui se serrent la main avant le combat » (Thierry Roland, après l’exécution des hymnes nationaux, TF1, France-Brésil, 1998).

  • « c’est Franck Ribéry qui pousse un cri de guerre au moment de la sortie » des vestiaires (Christophe Jammot, avant le coup d’envoi, Eurosport, France-Suisse, 2006).

  • « c’est le grand jour, c’est le grand soir de Zidane, de tous ses coéquipiers, on vit ensemble, on meurt ensemble, tel est le pacte qu’ils ont passé entre eux » (Thierry Gilardi, avant le coup d’envoi, TF1, France-Italie, 2006).

15Pociello (1995 : 143) souligne que cette stratégie « de mise en tension » des téléspectateurs augmente la spectacularisation de l’événement. De fait nombre d’actions de jeu sont décrites comme des « duels », ou bien comme des « luttes » entre les joueurs qui n’arrêtent pas de « se battre » pendant « le combat ». Comme tout combat qui se respecte, l’on gagne si l’on tue les adversaires.

  • « les Français n’ont pas tué les Brésiliens, mais ils les ont sérieusement blessés », car la France menait déjà deux buts à zéro (Jean-Michel Larqué, mi-temps, TF1, finale France-Brésil, 1998).

  • « avec ce ballon, Emmanuel Petit vient crucifier l’équipe du Brésil » (Thierry Roland, TF1, troisième but, France-Brésil, 1998).

16Ce lexique et ces métaphores qui renvoient aux stratégies des champs de bataille contribuent à mobiliser les émotions et à tenir en haleine les téléspectateurs qui ne voient plus des hommes en short courant derrière un ballon rond, mais des gladiateurs qui doivent absolument gagner le combat.

5. Les termes émotionnels à polarité positive et négative

17La troisième stratégie mise en œuvre par les commentateurs sportifs pour mobiliser les émotions consiste à utiliser un grand nombre de termes exprimant directement et/ou indirectement les émotions telles que la surprise, la joie, la peur, la tristesse, la douleur et la colère (Cosnier, 1994 : 14). Nous avons déjà souligné au début de cette étude que les commentateurs, en tant que journalistes sportifs, devraient être impartiaux, ne devant pas afficher leurs préférences pour l’une ou l’autre équipe. Toutefois, à plusieurs reprises durant le match, ils s’abandonnent à des commentaires partisans. L’interjection est alors souvent utilisée comme échappatoire de l’émotion.

18• le commentateur veut carrément « casser le téléviseur » à cause d’un but manqué par un joueur français :

« allez, un lobe, aïe, aïe, aïe, je vais casser le téléviseur » (Thierry Roland, TF1, France-Brésil, 1998).

19• Le commentateur marque à la fois la « surprise et la joie » :

« Je crois qu’après avoir vu ça, on peut mourir tranquille, enfin le plus tard possible, mais on peut. Ah c’est superbe, quel pied ! Ah quel pied ! Ah putain ! Oh la, la, la, la, la, la. Oh ! Oh, c’est pas vrai ! Oh, c’est pas vrai ! » (Thierry Roland, fin du match, TF1, France-Brésil, 1998).

20Riegel et al. (2005 : 462) soulignent que « les interjections manifestent l’affectivité » et insèrent l’interjection aïe dans la classe des « cris et bruits » en précisant qu’elle peut marquer uniquement « la douleur », à la différence des interjections oh et ah qui peuvent « marquer la joie, la colère, la crainte, la surprise, etc. ». L’interjection populaire et vulgaire putain, que la Grammaire de Riegel et al. ne classe pas dans la liste des interjections, peut également marquer « la surprise, l’étonnement » en plus de « l’admiration et l’indignation » (TLFi) et son emploi montre qu’il n’y a aucun filtre linguistique dans le discours de Thierry Roland. Jean-Michel Larqué, qui commentait le match avec lui, en s’apercevant de l’enthousiasme débordant de son collègue, lui suggère de « laisser parler les images » (TF1, France-Brésil, 1998).

  • 3 « Le regard vide de Willy Sagnol et tout le monde autour de David Trezeguet. Il l’a pas manqué son (...)

21Sur un registre différent se situe la réaction de Thierry Gilardi pendant la séance de tirs au but lors de la finale disputée en Allemagne contre l’équipe italienne en 2006. C’est ainsi qu’il commente le penalty manqué par Trezeguet : « il a évité le regard de Buffon, Trezeguet, les yeux fixés sur le ballon, David… ah ! c’est la barre, c’est pas vrai ! C’est pas vrai, c’est la barre » (TF1, France-Italie, 2006). Tout d’abord, le journaliste sportif crée le suspense typique des duels et ensuite il s’exclame par deux fois « c’est pas vrai, c’est la barre », pour marquer son dépit. La réitération de l’exclamation « c’est pas vrai, c’est la barre » possède ici une valeur affective très marquée et produit un fort effet de dramatisation, un « soulignement pathétique » (Molinié, 1992 : 292). L’interjection « ah », qui précède l’exclamation « c’est pas vrai », marque non pas un sentiment de joie, mais un sentiment de surprise et d’étonnement mêlé à du dépit. Grinshpun a bien montré la portée sémantique des interjections oh et ah : « ah implique du passé, car un autre point de vue a été élaboré préalablement à l’énonciation […] ; en revanche oh est une interjection sans passé, c’est une interjection spontanée, concomitante avec le déroulement de l’action » (2008 : 142). En effet, comme tous les Français, le commentateur avait envisagé la réalisation du penalty. Ce genre de commentaire émotionnel montre qu’il s’agit plutôt de la réaction d’un journaliste supporteur et non pas d’un journaliste professionnel. D’autant plus que, pour justifier le joueur français qui a manqué le penalty, il dira à la fin du match que le coupable n’est pas David Trezeguet, mais la barre transversale qui a renvoyé le ballon3.

22L’épisode qui a caractérisé la finale de la Coupe du monde de 2006 en Allemagne, c’est-à-dire le ‘coup de boule’ de Zidane à Materazzi, a généré un grand nombre de réactions émotives chez les commentateurs français, tout comme chez les téléspectateurs du monde entier. D’emblée, on remarque dans le discours du journaliste sportif la présence d’indices émotionnels marquant la surprise, l’étonnement et la douleur. Aussitôt que l’on montre sur les écrans les premières images du coup de tête donné par Zidane à Materazzi, Thierry Gilardi le décrit ainsi :

Tiens, on voit Zizou oh, oh, oh, Zinedine, oh Zinedine, pas ça Zinedine […] pas ça Zinedine, pas ça Zinedine, oh non, oh non, pas ça ! Pas aujourd’hui, pas maintenant, pas après tout ce que tu as fait, aïe, aïe, aïe, aïe, aïe, aïe ! […] Oh non Zinedine. (TF1, France-Italie, 2006)

23Tout d’abord, on remarque la présence des interjections oh et aïe qui, rappelons-le, peuvent marquer, selon Riegel et al., la colère, la crainte, la surprise et la douleur. Ensuite, la répétition des mêmes structures linguistiques manifeste la déception de Thierry Gilardi qui n’en croit pas ses yeux : il répète quatre fois « pas ça Zinedine » et ces redoublements théâtralisent davantage l’énonciation. De plus, il désigne le joueur toujours avec son prénom, en établissant presque un lien de familiarité avec lui, comme s’il voulait atténuer la portée du geste. Enfin, Gilardi parvient à étonner davantage les téléspectateurs lorsqu’il dit « pas aujourd’hui, pas maintenant ». Il aurait peut-être justifié davantage ce geste dans un autre match, mais il ne peut pas le tolérer dans la finale de la Coupe du monde qui est en plus le dernier match disputé par Zidane dans sa carrière. Il est vrai qu’il est très difficile de commenter un tel épisode avec une mise à distance émotive, mais Gilardi réagit comme un supporteur déçu et en même temps préoccupé, puisqu’il reste encore beaucoup de minutes à jouer avant la fin du match, et le résultat reste incertain.

24Dès lors que l’arbitre montre le carton rouge à Zidane, la surprise initiale des commentateurs se transforme tout de suite en frustration, voire en colère. Thierry Gilardi parle de Zidane au passé, comme s’il venait de mourir : « aïe, aïe, aïe et c’est la dernière fois et c’est la dernière fois, il nous a fait tant rêver, il nous a donné tant de bonheur, ah c’est à pleurer ! C’est à pleurer ! » (TF1, France-Italie, 2006). La douleur est encore exprimée par l’interjection aïe, plusieurs fois répétée, et la déception par l’interjection ah. Tous les codes du métier sont transgressés et l’émotion l’emporte sur les obligations professionnelles.

25Bien que cette étude soit consacrée aux émotions dans les commentaires en direct en français, en guise de conclusion nous croyons qu’il est également intéressant de citer les réactions des journalistes italiens lors de l’épisode du coup de tête de Zidane à Materazzi. Les commentateurs de la chaîne italienne Rai 1, Marco Civoli et Sandro Mazzola, réagissent en effet à peu près de la même manière :

  • 4 [Notre traduction] Zidane, Materazzi, oh ! Quel geste imprudent ! Quel geste imprudent ! [Marco Civ (...)

Zidane, Materazzi oh! Questo è un gesto sconsiderato! È un gesto sconsiderato [Marco Civoli]. Strano, Zidane deve aver perso la testa, la stanchezza, perché uno come lui non può fare una cosa simile [Sandro Mazzola]. È un gesto sconsiderato! È un gesto sconsiderato da parte di un grande campione! La testata di Zidane sul petto di Materazzi. Una testata violenta che gli sarebbe costata l’espulsione immediata! E ci dispiace che termini la sua carriera, se davvero la terminerà stasera e tra le cose che ha fatto in questa finale rimarrà anche questa immagine. […] E comunque, è un atto di doverosa giustizia! […] Qui ecco vediamo perché si è arrivati a questo! Materazzi colloquia con Zidane, confabula, qualche parola, si ferma Materazzi, gli dice qualcosa e questa è la reazione di Zidane. L’espulsione di Zidane è netta! [Civoli]. (Rai 1, France-Italie, 2006)4.

26Tout d’abord, l’interjection oh marque la surprise du commentateur face au geste irréfléchi de Zidane et l’itération phrastique à valeur intensive « è un gesto sconsiderato » accentue l’émotion ressentie. Pour l’ancien joueur de football italien Sandro Mazzola, Zidane a perdu la tête, car un champion comme lui ne peut pas faire une chose semblable (« Zidane deve aver perso la testa »). Les deux commentateurs italiens répètent plusieurs fois qu’ils sont navrés pour ce geste irréfléchi d’un grand champion arrivé en fin de carrière. Néanmoins, après quelques instants, Marco Civoli s’exclame que le carton rouge ne peut pas être contesté, qu’il est bien mérité. Positionnement identitaire oblige, les commentaires des journalistes italiens sont beaucoup plus détachés. Sans Zidane, l’équipe italienne a plus de chances de remporter le match.

Conclusion

27En guise de conclusion, nous aimerions passer rapidement en revue les différentes stratégies discursives que les journalistes sportifs utilisent lors des commentaires en direct pour mobiliser et amplifier les émotions qui jaillissent du rectangle de jeu. Le commentaire footballistique en direct se caractérise premièrement par l’exagération, qui convoque plusieurs marques linguistico-discursives (exclamation, répétition, hyperbole, etc.). Il faut retenir l’attention des téléspectateurs en leur décrivant ce qui se passe sur le terrain de jeu de manière à leur faire ressentir des émotions, d’où la présence d’un grand nombre d’hyperboles. Deuxièmement, le discours des journalistes dramatise les faits racontés en utilisant un lexique militaire et des métaphores guerrières censés maintenir les téléspectateurs dans un état d’attente angoissée. Troisièmement, il existe une dimension émotionnelle liée à ce que les commentateurs énoncent à la première personne du singulier. Ils manifestent ainsi leur parti pris en mettant en scène leurs émotions qui ressemblent aux émotions ressenties par les téléspectateurs. Enfin, on note la polyvalence des marques linguistiques comme l’interjection en termes de sémantisme émotionnel.

Bibliographie

Bonnet, V., Desmarchelier, D., 2008, « Commentaires et reformulations : les places discursives des journalistes et des consultants lors de retransmissions télévisées », in Schuwer, M. et al. (éds), Pragmatique de la reformulation, Rennes, PUR, p. 105-127.

Bres, J., 2007, « Le discours médiatique sportif aux prises avec le temps (verbal). Deux ou trois petites choses sur le commentaire en direct d’un match de football », in Broth et al. (éds), Le français parlé des médias, Stockholm, Acta Universitatis Stockholmiensis.

Brohm, J.-M., Perelman, M., 2006, Le football, une peste émotionnelle, Paris, Gallimard.

Cohen, J., 1976, « Poésie et redondance », Poétique 28, p. 422-423.

Cosnier, J., 1994, Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz/Nathan.

Deulofeu, H.-J., 2000, « Les commentaires sportifs constituent-ils un “genre”, au sens linguistique du terme ? », in Bilger, M. (éd.), Corpus : méthodologie et applications linguistiques, Paris, Champion, p. 271-295.

Fontanille, J., 1993, « L’émotion et le discours », Protée 21 (2).

Galisson, R., 1979, Lexicologie et enseignement des langues, Paris, Hachette.

Grinshpun, Y., 2008, Ô. Entre langue(s), discours et graphie, Paris, Ophrys.

Grinshpun, Y., Krazem, M., 2005, « Quelques marqueurs linguistiques liés au présent de l’indicatif dans les commentaires sportifs en direct », in Despierres, C., Krazem, M. (éds), Du présent de l’indicatif, Dijon, Presses Universitaires de Dijon.

Khmelevskaia, I., 2004, « Le commentaire du match de football en Russie et en France », Médiamorphoses 11, p. 52-56.

Lefeuvre. F., 1999, La phrase averbale en français, Paris, L’Harmattan.

Molinié, G., 1992, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Livre de Poche.

Plantin, Ch., 1998, « Les raisons des émotions », in Bondi, M. (éd.), Forms of Argumentative Discourse, Bologne, CLUEB, p. 3-50.

Plantin, Ch., 2011, Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthodes pour l’étude du discours émotionné, Berne, Peter Lang.

Pociello, Ch., 1995, Les cultures sportives, Paris, PUF.

Riegel, M., Pellat, J.-C., Rioul, R., 2005, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Notes

1 Cf. l’article d’E. Vladimirska dans ce volume.

2 Lefeuvre (1999 : 66-67) distingue trois grands ensembles de phrases averbales : 1) phrase nominale ; 2) phrase adverbiale et prépositionnelle ; 3) phrase substantivale et pronominale.

3 « Le regard vide de Willy Sagnol et tout le monde autour de David Trezeguet. Il l’a pas manqué son tir au but, c’est la barre transversale qui l’a renvoyé. » (TF1, France Italie, 2006)

4 [Notre traduction] Zidane, Materazzi, oh ! Quel geste imprudent ! Quel geste imprudent ! [Marco Civoli]. C’est bizarre, Zidane a dû perdre la tête, la fatigue peut-être, parce qu’un joueur comme lui ne peut pas faire une chose pareille [Sandro Mazzola]. C’est un geste imprudent ! C’est un geste imprudent pour un grand champion ! Le coup de tête de Zidane sur la poitrine de Materazzi. Un coup de tête violent qui devrait être sanctionné tout de suite par un carton rouge ! C’est dommage qu’il termine sa carrière, si vraiment il la termine ce soir, et que parmi toutes les choses qu’il a faites dans cette finale cette image restera aussi […]. Et de toute façon, il s’agit d’une décision justifiée ! […] Voilà, voyons pourquoi on en est arrivé là. Materazzi parle avec Zidane, ils discutent, échange de mots, Materazzi s’arrête, ajoute autre chose et voilà la réaction de Zidane. Le carton rouge est bien mérité ! [N.d.A. : expulsion immédiate]. [Civoli]. (Rai 1, France-Italie, 2006).

Auteur

Université de Trento

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540