Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

II. Conceptualisation des émotions

Les métaphores émotionnelles : le cas des fables d’Ésope en italien, français, anglais et allemand

The “emotional metaphors”: the case of the Aesop’s fables in Italian, French, English and German languages

Mariangela Albano

Résumé

Cette étude contraste les métaphores ‘émotionnelles’ présentes dans les traductions italienne, française, anglaise et allemande des fables d’Ésope, en tant que ces dernières révèlent certains aspects psychologiques se rapportant à un archétype comportemental. Elle propose ainsi une contribution à l’analyse des métaphores ‘émotionnelles’ en montrant comment les images que les personnes détiennent d’elles-mêmes et du monde qui les entoure sont profondément liées à leur système conceptuel (Lakoff, 2008), rendu visible par la transposition cognitive se déroulant au moment de l’écriture et de la traduction. L’analyse s’appuie sur les travaux de Lakoff et Johnson (1980) et examine la fonction des métaphores pour souligner l’intentionnalité communicative des métaphores dans la mise en forme des émotions.

In this paper, I propose to outline the importance of a cognitive linguistic approach for the metaphors’ study using Lakoff and Johnson’s (1980) research. The “emotional” metaphors used in the Italian, French, English and German translations of the Aesop’s fables are contrasted. Inasmuch as these fables show certain psychological aspects that refer to a behavioural archetype, they offer the image of the cognitive transposition that occurs in the writing moment and reveal the representation system of the emotion in every language. I analyse the metaphors’ function to focus the existence of the relation between the metaphors and the emotions, showing how the images that people have about themselves and the real context where they live are deeply related to their representational system.

Texte intégral

1Cette étude propose une analyse comparative des métaphores ‘émotionnelles’ présentes dans les traductions italienne, française, anglaise et allemande des fables d’Ésope. Ces textes sont remarquables pour deux raisons. Tout d’abord, ils montrent certains aspects psychologiques qui se rapportent à un archétype comportemental. Ensuite, ils nous permettent de nous interroger sur des choix linguistiques comme l’usage des métaphores, qui offrent l’image de la transposition cognitive qui se déroule au moment de l’écriture et révèlent le système de représentation des émotions propre à chaque langue. Dans cette optique, nous insistons sur l’importance d’une approche linguistique cognitive pour l’étude des métaphores et de leurs fonctions (Lakoff & Johnson, 1980 ; Talmy, 2000 ; Langacker, 1991 ; Kövecses, 2000), susceptible de mettre à jour les relations s’établissant entre métaphores et émotions.

1. Langage, émotion et traduction : la fonction expressive du langage

  • 1 Les ‘schémas-images’ sont des structures répétitives formulées par l’esprit dans les procès cogniti (...)
  • 2 L’‘archétype conceptuel’ est un schéma complexe de caractère holistique où émergent les aspects de (...)
  • 3 Les ‘projections’ concernent les relations entre un domaine conceptuel source et cible (Lakoff & Jo (...)
  • 4 Parmi les nombreux ouvrages relatifs à Esope nous avons consulté Lewis (1996) et Jedrkiewicz (1989) (...)

2Durant des années, une attention particulière a été accordée au rôle de l’émotion en référence à la fonction expressive du langage (Sapir, 1921). À partir de la stylistique de la langue (Bally, 1909), ont été analysés les effets des émotions au niveau linguistique, et l’émotion a été considérée comme une fonction fondamentale du langage (Jakobson, 1963). Des études récentes soulignent que l’acte d’expression de l’émotion dans la communication est lié à la notion même d’émotion et à son fonctionnement dans les contextes privés et publics (Besnier, 1994). En effet, les émotions acquièrent leur propre caractère qualitatif parce qu’elles sont relatives à la réalité sociale qui les produit (Bruner, 2003 : 141). La prise en compte des signifiés comme culturellement situés (Geertz, 1973) nous conduit à l’idée que le langage qui agit dans la mise en forme des émotions est tributaire de l’activité symbolique de chaque culture. Dans ce contexte, il semble intéressant de s’interroger sur les systèmes de représentation qui sont à la base des choix linguistiques et, en particulier, des schémas-image1, des archétypes conceptuels2 et des projections3 inhérentes aux métaphores dites ‘émotionnelles’. C’est le but de cette analyse qui aborde les métaphores relatives aux émotions dans six fables d’Ésope4 en langue française, italienne, anglaise et allemande. Même si les exemples ne sont pas exhaustifs puisqu’il existe une littérature traductive très ample concernant les fables d’Ésope (Filosa, 1952), nous voudrions essayer de comprendre comment les langues prises en considération conceptualisent les émotions. Pour ce faire, il nous faut prendre en compte la dimension culturelle de la traduction par rapport à la métaphore. En effet, le langage figuratif oblige à considérer la traduction comme un processus dialectique où plusieurs hypothèses peuvent être vérifiées. Selon Newmark (1988 : 152-172), on peut avoir pour les métaphores une « traduction sémantique », ou plus objective, et une « traduction communicative », ou plus subjective, sur la base du contexte situationnel émotif. Il est clair donc qu’on ne peut pas parler d’un concept d’équivalence (Nida & Taber, 1969) par rapport à la traduction de la métaphore d’une langue à l’autre parce qu’elle subit un processus de transposition et d’adaptation culturelle qui demande la même attitude pluraliste caractéristique de la dimension herméneutique et historique de chaque œuvre littéraire (Ladmiral, 2009 : 35 ; Guillemin-Flescher, 1981). Le choix d’un corpus de fables nous permet également de nous interroger sur l’extension sémantique propre à la narration d’Ésope. Au premier niveau d’analyse, le récit ésopique montre une concaténation logique des faits et donne une conclusion qui ne peut pas être perçue comme absurde. Au deuxième niveau, il fournit au public une liberté d’interprétation ample qui le prépare à accepter comme vrai le ‘signifié allégorique’. La polysémie qui émerge dans les récits favorise le développement des métaphores liées aux animaux, à leurs attitudes et à leurs émotions en fondant un archétype comportemental (Jedrkiewicz, 1989 : 320). Il est clair, donc, que dans les textes analysés, les métaphores ne semblent pas être un ornement qui émaille la structure porteuse des intrigues et des fonctions narratives ; au contraire, elles se situent au premier plan comme la vraie substance du texte.

2. Les métaphores émotionnelles dans les fables d’Ésope

  • 5 Voir à ce propos le chapitre de K. Kwapisz-Osadnik dans ce volume.

3Cette analyse vise à comprendre le système de représentation cognitive des émotions propre à chaque langue prise en considération. À cette fin, nous devons différencier les métaphores conceptuelles (Lakoff & Johnson, 1980), qui correspondent à l’ensemble des schémas-image, des archétypes conceptuels et des projections de plusieurs expressions linguistiques des métaphores. Cette perspective nous conduit à considérer la métaphore comme une projection, au sens mathématique du terme, d’un domaine conceptuel d’origine à un domaine d’arrivée5. Cette projection génère une série de correspondances épistémiques qui révèlent les caractéristiques d’un système conceptuel déterminé.

  • 6 Les métaphores ontologiques sont liées à la manière de considérer les événements, les actions, les (...)
  • 7 Les métaphores d’orientation associent aux concepts non spatiaux des orientations spatiales à cause (...)
  • 8 Les métaphores structurelles possèdent une complexité structurelle supérieure du domaine cible et r (...)
  • 9 Dans cette perspective, nous avons été aidée par l’approche des émotions de Kövecses (2000) qui pou (...)

4À son tour, cette systématicité donne lieu à un nombre limité de transferts métaphoriques qui sont schématisés par Lakoff en trois typologies : métaphores ontologiques6, métaphores d’orientation7 et métaphores structurelles8. L’analyse se fonde sur des exemples d’expressions métaphoriques tirés des traductions en italien, français, anglais et allemand des fables d’Ésope. Le répertoire choisi pose un problème de traduction dans la mesure où la langue des fables est exposée à un degré majeur de créativité par les traducteurs, qui adaptent les métaphores émotionnelles à leur propre univers d’existence. En effet, nous avons noté que certaines fois les traducteurs choisissent une spécialisation émotive ou encore qu’ils donnent plus d’importance à une émotion qui n’est pas prise en considération dans une autre langue. À ce propos, même si l’adaptation des métaphores émotionnelles n’est pas toujours possible à partir du moment où les dynamismes linguistiques n’agissent pas nécessairement de la même façon, nous avons compris que, dans les quatre langues analysées, on conceptualise les émotions sur la base de certaines métaphores conceptuelles que nous avons subdivisées en quatre métaphores générales : 1. l’émotion est un événement ; 2. l’émotion est une personne ; 3. l’émotion est un objet ; 4. l’émotion est une force antagoniste9.

(1)
It. Lo scarabeo tenace nel suo rancore non perdette di vista i nidi dell’aquila (Esopo, 1951 : 41)
Fr. L’escarbot, plein de rancune, ne cessa pas d’observer les endroits où l’aigle faisait son nid (Ésope, 1960 : 5)
Angl. The Beetle never forgot this, and used to keep an eye on the Eagle’s nest (Aesop, 2004)
All.
Der Mistkäfer aber vergaß das erlittene Unrecht nicht und beobachtete fortwährend den Adlerhorst (Äsop, 2012)

  • 10 La métaphore du ‘récipient’ s’appuie sur l’instinct de territorialité : l’homme se considère comme (...)

5Les expressions linguistiques, tirées de la fable 4 Laigle et l’escarbot, montrent deux métaphores en italien et en français. L’anglais et l’allemand, en adoptant les verbes angl. to forget et all. vergessen, ne laissent émerger aucune métaphore. Les métaphores analysées sont à pivot adjectival où l’adjectif est une épithète du nom escarbot. Même si la structure syntaxique des métaphores dans les deux langues est similaire, elles se différencient au niveau conceptuel. En italien, l’émotion est vue comme un récipient et la préposition spatiale, it. nel, fr. dans, montre la sélection d’un parcours et l’activation du schéma-image du récipient10. De plus, l’adjectif tenace transforme l’escarbot en Mover, ou celui qui se déplace, et l’émotion devient le centre où se développe l’action principale, ou Landmark. Au contraire, en français, le mouvement est dans le sens inverse parce que l’émotion, perçue comme un objet, se déplace vers le corps de l’escarbot qui devient sujet passif et est rempli par cette dernière.

(2)
It. Una volpe […] e sotto il peso di questa vergogna la vita le sembrava insopportabile (Esopo, 1951 : 77)
Fr. Un renard […] en était si honteux qu’il jugeait sa vie impossible (Ésope, 1960 : 21)
Angl. A fox […] was then so much ashamed of his appearance that he thought life was not worth living (Aesop, 2004)
All.
Ein Fuchs […] weil er dies für eine Schande hielt, glaubte er, sein Leben sei so nicht mehr lebenswert (Äsop, 2012)

6Les expressions linguistiques, tirées de la fable 41 Le renard écourté, montrent deux métaphores dans les langues italienne et allemande. En français et en anglais, il s’agit d’un état d’âme qui est exprimé linguistiquement par un prédicat nominal. La métaphore it. sotto il peso di questa vergogna, fr. sous le poids de cette honte, lie, par la préposition spatiale sous, le mot poids au mot honte en impliquant l’assimilation des propriétés concernant le premier terme au deuxième terme. D’un point de vue conceptuel, la langue italienne considère cette émotion comme une force antagoniste (Kövecses, 2000) ou, mieux, comme une force physique qui a un poids. En effet, l’agentivité dynamique (Talmy, 2000 : 232) est donnée, au niveau syntaxique, à la vie et concerne sa production de force, de résistance et de franchissement d’un obstacle qui, dans ce cas, est représenté par la honte. En allemand, la métaphore weil er dies für eine Schande hielt, fr. parce qu’il pensait que cela était une honte dépend syntaxiquement d’une phrase précédente all. ein Fuchs hatte in einer Falle seinen Schwanz verloren, fr. le renard avait perdu sa queue dans un piège. En effet, la métaphore est introduite par une conjonction de subordination et même le pronom démonstratif all. dies, fr. cela montre une fonction anaphorique qui permet d’identifier l’antécédent phorique ou le terme comparé. La métaphore, donc, met en évidence une identité entre les deux unités que la copule associe et, à la différence de la langue italienne, elle n’est pas liée syntaxiquement à la phrase suivante. Sur le plan cognitif, il s’agit de la métaphore conceptuelle ‘l’émotion est un événement’ car on projette sur elle les attributs qui caractérisent l’événement ‘perdre sa queue’.

(3)
It. Sono fuori di me (Esopo, 1951 : 97)
Fr. L’effroi m’ôte l’esprit (Ésope, 1960 : 30)
Angl. I’m absolutely terrified (Aesop, 2012)
All. Ich bin wahnsinnig vor Angst (Äsop, 2012)

7Les exemples tirés de la fable 62 L’homme qui a trouvé un lion d’or montrent une conceptualisation métaphorique de l’effroi et de la peur dans toutes les langues sauf en anglais. En italien, la métaphore repose sur une expression figée essere fuori di sé, fr. être en dehors de soi-même qui désigne un état où l’individu ne réussit pas à dominer ses propres facultés mentales à cause des émotions. L’emploi du verbe être ne révèle pas une identité entre deux concepts différents mais l’existence du sujet au-dehors de lui-même et une orientation spatiale déterminée. Cognitivement, l’expérience corporelle mise en évidence par l’usage de l’adverbe de lieu it. fuori, fr. au-dehors, permet de comprendre cette expression linguistique grâce au schéma-image du récipient. Le locuteur-observateur, it. io, fr. je, représente un centre déictique arrêté et il subit un mouvement d’éloignement de lui-même. L’entité qui cause ce déplacement physique n’est pas évoquée au niveau linguistique et nous pouvons seulement observer les effets qu’elle provoque par la perte de l’autocontrôle du sujet. C’est le constat de cette entité qui nous fait songer au schéma-image de la force antagoniste par rapport à l’émotion. En français, l’expression figée l’effroi m’ôte l’esprit nous montre la relation sémantique qui se joue entre le sujet et le complément d’objet qui ont tous les deux une nature abstraite. Le verbe ôter marque une action agentive transitive qui produit un effet pragmatique et crée un changement d’état dans l’entité “je” qui est évoquée par la présence du pronom complément d’objet indirect me. L’émotion, donc, est perçue comme un agent qui enlève l’esprit de l’endroit où il se trouve, le corps. Cognitivement, il s’agit d’une personnification conceptuelle (Lakoff & Johnson, 1980) car on associe le domaine source ‘une personne-agent est capable d’agir et de penser’ avec le domaine cible ‘l’émotion’.

8La métaphore allemande ich bin wahnsinnig vor Angst, fr. je suis fou à cause de la peur, fait valoir que l’état du sujet (cf. le complément épithète) est déterminé sémantiquement par la préposition all. vor, fr. à cause de. Cette préposition a une valeur sémantique causative qui permet de comprendre conceptuellement l’émotion en termes de force antagoniste. Le rapprochement de la peur vers le sujet “je” modifie son état émotif habituel, identifié probablement avec la tranquillité et l’équilibre. La peur, en tant que force antagoniste qui vient du dehors, crée une altération et pousse l’être humain à la folie. Les exemples analysés ont montré des différences parmi les langues : en premier lieu, la version italienne ne spécifie pas l’émotion mais se focalise sur ses effets ; en deuxième lieu, on remarque l’usage des mots effroi et peur en langue française et allemande. Étant donné que l’effroi est une peur imprévue et que la peur est une émotion avec des effets prolongés, nous formulons l’hypothèse que l’allemand respecte d’une manière plus spécifique le texte d’Ésope où le lion confirme avoir une peur atavique des coqs.

(4)
It.
Poi, però, gliene venne paura (Esopo, 1951 : 115)
Fr. Dans la suite craignant la vengeance (Ésope, 1960 : 38)
Angl. Having missed, he was in great fear that the snake would take his revenge (Aesop, 2012)
All. Daraufhin nahm er sich sehr vor ihr in acht und schlug ihr vor, sich mit ihm zu versöhnen (Äsop, 2012)

  • 11 Généralement, ce type de verbe décrit un mouvement en le mettant en relation avec un point d’observ (...)
  • 12 En pragmatique, le mot ventif nous indique la direction du mouvement centripète vers l’origo ou le (...)

9Les exemples, tirés de la fable 81 Le laboureur et le serpent qui lui avait tué son fils, montrent deux métaphores en langue italienne et anglaise. Dans les autres langues il n’y a pas de métaphores, puisqu’en français on utilise un verbe sémantiquement lié à la peur et en allemand la traduction se révèle différente parce que la peur n’est pas nommée. Dans la langue italienne, la métaphore est formulée à partir d’un verbe déictique de mouvement11, it. venne, fr. vint, associé au substantif it. paura, fr. peur. Dans ce cas, ce verbe ventif12 nous indique un mouvement de l’émotion qui s’approche du corps du laboureur en le transformant en un centre déictique. L’émotion, considérée comme une entité qui pénètre le corps par l’extérieur, devient conceptuellement une force qui cause la perte de l’état originel de calme du laboureur. À son tour, l’émotion est causée par la vengeance du serpent qui est uniquement évoquée dans la phrase par la présence du pronom it. ne, fr. en. En anglais, la métaphore he was in great fear, fr. il avait une grande peur, se fonde sur l’usage idiomatique du verbe angl. to be. L’idiome est figé (Hudson, 1998) grâce à sa structure, composée du verbe to be (être) et d’une préposition de lieu, in (en). Cette préposition nous fait parvenir à une interprétation de nature cognitive car elle permet d’isoler la nature de l’entité “peur”, de la décrire par une approche spatiale et de délimiter sa forme et sa structure. L’émotion devient, alors, un récipient où se place l’expérienceur, angl. he, fr. il, qui nous montre sa permanence à l’intérieur d’un état émotif.

(5)
It. E anche le ranocchie si davano alla pazza gioia (Esopo, 1951 : 159)
Fr. Et il n’était pas jusqu’aux grenouilles qui ne fussent en liesse (Ésope, 1960 : 57)
Angl. Only the frogs were left to join in the gaiety (Aesop, 2012)
All.
Auch die Frösche feierten ihn (Äsop, 2012)

  • 13 Voir le chapitre de F. Valetopoulos ici même, analysant aussi la joie à l’aide des métaphores et de (...)

10Les extraits tirés de la fable 127 Le soleil et les grenouilles montrent la conceptualisation de la joie. Seule la langue allemande ne montre pas de métaphore car elle aborde le sujet de la joie par un verbe. En italien, la métaphore verbale darsi alla pazza gioia, fr. se donner à la folle joie trouve son origine dans une structure lexicalisée (Hudson, 1998) où le verbe implique le déplacement d’une entité vers une autre entité. Cette construction de nature dative est visible au niveau morphologique par la présence de la préposition it. a, fr. à qui montre une dynamique interactive entre les grenouilles et la joie. De plus, la présence d’un verbe réflexif laisse émerger que les grenouilles sont en même temps l’agent et le patient et que le déplacement implique l’entité “grenouille”. Le bénéficiaire de ce déplacement est l’entité “joie” qui obtient des caractéristiques humaines par la présence de l’adjectif it. pazza, fr. folle. Ainsi, nous pouvons mentionner ici le paradigme des métaphores ontologiques et, plus particulièrement, la personnification conceptuelle. Le cas de la langue française est différent, puisque la locution verbale être en liesse laisse émerger une valeur figurative sous-jacente à sa structure (Gross, 1996). Tout d’abord, nous considérons cette locution dans un rapport d’analogie binaire (Monneret, 2004 : 11) avec être joyeux, dans la mesure où “liesse” et “joie” partagent des propriétés communes comme « condition de satisfaction, état de bien-être, assouvissement, éloignement des émotions négatives » (Guilbert et al., 1975 : 4, 3044, 2866-2867). Si nous admettons une relation d’analogie entre les deux termes, il faudrait accepter une ressemblance constitutive qui engage, à la fois, une identité et une altérité (Monneret, 2004 : 14). Par conséquent, la structure morphologique de cette locution nous suggère de faire référence au schéma-image du récipient. En effet, la présence de la préposition en indique qu’il y a une frontière autour de l’entité “joie” et que cette dernière est perçue comme un récipient13.

11En anglais, l’expression to join in the gaiety, fr. participer à la gaieté, trouve son origine dans le verbe to join in, fr. s’unir à, participer à. Conceptuellement, le verbe montre une structure événementielle qui nous indique la traversée d’une frontière et l’arrivée au Landmark (cf. plus haut) qui, dans ce cas, est la “gaieté”. C’est le Mover qui génère ce mouvement, c’est-à-dire, dans ce cas, les grenouilles qui développent une trajectoire du dehors vers l’intérieur de cette émotion conceptualisée comme un récipient.

(6)
It. Il cammello, perché non può usare contro i bricconi la collera che non possiede (Esopo, 1951 : 173)
Fr. le chameau parce qu’il n’a point de colère contre les malfaiteurs (Ésope, 1960 : 65)
Angl. The camel […] because he never shows anger against wrongdoers (Aesop, 2012)
All. Das Kamel sei unfähig, weil es keinen Zorn auf die Übeltäter kenne (Äsop, 2012)

12Les métaphores tirées de la fable 145 Le chameau, l’éléphant et le singe peuvent représenter un exemple de conceptualisation de la colère. L’italien montre deux métaphores de nature verbale : usare la collera, fr. user la colère et possedere la collera, fr. posséder la colère. Une analyse cognitive de la première métaphore vise à comprendre une schématisation de l’archétype billiard ball model ou modèle de la bille (Langacker, 1991 : 283-6) : une entité ayant le rôle d’Agent transfère de l’énergie physique ou mentale à une autre entité qui est le Patient. Dans ce cas, l’agent est le chameau et le patient les malfaiteurs ; l’élément transféré est la colère qui devient une entité dotée de mouvement (Mover). Ce mouvement se retrouve soit au niveau morphologique où la préposition it. contro, fr. contre représente un parcours dans l’espace physique, soit dans la transitivité du verbe qui semble être une condition de base pour qu’un transfert de la colère se produise. La deuxième métaphore confirme le rôle d’agent du chameau parce que ce dernier possède l’entité “colère” et la déplace. Considérer l’émotion comme un objet physique ou mental qui peut être transféré nous permet de faire référence à la conceptualisation de la métaphore ontologique. De la même façon, en français, nous pouvons observer une structure qui évoque le mouvement de l’entité “colère” par la présence de la préposition contre, même s’il n’y a pas de verbe transitif. En effet, c’est seulement avoir avec sa valeur prédicative exprimant la possession qui nous amène à avoir accès à la métaphore ontologique. En anglais, la métaphore verbale he never shows anger against wrongdoers, fr. il ne montre jamais de la colère contre les malfaiteurs s’appuie sur le même archétype analysé pour les autres langues puisqu’il y a un procédé morphologique, angl. against, fr. contre, et la transitivité du verbe, angl. to show, fr. montrer. Contrairement aux autres langues, l’anglais semble être plus spécifique car montrer est un verbe sémantiquement lié à un transfert mental, à la différence des verbes user, posséder ou avoir. La motivation cognitive de cette métaphore trouve son origine dans la métaphore ontologique ‘les émotions sont des objets’ parce qu’elles sont perceptibles et que cette perceptibilité est provoquée par des réactions qui se déroulent dans le corps au moment de leur mise en forme. La métaphore allemande weil es keinen Zorn auf die Übeltäter kenne, fr. parce qu’il ne connaît pas de colère contre les malfaiteurs met en évidence deux mouvements différents par rapport aux autres langues. D’abord, les verbes all. jdn/etw kennen, fr. connaître qqch/qqn révèlent un premier mouvement où le centre (Landmark) est le chameau et où l’émotion est le Mover qui se déplace vers lui. Sémantiquement, nous pouvons justifier ce mouvement à partir du signifié du verbe connaître, c’est-à-dire, « acquérir quelque chose par le sens, l’intellect ou la mémoire ; avoir présent à l’esprit un certain objet de pensée, se former une idée plus ou moins exacte et complète de sa nature, de ses propriétés ; avoir connaissance de quelque chose, être informé de son existence » (Guilbert et al., 1972 : 2, 908-909). Le deuxième mouvement suggère une trajectoire différente car la colère se déplace vers les malfaiteurs, comme en témoigne la préposition all. auf, fr. sur, suivie d'un nom au cas accusatif, qui dans ce cas en allemand est sémantiquement lié au concept de “mouvement”. Ces deux mouvements nous rapprochent de la métaphore ontologique ‘l’émotion est un objet’.

Conclusions

13Le répertoire pris en considération nous permet d’observer que la conceptualisation des métaphores émotionnelles trouve son origine dans le rapport entre émotion, cognition et corps. Même si la nature de ces métaphores semble similaire d’un point de vue conceptuel, nous devons toujours supposer la reconstruction d’un contexte culturel différent pour chaque expression linguistique car les émotions surgissent en réponse à la structure du signifié d’une situation culturellement déterminée. Toutefois, même si l’on doit élargir l’enquête sur les métaphores à d’autres textes, il est à noter que d’un point de vue quantitatif les langues analysées ont témoigné de l’incidence de certains types de métaphores conceptuelles dans le domaine des émotions spécifiques à chaque langue. En particulier, il ressort que les traductions italiennes considèrent plus souvent l’émotion comme un objet physique (un récipient, un objet possédé ou un objet utilisable) et une force antagoniste ; en français l’émotion est associée à l’image d’un objet physique ou d’un agent ; le texte anglais, dans la majorité des cas, lie l’émotion à un objet concret et, de façon spécifique, à un récipient ; en allemand, enfin, la conceptualisation de l’émotion renvoie à l’idée d’un événement ou d’une propriété. Il est également apparu que la peur est vue comme un récipient, une force antagoniste ou un agent ; la colère est représentée comme un objet physique ou une propriété ; la honte est vue comme une force antagoniste ou un événement et la joie est associée à l’image d’une personne ou d’un récipient. Il nous semble intéressant de souligner que dans la majorité de cas le centre déictique est le corps qui subit des mouvements de rapprochement et d’éloignement du fait de l’émotion, comme nous le rappelle la transitivité des verbes. Au contraire, la présence de la préposition en, du verbe ‘être’ et de la forme dative marquent l’émotion comme centre déictique.

Bibliographie

Bally, C., 1909, Traité de stylistique française, Heidelberg/Paris, Winter/Klincksieck.

Besnier, N., 1994, « Involvement in linguistic practice: An ethnographic appraisal », Journal of Pragmatics 22, p. 279-299.

Bruner, J., 2003, La mente a più dimensioni, Edizioni Laterza, Rome-Bari [Bruner, Jerome (1986), Actual Minds, Possible Worlds, Harvard University Press, Cambridge-Londres].

Filosa, C., 1952, La favola e la letteratura esopiana in Italia. Dal Medioevo ai nostri giorni, Milan, Vallardi.

Geertz, C., 1973, The Interpretation of Culture, New York, Basic Books.

Gross, G., 1996, Les expressions figées en français ; noms composés et autres locutions, Paris, Ophrys.

Guilbert, L., Lagane, R., Niobey, G., 1972, Grand Larousse de la langue française, vol. 2, Paris, Larousse.

Guilbert, L., Lagane, R., Niobey, G., 1975, Grand Larousse de la langue française, vol. 4, Paris, Larousse.

Guillemin-Flescher, J., 1981, Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de Traduction, Gap, Ophrys.

Hudson, J., 1998, Perspectives on Fixedness: Applied and Theoretical, Lund, Lund University Press.

Jakobson, R., 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

Jedrkiewicz, S., 1989, Sapere e paradosso nell’Antichità: Esopo e la favola, Rome, Edizioni dell’Ateneo.

Johnson, M., 1987, The Body in the Mind: the Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason, Chicago, The University of Chicago Press.

Kövecses, Z., 2000, « The concept of anger: universal or culture specific? », Psychopathology 33, p. 159-170.

Ladmiral, J. R., 2009, Della traduzione. Dall’estetica all’epistemologia, Modène, Mucchi.

Lakoff, G., Johnson, M., 1980, Metaphors we live by, Chicago, University of Chicago Press.

Langacker, R. W., 1991, Foundations of Cognitive Grammar II, Descriptive Application, Stanford, SUP.

Lewis, J. E., 1996, The English Fable. Aesop and Literary Culture 1651-1740, Cambridge, CUP.

Monneret, P., 2004, Essais de linguistique analogique, Dijon, A.B.E.L.L.

Newmark, P., 1988, La traduzione: problemi e metodi, Milano, Garzanti.

Nida, E., Taber, C., 1969, The theory and Practice of Translation, Leiden, E. J. Brill.

Sapir, E., 1921, Language, New York, Harcourt Brace and World.

Talmy, L., 2000, Toward a Cognitive Semantics II, Typology and Process in Concepts Structuring, Cambridge, MIT Press.

Sources primaires

Esopo, 1951, Favole, sous la direction de Manganelli, G., Valla, E. C. (éds), Milan, Biblioteca Universale Rizzoli.

Ésope, 1960, Fables, sous la direction de Chambry, E. (éd.), Paris, Les Belles Lettres.

Aesop, 2004, Aesop’s Fables, Vernon Jones, V. S. (éd.), The Project Gutenberg EBook of Aesop’s Fables.

Aesop, 2012, Aesop’s Fables, http://sillydragon.com/gen_edu/Fables/

Äsop, 2012, Fabeln des Aesop, http://www.webergarn.de/fabeln/fabel.html - Der_Hirsch_und_der_Loewe_in_einer_Hoehle

Notes

1 Les ‘schémas-images’ sont des structures répétitives formulées par l’esprit dans les procès cognitifs et représentent des conceptualisations d’espaces qui se trouvent autour de l’être humain (Johnson, 1987).

2 L’‘archétype conceptuel’ est un schéma complexe de caractère holistique où émergent les aspects de la conceptualisation des événements qui se réfléchissent dans les constructions grammaticales (Langacker, 1991).

3 Les ‘projections’ concernent les relations entre un domaine conceptuel source et cible (Lakoff & Johnson, 1980).

4 Parmi les nombreux ouvrages relatifs à Esope nous avons consulté Lewis (1996) et Jedrkiewicz (1989). La traduction ésopique de Chambry (1960) a été utilisée comme modèle pour le choix des autres traductions dans les autres langues afin d’avoir des traductions similaires.

5 Voir à ce propos le chapitre de K. Kwapisz-Osadnik dans ce volume.

6 Les métaphores ontologiques sont liées à la manière de considérer les événements, les actions, les émotions et les idées comme des entités ou des substances qui possèdent des qualités physiques.

7 Les métaphores d’orientation associent aux concepts non spatiaux des orientations spatiales à cause de la dimension expérientielle physique de l’être humain qui est orientée de manière différente selon les cultures.

8 Les métaphores structurelles possèdent une complexité structurelle supérieure du domaine cible et rendent possible la structuration d’un concept déjà structuré.

9 Dans cette perspective, nous avons été aidée par l’approche des émotions de Kövecses (2000) qui pousse à considérer les émotions comme des entités ou substances, des personnes ou des forces et à analyser les relations entre la physiologie et les émotions.

10 La métaphore du ‘récipient’ s’appuie sur l’instinct de territorialité : l’homme se considère comme un récipient et il impose des frontières physiques là où il n’y en a aucune.

11 Généralement, ce type de verbe décrit un mouvement en le mettant en relation avec un point d’observation lié à la position du locuteur.

12 En pragmatique, le mot ventif nous indique la direction du mouvement centripète vers l’origo ou le point de référence sur lequel les relations déictiques sont basées.

13 Voir le chapitre de F. Valetopoulos ici même, analysant aussi la joie à l’aide des métaphores et de linguistique cognitive, et se focalisant sur l’importance du corps dans l’expression de ces métaphores.

Auteur

Université de Palerme et Université de Bourgogne

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540