Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

3. Nommer des objets sociaux

L’objet discursif INTERMITTENT : construction d’une forme sémantique et évolution des topoï dans un corpus de presse

Julien Longhi

Résumé

Cet article propose une analyse sémantique résolument discursive, qui permette de décrire les dynamiques du sens à travers la construction d’une « forme sémantique » telle que INTERMITTENT. Pour ce faire, l’auteur s’appuie sur les idées-force de la linguistique du discours et de la sémantique du sens commun, qui convergent vers une redéfinition du sens comme culturel. Dans cette perspective, le retour à l’expérience opéré par la phénoménologie permet d’analyser un lexème tel que INTERMITTENT comme un « objet », selon la tripartition motifs-profils-thèmes de Cadiot et Visetti (2001). La construction d’un tel objet conduit à la mise en évidence des doxèmes, qui sont les topoï propres aux différentes formations discursives (car une région du sens commun est dotée de son dispositif de topoï spécifiques). La théorie sémantique proposée, qui utilise le texte comme lieu d’étude des objets discursifs, intègre les strates traditionnelles de l’analyse linguistique, en révélant les apports de chacune comme participation à la construction globale d’une forme sémantique, par motivation, profilage et thématisation

This paper proposes a resolutely discursive semantic analysis, describing the dynamics of the meaning construction of a semantic form like INTERMITTENT. It exploits the key notions of French discourse analysis, and of the semantics of common sense (Sarfati 1996), which converge on the idea that meaning is culturally determined. Against this background and with the contribution of phenomenology, the meaning of the discursive object INTERMITTENT can be distributed along three “layers of meaning”, named motifs, profils, and thèmes (Cadiot and Visetti 2001). This approach posits the existence of “doxèmes”, which are the specific topoï characterizing the various discursive formations (an area of common sense is characterized by its own specific topoï). The semantic theory proposed, which uses text to focus on discursive objects, includes traditional tools of linguistic analysis and highlights the role of each one in the construction of a semantic form through motives, profiles and themes

Texte intégral

  • 1 Les italiques indiquent les termes en mention, et les petites majuscules les objets discursifs.
  • 2 Dans la Théorie des topoï (Anscombre 1995), le noyau sémantique profond des énoncés est constitué (...)

1En juin 2003, le gouvernement a engagé une réforme du statut des intermittents du spectacle, ce qui a conduit à une « crise des intermittents ». Le traitement de cette crise par la presse (en particulier Le Monde et Le Figaro de mai à octobre 2003, qui constitueront ici notre corpus) témoigne de l’hétérogénéité du sens de intermittent1, et amène à s’interroger sur la construction du sens de ce terme. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les idées-force de la linguistique du discours, qui envisage les dimensions culturelles du sens. Dans cette perspective, le retour à l’expérience opéré par la phénoménologie permet d’analyser un lexème tel que intermittent comme un objet discursif, en nous inspirant de la tripartition motifs-profils-thèmes de P. Cadiot et Y.-M. Visetti (2001). La construction d’un tel objet discursif conduit à la mise en évidence des doxèmes, qui sont les topoï2 propres aux différentes communautés discursives. Nous repérons donc les différents lieux communs argumentatifs relatifs à intermittent dans le relevé d’occurrences et de leurs contextes. L’activité de nomination sert à étiqueter un ensemble de rapports qui lient les énonciateurs à des topoï appréhendés dans un cadre thématique.

2Notre apport est de combiner la linguistique du discours à une théorie sémantique pour étudier ce que nous appelons « l’objet discursif », et l’éclectisme apparent de notre approche constitue notre contribution à un traitement théorique autonome du sens.

La question du sens dans une sémantique discursive

3Il convient pour commencer de définir les notions qui sous-tendent une telle analyse, et de définir une théorie du discours qui puisse être le lieu d’une analyse sémantique.

L’analyse du discours et la linguistique textuelle

  • 3 Cette notion sera définie infra dans « Doxanalyse et sémantique du sens commun ».
  • 4 Cette notion sera définie infra dans « La construction du sens : phénoménologie et théorie des for (...)

4La notion de formation discursive est importante, ainsi que la relation qu’elle entretient avec le discours lui-même. L. Guespin (1976 : 5) définit la relation d’appartenance d’un discours à une formation discursive comme facteur constitutif du discours, et cette relation est « repérable par l’analyse linguistique ». En somme, l’analyse du discours vise à rapprocher les énoncés étudiés des formations à l’intérieur desquelles ils ont été produits. C’est donc un aspect primordial pour l’étude du sens, puisqu’il se manifeste lui-même au sein de ces formations discursives. En reliant l’étude sémantique aux différentes formations discursives, nous rendrons compte des manifestations linguistiques de la doxa3. Nous pouvons ainsi poser la problématique du sens à la manière de D. Maingueneau (1994 : 20) : « L’unité sémantique ne peut apparaître comme la zone de projection stable et homogène d’un vouloir-dire, elle est plutôt un nœud dans un espace conflictuel, une stabilisation jamais définitive dans un jeu de forces ». Cela éclaire notre perspective, puisque l’objet discursif4 INTERMITTENT n’apparaît pas dans le corpus comme « la zone de projection stable et homogène d’un vouloir-dire », mais bien comme « un nœud dans un espace conflictuel » : l’enjeu est de rendre compte des différentes stabilisations du sens de INTERMITTENT.

5Nos propositions théoriques concernant les objets discursifs visent à reconduire les dimensions énonciatives et discursives au sein même des objets, afin de procéder à une analyse sémantique qui soit déjà discursive dans son principe. Notre méthodologie sera donc celle de l’analyse du discours (en ce qui concerne l’extraction des séquences discursives hors du champ discursif) et de la linguistique textuelle, pour sa prise en compte de la proposition énoncée comme unité d’analyse : ses apports théoriques peuvent nous servir ici à ouvrir le texte sur ses conditions de production, par l’intermédiaire du genre :

Un genre de discours est caractérisable certes par des propriétés textuelles […] mais surtout comme une interaction langagière accomplie dans une situation d’énonciation impliquant des participants, une institution, un lieu, un temps et les contraintes d’une langue donnée (voire de plusieurs en situation plurilingue). En d’autres termes, l’interaction se déroule dans le cadre d’une formation sociodiscursive donnée. (Adam 2004 : 36).

6Le tableau synthétique présenté à la fin de cet article relève d’ailleurs ces apports : les formations sociodiscursives apparaissent dans la colonne « positions énonciatives », le genre de discours (médiatique) permettant la cristallisation de formations identifiables.

Doxanalyse et sémantique du sens commun

7Nous reconnaîtrons, à la suite des travaux menés par G.-É. Sarfati (1996), le primat méthodologique de l’analyse des ensembles discursifs, privilégiés puisqu’ils définissent aussi bien des lieux d’inscription que des modélisations spontanées du système du sens commun. Ces ensembles discursifs doivent donc permettre de décrire non seulement les parcours de constitution des unités linguistiques, mais également de rapporter ces parcours aux formations qui en sont à l’origine, afin de définir les contours d’une topique ambiante relative à un objet particulier. Le sens commun sera pour nous aussi le concept organisateur du paradigme topique, et le topos sera son concept général descriptif : on réservera le concept de doxa à la délimitation d’une région du sens commun, comme telle dotée de son dispositif de topoï spécifiques.

8C’est à l’intérieur de ce cadre que les objets discursifs pourront être analysés. Face à la diversité des topoï relatifs à un même objet, la notion de compétence topique permettra de résoudre certaines ambiguïtés. En effet dans une étude sur la doxa,

La notion de compétence topique désigne l’aptitude des sujets à produire des énonciations opportunes et adéquates, et, corrélativement, de les interpréter compte tenu des formes et des contenus axiologiques investis dans la structuration du sens dans un cotexte et un contexte donné. Ou encore : l’aptitude des sujets à sélectionner et identifier – à la production comme à la réception – les topiques afférentes à une situation langagière donnée. (Sarfati 2002 : 112)

9Dans une situation donnée, la compétence topique garantit la cohésion du texte, en sélectionnant dans l’univers de croyance qui lui correspond l’ensemble des doxèmes assumés par le locuteur. Pour atteindre l’objet discursif, nous procédons à l’analyse de la construction du sens dans le cadre d’une pragmatique topique, qui s’inspire également de la phénoménologie.

La construction du sens : phénoménologie et théorie des formes sémantiques

  • 5 Pour P. Cadiot et Y.-M. Visetti, « percevoir est toujours esquisser un sens, qui ne se déploie que (...)

10Notre volonté de rendre compte du caractère sémiotique5 de l’univers humain permet d’articuler la problématique de l’analyse des textes avec une conception phénoménologique des sciences du langage, comme le font F. Lebas et P. Cadiot :

Notre projet est finalement de démontrer que le langage est une saisie du monde, pas seulement qu’il est un jeu tourné vers le monde. Il est une activité de constitution plutôt que de représentation, et les rapports entre sens et référent sont de l’ordre de l’extension plutôt que de la correspondance. (Lebas et Cadiot 2003 : 4)

11Pour parler de intermittent, nous parlerons de l’objet discursif INTERMITTENT. L’« objet » se définit comme suit :

La notion de référent peut alors être généralisée à celle d’» objet ». L’» objet » est défini comme une infinité potentielle de rapports focalisés sur un point. Cette infinité potentielle est l’expression d’une conception d’» équilibre phénoménologique », qui établit qu’un objet est une synthèse d’apparences. Ceci constitue le renversement fondamental à la théorie : on ne peut pas dire qu’un objet prend des apparences, mais que des apparences – parce qu’elles sont conçues comme telles – synthétisent un objet. […] L’articulation de ces notions jette les bases d’une théorie du sens que j’ai nommée « indexicalité du sens ». (Lebas 1999 : 487-488)

12L’apport discursif éclaire l’argumentativité des objets en permettant de repérer les dimensions énonciatives propres aux constructions sémantiques. L’objectif d’une analyse de la création du sens de INTERMITTENT est donc de décrire une dynamique de constitution, de façon telle qu’on puisse la comprendre comme inhérente à l’activité des sujets, tout comme au milieu sémiotique où elle s’exerce. Elle légitime alors la tripartition motifs-profils-thèmes, et permet de rendre compte des parcours qui plongent les unités en discours.

L’objet discursif INTERMITTENT

  • 6 L’approche discursive nous conduit à reformuler la tripartition introduite par P. Cadiot et Y.-M. (...)

13Nous présenterons la construction de INTERMITTENT selon la tripartition motifs-profils-topoï6, tout en gardant à l’esprit que ces strates entretiennent des relations dynamiques : la séparation présentera l’avantage de faire ressortir les apports particuliers de chacune des strates, sachant que ces apports se combinent entre eux lors du processus de construction de la forme sémantique. Ainsi les exemples, classés en fonction des différents motifs à l’œuvre, ont été répartis au sein des différentes strates pour faire ressortir les traits les plus saillants de chacune d’elles. Il va de soi que dans une conception dynamique de la construction sémantique, ces strates sont en perpétuelle interaction dans le processus de mise en discours des unités. Nous verrons par exemple que « les intermittents sont des salauds » a été classé dans la catégorie des thèmes. Le profilage « N + attribut » est évidemment important, mais il ouvre en fait la voie à une thématique, et c’est cette composante que nous choisissons de montrer grâce à cet exemple. Dans nos choix, nous avons en fait essayé d’illustrer le plus clairement possible les apports de chacune des strates à la construction globale, afin d’avoir une vision plus claire de la construction d’une forme sémantique telle que INTERMITTENT (elle sera synthétisée dans le tableau présenté à la fin).

Définitions et explicitations

14Avec le motif, il s’agit de prendre en compte « une certaine couche “morphémique” du sens, dont la portée ne se limite pas aux morphèmes, mais au contraire, et par exemple, se réalise particulièrement bien dès que l’on envisage les mots eux-mêmes, […] comme des ouvroirs à motifs » (Cadiot et Visetti 2001 : 114). C’est donc en quelque sorte un élément de stabilité, comme le montrera l’analyse du corpus : les différents motifs sous-tendent les dynamiques sémantiques. Mais ce ne sont pas des types, puisque les motifs sont toujours susceptibles d’être remaniés, par excès ou par défaut. Ils peuvent disparaître de la conscience des locuteurs, rester dans une mémoire enfouie dans la langue. Les motifs ne sont en général que des fonds, des matériaux ou des supports d’élaboration pour des opérations de profilage et de thématisation ; ils se stabilisent d’une façon plus distincte, plus sélective, par insertion dans des organisations lexicales régionales : à travers la mise en syntagme, et par l’entremise d’opérations textuelles. Par exemple, pour « arbre », les motifs seraient branchement/ramification et force/stabilité. Dans cet article, ce sont eux qui servent de base pour la classification des différents topoï recensés dans le tableau.

15La construction met aussi en jeu les profils : il faut entendre, « par profilage, l’ensemble des opérations grammaticales qui contribuent à la stabilisation des unités, et construisent du même coup un ensemble de vues sur la thématique » (ibid. : 127). Dans de très nombreux cas, ces profilages se font sur la base des motifs : le profilage est donc un système, déjà frayé et enregistré en lexique et en grammaire, de parcours de stabilisation. Par exemple, dans « statut des intermittents », intermittent, comme complément du nom, profile la composante /statut/ du motif. Mais, bien souvent, les profilages ouvrent la voie aux thématiques, comme nous le verrons dans la description topique de notre objet.

16Enfin il s’agit, sous le nom de thématique, « d’une dynamique de construction et d’accès à un posé, motivé et profilé linguistiquement, mais toujours plus pauvre ou plus riche que ces accès partiels » (ibid. : 138). C’est ce dont on parle, mais à prendre dans un sens foncièrement textuel : le thème est ce qui est posé par l’activité du langage sans être dissocié des traces et des modes d’accès propres à cette activité. Les thèmes se situent donc au niveau de l’identité. Pour nous, dans une perspective discursive et énonciative, c’est ce qui permet de plonger le travail des motifs et des profils dans quelque chose de plus permanent : des grands ensembles que nous repérons en terme de topoï, c’est-à-dire des lieux communs argumentatifs sous-tendant les enchaînements en discours, qui ont en commun certains motifs et qui se stabilisent par les différents profilages.

L’analyse de INTERMITTENT

17Nous pouvons à présent procéder à l’analyse sémantique de INTERMITTENT selon cette tripartition.

Motifs

18L’analyse morphologique de intermittent fournit des pistes intéressantes pour l’analyse des motivations. Composé de inter et de -mittent, ce terme a été emprunté au latin intermittens, participe présent de intermittere : le préfixe inter exprime l’espacement, la répartition, ou une relation réciproque, et il s’applique à -mittent, signifiant étymologiquement « laisser dans l’intervalle », « interrompre », pour construire un objet discursif qui représente l’espacement ou la relation entre deux choses. Il est d’ailleurs remarquable qu’historiquement, en langue, intermittent soit un adjectif qui s’applique à quelque chose qui s’arrête et reprend par intervalle, se comportant comme un synonyme de irrégulier. Il est ensuite devenu un nom commun (par ellipse du nom travailleur dans travailleur intermittent). L’exemple du dictionnaire Le Robert (1992), intermittent du spectacle, met d’ailleurs en valeur le caractère irrégulier par rapport au spectacle. Dans l’étude du corpus, les énonciateurs font parfois appel à la légitimité génétique et historique de l’objet discursif, en mettant en avant le caractère discontinu du travail des intermittents : INTERMITTENT retient donc la dimension « espacement/répartition » de inter en l’appliquant à travail.

19Cela permet de poser plus clairement le problème que la composante /métier/ du motif révélait : on doit en effet traiter ce travail par intermittence de façon particulière, puisqu’il est question d’un statut spécifique. Travail est dans ce cas à comprendre comme « travail rémunéré », et l’accès à cette rémunération est justement espacé. C’est cet espacement qui justifie le statut spécifique, et qui conforte l’idée que nous sommes en présence d’un motif riche, composé de deux éléments, /métier/ et /statut/, qui peuvent se combiner selon différents points de vue. La réforme du statut touche à cette définition historique de l’objet, et remet ainsi en cause la richesse du motif, ou en tous cas la relation réciproque qui existe entre les deux composantes. Ce motif s’appuie sur un topos de TRAVAIL qui pourrait se formuler par « tout travail mérite salaire », justifiant ainsi le statut qui compenserait la discontinuité du travail rémunéré.

Exemple 1
Avignon a toujours défendu les vrais intermittents. (Le Figaro, 7 juillet, Mme Roig)

Exemple 2
Revenons à l’esprit fondateur de l’intermittence. (Le Monde, 6 août, J.-P. Raffarin)

20L’exemple 1 rend bien compte de ce sens historique et générique : cette composante /métier/ peut être définie comme source de véracité de l’intermittence. C’est aussi pourquoi J.-P. Raffarin peut parler d’» esprit fondateur » dans l’exemple 2.

21Or la remise en cause de ce motif peut justement venir de TRAVAIL : comme les exemples du Figaro (essentiellement) le montrent, la convocation d’un topos « le travail enrichit » contredit la nécessité de /statut/, puisque dans ce cadre /métier/ devrait suffire, et être l’unique motivation de INTERMITTENT. Dans ce cas soit INTERMITTENT n’est pas un métier, soit il ne donne pas accès à TRAVAIL, et il y a alors remise en cause du positionnement de /métier/ sur une échelle qualitative.

Exemple 3
Ça ne veut rien dire les intermittents du spectacle. (Le Figaro, 12-13 juillet, Bartabas)

22Dans l’exemple 3, l’énonciateur (qui appartient au monde du spectacle) nie /statut/ par son emploi de intermittent comme synonyme d’artiste, considérant alors que son métier, l’art, doit suffire à le motiver. Cette composante /statut/ est un non-sens, et le motif se compose uniquement de /métier/.

23Une autre attitude, celle de certains intermittents, ou celle d’employeurs, est de considérer prioritairement la composante /statut/ du motif : c’est elle qui conditionnerait /métier/, et qui conduirait donc à la fraude et à l’utilisation illégale du système : on a alors /statut métier/.

Exemple 4
[…] recours de façon abusive aux « permittents » – autrement dit des intermittents permanents. (Le Monde, 1er juillet)

Exemple 5
Nous devons faire face à la pression de faux intermittents. (Le Figaro, 18 juillet, une comédienne)

24La création de permittent dans l’exemple 4 cristallise ce point de vue sur le motif, et rend l’objet paradoxal : mot-valise, ce néologisme résulte de la combinaison de deux lexèmes qui s’opposent, intermittent et permanent. C’est pour cela que cette motivation est celle de « faux intermittents » (exemple 5).

25Chez d’autres énonciateurs, la composante /métier/ est évacuée du motif, qui se trouve dès lors composé de /statut/ : INTERMITTENT est alors un statut qui n’est pas directement lié à la fréquence de travail. C’est cette déviation de point de vue qui permet de poser la question de la véracité de l’intermittence. Cela peut aller jusqu’à une réduction du motif en /statut/ seul.

Exemple 6
Les élèves de l’école du Théâtre national de Bretagne, « de futurs ex-intermittents ». (Le Monde, 9 juillet)

26L’exemple 6 montre que les futurs comédiens seront, selon ce point de vue, dépourvus du statut actuel, qui semble constituer l’essence de l’objet. Souvent, cette motivation est liée à l’objet CULTURE, pour lequel « la culture est l’affaire de tous » : /statut/ devient une nécessité.

Profils

27L’étude des profilages montre que ceux-ci mobilisent dans leur majorité la composante /statut/ du motif.

Exemple 7
Il y a eu pourtant des concessions, le statut de l’intermittent reste spécifique, même s’il n’est plus privilégié. (Le Monde, 1er juillet, M. Montanari de Montpellier Danse)

Exemple 8
Patrice Chéreau a, de nouveau, fait remarquer qu’il n’était pas « fondamentalement choqué » par l’accord (Le Monde, 3 juillet). « Il préserve le statut des intermittents, qui était menacé. Il y a eu une négociation, il y a des pertes et des avancées ». (Le Monde, 4 juillet)

28Intermittent est complément du nom statut et entretient donc avec celui-ci une relation syntaxique très forte. Il faut également remarquer que cette composante est créditée d’une valeur intrinsèque positive (avec spécifique dans l’exemple 7 et préserve dans le 8). INTERMITTENT est donc dans ces exemples profilé à partir de la composante /statut/ du motif, et ce profilage le positionne qualitativement. Ces profilages conduisent en fait souvent à montrer que les intermittents sont privilégiés.

29D’autres profilages privilégient la composante /métier/ du motif, dans des syntagmes comme « carte professionnelle d’intermittent », « les intermittents du spectacle, artistes et techniciens, manifestent », « artistes et techniciens, intermittents ou pas ». Pour ces profilages INTERMITTENT appartient à une profession qui travaille dans le monde du spectacle, et INTERMITTENT est un métier.

30À l’inverse de ces deux sortes de profilages, qui privilégient une seule composante du motif, d’autres font bien ressortir la richesse du motif, et les tensions qu’elle crée.

Exemple 9
Personne jusqu’à présent n’a eu le courage d’interdire aux employeurs de l’audiovisuel le recours aux intermittents pour laisser ce système profiter uniquement aux professions artistiques. (Le Monde, 24 juin)

Exemple 10
Les spectacles de danse, de théâtre ou encore le cirque ou les concerts sont donc, d’après cet « arrêt sur image », nettement plus « consommateurs » d’intermittence. Signalons qu’on y est moins payé. (Le Figaro, 18 juillet)

31Le motif /statut métier/ est profilé de manière à rendre cette motivation illégitime, puisque l’on parle à la fois de recours dans l’exemple 9, ce qui dégrade déjà l’utilisation de intermittent, mais en plus ce recours est interdit. Par ce point de vue, INTERMITTENT est en outre profilé comme une marchandise, avec consommateur (exemple 10).

32Les profilages qui opèrent sur /métier statut/ pointent une réalité financière, et cela sous deux angles : la rémunération des intermittents, le coût de cette dernière pour la collectivité.

Exemple 11
Les intermittents face au spectre de la prolétarisation. (Le Monde, 13 juin)

Exemple 12 La coordination parisienne des intermittents et précaires estime […]. (Le Monde, 5 juillet)

33Avec ces profilages, l’objet est plongé dans prolétarisation (exemple 11) ou est associé à précaires (exemple 12), se positionnant au bas de l’échelle financière. C’est donc selon la rémunération qu’opèrent les profilages.

Exemple 13
La logique libérale du Medef […] veut faire payer l’addition aux seuls intermittents. (Le Monde, 13 juin)

Exemple 14
Les intermittents du spectacle touchent huit fois plus d’argent qu’ils n’en donnent. (Le Monde, 24 juin)

34Profilé en rapport avec le coût de la rémunération des intermittents, l’objet devient faussement accusé (exemple 13), ou intrinsèquement cause de déficit (exemple 14). Dans cet exemple, intermittents est d’ailleurs sujet de touchent, devenant le sujet actif du déficit, pour ouvrir sur la thématique « les intermittents sont des profiteurs ».

Thèmes

35Il s’agit dans cette partie de rassembler les différents topoï construits par les thématisations que les discours mettent en jeu. Pour être plus clair, nous rassemblerons les topoï selon les thématiques qu’ils mobilisent.

36Topoï liés au « travail » : dans cette thématique circulent des topoï opposés qui dépendent des énonciateurs et du cadre doxal dont ils sont porteurs. Ainsi nous avons relevé « les intermittents sont des privilégiés », qui correspond au point de vue des réformateurs, auquel s’oppose « les intermittents sont des précaires », qui exprime celui des opposants à la réforme.

Exemple 15
Il y a un an, alors que le Medef manifestait le désir de voir disparaître le régime spécifique de l’intermittence – en considérant qu’il pouvait s’agir de travail temporaire ordinaire – la mobilisation des premiers concernés a été des plus faibles. (Le Figaro, 30 juin)

Exemple 16
En conclusion, des mesures seront prises pour favoriser la transformation d’emplois intermittents en contrats permanents ou de longue durée. (Le Figaro, 8 juillet)

37Cette précarité ressort d’ailleurs dans des confusions – parfois volontaires – faites entre intermittent et intérimaire, et qui soulignent les ambiguïtés d’un tel statut : ce statut est à la fois partagé par d’autres activités (par la discontinuité du travail) et spécifique (par un statut spécifique). Ainsi dans l’exemple 15, on le compare à un travail temporaire ordinaire, alors qu’en 16 on veut le transformer en travail permanent. Mais dans les deux cas, cette discontinuité spécifique est vouée à être changée.

Exemple 17
Un chiffre dramatique, celui du déficit du régime des Assedic consacré aux intermittents […]. À ce chiffre, on accole aussitôt le mot de fraude. Conclusion pour le plus grand nombre : les intermittents sont des salauds qui vivent aux crochets des autres. (Le Monde, 17 juillet)

38Un point de vue plus radical sur le travail des intermittents vise à nier simplement la partie /métier/ du motif : dans l’exemple 17, avec la thématisation de /statut/, les intermittents sont construits comme salauds et assimilés à des profiteurs, puisque l’objet de discours INTERMITTENTS n’a pas /travail/ comme composante de sa motivation.

39Topoï liés à « culture » : ces topoï impliquent ceux liés à TRAVAIL, puisque CULTURE entretient un rapport avec la sphère économique, comme nous allons le voir.

Exemple 18
Ce régime spécifique des intermittents […] participe directement au financement de la politique culturelle. (Le Monde, 24 juin)

40Ainsi, si « la culture est l’affaire de tous », INTERMITTENT est une nécessité, et les intermittents œuvrent pour le bien commun : c’est le cas dans l’exemple 18, qui construit INTERMITTENT comme moyen et outil des politiques culturelles.

Exemple 19
La question est de savoir si l’intermittent du spectacle vit de son métier de technicien ou d’artiste ou bien s’il vit de l’assurance-chômage. (Le Monde, 13 juin)

41Au contraire, si « la culture doit être rentable », les intermittents sont des profiteurs d’un mauvais système, et leur existence n’est pas légitime. L’exemple 19 pose ainsi la question de leur existence face à leur activité.

42Topoï liés aux actions des intermittents : par leurs actions, les intermittents prennent en charge des affrontements qui dépassent largement la simple manifestation. En effet, se poser contre la réforme entraîne des luttes discursives sur la doxa qui conduisent à juger l’autre de son propre point de vue. Les discours révèlent surtout les topoï véhiculés par les réformateurs (puisque les intermittents parlent peu de leurs propres actions), et sont parfois très violents.

Exemple 20
Après la signature, vendredi dernier, d’un accord sur la réforme du système d’indemnisation du chômage des intermittents du spectacle […], le monde du spectacle semble pris d’une fièvre mortelle. (Le Figaro, 30 juin)

Exemple 21
Aujourd’hui, alors que la spécificité du régime est sauvée, les intermittents semblent pris d’une agitation irrationnelle. Ils sont allés trop vite et trop loin. (Le Figaro, 30 juin)

Exemple 22
Un commando d’intermittents s’invite sur le plateau de « Star Academy ». (Le Monde, 21 octobre)

43Nous pouvons ainsi repérer des thématiques s’appuyant sur les profilages qui se servent de /statut/ : comme ils sont privilégiés, leur action n’est pas légitime, et le jugement que l’on porte sur eux peut alors s’exprimer par une critique de leur comportement (assimilé à une maladie dans l’exemple 20, marqué d’irrationalité en 21, belliqueux en 22). Ces topoï s’appuient donc sur un topos plus général « les intermittents sont dans l’erreur » : les thématisations construisent des topoï qui expliquent les causes de ces erreurs par des caractéristiques qui deviennent ainsi intrinsèques à l’objet discursif INTERMITTENT.

Exemple 23
Intermittents. Actions et agitations. (Le Figaro, 26-27 juillet)

Exemple 24
Entre le temps et les intermittents […]. Les deux concerts « en prologue » […] furent largement perturbés par les intermittents du spectacle venus d’ici et d’ailleurs. (Le Figaro, 19 août)

44Ces thématisations peuvent aller jusqu’à assimiler leurs actions à de l’agitation (exemple 23), ou à les considérer comme des intempéries (exemple 24).

45Les intermittents ne seraient ici rien de moins que des agités qui dérangent au même titre que la pluie.

46Il existe quand même une utilisation de leur action par les intermittents, qui conduit à la création d’un topos « les intermittents doivent toujours être en lutte » : il s’agit du néologisme interluttant.

Exemple 25
La coordination avignonnaise des interluttants a tenu une assemblée générale. (Le Monde 6-7 juillet)

47Dans cet exemple, nous nous trouvons devant le mode de production sémantique et discursif d’un élément de langue, à la fois du côté morphologique, mais également en rapport avec le travail des topoï. Au niveau morphologique, l’objet conserve le morphème inter, qui se combine avec un morphème indiquant le participe présent. Cet objet est donc lié à la topique ambiante de la lutte des intermittents, ce qui témoigne de l’éclairage mutuel de l’approche discursive avec une théorie sémantique-phénoménologique. En effet, les dynamiques constitutives du sens, repérées selon la tripartition motifs-profils-thèmes, se vérifient dans l’apparition d’un néologisme tel que interluttant : le motif nous renseigne sur la motivation sémantique à l’œuvre ; les profilages le stabilisent, et le plongent en discours où ils cristallisent la lutte inhérente aumotif /métier statut/, puisque lutter est une nécessité pour ne pas le dégrader. Cette lutte devient intrinsèque à l’objet, modifiant le processus de nomination.

48Le tableau ci-dessous résume les dynamiques de constructions remarquables mises à jour par cette analyse. Il modélise en effet les positions de doxa à partir des sites énonciatifs :

Dynamiques sémantico-discursives de l’objet discursif INTERMITTENT

49Les énonciateurs sont généralement des instances institutionnelles (rédactions des journaux). Il faut toutefois considérer les mécanismes de discours rapportés (puisque les rédacteurs d’articles usent souvent de citations, comme celle de Bartabas dans l’exemple 3) et d’interviews (comme celle de J.-P. Raffarin dans l’exemple 2).

50Notre approche sémantique, qui utilise le texte comme lieu d’étude des objets discursifs, intègre les strates traditionnelles de l’analyse linguistique, en révélant les apports de chacune comme participation à la construction globale d’une forme sémantique, par motivation, profilage et thématisation. Elle permet ainsi d’analyser, dans un même mouvement, l’articulation sémantique des objets discursifs avec le discours qui les introduit, et la diversité des strates de manifestation du sens.

51Analyser la construction du sens permet alors de rendre compte du sens que le discours confère aux objets qu’il introduit, et de comprendre de façon dynamique l’argumentativité de INTERMITTENT. La mise en évidence de la construction du sens par le discours et selon la tripartition motif-profil-thème révèle donc ce qu’il y a en amont des topoï, tout en les analysant comme sous-tendant les enchaînements.

Notes

1 Les italiques indiquent les termes en mention, et les petites majuscules les objets discursifs.

2 Dans la Théorie des topoï (Anscombre 1995), le noyau sémantique profond des énoncés est constitué par les relations qu’entretient cet énoncé avec les discours qui le précèdent et le suivent. Ces relations sont argumentatives, et la relation d’argument à conclusion est de nature gradable. Lors d’une énonciation, le locuteur donne des indications sur le chemin qu’il a choisi pour aller d’un argument à une conclusion : ce sont les topoï, c’est-à-dire des principes généraux qui servent d’appui au raisonnement mais qui ne sont pas le raisonnement.

3 Cette notion sera définie infra dans « Doxanalyse et sémantique du sens commun ».

4 Cette notion sera définie infra dans « La construction du sens : phénoménologie et théorie des formes sémantiques ».

5 Pour P. Cadiot et Y.-M. Visetti, « percevoir est toujours esquisser un sens, qui ne se déploie que dans un parcours, dans une activité de thématisation par laquelle se font et se défont les identités » (2001 : 50).

6 L’approche discursive nous conduit à reformuler la tripartition introduite par P. Cadiot et Y.-M. Visetti (2001) en remplaçant le concept de thème par celui de topos.

Table des illustrations

Légende Dynamiques sémantico-discursives de l’objet discursif INTERMITTENT
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

Auteur

j.longhi@wanadoo.fr)
Doctorant à l’université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand et membre du Laboratoire de recherche sur le langage (LRL). Il est attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Institut Universitaire de Technologie de Montluçon. Sa recherche contribue à l’intégration de la sémantique (indexicalité du sens) à la linguistique du discours, par la description des dynamiques du sens dans divers corpus

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540