Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

1. Formes de nominations en situation provoquée

Dénominations et représentations sémantiques du trajet en train

Gaëlle Delepaut, Danièle Dubois, Myriam Mzali et Sylvie Guerrand

Résumé

Cette recherche vise à identifier les propriétés sémantiques du confort du voyage en train, à partir d’une analyse linguistique de discours de voyageurs. L’analyse a été faite sur un corpus de réponses à un questionnaire recueilli dans différents matériels ferroviaires. Les auteures rapportent ici trois plans d’analyse linguistique permettant d’identifier différents contrastes pertinents relativement au concept de confort. Le choix de la dénomination vs la désignation renseigne sur l’évaluation positive ou négative du confort/inconfort ; le niveau de généricité/spécificité des énoncés renseigne, quant à lui, sur le caractère sensible ou impersonnel de la relation sujet/objet. Une analyse syntaxique permet quant à elle d’identifier des représentations différentes (le souhait vs l’exigence), alors qu’un troisième plan d’analyse resitue les dénominations dans l’énonciation, à travers l’opposition entre les plans locutoire et délocutoire, et permet de repérer l’implication du sujet par rapport à son expérience sensible du confort. Les conclusions concernent l’identification des liens entre l’activité de dénomination et les inférences cognitives, et permettent d’envisager des études plus analytiques concernant les contraintes physiques dans la construction des représentations du confort, et par là même, la possibilité, pour la SNCF, de mesures d’amélioration du confort du voyage en train

This study aims to identify the semantic properties of comfort with specific reference to train journeys. It was carried out on a corpus of answers to a questionnaire. The linguistic analysis focuses on different aspects (lexical, discursive and enunciative) of what is considered comfortable or uncomfortable by passengers in a variety of trains. The analysis is further grounded in cognitive hypotheses that structure the conceptual representations of COMFORT in trains.
The study rests on the opposition between dénomination and désignation: we observed correlations between instantiations which introduce denomination by simple lexical forms and states reference as an “objective” knowledge. It contrasts with designation, which introduces complex syntactic constructions in which the speaker’s implication can be observed: these linguistic forms refer to more individual cognitive representations.
Our conclusions concern the productivity of the correlations between linguistic forms and cognitive structures. The embedding of the linguistic structures in a discourse and an enunciative mode enables correlation of their specificities with the construction of the reference to individual representations and with shared knowledge of COMFORT in trains

Texte intégral

1L’analyse linguistique que nous proposons s’inscrit dans le cadre plus général des recherches, en linguistique cognitive, relatives au couplage entre les représentations cognitives des diverses sensibilités et la diversité de leurs expressions en langue et en discours (voir Dubois 2000 ; Dubois et Grinevald 2003). Le présent travail a été plus spécifiquement entrepris en réponse à une demande de la SNCF concernant la perception du confort global lors des voyages en train. L’objectif est d’accéder aux représentations individuelles et partagées des voyageurs, à partir de l’analyse des formes disponibles en langue française et employées dans leurs discours, lorsque des locuteurs sont sollicités pour rendre compte de leur expérience sensible du confort. À la différence d’une démarche psychophysique, plus commune en psychologie cognitive, et qui porte sur l’évaluation subjective de stimulations préalablement décrites en physique, on partira ici du repérage des catégories du confort en train et de leur organisation cognitive manifestées dans les discours, pour ne réaliser qu’ensuite des études plus analytiques et des mises en correspondance des propriétés sensibles du confort avec des mesures physiques. Les résultats attendus par la SNCF portent donc sur des spécifications visant l’amélioration du confort des trains grandes lignes.

2La démarche s’inscrit d’abord en linguistique à travers la mise en place d’un mode de questionnement adapté, et d’une analyse précise des constructions discursives produites dans les réponses, avant de proposer des inférences cognitives (Dubois 2002). Dans le cas présent, on s’intéressera aux procédés de dénomination dans la mesure où ils nous informent sur la construction en discours de la notion de CONFORT du trajet en train et de ses représentations cognitives (Dubois et Mondada 1995). On tâchera d’identifier, à partir de l’analyse des discours, à la fois les propriétés du confort relatives au ressenti des voyageurs et les propriétés « objectives » du confort en train. Cette opération interviendra à partir du repérage des différences dans les procédés linguistiques de désignation d’une part, se rapportant davantage à une expérience sensible individuelle, et de dénomination d’autre part, concernant des représentations partagées ou des connaissances, stabilisées et codées en langue et en discours.

  • 1 On s’appliquera à systématiser typographiquement les valeurs de la forme « confort » qui, en majus (...)

3Dans un premier temps, nous présenterons le cadre théorique dans lequel les concepts étudiés s’inscrivent. Lamise en place du mode de questionnement pour le recueil du corpus sera ensuite exposée. Cela nous conduira dans une troisième partie à contraster dénomination et désignation sur divers critères linguistiques (syntaxiques, morphologiques, énonciatifs) pour conduire à des inférences étayées par les théories de la catégorisation (Rosch 1978 ; Barsalou 2003) concernant ici la diversité des représentations du CONFORT1 du trajet en train. Enfin, une dernière partie tient compte des modes de mise en discours des dénominations qui permettent de préciser l’implication du voyageur dans l’expression de son ressenti, et confirme ainsi nos hypothèses sur le couplage des procédés de dénominations/désignations dans la construction des représentations cognitives.

De la dénomination

4On partira de l’hypothèse selon laquelle la dénomination instaure un rapport spécifique des signes, tant aux choses qu’aux concepts et représentations (Rastier 1993). Si, en français, le terme dénomination comporte la racine « nom » qui réfère d’une part à une réalité extralinguistique (name), et d’autre part possède une valeur grammaticale (= substantif, noun), la fonction de dénomination peut cependant être également attribuée à d’autres formes lexicales : « aucune restriction grammaticale ne s’attache au nom-name : verbes, adjectifs, adverbes et lexies complexes de catégorie grammaticale correspondante sont, tout comme les substantifs et les lexies substantivales, des dénominations » (Kleiber 1984 : 84). Ainsi de l’extrait d’énoncé suivant : « le relevé d’identité bancaire, comme son nom l’indique » (ibid. : 84). Ce n’est donc pas le seul critère de simplicité de la forme lexicale, ni celui de son statut syntaxique qui peut établir le critère nécessaire ou suffisant d’identification de la fonction de dénomination.

5En effet, à cette caractérisation linguistique de la dénomination, diverses interprétations cognitives demeurent possibles. Nuançant une position strictement référentielle comme celle de G. Kleiber (1984), M.-F. Mortureux (1984 : 104) considère que les locuteurs saisissent la réalité par des structures linguistiques qui relèvent de leur initiative et construisent la référence par des (actes de) dénomination. Ainsi, « nommer une chose, c’est en affirmer l’existence, et c’est parfois […] l’imposer aux autres, et finalement s’imposer soi-même ». La dénomination est alors posée comme acte d’un sujet, qui s’investit par ce procédé langagier, comme producteur d’ontologie. La dénomination est alors une « action qui a pour résultat la relation codée dans le lexique entre signes et choses qu’analyse la sémantique » (ibid. : 95).

6D’un point de vue cognitif, D. Dubois (2000) a pu observer que l’expression des diverses sensibilités (olfactives et auditives, en l’occurrence) se manifeste tant en langue qu’en discours sous une grande diversité de formes lexicales. Alors que la vision (et en particulier les phénomènes colorés) suscite des dénominations par des formes lexicales simples, tels les termes de base (Berlin et Kay 1969/1970), les odeurs se trouvent inscrites en discours soit par des formes lexicales complexes, non codées, non partagées par les locuteurs sollicités, ou par des formes nominales qui réfèrent non pas à des sensations, mais à des objets sources de la sensation. On en conclut (Dubois 2006) que la quasi-absence de ressources lexicales autorisant la dénomination de phénomènes olfactifs conduit les odeurs à demeurer dans la désignation d’une représentation individuelle, plus ou moins partagée, et de ce fait non constituée comme connaissance objective de « quelque chose » du monde.

7En bref, on considérera la dénomination comme l’usage de formes lexicales partagées qui, à travers une description normée du monde, et sa fonction essentiellement référentielle, s’avère productrice d’ontologies.

8La désignation serait, quant à elle, indépendante, momentanée, transitoire et contingente de la chose. Ainsi, pour G. Kleiber :

les phrases de désignation ne présupposent nulle dénomination préalable, n’impliquent aucunement le locuteur en tant qu’utilisateur potentiel du signe X pour x, ne présentent pas le signe X comme étant la propriété de x, et, surtout, n’exigent pas que le signe X renvoie à une unité codée de forme nominale (Kleiber 1984 : 88) (x étant l’objet et X le signe).

9Par exemple, « LIBRAIRIE désigne un magasin où l’on vend des livres » (ibid. : 88). Cependant, cette conception de la désignation, en portant l’accent sur la relation entre la forme linguistique et sa seule fonction référentielle à un objet (préexistant) du monde, maintient l’effacement du locuteur comme producteur de significations dans le choix de son mode d’expression (ici la désignation et non une possible dénomination).

10Nous reprendrons les critères de M.-F. Mortureux (1984 : 103, 104) dans la mesure où ils délimitent des « frontières flottantes », et nous les adapterons à l’analyse d’un corpus spontané couplée à des hypothèses cognitives sur la référenciation (Dubois 2000 ; Dubois et Mondada 1995). Dans le cas particulier de l’analyse du confort en train, on adaptera ces concepts de DÉNOMINATION et DÉSIGNATION au fait que le corpus ne correspond pas à des demandes de descriptions standardisées (dites objectives), contrairement aux études menées sur des corpus constitués pour exemplifier des règles linguistiques. En effet, on s’intéresse aux sollicitations d’un « ressenti », et donc à l’expression d’une subjectivité sur le caractère confortable ou inconfortable du trajet en train. Notre recherche s’intéresse à la diversité individuelle inscrite dans les pratiques du confort en train, qui participeront alors à l’identification du CONFORT et des propriétés sémantiques qui contribuent à sa définition, qui ne pré-existent pas de manière pré-codée dans le répertoire lexical français ni dans des discours convenus.

Dispositif d’enquête

  • 2 Cette distinction renvoie au débat relatif aux caractéristiques des représentations cognitives. Si (...)

11Afin de recueillir des données sur la perception individuelle des voyageurs relativement au confort de leur trajet en train, nous avons utilisé un questionnaire écrit passé in situ, lors de plusieurs trajets. En l’absence de connaissances précises sur les éléments perceptifs qui contribuent à la structuration cognitive de ce concept, en particulier quant au caractère dimensionnel ou catégoriel2 des représentations cognitives du confort en train, cette méthode « globale » nous semble préalable à une démarche plus analytique. En effet, le confort intègre des propriétés relatives à des perceptions et à des pratiques qu’il convient d’appréhender dans leur globalité et leur interdépendance, avant d’envisager une démarche plus analytique en partie fondée sur des catégories établies a priori par les sciences physiques et mesurées par les sciences de l’ingénieur (Mzali 2002 ; Dubois et Guerrand 2000).

Le questionnaire

12Le questionnaire ouvert est choisi comme moyen privilégié de recueillir des discours écrits sur le confort du trajet en train. Le choix de questions ouvertes est lié au constat des limites, pour cet objet de recherche, des questions fermées : ces dernières proposent en effet plusieurs choix de réponses, qui permettent des traitements de données quantitativement importantes, mais qui sont construites à partir des a priori relatifs à une conception analytique du confort. Les questions proposées reposent sur des catégories d’experts liées à la connaissance des phénomènes physiques et à leur possibilité de mesures, alors que nous tentons d’appréhender les catégories de sens commun construites sur les sensations. Ces questions fermées ne laissent dès lors pas de place à des réponses non prévues relatives à certains éléments de confort, ni à l’identification d’interactions entre divers propriétés ou paramètres qui caractérisent la structure catégorielle des représentations cognitives. Les questions ouvertes, si elles sont coûteuses en temps d’analyse, ce qui limite le nombre de questionnaires pris en compte, permettent aux voyageurs d’employer leurs propres termes et structures discursives pour décrire leurs sensations lors du trajet en train. Les voyageurs peuvent alors exprimer leurs jugements à partir desquels on pourra inférer les structures catégorielles (voir Maffiolo et Dubois 1998 ; Dubois et Guerrand 2000 ; Mzali 2002 ; Dubois et Grinevald 2003, par exemple, sur ce point).

Le questionnement : ordre et formulation des questions

13Une enquête exploratoire a été réalisée pour tester la formulation des questions et évaluer leur productivité quant à la nature conventionnelle ou sensible des réponses qu’elles suscitent auprès de 38 voyageurs à bord de deux TGV différents. Par exemple, dans l’enquête exploratoire, la question « comment qualifieriez-vous le confort de ce TGV ? » apparaissait dans un premier axe du questionnaire sur le trajet en train. Elle a suscité 82 %de réponses génériques, comme « bon », par exemple, qui se trouve être le seul élément de réponse de 7 voyageurs. Le verbe « qualifier » suscite ainsi essentiellement des réponses portant sur un jugement de valeur global, laconique et peu informatif quant aux effets de phénomènes physiques sur les voyageurs. Aussi, la question a-t-elle été déplacée dans la séquence de questionnement et reformulée : « Que pouvez-vous dire du confort à bord de ce train ? ». Le train a remplacé le TGV car l’étude a été élargie. Et surtout, l’expression « confort à bord de ce train » recentre le questionnement sur le « sujet à bord », alors que l’expression « confort de ce TGV » renvoyait davantage à l’objet TGV/train. De fait, les réponses à cette question ainsi reformulée dans l’enquête principale ont permis de relever davantage de mentions des effets du train sur le voyageur interrogé (cf. plus loin).

Exemple 1
le train ne bouge pas trop, il fait un peu de bruit mais ce n’est pas trop gênant

  • 3 Et déjà relevé par M. Mzali (2002) comme un indicateur « sensible » du ressenti lors des voyages e (...)

14Ainsi, dans l’exemple 1, l’adjectif « gênant3 » concerne les effets sur le voyageur de deux propriétés sémantiques du confort qui concernent les mouvements du train et l’aspect sonore et qui se trouvent susceptibles de guider des questionnements plus précis sur deux propriétés physiquement mesurables.

15Enfin, on a pu observer que le verbe « dire » suscite des discours plus spécifiques et plus circonstanciés que le verbe « qualifier » qu’il a remplacé. En réponse à cette question, on relève en effet cette fois 54 % de jugements globaux et 46 % de réponses spécifiques :

Exemple 2
les sièges sont suffisamment spacieux et il y a de la place pour les bagages c’est plus que convenable

16Cette courte présentation de l’induction des réponses par la formulation des questions, qui peut faire l’objet d’une recherche en soi, permet ici de situer le contexte dans lequel s’inscrit le recueil des dénominations analysées et donc définit les limites de l’interprétation des phénomènes qui vont être mis en évidence.

Structure du questionnaire de l’enquête principale

17Le questionnaire utilisé ici était finalement composé de vingt questions ouvertes, si l’on exclut les questions d’informations générales sur le voyageur (« quelle est la fréquence de vos trajets en train (par jour, par semaine, par mois ou par an) ? », par exemple). Ces vingt questions sont réparties selon trois axes de questionnement, du plus général au plus particulier. Cette organisation du questionnement mis au point pour ce type d’objet cognitif (Dubois 1996) conditionne la formulation et l’ordre des questions :

  • l’axe 1 regroupe les premières questions ouvertes du questionnaire ; il s’agit de questions générales sur le trajet en train, visant à recueillir une première série de réponses pour situer le confort du trajet en train au sein du voyage : « Aimez-vous voyager en train ? Pourquoi ? », par exemple ;
  • l’axe 2 concerne les questions spécifiques au ressenti et à la perception du confort en situation : « Que manque-t-il à votre confort à bord de ce train a) lorsque vous êtes assis b) lorsque vous être debout ou que vous vous déplacez ? », par exemple ;
  • l’axe 3 est composé de questions spécifiques sur les représentations en mémoire : « Pour vous, comment serait le train idéal ? », par exemple.

18Le corpus de l’enquête principale comporte 336 questionnaires. L’analyse présentée ici porte sur 96 questionnaires recueillis dans la seconde classe des quatre TGV étudiés (Salle haute et Salle basse du TGV Duplex, TGV Paris Sud-Est et TGV Réseau [à un niveau]).

Choix de la dénomination ou de la désignation, du confort ou de l’inconfort

19Notre analyse des discours est centrée sur l’étude du ressenti des voyageurs et concerne toutes les modalités sensorielles. Nous considérons que les discours renvoient à une représentation du monde, individuelle en tant que perception et jugement, et plus ou moins partagée (comme connaissance) dès lors qu’elle s’inscrit en discours sous des formes plus ou moins codées et notamment à travers les procédés de dénomination. Se manifestent en effet dans le discours à la fois les contraintes et les possibilités de la langue et celles liées à la nature et aux structures des représentations cognitives. Une attention particulière est portée ici aux modes d’inscription en discours de ce que nous considérons comme dénominations et au co-texte de l’activité de dénomination.

  • 4 Dans l’ensemble des énoncés fournis en réponse à cette question, seuls deux adjectifs ont été empl (...)

20Si on part de l’exemple des réponses à la question Q04, « Quelles sont vos attentes pour ce voyage en train ? », les réponses obtenues sont à têtes soit substantivales, soit verbales, et de manière marginale, adjectivales4.

21Les réponses à têtes verbales peuvent être à l’infinitif ou conjuguées. Les verbes à l’infinitif sont précédés ou non d’une préposition, par exemple :

Exemple 3
d’arriver à l’heure de m’être reposé

Exemple 4
être à l’heure pouvoir dormir avant d’arriver

22La préposition « de » indique que, en réponse à cette question, les voyageurs font l’ellipse d’une partie d’énoncé qui reprendrait la question et qui permet d’interpréter la structure employée comme un souhait (comme dans l’exemple 3). On remarque en effet que les autres verbes à l’infinitif, qui ne sont pas précédés de « de », peuvent également exprimer un souhait (illustré par l’exemple 4) susceptible de se manifester sans ellipse comme dans l’exemple 7, sous des formes telles que « j’aimerais » (+ verbe à l’infinitif ou + que) ou « ce serait sympa » (+ de ou que + verbe à l’infinitif). Quatre verbes à l’infinitif sont précédés par sans ou ne pas :

Exemple 5
ne pas être dérangée

23Ces privatifs induisent l’évocation d’une situation spécifique en mémoire exprimant un souhait.

24Les verbes conjugués sont massivement au subjonctif présent :

Exemple 6
qu’il arrive à l’heure, qu’il y ait du calme dans la voiture, que je ne sois pas placé dans le carré

Exemple 7
j’aimerais qu’on nous serve quelques apéritifs, ce serait sympa s’il y avait une télé ou des moyens pour écouter de la musique

25D’une manière générale, sur les 83 syntagmes verbaux relevés, 27 verbes (33 %) sont précédés de la conjonction « que » (21) ou de la préposition « de » (6), exprimant ainsi les souhaits des voyageurs.

26Les réponses à têtes substantivales sont les plus représentées. Les constructions sont variées, mais on trouve une majorité de substantifs génériques et sans déterminant :

Exemple 8
calme et tranquillité

27Six substantifs sont précédés par les adverbes privatifs « pas » ou « sans », renseignant sur les représentations négatives des voyageurs relativement aux trajets en mémoire :

Exemple 9
pas de retard, pas de bruit

28On peut faire l’hypothèse que ces substantifs « niés » renvoient à une expérience vécue ou à des représentations antérieures en mémoire, tandis que les autres substantifs sont produits en référence à ce que le voyageur est en train d’éprouver.

29De l’une et l’autre des expressions des dénominations (niée ou non), nous retiendrons ici que les substantifs réfèrent davantage à des exigences des voyageurs, fréquemment en lien avec des situations antérieures.

30On note ainsi un premier contraste qui oppose le statut de la dénomination comme forme substantivale aux formes verbales. Il suggère une interprétation cognitive selon laquelle les formes verbales exprimeraient des souhaits alors que les formes substantivales renverraient à l’expression d’une « exigence » sur un état du monde que la SNCF, en tant que prestataire de services, aurait à satisfaire (exemple 10), ou que d’autres voyageurs devraient prendre en compte (exemple 11).

Exemple 10
respect des horaires

Exemple 11
le calme – pas de personnes aux walk men mal réglés bon bon bon etc. pas de gosses excités

31L’intérêt de cette analyse consiste dans l’identification d’un contraste dans le choix des ressources de la langue, différemment « actées » en discours, et la mise en correspondances de ces expressions discursives (à têtes verbales ou substantivales) avec des hypothétiques représentations cognitives différentes (souhait vs exigence).

Dénomination/désignation

32L’analyse des réponses à la question Q05 : « que pouvez-vous dire du confort à bord de ce train ? », nous conduit à contraster cette fois les dénominations et les désignations au sein même des formes substantivales.

  • 5 Les exemples sont des réponses intégrales des discours des voyageurs ; en plus d’exemplifier notre (...)

33Dans notre corpus, on a pu remarquer qu’en réponse à cette question Q05, les dénominations – comme formes nominales codées et partagées – ont la particularité d’être employées pour construire l’expression de jugements positifs. Les substantifs apparaissent tous sans déterminant. Ils sont par ailleurs souvent monolexémiques5 :

  • 6 « abaissage » est typiquement ce que L. Guilbert (1975) nomme un type de dénomination spécifique : (...)

Exemple 12
accessoires bien choisis et utiles (repose-pied / tablette / abaissage du siège)6

34Rares sont les substantifs spécifiés (c’est-à-dire intégrant à une extension syntaxique). On note cependant quelques adjectifs (comme dans l’exemple 12).

35Les désignations, quant à elles, comme formes nominales complexes non partagées, sont massivement employées pour l’expression de jugements négatifs sur le confort en train. Bien qu’on ne trouve aucune régularité en ce qui concerne l’emploi des déterminants, on peut remarquer que les désignations sont souvent précédées de morphèmes de négation :

Exemple 13
pas assez de place pour les jambes

  • 7 S pour substantif.

36En outre, ces désignations sont fréquemment spécifiées. Les structures employées sont du type « S7 de S » et « S pour S » :

Exemple 14
pas de siège couchette, clim réglée un peu fraîchement, courant d’air permanent, prise secteur pour alimentation pc

37De plus, dans ces désignations, nous avons également identifié nombre de termes pivots dont la sémantique est négative, par exemple :

Exemple 15
correct mais manque de place pour les jambes + bagages

38Ces désignations ont des structures syntaxiques recensées en contexte qui permettent de mettre en avant des procédés linguistiques soulignant la diversité des fonctionnements cognitifs lorsqu’il s’agit d’évoquer l’inconfort en train.

Discussion sur le statut des énoncés

  • 8 Q07 : « Selon vous, en quoi votre trajet est-il confortable ? »
  • 9 Q08 : « Selon vous, qu’est-ce qui est inconfortable à votre trajet à bord de ce train ? Pour quell (...)

39À cette étape, il apparaît que l’on puisse formuler l’hypothèse selon laquelle la description des phénomènes confortables s’exprime de manière plus régulière par un processus de dénomination, alors que la description des phénomènes inconfortables, plus spécifiée, se traduit par l’usage typique de désignations. Par ailleurs, ce choix de la dénomination ou de la désignation en fonction de l’évaluation portée sur le confort du trajet en train se confirme dans l’analyse des réponses aux questions spécifiques sur le confort (Q078) et l’inconfort (Q089).

40Ce résultat permet ainsi de préciser les marques en discours qui contribuent à spécifier les processus de désignations vs dénomination, et de valider le choix des deux formulations relatives au confort et à l’inconfort, dans les questions centrales du questionnaire. Sur un plan cognitif, on a montré également que confort/inconfort ne peuvent être considérés comme les deux pôles d’une « dimension » qui serait le CONFORT mais bien d’une structure catégorielle de deux notions, où le confort apparaît comme plus générique et l’inconfort comme davantage spécifié dans le registre de la sensation.

  • 10 Q05 : « Que pouvez-vous dire du confort à bord de ce train ? ».

41En outre, pour étayer ces inférences, alors que l’asymétrie des questions Q07 et Q08 aurait pu laisser penser que les réponses spécifiées par la structure « pour S » et que les morphèmes de négation fournis en réponse à la Q08 provenaient de la formulation de la question, ce phénomène est également identifié dans les réponses à la question Q0510, par exemple :

Exemple 16
siège peu confortable pour une durée si longue

Exemple 17
l’absence de wagon détente enfant pour les trajets de plus de 2 heures

42Enfin, grâce à l’emploi du verbe « être », la formulation de la question Q08 permet de centrer les réponses des voyageurs sur le moment présent, le confort qu’ils sont en train d’éprouver.

43En résumé, le choix de la dénomination repérée en discours est ainsi associé de manière relativement stable au jugement global et positif porté sur le confort. La désignation, qui comporte régulièrement des extensions introduites par les prépositions « de » et « pour » référant de manière spécifique à des catégories typiques (les parties du corps, les autres voyageurs, etc.), est employée massivement dans les énoncés portant sur l’inconfort. On précise ainsi le sens que prend pour nous la dénomination par rapport à la désignation qui intègre à la fois des régularités dans les différences de formes lexicales, leur statut syntaxique et la régularité dans le couplage à différentes représentations cognitives.

Contexte énonciatif de la dénomination : objectivité et subjectivité de la référence

44Enfin, il nous a semblé intéressant et productif de resituer l’analyse des dénominations dans le plan de l’énonciation en empruntant les concepts de plans locutoire et délocutoire de J. Damourette et E. Pichon (1960, repris par Morel 1994). En effet, dans les réponses à toutes les questions du questionnaire, les substantifs énoncés comme éléments principaux des réponses des voyageurs sont majoritairement exprimés sans déterminant (ni même quantificateur) et ne sont pas qualifiés. Une seule question fait exception à cette régularité énonciative, la question Q09 : « que manque-t-il à votre confort à bord de ce train lorsque vous êtes assis ? lorsque vous êtes debout ou que vous vous déplacez ? ». En effet, les syntagmes substantivaux employés en réponse à cette question sont davantage déterminés, quantifiés et qualifiés que ceux qui apparaissent dans les réponses aux autres questions :

Exemple 18
une prise de courant, meilleure inclinaison des sièges, un fond de musique peut-être

  • 11 Q05 : « Que pouvez-vous dire du confort à bord de ce train ? ».

45En contraste, on peut citer l’exemple 19 et l’exemple 20, extraits des réponses à la question Q0511, où on relève uniquement des substantifs sans déterminant et sans qualificatif :

Exemple 19
calme, vitesse

Exemple 20 correct problème lors de montée (bouchons)

  • 12 Q09 : « Que manque-t-il à votre confort à bord de ce train lorsque vous êtes assis ? lorsque vous (...)

46On observe ainsi un mode d’énonciation produit sur le plan locutoire pour la grande majorité du corpus et caractérisé par l’ensemble des marques telles que l’absence de verbe, l’absence de déterminant, des adjectifs déverbaux. Il a été validé par ailleurs (Kossachka et al. 2006) que, dans ce cas, les discours construisent une référence à un système indifférencié locuteur/train (dans une opposition par exemple entre « vibrations » et « le train vibre »). En revanche, les réponses à la question Q0912 suscitent des réponses énoncées sur le plan délocutoire, et marquées par les indices linguistiques tels que la présence de groupes verbaux, de marques de la personne, de déterminants, d’adjectifs.

47L’énonciation pose dès lors à la fois un sujet énonciateur qui éprouve quelque chose imputé au « monde », en cela dissocié de lui-même, et est ainsi davantage instauré comme « objectif ». L’observation des plans énonciatifs comme marques mêmes du processus de dénomination nous renseigne donc sur le rapport du sujet au monde et contribue ainsi à l’identification des procédés langagiers de construction de l’objectivité en discours ou, symétriquement, de l’effacement de la subjectivité.

48En conclusion, il nous a semblé intéressant de présenter en préalable à notre analyse quelques résultats concernant le rôle de l’ordre et de la formulation des questions dans l’accès au ressenti et aux représentations et significations associées. Ceci nous a permis de restreindre et cadrer la généralisation des résultats en apportant une contribution méthodologique à la construction de ce type de questionnaires. On a ensuite pu identifier des contrastes dans l’usage des ressources de la langue qui permettent l’expression de divers jugements et l’identification des représentations cognitives du confort en train. L’activité de dénomination se trouve dès lors définie à travers des marques linguistiques dans leur couplage aux hypothèses cognitives quant aux représentations. Ainsi, un premier contraste entre les réponses à têtes substantivales et les réponses à têtes verbales a pu être relié à des hypothèses sur l’opposition entre les notions d’exigence et de souhait. À partir de ces premières observations, la distinction entre dénomination et désignation a pu être étudiée en discours pour constituer un des modes possibles d’accès aux représentations des voyageurs. Les dénominations sont davantage employées pour l’expression du confort et les désignations pour celle de l’inconfort. En outre, le rôle d’indice de la négation dans l’acte dénominatif a pu également être souligné. Enfin, la prise en compte des dénominations/désignations dans la mise en perspective dans une théorie énonciative a permis d’identifier un contraste pertinent concernant l’implication des voyageurs dans leurs discours ou, symétriquement, leur mise à distance dans une description « objective » du confort en (du) train.

49La diversité des formes linguistiques employées pour l’expression des différents jugements montre donc l’intérêt d’analyses linguistiques multiples pour un même corpus, qui convergent à l’identification des possibilités offertes par la langue aux énonciateurs pour exprimer tant leur expérience vécue que la référence à leur connaissance des sollicitations physiques responsables de leur confort (ou inconfort). C’est à partir de ce couplage entre phénomènes cognitifs et physiques que pourront être formulées des préconisations concernant des interventions correctrices relativement au confort des trains.

50Du point de vue de l’identification des concepts de désignation/dénomination, on sera amené à conclure que ces concepts se trouvent circonscrits, non en termes de règles relevant du seul ordre linguistique, mais en terme d’ensemble de processus dynamiques (analysés en linguistique cognitive) d’inscription en discours d’une diversité de formes lexicales (plus ou moins figées, codées et partagées), diversement utilisées par les locuteurs pour rendre compte de la diversité des statuts cognitifs de leurs représentations « subjectives ». La dénomination se trouve dès lors définie comme un mode typique de représentation en discours de connaissances considérées comme objectives et partagées, en raison de et à partir de l’existence et de l’usage de formes nominales simples, codées, stabilisées, alors qu’en contraste la désignation s’affirmerait comme un mode d’inscription en discours de représentations subjectives non encore élaborées collectivement. Les concepts de dénomination et de désignation se trouveraient dès lors à la fois unifiés et différenciés dans une conceptualisation intégrant linguistique et cognition.

Notes

1 On s’appliquera à systématiser typographiquement les valeurs de la forme « confort » qui, en majuscule (CONFORT), renvoie au concept de confort, en italique (confort), à la forme lexicale, et sans marque typographique à l’usage commun du mot confort comme propriété tantôt subjective (confort du voyageur) tantôt objective (confort [du voyage] en train).

2 Cette distinction renvoie au débat relatif aux caractéristiques des représentations cognitives. Si la tradition psychophysique s’appuie sur une description des propriétés physiques du monde en dimensions (telles la hauteur d’un son, l’intensité, la concentration moléculaire, etc.), l’approche cognitive adoptée ici suppose une organisation des connaissances à partir de catégories « naturelles », de ressemblances de famille et de prototypes (Dubois 1997).

3 Et déjà relevé par M. Mzali (2002) comme un indicateur « sensible » du ressenti lors des voyages en train.

4 Dans l’ensemble des énoncés fournis en réponse à cette question, seuls deux adjectifs ont été employés comme réponse.

5 Les exemples sont des réponses intégrales des discours des voyageurs ; en plus d’exemplifier notre propos, ils permettent d’observer les variétés de discours fournis.

6 « abaissage » est typiquement ce que L. Guilbert (1975) nomme un type de dénomination spécifique : la « néologie de langue », dans laquelle les règles morpho-syntaxiques de construction sont employées pour permettre de faire passer des créations idiosyncrasiques pour des mots ordinaires du lexique.

7 S pour substantif.

8 Q07 : « Selon vous, en quoi votre trajet est-il confortable ? »

9 Q08 : « Selon vous, qu’est-ce qui est inconfortable à votre trajet à bord de ce train ? Pour quelles raisons ? »

10 Q05 : « Que pouvez-vous dire du confort à bord de ce train ? ».

11 Q05 : « Que pouvez-vous dire du confort à bord de ce train ? ».

12 Q09 : « Que manque-t-il à votre confort à bord de ce train lorsque vous êtes assis ? lorsque vous êtes debout ou que vous vous déplacez ? ».

Auteurs

(g_delepaut@yahoo.fr)
Doctorante à l’université Sorbonne nouvelle − Paris 3 et membre du laboratoire Langages, Cognitions, Pratiques (LCPE, CNRS). Dans le cadre d’une bourse CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) avec la SNCF, elle prépare une thèse sur l’identification des structures cognitives à partir d’une analyse linguistique des discours de voyageurs, appliquée au confort des voyageurs dans les trains, sous la direction de Danièle Dubois

Directrice de recherche au CNRS et dirige l’équipe « Langage, Cognition, Pratiques ». Elle a une formation en psychologie et linguistique et travaille en sémantique lexicale sur l’expression des modalités sensorielles

Psychoacousticienne, chargée de projets de recherche sur le confort à la Direction de l’Innovation et de la Recherche de la SNCF

Responsable de l’unité de recherche « confort et services » à la Direction de l’Innovation et de la Recherche de la SNCF. Depuis 1999, elle supervise les recherches engagées par la SNCF pour l’amélioration du confort

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540