Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

3. Nommer des objets sociaux

(L’)insécurité ou de la fabrication d’un objet consensuel dans le quotidien Le Monde

Émilie Née

Résumé

Cet article aborde le fonctionnement discursif d’une dénomination à partir de l’usage qui a été fait du mot insécurité dans Le Monde pendant la campagne électorale pour les élections présidentielles françaises en 2001-2002, montrant que celui-ci est régi par la constitution d’un objet de discours « insécurité ». Si le mot insécurité présente en langue une forte ambiguïté sémantique, dans un moment particulier (la campagne électorale) et dans un site discursif bien défini (Le Monde), il fonctionne essentiellement comme une des dénominations de la délinquance, se constituant en objet de discours consensuel. Dans un débat sur l’insécurité qui fait intervenir différents scripteurs et différentes classes de locuteurs (hommes politiques, citoyens, journalistes, médiateurs), ce consensus construit autour du mot est alors sans cesse réactivé, et cela à différents niveaux

In this article, the author broaches the discursive functioning of a denomination. The starting point is the use of the French word insécurité by the newspaper Le Monde during the presidential election campaign of 2001-2002, where the pervasive influence of the discourse object “insecurity” can be shown. Although the word insécurité is strongly ambiguous semantically, when it is used in a specific context (the election campaign) and in a specific discursive media (Le Monde) it functions like a denomination for juvenile delinquency, and thus contributes to the formation of a consensus around a discourse object. In a public debate on insecurity, involving different types of writers and speakers (politicians, citizens, journalists, mediators), this consensus around the word insécurité is constantly reinforced at various levels

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons les italiques pour le signifiant insécurité, les majuscules pour le référent INSÉCU (...)

1En 2001-2002, pendant la campagne pour les élections présidentielles françaises, l’unité lexicale insécurité1 a joué un rôle souvent dénoncé par la suite dans la structuration du débat politique. Partant de cette unité et de ses propriétés linguistiques, nous nous intéresserons dans cet article aux procédés discursifs et textuels mis en œuvre par le journal Le Monde, qui amènent à considérer que le mot a circulé dans cette conjoncture comme une dénomination consensuelle de délinquance.

  • 2 Cette notion est définie infra (« “L’insécurité”, “la délinquance”, un même objet de discours ? »)

2Nous aborderons ainsi la problématique de la dénomination dans une perspective discursive, nous attachant au sens qu’a pu prendre un mot abstrait dans un espace sociopolitique donné, articulant la notion d’objet de discours2 à la description et recontextualisation des expressions qui surgissent avec le mot, afin de montrer que chacune d’elles renvoie de manière différenciée à un même objet.

3Un ensemble de tests morphosyntaxiques permet d’observer que l’ambivalence sémantique propre au mot insécurité demeure dans un grand nombre d’expressions si on les considère hors contexte : c’est ce sur quoi nous souhaitons nous arrêter dans un premier temps. En revanche, s’opère dans le discours du Monde une régulation de l’activité d’interprétation ; comme nous le montrerons dans un second temps, celle-ci renvoie à un objet de discours validé par le journal : même lorsque le mot n’est pas déterminé, des interprétations évidentes s’imposent. Nous observerons ainsi que, dans une communication médiatique et politique consensuelle où une doxa s’impose, pour manifester une opinion divergente, certains scripteurs sont contraints de pratiquer des opérations polémiques qui désambiguïsent explicitement leur dire mais ne font que dessiner en creux le discours dominant.

  • 3 Précisons que le matériau observé (40 articles au total) est extrait d’un corpus d’abord clôturé à (...)

4Cette analyse s’appuie essentiellement sur un échantillon d’articles parus à différents moments de la campagne et qui portent sur le débat national autour de l’insécurité3. L’ensemble des expressions dans lesquelles le mot apparaît constitue notre point de départ (annexe 2).

Un mot équivoque en langue

  • 4 L’ambivalence ici observée rapproche le fonctionnement du mot insécurité des « mots de la croyance (...)
  • 5 Pour une approche historique des définitions et usages d’insécurité, voir Née (2005 : 231-234).
  • 6 Le terme classifieur est emprunté à M. Gross (1975 : 120) pour désigner un mot qui résume une clas (...)

5En langue, le mot insécurité présente une ambivalence sémantique et référentielle4. Cette équivoque est souvent reconduite dans les définitions des dictionnaires, cela à différentes époques, le mot désignant tantôt l’état psychologique d’un individu ou d’un ensemble d’individus, tantôt une situation de danger réel dans laquelle se trouve un individu5. Elle peut être levée au niveau du syntagme nominal (SN) et du syntagme verbal (SV) par des classifieurs6 ou des constructions respectant les règles de sous-catégorisation sémantique (Riegel, Pellat et Rioul 1994 : 122-123), mais nous remarquons que l’expression nominale l’insécurité sans expansion domine dans Le Monde à cette période (voir annexe 2), et qu’à l’échelle de la phrase, l’ambiguïté n’est que rarement levée.

6En respectant un classement syntaxique, nous étudions tantôt les expressions qui catégorisent rigoureusement le référent INSÉCURITÉ comme sentiment ou situation réelle et qui par là sont véritablement désambiguïsantes, tantôt celles qui laissent une marge d’indétermination malgré des structures syntaxiques équivalentes.

Termes classifieurs

7Sont désambiguïsantes les expressions construites avec des noms et verbes classifieurs (Anscombre 1996) : ces éléments enrayent tout ou partie de l’oscillation interprétative, venant « bloquer » ou atténuer l’ambivalence du mot.

Noms classifieurs

8Les structures binominales dans lesquelles le deuxième nom est introduit à la manière d’un complément génitif en de permettent l’identification d’un référent stable. Le nom insécurité entre alors en relation de subordination avec un nom classifieur superordonné, comme dans les deux expressions suivantes :

9– sentiment d’insécurité (→ le locuteur ne se prononce pas sur la réalité de l’insécurité) :

Exemple 1
[…] le sentiment d’insécurité a pris les dimensions que l’on sait. (15/12/01)

10situation d’insécurité (→ le locuteur assume l’idée que l’insécurité est réelle) :

  • 7 Dans l’ensemble des citations extraites du Monde, les noms ou statuts des locuteurs ou scripteurs (...)

Exemple 2
[…] il ne faut pas considérer un acte isolé de forcené comme symbole d’une situation d’insécurité. (N. Mamère7, 28/03/02)

11Les verbes dont sont dérivés les noms classifieurs ou qui ont souvent pour collocations ces noms peuvent jouer le même rôle de désambiguïseurs.

Classifieurs verbaux

12Des locutions prédicatives catégorisent l’insécurité comme sentiment. Ainsi l’expression tout entière se sentir en insécurité, comparable à la locution se sentir en danger, désigne un état psychologique. Cependant, si certaines formes verbales sont à même de préciser le sens du mot, un certain nombre d’entre elles maintiennent l’équivoque. C’est ce que nous constatons avec les expressions qui ont pour verbe support vivre ou ressentir, malgré l’efficience de ces classifieurs pour distinguer noms d’état et noms de sentiment, et malgré leur rôle dans une catégorisation référentielle (Anscombre 1996).

13vivre + SP (Prep. Pdt Nom abstrait [Nabst])

14Cette construction locative, qui s’actualise dans l’expression vivre dans l’insécurité, est caractéristique des états psychologiques ou physiques (vivre dans la tristesse, la joie et non *vivre la tristesse, la joie). En conséquence, l’insécurité peut être ici visée autant comme un état psychologique que comme une situation objective dans laquelle le sujet se trouve, au même titre que misère dans vivre dans la misère.

15ressentir + SN (Pdt. Nabst)

16Selon les propriétés distributionnelles décrites par J.-C. Anscombre concernant les noms de sentiment, le verbe ressentir a lui aussi un fonctionnement de classifieur, et cela d’autant plus s’il est suivi d’un partitif comme dans : x ressent de la peur. Or cette distribution n’apparaît pas dans Le Monde. Lorsque insécurité est complément de ressentir, nous relevons une spécification par adjonction de modifieurs :

Exemple 3
[…] l’insécurité qu’ils ressentent n’est pas celle d’aujourd’hui, mais celle des années de l’argent-roi où il valait mieux être Bernard Tapie qu’infirmière. (25/05/02)

Exemple 4
[…] mais elles sont souvent trop choquées dans l’instant pour y songer et ressentent d’abord un sentiment d’insécurité et d’abandon plutôt que le désir de défendre leurs intérêts. (03/06/02)

17Dans l’exemple 3, la spécification des années de l’argent roi catégorise l’entité comme situation et non comme sentiment, le verbe ressentir perdant sa fonction désambiguïsante. En revanche, la conjonction, dans l’exemple 4, de deux classifieurs morphologiquement liés – ressentir et sentiment – fait ranger sans appel insécurité du côté des noms de sentiment et permet d’identifier son référent comme un état psychologique.

  • 8 Voir note 2.

18Dans le corpus entier8, ces opérations désambiguïsantes appuyées sur le choix de classifieurs demeurent très peu fréquentes, que ce soit dans des SN ou dans des SV. Les expressions état d’insécurité (quatre occurrences) et situation d’insécurité (deux occurrences) sont quasiment absentes du quotidien en 2001-2002, tandis que la forme sentiment d’insécurité circule de manière plus diffuse à côté du mot insécurité sans expansion. Les SV analysés sont tout aussi rares (quatre occurrences de l’expression se sentir en insécurité et deux emplois du verbe ressentir construit avec insécurité).

Un schéma actanciel désambiguïsant ?

19Certains mots ont une fonction de sous-catégorisation sémantique, donc de désambiguïseurs dans notre cas. Cette seconde forme de désambiguïsation semble être le fait du schéma actanciel suivant :

20Ainsi, dans x dénonce l’insécurité, x est agent et non siège de l’insécurité (*x dénonce un sentiment) et insécurité est le but ou l’objet du procès : insécurité ne désigne alors pas un sentiment ou un état psychologique. Pourtant l’équivoque demeure dès que dénoncer est remplacé par lutter contre qui induit le même schéma actanciel (lutter contre un sentiment, lutter contre une situation).

  • 9 Le Premier ministre de l’époque Lionel Jospin et le président de la République Jacques Chirac étai (...)

21Dans un grand nombre d’expressions avec insécurité, nous ne relevons pas d’opérations de désambiguïsation. On pourrait donc s’attendre à ce que le mot soit fréquemment le lieu d’un conflit ou d’une polémique autour du sens et du référent ; en témoignent seulement quelques rares énoncés qui circulent après le 21 avril 2002, c’est-à-dire après l’échec du candidat L. Jospin au premier tour derrière le candidat J. Chirac et surtout derrière le candidat d’extrême droite J.-M. Le Pen9 :

Exemple 5
Les gens en ont marre, marre d’être pris pour des imbéciles, marre de voir que les vrais problèmes sont non seulement laissés de côté mais niés, marre que l’insécurité soit perçue comme un sentiment alors qu’elle est une réalité. (Courrier des Lecteurs, 25/04/02)

22Dans le journal Le Monde, cette sous-détermination ne semble pas poser problème lorsqu’il est question du débat sur l’insécurité. De surcroît, lorsque le terme est repris dans une forme du type L’insécurité, ce/cette…, l’entité est souvent recatégorisée comme objet discursif – l’insécurité est un « thème », une « polémique », une « controverse » – ou comme « problème », « phénomène » de société : cette procédure ne met pas fin à l’ambiguïté théorique du mot, mais indique déjà que les scripteurs n’éprouvent pas le besoin de préciser par des moyens linguistiques s’ils envisagent l’insécurité comme sentiment ou comme situation.

« L’insécurité », « la délinquance », un même objet de discours ?

23Compte tenu de l’absence de désambiguïseurs syntaxiques dans notre corpus, n’est-ce pas sur le plan discursif, dans l’environnement textuel du mot, que se produit une construction du sens et d’un référent ? La reprise, l’extraction, la thématisation et les rubriques sont en fait les quatre opérations les plus utilisées pour effectuer une désambiguïsation qui conduit à former dans Le Monde un objet de discours « insécurité ».

  • 10 L’objet de discours « désigne un objet constitué “de” discours – discours repris à l’autre, discou (...)

24Nous reprenons ici la notion d’objet de discours telle qu’elle a été remodélisée par F. Sitri (2003), selon qui l’objet de discours est « un élément qui donne lieu à un développement dans le fil du discours » (ibid. : 81). Nous prenons appui sur cette conception qui accorde une part importante à la matérialité de la langue. L’objet de discours n’est cependant pas à confondre avec l’objet traité/ce dont on parle. Il s’agit d’un objet « constitué de discours et dans le discours – discours où il naît et se développe mais aussi discours dont il garde la mémoire » (ibid. : 39). Il a ainsi une dimension intradiscursive et interdirscursive10.

Insécurité, un mot pour « parler de » délinquance

25Une analyse lexicométrique menée sur l’ensemble des articles du quotidien comportant insécurité en 2001-2002 montre que le mot est le plus souvent cooccurrent de délinquance, que ce soit à l’échelle du corpus dans son ensemble ou dans un même article, ou encore dans une même phrase. Un travail plus fin sur notre sous-corpus met en évidence une relation sémantique entre insécurité et un paradigme plus complexe regroupant un ensemble hétérogène de mots en relation d’hyperonymie ou de métonymie avec délinquance, terme que nous définirons pour l’instant avec les dictionnaires comme « l’ensemble des crimes et délits considérés sur le plan social » (Le Robert 2001). Sont en contiguïté sémantique et référentielle insécurité et cet ensemble de termes hyponymes de délinquance, cela à différents moments du débat, ce qui fait basculer la signification de l’unité lexicale du côté d’une situation difficile bien réelle.

Exemple 6
Délinquance : les chiffres qui inquiètent. (titre) Les infractions constatées par la police et la gendarmerie ont augmenté de près de 10 % depuis janvier. Hausse constante du nombre des vols. Quatre fois plus de coups et blessures volontaires qu’en 1972. (sous-titre) (02/08/01)

Exemple 7
« Mondialisation du milieu » et « normalisation de l’insécurité » au Japon (titre) […] Si le rythme est plus rapide dans le cas de l’archipel, l’insécurité y reste néanmoins beaucoup plus faible qu’en France : avec une population deux fois supérieure à la nôtre, le Japon a enregistré 1,2 million d’infractions au cours de cette période, contre plus de 2 millions dans le cas de la France. Pays le plus sûr du monde – avec 1,2 homicides pour 100 000 habitants contre 6,3 aux États- Unis –, le Japon tend cependant à se « normaliser » en matière de criminalité sous le double effet de la mondialisation et de la crise économique. (06/08/03)

26Dans l’exemple 6, le mot délinquance suivi de deux points pose le thème et introduit le syntagme les chiffres qui inquiètent. Les dénominations qui suivent (les infractions… ont augmenté, hausse constante des vols, quatre fois plus de coups et blessures volontaires) reprennent ces deux segments, si bien que les mots infractions, vol, coups et l’expression blessures volontaires figurent comme des reprises de délinquance en relation hyponymique.

27En 7, les mots qui dénomment des actes de délinquance sont cette fois-ci précédés par le terme insécurité. Dans le dernier énoncé qui paraphrase le titre, insécurité est repris par criminalité dans un SP détaché (en matière de).

28Les mots délinquance et insécurité se comportent donc comme s’ils étaient substituables et cela passe par différents procédés de mise en relation du paradigme de la délinquance avec le mot insécurité. Comptent parmi ces procédés :

  • l’utilisation de collocations communes,
  • des jeux anaphoriques entre titres et articles.

29À la fin du débat sur l’insécurité, ce lien d’équivalence apparaît alors dans des formes syntaxiques plus marquées.

Des collocations communes

  • 11 Remarquons ici que « la reprise » n’est pas forcément « du côté de la répétition du même » : « l’é (...)

30La constitution de l’objet de discours « insécurité » comme la reprise de l’objet « délinquance » se perçoit à travers l’utilisation de collocations identiques pour les mots délinquance et insécurité11.

31Un premier ensemble de collocations appartient au langage statistique et confère au mot insécurité un trait sémantique commun à délinquance ([quantifiable+]). Délinquance et insécurité sont ainsi solidaires des verbes croître, mesurer, augmenter, des qualificatifs croissant, grandissant et des noms hausse, augmentation :

Exemple 8
Enfin, l’amélioration de l’accueil des victimes […] a provoqué, selon la DGPN, une augmentation sensible des dépôts de plainte, qui contribue à faire diminuer « le chiffre noir » de la délinquance. Paradoxalement, la hausse statistique pourrait ainsi traduire – au moins en partie – une mesure plus juste de la réalité de l’insécurité. (02/08/01)

Exemple 9
Mais la publication, par des syndicats de policiers, d’un chiffre de 12 % de hausse de la délinquance pour le premier trimestre, avait suscité les critiques de députés et de sénateurs de l’opposition. Ainsi M. Vaillant s’est-il trouvé contraint d’endiguer une controverse récurrente sur la mesure de l’insécurité. (02/08/01)

32Dans un second ensemble, insécurité est cooccurrent du mot victime, que ce soit dans l’expression être victime de (exemple 10), ou lorsqu’il est complément du nom victime à la place de délinquance ou d’un mot hyponyme de délinquance, comme dans victimes d’agressions (exemple 11).

Exemple 10
Une série d’articles récents parus dans la presse étrangère a soulevé des inquiétudes au sujet de l’insécurité dont sont victimes les touristes étrangers en France. (11/08/01)

Exemple 11
Le danger serait évidemment d’en faire trop dans ce sens et de confondre insécurité(s) et xénophobie. Tous les racistes ne sont pas des victimes d’agressions ou de vols ; toutes les victimes ne sont pas racistes. (Le médiateur du Monde, 03/06/02)

La mise en équivalence par les titres

  • 12 Voir note 1.
  • 13 Voir Mouillaud et Tétu (1989).

33Insécurité est employé dans le temps du débat comme cataphore ou anaphore des termes appartenant au paradigme de « délinquance12 », ce qui se vérifie tout particulièrement lorsque le mot est placé dans un énoncé figurant comme titre. Contrairement à ce que nous venons de voir avec les collocations, la mise en équivalence d’insécurité et de délinquance joue ici au niveau textuel, dans la relation entre deux unités de différentes natures (titre et article)13.

Exemple 12
La hausse sensible de la délinquance met l’insécurité au cœur du débat politique (titre dominant) (2/08/01).

34Le titre dominant de l’exemple 12 inscrit insécurité sur le même plan thématique que délinquance.

  • 14 Représentant du Parti Socialiste.

Exemple 13
Christian Paul14 veut lutter contre l’insécurité en Guyane (titre)
Le secrétaire d’État à l’Outre-Mer a annoncé, mardi 18 septembre à Cayenne, différentes mesures visant à endiguer la progression de la délinquance en Guyane. Outre une augmentation de 20 % des effectifs de police à Cayenne, Christian Paul a annoncé la mise en place d’une « unité de proximité », ainsi que le renforcement de la section d’intervention et de la brigade anti-criminalité. (article) (30/01/02)

35Ici, le SN l’insécurité reprend le SN la progression de la délinquance.

Exemple 14
La première grande enquête sur les victimes de l’insécurité (titre) Une étude sans précédent révèle que beaucoup d’agressions ne sont pas signalées à la police alors que la question de la sécurité est au cœur de la campagne électorale. (article) (22/03/02)

36Dans cet exemple enfin, le SN l’insécurité est repris par le SN beaucoup d’agressions.

37De nombreux agencements de ce type témoignent de la substituabilité d’insécurité avec délinquance et de la validation par le journal de cette mise en équivalence.

« la délinquance », cette « insécurité »…

  • 15 En fait, ce lien apparaît dans certaines études de sociologues ou criminologues. Autrement dit Le (...)

38Tandis que se construit dans la presse un objet de discours mettant en jeu le mot insécurité, un lien est recréé entre les objets « délinquance » et « insécurité »15, lien qui ressort plus nettement au niveau syntaxique et textuel à la fin du débat, après le premier tour des élections présidentielles.

  • 16 Dans l’énoncé ci-dessous, le lecteur est amené à interpréter cette comme un anaphorique alors que (...)

39Ce lien est marqué par l’emploi d’un démonstratif16 :

Exemple 15
La montée en puissance de certains de ces dispositifs, comme la généralisation du traitement en temps réel des parquets, a débouché sur une meilleure prise en compte de la réalité de la délinquance et donc une augmentation mécanique des chiffres des infractions commises. Aussi, lorsque, le 14 juillet 2001, Jacques Chirac, déjà en campagne pour l’élection présidentielle, dénonce « cette insécurité croissante, cette espèce de déferlante » […], le gouvernement paraît tétanisé. (06/05/02),

40mais aussi par des opérations de prédication seconde comme dans l’exemple suivant où délinquance est mis entre parenthèses, reprenant les symptômes de l’insécurité :

Exemple 16
Chirac comme Jospin ont indiqué leur intention d’attaquer les symptômes de l’insécurité (délinquance) mais en ont ignoré les causes profondes […] (E. Morin, 03/05/2002),

41et enfin, par l’emploi du mot avec déterminant zéro en titre d’articles traitant de la délinquance ou de la criminalité.

  • 17 Ce que l’on pourrait définir en première approche comme deux signes linguistiques référant dans un (...)

42L’emploi d’insécurité comme « synonyme discursif17 » de délinquance domine les autres usages et témoigne bien d’une construction par le journal d’un même objet de discours que l’on retrouve au même moment dans d’autres lieux et chez des locuteurs aux positionnements idéologiques apparemment antagonistes.

43La plupart des études menées autour des travaux de M. Tournier ont abouti à décrire le mot comme enjeu de luttes pour le pouvoir, le politique essayant de « prendre la langue » (Tournier 1997 : 292) ; s’entrecroiseraient ainsi dans une conjoncture donnée « plusieurs “contenus” » au sein d’un même mot, analysé ipso facto comme « le lieu de postulations sémantiques antagonistes » (ibid. : 291). Dans notre cas, le phénomène apparaît à l’inverse, comme l’inquiétante fabrication d’un consensus autour du même mot (insécurité).

Consensus et recatégorisations polémiques

44Le Monde privilégie à ce moment une interprétation du terme insécurité qui se définit alors majoritairement par rapport au terme délinquance. Dans un espace à plusieurs voix où interviennent politiques, journalistes, sociologues, criminologues, citoyens ainsi que des représentants de l’ordre social (policiers, procureurs, juges), et où domine cependant la voix du quotidien, les emplois du mot se construisent dans l’espace discursif médiatique par rapport à cet usage dominant, redessinant et renforçant le consensus. Ajoutons que l’interdiscours médiatique, i.e. toute allusion à des énoncés circulant dans le média, surplombe, semble-t-il, les liens tissés avec des discours présents au même moment dans la périphérie du journal. Par exemple, Le Monde ne rapporte qu’une seule fois un extrait de discours de l’extrême gauche en rapport avec le débat sur l’insécurité, créant un lien interdiscursif avec ce qui a été dit précédemment dans l’espace du quotidien (exemple 19).

Un objet de discours pris dans une communication politique18

  • 18 Précisons en effet que s’il y a constitution de l’objet de discours « insécurité », celle-ci est f (...)

45Le journal met en scène en 2001-2002 des hommes politiques qui s’affrontent pour des élections. Pourtant, la lutte politique s’opère principalement sur fond de consensus lorsqu’il est question de l’insécurité, le débat pouvant se résumer aux deux formules suivantes :

46auxquelles sont associées deux familles d’expressions qui s’imposent sur le plan quantitatif (Annexe 2). Découlent de cette matrice propositionnelle des nominalisations telles que lutte contre l’insécurité, montée de l’insécurité, expressions que l’on rapporte la plupart du temps à la voix des journalistes et qui alimentent (exemple 17) ou prolongent (exemple 18) le débat sur l’insécurité, atténuant ou neutralisant la valeur axiologique ou appréciative de certaines collocations issues du discours politique :

Exemple 17
La montée de l’insécurité, avec près de mille attaques à main armée en 2000 contre 700 en 1998, s’accompagne d’une augmentation du nombre des agressions au sein même des banques. (14/08/01)

Exemple 18
Jacques Chirac avait, en effet, stigmatisé un « manque d’autorité de l’état et un manque de volonté politique » dans la lutte contre l’insécurité. « Nous sommes arrivés à un point qui est absolument insupportable, il faut mettre un coup d’arrêt », affirmait le chef de l’état, en parlant de « cette insécurité croissante, cette espèce de déferlante inacceptable ». […] « Dire que l’insécurité résulterait d’un manque de volonté politique de la part du gouvernement n’a aucun sens », a affirmé M. Jospin, en réponse implicite à M. Chirac. « Si c’était seulement une question de volonté politique, il y a longtemps que l’insécurité aurait été éradiquée. » (30/08/01)

47Ces deux familles d’expressions apparaissent chacune comme la reprise et la transformation du même objet de discours. En effet, dans un même article et d’un article à l’autre, on les trouve fréquemment associées comme un argument et sa conclusion (voir exemples 13 et 18).

  • 19 Si cette affirmation est toujours vraie pour polémique, en revanche, phénomène ou problème peuvent (...)

48Dans cette configuration de formes, les désignations qualifiantes précédées de l’article défini – problème, phénomène ou polémique – sont autant de liens renvoyant à des prises de paroles ou à des discours rapportés et plus généralement à ces affrontements qui peuvent se tenir dans cet espace médiatique19.

La gauche et l’extrême gauche « piégées » dans le consensus

  • 20 Rappelons que ce sont les représentants de droite qui ont tout d’abord introduit cet objet de disc (...)

49Le poids de l’association insécurité/délinquance dans le discours médiatique est tel que les scripteurs sont obligés d’en tenir compte, y compris lorsqu’ils veulent récuser ce sens dominant20. C’est ce que nous pouvons observer lorsque des locuteurs de gauche ou d’extrême gauche se servent du mot pour désigner l’état général de la France et non pas seulement la délinquance en France.

50Comme en témoignent les exemples 19 et 20, le sens du syntagme l’insécurité n’a pas besoin d’être précisé et renvoie à l’objet de discours tel qu’il s’est construit de manière consensuelle alors que les locuteurs sont des représentants de la gauche – O. Besancenot appartient à la Ligue Communiste Révolutionnaire, H. Emmanuelli au Parti Socialiste.

Exemple 19
Délinquance des mineurs : les propositions des candidats à l’Élysée Olivier Besancenot (LCR) : « penser qu’une génération de 13 ans serait déjà une génération perdue est une preuve de pessimisme, à l’image de l’actuelle société libérale. Les jeunes les plus durs le deviennent souvent parce qu’ils croupissent dans des cités dortoirs, des zones abandonnées des services publics. Ce n’est pas l’insécurité qui fait partir ces services ; c’est la fermeture des écoles, des hôpitaux et des bureaux de poste qui crée des zones d’insécurité totale. » (O. Besancenot, 31/01/02

Exemple 20
« Nous devons nous adresser aux salariés, aux employés, aux agriculteurs, bref à tous ceux qui ont à perdre », a-t-il affirmé, en soulignant que, « si la droite triomphe à la présidentielle et aux législatives, on va ajouter à l’insécurité l’insécurité sociale. » (H. Emmanuelli, 23/04/02)

51Ces représentants politiques sont amenés à employer le mot dans des configurations polémiques marquées syntaxiquement par des négations polémiques et des opérations de thématisation. De toute évidence, lorsque des emplois ne sont pas conformes au discours dominant et aux représentations communes qu’il véhicule, le scripteur est conduit à pratiquer des opérations polémiques qui dessinent en creux ce discours consensuel.

52Dans l’énoncé d’O. Besancenot, le mot entre en contact avec deux champs sémantiques nouveaux, celui du service public et celui du libéralisme économique, et le lien métonymique qui le reliait au paradigme de la délinquance a été remplacé par une association entre insécurité et société libérale. Cependant, pour introduire le sens d’insécurité économique qui entretient des liens forts avec une dénonciation du libéralisme, le scripteur est obligé de passer par une opération de reprise polémique (Ce n’est pas…) d’un paradigme consensuel : l’insécurité est une reprise du segment les jeunes les plus durs le deviennent souvent appartenant à un paradigme d’énoncés du type « la délinquance augmente chez les jeunes », et le segment Ce n’est pas l’insécurité qui fait partir ces services renvoie à des discours tenus dans le quotidien par des journalistes ou des locuteurs de droite :

Exemple 21
Dans les quartiers sensibles des grandes villes, toute nouvelle agence postale crée un nouvel afflux de clientèle. […] En outre, certains facteurs se plaignent de l’insécurité qui y règne. Au point qu’un des responsables du centre de distribution du 18e arrondissement a décidé de suspendre la distribution du courrier. (20/09/01)

53Les tentatives de sortir du discours sur l’insécurité tel qu’il s’impose dans le consensus se soldent alors par l’introduction de nouveaux objets de discours dont beaucoup font intervenir le mot insécurité ; dans la séquence du leader de la LCR (exemple 19), zones abandonnées des services publics est relayé par zones d’insécurité totale et non par l’insécurité, tandis que dans la séquence de H. Emmanuelli (exemple 20), l’expression l’insécurité sociale va permettre de déployer un nouvel objet, transformant l’objet initial. Plus généralement, si ces configurations polémiques apparaissent surtout dans des propos rapportés à des hommes politiques de gauche ou d’extrême gauche en réponse à des locuteurs de droite, on les trouve aussi dans des propos attribués à d’autres classes de locuteurs à la fin du débat et après le premier tour des élections présidentielles, au moment où s’amorce une polémique sur la responsabilité de la thématique de l’insécurité dans l’arrivée de J.-M. Le Pen au second tour. Certes, toutes ces configurations montrent que le mot est un lieu d’affrontements politiques et idéologiques, mais toutes s’appuient sur des dénominations partagées (Moirand 2004b) et redessinent à chaque fois le consensus sur l’entité nommée.

54Comme nous avons pu le constater, le mot présente une ambiguïté en langue qui est levée en discours lorsque s’impose un sens dominant. La désambiguïsation ne passe pas essentiellement par des opérations marquées au niveau syntaxique, mais par des jeux d’associations et de reprises dont certains sont le propre de pratiques professionnelles du journalisme (emploi des titres, et surtout la création d’une rubrique « Insécurité »).

55D’un consensus sur le sens, on passe vite à un consensus sur l’objet de discours « insécurité », puisque ressortent nettement deux familles d’expressions qui ne remettent pas en cause ce sens dominant. Par ailleurs, des configurations polémiques, tout en essayant de proposer d’autres interprétations du mot, réactivent ce sens.

56Des énoncés plus récents du Monde (2004) témoignent du rôle déterminant qu’a pu avoir le débat sur l’insécurité dans la stabilisation du sens d’insécurité, ce qui nous amène aujourd’hui à intégrer à l’analyse la mémoire des discours. En effet, « localement », de façon interne à ce moment de corpus, la représentation qui associe insécurité et délinquance comme deux dénominations de la même réalité s’est solidifiée.

Annexes

Annexe 1 : Explorations lexicométriques21

Fréquences absolues de la forme insécurité (juillet 2001-juillet 2002)

Fréquences absolues de la forme insécurité (juillet 2001-juillet 2002)

Spécificités relatives des formes insécurité et délinquance (juillet 2001-juillet 2002)

Spécificités relatives des formes insécurité et délinquance (juillet 2001-juillet 2002)

Annexe 2 : Formes observées22

Expressions nominales

fréquences

l’insécurité + Ø

1385

Expansions (adj. relationnels ou SP)

(l’) insécurité sociale

33

insécurité dans …

18

insécurité à…

15

insécurité des…

22

insécurité de …

8

Classifieurs

3

sentiment d’insécurité

153

état d’insécurité

4

situation d’insécurité

2

zones d’insécurité

5

Paradigme 1 : « l’insécurité augmente »

insécurité croissante

13

montée de l’insécurité

36

forte insécurité

4

aggravation de l’insécurité

2

insécurité grandissante

4

insécurité totale

2

insécurité générale

6

explosion de l’insécurité

6

baromètre de l’insécurité

2

mesure de l’insécurité

10

insécurité totale

2

insécurité générale

6

93

question de l’insécurité

10

problème de l’insécurité

10

problèmes d’insécurité

13

victimes de l’insécurité

10

Paradigme 2 : lutter contre l’insécurité

lutte contre l’insécurité

80

bataille de l’insécurité

11

traitement de l’insécurité

7

mesures contre l’insécurité

4

mobilisation générale contre l’insécurité

3

105

Un objet discursif23

thème de l’insécurité

44

débat sur l’insécurité

22

campagne sur l’insécurité

22

polémique sur l’insécurité

6

94

Notes

1 Nous utilisons les italiques pour le signifiant insécurité, les majuscules pour le référent INSÉCURITÉ, les guillemets pour l’objet de discours « insécurité ».

2 Cette notion est définie infra (« “L’insécurité”, “la délinquance”, un même objet de discours ? »).

3 Précisons que le matériau observé (40 articles au total) est extrait d’un corpus d’abord clôturé à partir de critères extralinguistiques tels que la durée de la campagne électorale (964 articles et 1705 occurrences du mot insécurité). En effet, notre travail se revendique d’une approche qui reconnaît l’importance du contexte dans l’interprétation et qui assume la place des hypothèses socio-historiques dans la constitution des données. De plus, une exploration lexicométrique a permis un redécoupage du corpus en fonction des fréquences d’emploi du terme (annexe 1). Nous nous sommes ensuite attachée à ne retenir que les textes où « insécurité » émerge comme objet de discours, en titre d’article, début d’article, ou au cours de l’article grâce à des opérations de reprise et de thématisation (Sitri 2003).

4 L’ambivalence ici observée rapproche le fonctionnement du mot insécurité des « mots de la croyance » (Branca 1997 : 1) ; dans les deux cas « la notion fixiste du sens » est mise à l’épreuve, les « significations contextuelles » de ces mots pouvant s’inverser (ibid.).

5 Pour une approche historique des définitions et usages d’insécurité, voir Née (2005 : 231-234).

6 Le terme classifieur est emprunté à M. Gross (1975 : 120) pour désigner un mot qui résume une classe de mot. Ainsi vêtement représente tous les types de vêtements, etc. Nous nous appuyons ici surtout sur les analyses et classifications proposées par J.-C. Anscombre (1996) et N. Flaux et D. Van de Velde (2000) sur les noms abstraits.

7 Dans l’ensemble des citations extraites du Monde, les noms ou statuts des locuteurs ou scripteurs autres que les journalistes sont indiqués.

8 Voir note 2.

9 Le Premier ministre de l’époque Lionel Jospin et le président de la République Jacques Chirac étaient donnés favoris par les sondages pour le second tour des élections.

10 L’objet de discours « désigne un objet constitué “de” discours – discours repris à l’autre, discours tenus ailleurs, discours évoqués ou convoqués par telle ou telle désignation – et construit “dans” le discours – discours suscités, provoqués par sa forme même : c’est dans le fil discursif que l’objet est repris, transformé, modifié, “travaillé” […] » (ibid. : 116).

11 Remarquons ici que « la reprise » n’est pas forcément « du côté de la répétition du même » : « l’élément repris est à la fois reconnaissable et autre, par modification du matériel lexical et/ou des structures syntaxiques […] » (Sitri 2003 : 142).

12 Voir note 1.

13 Voir Mouillaud et Tétu (1989).

14 Représentant du Parti Socialiste.

15 En fait, ce lien apparaît dans certaines études de sociologues ou criminologues. Autrement dit Le Monde le réactualise dans un espace discursif bien particulier qui est celui du discours journalistique. Voir sur ce point les analyses du sociologue Loïc Wacquant (Les Prisons de la misère, 1999, Paris, Raisons d’agir).

16 Dans l’énoncé ci-dessous, le lecteur est amené à interpréter cette comme un anaphorique alors que dans un îlot textuel il pourrait renvoyer de façon déictique à l’extérieur.

17 Ce que l’on pourrait définir en première approche comme deux signes linguistiques référant dans un discours donné au même objet de discours.

18 Précisons en effet que s’il y a constitution de l’objet de discours « insécurité », celle-ci est fortement liée à la construction d’argumentations sur l’insécurité à laquelle le journal prend part.

19 Si cette affirmation est toujours vraie pour polémique, en revanche, phénomène ou problème peuvent renvoyer suivant le contexte à ces affrontements ou au référent INSÉCURITÉ.

20 Rappelons que ce sont les représentants de droite qui ont tout d’abord introduit cet objet de discours dans la campagne présidentielle.

21 Ces explorations ont été effectuées à l’aide du logiciel Lexico 3 développé par André Salem (www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/ilpga/tal/lexicoWWW/lexico3.htm [Syled-Cla2t]). Voir aussi Salem 1994.

22 N’apparaissent dans ce tableau que les expressions nominales. Les fréquences renvoient aux occurrences sur l’ensemble du corpus du Monde.

23 thème de l’insécurité débat sur l’insécurité campagne sur l’insécurité polémique sur l’insécurité 44 22 22 6 94 23. Voir supra (« Un schéma actanciel déstabilisant ? »).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fréquences absolues de la forme insécurité (juillet 2001-juillet 2002)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Spécificités relatives des formes insécurité et délinquance (juillet 2001-juillet 2002)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/2283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

(emilienee@wanadoo.fr)
Allocataire-monitrice à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et membre du laboratoire Systèmes Linguistiques, Énonciation et Discours (SYLED). Ses domaines de recherche sont principalement l’analyse du discours à entrée lexicale et l’analyse statistique de grands corpus (lexicométrie). Sa thèse de doctorat porte sur le mot insécurité en langue et en discours

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540