Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

III. Syntaxe et prosodie

Manifestations émotionnelles de la dislocation : le cas de l’agacement

Emotional manifestations of dislocation: the case of annoyance

Ruth de Oliveira

Résumé

L’observation de l’expression linguistique des émotions se situe sur au moins trois niveaux : lexique, morphologie et syntaxe. Au niveau de la syntaxe on attribue à l’émotion les réorganisations de la forme considérée comme basique de l’énoncé [Je travaille vs Je travaille moi]. Cette étude examine un cas particulier de réorganisation syntaxique de la phrase, à savoir celui de la dislocation du type je… moi & eu là lorsque celles-ci dénotent l’expression de l’agacement. L’analyse se développe dans le cadre de l’approche dialogique et se situe à la croisée de l’analyse du discours et de la rhétorique argumentative. Nous considérons ainsi qu’il y a dans chacune des séquences disloquées l’écho d’une interaction entre deux ou plusieurs voix, lesquelles nous orientent vers d’autres discours et leurs différentes dimensions sémantiques.

The linguistic expression of emotions is commonly observed on three different levels: lexicon, morphology and syntax. Regarding the syntax, the reorganization of basic statements [Je travaille. > Je travaille moi] signals the expression of emotions. This study focuses on a particular case of syntactic reorganization, the dislocation, such as Je… moi & eu lá in French and Brasilian Portugese, when these constructions express annoyance. Our analysis is developed within the framework of the dialogism theory and it is at the crossroads of discourse analysis and argumentative rhetoric. We consider that each of these dislocated sequences contains traces of an interaction between two or more voices which guide [us] to other discourses and their different semantic dimensions.

Texte intégral

1Dans des travaux précédents portant sur l’analyse du langage expressif et de la parole émue (de Oliveira, 2005, 2010), nous avons montré quelques-uns des différents effets de sens produits par le phénomène syntaxique de la dislocation de la phrase dans le discours oral conversationnel en français de France et en portugais du Brésil (dorénavant PB).

  • 1 Soulignons que l’expression de l’agacement englobe des nuances telles que : « impatience, irritatio (...)

2Dans la présente étude, nous nous proposons de revisiter un cas particulier de dislocation, à savoir celui des séquences du type je… moi [eu lá] lorsque celles-ci dénotent l’expression du sentiment d’agacement1. Nous partageons ici le point de vue selon lequel il y a dans chacune de ces réponses l’écho d’une interaction entre deux ou plusieurs voix, lesquelles nous « guident vers d’autres discours dont les différentes dimensions peuvent être analysées dans les cadres de l’approche dialogique. » (Bres & Nowakowska, 2009 : 3). Dans la première partie, nous présentons notre cadre théorique. Nous revisitons ensuite le phénomène de la dislocation et quelques-uns des effets de sens produits par le jeu pronominal je… moi et ses variantes. Dans la troisième partie, nous proposons une approche contrastive [je… moi X eu lá] amenée à valider nos hypothèses. Nous montrons alors qu’en PB, les clitiques − ayant néanmoins perdu de leur valeur de marqueur (focus) expressif − cèdent de plus en plus la place et/ou s’associent à d’autres éléments de la langue afin de faire apparaître, en la modulant, l’intention du locuteur selon le contexte. Une attention particulière sera accordée à la particule à la lumière du paradigme de la grammaticalisation. On verra que , traditionnellement classé en tant qu’adverbe de lieu, assume bien d’autres fonctions en langue et dans le discours.

3L’analyse de l’expression du sentiment d’agacement véhiculée par je… moi et traduit par eu lá conduira à problématiser la question du positionnement discursif des locuteurs dans les deux langues.

1. Cadre théorique

4En partant du constat que la pratique langagière est singulière à l’homme, Bakhtine suggère dans certains de ses travaux (1978, 1984) que l’être ne peut s’appréhender de manière juste qu’en tant que sujet et à partir d’interrelations humaines. Aussi, l’être humain – contrairement aux choses − ne peut être objectivé mais doit être abordé de manière dialogique.

5Dans ce qui suit, nous présentons quelques précisions sur la notion de dialogisme afin de mieux saisir la portée des structures disloquées dans la pratique langagière.

1.1. La notion de dialogisme2 : repères

  • 2 Sur les différents points de vue autour de cette notion, voir Bres et al. (éds) (2005).

6La notion de “dialogisme” – souvent associée à celle de “polyphonie” – est née des travaux de Bakhtine (Rosier, 2005a). Toutefois, comme l’a montré Nowakowska (2009), Bakhtine associe le terme de polyphonie au domaine de l’écriture romanesque de Dostoïevski, et ne l’articule pas – du moins pas explicitement − à la notion de “dialogisme”. Pour Bres (2005), ces deux notions reposent fortement sur l’idée d’un dialogue, d’une interaction entre deux ou plusieurs discours, voix ou énoncés : « le dialogisme est un principe qui gouverne toute pratique langagière […] alors que la polyphonie consiste en l’utilisation littéraire artistique du dialogisme de l’énoncé quotidien ». (Bres & Nowakowska, 2006 : 3)

7Dans le cadre de notre travail, nous distinguons – avec Bakhtine − le dialogisme externe (dialogue au sens courant du terme) et la dialogisation intérieure du discours. Celle-ci nous intéresse particulièrement du fait que ses manifestations se situent au niveau microtextuel (cf. Bres, 2005 : 53), c’est-à-dire au niveau de l’énoncé-phrase, dont l’approche fait appel à une prise en compte de la formation discursive du discours, située au niveau macrotextuel. Il s’agit en somme d’aller du global vers le local, où se manifeste la matérialité discursive du dialogisme (ibid.). Nous verrons ainsi que la formation discursive du discours témoigne à la fois d’une reprise de (dialogisme constitutif) et d’une réponse à (dialogismes interdiscursif et interlocutif) d’autres discours (ibid. : 3).

8Avant de pénétrer plus avant dans la description du fonctionnement des énoncés dont il est ici question, nous exposons ci-dessous les différents niveaux d’observation de l’expression linguistique des émotions.

1.2. L’expression transniveaux des émotions

9D’un point de vue linguistique, selon Plantin (2011, voir la sitographie), l’observation de l’expression des émotions peut se situer sur trois niveaux différents, à savoir, lexique, morphologie et syntaxe. Ainsi, « Sur le plan de l’expression verbale au niveau lexical, l’émotion se marque et se gère par l’utilisation d’une série de ‘moyens’ : vocabulaire particulier, injures et mots tendres ; exclamations et interjections ; expressions figées ; intensifs, etc. » (Plantin, 2011).

  • 3 De notre côté, du fait de leur modernité, nous ajoutons à cette liste « fils de pou, fils de tante, (...)

10Pour illustrer ce point de vue, prenons le cas des injures (Rosier, 2005b & 2006 ; Lagorgette, 2006), « phénomène universel et répertorié dans toutes les langues, quelles que soient la période et la variété envisagées » (Lagorgette, 2006 : 27). Ainsi en français, parmi les types d’injures répertoriées, celles liées au domaine de la filiation sont les plus anciennes puisque « fils à putain est déjà présent dans la Chanson de Roland (1080). On trouve aussi dans les textes médiévaux des insultes au père : fils de prêtre / moine. Plus récemment, fils d’imbécile, fils de chienne… On ajoutera à cette série bâtard. » (Lagorgette, 2006 : 27)3

11Cette liste témoigne sans ambigüité du caractère émotif – injurieux – des propos véhiculés par ses lexèmes. Et, même lorsqu’ils ne sont pas injurieux, les mots du lexique ne sont jamais innocents, ils sont, de façon plus ou moins saillante, gros des énoncés ou des discours qui les ont actualisés (Bres, 2006 : 7).

12Le deuxième plan d’analyse de l’expression des émotions se situe au niveau de la morphologie. Au niveau morphologique, certains suffixes sont porteurs d’une attitude émotionnelle ; comme certains emplois des temps verbaux (imparfait hypocoristique) (Plantin, 2011). Cette valeur hypocoristique par l’imparfait est souvent illustrée par des exemples tels que : « il avait envie de faire un gros pipi mon chienchien (intonation montante) oui oui on allait le sortir / allez viens mon Mickey viens (une dame à son chien). » (Bres, 2003 : 119)

13Le dernier plan d’observation de l’expression linguistique des émotions se situe au niveau de la syntaxe. Plantin (2011) remarque qu’« au niveau de l’organisation (ou de la désorganisation) syntaxique, on attribue à l’émotion les réorganisations de la forme considérée comme basique de l’énoncé : emphase, ruptures de construction, inversions ».

14Notre travail d’analyse se place sur ce dernier plan d’observation. Dans ce qui suit, nous présentons brièvement le phénomène de la dislocation syntaxique de la phrase, situons les types d’énoncés dont il est ici question et les décrivons ensuite à la lumière de l’approche dialogique.

2. La dislocation : le jeu pronominal et ses effets de sens

15La dislocation de la phrase est un phénomène syntaxico-sémantique bien attesté et répertorié, qui a donné lieu à de nombreuses études (Blasco-Dubelcco, 1997, 1999 ; Apothéloz et al. (éds), 2009 ; Bres & Nowakowska, 2009 ; de Oliveira, 2005, 2010). Répertoriée aussi bien dans la langue courante que dans le discours soutenu, la dislocation donne à la syntaxe une grande liberté d’allure, affecte diverses catégories grammaticales dans leurs multiples fonctions et produit de nombreux effets de sens.

16La notion qui est le plus souvent invoquée pour décrire la valeur sémantique de ces structures est sans conteste celle de thème, ainsi que ses variantes (topic, sujet thématique, ou encore sujet psychologique) (Apothéloz, 1997 : 6). Riegel et al. (1996) voient dans la dislocation un dispositif permettant d’assigner à un élément la valeur de thème, le reste de la phrase formant le propos. Lorsque c’est le sujet qui est détaché, l’effet produit est celui d’une « insistance marquée », d’une « mise en relief » dudit sujet.

  • 4 Nous n’entrons pas ici dans le débat autour des dénominations des formes pronominales et employons (...)
  • 5 Pour une approche classique de la notion de pronom, voir Benveniste (1966 [1958]).

17En français, parmi les éléments caractéristiques de ce procédé d’insistance marquée, sont employés les pronoms personnels en fonction de sujet verbal, dont l’emploi alterné des formes conjointes/disjointes4 dans une séquence donnée n’est jamais dénué de sens5. Cela posé, notre hypothèse développée ci-dessous est qu’en français ces séquences représentent des lieux communs descriptifs des manifestations émotionnelles où elles constituent des énoncés relativement figés dans leur forme et jouissant d’une certaine plausibilité (Plantin, 1999 : 4-18).

18Pour procéder à l’analyse des mouvements d’émotions véhiculés par la dislocation, nous nous appuyons sur le schéma suivant :

(1) - Vous savez où se trouve… ?
1a - Je sais.
1b - Je ne sais pas.
1c - Moi je sais.
1d - Je sais moi
1e - Moi je ne sais pas.
1f - Je ne sais pas moi.

19Il est possible de constater que (1) admet des réponses aussi diverses que 1a, b, c, d, e et f. Les structures disloquées, 1c à 1f, peuvent chacune être caractérisée comme réagissant à une interprétation différente de (1) et faisant écho à une certaine subjectivité interprétative de la part du locuteur. Dans l’interaction (reprise de / réponse à), on perçoit dans ces réponses le mode ‘dédoublé’ du dire, lequel peut être décrit comme une sorte de dialogue interne – en deçà du dialogue avec autrui – mais ce dont il relève, c’est cette forme de dialogisme envisagée par Bakhtine « entre le sujet parlant et sa propre parole ». (Authier-Revuz, 2003 : 87). Autant dire que tous ces énoncés (1) sont affectés par la dialogisation. L’observation de la matérialité discursive de la dialogisation permet de capter quelque chose des mouvements d’émotion dans l’organisation de la parole. Dans notre analyse de ces mouvements d’émotion nous posons tout d’abord que les assertions affirmatives/négatives 1a (je sais), 1b (je ne sais pas) ont une valeur objective neutre : il s’agit de dire oui ou non tandis que (1c-f) véhiculent chacune une information supplémentaire.

1c - Moi je sais.
1d - Je sais moi
1e - Moi je ne sais pas.
1f - Je ne sais pas moi.

20En ce qui concerne 1c et 1e, au-delà de leur rôle de reprise de / réponse à, ces énoncés ont souvent une valeur expressive de contraste. En effet, comme le montre Lambrecht :

  • 6 The left dislocation construction is often used to mark a shift in attention from one to another of (...)

La dislocation à gauche signifie souvent un changement de l’attention de l’un des topiques de référence vers un autre des deux ou plus topiques de référence déjà activées. Cela explique l’occurrence fréquente des SN pronominaux en position détachée du type (Moi, j’ai faim). De tels SN lexicaux ou pronominaux détachés remplissent souvent une fonction « contrastive », dans ce cas-là ils peuvent être appelés SN de mise en relief […]. (Lambrecht, 1994 : 183, traduit par nos soins6).

21Cela dit, en énonçant (1c, e), le locuteur établit un contraste avec celui qui énonce (1a-b). De même 1c et 1e constituent elles-mêmes des réponses en écho car elles comportent l’idée que (1c) ‘les autres ne savent pas’ ou ‘les autres pensent que je ne sais pas alors que MOI je sais’ (1e) ‘les autres pensent que je sais mais MOI je ne sais pas’. D’autre part, les redoublements à droite – 1d - Je sais moi. / 1f - Je ne sais pas moi – peuvent eux-aussi avoir une fonction de contraste vis-à-vis de (1a-c).

  • 7 L’expression du contentement comporte un certain nombre de nuances, à savoir, fierté, joie, bonheur (...)

22En somme, à travers 1d et 1f le locuteur dit autre chose que « oui » – « non » : de fait, tout en établissant un contraste le locuteur montre soit son contentement (1d)7 soit son agacement (1f). Du point de vue de l’approche dialogique, ces mouvements émotifs peuvent être motivés par les voix suivantes :

  • ma réponse a été négative (« je ne sais pas » suivie ou non de « moi je ne sais pas ») mais mon interlocuteur insiste (par exemple : « – vous en êtes sûr ? ») et je réponds alors que « je ne sais pas moi » ;

  • c’est la énième fois qu’on me pose la même question et je dis alors que « je ne sais pas moi » ;

  • on me pose la question pour la première fois – je connais peut-être la réponse – mais je dis que « je ne sais pas moi ».

23Dans ces trois cas de figure, le locuteur (1f) montre son souhait qu’on le laisse tranquille, tout en faisant part de son positionnement (opposition à) dans l’interaction ; il prend alors ses distances. L’approche contrastive qui suit a pour but de tester la légitimité des propos avancés jusqu’ici.

3. Je… moi X eu lá : une approche contrastive

24Notre schéma (1) peut être rendu en PB par (2) :

(2) - O senhor/ a senhora/você sabe onde fica…?
2a. - Sei. (Je sais)
2b. - Não sei. (Je ne sais pas)
2c. - Eu sei. (Moi je sais)
2d. - Eu sei sim. (Je sais moi)
2e. - Nao eu nao sei. (Moi je ne sais pas)
2f. - Eu sei. (Je ne sais pas moi)

25Il convient d’apporter ici quelques précisions. Tout d’abord, le portugais est en principe une langue à sujet nul (Guedes Pereira, 2011). De ce fait, 2a, 2b correspondent à la neutralité objective des propos véhiculés en français dans 1a, 1b : il s’agit de dire « oui » ou « non ». Deuxièmement, puisqu’il s’agit d’une langue à sujet nul, l’emploi du pronom sujet produit, comme dans 2c (« Eu sei »), un effet de contraste (potentiel ou réel) comparable à celui produit par 1c (« Moi je sais »). Cependant, lorsqu’il s’agit de dire autre chose que son opposition à comme dans « je sais moi » / « je ne sais pas moi » où le locuteur fait part d’un certain contentement/agacement, en PB le seul emploi des clitiques ne suffit pas/plus à rendre ces mouvements d’émotions. Enfin, pour rendre l’expression de ces émotions, le PB a recours à d’autres éléments de langue. Ici, nous relevons deux d’entre eux, à savoir l’adverbe sim (2e) et la particule (2f), laquelle fait l’objet d’une description plus détaillée.

  • 8 Ne pouvant traiter ici le rôle de la prosodie dans des énoncés à redoublement comme celui-ci et/ou (...)

26Soulignons tout d’abord que l’expression du contentement perçue dans 2c – Je sais moi8 – peut être rendue en PB par une assertion affirmative renforcée par l’adverbe sim / oui :

2e - Eu sei sim.

27Dans ces types de constructions, sim fonctionne comme un élément modalisateur du contenu (Ilari et al., 1996), se place immédiatement après le verbe, lequel peut alors dispenser l’emploi du pronom sujet (Sei sim). À travers ce double marquage, l’adverbe sim traduit en PB le contentement du locuteur.

28D’autre part, pour rendre l’expression de l’agacement véhiculée par (1f), le PB fait souvent appel à l’outil topicalisateur , élément très productif au niveau linguistico-discursif.

29À la base, appartient au système des déictiques spatiaux : « Les déictiques spatiaux sont les morphèmes par lesquels chaque langue exprime la façon dont elle organise l’espace. Ce sont les ‘démonstratifs’ et les ‘adverbes de lieu’ de la terminologie traditionnelle. » (Teyssier, 1981 : 5)

30Les déictiques spatiaux du portugais moderne constituent un système que l’on peut résumer par le tableau suivant :

Tableau 1. Les déictiques spatiaux du portugais moderne (Teyssier, 1981)

DÉMONS-

TRATIFS

}

Masc.

Fémin.

Neutre

este(s)

esta(s)

isto

esse(s)

essa(s)

isso

aquele(s)

aquela(s)

aquilo

ADVERBES DE LIEU

Aqui

Ali

(acolá)

31L’examen de ce système dépasserait largement le cadre de notre travail. Néanmoins il est essentiel de souligner ici (Teyssier, 1981 : 6-7) :

[…] que les oppositions ternaires este / esse / aquele et aqui / ai / ali impliquent une division de l’espace en trois domaines, et que ces trois domaines correspondent aux trois personnes du verbe,
este et aqui au moi du locuteur,
– esse et au toi de l’allocutaire,
aquele et ali à un lui extérieur aux interlocuteurs.

32Comme l’a montré Teyssier les trois adverbes de lieu en -i répondent à une vision ponctuelle, alors que les deux formes en , et , dénotent une vision extensive où l’espace est divisé en deux zones opposées.

  • 9 Les exemples 7, 8 et 9 cités par Rios de Oliveira, sont issus du corpus composé par le « Projeto In (...)

33Notre analyse des emplois de tient compte de sa valeur déictique spatiale, car celle-ci est le point de départ de son processus de grammaticalisation espace > (temps) > texte. Le processus de grammaticalisation, d’après la plupart des travaux consacrés à ce sujet (cf. Hopper, 1991 ; Traugott & Heine (éds), 1992 ; Hopper & Traugott (éds) 2003 ; Steiner, 2010), caractérise l’apparition de nouveaux opérateurs dans le discours argumentatif. À travers ce processus, l’élément perd de sa valeur sémantique et assume de nouvelles fonctions au niveau grammatical. Ainsi, le changement par grammaticalisation présuppose qu’un élément donné, ici , ayant une valeur déictique spatiale, comme dans9 :

(espace concret, visible)
(7) Passa no clube amanhã,
Passe (là-bas) au club demain
(ou encore espace abstrait, virtuel)
(8) Eu quero saber de estudar
Je ne veux pas entendre parler des études moi

34Ou encore assume des valeurs temporelles, comme dans :

(9) Chego pelas onze da manhã…
J’arrive (aux alentours de) onze heures.

  • 10 Les exemples 10, 11 et leurs traductions sont les nôtres.

35Progressivement et concomitamment, à partir de l’espace vers le texte, assume des valeurs textuelles organisant des arguments et/ou assumant des fonctions interactives, concernant, par exemple, les stratégies communicationnelles, comme dans10 :

(valeur anaphorique)
(10) O lugar da minha casa que eu mais gosto é a geladeira. Você quer que eu te diga o que tem ?
L’endroit que j’aime le plus chez moi c’est le frigo. Tu veux que je te dise ce qu’il y a (là (-bas)) ? 

(valeur cataphorique)
(11) “Tem um montão de coisas p’ra gente comer na geladeira.”
« Il y a des tas de choses à manger (là(-bas)) dans le frigo. »

36En somme, nous admettons qu’il y a deux trajectoires distinctes qui génèrent les différents usages de la particule à partir de sa valeur déictique spatiale. Dans l’une, assume des fonctions anaphorique et cataphorique (10, 11), qui à leur tour génèrent des valeurs temporelles et/ou inférables (7, 9). Dans l’autre, assume un rôle d’élément modalisateur et fonctionne comme un marqueur de l’éloignement ou du manque d’intérêt du locuteur par rapport à ce qui est dit (8).

37Cette fonction modalisatrice de permet au locuteur de faire part dans son discours d’un certain nombre de nuances émotives, dont celle de l’agacement, comme dans (8).

Conclusion

38Le but de ce travail a été de démontrer l’expression de l’agacement dans des structures disloquées du type je… moi traduites en PB par eu lá. Pour ce faire, nous avons placé notre analyse dans le cadre de l’approche dialogique. Celle-ci nous a permis d’établir des rapports entre ce type d’énoncé et le discours du locuteur lui-même, de l’interlocuteur ou alors d’un tiers. La pluralité de ces voix nous a amenée aux conclusions suivantes :

39(i) Dans une interaction donnée (schéma 1), les dislocations à droite (1d et 1f : je… moi) – au même titre que les dislocations à gauche (1c et 1e : moi je) – marquent un contraste – réel ou potentiel – et constituent des reprises de / réponses à 1a et 1b, séquences canoniques de l’énoncé assertif négatif/positif.

40(ii) Les dislocations à droite se distinguent toutefois de celles à gauche : celles-ci thématisent le sujet et valident sa position de contraste (Moi Je…) tandis que les dislocations à droite disent autre chose qu’une opposition à. Ces voix nous renseignent en effet sur le positionnement discursif du locuteur : son contentement, son agacement.

41(iii) L’agacement entendu en français se traduit par “eu lá sei” où le locuteur montre, à l’instar de “je ne sais pas moi”, son souhait qu’on le laisse tranquille.

Bibliographie

Références bibliographiques

Apothéloz, D., 1997, « Dislocations à gauche et à droite dans la construction des shématisations », in Miéville, D., Berredonner, A. (éds), Langue, discours et pensée. Mélanges offerts à Jean-Blaise Gize, Berne, Peter Lang, p. 183-217.

Apothéloz, D., Combettes, B., Neveu, F. (éds), 2009, Les linguistiques du détachement, Berne, Peter Lang.

Authier-Revuz, J., 2003, « Le fait autonymique : langage, langue, discours – quelques repères », in Authier-Revuz, J., Doury, M., Reboul-Touré, S. (éds), Parler des motsLe fait autonymique en discours, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 67-95 : http://www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/autonymie/theme1/authierrel.pdf.

Bakhtine, M., 1978, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Bakhtine, M., 1984, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

Benveniste, E., 1966 [1958], Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Blasco-Dulbecco, M., 1997, « Pour une approche syntaxique des dislocations », Journal of French Language studies 7, p. 1-21.

Blasco-Dulbecco. M., 1999, Les dislocations en français contemporain. Étude syntaxique, Paris, Champion.

Bres, J., 2003, « Mais oui, il était un joli temps du passé comme les autres, le petit imparfait hypocoristique », Langue française 138 (1), p. 126-127.

Bres, J., Haillet, P. P., Mellet, S., Nølke, H., Rosier, L. (éds) 2005, Dia-logisme et polyphonie. Approches linguistiques, Bruxelles, Duculot.

Bres, J., Nowakowska, A., 2006, « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive », in Perrin L. (éd.), Le sens et ses voix, Recherches linguistiques 28, Metz, Université de Metz, 21-48, http://asl.univ-montp3.fr/masterRECHERCHE/M2/j.bres/V32.pdf.

Guedes Pereira, B., 2011, « Le sujet nul en portugais brésilien dans des contextes sans antécédent », Langues et linguistique, numéro spécial Journées de linguistique, p. 136-143, http://www.lli.ulaval.ca/fileadmin/llt/fichiers/recherche/revue_LL/numero_special_2011/LLSP2011_136_143.pdf.

Hopper, P. J., Traugott, E., 2003, Grammaticalization (2nd ed.), Cambridge, Cambridge University Press.

Hopper, P. J., 1991, « On some principles of grammaticization », in Traugott, E.C., Hopper, P. J. et Traugott, E. (éds), 2003, Grammaticalization, Cambridge, CUP, p. 17-36.

Ilari, R. et al., 1996, « Considérações sobre a posição dos advérbios », Gramática do Português falado 1, p. 63-141.

Lagorgette, D., 2006, « Insultes et conflit : de la provocation à la résolution – et retour ? », Cahiers de l’École 5, p. 26-44.

Lambrecht, K., 1994, Information Structure and Sentence Form: Topic, Focus, and the Mental Representations of Discourse Referents, Cambridge, CUP.

Nowakowska, A., 2009, « Thématisation et dialogisme : le cas de la dislocation », Langue française 163 (3), p. 79-96.

Oliveira (de), R., 2010, « Détachements thématiques en portugais du Brésil : fonctionnements et spécificités », in Actes du colloque XXVe CILPR (2), p. 491-497.

Oliveira (de), R., 2005, « “L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches et j’ai ma dignité moi !” Moi… je : une analyse syntaxico-sémantique portugais (Brésil) / français », Revista TradTerm 11, p. 133-166.

Plantin, C., 1999, « La construction rhétorique des émotions », in Rigotti, E. (éd.), Rhetoric and argumentation, Tubingen, Niemeyer, p. 203-219.

Riegel, M., Pellat, J.-C., Rioul, R., 1996, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses Universitaires de France.

Rios de Oliveira, M., 2006, « Ordenação de advérbios locativos. Uma proposta de abordagem funcional », http://www.filologia.org.br/vicnlf/anais/caderno09-06.html

Rosier, L., 2005a, « Méandres de la circulation du terme POLYPHONIE », in Bres, J. et al. (éds), Dialogisme et polyphonie. Approches Linguistiques, Bruxelles, Duculot, p. 33-46.

Rosier, L., 2005b, La médisance, Presses de l’université de Reims.

Rosier, L., 2006, Petit traité de l’insulte, Bruxelles, Labor.

Steiner, T., 2010, « Expanding the Definition of Grammaticalization », Universität Hamburg http://www.grin.com/en/e-book/155682/expanding-the-definiton-of-grammaticalization.

Teyssier, P., 1981, « Le système des déictiques spatiaux en portugais aux xive, xve et xvie siècles », Cahiers de linguistique hispanique médiévale 6 (1), p. 5-39.

Traugott, E. C., Heine, B. (éds), 1992, Approaches to Grammaticalization. Vol I. Focus on Theoretical and Methodological Issues, Amsterdam, Benjamins.

Sitographie

Plantin, Ch., « L’émotion signifiée : Recherche sur les émotions dans la parole »

Dictionnaire arg. pop. fam., http://www.languefrancaise.net/Bob/Introduction

Larousse, http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/contentement/18573/synonyme

Le Trésor informatisé de la langue française, [http://atilf.atilf.fr/]

Lexilogos, page consultée le 03/04/2011, http://www.lexilogos.com/francais_langue_dictionnaires.htm

Notes

1 Soulignons que l’expression de l’agacement englobe des nuances telles que : « impatience, irritation, agitation, effervescence, excitation, nervosité, exaspération, surexcitation, tension, fébrilité » selon Lexilogos.

2 Sur les différents points de vue autour de cette notion, voir Bres et al. (éds) (2005).

3 De notre côté, du fait de leur modernité, nous ajoutons à cette liste « fils de pou, fils de tante, rejeton / rejetonne, enfant de putain et double fils de putain ». Pour plus de détails sur l’utilisation de ces termes d’injures, nous renvoyons au site suivant : langue française.net

4 Nous n’entrons pas ici dans le débat autour des dénominations des formes pronominales et employons indistinctement : formes fortes/faibles, conjointes/disjointes, atones/toniques.

5 Pour une approche classique de la notion de pronom, voir Benveniste (1966 [1958]).

6 The left dislocation construction is often used to mark a shift in attention from one to another of two or more already active topic referent. This explains the frequent occurrence of PRONOMINAL NPs in detached position (Me, I’m hungry, Moi, j’ai faim). Such detached lexical or pronominal NPs often have a “contrastive” function, in which case they may be referred to as CONTRASTIVE topic NPs […]. (Lambrecht, 1994 : 183)

7 L’expression du contentement comporte un certain nombre de nuances, à savoir, fierté, joie, bonheur, empressement, enthousiasme, euphorie, béatitude, bien-être, bonne humeur, aise, jouissance, volupté, délice, délectation, plaisir, régal, allégresse, liesse, jubilation, félicité, ravissement, complaisance. Dictionnaires consultés : Larousse, TLFi.

8 Ne pouvant traiter ici le rôle de la prosodie dans des énoncés à redoublement comme celui-ci et/ou ses nombreuses variantes (par exemple « est-ce que je sais moi ?! »), nous invitons le lecteur intéressé par ce sujet à consulter l’ouvrage d’Apothéloz, D., Combettes, B., Neveu, F. (éds) (2009).

9 Les exemples 7, 8 et 9 cités par Rios de Oliveira, sont issus du corpus composé par le « Projeto Integrado Ordenação de advérbios no português escrito: uma abordagem histórica » coordonné par Mário Martelotta (UFRJ).

10 Les exemples 10, 11 et leurs traductions sont les nôtres.

Auteur

Université du Cap (University of Cape Town – UCT)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540