Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

II. Conceptualisation des émotions

Le corps et l’expression des sentiments : étude contrastive du grec moderne et du français

The Body in expressing emotions: a contrastive analysis of modern Greek and French

Freiderikos Valetopoulos

Résumé

Cet article propose une étude contrastive des expressions métaphoriques et métonymiques qui exprime les émotions de joie, colère et peur en anglais et en grec moderne. Nous nous concentrerons sur les expressions qui se construisent à l’aide d’un nom de la classe <partie du corps>. Cette analyse s’inscrit dans une approche cognitive ayant pour objectif de mettre en exergue les similitudes et les différences entre les deux langues, français et grec moderne.

The article presents a contrastive study of metaphoric and metonymic expressions of joy, anger and fear in French and Greek. We concentrate on expressions containing words referring to parts of the body. The goal of this analysis, based on a cognitive theoretical framework, is to emphasize the similarities and the differences between the two languages, French and Greek.

Texte intégral

  • 1 Littéralement “Ses jambes sont coupées”.

1Le corps constitue un des moyens utilisés par un locuteur pour exprimer ses sentiments. Le regard, les mimiques, la posture du corps jouent un rôle important dans la communication non verbale. Mais la langue a également intégré le corps dans différentes expressions figées ; nous pouvons mentionner brièvement des expressions comme sentir son sang se glacer dans ses veines ou avoir froid dans le dos pour exprimer la peur en français, ou kopikan ta γonata tu / poδja tu “avoir les jambes en coton” en grec1, pour exprimer des sentiments plus complexes comme celui de tromara, qui est un mélange de peur et de surprise. Nous étudierons tout d’abord différentes expressions figées utilisées dans ces deux langues, afin d’établir une liste des parties du corps mises en scène dans l’expression d’un état psychologique. Ensuite, nous tenterons de mettre au jour les différentes associations entre les parties du corps et les sentiments, en proposant une présentation contrastive qui nous permettra de souligner les similitudes et les différences culturelles exprimées dans les deux langues.

1. Quel cadre théorique pour quelle analyse ?

2Dans cette section, nous étudierons l’apport de notre cadre théorique, celui des classes d’objets, dans l’étude des émotions et nous examinerons la contribution de l’approche cognitiviste, qui peut nous fournir un outil de description complémentaire pour notre étude.

1.1. L’approche lexicaliste

3Ces dernières années, nombreux sont les travaux qui explorent les propriétés syntaxiques et sémantiques des prédicats de sentiments en grec moderne, dans le cadre de différentes approches théoriques. Alors que dans le cadre du lexique-grammaire, les unités lexicales en question sont étudiées principalement du point de vue syntaxique (Moustaki et al., 2008), les travaux dans le modèle des classes d’objets ont adopté une position intermédiaire dans la mesure où les unités lexicales sont toujours interprétées en fonction de leurs caractéristiques syntaxiques et sémantiques (voir par exemple Gavriilidou, 2002, ou Valetopoulos, 2005).

  • 2 Anscombre (1995 : 47) propose quelques critères définitoires comme la présence des propositions pou (...)
  • 3 Voir également Buvet et al. (2005) pour une application en français.

4Toutes ces études ont jeté les bases d’une étude globale des prédicats d’états psychologiques en se fondant plutôt sur une distinction en deux ou trois catégories. Lamprou (1999), suivant les travaux d’Anscombre (1995), définit deux catégories pour le grec moderne, les prédicats exogènes et les prédicats endogènes. Les premiers sont provoqués par un événement extérieur au locuteur, par exemple satisfaction, alors que l’origine des endogènes se confond avec le lieu psychologique, par exemple mépris2. Valetopoulos (2005) propose3 une classification des prédicats psychologiques du grec moderne en sentiments, des états affectifs complexes, assez stables et durables, par exemple aγapi et erotas “amour, les émotions, des réactions affectives de durée limitée, souvent très intenses, agréables ou désagréables, par exemple θavmazmos “admiration”, et les humeurs, des tendances dominantes qui forment le tempérament et le caractère, par exemple efθimia “gaieté”.

  • 4 “Il a tout vu en bleu”.
  • 5 “Le ciel lui est tombé comme un poids de tisserand”.

5En ce qui concerne l’étude des expressions métaphoriques, l’attention est centrée sur le figement. Ainsi, les différentes références à la métaphore font juste mention des structures qui sont utilisées afin de construire ces expressions figées (par exemple Valetopoulos, 2009). Or, nous constatons que si les expressions aktinovoli apo xara “rayonner de joie” ou lambi apo xara “briller de joie” sont des expressions transparentes et facilement analysables dans les deux langues, qui utilisent le même matériau linguistique, des expressions comme ta iδe ola ble4 “il a vu rouge” et tu irθe o uranos sfondili5 “il a vu trente-six chandelles” sont considérablement plus opaques, et la traduction est arbitraire.

6L’étude des sentiments dans le cadre de notre approche présente quelques limites. Alors que le cadre théorique permet l’étude contrastive au niveau lexical, il ne nous fournit pas en réalité les outils pour étudier plus finement la contrastivité au niveau culturel. Ainsi, nous pouvons dire que les expressions sous 1 expriment toutes la peur, mais une étude plus détaillée n’est pas proposée :

1a. tremi apo fovo “trembler de peur, frissonner de peur”
1b. tu sikonete i trixa (kagelo) “mes cheveux se sont hérissés”
1c. ton luzi krios iδrotas “avoir des sueurs froides”
1d. xlomiazi apo to fovo “devenir livide, blême”

7Toutes ces remarques nous conduisent finalement à étudier les expressions figurées d’un autre point de vue, qui est celui de la formalisation du matériau linguistique utilisé dans les expressions figées de sentiments, et les rapports qui existent entre le grec moderne et le français.

1.2. Avec un regard cognitiviste…

8Une des études qui a certainement influencé les travaux des cognitivistes est celle de Lakoff & Johnson (1980), qui jette les bases d’une analyse des expressions rencontrées dans le discours quotidien afin de démontrer les rapports qui existent entre les domaines conceptuels et le cerveau humain. La propriété principale de leur théorie est que la métaphore n’est pas une propriété de chaque expression linguistique séparément mais d’un domaine conceptuel. Ainsi des métaphores différentes par leur contenu sont l’expression d’une seule et même métaphore conceptuelle.

  • 6 « Speakers of a given language appear to feel that some of the emotion words are more basic than ot (...)

9Dans le domaine des émotions, Kövecses (2004 : 3-6) propose, par exemple, une première distinction entre unités lexicales expressives (« expressive emotion words »), comme wow ! ou beurk !, et descriptives (« descriptive emotion words »). Cette deuxième classe contient les unités lexicales de sentiments basiques ou complexes (« basic / nonbasic emotion terms »6), comme fear, terror et horror, les unités lexicales figurées, comme les métaphores, boiling with anger, et les métonymies, to have cold feet.

10Le caractère ‘basique’ des émotions dépend de deux critères : tout d’abord, les émotions en question occupent une place intermédiaire dans une hiérarchie verticale des conceptions ; ensuite, certaines émotions peuvent être plus prototypiques que d’autres. Ainsi, au niveau supérieur on placerait le terme emotion, “émotion” ou “sentiment” pour le français, au niveau intermédiaire des termes comme anger “colère”, et, enfin, au niveau inférieur, on placerait des termes comme annoyance “contrariété”.

11Les expressions figurées dénotent différents aspects des concepts d’émotions, comme l’intensité, le contrôle, etc. Les expressions métaphoriques sont des manifestations des métaphores conceptuelles telles qu’elles ont été définies par Lakoff & Johnson (1980), c’est-à-dire que la métaphore met en relation deux domaines très éloignés entre eux. Un de ces domaines est plus physique ou concret que l’autre. Cette mise en relation permet une meilleure compréhension du terme abstrait, par exemple anger is a hot fluid. Les métonymies conceptuelles ne concernent qu’un seul domaine. Ainsi, si l’on considère qu’une émotion a plusieurs aspects, la métonymie met en valeur un seul aspect. Par exemple, l’expression figurée paγose apo to fovo tu “être glacé de peur” est un exemple de la manifestation de la métonymie conceptuelle la baisse de la température du corps est une manifestation de la peur.

12Nous pouvons donc résumer les différentes approches qui nous intéressent comme suit :

  • 7 La différence entre basic et nonbasic est d’ordre sémantique pour les approches lexicalistes et san (...)

Tableau 1. Comparaison des différentes approches7

Approche lexicaliste

Approche cognitive

(Kövecses, 2004)

Exemple

Prédicats de sentiments

Basic emotion terms

fovos « peur »

Nonbasic emotion terms 8

tromos « terreur »

Verbes supports basiques

nioθi « éprouver »

Verbes supports (appropriés) métaphoriques

Figurative expressions – metaphor

vrazi apo θimo

« bouillir de colère »

Expressions figées

Figurative expressions – metonymy

tu kopikan ta γonata

« avoir froid dans le dos »

2. La place du corps dans les expressions de sentiments

13Dans cette section, nous analyserons la place du corps dans les expressions figurées relevées et nous examinerons la corporéité (embodiment) comme phénomène linguistique. Par ce terme, nous entendons l’association des émotions au fonctionnement physiologique du corps.

2.1. La “corporéité” ou la conceptualisation des émotions par le vécu émotionnel

14Ces dernières années, la notion de “corporéité” devient de plus en plus importante dans la linguistique cognitive. Il existe une longue discussion concernant le contenu de ce terme (voir par exemple Goschler, 2005), mais nous pourrions le définir en gros en disant que le fonctionnement de notre corps est crucial pour la structure de notre système conceptuel. Nous proposons ci-dessous la définition donnée par Johnson (1987 : xiv) :

[…] the centrality of human embodiment directly influences what and how things can be meaningful for us, the ways in which these meanings can be developed and articulated, the ways we are able to comprehend and reason about experience, and the actions we take.

15Un nouvel aspect de cette discussion est celui lancé par Kövecses (2010 : 117), entre autres, qui place les métaphores sous la notion de “corporéité”. Ainsi, il développe son argument en soulignant que les différentes métaphores utilisées pour les émotions prennent pour source des expériences physiologiques, naturelles, biologiques et sociales. Un bel exemple démontrant que certaines métaphores ne sont pas motivées uniquement par la physiologie humaine mais aussi par le contexte social et culturel est celui de l’arabe tunisien. Maalej (2011) confirme que la corporéité est un élément important de la conceptualisation du sentiment de anger en arabe tunisien, par exemple anger is the heat of a solid in a container, mais qu’il y a également deux autres types de corporéité, la ‘corporéité culturellement spécifiée’, par exemple anger is a physical pain, et la ‘corporéité culturellement nuancée’, par exemple an angry person is a dangerous animal.

16Dans la suite de cet article, nous nous inscrivons dans la lignée des travaux de Kövecses (entre autres, 2000b, 2004, 2010) qui nous permettent d’avoir un outil de description satisfaisant des expressions figurées.

2.2. Le corpus relevé

  • 8 “Son œil a brillé/s’est troublé”.

17Pour les besoins de cette communication, nous avons donc relevé les expressions du grec et du français qui ont un rapport direct ou indirect avec le corps et expriment un sentiment. Notre liste n’est pas exhaustive. Par exemple, jalise / θolose to mati tu8 “avoir les yeux rouges de colère” ou vrazi apo θimo “bouillir de colère”. Dans le premier cas, dans le matériau de l’expression, il y a une partie du corps, lexicalement exprimée, alors que dans le deuxième cas, les unités lexicales ont un rapport sémantique avec le corps, et le locuteur procède à une interprétation métaphorique.

  • 9 Le Trésor de la Langue Française informatisé, http://atilf.atilf.fr/
  • 10 “Il a ses orages”.
  • 11 “Il a produit des éclairs de lumière et des tonnerres”.
  • 12 “Ses bateaux se sont échoués”.
  • 13 “Devenir turc”.

18Les expressions proviennent de deux dictionnaires monolingues grecs (Institut « Manolis Triantaphyllides », 1998 ; Mpampiniotis, 1998) et français (Le Nouveau Petit Robert, 2000 ; TLFi9), ainsi que de quatre dictionnaires bilingues grec / français (Lust et Pantelodimos, 1995 ; Robert & Malamas-Robert, 2002 ; Rosgovas, 2002a ; Rosgovas, 2002b). Cette recherche nous a permis de relever 235 expressions en grec pour exprimer un sentiment, dont 146 avaient un rapport avec le corps. En français, nous avons relevé 258 expressions dont 162 avaient un rapport avec le corps. Les expressions restantes se rapportaient à des phénomènes climatiques, comme par exemple exi ta burinia tu10, vrodikse ke astrapse11 pour l’expression de la colère, à des phénomènes socioculturels, pesane ta karavia tu ekso12, pour l’expression de la tristesse ou de la mauvaise humeur, ejine Turkos13 pour l’expression de la colère, etc. En français, on trouve des exemples comme avoir les jetons, être heureux comme un poisson dans l’eau, être au septième ciel qui n’ont pas été retenus pour notre étude.

19Dans la suite de ce travail, nous nous concentrerons sur les sentiments de joie, colère et peur.

3. Les expressions métaphoriques de joie, colère et peur

20Dans cette section, nous proposons une analyse des expressions figurées en grec et nous tenterons une première étude comparative avec le français. Notre liste d’expressions n’est pas exhaustive. Notre objectif premier est de révéler quelques similitudes ou différences qui nous permettront de jeter les bases d’une analyse plus détaillée.

3.1. La joie

  • 14 Voir aussi Grossmann & Tutin (2005), Augustyn & Grossmann (2009) pour une description du lexique en (...)

21Nous commençons notre présentation par la métaphore qui constitue la quintessence de la joie, qui est celle de la lumière14 :

2a. aktinovoli apo xara “rayonner de joie”
2b. lambi apo xara “briller de joie”
2c. fengi apo xara “briller de joie”

22Cette métaphore révèle certaines propriétés de la joie en tant qu’émotion. Tout d’abord, les expressions démontrent que la personne qui ressent cette joie déborde d’une énergie positive qui peut être transmise, d’où les expressions i xara δiaxeete “la joie se répand / se dilue dans l’air” ou ekpembi xara “émettre de la joie” :

3a. afti i xara δiaxeete ekso apo ta stena oria tu somatos
“cette joie se répand en dehors des limites étroites du corps”
3b. i morfi tu ine panda fotini ke ekpembi xara, epiδι lei « xerete ja olus… ».
“son visage est toujours brillant et émet de la joie, car, dit-il, il ressent de la joie pour tous…”

23La deuxième métaphore qui implique le corps est celle de l’agitation. L’agitation peut être vue de deux manières différentes ; la vitalité, par exemple :

4a. piδai apo ti xara tu “sauter de joie”
4b. petai apo xara “voler de joie”

24ou le relâchement physique à cause du manque de contrôle de son propre corps, par exemple :

5. katuriθike apo ti xara tu trad. litt. “il s’est pissé dessus de joie”

  • 15 Nous pouvons mentionner l’expression plimirizi apo xara “inonder de joie”.

25En français, nous rencontrons en partie les mêmes contenus métaphoriques. Ainsi, la joie est exprimée par la lumière dans les expressions comme rayonner de joie ou briller de joie, une joie qui peut être transmise comme en grec, par exemple répandre la joie, communiquer sa joie. La deuxième métaphore la plus fréquente est celle de l’agitation, par exemple sauter de joie, bondir de joie, pétiller de joie. Cette vitalité peut être exprimée par une renaissance de la personne qui ressent cette émotion : s’épanouir de joie, ou même par une explosion puisque le corps fonctionne comme un récipient15 : déborder de joie, exploser de joie. Enfin, comme en grec, il y a des expressions qui désignent un manque de contrôle de son propre corps, par exemple trembler de joie, tressaillir de joie ou délirer de joie.

3.2. La colère

  • 16 Voir également l’analyse contrastive d’Augustyn & Bouchoueva (2012) ou l’analyse de Baider (2012) q (...)

26La colère16 est l’une des émotions qui a été la plus étudiée dans le cadre de la linguistique cognitive (voir par exemple Kövecses, 2000a ; Lakoff, 1987 ; Lakoff & Kövecses, 1987 ; Maalej, 2011 ; Matsuki, 1995 ; Soriano-Salinas, 2003 ; Yu, 1995). La littérature concernant cette émotion est surtout dominée par l’idée de la corporéité, démontrée pour plusieurs langues. Lakoff (1987 : 382-383) propose un scénario pour décrire le sentiment de anger en anglais américain. Ainsi, il illustre son scénario avec les métaphores suivantes : body heat, internal pressure, redness in the face, agitation, interference with accurate perception. Lakoff & Kövecses (1987) observent que la métaphore centrale pour la colère en anglais est celle du ‘récipient’ : la colère est la chaleur d’un liquide dans un récipient. Cette métaphore peut être analysée en trois autres métaphores : le corps est le récipient qui contient l’émotion, la colère est la chaleur, et enfin, les émotions sont des liquides. Examinons maintenant les exemples provenant du grec et du français.

  • 17 “Brûler et s’enflammer”.
  • 18 “Devenir feu et manie”.
  • 19 “Devenir poudre à tirer/brûlot”.
  • 20 “Son sang est monté à sa tête”.
  • 21 “Son œil a brillé/s’est troublé”.
  • 22 “Son œil s’est tourné à l’envers”.

27Les données du grec moderne semblent confirmer cette analyse. Le concept de la chaleur ou d’un liquide bouillant dans un récipient semble être également le plus fréquent pour le grec : vrazi apo (θimo, to kako tu, orji, lisa, tsatila) “bouillir de colère”. On retrouve l’idée de la chaleur dans d’autres expressions qui montrent que la personne qui éprouve cette émotion ressent également une chaleur corporelle générale, le corps se substituant au feu (la colère est comme le feu) : anavi ke koroni17 “bouillir de colère”, jinete pir ke mania18 “fulminer de colère”. Cette colère peut amener la personne qui la ressent jusqu’au point de l’explosion (la colère est un produit explosif) : jinete baruti/burloto19 “exploser de colère”. À côté de ces concepts métaphoriques, d’autres semblent être relativement productifs. Le premier concept est celui qui décrit toute manifestation corporelle (la colère est la cause d'un agacement physique) : tu anevike to ema sto kefali20 “le sang lui monte au visage”, vγazi afrus “écumer de colère”, afrizi apo θimo, orji, lisa “écumer de colère”, kokinizi apo orji “rougir de colère”. Enfin, la colère est comme la folie : jalise / θolose21 to mati tu “avoir les yeux rouges de colère” ou jirise to mati tu anapoδa22 “devenir fou de colère”. Toutes ces expressions ont comme sens principal la description de la folie mais dans un contexte relatif à la colère, elles expriment un niveau extrême de la colère, une colère qui devient une folie, une maladie mentale.

28Les expressions utilisées en français semblent conceptualiser ce sentiment de la même manière : la colère est chaleur, feu et folie. Tout d’abord, nous pouvons constater la métaphore du liquide bouillant dans un récipient, comme par exemple dans l’expression bouillir de colère. Cette idée de la chaleur est également exprimée par des expressions comme flamber, fulminer, fumer de colère qui renvoient au feu. La colère peut avoir également un résultat physiologique exprimé par la couleur du visage, par exemple rougir ou être rouge de colère, ou même par un agacement comme s’étrangler et hurler de colère (la colère est la cause d'un agacement physique). Enfin, la troisième métaphore peut s’exprimer grâce à des expressions comme fou de rage ou de colère.

3.3. La peur

  • 23 “Ses jambes sont coupées”.

29L’émotion de la peur est le plus souvent conceptualisée par une réaction physique qui peut être soit la couleur de la personne qui ressent cette émotion, par exemple kitrinise apo to fovo tu “blêmir de peur”, soit un manque de contrôle de son propre corps. Ainsi, nous pouvons parler d’un relâchement physique à cause du manque de contrôle, comme dans le cas de la joie, par exemple katuriθike apo tin tromara tu “se pisser dessus (de peur)”. Un concept très fréquent est celui de l’immobilité, de l’absence de tout signe de vie ; la personne qui ressent la peur reste immobile, figée : par exemple, paγose / kokalose apo to fovo “être glacé de peur”. On retrouve cette idée de figement aussi dans des expressions où la peur est comme une paralysie : kopikan ta γonata tu / poδja tu23 “avoir les jambes en coton”.

  • 24 “Sa respiration s’est arrêtée”.

30Enfin, il est intéressant de constater que la peur peut être comme le froid soudain : toute réaction physique est comme celle observée quand la personne a froid. Ainsi, nous pouvons mentionner les expressions tu kopike i anasa24 “être mort de peur”, tu sikoθike i trixa “avoir la chair de poule”, anatrixiase apo to fovo tu “frissonner de peur”, ton eluse krios iδrotas “avoir des sueurs froides”.

31L’étude des expressions figurées du français nous a révélé les mêmes conceptualisations : le corps reste immobile, le corps est paralysé ou le locuteur ne peut pas contrôler son corps et, enfin, la peur est comme le froid. Par exemple, mon corps se raidissait, j’avais des jambes comme du coton, j’étais glacé de peur, mes cheveux se hérissaient, mes dents claquaient, mon sang se glaça dans mes veines, je frissonnais de peur, mon cœur battait la chamade. Il faut souligner que les deux langues utilisent les mêmes métonymies : le poil et les cheveux, le sang, le cœur…

Conclusion

32Dans le cadre de cet article, nous avons proposé une étude contrastive des expressions métaphoriques et métonymiques qui conceptualisent la relation entre une réaction physique et le sentiment, comme la colère, la joie et la peur en grec et en français. Pour les besoins de la description linguistique, nous avons fait appel à un modèle cognitif qui nous a permis de décrire plus en détail et de formaliser les expressions figurées utilisées.

33Notre étude a mis au jour les associations qui semblent être, en grande partie, les mêmes entre les deux cultures. La joie est un sentiment positif qui est en association avec la lumière pour les deux langues, un sentiment qui peut être répandu comme la lumière. Les effets de ce sentiment sont ressentis grâce à des réactions corporelles comme l’agitation (sauter, sautiller, trembler, tressaillir de joie). La colère est exprimée grâce à des métaphores comme le liquide et le récipient ou par une agitation physiologique qui se manifeste par une surexcitation (rougir, hurler, trépigner de colère). Enfin, la peur met en œuvre des conceptualisations qui expriment l’immobilité et le froid ainsi que tout ce qui peut en résulter, comme les frissons, les dents qui claquent ou les membres du corps qui ne répondent plus.

34Nous constatons que la majeure partie des expressions métaphoriques dans les deux langues mettent en œuvre les mêmes conceptualisations, même si le matériau linguistique est parfois différent. Ainsi, nous pouvons en conclure que la description syntaxique et sémantique gagnerait en précision, si notre description s’enrichissait avec des informations concernant ces conceptualisations et, surtout, si le passage d’une langue à l’autre se faisait en prenant en compte ces associations tant au niveau lexicographique que didactique.

Bibliographie

Anscombre, J.-C.1995, « Morphologie et représentation événementielle : le cas des noms de sentiments et d’attitude », Langue française 105, p. 40-54.

Augustyn, M., Bouchoueva, E., 2009, « Les collocations métaphoriques des noms de colère en français, russe et polonais », in Novakova, I., Tutin, A. (éds), Le lexique des émotions, Grenoble, Ellug, p. 191-205.

Augustyn, M., Grossmann, F., 2009, « Je nage dans la joie, la colère me submerge… Étude de quelques métaphores spatiales dans le champ des affects », in Berchoud, M. J. (éd.), Les mots de l’espace : entre expression et appropriation, Paris, L’Harmattan, p. 57-76.

Baider, F. 2012, « Haine et colère : approche socio-cognitive et explicitation en métalangue sémantique naturelle », CMLF12, Institut de linguistique française, p. 1701-1717.

Buvet, P.-A., Girardin, Ch., Gross, G., Groud, Cl., 2005, « Les prédicats d’<affect> », Lidil 32, p. 123-143.

Gavriilidou, Z., 2002, « Τάξεις αντικειμένων. Τα <συναισθήματα> στη νέα ελληνική », Studies in Greek Linguistics 22 (1), p. 90-101.

Goschler, J., 2005, « Embodiment and Body Metaphors », Metaphorik.de 09, http://www.metaphorik.de/09/goschler.htm.

Grossmann, F., Tutin, A., 2005, « Joie profonde, affreuse tristesse, parfait bonheur, Sur la prédicativité des adjectifs intensifiant certains noms d’émotion », Cahiers de Lexicologie 86 (1), p. 179-196.

Institut ‘Manolis Triantaphyllides’, 1998, Λεξικό της Kοινής Nεοελληνικής, Thessaloniki, Institut des Etudes Néohelléniques.

Johnson, M., 1987, The Body in the Mind: The Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason, Chicago, The University of Chicago Press.

Kövecses, Z., 2000a, « The concept of Anger: Universal or Culture Specific? », Psychopathology 33, p. 159-170.

Kövecses, Z., 2000b, « The scope of metaphor », in Barcelona, A. (éd.), Metaphor and Metonymy at the Crossroads: A Cognitive Perspective, Berlin, Mouton de Gruyter, p. 133-159.

Kövecses, Z., 2004, Metaphor and Emotion: Language, Culture, and Body in Human Feeling, Cambridge, CUP.

Kövecses, Z., 2010, Metaphor: a Practical Introduction, Oxford, OUP.

Lakoff, G., 1987, Women, Fire, and Dangerous Things: What categories reveal about the mind, Chicago, University of Chicago Press.

Lakoff, G., Johnson, M., 1980, Metaphors we live by, Chicago, University of Chicago Press.

Lakoff, G., Kövecses, Z., 1987, « The cognitive model of anger inherent in American English », in Holland, D., Quinn, N. (éds), Cultural Models in Language and Thought, Cambridge, CUP, p. 195-221.

Lamprou, E., 1999, « Η σημασιολογική ποικιλία των επιβοηθητικών ρημάτων », Studies in Greek 19, p. 80-101.

Le Robert, 2000, Le Nouveau Petit Robert : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Lust, C., Pantelodimos, D., 1995, Dictionnaire français-grec moderne, Athènes, Kaufmann.

Maalej, Z., 2011, « Figurative Language in Anger Expressions in Tunisian Arabic: An extended View of Embodiment », Metaphor and Symbol 19 (1), p. 51-75.

Matsuki, K., 1995, « Metaphors of anger in Japanese », in Taylor J. R., MacLaury, R. E. (éds), Language and the Cognitive Construal of the World, Berlin, de Gruyter, p. 137-151.

Moustaki, A., Pantazara, M., Fotopoulou, A., Mini, M., 2008, « Comment traduire les noms d’émotions : étude contrastive entre le grec moderne et le français », Discours 3, http://discours.revues.org/index3873.html.

Mpampiniotis, G., 1998, Λεξικό της Nέας Eλληνικής Γλώσσας, Athènes, Centre de Lexicologie.

Robert, J.-P., Malamas-Robert, M., 2002, Dictionnaire français-grec moderne, Athènes, Efstathiadis.

Rosgovas, Th., 2002a, Dictionnaire français-grec, Athènes, Rosgovas.

Rosgovas, Th., 2002b, Dictionnaire grec-français, Athènes, Rosgovas.

Soriano-Salinas, C., 2003, « Some Anger Metaphors in Spanish and English, A Contrastive Review », International Journal of English Studies 3 (2), p. 107-122.

Valetopoulos, F., 2005, « Ce que vous pensez des autres et que vous n’osez pas dire : le dictionnaire de la jalousie et de l’admiration », Lidil 32, p. 67-82.

Valetopoulos, F., 2009, « Deux structures de locutions verbales pour exprimer le sentiment en grec moderne », in Novakova, I., Tutin, A. (éds), Le lexique des émotions, Grenoble, Ellug, p. 227-248.

Yu, N., 1995, « Metaphorical Expressions of Anger and Happiness in English and Chinese », Metaphor and Symbolic Activity 10 (3), p. 59-92.

Notes

1 Littéralement “Ses jambes sont coupées”.

2 Anscombre (1995 : 47) propose quelques critères définitoires comme la présence des propositions pour et envers ou devant et à la vue de. Par exemple le mépris de Max pour/envers les pauvres (endogène) vs La satisfaction de Max devant/à la vue de ces résultats (exogène).

3 Voir également Buvet et al. (2005) pour une application en français.

4 “Il a tout vu en bleu”.

5 “Le ciel lui est tombé comme un poids de tisserand”.

6 « Speakers of a given language appear to feel that some of the emotion words are more basic than others. More basic ones include in English anger, sadness, fear, joy, and love. Less basic ones include annoyance, wrath, rage, and indignation for anger and terror, fright, and horror for fear ». (Kövecses, 2004 : 3).

7 La différence entre basic et nonbasic est d’ordre sémantique pour les approches lexicalistes et sans conséquence apparente sur les propriétés syntaxiques.

8 “Son œil a brillé/s’est troublé”.

9 Le Trésor de la Langue Française informatisé, http://atilf.atilf.fr/

10 “Il a ses orages”.

11 “Il a produit des éclairs de lumière et des tonnerres”.

12 “Ses bateaux se sont échoués”.

13 “Devenir turc”.

14 Voir aussi Grossmann & Tutin (2005), Augustyn & Grossmann (2009) pour une description du lexique en français.

15 Nous pouvons mentionner l’expression plimirizi apo xara “inonder de joie”.

16 Voir également l’analyse contrastive d’Augustyn & Bouchoueva (2012) ou l’analyse de Baider (2012) qui s’inscrivent dans des cadres théoriques cognitifs différents.

17 “Brûler et s’enflammer”.

18 “Devenir feu et manie”.

19 “Devenir poudre à tirer/brûlot”.

20 “Son sang est monté à sa tête”.

21 “Son œil a brillé/s’est troublé”.

22 “Son œil s’est tourné à l’envers”.

23 “Ses jambes sont coupées”.

24 “Sa respiration s’est arrêtée”.

Auteur

Université de Poitiers – FoReLL (EA 3816)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540