Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

3. Nommer des objets sociaux

Quel(s) objet(s) de discours se dissimule(nt) sous la dénomination le voile ?

Laura Calabrese

Résumé

Certains événements médiatiques se caractérisent par une forte fluctuation désignative lors de leur circulation dans la presse écrite, contrairement à d’autres dont l’usage a consacré une dénomination stable (i.e. « le 11 septembre »). L’auteure de cet article envisage le premier cas, en soulevant certains problèmes théoriques qui découlent de cette configuration discursive particulière.
À partir d’un corpus d’articles de presse traitant de la loi « sur la laïcité », elle analyse le paradigme de reformulation qui se construit pendant ce moment discursif, en posant son instabilité constitutive, instabilité dont témoignent les gloses et commentaires métalinguistiques sur les différentes désignations. Elle analyse ensuite le déplacement qui va de « la loi sur la laïcité » à « la loi sur le voile », en proposant que dans ce déplacement il s’est produit un changement de l’objet de discours, où les « affaires de voile » sont mises en série avec d’autres événements de nature politique. Cette réorientation argumentative est envisagée à l’aide du clivage dénomination/désignation proposé par Kleiber (1984). Car si le désignant « le voile » participe d’une relation référentielle durable avec un objet de la réalité, il se crée en même temps une association occasionnelle entre le désignant et une famille d’événements

Media coverage can entail a highly unstable designation of some events, whereas others, like September-11, remain unchanged over time. This paper deals with the unstable designation of media events. It underlines a number of theoretical problems that follow from this particular discursive configuration. Using a corpus of newspaper articles about the recent French legislation on secularism (“loi sur la laïcité”), the paper first analyzes the reformulation paradigm built up during this discursive moment and posits a constitutive instability, substantiated by a number of interpretations and metalinguistic comments on the different designations. Secondly, it analyzes the shift from “loi sur la laïcité” (legislation on secularism) to “loi sur le voile” (the headscarf law) and argues that this shift goes hand in hand with a shift in focus since “headscarf issues” are associated with other politically charged events. It examines this argumentative reorientation in the light of Kleiber’s concepts of dénomination/désignation (Kleiber 1984) and notes that “le voile”, as a designation, not only describes a real object, but also develops an occasional association with a crop of other media events

Texte intégral

  • 1 Notre corpus est constitué d’articles de presse qui parlent de la loi sur la laïcité, parus entre (...)

1Lorsque la presse française découvre, en octobre 1989, les premières affaires autour du port du voile islamique, le problème de la dénomination est posé d’emblée. En témoigne ce titre à la une du journal Le Monde : « On ne sait trop comment nommer l’objet du scandale : voile ? foulard ? tchador ? hidjeb ? Aucun de ces mots n’est satisfaisant, aucun n’est innocent » (LM 21/10/89)1.

2Quatorze ans plus tard, un nouveau contexte et de nouveaux usages réinscrivent et remettent en circulation dans les médias toute la production discursive touchant à la question du voile, avec pour déclencheur les débats autour de la loi sur la laïcité : la désignation s’est-elle entre-temps fixée ? Pas vraiment : on remarque la même instabilité désignative des premiers temps, au point que l’on pourrait parler d’une instabilité constitutive, propre à certaines familles d’événements, dont le voile serait un bon exemple.

  • 2 Nous appelons « désignant » le produit du processus de désignation.

3Une série de questions se trouvent à l’origine de ce travail : pourquoi ce foisonnement dénominatif pour parler des événements liés au voile ? Pourquoi les désignants2 sont-ils tellement vagues et tellement éloquents en même temps, comme dans affaire du voile ou question du voile ? Pourquoi a-t-on la double impression de savoir de quoi il s’agit et de rater une partie du programme de sens inscrit dans la dénomination ?

Deux moments discursifs pour le voile

4Nous allons aborder ce cas particulier dans lequel un événement ou une famille d’événements sont nommés à l’aide d’un long et hésitant paradigme désignationnel (Mortureux 1993), et où les discussions autour de la signification de ces désignants occupent une place aussi importante que les faits eux-mêmes ; c’est-à-dire un type d’événement où l’espace virtuel des médias devient non pas le reflet, mais l’endroit même où se déploient les conflits sociaux. Nous partons de l’hypothèse, développée par d’autres chercheurs, que « les désignants sont des lieux matériels à partir desquels les locuteurs trouvent l’occasion d’exprimer leur position à l’égard du conflit » (Krieg- Planque 2003 : 201).

  • 3 On le voit dans l’exemple suivant :
    Jean-Marie Lustiger fin de mission.
    […] Après l’affaire du voile (...)

5Toute la production discursive circulant dans les médias par rapport à la loi sur la laïcité, nous l’appellerons, en suivant S. Moirand, « moment discursif », expression qui « désigne le surgissement dans les médias d’une production discursive intense et diversifiée à propos d’un même événement […] et qui se caractérise par une hétérogénéité multiforme (sémiotique, textuelle, énonciative) » (Moirand 2004a : 73). Ce concept nous permet, d’une part, de nous référer à une famille d’événements dépendants les uns des autres et, d’autre part, de leur assigner une cohérence discursive et non exclusivement factuelle. Par ailleurs, la notion de moment discursif est importante car c’est la circulation, à un moment donné, d’une masse de textes portant sur un thème, qui permet la reconnaissance de certains désignants dans un autre contexte, contribuant ainsi au figement de ces désignants3. Nous retenons les désignants suivants, relevés dans notre corpus : loi sur la laïcité (à l’école), loi du 15 mars (2004), loi interdisant le port ostensible de signes d’appartenance religieuse, loi interdisant les signes religieux à l’école, loi du 15 mars interdisant le port de signes religieux ostensibles, loi interdisant le port du voile, loi anti-voile, loi contre le voile, loi Stasi.

  • 4 Pour cela, nous parlerons de dénomination lorsqu’il s’agit d’une lexie stabilisée en langue et fai (...)

6Nous proposerons l’hypothèse que ce moment discursif est constitutivement instable du point de vue dénominatif, et que cette instabilité révèle, d’une part, à quel point les discours participent des conflits sociaux et, d’autre part, comment certaines désignations d’objets peuvent changer de statut et devenir des désignants événementiels. Pour identifier ce passage, nous essaierons de cerner les changements d’objet de discours (Sitri 2003) produits entre le premier moment (les premières affaires de 1989) et le deuxième (la « loi sur le voile »). Autrement dit, nous essaierons de montrer comment la lexie voile s’est vue transformée au fil des textes4, et comment elle a fini par inscrire (pour combien de temps, on ne le sait jamais) dans son sens même l’histoire discursive qui l’a conduite des premières affaires de voile à la loi sur le voile.

7Comme le rappelle le journal Le Monde (20/03/04) :

La loi « encadrant […] le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse » dans les établissements scolaires […] marque la fin d’une période. Celle où le Conseil d’État et sa jurisprudence traitaient des « affaires de foulard » islamique au « cas par cas ».

8Effectivement, si lors des premiers incidents liés au voile la presse a parlé de « l’“affaire” des foulards » ou de « L’affaire des “voiles” au Collège de Creil » (LM 6/10/89), ce nouveau moment discursif organisé par le débat sur la loi va être marqué par une forte synthèse au niveau des désignants. Il ne sera plus question de foulards ou de voiles au pluriel, mais d’un foulard et d’un voile, celui emblématique que tout le monde connaît, celui dont on parle, celui qui excède l’objet foulard et l’objet voile.

  • 5 L’auteur entend par dénomination tant la « dénomination-mot » (stabilisé en langue) que la « dénom (...)

9Pour aborder cette problématique qui oscille entre le sémantique et le discursif, nous inscrirons notre analyse dans le cadre d’une sémantique de la dénomination ou linguistique de la dénomination. Nous suivons notamment H. Constantin de Chanay, qui considère que le problème de la dénomination5 doit être envisagé en discours, et défend l’extension de la notion de dénomination à des syntagmes excédant largement le cadre du mot (Constantin de Chanay 2001).

Comment s’appelle ce couvre-chef ? La mise en scène sémantique du conflit

10D’emblée le foisonnement de commentaires touchant les noms qui désignent le voile islamique est frappant dans ce corpus : au fur et à mesure que les débats sur la loi prennent de l’ampleur dans la presse, ces commentaires occupent plus de place. Geneviève Petiot avait déjà observé le « combat lexico-idéologique, donc fortement discursif, pour imposer l’un ou l’autre des vocables possibles » (Petiot 1995 : 61). Alors que les désignants voile et foulard, ainsi que les collocations affaire du voile/foulard ou question du voile/foulard, se sont imposés, la bataille des dires ne passe plus par la dénomination de l’objet, ce qu’atteste le figement des désignants et leur circulation des plus aisées aujourd’hui. En revanche, les différents acteurs sociaux, y compris la presse, discutent ardemment de la définition de ces mots. Même si ce n’est plus la mise en circulation de nouveaux désignants qui est en jeu, le signifié des signes circulants est toujours l’objet de débat.

11Si en 1989 la presse s’interrogeait sur la meilleure dénomination possible de « l’objet du scandale », ce nouveau moment discursif présente un paradigme désignationnel beaucoup plus complexe car organisé autour du débat sur la loi. À partir du moment où l’on commence à parler de loi, on ne peut pas éviter de lire ces discours comme un positionnement par rapport à celle-ci ; c’est-à-dire que tous ceux qui étaient « contre le voile » à l’école ou « pour le voile à l’école » deviennent par la suite des défenseurs ou des détracteurs de la loi. Et les discussions sur la signification « réelle » du voile islamique serviront à diviser l’espace public.

12Les commentaires métalinguistiques constituent une partie importante du discours d’instances officielles, comme on le voit dans les exemples suivants :

Exemple 1
Le Conseil d’État rejette la demande de réintégration d’une collégienne voilée. […] Le directeur juridique de l’éducation nationale et l’avocat de la famille se sont alors accordés sur une définition du bandana comme « un carré de tissu qui découvre le front tout en couvrant les cheveux et les oreilles, noué dans le cou mais non solidaire du reste de la tenue » de l’élève. (LM 10/04/04)

Exemple 2
À l’occasion d’une audience devant le Conseil d’État […] pour examiner le recours des parents d’une élève exclue pour le port d’un voile islamique […], le ministère de l’éducation nationale a donné sa définition d’un bandana acceptable dans les classes.

13Et dans le cas où la définition officielle ne suffirait pas, le journaliste ajoute la définition du dictionnaire :

Le dictionnaire Le Petit Robert évoque l’origine hindi de ce mot, défini comme un « petit foulard carré de coton imprimé ». (LM 21/04/04)

14Dans les textes cités et les discours rapportés d’origine gouvernementale, le commentaire sur la non-distinction des signifiants reviendra souvent :

Exemple 3
Évoquant la circulaire d’application dimanche 14 mars […], le Ministre de l’Éducation Nationale, Luc Ferry, a affirmé : « Les grandes croix, les kippas, les foulards islamiques, quel que soit le nom qu’on leur donne, seront interdits. (LM 20/03/04)

15Si le discours officiel s’écarte des spéculations linguistiques ou ontologiques, les détracteurs de la loi useront de l’argument que nous pouvons appeler « désidéologisant » (exemples 4 et 5), tandis que les défenseurs feront exactement le contraire, c’est-à-dire l’investiront d’une forte charge symbolique (exemple 6) :

Exemple 4
Récemment, il [le Dr. Abdallah Milcent] a suscité les inquiétudes des défenseurs de la loi en évoquant les « failles » du texte adopté : selon lui, le voile présenté comme un « habit traditionnel » ne pouvait faire l’objet d’une interdiction. (LM 24/06/04)

Exemple 5
Non, le foulard islamique n’est définitivement pas le morceau de tissu anodin que certains décrivaient pour justifier leur hostilité à une réglementation de son port. (LM 13/09/04)

Exemple 6
« Je suis athée et je dénie à quiconque le droit de m’enfermer dans une religion. Pour moi, le voile est un signe d’impudeur qui attire les regards, la marque d’une revendication de l’oppression des femmes ». Le foulard islamique attise la fougue de Nadia Amiri, ancienne dirigeante de l’association France Plus. (LM 14/10/04)

Des désignants plus instables que d’autres

  • 6 Nous n’aborderons pas ici cette question, aussi riche que celle des désignants de la loi. En effet (...)
  • 7 Si le figement désigne « toute collocation à caractère néologique en cours de lexicalisation », le (...)
  • 8 Le voile comme « morceau de tissu » peut avoir l’effet argumentatif opposé lorsque l’énonciateur o (...)

16Nous voulons insister sur l’importance des commentaires autour des désignants non seulement parce qu’ils représentent le débat qui a lieu dans l’espace public, mais aussi parce qu’ils donnent la mesure de la difficulté à nommer les objets, événements ou acteurs6 du conflit. Ces commentaires sont d’autant plus importants qu’ils contribuent à organiser la position des acteurs sociaux, car c’est par les définitions qui confortent ou infirment la puissance référentielle des désignants voile ou foulard que l’on se positionne dans le débat. C’est ainsi que l’espace public sera divisé entre les « pro-voile » et les « anti-voile » : les premiers auront tendance à défiger7 les expressions voile/foulard islamique, en présentant leur référent comme un « morceau de tissu anodin8 », tandis que les seconds feront exactement le contraire. Rappelons que le défigement « semble relever d’une opération consciente et volontaire du sujet locuteur, qui vise un effet expressif par la remotivation de propriétés sémantiques et syntaxiques que le figement avait effacées » (Charaudeau et Maingueneau 2002 : 262). Nous voulons donc opposer ce type de moment discursif à un autre qui aurait un comportement opposé.

17Un type de désignant stable serait par exemple le 11 septembre ; personne ne met en cause la pertinence du désignant et il ne semble pas y avoir eu de négociation ou d’hésitation lorsqu’il a été lancé dans l’espace public, malgré une mémoire chargée. Il faut préciser que ce type de désignants d’événements, les chrononymes (Calabrese 2005), sont plus objectifs que d’autres du point de vue de la désignation, parce qu’ils ne comportent a priori aucune charge argumentative (sauf celle qui découle, bien évidemment, de son histoire mémorielle). Dans ce cas, il s’agit non pas de discuter la désignation elle-même mais le lien qui unit le désignant au référent, pour contester l’importance de l’événement auquel il réfère, comme dans l’éditorial d’Ignacio Ramonet paru dans Le Monde Diplomatique le 12/09/01, qui avait comme titre « L’autre 11 septembre », faisant allusion au coup d’état au Chili en 1973.

18Dans le moment discursif qui nous occupe, les désignations, les discours, les reprises de discours sont un champ de bataille autant que les manifestations dans la rue et les débats parlementaires. Les désignations sont le plus souvent accompagnées par des gloses servant à définir la position du locuteur. Comme nous le verrons plus loin, cette instabilité est liée à la nature du désignant (le) voile comme désignant d’événement. En tout cas, en abordant ce moment discursif comme constitutivement instable du point de vue dénominatif, nous pouvons dire que, lorsque la presse parle du voile, elle parle aussi d’un conflit, conflit social dont elle rapporte les événements, conflit discursif qu’elle commente au niveau métalinguistique.

Ce que le voile dévoile : la mise en scène rhétorique du conflit

19Dans les exemples précédents, la définition du mot voile est capitale pour les acteurs du conflit, c’est-à-dire que la négociation se fait autour du signifié du signe. Mais l’instabilité dénominative de ce moment discursif se vérifie aussi dans une exploitation rhétorique de la sémantique, au moyen de jeux de mots avec les verbes cacher/voiler, auxquels le mot voile se prête à merveille, et qui vont devenir un leitmotiv de ce moment discursif. Comme on le voit dans l’exemple 7, le motif est déjà énoncé dès 1989 :

Exemple 7
La controverse linguistique en masque une autre, encore plus importante, qui tient à la signification de ce vêtement. (LM 21/10/89)

20Cependant, il n’atteint pas encore le degré de codification qu’il aura lors des débats sur la loi, où le voile ou le foulard synthétisent, par métonymie, une série de données linguistiques et factuelles. Linguistiques car ces dénominations remplacent le nom officiel de la loi, factuelles car elles font allusion au conflit plus global dont le voile ne serait qu’un signe (laïcité à l’école, mixité, statut de la femme et même contexte géopolitique), comme dans les exemples 8 et 9, qui développent la vision du voile comme symptôme :

Exemple 8
Pour moi, le foulard c’est le haut de l’iceberg. L’important est la question suivante : est-ce que l’école remplit ses devoirs de socialisation républicaine ? (Entretien avec Bruno Étienne, LM 13/04/04)

Exemple 9
Les enjeux cachés du voile à l’école. Le voile n’est pas un débat en soi. C’est un test qui doit nous servir à réaffirmer une vision particulièrement ambitieuse de la laïcité […]. (Prochoix n° 25, p. 19)

21Évidemment, toute l’ambiguïté de ces emplois réside dans « le bas de l’iceberg », « les enjeux », le « caché », c’est-à-dire ce quelque chose de suggéré, qui est mobilisé par le nom mais se construit en discours, comme dans les deux exemples précédents ou dans les suivants, titres qui annoncent une sorte d’inconnue à dégager dans le texte :

Exemple 10
Ce que voile le voile… et ce qu’il dévoile. (À propos d’un livre de S. Bouamama, sur le site www.lmsi.net)

Exemple 11
La face cachée du voile. (Elle 1/09/03)

22Ou dans l’exemple 12, où la sonorité arabe du prénom d’une comédienne justifie le rôle argumentatif du vocable, à savoir : l’absence de voile est une forme de franchise.

Exemple 12
Rachida Khalil, le rire sans voile […]
elle improvise un défilé de mode en tchador, elle danse à l’orientale avec un voile sous les reins, sans tabou, sans précaution […] Des filles voilées viennent voir ses délires. Jamais d’incidents, pas de lettres. « Ça leur parle. Elles sont plus libres qu’on ne croit. » Et la loi sur le voile ? La loi, la révolution française, le féminisme, la laïcité, c’est la colonne vertébrale : « Je me sens vraiment française. Sérieusement, que vont-elles faire plus tard ? » (LM 10/02/05)

23À noter l’opposition entre le voile du titre et celui accompagné d’un article indéfini dans le texte, qui illustre la polyréférentialité du lexème : en effet, ils n’ont pas le même référent, car il y a voile et voile, celui qui cache les cheveux et celui qui cache (selon la métaphore observée dans nos exemples) le conflit social, une représentation collective plus ou moins vague où se retrouvent des questions sociales à l’ordre du jour (l’école, la laïcité, l’immigration).

  • 9 On parle de « négociations conversationnelles pour désigner tout processus interactionnel plus ou (...)

24Dans les exemples qui précèdent on peut voir le changement d’objet de discours auquel nous avons fait allusion plus haut. Rappelons que l’objet de discours « est une entité discursive qui se déploie et se transforme dans la durée discursive et dont l’émergence est repérable à des marques particulières » (Sitri 2000 : 2), et notamment dans la reformulation, qui se fait grâce à des énoncés métalinguistiques (comme dans les commentaires autour de la définition des mots voile ou foulard). En effet, ce moment discursif est caractérisé par la négociation : négociation des mots choisis, négociation de la définition de ces mots, de leur référent… Nous utilisons le concept tel qu’il est employé en analyse conversationnelle, pour montrer à quel point les désignations (et certaines plus que d’autres) sont co-construites9 et pour souligner le lien entre le processus de désignation et l’objet de discours. Comme le dit F. Sitri, « la nomination apparaît en particulier le fruit d’une double négociation : négociation entre les mots de l’un et les mots de l’autre, négociation avec l’“autre” de l’interdiscours » (c’est-à-dire des sens transportés dans les mots que le locuteur ne peut pas ignorer). Cette négociation constante oblige les acteurs du conflit à expliciter leur position en cherchant la vérité derrière les désignations, comme dans cet éditorial du Monde :

Exemple 13
La vérité est qu’elle [la loi] cible d’abord le foulard que portent – de bon ou de mauvais gré – certaines jeunes musulmanes. C’est une pratique à sens multiples : signe d’appartenance religieuse, symbole attentatoire à l’égalité des sexes ou simple tradition vestimentaire. Dans certains cas, elle est l’une des marques que veulent imposer à des fins militantes des groupes islamistes qui entendent défier les principes de la République à l’école, mais aussi à l’hôpital ou dans d’autres services publics. (LM 22/04/04)

  • 10 Et, au-delà du nom, ce sont les collocations question/affaire du voile qui ont un pouvoir de sugge (...)

25En effet, si le lexème voile (codé en langue) renvoie à un objet du monde connu de tous, dans ce contexte discursif le désignant devient plus complexe, renvoyant à quelque chose qui n’est pas explicité mais suggéré dans les discours10. Ainsi, la désignation devient ici un espace de négociation (donc de positionnement énonciatif), de sorte que lorsqu’on parle du voile, on parle de quelque chose qui est dissimulé sous cette désignation. L’opposition entre dénomination et désignation, au sens où elle a été établie par G. Kleiber (1984), nous mène au problème de la référence. Si les vocables voile/foulard participent d’une relation référentielle durable avec un objet de la réalité, il s’est créé en même temps une association occasionnelle entre le désignant et un événement ou plutôt une série d’événements ; en témoigne cet exemple tiré du magazine Elle :

Exemple 14
À l’heure où on ne peut plus dire le mot « foulard » sans que ça fasse penser au débat de société des six derniers mois, on va parler d’un autre foulard : le foulard futile, celui qu’on peut mettre et retirer comme on veut… (Elle 24/05/04)

Les désignations néologiques de la loi

26Lorsqu’on discute de voile, pour résumer, on discute soit d’une série de sujets conflictuels déclenchés au niveau rhétorique (ce qu’il y a derrière le voile), soit du positionnement des acteurs sociaux par rapport à ces conflits (positionnement évident dans les commentaires métalinguistiques). Ces objets de discours sont, comme nous l’avons vu, délimités et repérables dans la matérialité langagière, comme dans cet exemple tiré d’une couverture de l’hebdomadaire Marianne, où le voile est explicitement lié au statut de la femme dans l’Islam :

Exemple 15
Derrière l’affaire du voile. Mahomet et les femmes. (Marianne 5-11/01/04)

27Quoi qu’il en soit, dans ce corpus nous avons trouvé des déplacements d’objet de discours très significatifs, qui illustrent le pouvoir évocateur des expressions figées autour du voile. L’exemple 16 est intéressant car il montre le mouvement contraire à tous les énoncés antérieurs : si dans la plupart des exemples la désignation est un objet éminemment négociable qui donne lieu aux positionnements énonciatifs des acteurs et, dans ce sens, déclenche des argumentaires spécifiques, ici la désignation (la question du voile) reprend un argumentaire préalable (la mixité, le rôle de la femme) pour le condenser :

Exemple 16
– Comment réagissez-vous à l’exclusion des femmes du processus électoral ?
– Le problème le plus important de ce pays est celui de la mixité, bien plus que la question du voile. Comment autoriser le vote des femmes alors que la mixité est interdite ? (« Trois questions à Abdel Rahman Al-Habib » LM 10/02/05)

28Nous devons expliquer que l’entretien porte sur les premières élections municipales en Arabie Saoudite, et que jusqu’ici il n’a jamais été question de voile dans l’interview, d’où l’impression de décalage lorsque l’interviewé invoque la question du voile.

29Ce déplacement d’objet de discours atteint son plus haut degré de visibilité dans les désignations néologiques de la loi. Nous pourrions nous demander pourquoi la désignation loi sur le voile s’est installée dans la presse écrite (et les médias en général) ; autrement dit, sous quelles conditions de circulation l’expression s’est-elle imposée dans le discours public ? Ce qui rend le voile apte à intégrer ce curieux syntagme qu’est la loi sur le voile (ou encore loi antivoile) est la portée référentielle et argumentative du syntagme. De la dénomination d’un nouvel objet en 1989 à la désignation d’un conflit social en 2004, le mot est resté le même, mais l’objet de discours s’est vu déplacé. Si, comme l’a montré G. Petiot, en 1989 la presse avait hésité entre voile, foulard et tchador, c’est-à-dire entre des lexèmes qui ont des sèmes qui se recoupent, entre loi sur la laïcité et loi sur le voile il s’est produit un réglage de sens occasionnel plus complexe à déterminer.

30Nous pouvons observer que, dans le corpus, aucun désignant de la loi ne comporte le mot foulard ; cela est d’autant plus marquant que le vocable s’était stabilisé après 1989 et a été incorporé au dictionnaire historique Robert en 1993, comme l’a montré G. Petiot. Effectivement, ce nom intervient peu dans des syntagmes figés, et peut-être de moins en moins. Nous pourrions avancer l’hypothèse que foulard est resté plus proche de la dénomination de l’objet que le nom voile et que, dans ce sens, il apparaît comme moins marqué du point de vue énonciatif (comme dans l’exemple 14).

  • 11 Les ravisseurs des deux journalistes français en Irak (Christian Chesnot et Georges Malbrunot) exi (...)

31Nous ajouterons, avant de passer au point suivant, que si le désignant loi sur le voile est entré en circulation, il peut très bien disparaître. En effet, à un certain moment le discours médiatique a commencé à prendre ses distances par rapport à cette désignation. Nous voudrions poser l’hypothèse (qu’il faudrait confirmer à l’aide d’outils lexicométriques) que le « stoppeur » (Rosier et Mailleux 2002), ce qui a arrêté momentanément la circulation de ce désignant, a été « la crise des otages » (journalistes français kidnappés en Irak), où la désignation circulante correspondait trop à l’argumentaire des ravisseurs11. Dans ce contexte, pour les désignations néologiques la presse a systématiquement opté pour les guillemets, la reformulation ou l’appellation officielle :

Exemple 17
La « loi sur le voile » marque l’aboutissement d’un long débat sur la laïcité (titre).
D’un point de vue juridique, elle englobe tous les signes religieux mais, dans le langage commun, elle est devenue « la loi sur le voile » : la loi du 15 mars 2004 interdisant le port de signes ou de tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics entrera en vigueur le 2 septembre à l’occasion de la rentrée scolaire. (LM 30/08/04)

Exemple 18
La Cour de Strasbourg hostile au foulard islamique (titre).
La France pourra, quant à elle, faire référence à ce jugement, si sa « loi sur le voile », objet ces derniers mois d’une vive polémique, est attaquée devant les tribunaux. (LM 2/07/04)

Exemple 19
L’odieux chantage qui consiste à exiger du gouvernement français un retrait de la loi sur le port des signes religieux ostensibles à l’école n’est pas seulement un chantage à la démocratie et aux valeurs que nous défendons tous […]. (Elle 6/09/04)

L’opération métonymique

  • 12 « La métonymie peut être considérée en tant que trope comme un “changement” : changement individue (...)

32La métonymie12 est la condition préalable à ces déplacements de sens qui ont fait de voile un lexème de grande portée argumentative. En raison du déplacement qui s’est produit, entre les deux moments discursifs, de port du voile à voile tout court, ce dernier mot a circulé avec les propriétés du premier syntagme, en reprenant les sèmes d’événementialité du nom verbal « port ». Dans ces conditions, le nom voile peut être considéré comme une nominalisation, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un « nom qui produit un effet de sens tel que ce nom se présente comme s’il était le résultat de la transformation d’un énoncé verbal (le nom est transformé de manière que, sémantiquement, il présuppose l’existence d’un verbe) » (Krieg-Planque 2003 : 225).

33La métonymie est importante et sa portée tellement grande que de loi sur le voile on passe à voile tout court – nominalisation typique du discours journalistique. La position du mot dans ce genre de titres bisegmentaux à deux points (Bosredon et Tamba 1992), comme dans les exemples 20 et 22, renforce le sens de voile comme événement, entraînant des anomalies grammaticales comme dans l’exemple suivant :

Exemple 20
Voile : 43 élèves exclus depuis la rentrée. L’Éducation nationale a dû gérer 639 cas. (Lib 18/12/04)

34Car, à partir du moment où voile remplace le nom complet de la loi, il est normal que l’on considère aussi les élèves sikhs, ce qui produit l’association bizarre entre voile (que portent les filles) et l’adjectif masculin exclus. De même dans l’exemple 21, où il est aussi question de turbans, ce qui facilite l’emploi du nom officiel de la loi, mais oblige le journaliste à utiliser un aussi qui rappelle que la loi s’applique à tout couvre-chef :

Exemple 21
Le port du turban prive de cours neuf collégiens et lycéens sikhs. Le turban des sikhs tombe aussi sous le coup de la loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. (Métro 10/09/04)

35En effet, nous pourrions nous demander pourquoi le turban sikh ne tomberait pas lui aussi « sous le coup de la loi ».

36La polyréférentialité du lexème saute aux yeux dans l’exemple 22, où voile est en emploi événementiel par opposition à son synonyme foulard, qui fait référence à l’objet :

Exemple 22
Voile : l’Irak en toile de fond.
Le sort des otages français complique l’application de la loi pour les élèves qui persistent à garder leur foulard. (Lib 18/09/04)

  • 13 Cependant, lorsque le désignant est légitimé par la presse, il circule déjà largement dans l’espac (...)

37Dans l’histoire du voile il y aurait eu alors une double actualisation. La première, lorsque les médias ont privilégié le mot voile13 pour désigner un objet social relativement nouveau ; la deuxième, lorsque la désignation voile (via la métonymie et les désignations néologiques de la loi) s’est mise à désigner plus une série de conflits qu’un couvre-chef. Dans ce sens, les désignations de la loi (en position thématique, et souvent sous la forme très synthétique voile qu’adopte le titre de presse) renvoient à des « représentations liées à des savoirs et à des événements de l’histoire », à une « mémoire des-choses-et-des-faits » (Moirand 2004a : 89).

38Le niveau iconique de ce moment discursif est très parlant, et il illustre très bien le changement d’objet de discours mobilisé par la désignation. Prenons seulement deux exemples qui servent à illustrer cette hypothèse, sans vouloir entamer ici une analyse sémiotique : le premier est une photo parue dans Elle après la manifestation pro-voile à Paris le 17 janvier 2004, où l’on voit des femmes voilées avec le drapeau français. Le deuxième est un dessin de Plantu paru lors des élections municipales en Arabie Saoudite (LM 8/03/05), où le tchador d’une femme (sous la légende « la journée de la femme ») devient le rideau d’un bureau de vote (sous la légende « en attendant la journée de la démocratie »), face au regard inquiet d’un homme. La première image mobilise des représentations liées à l’identité française, avec une symbiose entre le voile et le drapeau, symbole de la citoyenneté, de l’État de Droit, de la démocratie, etc., et comme corollaire l’équation femme musulmane de France = Française. La deuxième image suggère que le tchador et le bureau de vote sont des éléments qui s’excluent mutuellement.

Le voile comme mot-événement

39Pour conclure, nous allons suivre une piste de réflexion proposée par S. Moirand, qui a introduit le concept de « mot-événement » pour parler d’une « nomination qui renvoie plutôt à des représentations qui ne seraient pas discursives, des représentations liées à des savoirs ou associées à des perceptions et à des images qui ne sont pas forcément emmagasinées sous forme de dires » (Moirand 2004b : 59). En effet, le voile semble s’inscrire dans cette configuration car, au vu de ses conditions de circulation, au vu de l’instabilité dénominative qui a caractérisé ce moment discursif et qui a imprimé à ces discours un changement d’objet important, ce désignant s’est vu associer une série de sens qui évoquent plutôt des événements, et qui lui impriment une énorme force d’évocation : « Ainsi les mots qui, par habitude associative, renvoient à un événement servent également de déclencheur mémoriel de ce qu’on sait, de ce qu’on a entendu, de ce qu’on a retenu de cet événement » (ibid : 57). Nous voyons donc dans ce désignant un mot-événement, mais nous voudrions aller plus loin en proposant qu’il s’agit d’un mot-événement occasionnel qui établit un lien référentiel instable avec une famille d’événements plus ou moins vague, par rapport à d’autres mots-événements plus stables du point de vue désignationnel, tels que les déjà cités chrononymes et les toponymes événementiels (pour la valeur événementielle des toponymes, voir Lecolle 2005).

40Évidemment, il n’y a rien dans la dénomination le voile qui puisse référer à un événement, mais dans son parcours discursif elle se charge peu à peu d’une tâche désignationnelle, elle s’investit de sens qui n’étaient présents ni en langue ni dans le premier flot discursif sur le voile, et, bien évidemment, ce parcours modifie le référent du mot, investi comme il est de traits d’événementialité.

  • 14 Il y aurait une catégorie mixte, comme dans le cas de (la) canicule lorsqu’elle réfère à celle de (...)
  • 15 Qui servent, selon S. Moirand, à « tisser des liens entre événements et familles d’événements (com (...)

41On peut également distinguer ces désignants des mots-événements stricts, qui comportent des sèmes d’événementialité14, comme affaire, scandale, polémique15, qui ont la capacité de suggérer l’événementiel grâce aux données spatio-temporelles qu’ils transportent avec eux. Le classement des mots événements reste à faire, et les critères de ce classement ne peuvent qu’aborder la question du nom propre. Pour l’instant, nous nous contentons d’attirer l’attention sur le phénomène des désignants occasionnels d’événements, leurs conditions de visibilité et leur rapport avec les déplacements d’objet de discours.

Notes

1 Notre corpus est constitué d’articles de presse qui parlent de la loi sur la laïcité, parus entre septembre 2003 et février 2005 et tirés en majorité des quotidiens français Le Monde et Libération. Les références aux sources principales du corpus seront codées comme suit : Le Monde (LM), Libération (Lib). C’est nous qui soulignons en caractères gras.

2 Nous appelons « désignant » le produit du processus de désignation.

3 On le voit dans l’exemple suivant :
Jean-Marie Lustiger fin de mission.
[…] Après l’affaire du voile islamique, il défend la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État et refuse de voir l’islam promu comme religion d’Etat (LM 12/02/05).

4 Pour cela, nous parlerons de dénomination lorsqu’il s’agit d’une lexie stabilisée en langue et faisant référence à un objet de la réalité (le voile ou foulard islamique), et de désignation lorsque le mot fait référence plutôt à un événement ou une famille d’événements (le vote de la loi, le conflit autour de la loi, les manifestations citoyennes, etc.).

5 L’auteur entend par dénomination tant la « dénomination-mot » (stabilisé en langue) que la « dénomination-acte » (catégorisations provisoires construites en discours). Cependant, à des fins méthodologiques, nous aurons recours à la distinction faite par G. Kleiber (1984) entre dénomination et désignation (cf. note 4).

6 Nous n’aborderons pas ici cette question, aussi riche que celle des désignants de la loi. En effet, le paradigme désignationnel des actants fait système avec celui de l’objet voile ou de la loi. Pour exemple, ce titre : « Les non voilées de l’islam », du magazine belge Reflets (janvier-mars 2004).

7 Si le figement désigne « toute collocation à caractère néologique en cours de lexicalisation », le défigement « consiste à rendre leur liberté combinatoire et leur valeur sémantique propre aux composants d’une expression figée » (Charaudeau et Maingueneau 2002 : 262).

8 Le voile comme « morceau de tissu » peut avoir l’effet argumentatif opposé lorsque l’énonciateur opère une mise à distance ironique, comme dans l’exemple suivant : « […] cinq femmes de culture musulmane, intellectuelles ou artistes reconnues, ont accepté de poser avec le foulard en choisissant un geste symbolique. Croyez bien, Monsieur Étienne, qu’elles connaissent, pour l’avoir supporté, le poids de ce bout de tissu ». (Marie Claire 4/04)

9 On parle de « négociations conversationnelles pour désigner tout processus interactionnel plus ou moins local, susceptible d’apparaître dès lors qu’un différend surgit entre les interactants concernant tel ou tel aspect du fonctionnement de l’interaction, et ayant pour finalité de résorber ce différend » (Charaudeau et Maingueneau 2002 : 399).

10 Et, au-delà du nom, ce sont les collocations question/affaire du voile qui ont un pouvoir de suggestion beaucoup plus grand, car elles renvoient sans médiation à de l’événementiel (voir supra « Des désignants plus instables que d’autres ») et à du préconstruit, c’est-à-dire « à une construction antérieure, extérieure, en tout cas indépendante, par opposition à ce qui est “construit” par l’énoncé » (Pêcheux 1975 : 88-89).

11 Les ravisseurs des deux journalistes français en Irak (Christian Chesnot et Georges Malbrunot) exigeaient du gouvernement français le retrait de la loi.

12 « La métonymie peut être considérée en tant que trope comme un “changement” : changement individuel de la dénomination par rapport à “l’usage ordinaire”, dans un but de raccourci ou d’effet stylistique par exemple. Mais on peut également parler, dans le cas des médias, d’évolution collective, de routine métonymique liée au type de discours. En effet, il apparaît que certaines métonymies y prennent des formes spécifiques et extrêmement stéréotypées » (Lecolle 2001 : 153).

13 Cependant, lorsque le désignant est légitimé par la presse, il circule déjà largement dans l’espace public. Comme l’écrit G. Petiot (1995 : 46) lorsqu’elle analyse un corpus de la première époque des affaires de voile : « Les titres […] posent le référent comme non seulement existant mais connu tant du scripteur que de ses lecteurs par l’usage de l’article défini dès les premières mentions de l’affaire. Le journal organise et offre à ses lecteurs, dès les titres, un univers partagé et tisse ainsi des relations de connivence ».

14 Il y aurait une catégorie mixte, comme dans le cas de (la) canicule lorsqu’elle réfère à celle de 2003, c’est-à-dire lorsque les sèmes d’événementialité se spécialisent pour désigner une canicule en particulier (voir Calabrese et Rosier 2004).

15 Qui servent, selon S. Moirand, à « tisser des liens entre événements et familles d’événements (comme dans “l’affaire du bœuf aux hormones…”, “scandale plus grand que celui de la vache folle…”) » (Moirand 2004a : 78).

Auteur

(lmcalabrese@brutele.be)
Doctorante-boursière à l’université Libre de Bruxelles et membre du Centre d’études des discours rapportés (Ci-Dit). Elle rédige une thèse sur la mise en mots de l’événement médiatique et la façon dont les processus de désignation contribuent à la construction de l’événement

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540