Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

3. Nommer des objets sociaux

Reformulation métalinguistique et re-catégorisation du référent : du progrès civilisateur au développement

Françoise Dufour

Résumé

La reformulation désigne le processus dynamique (et son résultat) qui consiste en une reconstruction en discours du contenu sémantique d’une dénomination.
Dans les discours à visée argumentative, les locuteurs qui reprennent des dénominations prédiquées antérieurement sont amenés à en redéfinir le sens pour servir leur stratégie discursive. Pour opérer ce réglage de sens, ils procèdent à des reformulations métalinguistiques qui produisent le recouvrement du champ sémantique de l’unité discursive reformulée.
L’analyse des praxèmes « civilisation », « progrès » et « développement » dans la formation discursive coloniale fait apparaître un nombre important de reformulations qui construisent, à partir des discours constituants des Lumières, un stéréotype relationnel de catégorisation des groupes humains : « civilisation » vs « barbarie ». Au fil des reformulations, les catégories subissent des remodelages par l’ajout ou la modification de propriétés. Avec la rupture historique des décolonisations, les rapports de dominance qui perdurent préservent la continuité discursive, et le stéréotype est reformulé en « développement » vs « sous-développement ». La reformulation de la dénomination « développement » acquiert, dans les discours post-coloniaux, le programme de sens de « croissance économique » par intégration d’éléments de la formation discursive de la mondialisation économique. Cette composante sémantique nouvelle acquise par reformulation modifie les propriétés catégorielles définitoires du « développement » et du « sous-développement » et le rapport aux référents (groupes humains) qu’ils désignent.
Les reformulations qui modifient le sens des praxèmes enregistrés en langue sont des actes de nomination qui modifient le rapport au référent. La récurrence des reformulations dans une même formation discursive produit des glissements sémantiques qui affectent la catégorisation des référents nommés. De discours en discours, les redéfinitions en chaîne réalisées par l’activité de reformulation, comme tout acte de nomination, donnent à celle-ci un rôle performatif dans la catégorisation référentielle

In discourse analysis, reformulation (and its result) is defined as a dynamic process, which consists in the reconstruction in discourse of the semantic content of a denomination. By referring back to previous denominations, a speaker carries out meta-linguistic reformulation, which adds a new layer of semantic content to the reformulated units in argumentative discourse and in doing so, redefines their meaning to serve his or her discursive strategy. The analysis of the “praxemes” (substitutes of lexemes) civilization, progress and development in the discourse on colonialism displays a number of reformulations which construct, on the foundation of Enlightenment discourse, a “relational stereotype” of human groups categorized by the opposition between civilization and barbarism. These categories are subject to additions or changes of properties through the process of reformulation. During the era of decolonization, discursive continuity was preserved while the stereotype was reformulated as the opposition between development and underdevelopment. In post-colonial discourse, due to reformulation, the denomination development acquired the “programme de sens” (programme of meaning) of economic growth by integrating elements related directly to the discourse on economic globalization. These additional semantic components acquired through reformulation modify the properties of the categories that define development and underdevelopment, as well as their relationship to the referents (human groups) they designate. Reformulation is an act of naming which modifies the relation to the referent by modifying the meaning of the praxemes registered in language. Reformulation within a discourse leads to shifts in meaning affecting the categorization of the denoted referents. Thus, reformulation has a performative role in such categorization

Texte intégral

1L’activité de nomination et son résultat, la dénomination, sont abordés au travers de l’analyse du processus de reformulation qui, par l’opération de (re)définition du sens qu’elle réalise en discours, déplace les frontières de la catégorie lexicale et, in fine, tend à modifier le rapport au référent et, par conséquent, à agir sur le monde.

2Dans les discours à visée argumentative, les locuteurs qui reprennent, dans une conjoncture déterminée, une formulation prédiquée antérieurement, sont amenés à la redéfinir pour servir leur stratégie discursive. Pour opérer ce réglage de sens, ils procèdent à des reformulations du type : « un X c’est un Y », « X c’est-à-dire Y » qui produisent le recouvrement du champ sémantique de l’unité discursive X par celui de Y.

  • 1 Voir infra l’inadéquation du terme « équivalence ».

3Les formes sur lesquelles porte l’analyse sont celles que J. Authier-Revuz a nommées les « formes d’auto-représentation du dire » (1995 : 101). Elles consistent en une mise en relation de séquences lexicales et discursives (X et Y) par un locuteur qui fait retour sur ses mots pour en expliciter le sens, et procède ainsi à la reconstruction, par un procédé de mise en « équivalence1 » du sens de la séquence X au moyen de l’énoncé Y, délimitant ainsi le champ sémantique de la dénomination X. L’étude s’inscrit dans le cadre de l’analyse de la transformation/reconfiguration d’une formation discursive, celle des discours coloniaux aux discours du développement. Nous définissons la notion de « formation discursive » à partir de deux éléments donnés par M. Pêcheux, à savoir « un ensemble des discours possibles à partir d’un état défini des conditions de production » (1990 : 115) et « un espace de reformulation-paraphrase » (1975 : 158), c’est-à-dire un espace discursif de circulation d’éléments préconstruits témoignant de l’allégeance des discours à un interdiscours. Le corpus qui sert de support à l’analyse est constitué de discours appartenant à la formation discursive des relations entre la France et l’Afrique occidentale, de la période coloniale à celle du développement. Sur le long terme, une continuité discursive est réalisée par une idéologie progressiste, d’origine occidentale, qui construit un système de dominance trans-historique.

4L’idée de progrès acquiert ses lettres de noblesse dans les discours « éclairés » des encyclopédistes du XVIIIe siècle. Les théoriciens de la colonisation, qui s’en saisissent pour asseoir leur projet, l’érigent en une « idéologie triomphante » qui est contestée au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Avec les indépendances et l’entrée des États-Unis sur la scène internationale (le début de la mondialisation à dominante économique), le champ discursif du progrès se recompose dans les discours du développement.

  • 2 La période coloniale lato sensu, de la fin du XVIIe aux années 1960 (période des Indépendances), e (...)
  • 3 Les textes de signature des indépendances peuvent par exemple être considérés comme un « seuil » d (...)
  • 4 Ce problème est posé par M. Foucault dès l’introduction de L’archéologie du savoir (1969 : 12).

5L’analyse des discours du progrès, qui s’inscrivent dans plusieurs contextes historiques2 fait apparaître des « seuils3 » qui semblent signaler des « ruptures ». Simultanément, les discours reliés par l’interdiscours donnent à lire une certaine continuité, dans des reprises et des transformations d’éléments antérieurs, de telle sorte que les frontières discursives délimitant une formation discursive d’une autre sont insaisissables4. Du fait de cette continuité interdiscursive garante des rapports de dominance, nous considérons une seule formation discursive dont les frontières sont en perpétuel déplacement.

  • 5 La catégorisation est définie comme le « découpage du réel à partir de traits communs, en classes (...)

6Après avoir circonscrit la notion de reformulation parmi les notions traitant des phénomènes de reprise et de redéfinition sémantique, nous analysons ses marques et leurs effets dans quelques extraits de corpus, et sommes par conséquent conduite à envisager le rôle qu’elle joue dans l’activité de catégorisation5 propre à la nomination.

Reformulation, glose : une question de nomination

7Nous tenterons d’identifier ce qui distingue les termes nommant les phénomènes de redéfinition du sens par « des formes de dédoublement énonciatif » (Authier-Revuz 1995 : 101-141) et nous nous expliquerons sur le choix du terme reformulation.

La glose

  • 6 C’est pourquoi la glose est souvent réduite à un simple « commentaire, note explicative » (Petit R (...)
  • 7 Dans le sous-titre de son ouvrage : Fixer le sens ? La sémantique spontanée des gloses de spécific (...)

8Elle désigne l’objet linguistique résultatif6 d’un phénomène qui se lit dans les formes étendues de désignation : « gloses de spécification du sens » (Julia 20017), « gloses d’explicitation du sens » (Authier-Revuz 1994, citée in Steuckardt 2003 : 6-7), alors que la reformulation (par le suffixe -ation) nomme en priorité le processus lui-même : l’action de reformuler.

9L’analyse de la définition donnée par F. Neveu « selon l’usage le plus courant de la notion » montre la glose comme le lieu d’un « processus énonciatif de réflexivité linguistique » :

La glose est un type d’opération linguistique au centre de laquelle se trouve engagé le sens lexical et référentiel d’une unité contextualisée, prise dans un processus énonciatif de réflexivité linguistique. (Neveu 2004 : 143)

10J. Gardes-Tamine donne trois critères de repérage de la glose :

  • un critère sémantique : « la glose est une séquence8 métalinguistique portant sur un mot ou un groupe de mots »,
  • un critère syntaxique : « elle est intraphrastique et par ailleurs elle est en situation parenthétique »,
  • un critère pragmatique : « une visée explicative » (Gardes-Tamine 2003 : 189).

11Pour A. Steuckardt, c’est sur la dimension pragmatique que se fonde la distinction entre glose et reformulation, cette dernière se limitant à un acte locutoire, alors que la dimension illocutoire d’explicitation du sens est définitoire de la glose (Steuckardt 2003 : 9-10). Par ailleurs, « il peut y avoir reformulation sans glose […]. Inversement, il peut y avoir glose sans reformulation » (ibid.).

12C’est précisément sur cette capacité de la glose à commenter sans reformuler que se fonde, selon nous, la différence entre les deux notions.

La reformulation paraphrastique

13La reformulation est une stratégie qui s’inscrit dans la dynamique référentielle du discours :

La reformulation est une relation de paraphrase. Elle consiste à reprendre une donnée en utilisant une expression linguistique différente de celle employée pour la référenciation antérieure. (Petit 2002 : 490)

  • 9 En linguistique praxématique, le programme de sens est le « correspondant dynamique dans la problé (...)

14La reformulation paraphrastique est une conduite métalinguistique d’identification des sémantismes, qui « laisse des traces explicites dans le discours : le discours-source et la séquence discursive qui le paraphrase sont reliés par des marques linguistiques » (Fuchs 1982b : 31). Il s’agit d’un processus d’» identification dynamique effectuée par un sujet en situation et non d’une relation d’identité donnée a priori et une fois pour toutes » (Fuchs 1982a : 116), qui relève de la « méta-prédication d’identification » (Fuchs 1982b : 31) plutôt que de la « prédication d’identité » (Rey-Debove 1978 citée par Fuchs 1982b). Elle met en jeu un énonciateur qui établit une relation hic et nunc entre les sens de X et Y, qui met en jeu les programmes de sens9 communs et différents des deux praxèmes, « la tension contradictoire entre le même et l’autre » (Fuchs 1982b : 33), pour enfin les imposer comme soi-même.

Ce qui constitue la contradiction fondamentale de la paraphrase, à savoir la transformation progressive du « même » (sens identique) en l’» autre » (sens différent) : à redire la même chose, on finit par dire « autre chose » – au terme d’un processus continu de déformations négligeables, voire imperceptibles. (Fuchs 1982a : 49-50)

Reformulation et définition

  • 10 « La copule qui apparaît dans la verbalisation des reformulations de l’une ou l’autre des expressi (...)

15Avec les paradigmes désignationnels et définitionnels, M.-F. Mortureux apporte une distinction opératoire pour l’analyse du processus de reformulation propre à la formation discursive. Définition et reformulation se trouvent souvent en co-occurrence, servant de support l’une à l’autre, ou l’une amenant l’autre. La copule « être », qui est la trace de l’identification entre deux dénominations10, détermine un « paradigme définitionnel » (de même que les deux points dans les discours lexicographiques). Le paradigme désignationnel est l’» ensemble de reformulants qui se trouve signalé dans le discours à travers divers procédés métalinguistiques ou typographiques » (Mortureux 1993 : 124). Les marques métalinguistiques en discours constituent un « dégradé », du plus marqué, par les verbes « désigner », « nommer », « appeler » ou encore « mot » ou « terme », au moins marqué, par l’apposition ou par la diaphore.

16Cet apport semble fondamental pour l’analyse de la reformulation interne à une formation discursive : en effet, la reformulation ne peut se concevoir sans une définition préalable de l’unité discursive sur laquelle elle porte (qu’elle soit réalisée dans le discours en cours ou préconstruite dans l’interdiscours).

  • 11 « […] ce qui pourrait passer, du point de vue du strict “sens linguistique”, pour une identité de (...)

17À l’issue de ce parcours, le terme de reformulation, qui désigne le processus dynamique de l’opération réalisée en discours plutôt que l’unité discursive qui en résulte, nous semble plus approprié dans le cadre d’une formation discursive dans laquelle circulent des séquences discursives d’un même champ qui sont des effets de l’interdiscours compris comme « ce qui règle le déplacement de ses frontières » (Courtine et Marandin 1981 : 25). La reformulation est un acte de reconstruction du contenu sémantique d’une dénomination. Elle ne peut se concevoir en dehors d’une visée pragmatique du locuteur qui effectue un déplacement de sens11 manifestant une intentionnalité d’agir. C’est d’autant plus vrai dans l’étude des formations discursives marquées d’idéologie, dans lesquelles les énonciateurs expriment leur engagement au service d’une cause qu’ils défendent.

18Le terme d’équivalences sémantiques, hérité de la définition classique de la paraphrase, n’apparaît pas adapté puisque le processus de reformulation réalise un déplacement de sens. C’est pourquoi J.-J. Courtine et J.-M. Marandin préfèrent parler « de série, de chaîne de formulations plutôt que de classe d’équivalence ou de classe paraphrastique afin de pouvoir marquer l’intervention de l’interdiscours » (ibid. : 32).

De définitions en transformations : des Lumières aux discours coloniaux

19À terme, les définitions donnent lieu à des transformations, « qui valent comme fondation et renouvellement des fondations » (Foucault 1969 : 12).

20L’argument dit « humanitaire », le « devoir » de civilisation des nations occidentales à l’égard des peuples « primitifs », issu des vertus civilisatrices du progrès héritées des Lumières, a donné lieu à une rhétorique coloniale qui s’est traduite dans les discours, dès la fin du XVIIIe, par la co-occurrence des praxèmes « progrès », « civilisation », « développement », souvent sous forme de reformulation.

Les fondations du discours civilisateur

21Le texte de Condorcet, dont un extrait est cité plus bas, est une réflexion philosophique sur le progrès, dans lequel le mathématicien, intellectuel et homme politique, retrace les dix étapes du cheminement de l’humanité vers « un état de civilisation idéal », étapes qui déterminent des « degrés de civilisation ».

Extrait 1
Mais si l’on considère ce même développement (des facultés humaines), il présente alors le tableau des progrès de l’esprit humain. Ce progrès est soumis aux mêmes lois générales qui s’observent dans le développement individuel de nos facultés, puisqu’il est le résultat de ce développement considéré en même temps dans un grand nombre d’individus réunis en société […]. C’est entre ce degré de civilisation et celui où nous voyons encore les peuplades sauvages, que se sont trouvés tous les peuples dont l’histoire s’est conservée jusqu’à nous. (Condorcet, 1794, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain)

22Alors que l’Encyclopédie (Diderot et D’Alembert) ne propose aucune entrée Progrès, l’Esquisse, considérée comme le testament intellectuel de Condorcet, le dernier des Encyclopédistes, préfigure les discours du progrès civilisateur, entendu comme un processus de perfectibilité morale et intellectuelle, inscrit dans un devenir temporel. Ce texte, qui associe « progrès de l’esprit humain » et « développement » des facultés intellectuelles, produit une définition du « progrès » avec la copule « être » – le progrès est le résultat du développement des facultés intellectuelles –, sans que l’énonciateur ait recours à un connecteur métalinguistique. L’acte de définition est une caractéristique des « discours constituants », au sens de D. Maingueneau (1999), pour qui plus un discours est constituant, c’est-à-dire qu’il fait autorité, car sa source est légitimante, plus il est porté à définir plutôt qu’à reformuler :

Il y a constitution, précisément, dans la mesure où le dispositif énonciatif fonde, de manière en quelque sorte performative, sa propre possibilité, tout en faisant comme s’il tenait cette légitimité d’une Source qu’il ne ferait qu’incarner (le Verbe révélé, la Nature, la Raison, la Loi…). (ibid. : 7)

L’institutionnalisation des valeurs

  • 12 Professeur d’histoire moderne à la Sorbonne, ministre de l’Intérieur dans le premier gouvernement (...)

23Dans la première leçon d’une histoire de la civilisation, F. Guizot12 actualise les dénominations « progrès » et « développement » du discours de Condorcet sans expansions, ce qui confère aux notions un caractère d’institutions à valeur universelle : « progrès (de l’esprit humain) » (extrait 1) devient « progrès », et de même « développement des facultés humaines » (extrait 1) devient « développement ».

Extrait 2
Il me semble que le premier fait qui soit compris dans le mot civilisation […], c’est le fait de progrès, de développement ; il réveille aussitôt l’idée d’un peuple qui marche, non pour changer de place, mais pour changer d’état, d’un peuple dont la condition s’étend et s’améliore. L’idée du progrès, du développement, me paraît être l’idée fondamentale contenue sous le mot de civilisation. (Guizot 1828, Histoire générale de la civilisation en Europe)

  • 13 Voir Dufour (2005).

24Les deux lexies « le progrès » et « le développement » actualisées en chaîne par deux juxtapositions (« le fait de progrès, de développement », « l’idée du progrès, du développement ») sont comprises comme des programmes de sens du praxème « civilisation » en emploi autonymique au moyen d’expressions métalinguistiques : « compris dans le mot de… », « contenue dans le mot de… ». L’emploi autonymique s’explique par l’introduction relativement récente (1754) du praxème dans le lexique français, en remplacement de « police » et d’» état civil »13. La représentation du progrès par la métaphore « d’un peuple qui marche » (déjà actualisée chez Condorcet – dans l’expression « la marche de ces peuples », op. cit.) s’inscrit dans une conception du temps non cyclique, propre à la culture occidentale, qui impose celle-ci comme modèle universel de la civilisation.

La reformulation des degrés de civilisation

25Avec le texte de P. Leroy-Beaulieu, le théoricien majeur de la doctrine coloniale, la grande idée du progrès civilisateur devient un argument colonial. La formulation « degrés de civilisation » est reprise au service de l’établissement de gradations évaluatives : « les races inférieures » et « les sociétés parvenues à un état avancé de civilisation », qui légitiment la colonisation :

Extrait 3
[…] la colonisation appartient incontestablement à la catégorie des faits sociaux : c’est une des fonctions les plus élevées des sociétés parvenues à un état avancé de civilisation. […] au point de vue moral, philosophique et religieux, d’autres questions non moins âpres viennent également réclamer une solution : le traitement des races inférieures, l’estimation juste de leurs droits et leur acheminement vers la civilisation. […] Il y a entre la société à l’état d’enfance et de formation et la société adulte qui lui a donné le jour un échange permanent d’influences, une réciprocité de services, une continuité de rapports, en un mot, une dépendance mutuelle, qui constituent précisément ce que l’on est convenu d’appeler la colonisation (Leroy-Beaulieu, 1874/1882, De la colonisation des peuples modernes, pp. XI-XII).

26La reprise anaphorique de la lexie « la colonisation » par le pronom ce suivi de la copule être forme une définition, « la colonisation […] c’est […] », qui confère au discours la capacité à occuper une place de discours-source dans l’interdiscours.

Le postulat colonial fondé sur un « stéréotype relationnel »

27La définition de P. Leroy-Beaulieu qui fonde la raison coloniale – « la colonisation […] c’est une des fonctions les plus élevées des sociétés parvenues à un état avancé de civilisation » – est reformulée et institutionnalisée par J. Ferry, homme politique de la IIIe République, considéré par les historiens comme l’artisan de la politique coloniale :

Extrait 4
Les races supérieures, c’est-à-dire les sociétés occidentales parvenues à un haut degré de développement technique, scientifique et moral, ont à la fois des droits et des devoirs à l’égard des « races inférieures », c’est-à-dire des peuples non encore engagés sur la voie du Progrès. Ces droits et ces devoirs sont ceux de la civilisation à l’égard de la barbarie. (Ferry, 1885, Discours à la tribune de la Chambre des députés, 28 juillet)

28Le discours qui a pour objectif de démontrer le postulat final – « Ces droits et ces devoirs sont ceux de la civilisation à l’égard de la barbarie » – est le lieu de l’échoïsation avec les discours antérieurs de Condorcet, F. Guizot, P. Leroy-Beaulieu supra. Ces rappels d’éléments préconstruits sont des effets de l’interdiscours, qui maintient les fils dialogiques de la formation discursive en tension.

  • 14 « Le point fondamental est donc la présupposition par c’est-à-dire d’une norme d’expression commun (...)

29L’argumentation se construit en deux phases. Deux énoncés sont d’abord posés en face à face, comprenant chacun une « reprise interprétative14 » (Murat et Cartier-Bresson 1987) marquée par la locution métalinguistique « c’est-à-dire » :

les races supérieures, c’est-à-dire les sociétés occidentales parvenues à un haut degré de développement technique, scientifique et moral
vs
les races inférieures, c’est-à-dire les peuples non encore engagés sur la voie du Progrès.

30Les deux énoncés sont opposables terme à terme :

  • les races supérieures vs les races inférieures
  • les sociétés occidentales vs les peuples
  • parvenues à un haut niveau de développement technique, scientifique et moral vs non engagés sur la voie du progrès.

31Cette antonymie permet de poser les deux séquences « un haut niveau de développement technique, scientifique et moral » et « le progrès », comme des alternatives sémantiques.

32Le postulat final qui légitime la politique coloniale, « Ces droits et ces devoirs sont ceux de la civilisation à l’égard de la barbarie », reformule la définition de P. Leroy-Beaulieu en institutionnalisant le « stéréotype relationnel » (Tamba-Mecz 1988 : 99) récurrent des discours coloniaux, « la civilisation » vs « la barbarie », qui reformulent respectivement les « races supérieures » et les « races inférieures ».

Reformulation et propriétés catégorielles : la couleur et le retard

33Certaines reformulations repérées dans les textes de l’époque identifient des propriétés catégorielles cernant de manière restrictive le champ de la notion de « civilisation ».

Extrait 5
La barbarie noire s’ouvrira certes aux promesses de la civilisation européenne et l’immense famille attardée est prête à accourir à notre appel. […] Messieurs, si le passé a pu nous séparer brutalement, l’avenir ne nous révélera-t-il pas pour tenter la haute expérience de progrès humain qui s’appelle civilisation ? (Hubert, « Conférence sur l’Afrique Occidentale Française », Le mois colonial et maritime n° 4 d’avril 1907)

  • 15 « Nommer c’est déjà prédiquer sur ce qui est catégorisé en disant que cela existe (prédicat de réa (...)
  • 16 « Prédicat de dénomination » (Kleiber 1984 cité par Siblot in Détrie et al. 2001 : 270).
  • 17 « Prédicat de réalité » : « Cela est ! » (Benveniste 1939/1966 : 154).
  • 18 « Attardé », qui mobilise les programmes de sens en arrière et arriéré, est reformulé dans les dis (...)

34Dans son discours prononcé devant un public allemand, le président de l’» Action coloniale et maritime » produit un énoncé Y (« la haute expérience de progrès humain ») à l’aide d’un nom existant X (« civilisation »). Le procédé qui associe la représentation d’une chose (le progrès humain) à un nom employé en mention (« civilisation ») est un acte de nomination qui a pour effet de valider le prédicat nominal15 : la dénomination16 « civilisation » correspond à une réalité17 définie comme « la haute expérience de progrès humain ». Cette nomination, qui associe « progrès » et « civilisation », en écho dialogique avec l’extrait 3 et l’extrait 4, alimente le stéréotype de deux propriétés discriminantes des catégories humaines : la couleur de peau (« noire ») et le retard (« attardée18 »). La dénomination « civilisation » est réservée à la seule catégorie européenne, réaffirmant l’universalité de son modèle.

La recomposition des discours : de la « civilisation » au « développement »

35À la décolonisation, l’opprobre est jeté sur les pratiques coloniales, et les praxèmes « civilisation » et « progrès », en emploi absolu, sont frappés d’interdit. Grâce aux séries de reformulations produites dans les discours antérieurs, le praxème « développement », s’impose, en vertu d’une caractéristique propre au fonctionnement de la formation discursive selon laquelle :

des mots, expressions et propositions littéralement différents peuvent, à l’intérieur d’une formation discursive donnée, « avoir le même sens ». (Pêcheux 1975 : 145)

La reformulation des stéréotypes relationnels

  • 19 À partir de la Conférence de Bretton Woods (1944).

36Sous l’influence du discours économique dominant sur la scène internationale19, les discours onusiens à l’orée des années 50 instaurent l’idée de « programme de développement ». C’est le discours du président des États-Unis H. Truman qui institue le terme « développement », assimilé à « croissance économique », comme le mot d’ordre d’une action programmatique commune aux pays industriels envers les pays « sous-développés » :

Extrait 6
Quatrièmement, il nous faut lancer un nouveau programme qui soit audacieux et qui mette les avantages de notre avance scientifique et de notre progrès industriel au service de l’amélioration et de la croissance des régions sous-développées. […] Ce que nous envisageons, c’est un programme de développement fondé sur les concepts d’une négociation équitable et démocratique (Truman, 1949, « discours sur l’état de l’union », point IV, 20 janvier).

37L’argumentation repose sur une définition signalée par « ce » et « c’est », qui reprennent anaphoriquement le « programme » posé en première phrase : « un nouveau programme qui soit audacieux et qui mette les avantages de notre avance scientifique et de notre progrès industriel au service de l’amélioration et de la croissance des régions sous-développées ».

38C’est « un programme de développement ».

39Si la dénomination développement n’est plus associée aux facultés intellectuelles comme chez Condorcet dans l’extrait 1, les programmes de sens d’» avance scientifique », de « progrès industriel », d’» amélioration » et de « croissance » réactualisent les discours coloniaux français auxquels ils font écho, le « haut degré de développement technique, scientifique et moral » de J. Ferry (extrait 4).

40Les mots changent, mais les discours se répètent : en témoigne l’effet de mémoire du postulat de J. Ferry : « Ces droits et ces devoirs sont ceux de la civilisation à l’égard de la barbarie », que renvoie la Résolution du Nouvel Ordre Économique International dans lequel le maître-mot des discours coloniaux, « la civilisation », est remplacé par celui de « développement » :

La coopération internationale en vue du développement représente l’objectif et le devoir communs de tous les pays (1974, Extrait de la Résolution 3201 (S-VI) du NOEI).

La reconfiguration des catégories

41Deux décennies après les décolonisations, la France s’attache à réaménager sa politique de coopération :

  • 20 Ministre de la Coopération.

Extrait 7
Tous ces États poursuivent un objectif identique : le développement, c’est-à-dire la recherche d’une vie humaine et prospère. (Galley20 1980, « Questions sur la coopération… » dans Marchés tropicaux et méditerranéens n° 1799)

42La séquence « la recherche d’une vie humaine et prospère » reformule le sens de « développement » en le (re)définissant à la fois comme un programme, « la recherche de », présenté comme une revendication des pays eux-mêmes et dont l’énonciateur se fait le porte-parole, et comme son résultat : « une vie humaine et prospère ». La reformulation est dialogique à plusieurs niveaux : l’association des caractérisants « humaine » et « prospère » atteste l’interdiscursivité avec les discours des institutions internationales qui prônent la croissance économique comme facteur d’amélioration du niveau de vie. La lexie « une vie humaine » qui actualise en creux un état non humain dans « ces États » réactive le stéréotype relationnel colonial, sans en nommer le deuxième terme.

43Si la dénomination « la civilisation » est effacée des discours, sa mémoire est reversée dans le praxème « développement » en emploi absolu, un développement sur le modèle occidental.

44Les reformulations en chaîne ont-elles pour fonction de donner « le sens des mots, et donc une interprétation en intension ou l’identité des choses auxquelles ceux-ci réfèrent, et donc une interprétation en extension » (Murat et Cartier-Bresson 1987 : 10) ? Les énonciateurs des discours correspondant aux extraits 1 à 7 sont des hommes politiques, ce qui leur donne la double légitimité du dire et du faire : leurs discours ont le pouvoir de désigner et d’identifier les référents nommés.

  • 21 « Le discours n’est pas simplement ce qui traduit les luttes ou les systèmes de domination, mais c (...)

45Les praxèmes « civilisation » et « progrès » du discours de Condorcet, qui comportaient les programmes de sens de « développement des facultés humaines » et « progrès de l’esprit humain », comme promesses d’un état d’humanité meilleur, ont été reformulés pour servir la cause coloniale21, à des fins de conquête économique, de revanche politique sous couvert de mission humanitaire. Les indépendances ont créé une rupture historique, mais la reconduction de pratiques de dominance s’accompagne d’une continuité d’un système relationnel de catégorisation des groupes humains, bien que les termes du système aient été reformulés : « civilisation » vs « barbarie » en « développement » vs « sous-développement ».

46La reformulation d’une séquence discursive, par la redéfinition qu’elle effectue, dans une situation de communication hic et nunc, réalise un réglage du sens qui modifie insensiblement le rapport au réel. Au fil des reformulations, de reprises en redéfinitions, les catégories sont remodelées. Si « la nomination est bien un acte de langage » (Siblot in Détrie et al. 2001 : 207), les redéfinitions en chaîne réalisées par l’activité de reformulation, dans le cadre d’une formation discursive, donnent à celle-ci un rôle performatif dans la (re)configuration des catégories référentielles.

Notes

1 Voir infra l’inadéquation du terme « équivalence ».

2 La période coloniale lato sensu, de la fin du XVIIe aux années 1960 (période des Indépendances), et l’ère contemporaine du développement, traversées par des courants économiques (mercantilisme, capitalisme et libéralisme) et des courants d’idées (Lumières, positivisme, évolutionnisme, marxisme…).

3 Les textes de signature des indépendances peuvent par exemple être considérés comme un « seuil » de sortie de la formation discursive coloniale et d’entrée dans une nouvelle formation discursive.

4 Ce problème est posé par M. Foucault dès l’introduction de L’archéologie du savoir (1969 : 12).

5 La catégorisation est définie comme le « découpage du réel à partir de traits communs, en classes d’objets rangés sous une même dénomination » (Leroy in Détrie et al. 2001 : 48).

6 C’est pourquoi la glose est souvent réduite à un simple « commentaire, note explicative » (Petit Robert 1993).

7 Dans le sous-titre de son ouvrage : Fixer le sens ? La sémantique spontanée des gloses de spécification du sens.

8 La définition insiste sur le caractère de séquence linguistique propre à la glose.

9 En linguistique praxématique, le programme de sens est le « correspondant dynamique dans la problématique de la production de sens que postule, sous forme de sème ou de trait sémantique, l’analyse structurale » (Siblot in Détrie et al. 2001 : 280).

10 « La copule qui apparaît dans la verbalisation des reformulations de l’une ou l’autre des expressions par l’autre (ex : un marteau c’est ce qui sert à enfoncer des clous) est alors la trace d’une identification entre les deux classes construites par cette prédication – identification qui, à son tour, sert de support à une relation de substituabilité » (Fuchs 1982a : 115).

11 « […] ce qui pourrait passer, du point de vue du strict “sens linguistique”, pour une identité de sens, fonctionne toujours comme un déplacement de sens. Il y a toujours progression discursive, argumentative, jamais de réelle répétition ou tautologie, ou simple calque du sens ; le sens du texte-source décodé, re-construit par le sujet n’est jamais reproduit identique, mais toujours re-reconstruit » (Fuchs 1982b : 30).

12 Professeur d’histoire moderne à la Sorbonne, ministre de l’Intérieur dans le premier gouvernement de la monarchie de Louis-Philippe, puis ministre de l’Instruction publique dans les gouvernements suivants.

13 Voir Dufour (2005).

14 « Le point fondamental est donc la présupposition par c’est-à-dire d’une norme d’expression commune aux interlocuteurs, en fonction de laquelle la première est reprise, avec tout ce que le mot comporte de dogmatisme (on dit “se reprendre”, et aussi “reprendre quelqu’un”) » (Murat et Cartier- Bresson 1987 : 7).

15 « Nommer c’est déjà prédiquer sur ce qui est catégorisé en disant que cela existe (prédicat de réalité) et que cela s’appelle ainsi qu’on le nomme (prédicat de dénomination) » (Siblot in Détrie et al. 2001 : 207).

16 « Prédicat de dénomination » (Kleiber 1984 cité par Siblot in Détrie et al. 2001 : 270).

17 « Prédicat de réalité » : « Cela est ! » (Benveniste 1939/1966 : 154).

18 « Attardé », qui mobilise les programmes de sens en arrière et arriéré, est reformulé dans les discours du développement : « Pays les moins avancés », « le retard de l’Afrique » (cf. Dufour 2004).

19 À partir de la Conférence de Bretton Woods (1944).

20 Ministre de la Coopération.

21 « Le discours n’est pas simplement ce qui traduit les luttes ou les systèmes de domination, mais ce pour quoi, ce par quoi, on lutte, le pouvoir dont on cherche à s’emparer » (Foucault 1971 : 12).

Auteur

(francoise.dufour@univ-montp3.fr)
Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 et membre de Praxiling (CNRS, Unité Mixte de Recherche 5267). Ses recherches portent sur les rapports de dominance dans les discours sur l’Afrique, sur les formations discursives coloniales et du développement et sur les stéréotypes

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540