Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cartographie des émotions

 | 
Fabienne Baider
, 
Georgeta Cislaru

I. Combinatoire lexicale

Les adjectifs ‘psychologiques’ et le marquage évidentiel de l’inférence

“Psy-” adjectives and the evidential marking of inference

Patrick Dendale et Danielle Coltier

Résumé

Cette étude a un double but : 1) examiner la possibilité de décrire plus précisément les propriétés linguistiques des adjectifs (appelés ici psychologiques ou Ψ) qui dénotent des états ou des propriétés internes d’un référent X ; 2) vérifier la validité des descriptions du marqueur évidentiel d’inférence devoir. Pour ce faire, nous observons la compatibilité des adjectifs Ψ avec devoir évidentiel. Les résultats de l’analyse confirment que ce marqueur signale l’inférence, qui peut être abductive ou déductive. Il y a lieu cependant de distinguer deux schémas déductifs selon le type des prémisses : donnée événementielle (schéma déductif I : le locuteur infère une conséquence par prédiction) ou savoir concernant l’appartenance de X à une classe donnée (schéma déductif II : le locuteur applique au référent X une propriété appropriée à son appartenance catégorielle).

The purpose of this study is twofold: 1) examine whether it is possible to describe more accurately the linguistic properties of adjectives (called psychologic or Ψ) denoting states or properties internal to a referent X; 2) verify the validity of the descriptions of the evidential marker devoir. To do this, we observe the compatibility of the Ψ-adjectives with devoir. Ψ states and properties have in common that they are not directly accessible by perception by the speaker, but accessible only by intellectual activity of the speaker, amongst others by inference, by which the speaker assigns a Ψ state or property to a referent X (different from the speaker in this study). Devoir is able to mark linguistically this inference. The observations made here confirm the evidential analyzes of devoir, namely: 1) this marker signals inference, which can be deductive or abductive and 2) it is necessary to distinguish two patterns of deduction, with different types of premises: a given event (deductive schema I, the speaker infers a consequence) or knowledge about the class to which belongs X (deductive schema II, the speaker applies to referent X a property of its class).

Texte intégral

1L’objectif de cet article est d’étudier la façon dont une sous-classe sémantique d’adjectifs, que nous appellerons adjectifs psychologiques (Ψ), faute d’un meilleur terme pour le moment, se combine avec un marqueur évidentiel, en l’occurrence le marqueur devoir épistémique. Le but est de voir si on peut en savoir plus ainsi sur les caractéristiques linguistiques des adjectifs désignant des états Ψ et en second lieu si les propriétés linguistiques du marqueur évidentiel testé, telles qu’elles ont été décrites dans la littérature, se confirment.

2C’est dans le cadre de nos études sur l’évidentialité et sur le marquage évidentiel (Dendale & Tasmowski (éds), 1994, 2001 ; Coltier, 2003 ; Coltier & Dendale, 2004) et plus spécifiquement sur devoir évidentiel que nous abordons cette étude. Nous travaillerons sur des exemples contenant des adjectifs Ψ, comme (1) ou (2), qui contrastent avec des exemples comme (3) :

(1) Il doit être furieux : regarde comme il frappe !
(2) On vient de licencier sa fille. Il doit être furieux.
(3) Il doit être en vacances. Les volets sont clos.

3Seront étudiés ici des exemples du type (1) et (2), dans des phrases de la structure représentée en (4) :

(4) X est ADJ Ψ

4où le référent de X est un être humain (de la troisième personne ; sont donc exclus les déictiques je, nous, tu et vous).

5Nous suivrons le plan suivant : rappel rapide concernant le marquage évidentiel (§ 2) ; puis (§ 3) explications sur la façon dont nous avons composé la liste des adjectifs Ψ sur lesquels nous avons travaillé. L’essentiel de l’exposé sera consacré à l’examen de la combinaison des adjectifs Ψ avec le marqueur évidentiel (§ 4).

1. L’évidentialité et le marquage évidentiel

6Considérons les phrases (5) et (6) :

(5) Le professeur Cloître est à l’étranger

(6) a. Le professeur Cloître doit être à l’étranger ; il ne répond pas à ses mails.
   b. Selon la secrétaire, le professeur Cloître serait actuellement à l’étranger.

7Une phrase comme (5) Le professeur Cloître est à l’étranger, est une phrase évidentiellement non marquée. Elle ne contient pas de marqueur évidentiel. En d’autres termes, elle ne précise pas comment le locuteur a obtenu l’information qu’il transmet. On peut dire que cette phrase est « sous-déterminée », vague, quant à la façon dont le locuteur a acquis l’information que le professeur Cloître est à l’étranger.

8Dans les phrases sous (6), en revanche, le locuteur insère des éléments qui donnent des indications sur la façon dont il a obtenu l’information : devoir dit épistémique signale en (6a) que le locuteur a inféré la présence du professeur Cloître à l’étranger à partir de certains indices ; le conditionnel dit journalistique et le groupe prépositionnel selon X en (6b) signalent que le locuteur tient son information d’autrui. Les formes en gras dans (6) sont des marqueurs évidentiels, qui indiquent le type de source de l’information communiquée.

9Dans les études sur l’évidentialité (Willett, 1988 ; Aikhenvald, 2004), on distingue habituellement trois grands types de sources d’une « information », et donc trois grandes classes de marqueurs évidentiels :

101) information qui provient d’une perception par le locuteur de l’état de choses décrit (perception visuelle ou autre (auditive, tactile, …)) :

(7) Le professeur Cloître est au secrétariat, j’ai vu.

112) information qui provient d’une inférence effectuée par le locuteur (on distingue plusieurs formes d’inférence, dont la supposition) :

(8) Le professeur Cloître n’est pas là. Il a sûrement oublié le rendez-vous.

123) information qui provient du discours de quelqu’un d’autre (un individu ou la rumeur publique) à qui le locuteur l’a simplement reprise :

(9) Il paraît que le professeur Cloître est à l’étranger. Le professeur Cloître serait à l’étranger.

13Le marqueur évidentiel que nous combinerons avec les adjectifs Ψ dans le § 4 sera du second type : l’inférence.

14En quoi l’étude de l’évidentialité par rapport à la classe des adjectifs Ψ est-elle intéressante ? La réponse est simple. Si un locuteur affirme, à propos de Paul :

(10) Paul est content, déprimé, etc.

15il peut, référentiellement parlant, avoir eu l’information concernant l’état Ψ de Paul, (1°) par les propos de Paul, ou (2°) par inférence ou supposition à partir de certains indices. Ce que le locuteur ne peut pas faire par rapport à l’état Ψ de Paul (3°), c’est le percevoir lui-même directement. Le référent de X dans (4) – Paul, en l’occurrence − est le seul qui pourrait le percevoir directement.

16Linguistiquement parlant, le locuteur peut marquer ces deux types de sources d’information sur l’état Ψ de Paul par des marqueurs évidentiels. C’est ce que nous étudierons sous § 4.

2. Délimitation de la classe d’adjectifs étudiés

17Les adjectifs sur lesquels nous voulions travailler ici devaient répondre à deux critères :

18(a) pouvoir s’utiliser dans une construction du type (4) où X désigne un être humain à la troisième personne (contrairement à des adjectifs comme : épicé, salé qui ne s’appliquent pas à des humains) ;
(b) dénoter des états qui ne sont pas directement perceptibles ou connaissables par le locuteur qui les communique (contrairement à des adjectifs comme : blond, bronzé, chauve).

19À part cela, les adjectifs pouvaient désigner aussi bien des états que des propriétés. Nous n’avons, à ce stade de nos recherches, pas fait explicitement la distinction entre adjectifs dénotant des états et adjectifs dénotant des propriétés. Pour le moment, nous considérerons tous ces adjectifs retenus comme des adjectifs d’état.

20Faute de terme hyperonyme plus approprié, nous les désignerons par le terme d’adjectifs Ψ et dirons que les adjectifs Ψ désignent des états (ou propriétés) Ψ, c’est-à-dire des états ‘internes’ à l’individu.

21Pour pouvoir observer la combinaison des marqueurs évidentiels avec des adjectifs Ψ suffisamment variés, l’idéal aurait été de pouvoir sélectionner les adjectifs Ψ dans une classification existante. Nous n’avons cependant trouvé que des fragments de classifications d’adjectifs de sentiments et d’émotion (par ex. celles de Anscombre, 2005, 2010 ; Kerbrat-Orecchioni, 1981 ; Hundsnurscher & Splett, 1982), et quelques classifications de noms de sentiments (Goossens, 2005 ; Tutin et al., 2005), qui ne sont pas nécessairement transposables pour des classifications d’adjectifs.

22À défaut de pouvoir partir d’une classification existante, nous avons composé un échantillon provisoire – et relativement intuitif − d’adjectifs Ψ (voir (11)), qui devait nous permettre de faire au moins les premières observations, dont on présentera ici les résultats tout provisoires :

(11) affectueux, agaçant, agressif, asthmatique, attendrissant, calme, coléreux, compréhensif, concentré, content, cruel, décevant, dédaigneux, dégoûté, diabétique, émouvant, ennuyeux, enrhumé, enthousiaste, étonnant, fâché, fatigué, frileux, furieux, gêné, génial, indulgent, inquiet, intelligent, irascible, irritant, irrité, ivre, jaloux, maladroit, malheureux, malin, méfiant, méprisant, optimiste, patient, pervers, ravi, respectueux, sévère, sourd-muet, surpris, tendre, terrorisé, triste, vaniteux.

23Cette liste n’est pas parfaitement équilibrée, mais elle contient des adjectifs de différents types sémantiques. On y trouve des adjectifs d’états qui ont trait (a) au caractère, aux émotions et aux sentiments du référent de X (furieux, malheureux…) ; (b) à ses capacités cognitives et son savoir-faire (intelligent, maladroit…), et même (c) à sa constitution et sa condition physique ‘interne’ (asthmatique, diabétique, fatigué, frileux…). On trouve dans ces trois sous-classes des adjectifs qui désignent des états (relativement) permanents (irascible, intelligent, sourd-muet…), des états temporaires (ravi, gêné…) et des états qui peuvent être l’un et l’autre selon les cas (optimiste, indulgent…).

  • 1 Dans des cas marqués aussi par une réaction affective de quelqu’un d’autre.

24Parmi les adjectifs qui concernent les émotions et sentiments, on trouve des adjectifs comme triste, heureux, etc., qui disent uniquement que X est le siège de l’état Ψ, des adjectifs comme cruel (avec), tendre (avec), méfiant, etc., qui disent que X est le siège de l’état Ψ et que le locuteur ou un tiers peuvent en être les cibles, et des adjectifs comme agaçant, émouvant, etc., qui signifient par défaut1 une réaction affective (et donc un état Ψ) du locuteur L par rapport à X.

3. Combinaison avec un marqueur évidentiel : devoir évidentiel

25Rappelons tout d’abord qu’on reconnaît généralement à devoir deux emplois : un emploi dit ‘déontique’ (12), non pris en compte ici, et un emploi dit ‘épistémique’ (13) :

(12) Il doit aller voter demain

(13) Ah… le téléphone sonne… Il est 17h00. Ça doit être Jules.

26Comme l’ont montré divers auteurs (Dendale, 1994 ; Dendale & De Mulder, 1996 ; Desclés & Guentchéva, 2001 ; Kronning, 1996 parmi d’autres), devoir dans (13) peut être considéré comme un marqueur évidentiel d’inférence.

27En effet, en (13), le locuteur énonce, sous forme d’hypothèse, une information sur l’identification du ‘téléphoneur’ (identifié à Jules) ; l’identification est élaborée à partir d’indices (en l’occurrence l’heure de l’appel, 17h) au moyen d’une inférence. C’est le verbe devoir qui signale qu’un tel processus inférentiel est en jeu.

28La question qui nous intéresse ici est de savoir comment devoir inférentiel se combine avec les adjectifs d’état Ψ. Nous nous limiterons ici à présenter quatre constatations.

3.1. Première constatation : sur la possibilité d’emploi de devoir et sur son sens

  • 2 Cela est par exemple moins évident avec le futur conjectural (Ce sera le facteur).

29Tous les adjectifs Ψ de notre échantillon acceptent d’être combinés avec devoir inférentiel (cf. (14))2, mais certains adjectifs subissent une altération de sens, comme nous verrons plus loin.

(14) Paul doit être affectueux, agaçant, agressif, asthmatique, attendrissant, calme, coléreux, compréhensif, concentré, content, cruel, décevant, dédaigneux, dégoûté, diabétique, émouvant, ennuyeux, enrhumé, enthousiaste, étonnant, fâché, fatigué, frileux, furieux, gêné, génial, indulgent, inquiet, intelligent, irascible, irritant, irrité, ivre, jaloux, maladroit, malheureux, malin, méfiant, méprisant, optimiste, patient, pervers, ravi, respectueux, sévère, sourd-muet, surpris, tendre, terrorisé, triste, vaniteux.

  • 3 Le même comportement existe pour des adjectifs autres, comme britannique ou boulanger (Il doit être (...)
  • 4 Desclés (1996), Desclés & Guentchéva (2001).

30Cette constatation n’est en fait pas si inattendue, vu que les adjectifs Ψ dénotent – par définition – des états non directement perceptibles par le locuteur. Devoir signale justement que le locuteur a eu accès à l’état Ψ, de façon indirecte, moyennant une inférence qui se base sur des éléments qui sont contigus à l’état Ψ mais qui ne constituent pas l’état Ψ lui-même3. La vérité de l’état Ψ du référent de X est posée de façon hypothétique ; elle relève non du savoir sûr mais d’un savoir plausible4 ou probable.

3.2. Deuxième constatation : existence de trois schémas d’inférence ; emploi de ces schémas

  • 5 Ceci est une caractéristique générale, qui n’est pas spécifique aux Adj Ψ.

31Si on examine le type d’éléments sur la base desquels est faite l’inférence, et qui peuvent éventuellement être explicités dans la phrase, on relève au moins trois schémas d’inférence5 signalées par devoir épistémique. Regardons les exemples sous (15) et (16) :

(15) Il a mis trois pulls ! Il doit être frileux.
Il a arraché une aile à la mouche : il doit être cruel.
Il est blême et a les traits tirés. Il doit être fatigué.

(16) Il vient de perdre son frère cadet dans un accident. Il doit être malheureux (maintenant).
Il a beaucoup travaillé. Il doit être fatigué (maintenant).

(17) C’est un type du Midi, il doit être frileux.
C’est un Durand : il doit être asthmatique.

32Le schéma inférentiel sous-jacent aux exemples sous (15) est un schéma qui s’appelle ‘abductif’ (pour le terme, voir entre autres Desclés 1996, qui s’inspire de Peirce). C’est une forme d’inférence qui cherche à remonter à la cause d’un phénomène constaté.

33Dans les exemples sous (15), l’affirmation concernant l’état Ψ du référent de X est basée sur les manifestations extérieures (physiques ou comportementales) de l’état Ψ : par exemple mettre trois pulls, arracher une aile, être blême. Le verbe devoir signale que le locuteur infère l’état Ψ à partir de ces manifestations et d’une règle générale (implicite, du type : Plus on est frileux, plus on met de pulls…). Les manifestations extérieures, perceptibles, reçoivent le statut d’indice et permettent, par inférence, d’obtenir de l’information sur l’état Ψ d’un tiers. Le schéma abductif est représenté sous (18) :

(18) Schéma abductif
q X a les manifestations physiques/comportementales M
p → q (Règle) Tous ceux qui ont les manifestations M sont Adj Ψ
DONC plausiblement p X est Adj Ψ (devoir)

34Les schémas sous-jacents aux exemples sous (16) et (17) sont des schémas déductifs, qui ont la forme représentée dans (19) :

  • 6 Kronning (1996) montre que la nécessité de la conclusion est affaiblie en (forte) probabilité par l (...)

(19) Schéma déductif
p → q
p
DONC nécessairement6 p X est Adj Ψ (devoir)

35L’analyse des exemples montre qu’il y a lieu de distinguer deux schémas déductifs, illustrés respectivement par les exemples sous (16) et (17). Examinons ces exemples.

36Dans les exemples sous (16), l’état Ψ est présenté par le locuteur comme la conséquence, le résultat d’un événement décrit dans la première phrase. Devoir signale que le locuteur infère, de façon hypothétique, et par prédiction, l’état Ψ du référent de X à partir de cet événement et à partir d’une règle générale, appliquée à un cas particulier. C’est le schéma déductif I représenté dans (20) :

(20) Schéma déductif I : d’un événement à ses conséquences Ψ
Toute personne qui vit l’événement / la situation C est Adj Ψ
X a vécu l’événement / la situation C
DONC X est (probablement) Adj Ψ (devoir)

37Dans les exemples sous (17), l’état Ψ du référent de X est inféré déductivement à partir de deux prémisses : premièrement, un savoir général (par exemple un stéréotype) selon lequel tous les membres appartenant à une catégorie Q montrent l’état Ψ, et deuxièmement, la constatation que le référent de X appartient à cette catégorie. Devoir signale que le locuteur infère, de façon hypothétique, l’état Ψ du référent de X. C’est le schéma déductif II, représenté dans (21) :

(21) Schéma déductif II : application
Tous ceux qui sont Q sont Adj Ψ
X est un Q
DONC X est (probablement) Adj Ψ (devoir)

3.3. Troisième constatation : sur la possibilité des trois schémas pour les adjectifs Ψ

38Le schéma abductif paraît possible avec tous les adjectifs de notre échantillon. Cela signifie que le locuteur peut toujours trouver des éléments qu’il peut présenter comme des manifestations extérieures de tout état Ψ.

  • 7 Cf. Goossens (2005) qui propose, à propos des noms de sentiments, une typologie qui distingue « N-S (...)

39Le schéma déductif I semble possible pour les adjectifs Ψ qui dénotent un état temporaire/ponctuel. Il est plus difficile pour les adjectifs dénotant un état permanent tels que affectueux, intelligent et les adjectifs en -ant de l’échantillon. Apparemment, tous les états Ψ ne sont pas présentés, par la langue, comme causés par un événement ou une situation7.

40Le schéma déductif II semble encore plus contraint. Cet emploi de devoir semble difficile avec toute une série d’adjectifs Ψ qui ne peuvent désigner qu’un état temporaire. Si les adjectifs dans (22), désignant des états temporaires,

(22) Il doit être ravi, enrhumé, content, furieux, ivre, gêné…

41admettent bien le schéma abductif (les indices sont alors les manifestations extérieures de ces états Ψ) et le schéma déductif I (l’état dénoté par l’adjectif est alors compris comme la conséquence d’un événement ou d’une situation précisés ailleurs), ils admettent difficilement le schéma déductif II (C’est un Belge / un Français : ??il doit être ravi, enrhumé, content, furieux, ivre, etc.).

42On rencontre toutefois des séquences de phrases du type (23), où l’adjectif dans la phrase comportant devoir désigne un état Ψ temporaire, cette phrase étant précédée d’une autre phrase qui signifie une catégorisation :

(23) a. C’est un homme d’Église. Il doit être gêné.
b. C’est un catholique. Il doit être ravi.

43Ce ne sont pas ici des inférences abductives : c’est un homme d’Église n’est pas la manifestation extérieure sur laquelle se base l’affirmation avec devoir. À en juger par la première phrase, on dirait des inférences déductives II. Or, gêné n’est clairement pas la conséquence directe de être un homme d’Église, ni ravi de être catholique. À notre avis, on pourrait qualifier ces cas comme relevant du schéma déductif I, ou comme des cas mixtes des deux schémas déductifs. L’inférence se fait sur la base d’une information restée implicite, du type ‘événement − ou situation’ − dans lequel X est impliqué ou qu’il connaît, mais auquel, selon le locuteur, il réagit ; par ex. existence d’un scandale de pédophilie (pour a), annonce de la visite du Pape (pour b), cette information implicite étant liée à son tour à une information de type catégorisation.

3.4. Quatrième constatation : le cas des Adj Ψ en -ant

44La combinaison de devoir avec certains adjectifs de notre échantillon, notamment les adjectifs en -ant (agaçant, attendrissant, décevant, émouvant, irritant, méfiant et méprisant) produit un résultat inattendu en ce qui concerne leur interprétation. Comparons (24) et (25), respectivement sans et avec devoir :

(24) Cet acteur est agaçant, attendrissant, décevant, émouvant, irritant.

(25) Cet acteur doit être agaçant, attendrissant, décevant, émouvant, irritant.

45La différence entre ces deux séries d’exemples, en ce qui concerne l’adjectif Ψ, est la suivante : dans (24), c’est le locuteur qui trouve l’acteur agaçant, attendrissant, décevant, émouvant, irritant. C’est le locuteur qui se sent agacé, attendri, déçu, ému, irrité. Ces adjectifs relèvent alors de ce que Kerbrat-Orecchioni (1981 : 84) appelle des « adjectifs affectifs » : ils ont, selon elle, la particularité d’énoncer en même temps (a) une propriété de l’objet ou de l’individu qu’ils décrivent et (b) une réaction émotionnelle du sujet parlant face à la propriété de cet objet/individu.

46Si ces adjectifs sont combinés avec devoir inférentiel, l’interprétation est altérée : la phrase ne dit plus la réaction émotionnelle du locuteur, mais la réaction émotionnelle de tierces personnes. Le locuteur n’exprime donc plus une expérience personnelle, mais fait, par inférence, l’hypothèse que le référent X agace, émeut, attendrit, irrite autrui. Cette inférence se base soit sur une réaction, un comportement, un dire d’un tiers (abduction), soit sur une perception du locuteur (il voit l’acteur jouer, par exemple) et présume, prédit qu’il émeut son public.

47Comment expliquer cette modification de sens des adjectifs Ψ sous l’effet de devoir ? Dans (24), le locuteur juge X (l’acteur) à partir de l’expérience directe et personnelle qu’il a ou qu’il a eue du comportement de X (expérience directe est à comprendre ici comme la façon dont le locuteur ressent psychiquement l’effet de l’état Ψ de X sur lui). Quand le locuteur utilise un marqueur évidentiel de savoir non direct comme devoir, comme dans (25), il ne peut plus désigner par là l’expérience, la perception directe et personnelle des effets de l’état Ψ de X sur lui-même. De deux choses l’une : ou bien la phrase avec devoir en devient inacceptable (ce qui n’est apparemment pas le cas), ou bien l’interprétation s’adapte (c’est apparemment ce qui se passe : devoir impose à l’interprétant de chercher une autre interprétation à ces adjectifs, une interprétation compatible avec l’accès indirect au savoir, que devoir signale). Comment interprétera-t-on donc une phrase comme (26) :

(26) Cet acteur doit être décevant.

48Nous voyons au moins trois possibilités :

  • Ou bien le locuteur dit (26) en voyant des spectateurs sortir de la salle avant la fin de la représentation mais sans (nécessairement) avoir vu lui-même l’acteur. Le comportement perceptible des gens (sortir prématurément de la salle) est alors l’élément promu au rang d’indice perceptible qui permet l’inférence abductive d’un jugement (est décevant) fait par les gens qui sortent.

  • Ou bien le locuteur dit (26) en sachant certaines choses sur l’acteur (par exemple que sa pièce n’a pas dépassé cinq représentations), choses à partir desquelles il présume, par inférence déductive type I, que X est décevant. Ici le locuteur a entendu parler de la pièce, mais n’a pas assisté à une représentation. Il spécule sur la réaction de tierces personnes par rapport à X.

    • 8 Pris ici au sens de Martin (1992 [1983] : 47-48) : « univers d’un énonciateur dont est rapporté le (...)

    Devoir paraît également possible dans (27), qui contient une expression spécifiant un (hétéro)univers8 de discours (Dans ce rôle) ou un hétéro-univers de croyance (Aux yeux du public) dans lesquels la proposition peut être validée :

(27) Dans ce rôle / aux yeux du public, il doit être émouvant, cet acteur !

49On peut comparer ce qui se passe dans (26) avec ce qui se passe lors de l’emploi d’un adjectif évaluatif du type bon. Si le locuteur a bu du vin pour le goûter, il peut dire (28), mais non (29) :

(28) Ce vin est bon [énoncé pendant que le locuteur le goûte].

(29) ??Ce vin doit être bon [énoncé pendant que le locuteur le goûte].

50La qualification par bon, qui résulte d’une expérience personnelle que le locuteur fait de la chose, n’accepte pas devoir. Dans la situation de dégustation, il doit être bon n’est possible qu’avant d’avoir bu (par ex. en regardant la couleur du vin, en en considérant la provenance, en voyant la réaction d’autres dégustateurs, etc.). C’est toute la différence entre (30) et (31), décrits par Ducrot (1975) :

(30) Je trouve que ce vin est bon.

(31) Je pense que ce vin est bon.

4. Conclusions

51Nous avons abordé cette étude avec comme objectif principal de voir si l’on pouvait décrire plus précisément les propriétés linguistiques des adjectifs dénotant des états Ψ (internes) et accessoirement celles de devoir dans son emploi de marqueur évidentiel. Nous avons observé une sélection d’adjectifs qui, du point de vue sémantique, ont en commun de dénoter des états ou des propriétés non accessibles directement par la perception d’un tiers (en l’occurrence, ici, le locuteur) et qui se distinguent en ce que les états ou les propriétés qu’ils dénotent sont, suivant les cas, considérés comme permanents, comme temporaires ou comme indifféremment permanents ou temporaires.

52Non accessibles par la perception d’un tiers, ces états le sont en revanche par l’activité intellectuelle de ce tiers (en l’occurrence le locuteur) et, entre autres, par la création d’inférences, opération que l’unité devoir est à même de marquer linguistiquement. Dans son association aux adjectifs sélectionnés, devoir signifie une inférence à l’issue de laquelle le locuteur attribue un état ou une propriété Ψ au référent de X.

53Les observations faites ici révèlent d’une part que cette inférence peut être ou une abduction ou une déduction, et d’autre part que devoir est à même de verbaliser deux types de schémas déductifs.

54Dans l’abduction, partant d’une donnée accessible perceptivement, le locuteur infère sa cause (à savoir l’état Ψ attribué au référent de X). Dans la déduction, le locuteur part ou d’une donnée événementielle (événement ou situation auxquels participe le référent de X ou dont le référent de X a connaissance) (schéma déductif I), ou d’un savoir concernant l’appartenance de ce référent à une classe donnée (schéma déductif II). Dans le premier cas, qui va de la mise en œuvre d’une règle générale au cas particulier de l’événement ou de la situation impliquant X, le locuteur infère, hypothétiquement et par prédiction, une conséquence (à savoir, l’état Ψ du référent de X à l’issue de l’événement/ de la situation). Dans le second cas, le locuteur applique hypothétiquement au référent de X une propriété de sa classe, inférant ainsi, de façon hypothétique, un état Ψ de X.

55Ces observations montrent, aussi, pour les Adj Ψ (internes), des différences de compatibilité avec devoir évidentiel : (1) certains adjectifs dénotant un état permanent semblent difficilement accepter une inférence abductive, comme si ces états n’étaient pas présentés par la langue comme ayant une cause ; (2) la combinaison avec devoir évidentiel des adjectifs ‘affectifs’ modifie leur interprétation : dans cette combinaison n’est plus dite la réaction émotionnelle du locuteur, mais celle d’un tiers.

56Ces résultats, qu’il conviendrait de vérifier sur un corpus, confirment aussi les analyses évidentielles existantes de devoir (Kronning, 1996 ; Desclés & Guentchéva, 2001), à savoir que ce marqueur signale l’inférence, que celle-ci peut être abductive ou déductive et qu’il y a deux schémas déductifs possibles, qui partent de deux types de prémisses différentes.

Bibliographie

Aikhenvald, A., 2004, Evidentiality, Oxford, OUP.

Anscombre, J.-C., 2005, « Temps, aspect et agentivité, dans le domaine des adjectifs psychologiques », Lidil 32, p. 1-15.

Anscombre, J.-C., 2010, « États et propriétés dans les combinaisons être + adjectif », Le français moderne 78 (2), p. 186-205.

Coltier, D., 2003, « Analyse sémantique de selon. Quelques propositions », Travaux de linguistique 46, p. 117-131.

Coltier, D., DendaleP., 2004, « La modalisation du discours de soi : éléments de description sémantique des expressions pour moi, selon moi et à mon avis », Langue française 142, p. 41-57.

Dendale, P., 1994, « Devoir : marqueur modal ou évidentiel ? », Langue française 102, p. 24-40.

Dendale, P., De Mulder, W., 1996, « Déduction ou abduction : le cas de devoir inférentiel », in Guentchéva Z. (éd.), L’énonciation médiatisée, Louvain / Paris, Peeters, p. 305-318.

Dendale, P., Tasmowski, L. (éds), 1994, « Les sources du savoir et leurs marques linguistiques », Langue française 102, Paris, Larousse.

Dendale, P., Tasmowski, L. (éds), 2001, « On Evidentiality », Journal of Pragmatics 33 (3), Amsterdam, Elsevier.

Desclés, J.-P., 1996, « L’abduction, procédé d’explication en linguistique », Modèles linguistiques XVII (2), p. 33-62.

Desclés, J.-P., Guentchéva, Z., 2001, « La notion d’abduction et le verbe devoir “épistémique” », Cahiers Chronos 8, p. 103-122.

Ducrot, O., 1975, « Je trouve que… », Semantikos 1 (1), p. 63-88.

Goossens, V., 2005, « Les noms de sentiment », Lidil 32, p. 103-121.

Hundsnurscher, F., Splett, J., 1982, Semantik der Adjektive im Deutschen: Analyse der semantischen Relationen, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Kerbrat-Orecchioni, C., 1981, L’énonciation. De la subjectivité du langage, Paris, A. Colin.

Kronning, H., 1996, Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe modal devoir’, Uppsala.

Martin, R., 1992 (1983), Pour une logique du sens, Paris, PUF.

Tutin, A., Novakova, I., Grossmann, F., Cavalla, C., 2005, « Esquisse de typologie des noms d’affect à partir de leurs propriétés combinatoires », Lidil 32, p. 1-17.

Willett, T., 1988, « A cross-linguistic survey of the grammaticalization of evidentiality », Studies in Language 12, p. 51-97.

Notes

1 Dans des cas marqués aussi par une réaction affective de quelqu’un d’autre.

2 Cela est par exemple moins évident avec le futur conjectural (Ce sera le facteur).

3 Le même comportement existe pour des adjectifs autres, comme britannique ou boulanger (Il doit être boulanger).

4 Desclés (1996), Desclés & Guentchéva (2001).

5 Ceci est une caractéristique générale, qui n’est pas spécifique aux Adj Ψ.

6 Kronning (1996) montre que la nécessité de la conclusion est affaiblie en (forte) probabilité par le fait que la modalité (ou le modus) signalée par “devoir” n’est que montrée.

7 Cf. Goossens (2005) qui propose, à propos des noms de sentiments, une typologie qui distingue « N-SENT causé vs N-SENT non causé ».

8 Pris ici au sens de Martin (1992 [1983] : 47-48) : « univers d’un énonciateur dont est rapporté le dire, la pensée ou la croyance (Il affirme, il pense, il s’imagine… que p) […] ou […] univers du locuteur en un temps différent de celui de l’énonciation (Je pensais alors que p, je m’imaginais que p) ».

Auteurs

Université d’Anvers

Université du Mans

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540