Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

I. Combinatoire lexicale

Stéréotypes des émotions intenses : diverses langues, diversité des images linguistiques ?

Stereotypes of intense emotions: do we have a different linguistic picture according to the language spoken?

Ewa Pilecka

Résumé

Dans le présent article, nous nous proposons d’examiner l’image linguistique des ‘émotions intenses’ en français et en polonais à travers la construction verbo-nominale V Prép N. L’intensité des émotions (N) est censée être en corrélation avec l’intensité de leurs manifestations observables (V), dont le choix dans les deux langues n’est pas toujours identique. L’examen des différences et des points communs nous permettra de voir dans quelle mesure les langues appartenant à deux familles différentes partagent la même conceptualisation des émotions.

The aim of the present article is to point out the similarities and the differences between the linguistic picture of emotions in French and in Polish, especially when they are expressed by the syntactic structure (V Prep N). Indeed, this structure allows intensifying an emotion expressed with using the pattern (noun + verb), denoting their visible and apparent manifestations.

Texte intégral

1Dans le présent article, nous nous proposons d’examiner l’image linguistique des émotions intenses en français et en polonais à travers la construction verbo-nominale V Prép N. L’intensité des émotions (N) est censée être en corrélation avec l’intensité de leurs manifestations observables (V), dont le choix dans les deux langues n’est pas toujours identique. L’examen des différences et des points communs nous permettra de voir dans quelle mesure les langues appartenant à deux familles différentes partagent la même conceptualisation des émotions.

  • 1 Voir aussi le chapitre premier d’Alain Polguère dans ce volume discutant ces notions.
  • 2 C’est nous qui soulignons.

2“État psychologique”, “état affectif”, “affect”, “émotion”, “sentiment”, etc. – voici quelques noms utilisés par les linguistes pour définir la même réalité1, celle des ‘expériences internes’ de l’être humain, accessibles à un observateur extérieur de manière indirecte, soit à travers la description qu’en donne l’expérienceur (je suis triste, je vous aime, j’éprouve de la nostalgie…), soit à travers leurs symptômes physiologiques et/ou comportementaux. Nous avons choisi comme hyperonyme de la classe des noms ci-étudiés le terme le plus courant, celui d’émotion, qui, selon la définition du TLFi, serait une « conduite réactive, réflexe, involontaire vécue simultanément au niveau du corps d’une manière plus ou moins violente et affectivement sur le mode du plaisir ou de la douleur »2. Les tentatives de dresser une liste exhaustive de ses hyponymes (Badyńska-Lipowczan, 1999 ; Mathieu, 2000 ; Pilecka, 2010) montrent que les frontières de cette classe sont assez perméables : à côté des substantifs qui sont des noms d’émotion par excellence (comme colère, tristesse, joie…), on trouve des entités moins prototypiques, que parfois seul le contexte permet d’intégrer à la liste. Notre corpus (cf. l’annexe) comporte cent trente-six noms d’émotions et assimilés qui ont été sélectionnés à partir des corpus de Leeman (1991), Badyńska-Lipowczan (1999) et Mathieu (2000) sur la base des propriétés suivantes :

  • ils se combinent avec les verbes supports ressentir ou éprouver (N0 ressent / éprouve de la / du N) ;

  • ils apparaissent en cooccurrence avec l’hyperonyme sentiment (un sentiment de N) ;

  • ils peuvent figurer dans au moins deux collocations de forme V de N où V est un ‘verbe intensifieur’ (cf. 1 ci-dessous).

  • 3 Pour plus de détails sur les limites du corpus, sur les procédures de la constitution de la liste d (...)

3La vérification de cette dernière propriété nous a permis de repérer dans le corpus des textes du Web francophone3 quelques noms absents des trois corpus de départ.

4L’intensité variable des émotions peut être exprimée soit de manière synthétique (cf. les séries des noms d’émotions graduables [Mathieu, 2000] : angoisse < peur < frayeur… ; sympathie < amour < adoration…), soit de manière analytique, en employant divers intensifieurs adverbiaux (ex. avoir un peu peur < avoir très peur < avoir très très peur), adjectivaux (une tristesse profonde, immense, indescriptible…) ou verbaux (hurler de rage, trembler de peur, rougir de timidité…). Nous nous intéresserons plus particulièrement à ce dernier type de constructions, parce qu’elles véhiculent l’image stéréotypée des émotions intenses liées de manière privilégiée à telle ou telle réaction physiologique ou comportementale.

1. Les ‘verbes intensifieurs’ en français

  • 4 Prédicat nominal d’émotion.
  • 5 Qui véhicule l’information grammaticale (la personne, le nombre, le temps…) absente du prédicat nom (...)

5Formellement, le syntagme prépositionnel de N occupe dans la collocation V de N la place d’un complément circonstanciel de cause ; cependant, la grammaticalisation de cette structure a pour résultat de le promouvoir au rôle du prédicat central4, tandis que le verbe y est réduit à la fonction de support5 sémantiquement enrichi, qui apporte l’information sur le caractère intense de l’émotion vécue. L’intensité de la cause est alors systématiquement inférée de l’intensité de sa conséquence. En effet, il existe un certain seuil de réactivité, au-dessus duquel l’expérienceur aura tendance à manifester son émotion (de manière volontaire) ou n’arrivera pas à la cacher. Ceci dépend de plusieurs facteurs tels que les caractéristiques de l’individu, la force du stimulus, la situation, la norme sociale, etc. Une fois ce seuil franchi, le rapport entre l’intensité d’une émotion et la force de ses manifestations suit la règle générale, selon laquelle plus l’émotion est intense, plus sa manifestation l’est aussi. Les collocations du type V de N qui associent à un nom d’émotion un verbe renvoyant à une de ses manifestations permettent d’examiner l’image stéréotypée de l’émotion ; la langue fixe ainsi la double facette des émotions évoquée dans la définition du TLFi infra, c’est-à-dire leur aspect à la fois psychologique et physiologique.

  • 6 Les dictionnaires ne rendent pas compte de la diversité réellement observée en corpus (Pilecka, 200 (...)

6La réaction peut être plus ou moins spontanée (ex. la modification de la couleur de la peau sous l’effet de la colère vs applaudissements sous l’effet de l’enthousiasme), et plus ou moins contrôlable (par exemple le toussotement vs la sudation). Les réactions spontanées devraient, a priori, être communes à tous les humains : comme l’expérience des émotions est universelle (cf. par exemple Ekman & Friesen, 1969, 1971 ; Ekman, Sorenson & Friesen, 1969), on pourrait s’attendre à ce que leur expression le soit aussi. Or, comme le notent les psychologues (entre autres, Ekman et al., 1987 ; Matsumoto & Ekman, 1989 ; Markus & Kitayama, 1991 ; Uchida et al., 2009), chez les sujets provenant de différentes cultures on observe d’importantes divergences au niveau de l’expression tant verbale que non verbale des émotions. Elles peuvent être intensifiées, atténuées, neutralisées ou masquées et remplacées par l’expression d’une autre émotion en fonction des normes sociales et culturelles. C’est que la capacité à gérer l’expression émotionnelle est fortement influencée par la socialisation, d’abord en famille, ensuite en société, compte tenu des valeurs qui y dominent. La dimension socio-culturelle s’ajoute ainsi à l’aspect biologique de la théorie darwinienne. Par conséquent, différentes langues peuvent conceptualiser et exprimer les émotions de manière non identique (comme on peut le voir, entre autres, chez Wierzbicka, 1999 ; Kövecses, 1999 ; Sharifian et al., 2008). L’association entre les émotions et leurs manifestations est non univoque, car un affect peut se manifester à travers plusieurs symptômes, et inversement une même manifestation peut correspondre à des émotions différentes. Ce constat vaut aussi bien pour la réalité que pour la langue. En effet, il est de règle de trouver plusieurs collocatifs verbaux intensifiant une même émotion et plusieurs noms d’émotion apparaissant avec le même verbe intensifieur6, par exemple :

  • le substantif rage apparaît (dans l’ordre décroissant de fréquence) avec les verbes : pleurer > 500, hurler > 500, bouillir 174, exploser 147, (s’)étrangler 125, crever 112, baver 110, (s’)étouffer 106, écumer, 102 crier 98, pâlir 94, mourir 77, trépigner 76, bondir 71, éclater 52, frémir 49, verdir 47, chialer 39, fulminer 38, vomir 32, rougir 29, rugir 26, bouillonner 24, piétiner 24, blêmir 21, pester 18, suffoquer 15, sauter 14, fumer 11, brailler 9, éructer 8, feuler 6, sangloter 6, etc. (au total, 61 verbes différents entrant en collocation avec le nom rage).

  • le verbe hurler apparaît (dans l’ordre décroissant de fréquence) avec les noms : rage > 500, joie > 500, peur > 500, rire > 500, terreur 231, horreur 139, désespoir 120, effroi 89, indignation 79, frustration 46, dégoût 42, épouvante 38, frayeur 33, chagrin 28, jalousie 21, extase 17, surprise 16, trouille 14, fureur 13, honte 13, haine 11, tristesse 9, déception 7, ennui 7, étonnement 7, exaspération 6, excitation 6, mécontentement 6, satisfaction 4, solitude 4, etc. (au total, dans le corpus des textes du Web francophone nous avons trouvé 53 noms différents entrant en collocation avec hurler).

7L’ensemble des verbes intensifieurs (plus de 200 items) se laisse répartir en treize sous-classes (cf. Pilecka, 2011) ; nous donnons quelques exemples à l'appui :

  • modification de la couleur de la peau : pâlir, rougir, noircir…

  • sécrétions : baver, suer, vomir, pisser

  • mouvements : trembler, bondir, chavirer, tomber, se tordre, reculer, applaudir, piaffer

  • immobilité : se figer, se raidir

  • sommeil : s’endormir, roupiller

  • respiration : soupirer, bâiller, haleter, suffoquer

  • état pathologique, mort : s’évanouir, (se) languir, mourir, se suicider

  • expression du visage : grimacer, loucher

  • activité verbale et para-verbale : crier, geindre, chanter, siffler, rugir, beugler, glousser, barrir

  • bruits physiologiques : pleurer, toussoter, hoqueter, pouffer

  • température : bouillir, fumer, transir, (se) glacer

    • 7 Voir à ce propos le chapitre précédent de Katarzyna Kwapisz discutant la métaphore du contenant – c (...)

    métaphore du contenant7 : (se) gonfler, déborder, exploser

  • métaphore de la lumière : rayonner, irradier

8L’association des verbes intensifieurs au substantif intensifié repose sur le principe de relation métonymique, à savoir sur le principe de contiguïté, et réalise la substitution « l’effet pour la cause » : cause (N intensif = prédicat nominal) → effet (V intensifieur = prédicat verbal), par exemple : peur → tremblement, honte → rougeur de la peau, joie → pleurs. Plusieurs cas de figure se présentent ici : la métonymie pure (relation cause/effet, ex. rougir de colère, pâlir de peur), la métonymie accompagnée d’une hyperbole (où l’effet est exagéré, ex. pisser de rire, mourir d’ennui), la métonymie associée à la métaphore (la « métaphtonymie », selon la terminologie proposée par Goossens, 1990, ex. rayonner de bonheur, bouillir de colère).

  • 8 Voir à ce propos le NPR : « épiphénomène, caractère perceptible ou observable lié à un état ou à un (...)

9Dans le cas de la métonymie pure, le collocatif verbal renvoie à un symptôme8. La réaction à un stimulus interne donné peut être déclenchée de manière automatique, involontaire, ou constituer une réponse comportementale consciente de l’expérienceur (elle a, en général, un fondement physiologique, mais ce sont les conventions sociales qui la consacrent dans le rôle de symptôme culturellement marqués, cf. siffler, applaudir d’admiration, danser, chanter de joie, roter de satisfaction, etc.).

  • 9 Voir à propos des définitions des domaines source et cible le travail infra de M. Constantinou.
  • 10 Voir à ce propos l’article de F. Valetopoulos (dans ce volume) évoquant aussi la métaphore de la lu (...)

10La métaphore permet de rendre compte des expériences intérieures propres aux humains (domaine-cible de la métaphorisation) en termes de phénomènes physiques simples (domaine-source)9. Ainsi, les collocations de la série ‘métaphore du contenant’ (ex. se gonfler d’orgueil, déborder d’enthousiasme, exploser de colère) renvoient à l’image métaphorique du corps humain en tant que contenant (ouvert ou fermé) rempli de l’émotion-substance qui en déborde ou le fait éclater lorsqu’elle atteint un certain degré d’intensité. La métaphore de la lumière se trouve à la base des collocations comme : rayonner de bonheur, pétiller d’énergie, etc10. L’être humain y est assimilé à une source lumineuse, et le sentiment ou la qualité, à la lumière elle-même, qui a pour caractéristique d’être d’autant mieux observable qu’elle est intense.

11La métaphtonymie associe l’observation de la relation cause-conséquence entre certaines émotions et la température du corps humain à l’image métaphorique du corps humain en tant que substance inflammable, liquide bouillant ou corps solide fondant sous l’effet d’une température élevée (ex. brûler d’amour, bouillir de colère, fondre de tendresse).

12Les mécanismes linguistico-cognitifs ci-dessus peuvent s’accompagner de l’hyperbolisation. L’intensité de la cause y est exprimée à travers une manifestation extrême, rarement (sinon jamais) observable en réalité ; c’est justement ce qui lui confère son expressivité. On a affaire à un continuum qui va de l’exagération pure et simple (lorsqu’on dit rougir de honte, même si en effet la couleur de la peau ne change pas) jusqu’à l’adynation (hyperbole « inconcevable », lorsqu’on affirme par ex. être mort de rire).

2. Les verbes intensifieurs en polonais

  • 11 Les résultats provenant des deux corpus ne sont pas directement comparables, comme c’est toujours l (...)

13Les données concernant le polonais proviennent d’une recherche sur corpus menée avec Google du 10/05 au 10/06/2011, analogue du point de vue méthodologique à celle effectuée auparavant pour le français, mais numériquement moins importante ; c’est la raison pour laquelle les estimations d’ordre quantitatif ne sont qu’approximatives11. Cependant, cette étude préliminaire permet de constater aussi bien des ressemblances frappantes qu’un certain nombre de divergences.

2.1. Les ressemblances…

14La première constatation : dans les deux langues, l’intensification se fait à travers la structure syntaxique V Prép N (V de N en français, V z NGén en polonais). La valeur causale de la préposition y est manifeste : le syntagme prépositionnel désigne primairement la ‘cause interne’ de l’action / de l’état exprimé par le verbe. L’usage discursif en fait cependant l’élément central (fonction de prédicat primaire), tandis que le verbe devient le prédicat secondaire exprimant l’intensité de l’émotion. La base cognitive en est l’observation de la corrélation entre l’intensité d’une émotion et celle de sa/ses manifestation(s).

15Les mécanismes linguistico-cognitifs qui sous-tendent l’association entre les noms d’émotions et leurs collocatifs intensifiants sont les mêmes que ceux observés pour le français, à savoir : la métonymie, la métaphore et la métaphtonymie, accompagnées souvent de l’hyperbole.

16Les verbes polonais à fonction d’intensifieur se laissent classer de la même manière que les verbes français et toutes les sous-classes sémantiques énumérées ci-dessus sont représentées, en voici des exemples :

  • couleur de la peau : blednąć, czerwienieć, sinieć

  • sécrétions : ślinić się, pocić się, sikać

  • mouvements : drżeć, dygotać, skakać, podskoczyć, padać, skręcać się, klaskać, cofnąć się, tańczyc

  • immobilité : skamienieć, zesztywnieć

  • sommeil : ziewać, zasypiać, chrapać

  • respiration : wzdychać, oddychac, dyszeć, dusić się

  • état pathologique, mort : zemdleć, umierać, zabić się

  • expression du visage : krzywić się, marszczyć się

  • activité verbale et para-verbale : krzyczeć, jęczeć, piszczeć, śpiewać, pogwizdywać, ryczeć, kwiczeć, rżeć

  • bruits physiologiques : płakać, pokasływać

  • température : zagotować się, płonąć, zlodowacieć

  • métaphore du contenant : nadąć się, pękać, wybuchać

  • métaphore de la lumière : promienieć, jaśnieć

2.2. … et les différences

17Si les ressemblances se situent au niveau ‘macro’ (celui des mécanismes cognitifs et linguistiques généraux), les différences se manifestent ponctuellement sur le plan morphosyntaxique, sémantique et conceptuel.

18Les deux langues n’expriment pas toujours les mêmes prédicats profonds avec les mêmes moyens morphosyntaxiques. Ainsi, un verbe intransitif peut avoir dans l’autre langue un correspondant de forme différente (ex. se défenestrer / wyskakiwać przez okno ; zwariować, oszaleć, sfiksować / devenir fou, dingue). Cependant, ces différences de surface ne bloquent que rarement la possibilité d’établir une équivalence entre un intensifieur ‘synthétique’ et un autre ‘analytique’.

19Sur le plan sémantique, les différences dans le découpage de la réalité peuvent avoir pour conséquence des différences au niveau lexical. C’est pourquoi bleuir “devenir bleu” (par ex. de peur, de rage) doit être rendu par sinieć (ze strachu, ze złości) ; le verbe sinieć est dérivé de l’adjectif siny qui désigne une nuance particulière de la couleur bleue (siny “bleu violacé, parfois avec une nuance grisâtre” niebieski “bleu”).

20La traduction littérale d’un verbe français ne donne pas toujours un intensifieur acceptable en polonais, par ex., le verbe mugir – qui désigne la voix des bovidés – aurait comme équivalent muczeć, mais la collocation intensive mugir de colère, de rage ne peut pas être rendue par *muczeć ze złości, z wściekłości ; on doit chercher un synonyme de mugir qui puisse s’employer aussi en parlant des humains.

21Le choix entre deux synonymes polonais paraît parfois tout à fait arbitraire ; c’est l’usage qui semble en décider, comme par ex. dans le cas de fondre = roztapiać się / rozpływać się (au sens propre), dont seulement rozpływać się fonctionne comme intensifieur des noms d’émotion (cf. rozpływać się z rozkoszy [de plaisir], szczęścia [de bonheur], etc.), tandis que les deux verbes peuvent intensifier le nom d’expérience physique chaleur (roztapiać się / rozpływać się z gorąca).

  • 12 Et inversement, en français étouffer d’orgueil et en polonais *(u)dusić się z dumy.

22On entre là dans le champ des idiosyncrasies qui excluent certaines associations et en autorisent d’autres sans raison apparente. On a donc, en polonais : rozpływać się z(e) szczęścia, radości, rozkoszy vs *przyjemności (champ sémantique commun : //PLAISIR//) ; zachwytu vs *podziwu (champ sémantique : //ADMIRATION//) ; *zazdrości / *chęci / *ochoty / *pragnienia / *pożądania / *łakomstwa (champ sémantique : //ENVIE//), tandis que tous les équivalents français de ces noms acceptent comme intensifieur le verbe fondre. En outre, en polonais on a rozpływać się z dumy, inacceptable en français (*fondre d’orgueil)12.

23Les collocations formellement équivalentes dans les deux langues peuvent également avoir une importance numérique bien différente. Dans le tableau ci-dessous nous mettons en parallèle les collocatifs intensifiants des substantifs jalousie et zazdrość appartenant à diverses sous-classes sémantiques ; il est intéressant de noter qu’à côté des lacunes manifestes, on y observe également des inégalités quant à la fréquence de tel ou tel intensifieur dans les deux langues. Le tableau ci-dessous permet de comparer les intensifieurs les plus fréquents du nom jalousie avec les intensifieurs de son correspondant polonais zazdrość.

Tableau 1. Collocatifs intensifiants des substantifs jalousie et zazdrość

Classe sémantique

Jalousie

Zazdrość

état pathologique, mort 

mourir

> 97e

chorować (« être malade »)

> 50e

crever

(se) pâmer

> 90e

(o)szaleć (« devenir/être fou »)

> 97e

(s’)étouffer

> 75e

wariować (« être fou »)

> 50e

(se) sécher

> 75e

umierać (« mourir »)

> 97e

vomir

> 75e

-

sécrétions

baver

saliver

> 90 e

ślinić się (« saliver »)

> 50e

pleurer

> 75 e

płakać (« pleurer »)

> 75 e

métaphore du contenant

pękać (« éclater »)

> 97e

skręcać się (« se tordre »)

> 75e

puchnąć (« gonfler »)

> 50e

métaphtonymie (substance + température)

bouillir

> 75e

kipieć (« bouillir, déborder »)

> 90e

spalać się (« brûler »)

> 50e

24Dans le tableau ci-dessous, nous présentons les données numériques relevées lors de l’étude détaillée de la classe des « verbes de couleur » ; là encore, on observe des inégalités de fréquence ainsi que des lacunes manifestes.

Tableau 2. Collocations avec les « verbes de couleur »

  • 13 Aucune occurrence de la collocation intensive « biele z zazdrości » avec un sujet humain ; en rev (...)

Jalousie

Zazdrość

pâlir

246

blednąć

31

verdir

102

zielenieć (« verdir »)

206

blêmir

52

-

jaunir

11

żółknąć (« jaunir »)

36

blanchir

6

13

bleuir

5

sinieć (≈ « bleuir »)

14

czerwienieć (« rougir »)

14

25En français, tous les intensifieurs dénotent la coloration « froide » de la peau, due à la vasoconstriction associée à l’émotion vécue, tandis qu’en polonais il n’est pas exclu de rougir de jalousie.

Conclusion

26L’examen des collocations intensives comportant des noms d’émotions en français et en polonais permet de constater que l’image linguistique des émotions intenses dans les deux langues offre plus de ressemblances que de différences. Les ressemblances apparaissent au niveau « macro » : les mécanismes cognitifs qui sous-tendent l’association entre les collocatifs dans la construction intensifiante V de N sont les mêmes pour les deux langues, les verbes intensifieurs appartiennent aux mêmes sous-classes sémantiques. Les différences apparaissent au niveau « micro », c’est-à-dire lorsqu’il s’agit d’associer tel nom d’émotion à tel verbe intensifieur. Un inventaire exhaustif des collocations équivalentes (et non équivalentes) dans les deux langues permettrait sans doute de mieux expliquer les mécanismes qui sous-tendent les (ir)régularités observées ; étant donné l’importance numérique du paradigme étudié, une telle entreprise pourrait faire objet d’une recherche collective bien utile à la lexicographie comparative.

Bibliographie

Badyńska-Lipowczan, B., 1999, Analisi semantico-sintattica dei predicati psicologici in francese e in italiano, thèse de doctorat (dactylographiée), Katowice.

Ekman, P., Friesen, W. V., 1969, « The repertoire of nonverbal behavior: Categories, origins, usage and coding », Semiotica I, p. 49-98.

Ekman, P., Friesen, W. V., 1971, « Constants across cultures in the face of emotions », Journal of Personality and Social Psychology 17, p. 124-129.

Ekman, P., Friesen, W. V., O’Sullivan, M., Chan, A., Diacoyani-Tarlatzis, I., Heider, K. et al., 1987, « Universals and cultural differences in the judgments of facial expression of emotion », Journal of Personality and Social Psychology 53, p. 712-717.

Ekman, P., Sorenson, E. R., Friesen, W.V., 1969, « Pan-cultural elements in facial displays of emotions », Science 164, p. 86-88.

Goossens, L., 1990, « Metaphtonymy: the interaction of metaphor et metonymy in expression for linguistic action », Cognitive Linguistics 1 (3), p. 323-340.

Grossmann, F., Tutin, A., 2005, « Présentation », Lidil 32, Les noms et adjectifs d’émotion, p. 1-15.

Kövecses, Z., 1999, Metaphor and Emotion: Language, Culture and Body in Human Feeling, Cambridge, CUP.

Leeman, D., 1991, « Hurler de rage, rayonner de bonheur : remarques sur une construction en de », Langue française 91, p. 80-101.

Markus H. R., Kitayama S., 1991, « Culture and the Self: Implications for Cognition, Emotion, and Motivation », Psychological Review 98 (2), p. 224-253.

Mathieu, Y. Y., 2000, Les verbes de sentiment. De l’analyse linguistique au traitement automatique, Paris, CNRS Éditions.

Matsumoto D., Ekman, P., 1989, « American-Japanese cultural difference in intensity ratings of facial expressions of emotion », Motivation and Emotion 13, p. 143-157.

Pilecka, E., 2009a, « Verbes intensifieurs et leur description lexicographique », in Bogacki, K., Cholewa, J., Rozumko, M. (éds), Methods of Lexical Analysis: Theoretical Assumptions and Practical Applications, Białystok, Wyd. Uniwersytetu w Białymstoku, p. 297-308.

Pilecka, E., 2009b, « Sentiment, sensation, état… de N - relation hyperonyme/hyponyme dans les dictionnaires et dans l’usage (à partir du corpus de textes du Web francophone) », Acta Philologica 36, p. 216-228.

Pilecka, E., 2009c, « Verbes intensifieurs : une recherche qualitative et quantitative à partir du Web francophone », Actes des 6e Journées de Linguistique de Corpus, univ-ubs.fr/corpus/jlc6.html (page consultée le 10 mai 2011).

Pilecka, E., 2010, Verbes intensifieurs et leur fonctionnement en français contemporain, Łask, Oficyna Wydawnicza Leksem.

Pilecka, E., 2011, « Les verbes connotant des affects intenses », in Krzyżanowska A., Jakubczuk R. (éds), Parler des émotions, Lublin, Wyd. UMCS, p. 91-101.

Plantin, Ch., Doury, M., Traverso, V., 2000, Les émotions dans les interactions, Lyon, PUL-ARCI.

Riegel, M., Pellat, J.-Ch., Rioul, R., 2009, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Sharifian, F., Dirven, R., Yu, N., Niemeyer, S., 2008, Culture, Body and Language: Conceptualizations of Internal Body Organs across Cultures and Languages, Berlin/New York, Mouton de Gruyter.

Uchida Y., Townsend S. S. M., Markus H. R., Bergsieker H. B., 2009, « Emotions as Within or Between People? Cultural Variation in Lay Theories of Emotion Expression », Personality and Social Psychology Bulletin 35 (11), p. 1427-1439.

Wierzbicka, A., 1999, Emotions across Languages and Cultures: Diversity and Universals, Cambridge, CUP.

Dictionnaires

Nouveau Petit Robert de la langue française 2008 PC/MAC, Paris, Le Robert (abréviation : NPR).

Trésor de la Langue Française en ligne : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm (abréviation : TLFi).

Annexes

Appendice : noms d’émotions et assimilables

admiration, adoration, affection, agacement, aise, allégresse, ambition, amertume, amour, amusement, angoisse, anxiété, appréhension, approbation, assurance, attendrissement, attente, autosatisfaction, avidité, béatitude, bêtise, bien-être, bienveillance, bonheur, chagrin, colère, compassion, concupiscence, confusion, contentement, convoitise, crainte, culpabilité, curiosité, déception, découragement, dédain, dégoût, délice, dépit, déplaisir, désapprobation, désespoir, désir, désolation, détresse, douleur, éblouissement, écœurement, effroi, embarras, émerveillement, émoi, émotion, énervement, ennui, enthousiasme, envie, épouvante, épuisement, espérance, espoir, étonnement, exaltation, exaspération, excitation, extase, fierté, frayeur, frustration, fureur, gaieté, gêne, gratitude, haine, hébétude, hilarité, hésitation, honte, horreur, humiliation, impatience, impuissance, incertitude, incompréhension, incrédulité, indignation, inquiétude, insouciance, irritation, ivresse, jalousie, joie, jouissance, jubilation, lassitude, malaise, malheur, mécontentement, mélancolie, mépris, nostalgie, orgueil, passion, peine, peur, pitié, plaisir, pudeur, puissance, rage, rancune, ravissement, reconnaissance, regret, remords, rire, satisfaction, solitude, souffrance, soulagement, stress, stupéfaction, stupeur, surprise, suspense, sympathie, tendresse, terreur, timidité, trac, triomphe, tristesse, trouille, vanité, volupté.

Notes

1 Voir aussi le chapitre premier d’Alain Polguère dans ce volume discutant ces notions.

2 C’est nous qui soulignons.

3 Pour plus de détails sur les limites du corpus, sur les procédures de la constitution de la liste des noms intensifiables et sur la recherche des collocations intensives, voir Pilecka (2009c) et Pilecka (2010 : 84-86, 99 et ss.).

4 Prédicat nominal d’émotion.

5 Qui véhicule l’information grammaticale (la personne, le nombre, le temps…) absente du prédicat nominal.

6 Les dictionnaires ne rendent pas compte de la diversité réellement observée en corpus (Pilecka, 2009a). Le nombre de collocations intensives de forme V de N attestées lors de notre recherche s’élève à plus de 2000 (recherche menée avec Google du 10/06 au 02/08/2008, constructions intransitives et pronominales de forme V de N ; Pilecka, 2009c, 2010).

7 Voir à ce propos le chapitre précédent de Katarzyna Kwapisz discutant la métaphore du contenant – conteneur en particulier, mais aussi les ressemblances et divergences entre langues-cultures.

8 Voir à ce propos le NPR : « épiphénomène, caractère perceptible ou observable lié à un état ou à une évolution (le plus souvent morbide) qu’il permet de déceler ; ce qui manifeste, révèle ou permet de prévoir un état, une évolution ».

9 Voir à propos des définitions des domaines source et cible le travail infra de M. Constantinou.

10 Voir à ce propos l’article de F. Valetopoulos (dans ce volume) évoquant aussi la métaphore de la lumière pour la joie.

11 Les résultats provenant des deux corpus ne sont pas directement comparables, comme c’est toujours le cas pour deux corpus de taille inégale (le nombre de textes en langue française présents dans le Web est supérieur à celui des textes en polonais). On peut cependant comparer la fréquence relative des intensifieurs dans chacun des corpus pris séparément. Pour des raisons que nous expliquons dans Pilecka (2010 : 112), nous exprimons la fréquence relative en centiles et non pas en pourcents ; cette mesure se prête notamment mieux à la comparaison des données numériques concernant des classes ou corpus ouverts.

12 Et inversement, en français étouffer d’orgueil et en polonais *(u)dusić się z dumy.

13 Aucune occurrence de la collocation intensive « biele z zazdrości » avec un sujet humain ; en revanche, on peut signaler un grand nombre d’occurrences de cette collocation avec le nom « œil » (oko bieleje z zazdrości).

Auteur

Université de Varsovie

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540