Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

III. Syntaxe et prosodie

Focalisation exclusive, intonation et expressivité du discours en russe

Exclusive focalisation, intonation and expressiveness of discourse in Russian

Anna Khaldoyanidi

Résumé

L’étude porte sur les marqueurs intonatifs, morpho-syntaxiques, énonciatifs et visuels de la focalisation exclusive à l’oral spontané en russe contemporain. Fréquemment employée dans le discours polémique, la focalisation exclusive traduit un désaccord entre les locuteurs concernant la sélection d’un objet parmi un nombre de références possibles. Sur le plan intonatif et syntaxique, la focalisation exclusive en russe se caractérise par une forte intensité de la syllabe accentuée et le ton bas plat sur le postfocus, l’accent de focalisation étant déplacé du prédicat sur l’argument dans la position initiale. Les variations de la mélodie et de la durée, ainsi que la mimique du visage caractérisent l’état émotionnel du locuteur, ses attitudes personnelles relevant de son opposition à l’autre.

The paper presents the study of intonational, morpho-syntactic, enunciative and visual markers of exclusive focalization in spontaneous Russian discourse. Frequently used in polemics, exclusive focalisation expresses disagreement between the speakers concerning the selection of an object in a number of possible references. Exclusive focalisation « focus + postfocus » in Russian is characterized by a shift of the phrase accent to the focused component occupying the sentence initial position and intensity increase on the main accented syllable. The postfocus is accompanied by a sharp fall of melody and low pitch up to the end of the utterance. Pitch and time variations along with the facial mimics characterize the emotional state of the speaker, his personal attitudes stemming from his opposition to the other person.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (Paris, France) pour le soutien financier du projet de recherche post-doctorale Le geste et l’intonation de la focalisation en russe et en français en 2004-2006.

1Les questions liées à la notion de la focalisation en russe ont été étudiées sous des aspects méthodologiques différents dans les travaux sur la syntaxe et la prosodie du russe (Benoist, 1979 ; Nikolaeva, 1982 ; Bonnot & Fougeron, 1987 ; Fougeron, 1989 ; Janko, 1999 ; Kodzasov, 2003 ; Khaldoyanidi, 2003). Le but de l’article est d’étudier les propriétés intonatives, syntaxiques, énonciatives et visuelles de la focalisation exclusive à l’oral russe. Notre objectif consiste également à étudier le rapport entre la focalisation et l’expressivité du discours en analysant des exemples avec la focalisation, qui sont marqués par les émotions du locuteur.

1. Données fondamentales

  • 2 Cf. la définition de l’expressivité donnée par V.N. Gridin, dans un Grand Dictionnaire Encyclopédiq (...)

2Traditionnellement, les énoncés accentués sur un constituant en position non finale sont considérés comme des variantes ‘inversées’ de séquences neutres à accent final qui ne diffèrent que par leur expressivité2 et leur appartenance au registre oral. Lorsque l’accent de phrase n’occupe plus sa place automatisée, l’intonation est alors expressive, voire emphatique, l’accent changeant de nature et devenant ‘accent logique’.

3Suivant S. Kodzasov (2003), on peut décrire les conditions de la focalisation de la manière suivante : il y a un nombre de candidats possibles pour remplir une position sémantique dans un texte donné, et le parleur marque le terme qu’il introduit comme opposé aux autres membres du paradigme. Autrement dit, la focalisation affecte la relation préstructurée entre les membres du paradigme et indique un statut spécifique d’un terme donné. L’auteur dégage deux types de focalisation en russe : la variété liée aux échelles évaluative, épistémique, axiologique et significative qui accompagnent le paradigme donné et la variété de la focalisation qui réfère un terme à la structure du paradigme lui-même. Le premier type de focalisation indique la nécessité de réévaluer la position d’un terme du paradigme, tandis que le deuxième indique soit la réduction, soit l’expansion de ce paradigme.

4Pour définir focalisation, nous retiendrons ce que dit F. Queixalos de la focalisation paradigmatique :

Si la relation concerne des éléments qui se trouvent en compétition pour une position donnée dans la chaîne, je parlerai de « focalisation paradigmatique ». […] Le focus […] est modalisé dans le sens où l’élément sélectionné s’identifie, dans l’ensemble des possibles, à l’option la moins attendue, probable, présupposée. En quelque sorte le choix s’inscrit en faux contre les expectatives de l’interlocuteur. (Queixalos, 2000 : 403-404).

5En discours, la focalisation opère la sélection d’un élément qui s’inscrit en faux contre les attentes de l’écouteur : soit que le locuteur anticipe une incompréhension ou une discordance dans la coénonciation, soit que l’interlocuteur s’octroie intempestivement le droit à la parole pour manifester son désaccord (Morel & Danon-Boileau, 1998).

6La focalisation a pour fonction de hiérarchiser les éléments de la prédication : un des constituants (actant ou circonstant) est promu à la fonction prédicative, lui seul étant donné comme validant la relation prédicative exprimée dans la suite de la séquence. La focalisation exclusive se présente donc comme une opération double : 1) de sélection d’un élément dans un paradigme, 2) d’exclusion des autres éléments du paradigme (Khaldoyanidi & Morel, 2008).

2. Méthodologie expérimentale

7Les exemples oraux retenus pour l’analyse sont des énoncés de structures syntaxiques ‘(préambule) + focus + postfocus’ extraits de quatre dialogues audio et vidéo de l’oral spontané russe dont la durée totale est de 2 heures 45 minutes.

  • 3 La prononciation des locuteurs natifs habitant Novosibirsk (Sibérie, Russie) est conforme à la norm (...)

8Les locuteurs sont des femmes et des hommes de 22 à 35 ans (6 personnes), originaires des villes de Novosibirsk3 et de Moscou et dont la langue maternelle est la langue russe. L’enregistrement a été effectué à l’aide du magnétophone Marantz, avec les micro-cravates omni-directionnels. Le corpus a été transcrit à la perception et analysé à l’aide du programme du traitement du signal sonore Speech Analyzer. L’enregistrement du corpus vidéo, le montage de l’image et la synchronisation du son ont été faits dans le studio de l’enregistrement vidéo de l’université Sorbonne nouvelle (France).

9Au cours de l’analyse perceptive, les exemples oraux sélectionnés ont été appréciés par les phonéticiens du point de vue intonatif et énonciatif. Dans la partie acoustique du travail, les exemples choisis étaient segmentés manuellement à l’aide du logiciel Speech Analyzer. En résultat du traitement du signal sonore, on a obtenu les variations du signal, de la fréquence du ton fondamental (F0), de la magnitude et du spectre des formants dans le temps.

10La segmentation phonétique a permis de déterminer la composition phonématique des composants du discours, de faire une transcription des traits suprasegmentaux (accent, ton et intervalles de downstep et de upstep) à l’aide de l’Alphabet Phonétique International et d’obtenir les données quantitatives des corrélats prosodiques de l’accent : F0, la durée de la voyelle et l’intensité maximale de la voyelle.

11Les niveaux mélodiques ont été déterminés par les points extrêmes (haut et bas) de la bande de fréquence dans l’échelle linéaire (50 – 250 Hz pour la voix d’homme et 75 (80) – 400 (450) Hz pour la voix de femme). La distance entre les points extrêmes a été divisée en trois parties égales correspondant aux registres de ton : bas, moyen et haut. Nous avons analysé la structure intonative de l’énoncé en fonction de l’indice de la corrélation des unités tonales dégagées et hiérarchisées par les points cruciaux et les intervalles du dénivelé. Pour transcrire les variantes des unités tonales en question, nous avons appliqué le système de notation Tori.

12La prise en compte d’un ensemble de marqueurs intonatifs, morpho-syntaxiques et énonciatifs a permis de faire la transcription orthographique qui reflète les frontières des groupements discursifs dans les énoncés sélectionnés.

13Les paramètres mimiques et gestuels étudiés sont les mouvements des yeux, des sourcils, du menton, de la tête, des épaules, du buste, des mains et des jambes. La transcription des gestes a permis de fixer à la fois tous les mouvements du corps qui peuvent accompagner la production des énoncés avec la focalisation. Le but de la transcription est de noter graphiquement les gestes afin d’établir le lien entre les gestes, l’intonation et la structure discursive de l’énoncé.

3. Résultats

3.1. Les propriétés intonatives de la focalisation exclusive non marquée à l’oral spontané

14Le constituant focalisé se caractérise par un fort rehaussement de l’intensité et parfois par la montée de la mélodie sur la syllabe accentuée. L’accent de phrase se déplace sur le composant nominal en position initiale. Ainsi, dans l’exemple 1 de structure ['N1+Adj1N1] (où N1 / Adj1 est le nom / l’adjectif au Nominatif), la syllabe accentuée du composant initial sélectionné par l’accent de focalisation est dotée d’une forte montée de la mélodie et de l’intensité (fig. 1).

(1) izvestija samaja luchshaja sovetskaja gazeta naibolee professional’naja takaja znaesh’ C’est « Izvestija » qui est le meilleur journal soviétique, le plus professionnel, tu sais.

[Contexte : net konechno samaja luchshaja navernoe : mm nu esli tak na moj vzgljad konechno nu eto ne tol’ko na moj vzgljad mnogije specialisty tak schitajut chto izvestija samaja luchshaja sovetskaja gazeta naibolee professional’naja takaja znaesh’ Non, c’est sûr que le meilleur journal, ce doit être euh… (c’est mon point de vue, sûrement, mais pas seulement, la plupart des spécialistes le pensent aussi que) c’est « Izvestija » qui est le meilleur journal soviétique, le plus professionnel, tu sais].

Figure 1. L’accent de focalisation sur izvestija. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps

Figure 1. L’accent de focalisation sur izvestija. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps

15Dans les exemples 2 et 3 de schéma syntaxique ['Spron1 + Vfs + O] (où Spron1 est le sujet pronominal au Nominatif et Vfs le verbe fini au singulier), le sujet est sélectionné par l’accent d’intensité, le verbe joue le rôle du composant non accentué post-posé au noyau, indispensable pour assurer la prédication.

(2) on reshaet vse voprosy v laboratorii pejchdistjudent. C’est lui qui résout tous les problèmes dans le laboratoire, un étudiant.

[Contexte : to jest’ u nejo favorit imeetsja nichto ne novo na zemle to jest’ gospodi moloden’kij mal’chik opjat’ to jest’ kotoryj fakticheski, fakticheski on tenevoj lider da; to jest’ fakticheski on reshaet vse voprosy v laboratorii pejchdistjudent da. Elle a un chouchou (c’est vieux comme le monde)… Donc, c’est encore un type jeune, qui est en fait… en fait, c’est le dirigeant dans l’ombre, n’est-ce pas ? Donc, en fait, c’est lui qui résout tous les problèmes dans le laboratoire, un doctorant, hein ?]

(3) eto e: je: ja govorju i mne kazhetsja chto nu eto objektivno C’est euh moi qui le dis et il me semble que c’est objectif.

[Contexte : L1 : a na kakom ty obschaesh’sja ; L2 : na anglijskom tselymi dnjami skoro rodnuju rech’ zabudu L1 : oni horosho govorjat po-anglijski ; L2 : ne luchshe menja ne luchshe ; to jest’ ja ne znaju horosho eto ili net no ne luchshe menja, vot to jest’ luchshe menja govorit tol’ko doktor hofman L1 : eto kto govorit ; eto ty govorish’ ili eto mnenie drugih ; L2 : eto e : je : ja govorju i mne kazhetsja chto nu eto objektivno L1 : En quelle langue tu communiques ? L2 : En anglais, tous les jours, je vais bientôt oublier ma langue maternelle. L1 : Ils parlent bien anglais ? L2 : Pas mieux que moi, pas mieux. Je ne sais pas si c’est bien ou non, mais ils ne parlent pas mieux que moi. Voilà. La seule personne qui parle mieux que moi c’est le docteur Hoffmann. L1 : Qui le dit ? C’est toi qui le dis ou c’est l’opinion des autres ? L2 : C’est euh moi qui le dis et il me semble que c’est objectif].

Figure 2. La focalisation exclusive dans l’énoncé russe Eto e: je: ja govorju i mne kazhetsja chto nu eto objektivno. Variations du signal (en haut), de l’intensité (au milieu) et de la mélodie (en bas) dans le temps

Figure 2. La focalisation exclusive dans l’énoncé russe Eto e: je: ja govorju i mne kazhetsja chto nu eto objektivno. Variations du signal (en haut), de l’intensité (au milieu) et de la mélodie (en bas) dans le temps

16La hiérarchisation opérée dans la prédication par l’extraction exclusive d’un élément de la relation prédicative est marquée de manière iconique. Le constituant extrait placé dans le focus est doté d’une intensité forte, mimétique du coup de force qu’opère le locuteur dans le consensus coénonciatif préalablement établi. Quant à la chute intonative et à l’absence de modulation qui accompagnent le postfocus, elles sont parfaitement illustratives de la déqualification en tant que prédicat du reste de la structure syntaxique.

17Du point de vue intonatif, la rupture mélodique vers le bas qui marque le postfocus est indispensable pour faire ressortir la saillance de l’intensité du focus. Du point de vue syntaxique, le postfocus est tout autant indispensable pour donner la matrice syntaxique dans laquelle s’inscrit le focus et pour ainsi pallier toute ambiguïté. Mais le maintien en plage basse du postfocus souligne, à l’attention de l'auditeur, le fait que le rattachement du constituant focalisé au reste du prédicat déqualifié est soustrait à toute discussion.

3.2. Les propriétés intonatives de la focalisation exclusive marquée à l’oral spontané

18Nous allons étudier maintenant les exemples contenant une focalisation marquée par les émotions de l’énonciateur (voir tableau).

19Dans l’exemple 4 de schéma syntaxique [Prep + 'Pron2 + Prondem1 + Vfs] (où Prep est la préposition, Pron2 est le pronom complément au Génitif, Prondem1 est le pronom démonstratif au Nominatif), le membre pronominal sélectionné dlja nego occupe la position du focus à l’initiale de l’énoncé. Le locuteur qui parle de son mémoire en DEA et du directeur de recherche conclut avec conviction que c’est pour le directeur qu’il écrit sa thèse.

(4) L1 : vsjo-taki dlja nego v kontse kontsov v kakoj-to stepeni vsjo eto pishetsja C’est quand même pour lui que tout ça s’écrit finalement ! L2 : nu v glavnoj stepeni dlja tebja Ben, en premier lieu, c’est pour toi !

20La syllabe accentuée du focus se caractérise par une montée de l’intensité, un contour complexe montant-descendant, une bande de fréquence élargie et un allongement vocalique.

21Le composant du même paradigme qui lui est opposé dlja tebja apparaît dans la réplique suivante, émise par l’interlocutrice sur un ton moralisateur. La syllabe accentuée du deuxième focus est marquée par une montée de l’intensité, le mouvement mélodique descendant et un intervalle mélodique négatif important entre les syllabes préaccentuée et accentuée (fig. 3).

Figure 3. La focalisation exclusive dans l’énoncé russe L1 : Vsjo-taki dlja nego v kontse kontsov v kakoj-to stepeni vsjo eto pishetsja ! L2 : Nu v glavnoj stepeni - dlja tebja ! Variations de l’intensité (en haut) et de la mélodie (en bas) dans le temps

Figure 3. La focalisation exclusive dans l’énoncé russe L1 : Vsjo-taki dlja nego v kontse kontsov v kakoj-to stepeni vsjo eto pishetsja ! L2 : Nu v glavnoj stepeni - dlja tebja ! Variations de l’intensité (en haut) et de la mélodie (en bas) dans le temps

22Dans l’exemple 5 de schéma syntaxique [Pron3 + Adj4N4 + Vfpl + Prep + 'N4] (où Pron3 est le pronom au Datif, Adj4 / N4 est l’adjectif / le nom à l’Accusatif), l’accent de focalisation occupe la position syntaxique de l’accent de phrase (finale). La focalisation porte sur le contraste entre deux membres opposés d’un paradigme donné.

(5) na samom dele jemu nobelevskuju premiju dali za himiju ne za teoriju otnositel’nosti En fait le prix Nobel, il l’a reçu pour la chimie, pas pour la théorie de la relativité.

[Contexte : L1 : kakim chelovekom ty bol’she vsego voshischaesh’sja ; L2 : nu vot mnogie uchenye jest’ kotoryje projavili sebja vo mnogih otrasljah, nu vot tot zhe einshtein on v obschem tozhe projavil sebja vo mnogih otrasljah vot to jest’ fizika himija na samom dele jemu nobelevskuju premiju dali za himiju ne za teoriju otnositel’nosti ; - Quel homme tu admires le plus ? - Il y a beaucoup de savants qui se sont fait reconnaître dans de nombreux domaines. Prends, par exemple, Einstein, lui il s’est fait reconnaître dans pas mal de disciplines, par exemple, la physique, la chimie, en fait le prix Nobel, il l’a reçu pour la chimie, pas pour la théorie de la relativité].

  • 4 La focalisation est un mode particulier d’identification qui se caractérise par une dissociation en (...)

23Le rapport le prix Nobel – la théorie de la relativité étant présenté comme préexistant dans son actualisation, le locuteur choisit un argument pour anticiper l’incompréhension de son interlocuteur concernant le préconstruit4. La sélection de l’argument chimie est opérée par les moyens intonatifs seuls : un rehaussement de l’intensité à la syllabe accentuée, la brièveté de la voyelle accentuée et un mouvement montant-descendant suivi d’un coup de glotte. Cette combinaison des paramètres prosodiques traduit le caractère péremptoire du locuteur (fig. 4).

Figure 4. L’accent de focalisation sur himija. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps

Figure 4. L’accent de focalisation sur himija. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps

24Dans l’exemple 6 de schéma [Prep + 'Pron2 + N1 + Prep + N4] (où Pron2 est le pronom personnel au Génitif, N1 / N4 est le nom au Nominatif / à l’Accusatif), l’argument initial sélectionné par l’accent de focalisation est articulé avec impolitesse.

(6) eto u tebja raz v god, a u menja net C’est toi qui les fais une fois par an, et moi non.

[Contexte : L1 : menja chto bol’she vsego zdes’ terzaet eto bumagi nado postojanno delat’ bumagi L2 : nu bumagi-to raz v god, pochemi postojanno; L1 : eto u tebja raz v god, a u menja net L1 : Ce qui me torture le plus ici, ce sont les papiers, il faut tout le temps faire des papiers. L2 : Ben, les papiers, c’est une fois par an, pourquoi ‘tout le temps’ ? L1 : C’est toi qui les fais une fois par an, et moi non].

25La syllabe accentuée du focus se caractérise par une montée de l’intensité, un allongement vocalique et un contour descendant sans intervalle précédent négatif dans les fréquences moyennes du locuteur (fig. 5).

Figure 5. La focalisation exclusive dans l’énoncé Eto u tebja raz v god. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps.

Figure 5. La focalisation exclusive dans l’énoncé Eto u tebja raz v god. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps.
  • 5 Les énoncés à deux membres principaux avec le sujet postposé Vfs 'N1 décrivant l’état de chose (Byl (...)

26Dans l’exemple 7 de schéma syntaxique ['N1 + Vf3s] présentant l’ordre des mots inversé5, le sujet est focalisé au début de l’énoncé. La syllabe accentuée du composant mis en proéminence est dotée d’une montée de l’intensité et d’une mélodie plate au niveau moyen de F0, la voyelle accentuée étant allongée. La phrase est prononcée sur un ton nuancé d’entêtement.

(7) nu nemetskij budet Ben, ce sera l’allemand.
[Contexte : L1 : a dlja menja eto v principe ne principial’no kakoj jazyk inostrannyj chto anglijskij, nu potomu chto ja ego nemnozhko dol’she vot i vsjo, a tak-to on vsjo ravno ne moj rodnoj da ved’ ; nu i vsjo, nu nemetskij budet kakaja raznitsa ; Et pour moi ce n’est pas important quelle langue étrangère, l’anglais ou… Ben, parce que je l’ai appris un peu plus longtemps, et puis c’est tout. Mais de toute façon, ce n’est pas ma langue maternelle, n’est-ce pas ? Ben, c’est tout. Ben, ce sera l’allemand. Quelle est la différence !].

27Dans l’exemple 8 de schéma [Pron1 + Vf1s + Adv + 'N5] (où Pron1 est le pronom personnel au Nominatif, Vf1s est le verbe fini à la première personne du singulier, Adv est l’adverbe, N5 est le nom à l’Instrumental), le membre focalisé se trouve dans la position finale de l’énoncé, la sélection de l’argument étant validée par les moyens prosodiques seuls.

(8) sejchas ja zanimanjus’ neposredstvenno sociologiej Maintenant je m’occupe directement de la sociologie !
[Contexte : L1 : to jest’ ty izuchal filosofiju ; L2 : da ja izuchal filosofiju i konechno ja izuchal tam °ja ne znaju° drugie kakie-to nauki L1 : no naskol’ko mne izvestno ty sociolog L2 : da °v obschem° esli tak skazat’ to sejchas ja zanimanjus’ neposredstvenno sociologiej °vot° esli tak grubo skazat’ to sociologijej mozhno nazvat’ L1 : Tu étudiais donc la philosophie ? L2 : Oui, j’étudiais la philosophie et, bien sûr, j’étudiais les autres sciences. L1 : Mais, autant que je sache, tu es sociologue. L2 : Oui, bref, si on peut le dire, maintenant je m’occupe directement de la sociologie, voilà, grosso modo, on peut appeler ça la sociologie].

28L’opération de focalisation est accompagnée d’une réaction émotive du locuteur, l’irritation, provoquée par la réplique de l’interlocutrice visée à vérifier les présuppositions. Le focus se caractérise par une forte montée de l’intensité, un contour haut-bas à la syllabe accentuée et une voyelle accentuée très brève marquée par un coup de glotte.

Figure 6. La focalisation exclusive dans l’énoncé Sejchas ja zanimanjus’ neposredstvenno sociologiej ! Variations de l’intensité (en haut) et de la mélodie (en bas) dans le temps.

Figure 6. La focalisation exclusive dans l’énoncé Sejchas ja zanimanjus’ neposredstvenno sociologiej ! Variations de l’intensité (en haut) et de la mélodie (en bas) dans le temps.

4. Les propriétés visuelles de la focalisation exclusive à l’oral spontané russe

29L’étude de corpus vidéo de dialogues spontanés en russe montre que la focalisation par l’intonation s’accompagne de la tension du buste et des muscles du canal articulatoire pendant la production du focus, et de leur relaxation à la fin de la partie post-focale achevée par une forte expiration.

30Ainsi, au cours de l’articulation du focus émis avec indignation dans l’énoncé russe (9) de structure [Pron2 + 'N2 + net] (où Pron2 / N2 est le pronom / le nom au Génitif, net est la négation), les épaules de la locutrice s’élèvent, son menton monte rapidement vers le haut, se tournant de la gauche vers le milieu. Il se baisse ensuite pour retourner à sa position initiale sur la partie post-focale, qui se termine par un rabaissement des épaules et une expiration tendue. Les sourcils sont élevés et les yeux sont grands ouverts (traits mimiques caractéristiques de l’indignation). Son regard est dirigé vers l’interlocutrice et ne la quitte pas. Les doigts des mains restent croisés, le corps droit (voir l’annexe). La syllabe accentuée du composant focalisé se caractérise par un mouvement M*+H et un allongement de la voyelle.

(9) u menja obrazovanija net nedotjagivaet. C’est la formation que je n’ai pas, qui n’est pas suffisante

  • 6 Diplôme d’études supérieures en tourisme.

[Contexte : L1 : poetomu ja dumaju chto gorazdo bol’she perspektiv u menja v rossii potomu chto vo-pervyx ja tam u sebja doma ne nuzhny nikakie bumagi dlja togo chtob najti normal’nuju rabotu nu i s urovnem obrazovanija ja dumaju chto zdes’ nuzhno esche godika dva tri pouchit’sja chtoby poluchit’ kakuju-to bolee-menee prilichnuju rabotu s prilichnoj zarplatoj {0.9139 s} L2 : v kakoj oblasti ; L1 : da v ljuboj nu zdes’ zhe kak L2 : gde by ty xotela rabotat’ ; L1 : posmotri: naprimer na nashu: sosedku iz armenii to jest’ vot u nejo: {0.3221 s} uroven’ obrazovanija dess srazu jej dali zarplatu dve tyschi/bol’she dvux tysjach evro L2 : eto ne zavisit ot obrazovanija v turisme ty ne poluchish’ dve tysjachi evro dazhe s dess dazhe s dest ty nikogda ne poluchish’ L1 : a::: ni v turizme menja nikogda bol’she ni na kakuju normal’nuju dolzhnost’ ne voz’mut s prilichnoj bol’shoj zarplatoj L2 : nu znachit L1 : potomu chto u menja obrazovanija net L2 : znachit net net net L1 : nedotjagivaet L2 : nu da: L1 - C’est pourquoi je pense qu’il y a plus de perspectives pour moi en Russie parce que premièrement, je suis chez moi et il ne faut pas de papiers pour trouver un bon travail. Il y a encore la question du niveau d’études. Je pense qu’ici il me faut encore deux ou trois ans d’études pour avoir un travail plus ou moins bien avec un bon salaire. L2 - Dans quel domaine ? L1 - N’importe lequel. Ça se passe comment ici… L2 - Où tu voudrais travailler ? L1 - Regarde, par exemple, notre voisine d’Arménie. Elle a le niveau d’études de DESS, elle a eu tout de suite le salaire de deux, plus de deux milles euros. L2 - Ça ne dépend pas des études. Dans le tourisme tu ne toucheras pas deux mille euros même avec le DESS, même avec le DEST6 tu n’en toucheras jamais. L1 - Dans le tourisme, ils ne me prendront jamais à un bon poste avec un salaire élevé… L2 - ben, parce que… L1 - … parce que c’est la formation que je n’ai pas… L2 - … parce que… non non non … L1 - qui n’est pas suffisante L2 - ben oui].

Tableau 1. Traits prosodiques et visuels de la focalisation marquée par les émotions

trait

émotion

I

(intensité)

F0

(ton)

T

(durée)

traits visuels

insistance

ton péremptoire

conviction

moralisation

entêtement

irritation

indignation

impolitesse

+

+

+

+

+

+

+

+

M%M+B*B%

B+H*B%

%BH*B%

%MB*B%

M*M%

H*B%

M%M*+HM%

M*+B B%

+

-

+

+

+

-

+

+

le regard est sur l’interlocuteur ;

focus : tension du buste, montée du menton, élévation des épaules ;

postfocus : rabaissement du menton, détente du buste, rabaissement des épaules ;

la mimique caractéristique de l’émotion spécifique.

Conclusion

31La focalisation exclusive en russe se caractérise par le déplacement de l’accent de phrase sur l’argument en position initiale, une forte hausse de l’intensité de la syllabe accentuée et la mélodie basse et plate qui accompagne le post-focus. Le regard de celui qui parle reste fixé sur son interlocuteur pendant toute la durée de la production du « focus + postfocus ». Le focus est également marqué par la tension et l’élévation du buste (voire par un mouvement du menton) en direction de l’autre, alors que le postfocus est accompagné d’un relâchement de cette tension.

32L’ensemble de la construction <focus+post-focus> se présente comme la formulation d’un jugement unilatéral (égocentré), posé comme en rupture avec la coénonciation préalable et autonomisé par rapport à la suite des propos – tant par l’intensité forte sur le focus que par la plage mélodique basse du postfocus (Khaldoyanidi & Morel, 2008).

33Le discours avec focalisation n’est donc pas neutre, mais expressivement marqué ; il reflète, à la fois de façon cognitive et émotive, la réaction unilatérale du locuteur sur la sélection et l’évaluation d’un terme dont l’existence préconstruite est dissociée de sa désignation qualitative. La mimique du visage, les traits phonétiques segmentaux, les variations mélodiques et temporelles manifestent ces différentes attitudes émotionnelles du locuteur et son comportement dans l’acte de parole.

Bibliographie

Benoist, J.-P., 1979, Les fonctions de l’ordre des mots en russe moderne, Paris, Institut d’études slaves.

Bonnot, Ch., Fougeron, I., 1987, « De l’interrogation à l’exclamation », Revue des Études Slaves, p. 453-462.

Bonnot, Ch., 2004, « Relation préconstruite et focalisation : pour une analyse unitaire des énoncés à accent non final en russe moderne », Slovo 30/31, Études linguistiques et sémiotiques, Paris, p. 211-269.

Fougeron, I., 1989, Prosodie et organisation du message. Analyse de la phrase assertive en russe contemporain, Paris, Klincksieck.

Janko, T., 1999, « O ponjatijah kommunikativnoj struktury i kommunikativnoj strategii (na materiale russkogo jazyka) », Voprosy jazykoznanija 4, p. 28-55.

Khaldoyanidi, A., 2003, « Structure intonative de l’énoncé et accent contrastif en russe », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris XCVIII (1), p. 337-358.

Khaldoyanidi, A., Morel, M.-A., 2008, « Focalisation et prédication en russe et en français. Propriétés intonatives et posturo-mimico-gestuelles », La prédication, Paris, Ophrys, p. 227-241.

Kodzasov, S., 2003, « Varieties of Focalisation in Russian: Semantics and Prosody », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris Nouvelle Série XIII, p. 99-113.

Morel, M.-A., Danon-Boileau, L., 1998, Grammaire de l’intonation. Exemple du français oral, Paris, Ophrys.

Nikolaeva, T.M., 1982, Semantika akcentnogo vydelenia, Moskva, Institut Jazykoznania.

Queixalos, F., 2000, Syntaxe sikuani (Colombie), Louvain-Paris, Peeters.

Robert, S., 1993, « Structure et sémantique de la focalisation », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris LXXXVIII, p. 25-47.

Notes

2 Cf. la définition de l’expressivité donnée par V.N. Gridin, dans un Grand Dictionnaire Encyclopédique, série Linguistique, Moscou (1998 : 591) : « Un ensemble de traits sémantiques et stylistiques d’une unité linguistique susceptible de fonctionner dans un acte communicatif comme le moyen d’expression des attitudes subjectives du locuteur à l’égard de son interlocuteur et du contenu de son discours. » (traduit en français par nos soins).

3 La prononciation des locuteurs natifs habitant Novosibirsk (Sibérie, Russie) est conforme à la norme orthoépique du russe moderne et se caractérise par une absence d’accent régional.

4 La focalisation est un mode particulier d’identification qui se caractérise par une dissociation entre existence et désignation. Selon S. Robert (1993), l’assertion avec focalisation a pour objet la désignation qualitative d’un élément dont l’existence est préconstruite (Bonnot, 2004).

5 Les énoncés à deux membres principaux avec le sujet postposé Vfs 'N1 décrivant l’état de chose (Byla voda “Il y a eu de l’eau”), les phénomènes naturels (Idjot dozhd’ “Il pleut”) ou un événement dans son ensemble (Vernulsja syn “Il y a le fils qui est rentré”) sont considérés comme ayant l’ordre des mots neutre.

6 Diplôme d’études supérieures en tourisme.

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’accent de focalisation sur izvestija. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-1.jpg
Fichier image/, 208k
Titre Figure 2. La focalisation exclusive dans l’énoncé russe Eto e: je: ja govorju i mne kazhetsja chto nu eto objektivno. Variations du signal (en haut), de l’intensité (au milieu) et de la mélodie (en bas) dans le temps
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-2.jpg
Fichier image/, 192k
Titre Figure 3. La focalisation exclusive dans l’énoncé russe L1 : Vsjo-taki dlja nego v kontse kontsov v kakoj-to stepeni vsjo eto pishetsja ! L2 : Nu v glavnoj stepeni - dlja tebja ! Variations de l’intensité (en haut) et de la mélodie (en bas) dans le temps
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-3.jpg
Fichier image/, 176k
Titre Figure 4. L’accent de focalisation sur himija. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-4.jpg
Fichier image/, 180k
Titre Figure 5. La focalisation exclusive dans l’énoncé Eto u tebja raz v god. Variations du signal (en haut à gauche), de la mélodie (en bas à gauche), de l’intensité (en haut à droite) et du spectre (en bas à droite) dans le temps.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-5.jpg
Fichier image/, 196k
Titre Figure 6. La focalisation exclusive dans l’énoncé Sejchas ja zanimanjus’ neposredstvenno sociologiej ! Variations de l’intensité (en haut) et de la mélodie (en bas) dans le temps.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-6.jpg
Fichier image/, 124k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2477/img-7.jpg
Fichier image/, 468k

Auteur

Université de Novosibirsk

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540