Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

III. Syntaxe et prosodie

L’exclamation et l’altérité intersubjective dans le dialogue oral en français et en russe

Exclamation and intersubjective alterity in oral dialogue in French and Russian

Elena Vladimirska

Résumé

Le présent article porte sur les différentes façons dont se construit l’altérité intersubjective dans les dialogues oraux, notamment dans des contextes exclamatifs. À la suite de l’analyse morphosyntaxique, sémantique et prosodique, il apparaît que, tout en émanant d’une réaction subjective, émotive du locuteur, l’exclamation relève d’une représentation construite par le discours. La mise en parallèle des corpus français et russe permet de révéler des similitudes dans la distribution des marqueurs exclamatifs en fonction de la façon dont l’énonciateur construit sa position par rapport à la valeur p non anticipée qui déclenche l’exclamation. Le contexte exclamatif peut donc relever du rejet de la valeur p comme non recevable et de la disqualification du statut de l’autre (qui est le garant de cette valeur) en tant qu’énonciateur, ou, bien au contraire, témoigner de l’acceptation, de la prise de conscience de p en tant que valeur unique sans altérité sans mettre en cause le statut énonciatif de l’autre.

This article focuses on the ways in which the intersubjective alterity is constructed in oral dialogues, especially in exclamative contexts. Following the morphosyntactic, semantic, and prosodic analysis, we find that exclamation, while coming from a subjective, emotional reaction of the enunciator, falls within the representation constructed through discourse. A comparison of French and Russian corpus allows us to reveal similarities in the distribution of exclamative markers depending on how the enunciator builds his position relative to the unanticipated value p triggering the exclamation. The exclamative context can fall within (1) the rejection of the value p as a non-receivable one, and the disqualification of the status of the other (which is the guarantor of this value) as enunciator, or, rather, (2) within the acceptance, the realization of p as a unique value without alterity and without jeopardizing the enunciative status of the other.

Texte intégral

  • 1 La majorité des exemples est tirée du corpus constitué et transcrite par l’auteur elle-même. Pour l (...)

1Dans le présent article, nous proposons une analyse des exclamations, prises dans leurs contextes discursif et prosodique, à partir des exemples de corpus oraux français et russe1. Plus précisément, en confrontant les données de ces deux langues, nous allons nous concentrer sur l’analyse des marqueurs qui constituent des contextes exclamatifs et nous interroger sur la façon dont ils mettent en jeu l’altérité discursive et l’ajustement inter-sujets.

1. Données fondamentales

  • 2 p’ est une valeur qui est en rapport d’altérité avec la valeur p. p’ correspond donc à non p ou à u (...)

2Émanant d’une réaction émotive, subjective du locuteur, la modalité exclamative ne semble pas concernée par les enjeux intersubjectifs. En effet, de nature réactive, étant comme « arrachée par la situation » (Ducrot, 1972 : 19), l’exclamation ne sollicite pas l’allocutaire et n’implique pas une extériorisation de la position de l’autre. On y voit une représentation de la « forme locutoire du langage » (Damourette et Pichon, 1968 : 455), dans la mesure où le locuteur extériorise seulement son état psychologique, et une expression extrême de la subjectivité du discours (Benoist, 1987). Contrairement à l’interrogation, dont l’exclamation est souvent rapprochée en raison de la similitude des marqueurs et pour laquelle la sélection de la valeur p / p’2 passe par le recours à autrui, l’exclamation met p hors altérité intersubjective : par le biais de l’opération de parcours de toutes les valeurs possibles, p est construit comme une valeur unique, par référence à une valeur extrême du haut degré – l’attracteur (Culioli, 1999) qui ne comporte pas de dernier point.

3Sans contester l’aspect locutoire de l’exclamation, notons cependant que dans le discours, l’exclamation n’est jamais isolée. Bien au contraire, elle est toujours intégrée dans un contexte spécifique dont l’analyse révèle des régularités dans l’apparition des marqueurs − aussi bien discursifs que prosodiques − et permet de rendre compte de l’implication des exclamations dans la construction de la coénonciation.

2. Contexte exclamatif

4Dans les dialogues oraux, l’exclamation n’apparaît jamais seule. Elle fait suite à un élément déclencheur et, en même temps, elle est génératrice de réactions en chaîne (Vladimirska, 2005). Nous appelons cet ensemble d’énoncés contexte exclamatif dans la mesure où il comporte des marqueurs syntaxiques, prosodiques et discursifs, lesquels interagissent de sorte que le discours est perçu comme expressif ou émotionnellement chargé.

5L’élément déclencheur présente une valeur inattendue (p), non anticipée dans le cadre coénonciatif, dont le surgissement provoque une rupture sur le plan intersubjectif et met l’énonciateur hors de la coénonciation. L’exclamation va révéler les traces de cette rupture ayant comme suite nécessaire une reconstruction de la position de S0 et sa réintégration dans l’échange. Dans cette perspective, on peut distinguer deux types de contextes exclamatifs :

  • ceux qui relèvent du rejet de p comme valeur non recevable, non acceptable et, conséquemment, portent sur une disqualification de la position énonciative de S1 (coénonciateur) qui est le garant de cette valeur ; l’altérité intersubjective devient un enjeu majeur.

  • ceux qui relèvent de la prise de conscience de p comme valeur unique hors altérité. La reconstruction de S0 ne passe pas ici par une mise en valeur de sa position face à S1, mais à travers le dépassement d’une sorte de choc cognitif causé par l’irruption de la valeur non anticipée. Dans ce type de contexte, l’autre n’a aucun mode de présence, S0 est hors altérité.

6Dans ce qui suit, nous allons étudier les marqueurs propres à chacun de ces deux contextes.

3. Rejet de p comme non recevable

  • 3 L’exemple est tiré du corpus « Baptême » de Marie Leroy. Il a été également analysé dans Morel et D (...)

7Considérons l’exemple (1) (le dialogue est enregistré au cours d’une répétition d’un groupe de rock)3 :

(1) B1 : - alors ouais donc on va :: on répète jeudi avec eric, donc demain et mercredi avec rico, jeudi avec eric, et ::m, samedi après-midi aussi gwar i(l) sera pas là le concert est annulé dimanche au Tom Pouce, § on joue §§ plus tard
M1 : - § QUOI ?!§§

B2 : - parce que gwar t(u) sais i(l) va à ça en fin de compte i(l) va : au baptême de sa filleule, ça le faisait §chier d/ §§
M2 : - § attends§§ j’hallucine moi, j’hallucine mortel !
B3 : - bah i(l) disait ouais :
M3 : - que gwar i(l) annule le concert parce qu’i(l) va : au Baptême§ de sa filleule ! non mais c’est quoi ce délire, le baptême ?!

8La première exclamation M1 : quoi ?! est déclenchée par l’annonce de l’annulation du concert (p) – l’événement qui casse la suite des événements prévue par M (p’). Le marqueur quoi figure déjà dans le Dictionnaire de l’Académie (1694) en tant que particule qui sert à marquer l’étonnement et l’indignation. Dans son étude de l’emploi de quoi exclamatif dans des textes oraux classiques, Grinshpun (2003) révèle son effet « rétroactif ». En effet, quoi « revient sur l’énonciation antérieure pour en contester la validité, eu égard à une norme de vérité ou de morale », ce qui venait d’être énoncé « n’a pas lieu d’être dans l’univers » (Grinshpun, 2003 : 33-34) de l’énonciateur. Cet avis est partagé par Lefeuvre (2006) : quoi présente une réaction d'étonnement, marque le refus de l'énoncé précédent par le locuteur, sans enclencher une question et sans qu’aucune réponse soit attendue. En effet, avec quoi, qui est un marqueur de parcours des valeurs possibles (Culioli, 1999), on se retrouve, tout comme dans le cas de l’interrogation, à la pointe de bifurcation p / p’ − une position compatible avec les deux voies possibles dont l’une est à sélectionner et l’autre à éliminer. Or, contrairement à l’interrogation, la sélection/stabilisation de p ne passera pas par le recours à autrui, car ici ce n’est pas la validation de p ou de p’ qui fait l’enjeu, l’autre n’étant pas sollicité en tant qu’instance pouvant valider p ou éliminer p’. L’exclamation porte ici sur la possibilité même d’énoncer p, autrement dit sur l’énonciation et non pas sur l’énoncé.

9D’un point de vue prosodique, quoi est réalisé avec une montée en flèche – le mouvement propre à l’interrogation −, pourtant l’accent de l’intensité construit une position de S0 focalisée (Morel & Danon-Boileau, 1998), ce qui, sur le plan de la co-locution, marque qu’on ne sollicite pas l’autre et qu'on n’attend pas sa réaction, contrairement à l’interrogation.

10L’énoncé B2 fournit un nouvel élément – le baptême – qui déclenche l’exclamation M2 : attends j’hallucine moi, j’hallucine mortel. L’impératif attends qui précède l’exclamation marque une rupture dans l’enchaînement énonciatif : l’autre est ainsi écarté, la coénonciation étant mise en suspens, en stand-by ; vient ensuite l’énoncé j’hallucine moi, avec le verbe dont la sémantique attribue à p le statut du délire, alors que moi en position de postrhème soustrait S0 à la coénonciation et le construit comme position de force. Le segment s’achève par une reprise sous forme intensifiée (mortel) de l’énoncé précédent – j’hallucine mortel.

11L’exclamation M3 : que gwar i(l) annule le concert parce qu’i(l) va : au Baptême§ de sa filleule réintroduit l’élément déclencheur par un que anaphorique, l’élément clé étant focalisé par un accent d’intensité sur la première syllabe : Baptême. Ce retour de l’énonciateur sur l’élément perturbateur qu’il reprend ou reformule, avec une mise en relief du segment reformulé, est récurrent dans les contextes postérieurs à quoi exclamatif (Vladimirska, 2005 ; Lefeuvre, 2006). Finalement, l’énoncé M3 non mais c’est quoi ce délire le baptême ? porte sur le statut de p, le qualifie de délire alors que non mais marque une rupture sans enchaînement. Comme le formule Culioli (1999, t. 3 : 139), non mais « nous fait sortir de l’acceptable, nous sommes en dehors du validable digne de ce nom ». Vient ensuite le présentatif c’est suivi de quoi – l’image de toutes les valeurs possibles du complément ce délire. Le schéma en boucle – c’est quoi ce délire le baptême – met en postrhème (et donc hors coénonciation) l’élément fondamental de la prédication, ce qui augmente la force exclamative de l’énoncé.

12On retrouve la même dynamique un peu plus loin dans le même corpus :

(2) M7 : - hein ? § c’est Charlotte ?
B8 : - §ouais mais une autre je crois je sais plus communion§§
M8 : - § quoi ?! il a deux filleules ?!
B9 : - oui : non c’est p’t-être communion mais je sais pas §c’est p’t-être c’est charlotte ouai
M9 : - non c’est pas possible !

13On y trouve de nouveau le marqueur quoi dont la réalisation prosodique met en scène la position forte de S0, suivi du retour sur l’élément perturbateur : il a deux filleules. L’exclamation non c’est pas possible ! rejette p comme non recevable, la position de S1 en tant que garant de cette valeur se trouvant ainsi compromise.

14Voici encore quelques exemples d’assemblage similaire des marqueurs :

(3) alors moi je t’ASSURE heureusement que j’étais assise parce que là je serais TOMBÉE : et je dis mais qu’est-ce que c’est que cette §histoi :re : !

(4) non mais moi j’essaie de faire mon possible pour que ça se passe bien mais ça se passe pas bien du tout !

(5) attends mais non mais là elle était au bord de la dépression nerveu :se !

15On peut conclure qu’en français, les contextes exclamatifs construits autour de la non-recevabilité de p sont constitués par les marqueurs du parcours de toutes les valeurs possibles (quoi, que) ; ceux de la mise en suspens de la coénonciation (attends) ; ceux de la non-acceptation de p et de la disqualification de la position énonciative de S1 (non, non mais) et par la position de S0 forte hors coénonciation (focalisation prosodique ou schéma en boucle avec postrhème).

  • 4 Dans la traduction des dialogues russes nous essayons de nous rapprocher, dans la mesure du possibl (...)

16La comparaison avec les contextes analogues en russe révèle une grande similitude des marqueurs4.

(6)5 - Nu, v obsčem, dvesti baksov v mes’ac. I vot èto vot vaša vot forma. Ponimaete? Da?

- Čto? Ja èto nikogda ne nadenu ! Fu !
- Bon ben, bref, deux cents dollars par mois. Et ça, c’est votre uniforme. Vous comprenez ? Oui ?
- Quoi ? Je ne mettrai jamais ça ! Beurk !

17Avec Čto (Quoi) – le marqueur du parcours –, l’énonciateur quitte l’espace coénonciatif, l’énoncé porte sur l’énonciation : comment peux-tu me proposer de mettre cet uniforme ? Vient ensuite le rejet de p : Ja èto nikogda ne nadenu ! (“Je ne mettrai jamais ça !”) suivi d’une interjection exprimant le dégoût Fu ! (“Beurk !”).

  • 6 Ibid.

(7)6 - Čego-čego ?
- Ručku gromkosti pokruti, balda, na maksimum !
- V golove u seb’a pokruti.
- Čto ? Naezd ! Total’nyj naezd ! Nikakogo u teb’a moral’nogo kodeksa !
- Quoi-quoi ?
- Tourne le réglage du son, imbécile, au maximum !
- Tourne dans ta tête.
- Quoi ? Une brimade ! Une brimade totale ! Tu n’as aucun code moral, toi !

18Čto (“Quoi ?”) portant sur l’énonciation de p est suivi des exclamations nominales Naezd ! Total’nyj naezd ! (“Une brimade ! Une brimade totale !”) qui portent sur la valeur pragmatique de p telle qu’elle est perçue par l’énonciateur, laquelle est non légitime, non acceptable dans le cadre coénonciatif donné. La dernière exclamation de la séquence porte sur le statut de S1, le disqualifie en tant qu’énonciateur légitime, conforme à un code moral. Notons que Čto ? construit une altérité S0/S1 particulièrement forte. Dans l’exemple (8), la première exclamation da ?! (“oui ?!”) est, en effet, très proche de l’interrogation :

  • 7 Litt. : oui ?!
  • 8 Litt. : tu quoi ?!

(8) (discussions sur une galerie d’art)
E3 : - da: ?! èto ne razrešaetsa ?
H3 : - nu daže kak by
E4 : - ser’ozno?!
H4: - ty togda kak by samaja bol’šaja emmerdeuse
E5 : - ty čto!

H5 : - konečno!
E3 : - ah bon7 ? ce n’est pas permis ?
H3 : - ben même comment dire
E4 : - sérieux ?!
H4 : - tu es alors du coup la plus grande emmerdeuse
E5 : - tu rigoles ou quoi8 ?!

  • 9 Litt. : tu quoi, tout à fait ?!

19Cependant, la réalisation prosodique – l’intensité élevée, le schéma mélodique avec montée progressive et la durée augmentée de la voyelle – transmet la valeur exclamative. Ce schéma mélodique correspond à l’intonation exclamative montante décrite par Bonnot et Fougeron (1987). Celle-ci, selon les auteurs, apparaît lorsque la valeur p’ reste présente dans l’esprit du locuteur après la sélection de p. L’exclamation E4 : ser’ozno ?! (“sérieux ?!”) met en cause le sérieux et donc le statut énonciatif de S1. Ty čto :: ?! (“tu rigoles ou quoi ?!”) comporte un double marqueur exclamatif : le marqueur du parcours et l’allongement de la durée de la voyelle. L’altérité S0/S1 est marquée par la présence du pronom de la deuxième personne ty (“tu”). Les variantes, rencontrées dans notre corpus – ty čto šu:tish ?! (“tu plaisantes ou quoi ?!”) ; ty čto, sovsem9 ?! (“t’es malade ou quoi ?!”) – portent toutes sur l’invalidation, la disqualification de S1 en tant que garant de la valeur p.

20Le marqueur de la mise en stand-by de la coénonciation – podoždi (“attends”) – est également récurrent dans ce type de contexte (exemple 9).

  • 10 Le corpus national de la langue russe (Национальный корпус русского языка) http://www.ruscorpora.ru(...)
  • 11 Litt. : Attends, quoi tu ?! tu quoi à moi ?!

(9)10 (discussion dans un atelier de réparation mécanique)
- Otremontirovat’ vot.
- A ?
- Vot èto mozhno zdes’ postavit’…vot èto vot otremontirovat’ vot.
- Podoždi, čto ty? Ty čto mne?
- C’est pour réparer, ça, voilà.
- Hein?
- Ça on peut le mettre là… et ça, il faut le réparer, voilà
- Attends, tu plaisantes ou quoi ? Tu te fous de moi ?11

21Podoždi (attends”) est suivi de čto (“quoi”) accentué et du pronom ty (“toi”). L’exclamation suivante reprend les mêmes marqueurs suivis ici par mne (litt. “à moi”). La combinaison de ces marqueurs construit une remise en cause de la coénonciation à travers la construction d’une très forte altérité intersubjective.

22Ainsi, dans les corpus russes aussi bien que dans les corpus français, on trouve les marqueurs du parcours, ceux de la mise en suspens de la coénonciation, de la non-acceptation de la valeur p avec une disqualification de son garant et le renforcement de la position de S0. Cependant, dans les contextes exclamatifs de nos corpus français, les cas de la présence explicite de l’autre, sous forme du pronom de la deuxième personne, sont très rares : les exclamations sont marquées par une forte subjectivité S0 et par le rejet de la valeur p. L’autre n’y est atteint qu’indirectement, en tant qu’instance prenant en charge ladite valeur. Dans les corpus russes, au contraire, l’autre est régulièrement directement interpellé, l’échange prenant d’emblée une tournure très marquée par une altérité intersubjective.

4. Prise de conscience de p

23Tout comme dans le cas décrit antérieurement, S0 est rejeté hors espace coénonciatif par le surgissement de la valeur non anticipée. Pourtant, ici, la valeur p est hors altérité et le statut énonciatif de S1 n’est à aucun moment remis en cause.

(10) M9 : - ah tu fais donc tu fais une maîtrise en philo plus une maîtrise de physique
D9 : - § oui §
M10 : - § d’accord § je pensais que tu faisais une maîtrise de logique
D10 : - non en plus je fais de la logique quoi
M11 : - oh putain! ah oui :! ho – là !

  • 12 Les exemples (13) (14) (15) sont empruntés au corpus de M-A. Morel.

24C’est dans ce type de contexte que l’on trouve des interjections, ce qui n’est jamais le cas lorsque p a le statut d’une valeur non recevable. On n’est plus dans le rejet de p, mais dans une sorte de « pseudo-cri » (Fauré, 1997) ou dans l’insuffisance de la nomination ou de la qualification quelles qu’elles soient. Deux cas récurrents se présentent dans notre corpus français : les interjections ah ! et oh ! suivies de séquences exclamatives variées12.

(11) ah ça c’est vrai !

(12) ah c’était insupportable !

(13) ah tiens ! elle est de chez nous !

(14) oh ! mon lapin qui brûle !

(15) on s’est un peu appuyé contre l’ascenseur et le mur a commencé à bouger, alors on s’est dit oh la-la :: ! (H3) faut pas s’appuyer

(16) R3 : - je pensais pas qu’on pouvait se bombarder sexologue comme ça hm hm sur la place publique
T3 : - mais elle se faisait pas payer§ c’était juste pour ses amis qui sont devenus ses ennemis, normal §
R4 : - ah : oui ::: ! ah : oui ::: ! ah ben oui ! ça se voit tout de suite qu’ils sont devenus ses ennemis§ oui hm hm oui oui§ //

25C’est sur ces exclamations dites ‘primaires émotives’ (Kleiber, 2006), faisant immédiatement suite à l’élément déclencheur p, que nous allons nous arrêter dans ce qui suit.

26Les interjections ah et oh sont souvent considérées comme étant d’origine onomatopéique. Leur association à telle ou telle émotion serait pourtant conventionnelle et ne laisse pas de doute quant à leur statut de signe linguistique (Kleiber, 2006). Olivier (1986) voit en ah une marque à valeur conversationnelle originelle. Fauré (1997) met en rapport la valeur de ces interjections et les caractéristiques phonétiques des voyelles qui les constituent : la voyelle ouverte ah renvoie « à des faits relatifs au contenu subjectif et intersubjectif de l’échange », tandis que oh – voyelle postérieure – « se rapporterait à un événement (situationnel ou linguistique) situé généralement en décentrage vis-à-vis de cette dimension ou placé par l’énonciateur hors du système de l’échange » (Fauré, 1997 : 131). Les orientations opposées de ah et oh quant à l’espace de l’échange se confirment à travers l’exercice de commutation.

27Dans les exemples (11), (13), et (15) la commutation ah – oh est impossible : *oh c’est vrai ! * oh tiens ! * ah la-la ::! En (12) et (14), la commutation passe très difficilement : ??oh ! c’était insupportable ! ??ah ! mon lapin qui brûle ! Dans le (14), ah ! mon lapin qui brûle ! est possible à condition que l’on imagine la cuisinière devant le four qui voit son plat se gâter. En (16), remplacer ah : oui ::: ! par oh oui ! est techniquement possible (avec un changement de l’intonation), alors que *oh ben oui n’est pas possible, de la même manière que *oh tiens (13’) ou *ha la-la (15’).

28Ainsi, Oh ! construit une position de S0 rejeté, par effet de surprise, en dehors de l’échange pour se trouver ‘seul’, face à lui-même, à son émoi, à ses sensations. Provenant de ô hérité par le français de l’Antiquité gréco-latine et ayant une valeur vocative, oh dans ses emplois autonomes est d’abord attesté comme une particule à valeur interjective exprimant soit l’admiration, soit la crainte ou l’aversion (Grinshpun, 2005). Le TLF le qualifie de ‘marque de rupture’, de ‘discontinuité’, l’expression d’un sentiment de surprise, d’un étonnement suscité par un événement extérieur au discours, d’un désengagement du locuteur quant au contenu de l’échange. Les données prosodiques le confirment puisque dans nos corpus, les interjections sont réalisées en plage intonative relativement basse, ce qui transmet, sur le plan énonciatif, un désinvestissement voire un effacement de S0 (Morel & Danon-Boileau, 1998). Nos données corroborent aussi celles de L. Fauré (1997) qui note également que oh et ah en initiale de proposition sont réalisés à proximité du niveau 2 « dont la valeur énonciative se lit en rupture de consensualité/niveau neutre », et avec une faible intensité, ce qui les distingue des exclamations.

29Contrairement aux exclamations analysées dans la partie précédente, les marqueurs morphosyntaxiques de la subjectivité ne participent pas à la construction de la position énonciative : S0 ne se construit pas face à S1, l’altérité intersubjective n’est pas l’enjeu.

  • 13 À la suite de Bonnot et Fougeron (1987 : 453-465), nous empruntons ce terme à Paillard (1986 : 89-1 (...)
  • 14 Cette valeur, appliquée aux énoncés exclamatifs en russe, est analysée dans l’article déjà cité de (...)

30Si la valeur de oh relève de la surprise, celle de ah relève de la prise de conscience, de la reconnaissance de ce qui avait déjà un mode de présence dans l’esprit de l’énonciateur ou dans le contexte. Cette valeur est proche de celle d’“eurêka !”13 – la prise de conscience de la présence d’un élément, lequel, antérieurement, échappait au locuteur et qui a un impact important sur la situation, lui donne un nouvel éclairage, construit une nouvelle perspective interprétative et énonciative. Cela explique l’association fréquente de ah avec les syntagmes à valeur épistémique ou qualificative, introduits par le présentatif c’est : ah ! ça c’est vrai ! – ah ! c’était insupportable ! – ah ! c’est excellent ça ! En poussant un peu plus loin la comparaison, disons que oh est relatif à l’affect, alors que ah aura une orientation plutôt cognitive. La durée est augmentée lorsque la valeur “eurêka” est en jeu : l’allongement traduit la prise de conscience progressive de la valeur p et de son ampleur en tant qu’élément clé, donnant un nouvel éclairage aux événements14. Si nous revenons à l’exemple (10), nous observons que dans le premier segment oh putain, le oh, marqueur de surprise rejetant S0 hors coénonciation, est suivi de putain, interjection-juron qui opère, « d’un même mouvement, une mise en représentation et la mise en acte d’une effusion » (Siblot, 1995 : 168). Par transgression des tabous du code social, les jurons arrivent à dire « le débordement de l’expression par l’expressivité » (ibid.) et suivent souvent les interjections primaires émotives. Le deuxième segment ah oui traduit la prise de conscience de la valeur p, « déverrouillage de la stupeur en décodage du sens » (Fauré, 1997 : 140), son inscription progressive dans l’univers de l’énonciateur. Le dernier segment ho là : résulte de la prise de conscience de la valeur p et exprime une admiration d’un tel degré qu’il semble perturber les mécanismes cognitifs de l’énonciateur.

31Les mêmes tendances se révèlent en russe pour ce type de contexte : lorsque p n’est pas contesté mais est reçu comme une valeur hors altérité, nous observons avant tout des interjections-jurons précédées ou pas par des interjections vocaliques émotives. Ces dernières sont très variées. Karcevski (1999) note que toutes les voyelles russes peuvent être employées comme exclamations et sont chargées de valeurs expressives particulières : i – apaisement, e – mépris, a – étonnement, o – grande surprise, u – péril/effroi. Les interjections dérivées de ces voyelles gardent souvent ces valeurs. Maurice Comtet (1987) trouve que les interjections primaires russes constituent un système phonétique particulier et comportent souvent des sons et des phénomènes articulatoires étrangers au système phonologique de la langue (la vibration labiale, l’aspiration, l’absence de réduction vocalique, etc.).

32Pour Charonov (2002), certaines interjections vocaliques primaires (par exemple : oj !) n’expriment rien d’autre qu’une excitation psychique initiale, non différenciée ; autrement dit, c’est une expiration ou une inspiration vocalisée au moment du choc. Ce n’est qu’au cours du développement de la séquence exclamative que l’on peut révéler la valeur de ces interjections (voir oj de l’ex. 15).

(15) oj mama rodnaja! Ja dumaju chto by ja byla gotova molitsa prosto mne bylo nastol’ko žu žutko!
Oh maman ! Je pense que j’étais prête à prier dieu, à tel point j’ai eu peur !

33La deuxième position segmentale, d’après Charonov, correspond aux interjections marquant une tentative d’identification par l’énonciateur de la valeur p inattendue. L’identification peut échouer ou réussir. Les marqueurs de l’identification qui n’a pas réussi sont les formes remontant aux vocatives, les jurons, les euphémismes Bože moj ! (“Mon dieu !”) Gospodi ! (“Dieu !”) (voir mama rodnaja ! ex. 15). L’identification réussie est marquée par des interjections « mentales » : a-a, è (э), ba, etc. ayant une valeur de révélation (cf. ah en français). La troisième position syntagmatique appartient aux interjections caractérisant l’objet de perception nu i nu ! vot èto da ! tandis que la quatrième se rapporte à l’appréciation axiologique de l’objet, ainsi košmar ! (“cauchemar !”) prokl’at’e ! (“malédiction !”).

Conclusion

34Les limites du présent article ne nous permettent pas un développement plus vaste sur la valeur des différentes interjections et le rôle des indices prosodiques dans leur formation. Nous n’avons pas pu non plus entrer plus profondément dans l’analyse des divergences dans le fonctionnement des exclamations en français et en russe, qui se révèlent à travers la mise en parallèle des deux corpus. Cependant cette étude a mis en lumière des similitudes importantes entre les deux langues quant à la distribution des marqueurs exclamatifs, en fonction de la façon dont l’énonciateur appréhende la valeur p qui déclenche chez lui une réaction émotive. Une étude plus large et plus systématique reste d’actualité pour exploiter ces nouvelles perspectives.

Bibliographie

Benoist, J-P., 1987, « L’exclamation comme transformation de modalité », Revue des Études Slaves LIX (3), p. 445-452.

Bonnot, C., Fougeron, I., 1987, « De l’interrogation à l’exclamation », Revue des Études Slaves LIX (3), p. 453-465.

Charonov, I. (Шаронов И.А.), 2002, « Толкование эмоциональных междометий как знаков восприятия » (L’interprétation des interjections émotives comme signes de perception), Russian Linguistics 26 (2), p. 235-254.

Comtet, M., 1987, « Les interjections russes : aspect phonétique », Revue des Études Slaves LIX (3), p. 467-476.

Culioli, A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation, t. 3, Paris, Ophrys.

Damourette, J., Pichon, D., 1968, Des mots à la pensée, vol. 2, ch. XVIII-XX, Paris, D’Artrey.

Ducrot, O., 1972, Dire et ne pas dire, Paris, Minuit.

Fauré, L., 1997, « Les interjections à l’oral : quelles valeurs pour les vocalisations ? », Cahiers de praxématique 28, p. 127-148.

Grinshpun, Y., 2003, « Interjections, genres de discours et régime rhétorique. L’exemple de quoi ! », L’Information grammaticale 97, p. 31-36.

Grinshpun, Y., 2005, « L’autorité de la graphie. Écrivains, experts et imprimeurs confrontés à ô/oh », Langage et Société 113, p. 127-146.

Karcevski, S., 1999, « De l’exclamation à la conjonction », in Inédits et introuvables (textes rassemblés par Fougeron, I., Fougeron, G.), Leuven, Peeters, ch. 4.

Kleiber, G., 2006, « Sémiotique de l’interjection », Langages 161, p. 10-23.

Lefeuvre, F., 2006, « Les emplois prédicatifs du pronom interrogatif quoi » in Corblin, F., Ferrando, S. et Kupferman, L. (éds), Indéfini et prédication, Paris, Sorbonne, p. 477-491.

Morel, M.-A., 2001, « De quelques articulateurs du récit oral en français. Clichés prosodiques ou liberté coénonciative ? », La Licorne 59, p. 7-20.

Morel, M.-A., Danon-Boileau, L., 1998, Grammaire de l’intonation, Paris, Ophrys.

Olivier C., 1986, Traitement pragmatique des interjections en français, thèse de doctorat de 3e cycle, Toulouse.

Paillard, D., Markowicz, D., 1986, « Le partage du savoir ou l’ignorance n’est pas un argument : à propos de la particule ved’ », Les particules énonciatives en russe contemporain, Paris, Institut d’études slaves, p. 89-123.

Siblot, P., 1995, « Du sens dans les formes exclamatives », Faits de langue 6, p. 163-170.

Vladimirska, E., 2005, Lexclamation dans le dialogue oral. Lexemple du français et du russe, Paris, Ophrys.

Notes

1 La majorité des exemples est tirée du corpus constitué et transcrite par l’auteur elle-même. Pour le russe, nous avons aussi exploité le corpus national de la langue russe (Национальный корпус русского языка) http://www.ruscorpora.ru.

2 p’ est une valeur qui est en rapport d’altérité avec la valeur p. p’ correspond donc à non p ou à une valeur autre que p.

3 L’exemple est tiré du corpus « Baptême » de Marie Leroy. Il a été également analysé dans Morel et Danon-Boileau (1998) et Vladimirska (2005).

4 Dans la traduction des dialogues russes nous essayons de nous rapprocher, dans la mesure du possible, du texte original. Ceci dit, pour des raisons de lisibilité, nous n’avons pas pu sauvegarder le caractère souvent elliptique des exclamatives du russe. Nous en donnerons régulièrement une traduction littérale dans les notes de bas de page.

5 Le corpus national de la langue russe (Национальный корпус русского языка) http://www.ruscorpora.ru.

6 Ibid.

7 Litt. : oui ?!

8 Litt. : tu quoi ?!

9 Litt. : tu quoi, tout à fait ?!

10 Le corpus national de la langue russe (Национальный корпус русского языка) http://www.ruscorpora.ru.

11 Litt. : Attends, quoi tu ?! tu quoi à moi ?!

12 Les exemples (13) (14) (15) sont empruntés au corpus de M-A. Morel.

13 À la suite de Bonnot et Fougeron (1987 : 453-465), nous empruntons ce terme à Paillard (1986 : 89-123) qui, dans son étude de la particule russe ved’, l’attribue aux énoncés exprimant une brusque prise de conscience du locuteur.

14 Cette valeur, appliquée aux énoncés exclamatifs en russe, est analysée dans l’article déjà cité de Bonnot et Fougeron (1987 : 453-465). Nous y reviendrons dans la partie concernant le corpus russe.

Auteur

Université de Lettonie & EA 1483 Recherches sur le Français Contemporain, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540