Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

I. Combinatoire lexicale

Interactions entre profil discursif et structures actancielles : l’exemple des noms de surprise et de respect

Discursive Profile and Argument Structure: the case of the semantic fields of ‘surprise and ‘respect

Iva Novakova, Francis Grossmann et Vannina Goossens

Résumé

L’étude – effectuée dans le cadre du projet ANR-09-FASHS-017 – se donne pour but d’explorer, dans un grand corpus (Frantext, 30 mln de mots), les relations entre les structures actancielles des noms et leur profil discursif dans une perspective fonctionnelle. Les noms choisis appartiennent à deux champs sémantiques distincts, celui des noms de surprise (affects causés) et celui des noms de respect (affects interpersonnels). On définit le profil discursif comme l’impact de la saturation ou non de la valence syntaxique et sémantique des noms sur la façon de structurer et de hiérarchiser l’information à l’intérieur de l’énoncé. L’hypothèse principale est que la réalisation en surface de la structure actancielle résulte, au moins en partie, des visées discursives du locuteur. De fait, les configurations actancielles variées des noms – économie par omission ou fusion actancielles ou réalisation partielle ou complète des actants – correspondent à différentes hiérarchisations (centrages discursifs) au sein de la structure informationnelle de l’énoncé.

This paper proposes a functional approach for the analysis of the interactions between argument structures of the nouns of emotions and their discourse profile. The nouns belong to the semantic fields of surprise (a caused emotion) and respect (an interpersonal emotion). The corpus is composed of 420 texts from the database Frantext (1950-2007), approximately 30 M. of words. The discourse profile is defined as the impact of the variable syntactic and semantic valence of the nouns on discourse organization of the utterance. Our main hypothesis is that the surface realization of the nominal argument structure depends on the speaker’s choice and also on the type of emotion (caused or interpersonal). Our results confirm that the various argument configurations: economy by omission or fusion, partial or complete realization of the arguments correspond to different discourse strategies and hierarchizations within the informational structure of the utterance.

Note de l’auteur

Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet ANR/DFG EMOLEX ANR-09-FASHS-017 http://www.emolex.eu. Sur les interactions entre profil discursif et structures actancielles des verbes de surprise et de respect, cf. Novakova et al. (à paraître).

Texte intégral

  • 2 Il s’agit surtout de noms déverbaux ou sémantiquement apparentés (admiration, décision, départ).
  • 3 Pour une présentation détaillée des différentes approches et modèles théoriques concernant les nomi (...)

1Il est désormais admis que les aptitudes combinatoires de certains noms se décrivent, comme celles des verbes, au moyen de schémas valenciels2 (Riegel et al., 1994 : 124). Les structures actancielles3 des noms sont abordées en particulier dans le cadre du Lexique-Grammaire, qui considère que les noms prédicatifs ont le même schéma d’arguments que les verbes dont ils sont morphologiquement dérivés (Gross, 1981). Ils « héritent » en quelque sorte de la structure actancielle de ces verbes.

2Le principal objectif de ce travail est d’étudier les interactions entre les structures actancielles et les profils discursifs des noms de deux champs lexicaux des émotions : surprise et respect. Il n’existe pas, à notre connaissance, d’études fonctionnelles systématiques des noms d’affect fondées sur de vastes corpus, qui prennent en compte à la fois les trois niveaux d’analyse : syntaxique, sémantique et discursif. Nous nous situons donc dans le cadre d’une approche fonctionnelle qui a l’avantage de lier la grammaire (syntaxe et ordre des mots) aux traits inhérents et contextuels des noms et des verbes, ainsi qu’à l’organisation discursive de l’énoncé (Manoliu-Manea, 2000 : 108).

3Après une présentation de nos choix théoriques et méthodologiques (section 1), nous étudions de manière systématique les interactions entre les structures actancielles et les profils discursifs des noms de surprise et de respect (section 2) et présentons les principaux résultats issus de cette comparaison.

1. Cadre théorique, méthodologie, corpus

4Nous fondant sur les postulats de la Role and Reference Grammar (RRG) de Van Valin et LaPolla (1997), nous distinguons pour les noms :

  • la valence syntaxique (Valsy), à savoir les actants syntaxiques (Asy) régis par le nom, réalisés en surface et comptés dans la construction nominale ;

    • 4 Van Valin et LaPolla (1997 : 55) analysent les expansions des SN déverbaux comme des arguments du n (...)

    la valence sémantique (Val), à savoir les actants sémantiques (A) ayant des rôles clés comme l’expérienceur, l’objet ou la cause de l’affect. Les A peuvent correspondre aussi bien aux compléments déterminatifs, régis par le nom (A) (le respect des vieux maîtres), qu’aux compléments explicatifs qui fonctionnent comme des « ajouts » ou des modifieurs du SN (sa surprise en apprenant/quand elle apprit l’infidélité de Jean). Ces derniers n’ont pas le statut d’Asy4.

5À l’étude du profil actanciel (syntaxique et sémantique) s’ajoute l’étude du profil discursif des noms que nous définissons comme l’impact de la saturation ou non de la Valsy et de la Valsur la façon de structurer ou de hiérarchiser l’information à l’intérieur de l’énoncé.

  • 5 Pour plus de détails sur les définitions de la combinatoire lexicale et syntaxique, cf. Novakova & (...)
  • 6 Les travaux sur les noms à visée typologique, comme ceux d’Anscombre (1995), de Flaux et Van de Vel (...)

6Nous faisons l’hypothèse que le choix des structures actancielles nominales réalisées (Asy et A) dépend des visées discursives du locuteur. D’un point de vue méthodologique, nous envisageons séparément le niveau sémantique et le niveau syntaxique tout en considérant leur organisation comme motivée, sur le plan de la surface discursive, par le niveau pragmatique et énonciatif. Nous élargissons donc l’étude de la combinatoire lexicale à l’étude systématique des structures actancielles (combinatoire syntaxique)5, ce qui nous permet d’atteindre le niveau discursif6. Pour étudier ce dernier, il est indispensable de savoir, au préalable, si l’énoncé se fonde sur un système valenciel saturé, ou si un actant a été délibérément effacé.

  • 7 Nos étiquettes de codage des actants sont inspirées de Mel’čuk et al. (1984-1999) mais notre approc (...)

7Dans ce travail, nous adoptons un système minimaliste de codage conventionnel des actants7, afin de ne pas multiplier les étiquettes :

Tableau 1. Codage des actants

Type d’actant

Codage

Asy

A1, A2, A3

A

X (expérienceur)

Y (objet)

Z (cause)

X/Y (fusion expérienceur/objet)

Z/Y (fusion cause/objet)

8Notre corpus est constitué de 420 textes issus de Frantext (prose 1950-2007), soit environ 30 millions de mots au total. Le tableau 2 indique le nombre d’occurrences dans ce corpus des noms d’affect étudiés dans les deux champs.

Tableau 2. Les noms sélectionnés pour l’étude

Mot

Nb d’occurrences

Totaux

surprise

1 331

2 403

étonnement

552

stupeur

390

stupéfaction

130

respect

1 129

2 705

estime

382

considération

1 194

9Les échantillons des deux champs sont équilibrés. Les noms ont été sélectionnés selon le critère de fréquence : un tri quantitatif préalable par fréquences absolues après désambiguïsation a été effectué, en éliminant les lexies ayant moins de 100 occurrences.

2. Structures actancielles et profils discursifs des noms de surprise et de respect

  • 8 Pour le classement des verbes psychologiques, cf. Ruwet (1994).
  • 9 Mel’čuk et al. (1984-1999) signalent aussi cette structure à trois actants pour les noms interperso (...)

10Les noms de surprise (N_surprise) renvoient à des émotions causées8 : leur structure actancielle prototypique inclut l’expérienceur X et la cause Z ayant provoqué l’affect : X éprouve de la surprise (de l’étonnement, de la stupeur) devant Z. Les N_respect renvoient, quant à eux, à des affects interpersonnels qui ont un expérienceur X et un objet (humain) de l’émotion Y : X a (éprouve) du respect (de l’estime, de la considération) pour Y. À cette configuration actancielle prototypique des N_respect peut venir s’ajouter un troisième A cause Z (le respect de X envers Y à cause de Z)9. Or, cette réalisation complète des trois Adans le cadre de la construction nominale est rarement observée, sinon absente dans le corpus.

11Les structures actancielles des noms peuvent cependant subir de nombreuses variations en fonction des visées discursives du locuteur, comme nous allons le voir infra. À la suite de l’analyse des données du corpus, nous distinguons des emplois avalents, monovalents et bivalents.

2.1. Les emplois avalents

12Dans ce type d’emplois, aucun actant (Asy ou A) n’apparaît dans la structure syntaxique nominale, et ce, pour les noms des deux champs. On pourrait cependant en trouver des traces dans leur environnement syntaxique plus large. Examinons d’abord les N_surprise :

(1) La France ne disait jamais : « non ! » aussi, dans les moments où je tenais tête aux exigences britanniques, voyais-je, jusqu’autour de moi, se manifester l’étonnement, le malaise, l’inquiétude. (Ch. de Gaulle)

(2) Dans les familles, c’était la stupeur […] (J. Lanzmann)

13En (1) l’expérienceur X est en dehors du SN l’étonnement ; on pourrait en détecter les traces dans le SNprép jusqu’autour de moi qui est un circonstant du verbe se manifester. En (2), il est exprimé dans le complément de phrase Dans les familles. Dans les deux cas, le deuxième A, cause Z de l’émotion, n’est pas non plus exprimé dans l’entourage immédiat du nom : on le retrouve, par exemple en (1), au tout début de la phrase (La France ne disait jamais : « non ! »). Les N_respect peuvent, eux aussi, avoir des emplois monovalents :

(3) […] cinq ou six élèves plus âgés que moi vinrent m’entourer, avec beaucoup de considération. (R. Gary)

(4) […] ils n’ont pas ce minimum de respect humain […] (J. Gracq)

14Comme pour les N_surprise, les Asont identifiables dans le co-texte, en dehors du SN. En (3), l’expérienceur (X) est sujet de la phrase, l’objet de la considération (Y) correspond au pronom moi et au c.o.d. (m’) du verbe entourer. En (4), l’affect apparaît à l’état ‘pur’, dépouillé de ses actants.

  • 10 Sur la notion de “centrage discursif”, cf. Blumenthal (2006) et Fesenmeier (2010).

15En bref, dans les emplois avalents, le profil discursif favorise la mise en relief de l’émotion ‘à l’état pur’, en privant le nom de ses satellites actanciels. Le centrage discursif10 se fait donc sur l’affect lui-même.

2.2. Les emplois monovalents

Trois cas de figure sont à distinguer dans le cadre des emplois monovalents : l’Asy réalisé correspond à l’expérienceur X, à la cause Z ou à l’objet de l’affect Y.

  • 11 Cf. aussi à ce sujet Royauté (2010 : 147) ou Mel’čuk et al. (1984-1999) qui considèrent le détermin (...)

L’Asy réalisé est l’expérienceur : pour les N_surprise, le seul Asy, qui correspond à l’expérienceur X, est réalisé sous forme de complément génitival (la surprise de Luc) ou de déterminant possessif (dét. poss.) (sa surprise). Nous considérons le dét. poss. comme la marque syntaxique de l’actant X, sa stupéfaction étant paraphrasable par la stupéfaction de Jean11 :

(5) Je revois la stupéfaction de cet ingénieur […] (M. Tournier)

(6) L’homme au col cassé dut s’apercevoir de sa stupéfaction […] (R. Fallet)

16D’un point de vue discursif, le centrage se fait sur l’expérienceur X, la cause étant absente de la distribution immédiate du nom. On retrouve ce même centrage discursif dans les constructions à verbes supports, où le seul Asy du nom prédicatif, sujet de la phrase, correspond à celui qui éprouve l’émotion :

(7) Alors le roi Nabuchodonosor fut dans la stupeur […] (M. Tournier) (= la stupeur du roi)

(8) […] les personnages distingués qui s’y pressaient éprouvèrent une grande stupéfaction […] (P. Rousseau) (= la stupéfaction des personnages)

17Il existe aussi des cas où les deux A sont réalisés (X et Z) mais où seul X a le statut d’Asy. Le N_surprise est donc en emploi monovalent. En voici deux exemples :

(9) Il demeure à la portée du premier venu d’imaginer la surprise de père en reconnaissant sa propre fille sur la photographie. (R.-V. Pilhes)

(10) Je me souviens de sa stupéfaction quand il comprit que le conflit entre Hitler et Staline ne suffisait pas à nous rejeter […] (J. d’Ormesson)

18Le statut syntaxique de l’A cause (Z) est celui d’un modifieur ou d’un complément explicatif (descriptif), non régi par le nom, réalisé sous la forme de participe présent (en 9) ou de subordonnée circonstancielle (SCC) quand P (en 10). Il n’a donc pas le statut d’Asy, tel que défini dans la section 1. Son effacement ne modifie pas la valeur référentielle du SN car on supprime dans ce cas des informations accessoires. La structure sémantique est complète (X + Z), mais seul l’expérienceur X, réalisé sous la forme de dét. poss. (sa stupéfaction) ou de SN génitival (la surprise de père), a le statut d’Asy. Le nom est donc ici syntaxiquement monovalent, les deux niveaux, syntaxique et sémantique, étant non isomorphes. La réalisation des deux A (X et Z) dans ces SN ne signifie pas pour autant qu’ils ont le même statut discursif. Le centrage discursif se fait sur l’expérienceur, tandis que la cause a un rôle discursif secondaire en tant que modifieur explicatif du SN. Il y a donc, dans ces cas, structuration et hiérarchisation de l’information en fonction du statut syntaxique des actants et donc interaction étroite entre niveau syntaxique et niveau discursif de l’énoncé.

19La configuration monovalente existe aussi pour les N_respect. L’A X est exprimé, comme pour les N_surprise, sous la forme d’un dét. poss. ou d’un complément déterminatif :

(11) […] mon respect m’interdisait de la juger. (S. de Beauvoir)

(12) […] il y trouva le soulagement de l’amitié, l’estime de ceux qui, à l’époque, réinventaient la peinture espagnole […] (H. Bianciotti)

20Un cas particulier, pour les N_respect, concerne les constructions dans lesquelles on trouve un adjectif relationnel comme général ou réciproque, impliquant X (respect, considération générale de tout le monde) ou X/Y (respect, estime réciproque = des uns et des autres) :

(13) La trilogie ingestion-digestion-défécation rythmait sa vie, et ces trois opérations étaient entourées du respect général. (M. Tournier)

(14) Les deux hommes font connaissance, affichent une estime réciproque et vont tenter ensemble un vertueux coup de main. (J.-P. Sartre)

21Bien que simple modifieur, l’adjectif peut être assimilé ici à un Asy puisqu’il joue exactement le même rôle qu’un complément déterminatif (le respect général de tous). Il s’agit d’une structure économique car elle permet de conserver la richesse actancielle sémantique à peu de frais syntaxiques : les deux Asé, (l’expérienceur X et l’objet Y) fusionnent dans l’adjectif réciproque (le respect des uns envers les autres, l’estime de l’un pour l’autre), évitant ainsi leur expression simultanée. Sur le plan discursif, les deux Asé sont présents de manière sous-jacente, sans forcément être hiérarchisés. Le locuteur fait le choix de ne pas les nommer.

22Lorsque l’Asy réalisé est la cause, pour les N_surprise, il peut apparaître sous forme de SN prép (avec l’alternance des prépositions de et devant) ou Vinf. On trouve dans le corpus de nombreux exemples avec ce type d’expansions :

(15) Malgré la surprise de cette rencontre, Marie-Anne et son mari avaient affecté de poursuivre leur chemin sans s’émouvoir, la noce les suivant. (M. de Grèce)

(16) Pour la première fois, je voyais sur les traits de Patricia la surprise épouvantée devant le destin en marche. (J. Kessel)

(17) Mais l’étonnement de la revoir avait déjà l’élan troublant d’une émotion […] (S. Germain)

23L’Asy a la fonction de complément déterminatif du nom. Il crée un rapport qui « restreint l’extension du nom » (Riegel et al., 1994 : 179). Ici, c’est l’expérienceur X qui est évincé au profit de la cause Z de l’émotion. Pour reprendre l’expression de Blanche-Benveniste (2000 : 312), l’expérienceur a « une présence diffuse dans le contexte », il ne fait pas partie de la structure syntaxique interne du SN_surprise : en (15), X correspond au sujet de la phrase (Marie-Anne et son mari) ; en (16), il apparaît sous forme de complément locatif du verbe sur les traits de Patricia.

  • 12 Sur le terme de « passifs nominaux », à distinguer des « passifs verbaux », cf. entre autres Kupfer (...)

24L’A cause peut être également réalisé sous forme de passif nominal12, comme en (18) ou comme sujet syntaxique dans les phrases à Vsupp, comme en (19) :

(18) Le silence […] fut dû à la stupéfaction suscitée par les étrangères […] (H. Bianciotti)

(19) […] ces travailleurs ne provoquent plus le moindre étonnement dans le quartier. (H. Bazin)

25Le participe passé passif, expansion du nom, a le statut syntaxique de complément déterminatif ; il est paraphrasable par une relative déterminative (la stupéfaction suscitée par les étrangères = qui a été suscitée par les étrangères) ; il est donc Asy. La transformation par suppression du Vsupp en (19) montre que le seul Asy du nom prédicatif d’émotion correspond à la cause de l’affect : l’étonnement provoqué par ces travailleurs. Pourtant, si l’on compare les deux procédés en (18) et en (19), on se rend compte que le centrage discursif n’est pas le même : la cause est davantage mise en relief en (19) grâce à la thématisation du sujet, et donc l’information sur cet actant est différemment distribuée et hiérarchisée dans les deux cas.

26L’A cause Z n’est pas requis par le système actanciel interpersonnel des N_respect comme nous l’avons dit supra : son expression est néanmoins possible, le plus souvent en fusion avec l’actant Y :

  • 13 Nous n’avons pas trouvé d’exemples de ce type dans le corpus, mais il en existe sur le Web.

(20) Notre rédaction gardera toujours un sentiment de respect pour son courage. (La Pensée Libre)13

(21) Le personnel communal veut de la considération pour son dévouement, et du respect pour son travail. (Blog)

27La fusion (Z/Y) se fait à travers le dét. poss. : le respect pour son courage ; la considération pour son dévouement. La fusion actancielle est un moyen plus économique, permettant d’éviter une « surcharge » actancielle au sein de la construction nominale du type la considération de X envers Y pour son dévouement (cf. note 9), ce qui la rendrait assez lourde sur le plan discursif.

28Dans tous les cas décrits dans cette section, il nous semble que l’on aboutit bien, en discours, à une mise en relief de la cause, du fait qu’elle incarne le seul actant du nom, que ce soit sous forme de SNprép, Vinf ou passif nominal pour les N_surprise ; ou sous forme de fusion avec Y (Z/Y) pour les N_respect, d’autant plus que l’actant cause n’est pas requis, et donc moins souvent réalisé, avec les noms de ce champ. L’expérienceur est absent de l’entourage immédiat des noms.

  • 14 On voit bien la polysémie de la préposition pour : en (22), pour les Anglais = envers, à l’égard de (...)

29Lorsque les N_respect sont construits avec un Asy exprimant l’objet Y, celui-ci est introduit par la préposition pour14, envers, ou encore à l’égard de :

(22) « La guerre sans haine » de Rommel n’allait pas sans une certaine estime pour les Anglais qui lui disputaient les étendues sablonneuses du désert. (Anonyme)

(23) […] l’imprésario commençait de promulguer la sentence, comme absous de toute considération à l’égard de celui qui était dans l’attente […] (H. Bianciotti)

30En (22), comme en (23), l’expérienceur est absent de la construction nominale. Le profil discursif des N_respect n’est donc pas saturé. Le centrage discursif se fait uniquement sur l’objet (Y), réalisé au sein du SN.

2.3. Les emplois bivalents

31Pour les N_surprise, l’Asy qui correspond à l’expérienceur X apparaît sous forme de dét. poss. ou de complément génitival, tandis que le deuxième Asy (= la cause Z) peut se réaliser sous forme de à/deVinf ou de de/devant SN :

(24) […] il se souvenait encore de sa stupeur à constater […] (J. Gracq)

(25) Simon imagina l’étonnement du capitaine devant une semblable excuse […] (Y. Gibeau)

  • 15 Royauté (2010 : 148-149) remarque, à propos des GN prédicatifs, que les prépositions qui leur sont (...)

32Comme le montre l’exemple (25), lorsque les deux actants sont présents ils ne peuvent être réalisés sous forme de deux SNprép, introduits par de… de. Mel’čuk et al. (1992 : 302) signalent également ce cas de figure : *la surprise de Paul des choses nouvelles. L’A cause Z est introduit soit par devant ou pourSN (la surprise de Paul devant les choses nouvelles), soit par un Vinf (la surprise de Paul de voir des choses nouvelles). Puisqu’il s’agit de noms déverbaux, le sujet du verbe devient complément génitival à la suite de la nominalisation, tandis que la cause est introduite par devant, la suite de… de étant impossible : Jean s’étonna de notre condition = l’étonnement de Jean *de/devant notre condition. Ces faits pourraient constituer un argument linguistique en faveur du statut de véritable Asy de devant + SN en fonction de complément du nom, plus intégré dans la structure nominale qu’un simple ajout ou modifieur explicatif15.

33Dans les emplois bivalents des N_respect, l’objet Y est introduit par différentes prépositions comme pour, envers, à l’égard de, tandis que de est réservée à l’expérienceur X, comme pour les N_surprise :

(26) Freud a deux précurseurs en ce qui concerne le « surmoi » : J. M. Baldwin, avec son « moi idéal », et surtout P. Bovet avec son analyse du respect de l’enfant à l’égard de ses parents […] (G. Gurvitch)

34Dans les constructions à Vsupp neutre et causatif, les N_surprise sont également bivalents, les deux A (expérienceur et cause) sont réalisés comme des Asy, puisque c’est le nom prédicatif qui distribue les actants (selon la théorie de M. Gross des verbes supports) :

(27) Elle éprouvait, je crois, quelque surprise devant cette familiarité (I. Monesi) (= la surprise de X (= elle) devant cette familiarité)

(28) […] l’écroulement de la France avait plongé le monde dans la stupeur (Ch. de Gaulle) (= la stupeur du monde devant l’écroulement de la France)

35Les N_respect apparaissent souvent dans des constructions à verbe support causatif du type Z inspire du respect, de l’estime à X, force l’estime de X :

(29) Il fait preuve d’une vigueur et d’un courage exemplaires qui forcent le respect du templier Gontran de Puech tout comme celui du roi Jacques. (J. Lanzmann)

(30) Ma première réplique leur inspirera le respect qui m’est dû. (H. Bazin)

36La transformation par suppression du Vsupp fait apparaître les deux Asy du nom prédicatif : le respect du templier envers sa vigueur (ex. 29), leur respect à l’égard de ma première réplique (ex. 30). Par ailleurs, les constructions à Vsupp permettent la réalisation complète des trois A pour les N_respect :

(31) […] elle força l’estime de ses adversaires mêmes par son travail et son courage. (J. d’Ormesson)

(32) Ce que je savais de ce général m’inspirait beaucoup d’estime pour lui. (Ch. de Gaulle)

37L’exemple (31) est paraphrasable par l’estime de ses adversaires (= X) pour elle (= Y) à cause de son travail et de son courage (= Z). En (32), on pourrait obtenir la paraphrase suivante, à la suite de la suppression du Vsupp : l’estime de X pour Y à cause de Z, où X est représenté par le pronom me (= à moi), Y par pour lui. L’A Z, quant à lui, correspond au sujet de la phrase : ce que je savais de ce général. Ce type de structure permet donc la réalisation des trois actants, sans alourdir la construction nominale, ce qui confère à l’énoncé toute sa complétude discursive.

Conclusion

38Nos résultats confirment la pertinence de nos choix fonctionnels qui permettent d’analyser les structures actancielles des noms d’affect sous un angle peu exploité dans les études existantes. Ils valident également notre hypothèse sur le lien entre la sélection de telle ou telle configuration actancielle (syntaxique et sémantique) en fonction des enjeux discursifs. Particulièrement intéressant apparaît le cas des noms avalents qui ont un rôle important au plan discursif. On peut dire que l’affect s’y exprime à l’« état pur » et que le centrage discursif se fait sur l’affect lui-même, qui est considéré comme contextuellement plus important que l’identification de celui qui l’éprouve ou le provoque. Cet emploi est productif dans les deux champs. La réalisation d’un seul Asy, qui correspond à des rôles sémantiques différents comme l’expérienceur X, l’objet Y ou la cause Z de l’affect, a pour incidence sa mise en valeur sur le plan discursif. Enfin, la principale différence sur le plan actanciel entre les N_surprise et les N_respect est due au type d’affect auquel ils renvoient : les N_surprise, en tant qu’affects causés, ont deux actants sémantiques, tandis que les N_respect, affects interpersonnels, peuvent en avoir trois. Or, la réalisation conjointe des trois A n’est attestée que dans les constructions à Vsupp neutre ou causatif, ce qui explique le fait que tendanciellement les N_respect ont davantage besoin de l’appui d’un Vsupp pour distribuer les actants que les N_surprise. Ce type de constructions permet donc une distribution complète des actants sans encombrer la construction nominale. Nous avons également identifié pour les N_respect un autre procédé qui évite la surcharge actancielle de ces noms potentiellement trivalents : il s’agit de la fusion actancielle Z/Y (l’estime de X pour son courage (Z/Y) et non l’estime de X envers Y à cause de son courage). Les configurations variées en fonction des profils actanciels spécifiques des noms ont donc un impact sur leurs profils discursifs : économie par omission ou fusion actancielles ou réalisation partielle ou complète des actants, qui correspondent à différentes hiérarchisations au sein de la structure informationnelle de l’énoncé.

Bibliographie

Anscombre, J.-C., 1995, « Morphologie et représentation événementielle : le cas des noms de sentiment et d’attitude », Langue française 105, p. 40-54.

Blanche-Benveniste, C., 2000, « Analyse de deux types de passifs dans les productions de français parlé », Études romanes 45 : Le passif, p. 303-319.

Blumenthal, P., 2006, Wortprofil im Französischen, Tübingen, Niemeyer.

Buvet, A., Girardin, Ch., Gross, G., Groud, C., 2005, « Les prédicats d’affects », Lidil 32, p. 123-143.

Fesenmeier, L., 2010, « “Se souvenir” en français et en italien : différence(s) de centrage », in Iliescu, M., Siller-Runggaldier, H., Danler, P. (éds), Actes du XXVe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes, Tübingen, Niemeyer, p. 85-96.

Flaux, N., Van de Velde, D., 2000, Les noms en français : esquisse de classement, Paris, Ophrys.

Goossens, V., 2005, « Les noms de sentiment : esquisse de typologie sémantique fondée sur les collocations verbales », Lidil 32, p. 103-121.

Gross, M., 1981, « Les bases empiriques de la notion de prédicat nominal », Langages 63, p. 7-53.

Kupferman, L., 2000, « Existe-t-il une catégorie du passif nominal ? », Études romanes 45 : Le passif, p. 213-226.

Manoliu-Manea, M., 2000, « Une hypothèse cognitive sur les formes latines en -r. À la recherche d’un invariant », Études romanes 45 : Le passif, p. 99-115.

Mel’čuk, I. avec Nadia Arbatchensky-Jumarie, Léo Elnitsky, Lidija Lordanskaja et Adèle Lessard ; réd. André Clas, 1984/1988/1992/1999, Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain. Recherches lexico-sémantiques, t. I-IV, Montréal, Presses universitaires de Montréal.

Mel’čuk, I., 2004a, « Actants in semantics and syntax I: actants in semantics », Linguistics 42 (1), p. 1-66.

Mel’čuk, I., 2004b, « Actants in semantics and syntax II: actants in syntax », Linguistics 42 (2), p. 247-291.

Novakova, I., Tutin, A. (éds), 2009, Le lexique des émotions, Grenoble, ELLUG.

Novakova, I., Goossens V., Grossmann F., à paraître, « Interactions entre profil discursif et structures actancielles : l’exemple des verbes de surprise et de respect », Langue française.

Riegel, M., Pellat, J.-C., Rioul, R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Royauté, J., 2010, « Éléments pour un lexique de la complémentation des nominalisations verbales », Langages 179-180, p. 143-173.

Ruwet, N., 1994, « Être ou ne pas être un verbe de sentiment », Langue française 103, p. 45-55.

Tutin, A., Novakova, I., Grossmann, F., Cavalla, C., 2006, « Esquisse de typologie des noms d’affect à partir de leurs propriétés combinatoires », Langue française 150, p. 32-49.

Van Valin, R., LaPolla, R., 1997, Syntax: Structure, Meaning, Function, Cambridge, CUP.

Notes

2 Il s’agit surtout de noms déverbaux ou sémantiquement apparentés (admiration, décision, départ).

3 Pour une présentation détaillée des différentes approches et modèles théoriques concernant les nominalisations verbales et la complémentation des GN prédicatifs, voir Royauté (2010 : 143-148).

4 Van Valin et LaPolla (1997 : 55) analysent les expansions des SN déverbaux comme des arguments du noyau nominal ou comme des expansions périphériques.

5 Pour plus de détails sur les définitions de la combinatoire lexicale et syntaxique, cf. Novakova & Tutin (éds) (2009).

6 Les travaux sur les noms à visée typologique, comme ceux d’Anscombre (1995), de Flaux et Van de Velde (2000), de Buvet et al. (2005), de Goossens (2005) ou de Tutin et al. (2006), mentionnent les structures actancielles des noms, sans pour autant proposer une analyse systématique de ces structures dans une perspective discursive.

7 Nos étiquettes de codage des actants sont inspirées de Mel’čuk et al. (1984-1999) mais notre approche, à la différence de la Théorie Sens-Texte (Mel’čuk, 2004a, 2004b), reste entièrement surfaciste.

8 Pour le classement des verbes psychologiques, cf. Ruwet (1994).

9 Mel’čuk et al. (1984-1999) signalent aussi cette structure à trois actants pour les noms interpersonnels comme par exemple l’admiration de Pierre envers Jacques pour son courage.

10 Sur la notion de “centrage discursif”, cf. Blumenthal (2006) et Fesenmeier (2010).

11 Cf. aussi à ce sujet Royauté (2010 : 147) ou Mel’čuk et al. (1984-1999) qui considèrent le déterminant possessif comme actant du nom (la venue de Luc, sa venue). C’est également l’analyse que proposent Van Valin et LaPolla (1997 : 189), qui traitent la relation possessive comme une relation prédicative.

12 Sur le terme de « passifs nominaux », à distinguer des « passifs verbaux », cf. entre autres Kupferman (2000).

13 Nous n’avons pas trouvé d’exemples de ce type dans le corpus, mais il en existe sur le Web.

14 On voit bien la polysémie de la préposition pour : en (22), pour les Anglais = envers, à l’égard de (Y), en revanche, en (20) pour son courage = à cause de (donc Z).

15 Royauté (2010 : 148-149) remarque, à propos des GN prédicatifs, que les prépositions qui leur sont attachées jouent un rôle particulier de marqueur argumental permettant de distinguer les arguments essentiels et les locatifs (circonstants). Or, l’auteur met en garde devant l’utilisation de la préposition comme seul critère pour l’identification des actants nominaux : « ce marquage, s’il se réduit aux seules prépositions et ne tient pas compte de la catégorie sémantique des actants, peut s’avérer ambigu ».

Auteurs

Université Stendhal, Grenoble 3, LIDILEM

Université Stendhal, Grenoble 3, LIDILEM

Université Lumière, Lyon 2, ICAR

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540