Version classiqueVersion mobile

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

2. Pratiques dénominatives et enjeux politiques et commerciaux

Pratiques de redénomination des rues à Vitrolles

Jeanne Gonac’h

Résumé

Cet article présente les principaux résultats d’une recherche portant sur le processus de redénomination des rues à Vitrolles pendant le mandat de Catherine Mégret, entre 1997 et 2002. À travers cette étude sont soulignées les fonctions sociales, culturelles, identitaires et politiques inscrites dans les toponymes. Refusant l’idée d’une vacuité sémantique du nom propre, l’auteure s’appuie sur les acquis de la praxématique qui revendique l’hypersémanticité de celui-ci. L’auteure s’intéresse aux noms de rues tels qu’ils apparaissent dans le discours des élus du Mouvement National Républicain (M.N.R.) de la commune, dans le discours des journalistes et dans celui des habitants. Cette étude souhaite contribuer à la réflexion sur le lien entre le discours politique et le choix des dénominations odonymiques. Quelques études (Akin 1999, Bouvier et Guillon 2001) montrent que la couleur politique des municipalités influence le choix des noms de rue ; peut-on pour autant reconnaître la couleur politique d’une municipalité à ses noms de rues ?

Texte intégral

  • 1 Cette étude est un extrait d’un mémoire de maîtrise sur les pratiques de dénomination des rues dan (...)
  • 2 Extrait de l’acte de délibération daté du 25 juin 1999, ville de Vitrolles.

1Cet article présente une analyse des redénominations des rues qui ont eu lieu dans la commune de Vitrolles entre 1997 et 20021. Lors d’un conseil municipal, les élus ont décidé de redénommer huit rues dans le but d’» enraciner Vitrolles dans son identité provençale2 ».

  • 3 Les odonymes (noms de voies) regroupent non seulement les noms de rue mais également les noms de p (...)

2Les odonymes, dont les noms de rues3, constituent une source d’information précieuse sur l’histoire, la culture et les pratiques langagières. Ils sont souvent perçus comme des entités stables (Barberis et al. 1989 : 63), témoins de l’histoire passée. Pourtant, les noms de rues, et plus généralement les noms de lieux, changent fréquemment. Des recherches récentes (Wydmusch 1998 ; Bouvier et Guillon 2001) ont permis de rendre compte de l’évolution des pratiques de redénomination des toponymes. Ceux-ci évoluent soit en fonction des transformations de la réalité géographique, soit à la suite de décisions reflétant la volonté des locuteurs. S. Akin (2000 : 7) observe que :

l’accélération de ces opérations [de dénomination et de redénomination], ces dernières années, sur plusieurs continents semble s’expliquer par la coïncidence d’un certain nombre de facteurs d’ordre socioculturel, historique et politique.

3Les toponymes peuvent ainsi être considérés non seulement comme des témoins de l’histoire passée, mais aussi comme des reflets des différents contextes politiques dans lesquels ils émergent. Les propos de Gardy (1987 : 74), qui a étudié en détail le nom Larzac, sont éclairants : « Le toponyme prend en charge pour les signifier et les revivifier les conflits de sens que le lieu, investi des regards humains, mettrait en scène ». Les toponymes, actualisés en discours, font donc émerger les différents sens que leur attribuent les locuteurs. Notre analyse traitera du sens de certaines dénominations et redénominations des rues à Vitrolles dans différents discours, ce qui permettra de révéler les conflits extra-linguistiques qu’elles représentent.

Problématique

4Si l’on peut regretter, comme le fait J.-M. Guillon (in Bouvier et Guillon 2001), que les études contemporaines concernant la toponymie ne soient pas nombreuses en sciences humaines, on constate néanmoins un regain d’intérêt pour cet objet depuis quelques décennies, notamment en sciences du langage (Akin 2000 ; Gardy 1987 ; Guerrin 1998). Ces travaux nous ont fourni des modèles d’analyse tout en constituant le cadre à partir duquel nous avons élaboré nos pistes de réflexion.

Particularités des odonymes

5La fonction première des odonymes est de permettre le repérage des rues dans une ville. De même, étant donné qu’ils fixent les coordonnées personnelles des habitants – ils sont inscrits sur leur passeport, leur carte d’identité, leur courrier, etc. –, les noms de rue ont une fonction identitaire. L’intérêt porté à l’étude linguistique des toponymes a débuté avec les recherches en onomastique. A. Dauzat (1934 : 211), reconnu comme le père fondateur de cette science, affirme que « le principal intérêt que présentent les noms de lieux, c’est l’ancienneté de leur origine ». Le toponyme peut ainsi être abordé en tant que vestige linguistique rendant compte d’un état ancien de la langue, ou encore en tant qu’ultime trace d’une réalité géographique. Mais, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt étymologique de ces noms n’est plus le même car les pratiques de dénomination des toponymes ont évolué. Dans la plupart des cas, il n’y a plus de lien direct entre les lieux et leur nom : par exemple, la morphologie du lieu – collines, courants d’eau, etc. – n’a plus d’incidence sur le choix du nom. En effet, comme le souligne J.-C. Bouvier (in Bouvier et Guillon 2001 : 10), « [les toponymes urbains] n’ont pas les mêmes profondeurs historiques […] donc posent moins de problèmes étymologiques et d’évolution linguistique ».

6Plus que leur étymologie, ce sont les conditions d’apparition des odonymes qui apparaissent cruciales pour nos analyses. L’étymologie du nom Place de Provence, par exemple, présente un intérêt moindre que le motif de son entrée dans le paysage odonymique de Vitrolles en 1999. Ainsi nous prendrons en compte les fonctions culturelles, politiques et sociales des toponymes dans la mesure où nous nous intéressons à des redénominations récentes.

Politique et toponymie

7Politique et toponymie sont intimement liées. D’une part, il convient de souligner ici que le changement et le choix des odonymes sont validés par des décisions politiques. Par exemple, le choix d’un nom de ville peut faire intervenir jusqu’au Conseil d’État. La dénomination des rues, quant à elle, est actuellement, et depuis la fin de l’Ancien Régime, sous l’autorité des conseils municipaux (Bertrand 2001 : 65). Ce mode de nomination propre aux odonymes nous permet de comprendre pourquoi ces noms sont susceptibles d’être remplacés. Leur changement apparaît légitime, car les membres des conseils municipaux sont démocratiquement élus. Après la délibération, la décision de la majorité municipale ne peut plus être contestée.

8D’autre part, le changement et le choix des odonymes peuvent servir des intérêts politiques : de fait, les élus choisissent des noms qui incarnent les valeurs qu’ils défendent. Par exemple, J.-L. Panicacci (2001) montre dans son étude que la couleur politique des élus municipaux pouvait se refléter à travers le choix des dénominations toponymiques. Il observe d’ailleurs que « [l]e toponyme des Martyrs de la résistance ne fut adopté que par les municipalités de gauche à la libération » (Panicacci 2001 : 97). L’auteur aborde également la question de l’utilisation clientéliste des odonymes, qui se révèle être une pratique courante aujourd’hui. En effet, les responsables politiques peuvent encourager l’adoption d’un nom afin de conforter l’opinion des électeurs.

Nomination et nom propre

9Dans ce qui suit, nous allons reformuler, par le prisme des concepts de nomination et de nom propre, les questionnements qui préfigurent cette étude et qui concernent d’une part les différentes fonctions de l’odonyme et d’autre part les enjeux liés à leur dénomination.

La nomination comme appropriation symbolique

  • 4 Le concept de dénomination a été largement défini dans différents domaines de la linguistique (Kle (...)

10Selon H. Guillorel, « en nommant l’espace, on se l’approprie, finalement on produit du territoire » (1999 : 71). Ainsi c’est la dénomination4, résultat de l’acte de nomination, qui crée le lien entre les hommes et les lieux. Le toponyme est donc la marque de l’intervention humaine sur le territoire. C’est cette subjectivité de l’acte de nomination que souligne P. Siblot (1997a : 33) :

Nommer c’est nécessairement prendre position à l’égard de ce que nous désignons. Et lorsque nous catégorisons, nous exprimons une relation à l’égard de l’être désigné : de façon indirecte mais inéluctable, par et dans cet acte de nomination nous nous caractérisons nous-mêmes en retour.

11Le sens de l’odonyme choisi doit représenter les idées politiques défendues par les partis majoritaires dans les conseils municipaux. Lors d’une redénomination, les élus expriment leur volonté de redonner du sens à un lieu et montrent de manière symbolique que le lieu leur appartient. La redénomination devient ainsi un acte d’appropriation symbolique du lieu.

Le nom propre, un praxème

12En linguistique, l’odonyme est catégorisé dans la famille des noms propres. Or, force est de constater que le traitement sémantique des noms propres n’est pas évident, ne serait-ce qu’à cause de leur absence des dictionnaires de langue qui constituent une source première de définitions des mots et donc de descriptions sémantiques.

13Pour aborder les odonymes dans une perspective sémantique, nous avons fait appel aux acquis de la praxématique (Barberis et al. 1989), car ce modèle théorique revendique l’« hypersémanticité » du nom propre, contrairement à d’autres courants linguistiques qui défendent l’idée d’une vacuité sémantique de celui-ci. Le praxème représente l’unité pratique de production de sens développée par cette théorie afin de rendre compte de la variabilité du sens en discours. Ainsi, le sens des praxèmes varie en fonction des discours dans lesquels ils sont employés. En effet, le sens véhiculé par l’odonyme n’est pas unique mais bien multiple, au même titre que le sens véhiculé par les autres praxèmes. Nous allons montrer dans nos analyses que le sens d’un odonyme varie en fonction de son contexte d’actualisation. Nous allons procéder pour cela à une étude contextualisée des odonymes de Vitrolles.

Contexte socio-politique de la redénomination

14Nous avons pu constater que la couleur politique d’une commune est susceptible d’influencer la dénomination des rues. Il est donc important de décrire dès à présent le cadre géographique, historique et politique dans lequel s’inscrivent les changements de noms de rues à Vitrolles.

La ville de Vitrolles

15Sur le plan géographique, au début du XXe siècle, Vitrolles était nommée Vitrolles-le-Roucas, du nom du rocher sur la colline dominant le village. À cette époque, Vitrolles était encore un village à caractère provençal. Après la Seconde Guerre mondiale, la commune a subi une mutation urbaine, causée par une explosion industrielle. V. Geisser et F. Travetto l’expliquent ainsi :

Vitrolles : la ville nouvelle avortée. La commune de Vitrolles présente la particularité d’être d’abord un espace pensé par l’état dans le cadre de sa politique d’aménagement du territoire. Le projet de ville nouvelle s’est développé en ignorant délibérément l’espace vécu originel [le vieux village provençal] (Geisser et Travetto 1995 : 30).

  • 5 M. Samson, « Introuvable identité urbaine », Le Monde, 3 février 1997.

16L’urbanisation a transformé Vitrolles en ville dortoir de Marseille, une ville « sans identité », selon le quotidien national Le Monde5. Ce manque – un vide à combler – laisserait alors libre place à diverses quêtes et négociations identitaires.

Contexte politique de Vitrolles

17Dès les années 1970 et jusqu’à la fin des années 1990, Vitrolles a été dirigée par des élus socialistes. Après les élections municipales de 1997, quatre mairies de la région étaient administrées par des partis d’extrême droite, le Front National (F.N.) ou le Mouvement National Républicain (M.N.R.) : Toulon (M.N.R.), Orange (F.N.), Marignane (M.N.R.) et Vitrolles (M.N.R.). Des décisions politiques et symboliques fortes au niveau municipal ont mis au jour l’idéologie de ces deux partis, et ce particulièrement à Vitrolles.

18Il nous semble important de rappeler ici certaines mesures à travers lesquelles les élus de Vitrolles se sont illustrés. Peu après son arrivée au pouvoir, C. Mégret, maire M.N.R., promet de récompenser financièrement les couples français donnant naissance à un enfant français. Dans le domaine culturel, la presse rapporte que certains ouvrages sur l’histoire du monde sont retirés des bibliothèques municipales. Reflet de l’application de la politique du parti, ces mesures sont condamnées au niveau national.

Toponymie et couleurs politiques

19Après la Seconde Guerre mondiale, la tendance au niveau des pratiques de dénomination des rues était d’honorer des personnalités marquantes. Cette tendance se retrouve à Vitrolles. En effet, la construction très rapide de la ville s’est accompagnée de nouvelles dénominations tous azimuts formées sur des anthroponymes de personnalités plus ou moins renommées sur le plan national et international. Avant l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir, c’est la couleur politique socialiste qui a influencé le choix des personnalités à honorer à travers les odonymes. Nelson Mandela, Salvador Allende mais aussi Olof Palme, Dulcie September et Martin Luther King font partie à l’époque du paysage odonymique de Vitrolles. Ces noms étaient le reflet du message politique véhiculé par les dirigeants de l’époque : Vitrolles, ville ouverte et multiculturelle.

  • 6 Un nom propre de région.

20Les mesures prises par les élus d’extrême droite, dès leur arrivée au pouvoir en 1997, témoignent d’un intérêt particulier pour les odonymes. En effet, lors du conseil municipal du 3 octobre 1997, la nouvelle équipe municipale engage les démarches afin de changer le nom Vitrolles en Vitrolles-en-Provence. Lors du conseil municipal du 25 juin 1999, dix nouvelles voies ont été baptisées et huit autres ont fait l’objet de redénomination. La redénomination de huit rues lors d’un seul conseil et les démarches entamées pour ajouter le régionyme6 -en-Provence à la ville sont des actes forts. Nous reviendrons dans les analyses présentées infra sur les enjeux politiques évidents de l’acte de redénomination.

Corpus d’étude

  • 7 www. Ville-vitrolles13.fr Ce site ne fonctionne plus aujourd’hui, nous reprendrons cette référence (...)

21Notre étude du sens multiple des odonymes s’appuie sur un corpus de textes politiques, administratifs et journalistiques portant sur la redénomination des rues à Vitrolles. Afin de révéler le sens attribué aux nouvelles dénominations dans le discours du M.N.R., deux documents ont été particulièrement étudiés. Le premier est une page Internet7 rédigée par la mairie de Vitrolles de l’époque qui dressait la liste des nouveaux noms en commentant la raison de leur émergence. Le second est un petit livret intitulé « Allez Vitrolles ! Vingt plans d’action pour aller plus loin au service des Vitrollais » qui se présente comme une sorte de programme politique et dont le chapitre six, intitulé « Une ville plus provençale et plus française », est consacré à la question des noms de rue.

  • 8 Avant notre départ, nous avions deux objectifs : 1) consulter les actes de délibération 2) faire r (...)
  • 9 Nous avons souhaité rapporter également les témoignages d’habitants collectés lors de conversation (...)

22Par ailleurs, lors de notre déplacement à Vitrolles en octobre 2001, nous avons eu accès aux actes de délibération des conseils municipaux qui traitaient de la question des odonymes. Nous avons également récolté des questionnaires8 que nous avions précédemment distribués aux Vitrollais habitant les rues qui avaient changé de nom. Bien que peu nombreuses, les réponses à ces questionnaires ont néanmoins révélé l’influence des changements odonymiques sur les pratiques dénominatives des habitants. Quelques témoignages spontanés des riverains9 apparaîtront également de manière ponctuelle dans notre analyse ainsi que des extraits d’un entretien avec V. Geisser, chercheur en sciences politiques à Aix-en-Provence, spécialiste de l’extrême droite. La mise en parallèle de tous ces discours nous permettra de mieux interpréter la valeur sémantique des odonymes et la signification socio-politique de la redénomination.

Baptême et débaptême des rues

23La campagne de redénomination menée par les élus d’extrême droite à Vitrolles implique une première étape qu’il convient d’analyser séparément pour en révéler les enjeux particuliers : le débaptême. En effet, pour pouvoir redénommer des rues, il faut encore les débaptiser ; il devient alors intéressant de voir quelles rues ont été choisies pour la redénomination, quels noms de rues ont été voués à disparaître.

La justification des débaptêmes dans le discours de l’extrême droite

24Lors du conseil municipal du 25 octobre 1999, les élus ont décidé de retirer les huit odonymes suivants du patrimoine odonymique de la commune : Place du 19 mars 1962, Arcade Marcel Paul, Avenue Jean-Marie Tjibaou, Square Dulcie September, Avenue François Mitterrand, Avenue Salvador Allende, Place Nelson Mandela et Square Olof Palme. Aucune justification de cet acte n’est inscrite dans les actes de délibération. Le petit livret est le seul document par lequel les élus expliquent les raisons des débaptêmes.

Extrait 1
Le retour aux noms traditionnels : c’est ainsi que la municipalité a modifié le nom de certaines places et rues de la ville pour les rendre plus françaises et provençales. Alors que la municipalité socialo-communiste, en choisissant délibérément pour nos rues des noms de personnes étrangères, avait créée une ambiance déracinée et cosmopolite, Catherine Mégret et son équipe ont francisé et provençalisé ces dénominations.

25La seconde partie de la citation explique clairement pourquoi des changements ont été opérés. Ces propos dénoncent la connotation « étrangère » des anciens noms.

L’enjeu du processus de débaptême

26R. Greib et F. Schnaffer (1998), qui ont étudié le processus de débaptême en Alsace, montrent que cette pratique permet de retirer symboliquement l’histoire de certaines personnalités de la mémoire collective. Débaptiser un lieu a donc une fonction symbolique importante. À Vitrolles, nous assistons à un phénomène d’épuration symbolique par les noms de rues. Il y a une volonté politique d’effacer la mémoire de ces hommes et femmes du patrimoine historique et culturel mais aussi de rejeter, par la même occasion, l’idéologie de l’équipe municipale précédente. Les débaptêmes sont censés marquer une rupture avec le passé socialiste de la ville et souligner ainsi le pouvoir des nouveaux élus.

Un débaptême à part : le cas de l’avenue François Mitterrand

27À la mort de François Mitterrand, les élus socialistes avaient décidé de débaptiser l’avenue de Marseille pour la renommer avenue François Mitterrand. À leur arrivée au pouvoir, les élus M.N.R. ont décidé de débaptiser cette avenue et de la renommer de son ancien nom, pour cela ils ont eu recours à un référendum.

28Les données analysées ici émanent du site Internet de la mairie à l’époque.

Extrait 2
L’avenue François Mitterrand redevient l’avenue de Marseille « Vox populi, vox dei : consultés par référendum les habitants de cette ville ont à large majorité (80 voix contre 8 et 40 abstentions) manifesté le souhait de voir leur rue retrouver le nom qui était le sien depuis des décennies. »

29Les cent vingt-huit riverains de cette avenue ont été appelés à voter pour ou contre le changement du nom de leur avenue. Deux raisons nous semblent être à l’origine de ce référendum. D’une part, les élus ont fait appel à la population pour le changement de ce nom car c’était un moyen pour eux de montrer qu’ils agissaient de façon démocratique. Le fait de consulter la population pour le changement de ce nom légitimait ainsi tous les autres débaptêmes. D’autre part, l’odonyme avenue de Marseille a une référence indicative, c’est-à-dire que l’avenue mène à Marseille. Cet odonyme a donc, contrairement à tous les autres, un ancrage sémantique dans le réel. Lors de notre enquête, une habitante de Vitrolles nous révélait : « Cette rue, elle aurait pu s’appeler n’importe comment, pour nous elle sera toujours l’avenue de Marseille ». Le nom de l’avenue de Marseille ne semblait avoir jamais disparu des pratiques dénominatives des habitants. Les risques de contestation étaient donc limités.

La construction d’un décor provençal

30La politique toponymique conduite par les élus M.N.R. à Vitrolles ne se limite pas à l’effacement du paysage odonymique de quelques noms de personnalités au profit d’autres noms. La construction d’un décor provençal fait partie des objectifs de cette politique.

Le régionyme -en-Provence

31En 1997, les élus M.N.R. ont sollicité le préfet afin de changer le nom Vitrolles en Vitrolles-en-Provence. On peut lire dans l’acte de délibération du 3 octobre 1997 : « Dans le but d’enraciner Vitrolles dans son identité provençale, le conseil municipal est invité à solliciter Monsieur le Préfet au titre des articles […] le changement du nom de la commune de VITROLLES en VITROLLES-EN-PROVENCE ».

32L’ajout d’un régionyme à un nom de ville qui n’en a pas constitue, selon C. Guerrin (1998 : 215), un enjeu « socio-toponymique ». La morphologie de l’ajout -en-Provence alignerait Vitrolles sur d’autres communes alentour, comme, par exemple, Aix-en-Provence. Le nom Provence actualisé dans un toponyme ne modifie pas seulement l’image acoustique du nom de lieu mais aussi l’identité de ce lieu. Le sens discursif de Provence véhicule des connotations stéréotypées positives qui sont actualisées lors de la mise en discours de ce nom.

33Cependant, la nouvelle dénomination Vitrolles-en-Provence n’a jamais été validée par le Conseil d’État. Ce projet n’a pas abouti dans la mesure où, ces vingt dernières années, la rigueur de la Commission de Révision des Noms de Commune (C.R.N.C.) a fait qu’aucune commune ne s’est vu attribuer des compléments sous la forme d’un nom de région. On pouvait lire néanmoins la dénomination Vitrolles-en-Provence sur le blason de la ville, sur les nouvelles plaques des rues, etc.

Des odonymes de Provence

  • 10 Impasse des Cabassons, avenue du Vent-du-Soleil, rue des Santonniers, allée de l’Annonciade, passa (...)
  • 11 Les deux autres que nous n’analysons pas ici sont : le square Saint Exupéry et l’arcade Colonel de (...)

34Nous l’avons noté précédemment, la modification des odonymes pose moins de problèmes juridiques et administratifs que celle des autres toponymes. Ainsi, même si le toponyme Provence n’a pas été intégré au nom de la ville, il fait partie de deux nouveaux noms de rues. D’ailleurs, huit nouvelles dénominations10, qui correspondent à huit voies nouvellement construites, et quatre redénominations se déclinent sur cet argument de « provençaliser » Vitrolles. Nous n’analyserons ici que deux de ces redénominations : Place de Provence et Square Marguerite de Provence11.

35Le nom de la place de l’hôtel de ville de Vitrolles, place Nelson Mandela, a été remplacé par le nom place de Provence. L’hôtel de ville est le lieu par excellence qui représente la politique d’une ville. À Vitrolles, le M.N.R. a marqué son territoire à travers le rejet du nom Nelson Mandela et le choix du nom Provence. Une explication de ce choix est rédigée de la manière suivante dans le site Internet de la mairie :

Extrait 3
La place de Provence
« Cœur de notre ville, la place de l’hôtel de ville se devait d’affirmer symboliquement l’attachement des Vitrollais à leur identité. »

36Un autre nom marqué par la provençalité, Marguerite de Provence, apparaît dans le paysage odonymique de la ville :

Extrait 4
Square Marguerite de Provence
« Nous saluons Marguerite, fille du comte de Provence épouse du roi Louis IX, dit Saint Louis, une reine que la Provence a donnée à la France. » (S.I.)

  • 12 Dulcie September (1935-1988) a été militante contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud.

37L’ancien nom du square, Dulcie September12, est remplacé par l’anthroponyme d’une noble liée à l’histoire de la Provence, Marguerite de Provence. L’anthroponyme Marguerite de Provence appartient au décor que la mairie essaie de construire : un retour vers les valeurs d’antan, des valeurs qui font honneur à la France. Cette substitution place volontairement les deux odonymes dans un rapport dialogique (cf. infra).

  • 13 Entretien avec V. Geisser, chercheur en sciences politiques à l’université d’Aix-en Provence.

38C’est la troisième utilisation par l’extrême droite du nom Provence dans les toponymes de Vitrolles. Cette répétition n’est pas sans en affecter le sens. V. Geisser explique que « ce souci de provençaliser les racines vitrollaises, ça avait déjà commencé sous les socialistes. […] Néanmoins il y a une volonté de la part du M.N.R. de produire une image inversée de ce qu’a été le multiculturalisme municipal. C. Mégret a beaucoup joué sur l’identité provençale car elle aussi était en déficit de légitimité locale13 ».

39Il ne faut donc pas se méprendre, l’identité provençale ne s’est pas construite uniquement avec le M.N.R. Néanmoins, l’utilisation répétée de ce toponyme par les élus M.N.R. est liée, selon V. Geisser, au fait qu’ils ont été « parachutés de Paris, ils ne connaissent pas la Provence ». Ces changements linguistiques leur permettent de s’installer symboliquement en Provence. Dans le livret, les verbes provençaliser et franciser sont inscrits l’un à côté de l’autre car ils véhiculent les mêmes valeurs dans le discours du M.N.R. Ainsi, le praxème Provence actualisé dans le discours du M.N.R. véhicule les mêmes valeurs que France.

Un rapport dialogique entre les dénominations

40À travers l’étude des noms précédents, notamment Dulcie September et Marguerite de Provence, on s’aperçoit que les anciennes et nouvelles dénominations entretiennent des rapports sémantiques et dialogiques. Pour illustrer ce lien, nous avons choisi d’analyser les noms des avenues Mère Teresa et Jean-Pierre Stirbois.

41Alors que les dénominations analysées précédemment visaient toutes à « provençaliser » Vitrolles, les anthroponymes Jean-Pierre Stirbois et Mère Teresa ne sont pas liés à l’histoire de la Provence. L’argument « réenraciner Vitrolles dans son identité provençale » n’apparaît donc pas valable. Pourquoi ces noms ne déracineraient-ils pas aussi l’ambiance de la ville de Vitrolles ?

L’avenue Salvador-Allende devient l’avenue Mère Teresa

42Concernant le changement du nom avenue Salvador Allende en avenue Mère Teresa, l’explication suivante est avancée sur le site de la mairie.

Extrait 5
Il s’agit de saluer l’humble religieuse partie en Inde soulager la souffrance des plus pauvres parmi les pauvres, Prix Nobel de la paix et qui, récemment disparue, a fait l’objet, dans son pays d’accueil, de funérailles nationales. (S.I.)

  • 14 Encarta, online deluxe encyclopedia.

43Dans un premier temps, nous n’avons trouvé aucune trace écrite justifiant le débaptême de l’avenue Salvador Allende. En revanche, lors de notre enquête de terrain, une riveraine nous explique que « le motif avancé par la mairesse était qu’elle ne voulait pas se promener sur une avenue portant le nom d’un révolutionnaire ». Si on croit aux propos de cette habitante, C. Mégret aurait donc qualifié S. Allende de révolutionnaire. En attribuant cet adjectif au nom Salvador Allende, C. Mégret inscrit un nouveau sens dans ce praxème. Cette stratégie qui consiste à associer socialiste et révolutionnaire est propre au discours des partis d’extrême droite. Le choix du nom Mère Teresa s’inscrit dans un rapport dialogique (Bakhtine 1977) avec celui de Salvador Allende. En effet, dans l’extrait 5, il est mentionné que « Mère Teresa s’est occupée des plus pauvres parmi les pauvres ». Mais, si l’on recherche dans une encyclopédie, on apprend que « Salvador Allende avait développé une réputation de champion des pauvres14 ». Mère Teresa et Salvador Allende avaient comme combat commun de lutter contre la pauvreté. À travers cette pratique de redénomination, il nous semble que ce sont les idéologies respectives des personnalités qui sont mises en opposition. Une des interprétations possibles est que les élus ont voulu signifier que l’on ne combat pas la pauvreté avec des armes politiques mais avec la religion. On peut également souligner que Mère Teresa a choisi son nom d’après Sainte Thérèse de Lisieux, ce qui la rattache à l’histoire de la France.

L’avenue Jean-Marie Djibaou devient l’avenue Jean-Pierre Stirbois

44La donation du nom Jean-Pierre Stirbois est justifiée comme suit :

Extrait 6
La ville de Vitrolles-en-Provence souhaite honorer Jean-Pierre Stirbois, qui avait été candidat aux législatives dans notre circonscription en 1988, l’année où il trouva la mort dans un accident de la route peu après son retour de Nouvelle- Calédonie : il y avait mené une campagne pour le maintien de cette terre sous le drapeau français. (S.I.)

  • 15 A. Rollat, « Sous la plaque, le mépris », Le Monde, 22 octobre 1997.

45Officiellement sur le site Internet, il n’est pas question d’expliquer pourquoi la plaque de Jean-Marie Djibaou est retirée. Mais A. Rollat15 cite un passage d’une lettre qui avait été diffusée dans un journal local dans laquelle l’extrême droite fait savoir :

Extrait 7
Plutôt que Jean-Marie Tjibaou agitateur et terroriste kanak, responsable du massacre des gendarmes français à Ouvéa, la ville de Vitrolles a préféré Jean-Pierre Stirbois, homme politique français, disparu tragiquement en 1988.

46La construction de cette phrase oppose kanak à français. Dans cette redénomination sont inscrites les marques des pratiques discursives d’un parti politique. Loin de l’idée initiale affichée « de réenraciner Vitrolles dans son identité provençale », les redénominations à Vitrolles portent d’autres enjeux : politiques, identitaires, etc. Les rapports dialogiques qui s’inscrivent dans les noms renvoient à l’opposition du M.N.R. aux idées du parti socialiste qu’il a remplacé à la municipalité.

L’expérience de terrain

47Nous avons repris les propos des riverains afin de mieux comprendre les enjeux sous-jacents aux changements de noms de rues, mais aussi de mesurer l’impact des changements sur les pratiques dénominatives des habitants.

Des lieux inhabités

48Nous avons souligné que l’une des fonctions des odonymes est de permettre le repérage d’un individu dans une ville. Lors de notre déplacement, nous avons pu constater que beaucoup d’odonymes qui ont fait l’objet de redénomination désignent des places, des squares, des ronds-points, c’est-à-dire des lieux où personne n’habite. Les lieux inhabités, eux, n’engagent aucun changement d’adresse et n’ont donc aucun impact sur les coordonnées personnelles des habitants. Les enjeux liés à la dénomination de ces lieux sont symboliques du pouvoir que les élus s’octroient en matière de toponymie.

49Mais même si ces lieux, inhabités, n’affectent pas directement l’identité des habitants de la ville, ceux-ci réagissent parfois vivement (vandalisme, pétition, etc.) lorsque les noms des lieux sont modifiés. Par exemple, la plaque est absente de l’avenue J.-P. Stirbois, qui est une voie rapide. Un Vitrollais nous a expliqué que la plaque avait été plusieurs fois vandalisée et que les élus avaient renoncé à la remettre. Ces réactions montrent que la redénomination, en général, est un acte fort, perçu parfois comme un abus de pouvoir par la population, qui reconnaît que ces lieux sont un moyen idéal pour imposer une idéologie.

L’actualisation des noms dans le discours des riverains : des témoignages décalés

50Les discussions avec les habitants de Vitrolles sur le sujet des toponymes tournaient souvent court. Les personnes s’interrompaient souvent pour dire : « Tout ça c’est politique ». C’est pourquoi nous avons décidé de distribuer des questionnaires dans les boîtes aux lettres des riverains concernés par les changements de noms de rues. Sur quarante questionnaires, six seulement nous ont été retournés. Ce faible retour des questionnaires peut s’expliquer par le désintérêt ou la méfiance des personnes face à notre enquête.

51Les témoignages des riverains dans ces questionnaires apparaissent parfois éloignés des actes de vandalisme et des pétitions car ils ne reflètent pas la réalité.

Extrait 8
Tout proche de l’hôtel de ville s’est transformé en place Mandela Nelson

Extrait 9
L’avenue de Marseille est devenue l’avenue François Mitterrand.

Extrait 10
Ce sont deux axes principales (sic) de la commune : Avenue Salvador Allende → Avenue Mère Térésa, Avenue de Marseille → Avenue François Mitterrand.

52Ces exemples nous montrent que les pratiques langagières des riverains semblent parfois décalées par rapport au réel. Mais ce ne sont pas les seuls cas : les anciens plans de la ville mentionnent encore parfois place Nelson Mandela. En outre, nous avons pu voir les anciens noms affichés sur les plaques des stations d’autobus, notamment parce que la compagnie d’autobus appartient à une compagnie privée de Marseille.

53Après la défaite du M.N.R. aux élections municipales de 2002, seule l’avenue Jean-Pierre Stirbois a été débaptisée. Les nouveaux élus ont débaptisé le 4 décembre 2003 l’avenue Jean-Pierre Stirbois et l’ont dénommée avenue des droits de l’homme. Cette nouvelle dénomination efface les antagonismes idéologiques sur la question de la Nouvelle-Calédonie et révèle la volonté de la nouvelle équipe de se démarquer de l’ancienne.

54Cette étude nous a permis de mettre en évidence la valeur identitaire pouvant s’inscrire dans le sémantisme des odonymes et de souligner la nature des enjeux liés aux redénominations des rues. À Vitrolles, le M.N.R. a particulièrement utilisé les odonymes comme des instruments pratiques pour véhiculer son idéologie. Les codes culturels et identitaires inscrits dans les noms qu’il a choisis sont facilement déchiffrables : le nom Mère Térésa ne pose pas de problème en soi. En effet, les différents programmes de sens inscrits dans ce nom sont « positifs ». Mais quand le nom Mère Térésa remplace celui de Salvador Allende, il « souffre » de cette mise en perspective. Les redénominations opérées à Vitrolles inscrivent alors de nouveaux programmes de sens dans les noms Mère Térésa, Provence, etc.

55Le processus de redénomination à Vitrolles a servi de propagande politique pour installer symboliquement les élus M.N.R. en Provence. Les valeurs véhiculées à travers les nouvelles dénominations reflètent bien les idées politiques de ce parti. Le caractère particulièrement aléatoire des redénominations à Vitrolles pose aussi la question de la légitimité du pouvoir des conseils municipaux à changer les odonymes.

Notes

1 Cette étude est un extrait d’un mémoire de maîtrise sur les pratiques de dénomination des rues dans les villes dirigées par l’extrême droite (J. Gonac’h, 2002, Analyse des pratiques de dénomination des rues dans trois municipalités gérées par l’extrême droite : Marignane, Toulon, Vitrolles, sous la dir. de S. Akin, Université de Rouen).

2 Extrait de l’acte de délibération daté du 25 juin 1999, ville de Vitrolles.

3 Les odonymes (noms de voies) regroupent non seulement les noms de rue mais également les noms de places, de squares, d’impasses, d’avenues, etc.

4 Le concept de dénomination a été largement défini dans différents domaines de la linguistique (Kleiber 1984 ; Mortureux 1984 ; Cheriguen 1994 ; Siblot 1997a ; Mondada 2000).

5 M. Samson, « Introuvable identité urbaine », Le Monde, 3 février 1997.

6 Un nom propre de région.

7 www. Ville-vitrolles13.fr Ce site ne fonctionne plus aujourd’hui, nous reprendrons cette référence tout au long de notre texte sous la forme : S.I.

8 Avant notre départ, nous avions deux objectifs : 1) consulter les actes de délibération 2) faire remplir aux riverains concernés par les changements de noms de rue des questionnaires, qui portaient sur leur connaissance des changements et leur opinion. Toutefois, la méfiance de la population à l’égard de notre enquête nous a conduite à distribuer les questionnaires dans les boîtes aux lettres. Sur 40 questionnaires distribués, seuls 6 nous ont été retournés.

9 Nous avons souhaité rapporter également les témoignages d’habitants collectés lors de conversations informelles. En effet, ces témoignages s’avèrent être une source d’informations intéressante, comme le confirme une conversation téléphonique en septembre 2001 avec une employée municipale de Toulon (dirigée par le maire F.N. J.-M. Le Chevallier), où celle-ci nous confiait : « La mairie de Toulon a baptisé un carrefour au nom du Maréchal Pétain ». Or, c’est le nom du général Raoul Salan, ancien membre de l’OAS, qui avait été choisi. Le lapsus de cette habitante révèle donc les conflits idéologiques ayant accompagné la redénomination.

10 Impasse des Cabassons, avenue du Vent-du-Soleil, rue des Santonniers, allée de l’Annonciade, passage des Segobriges, place des Bastides, rue du Chevalier Paul et rue des Tambourinaires.

11 Les deux autres que nous n’analysons pas ici sont : le square Saint Exupéry et l’arcade Colonel de Courson.

12 Dulcie September (1935-1988) a été militante contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud.

13 Entretien avec V. Geisser, chercheur en sciences politiques à l’université d’Aix-en Provence.

14 Encarta, online deluxe encyclopedia.

15 A. Rollat, « Sous la plaque, le mépris », Le Monde, 22 octobre 1997.

Auteur

(lejeanot@yahoo.fr)
Prépare une thèse de doctorat à l’université de Rouen sous la direction de R. Delamotte-Legrand, au sein du laboratoire Dynamiques socio-langagières (DYALANG, CNRS, Formation de Recherche en Évolution 2787). Son travail porte sur les variations dans l’interlangue des lycéens et étudiants bilingues turc-français et turc-anglais

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search