Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

1. Formes de nominations en situation provoquée

Problèmes de dénomination et relations dénominatives : l’exemple de l’aphasie

Thi Mai Tran

Résumé

Cet article s’intéresse aux situations problématiques de dénomination et plus particulièrement aux troubles de la dénomination des locuteurs aphasiques. Le manque du mot aphasique est étudié dans ses manifestations stratégiques par le biais de l’épreuve de dénomination d’images. L’analyse des corpus pathologiques fait apparaître deux modes de référenciation fondamentaux dans les stratégies dénominatives des locuteurs aphasiques, rejoignant la distinction faite par Kleiber (1984) entre dénomination et désignation. Le rôle des pratiques discursives, de l’expérience du locuteur et de son rapport aux objets à nommer se dégage également de cette étude

This paper deals with naming disorders in aphasia, focusing more specifically on the strategies used by aphasic speakers to compensate for their word-finding deficit in picture denomination tasks. The data analysed showed that aphasics use two main types of referencing strategies, which correspond to Kleiber’s (1984) distinction between “denomination” (naming, e.g. niche) and “designation” (non-conventional phrase used for referring, e.g. petite maison de chien). This study also underlines the importance of natural discourse situations and of the speaker’s own experience of the objects to be named

Texte intégral

  • 1 Cf. Dubois et Mondada 1995.
  • 2 Les locuteurs étudiés présentent une aphasie fluente caractérisée par l’absence de troubles du déb (...)

1L’acte de nommer, en particulier dans les échanges oraux, ne va pas toujours de soi. Le résultat de cet acte (la dénomination produite) peut manquer de précision et de justesse ou faire l’objet de recherches, de négociations dans le discours. Cet article s’intéresse aux problèmes de dénomination rencontrés par les locuteurs ordinaires mais aussi par les locuteurs atteints d’aphasie, c’est-à-dire de troubles du langage consécutifs à une lésion cérébrale. Après avoir rappelé la place centrale qu’occupent les troubles de la dénomination dans la pathologie aphasique, nous dégagerons les caractéristiques du manque du mot aphasique par rapport aux autres situations problématiques de dénomination décrites dans la littérature. En nous appuyant sur la distinction introduite par G. Kleiber (1984) entre dénomination et désignation, nous présenterons différentes stratégies de référenciation1 observables dans des corpus obtenus auprès de locuteurs aphasiques2 soumis à une tâche de dénomination d’images. Ce point de vue particulier de la pathologie nous amènera à dégager quelques faits importants susceptibles d’apporter un éclairage à la problématique générale de la dénomination.

Aphasie et troubles de la dénomination

2Les troubles de la dénomination sont fréquents dans la pathologie aphasique. De façon générale, les locuteurs aphasiques cherchent de manière significative leurs mots, se trompent en produisant certains mots à la place d’autres ou en transformant les mots. Ils commentent fréquemment leurs difficultés et ne parviennent pas toujours à se faire comprendre par leurs interlocuteurs.

3Dans le discours, les troubles de la dénomination se manifestent par des pauses anormalement longues et fréquentes, des hésitations, des répétitions, des recherches lexicales, des erreurs (appelées paraphasies) voire des échecs dénominatifs conduisant à des abandons avec des phrases inachevées. Ces difficultés aboutissent souvent à la production de discours peu informatifs, lorsque les dénominations manquent (ex. 1), ou à des discours peu compréhensibles lorsque les transformations et/ou les substitutions sont majoritaires (ex. 2) :

Exemple 1
« j’ai fait pas mal de choses, j’ai fait…, j’ai travaillé chez des personnes… dans le… j’ai fait des stages, des aides, des gens… je sais pas comment vous expliquer… » (aphasie amnésique)

Exemple 2
« je voudrais fermer la porte pour les chats pour leur donner ça…mais ça va pas » (aphasie de Wernicke)

  • 3 Dans l’exemple 1, la locutrice répond à une question sur son métier. Dans l’exemple 2, le locuteur (...)

4Ces dysfonctionnements lexicaux sont à l’origine de troubles de la communication dans la mesure où il n’est pas toujours possible d’identifier clairement les référents du discours. L’interlocuteur, s’il ne dispose pas d’informations contextuelles3, peut être gêné dans son interprétation du message.

5La tâche de dénomination d’images, fréquemment utilisée en aphasiologie, permet de contourner en partie ce problème. Dans cette procédure, le patient est invité à donner les noms d’objets représentés sur une série d’images. Cette tâche est certes éloignée des conditions naturelles de production du langage, mais elle présente l’avantage de permettre à l’examinateur d’avoir une connaissance préalable du référent et de mieux contrôler sa dénomination.

  • 4 Il s’agit de voir comment le locuteur récupère en mémoire la ou les dénomination(s) associée(s) au (...)

6Dans ce cadre expérimental, la dénomination est envisagée en tant qu’unité codée et mémorisée par le locuteur, correspondant à la notion de dénomination proposée par G. Kleiber (1984 et 2001a)4. L’approche du lexique qui sous-tend cette procédure situe donc a priori la problématique dans le champ de la langue par opposition à une approche centrée sur le processus d’actualisation du nom en discours, correspondant à la notion de nomination défendue par P. Siblot (2001). On verra cependant que les réponses des locuteurs aphasiques, en particulier leurs stratégies de référenciation, gagnent également à être interrogées dans une perspective discursive.

7Avant d’examiner ces stratégies, il convient de rappeler que les problèmes de dénomination ne concernent pas que les locuteurs aphasiques. Les locuteurs ordinaires sont eux aussi confrontés à des problèmes de dénomination, que ce soit au cours de l’acquisition de la langue maternelle, au cours de l’apprentissage d’une langue seconde, ou encore dans la variété de leurs activités discursives. Sans être défaillante, la dénomination peut s’avérer problématique dans certaines conditions, dont nous proposons ci-dessous une liste non exhaustive.

Les situations problématiques de dénomination chez les locuteurs ordinaires

8Dans les premières années de la vie, lors de la phase d’acquisition du langage et plus particulièrement au cours du développement des compétences lexicales, les enfants ne disposent pas toujours de moyens linguistiques suffisants pour exprimer leur pensée (Clark 1993) : si au début, ils font largement appel à des procédés non verbaux (gestes déictiques, mimes d’utilisation, recours aux onomatopées et à l’intonation, etc.), plus tard, lorsque la dénomination codée n’est pas encore connue, ils peuvent :

  • procéder à des surextensions, la poule, l’oie ou le dindon étant dénommé indistinctement « canard » ;
  • utiliser des périphrases comme « le skate-board des neiges » pour surf ou « la dame qui fait les piqûres » pour infirmière ;
  • forger des néologismes quand la dénomination leur manque (« posteur » pour facteur, par exemple) ou est insuffisamment maîtrisée (« calculations » pour opérations) ;
  • ou encore procéder par analogie à partir de dénominations connues (ex. : « il a mangé la carotte sans la raser » pour l’éplucher).
  • 5 Par opposition à un acte dénominatif direct via l’orthonyme (Pottier 1992 : 42).

9En ce qui concerne les adultes, nous examinerons tout d’abord le cas des situations exolingues. Les apprenants peinent parfois à se faire comprendre faute de vocabulaire suffisant dans la langue seconde. G. Lüdi (1994 : 116) parle de « lacunes lexicales à l’encodage » et introduit le concept de « dénomination médiate5 » qui correspond aux procédés utilisés par les locuteurs natifs lorsqu’ils doivent dénommer des choses dont ils ne connaissent pas le nom ou dont le nom leur manque au moment de l’énonciation. L’apprentissage de ces procédés de dénomination médiate (néologismes, formulations transcodiques ou approximatives, énoncés définitoires, par exemple) permettrait aux locuteurs étrangers, grâce à un véritable « travail lexical » mené en collaboration avec leur interlocuteur, de surmonter certains « obstacles lexicaux » (Lüdi 1991).

10Plus généralement, les problèmes de dénomination dans le français parlé ont été analysés en linguistique à travers l’étude des phénomènes de répétitions, d’hésitations (Blanche-Benveniste 1984), de bafouillages (Blanche- Benveniste 1987), de bribes (Blanche-Benveniste 1997) et d’approximation lexicale (Loufrani et Roubaud 1990) présents dans les corpus de langue orale. Ces différentes appellations recouvrent en fait des phénomènes divers allant de la construction progressive du référent dans le discours aux véritables phénomènes de « pannes lexicales » (Blanche-Benveniste 1997), le locuteur ne parvenant pas à produire la dénomination souhaitée.

11Ces « pannes lexicales » peuvent être rapprochées du phénomène du « mot sur le bout de la langue », mis initialement en évidence par R. Brown et D. Mac Neil (1966) au moyen de procédures expérimentales. Pour P. Bonin (2003), ce phénomène se traduit par l’inaccessibilité temporaire d’un mot alors que certaines informations demeurent disponibles (comme la longueur ou le genre), certaines catégories de mots, comme les noms propres ou les mots rares, étant plus sensibles que d’autres à ce phénomène.

12Parfois, les difficultés dénominatives des locuteurs ordinaires peuvent s’expliquer par le fait que, pour certains objets, le consensus sur la dénomination n’est pas véritablement établi. Dans ce cas, les hésitations proviennent du fait que le locuteur a le choix entre plusieurs dénominations (ex. : abri, poste de garde, cabine, guérite) et qu’il ne parvient pas à trancher immédiatement en faveur de la dénomination la plus appropriée.

13D’autres difficultés de dénomination peuvent être mises en rapport avec la structure du lexique de la langue utilisée. Des auteurs comme S. David et al. (1997) ont montré que la dénomination des odeurs en français pouvait s’avérer problématique, les locuteurs ayant souvent du mal à traduire leurs expériences sensibles en données verbales, une des raisons étant que, dans le domaine de l’olfaction, le français offre peu de termes lexicalisés, ce qui n’est pas le cas dans d’autres langues et cultures (Boisson 1997).

14Enfin, les problèmes de dénomination sont également présents en situation interculturelle, notamment dans les récits écrits de voyage étudiés par O. Guérin (2003). En effet, les écrivains-voyageurs se trouvent face à des « lacunes lexicales » quand il s’agit de nommer des réalités (objets, espèces naturelles, rites…) non répertoriées dans leur langue et leur culture d’origine, comme l’indique ce passage du Voyage au Congo d’A. Gide cité par O. Guérin (2003 : 49) : « Brazzaville. Tout m’y charmait d’abord : la nouveauté du climat, de la lumière, des parfums, du chant des oiseaux, et de moi-même aussi parmi cela, de sorte que par excès d’étonnement, je ne trouvais plus rien à dire. Je ne savais le nom de rien ». Les auteurs recourent alors à différentes solutions appellatives répertoriées par O. Guérin (2002), comme l’emprunt (ex. : « bilakoro » pour garçons circoncis), les catégorisations approximatives (ex. : « une sorte de clarinette ») ou les descriptions (ex. : « vu aussi d’énormes oiseaux d’un bleu métallique ressemblant à des paons »).

Manque du mot aphasique et stratégies dénominatives

  • 6 D’autres troubles de la dénomination sont décrits chez les sujets cérébrolésés (cf. Kremin 1994 ou (...)

15On voit donc qu’en dehors du champ de la pathologie du langage, des situations problématiques de dénomination sont décrites chez les locuteurs ordinaires en termes d’» obstacles lexicaux » (Lüdi 1991), de « lacunes lexicales » (Lüdi 1994 ou Guérin 2003), ou de « pannes lexicales » (Blanche-Benveniste 1997). Dans la pathologie aphasique, c’est le terme de manque du mot qui est le plus souvent utilisé. Il est défini comme un trouble d’accès à la forme phonologique des mots en l’absence de troubles sémantiques et/ou gnosiques (Le Dorze 1985, Tran 2000)6.

16Chez les locuteurs ordinaires, les problèmes de dénomination semblent avoir deux origines principales :

17(i) soit le problème se situe au niveau de la dénomination :

  • dans le cas des enfants en phase d’acquisition ou des locuteurs étrangers en phase d’apprentissage, la dénomination, bien qu’elle existe, n’est pas connue ou est insuffisamment maîtrisée ou mémorisée par le locuteur ;
  • dans le cas de la dénomination des odeurs en français, ce sont les termes lexicalisés capables de servir de dénominations qui manquent dans la langue ;
  • à l’inverse, la présence de plusieurs dénominations possibles dans la langue peut être à l’origine de problèmes de sélection lexicale.

18(ii) soit il se situe au niveau du référent :

19– dans les récits des écrivains-voyageurs, le problème concerne plutôt le niveau référentiel : le référent n’existe pas dans la culture d’origine et n’a pas de correspondant linguistique.

20Par rapport à ces cas de figure, le manque du mot aphasique a ceci de particulier qu’il ne peut être mis en rapport ni avec une méconnaissance de la dénomination codée, ni avec son absence. En effet, il ne s’agit ni d’un problème de référent (clairement identifiable dans l’épreuve de dénomination grâce à la représentation imagée), ni d’une absence de connaissance de la dénomination (auparavant maîtrisée par le locuteur aphasique). La difficulté se situerait au niveau de l’accès à la forme du mot, ce qui rapproche le manque du mot aphasique du phénomène du « mot sur le bout de la langue » décrit précédemment. La différence entre ces deux phénomènes d’inaccessibilité lexicale se situe, pour une grande part, au niveau de leurs répercussions sur la communication. Ces répercussions sont minimes chez le locuteur ordinaire, car le phénomène est rare et souvent facilement compensé, alors qu’elles sont la plupart du temps invalidantes chez le locuteur aphasique en raison de la fréquence du phénomène et de la présence de troubles de langage qui peuvent compromettre l’efficacité des stratégies dénominatives mises en place.

Analyse des stratégies dénominatives des locuteurs aphasiques : intérêt de la distinction entre dénomination et désignation

  • 7 Les énoncés modalisateurs concernent l’acte de dénomination (ex. : « je le sais mais j’arrive pas (...)

21En cas de manque du mot, les locuteurs aphasiques « fluents » produisent souvent des énoncés complexes et hybrides qui dépassent la production lexicale attendue. Ces énoncés peuvent comporter des erreurs de dénomination, des commentaires sur l’activité de dénomination en cours (cf. les énoncés modalisateurs de Nespoulous 19807), mais aussi des recherches lexicales et des stratégies dénominatives. La description des stratégies des locuteurs aphasiques proposée plus bas s’appuie sur la distinction introduite par G. Kleiber (1984) entre dénomination et désignation que nous rappelons dans un premier temps.

Les relations dénominatives selon G. Kleiber

22Parmi les relations référentielles permettant d’associer une expression linguistique X à un élément x de la réalité, G. Kleiber (1984) distingue la relation de dénomination et celle de désignation.

  • dans la dénomination, la relation X → x correspond à une association référentielle durable, enregistrée par le code. G. Kleiber (1984 : 80) parle de « fixation référentielle » stable. La mémorisation et l’apprentissage de cette association permettent aux locuteurs d’une langue de disposer de représentations communes, véritables fondements de la communication interindividuelle. Cislaru et al. (2005) insistent sur le rôle stabilisateur, dans l’échange conversationnel, des dénominations qui facilitent l’intercompréhension dans la mesure où elles s’appuient sur des connaissances intersubjectivement partagées (Kleiber 1997).
  • dans la désignation, l’association référentielle entre X et x n’est pas codée. Ce mode de représentation est qualifié par G. Kleiber de momentané et de transitoire. Cette association n’a pas besoin d’être mémorisée par le locuteur en dehors de son utilisation discursive occasionnelle.

23Nous ajouterons à la distinction « association référentielle codée et durable » vs « association référentielle contingente » la différence de « format » des expressions dénominatives et désignatives. En effet, la mémorisation des dénominations et leur utilisation récurrente ultérieure nécessite un « moule dénominatif bref » (Guérin 2002) correspondant le plus souvent à un nom ou un syntagme nominal court. Pour G. Petit (2001b), la distinction entre dénomination et désignation ressortit également d’un partage entre lexique et discours, la dénomination étant pour lui lexématique et la désignation grammaticale. En résumé, ces deux modes de référenciation se distinguent par le fait que l’un s’opère au moyen d’une unité codée (dénomination) et l’autre pas (désignation).

Les stratégies de dénomination et de désignation des locuteurs aphasiques

24Les troubles de la dénomination des locuteurs aphasiques peuvent apparaître sur un mode déficitaire, par la production de paraphasies, ou sur un mode compensatoire, par l’élaboration de stratégies dénominatives. Ces stratégies témoignent d’un véritable processus de recherche lexicale. Cette recherche se manifeste par la production d’une ou plusieurs autre(s) dénomination(s) et/ou par des stratégies de désignation dans lesquelles le patient, en l’absence de la cible, fournit des informations sur le référent à dénommer.

Les stratégies de dénomination

25En l’absence du mot-cible, plusieurs types de dénominations différentes peuvent être observés :

  • 8 G. Kleiber (1987) parle dans ce cas de « dénominations postiches » car elles ne peuvent être assoc (...)

26des dénominations du type « chose », « truc », « machin » « bidule »8

Exemples 3-4
(3) « un… un chose… ah, je retrouve plus le mot » pour hublot
(4) « la fumée non le truc… » pour nuage ;

27des dénominations génériques ou hyperonymiques

Exemples 5-6
(5) « là c’est une bête » pour araignée

(6) « c’est…, c’est un bijou » pour collier ;

28– des paraphasies correspondant à deux grands types d’erreurs : (i) les erreurs phonémiques ou articulatoires venant altérer la forme de la dénomination (ex. 7) et (ii) les erreurs de sélection lexicale (production d’une autre dénomination ayant une proximité phonémique (ex. 8) ou sémantique (ex. 9)) :

  • 9 Il s’agit dans ce cas de dénominations co-hyponymiques.

Exemples 7-9
(7) « modino » pour domino
(8) « un épouvantail, non » pour éventail
(9) « chausson9 enfin non… » pour sabot.

29Certaines de ces dénominations peuvent être spécifiées (ex. 10 et 11) :

Exemples 10-11
(10) « un ustensile / de cuisine » pour tire-bouchon
(11) « un sac / pour déjeuner » pour bol.

30des nouvelles dénominations correspondant à des dénominations qui ne sont habituellement pas associées au référent du mot-cible (ex. 12 et 13) :

  • 10 La rondelle précédant l’unité lexicale indique qu’il s’agit d’un mot construit possible, c’est-à-d (...)

Exemples 12-13
(12) « pour faire du thé ou du café comme on veut, un chauffe-eau ? » pour bouilloire
(13) « c’est un truc pour la cuisine, un °compte-minutes10 quoi » pour sablier.

  • 11 Cf. Pruvost et Sablayrolles (2003).

31Les modalisations et les hésitations qui accompagnent souvent ces productions originales semblent indiquer qu’il s’agit d’un processus de « redénomination provisoire » (Tran 2000 : 180). La nouvelle dénomination (sorte d’hapax) permettrait de suppléer momentanément au manque du mot mais n’aurait pas pour vocation de remplacer la dénomination usuelle du référent. Il s’agit le plus souvent d’unités lexicales construites qui, quand elles respectent les règles de la langue, peuvent être considérées comme de véritables néologismes11, aboutissant parfois à une dénomination existante (ex. 12) et d’autres fois à une nouvelle forme dénominative (ex. 13). Certaines redénominations quant à elles contiennent une motivation référentielle mais ne sont pas conformes aux règles constructionnelles du français et s’écartent à des degrés divers des néologismes précédemment cités (ex. 14 et 15) :

  • 12 Dans cet exemple, « porte-boisson » est un mot construit qui contient une motivation référentielle (...)

Exemples 14-15
(14) « quatre-pensée » pour trèfle
(15) « un porte-boisson » pour verre12.

32des dénominations dans une autre langue

Exemple 16
« une key » pour clé.

Les stratégies de désignation

33Lorsque la dénomination ne peut être récupérée, le locuteur recourt à différents types de désignations. Si on met de côté les désignations non verbales (gestes déictiques ou d’utilisation, onomatopées), les désignations verbales s’appuient sur des propriétés variées, que celles-ci concernent le référent ou ses différents modes d’appréhension par le locuteur.

34Les propriétés physiques (couleur, forme, taille, texture) sont fréquemment mentionnées pour les objets de catégories naturelles (ex. 17 et 18), tandis que les propriétés fonctionnelles le sont généralement pour les objets manufacturés (ex. 19 et 20) :

Exemples 17-20
(17) « un…. enfin les rouges, enfin les… j’adore » pour poivron
(18) « qui pique, un rhinocéros…. non les petits qui sont dans le jardin » pour hérisson
(19) « pour faire sa prière… » pour chapelet
(20) « pour les bébés » pour berceau.

35D’autres propriétés, comme les situations associées plus ou moins typiquement au référent (ex. 21 et 22) ou les contextes d’utilisation de la dénomination (ex. 23 et 24), sont mentionnées :

Exemples 21-24
(21) « un… [geste d’utilisation] pour les… pour les Espagnols » pour éventail
(22) « c’est pour les randonneurs ou pour les scouts » pour gourde
(23) « ah Dutronc, il pourrait le dire ! » pour cactus
(24) « les…comme les grands magasins » pour mousquetaires.

36Dans certains cas, les conduites désignatives donnent des informations de nature relationnelle en indiquant les rapports que le sujet entretient avec l’objet. Certaines propriétés sont partagées par de nombreux locuteurs (ex. 25 et 26), tandis que d’autres sont liées à l’expérience du locuteur, à son vécu et à ses goûts (ex. 27 à 29) ; elles ont de ce fait, un caractère plus subjectif :

Exemples 25-29
(25) « ce sont des…. y’en a même qui tuent là, comment on appelle ça ? » pour champignon
(26) « ah… par terre, c’est dangereux » pour serpent
(27) « là c’est bien sûr… on en a un à la maison mais je ne sais pas le dire » pour aquarium
(28) « des…j’en ai mangé lundi » pour moules
(29) « alors ça, ça se mange, c’est bon… » pour escargot.

  • 13 Cette remarque est également valable pour les dénominations postiches (ex. 3 et 4) citées dans le (...)

37Lorsque les stratégies de désignation s’appuient sur des propriétés référentielles partagées par une majorité de locuteurs, elles prennent la forme de périphrases définitoires (ex. 30 et 31), qui ont souvent une bonne efficacité communicative, c’est-à-dire qu’elles sont de nature à faciliter l’identification du référent par l’interlocuteur (ce qui n’est pas le cas des ex. 27 à 2913) :

Exemples 30-31
(30) « une petite maison de chien » pour niche
(31) « un arbre des pays chauds » pour palmier.

38Ces conduites s’apparentent aux « définitions naturelles » étudiées par R. Martin (1990) chez les locuteurs ordinaires. Elles correspondent à des définitions d’objets naturels formulées par les locuteurs eux-mêmes. Ces définitions sont dites « naturelles » parce qu’elles sont le fait des usagers et non des lexicographes. Elles sont essentiellement descriptives et essaient de saisir le contenu naturel des mots, c’est-à-dire le « contenu plus ou moins vague que spontanément et le plus souvent inconsciemment les locuteurs associent à ce mot » (Martin 1990 : 87).

39Les stratégies de désignation des locuteurs aphasiques peuvent, du point de vue de la communication, s’avérer moins pertinentes dans les cas où les propriétés référentielles mentionnées ne sont pas des propriétés partagées par les interlocuteurs et dans les cas où les troubles linguistiques viennent modifier, voire opacifier la conduite désignative (ex. 32 à 35) :

Exemples 32-35
(32) « pour avoir l’air chaud » pour thermomètre
(33) « on met des oiseaux dedans » pour aquarium
(34) « une rallonge pour aller à la campagne » pour caravane
(35) « un récapitulateur de volume en mutation » pour sac à dos.

40À l’issue de cette présentation synthétique des stratégies dénominatives des locuteurs aphasiques, on peut s’interroger sur l’éclairage que ces réponses apportent à la problématique de la dénomination.

Problèmes de dénomination et relations dénominatives

  • 14 Mais c’est probablement une étape préliminaire nécessaire avant d’essayer de voir ce qui se joue d (...)

41Si les problèmes de dénomination ne concernent pas que les locuteurs aphasiques, leur fréquence dans la pathologie permet d’étudier ces phénomènes de plus près et de manière plus systématique. Bien entendu, on gardera à l’esprit les conditions particulières dans lesquelles ces problèmes ont été décrits (situation singulière et réductrice de la dénomination d’images14) et le fait que, si certaines manifestations peuvent apparaître communes aux processus de dénomination normale et pathologique, d’autres sont plus spécifiques au langage aphasique et méritent d’être étudiées plus précisément en tant que telles. Quoi qu’il en soit, la situation de manque du mot est révélatrice de modes d’accès au lexique particuliers qui nous semblent en étroite relation avec la façon dont se construisent les dénominations à partir des multiples situations de nomination auxquelles ont été confrontés les locuteurs. Au terme de ce travail nous insisterons sur trois points.

  • 15 Cette distinction reste, selon nous, pertinente en situation discursive (nous poursuivons nos trav (...)

42Premièrement, nous soulignerons la pertinence, pour l’analyse des productions aphasiques, de la distinction introduite par G. Kleiber (1984 et 2001a) entre dénomination et désignation15. Lorsque l’accès à la dénomination pose problème, on constate que les stratégies mises en place s’appuient sur ces deux modes de référenciation fondamentaux. À la lumière des faits de langage observés, nous préférons, plutôt que de nous en tenir à une dichotomie dénomination/ désignation, envisager l’existence d’un continuum entre ces deux relations référentielles. En effet, certaines manifestations ont pour nous un statut intermédiaire. Il s’agit des dénominations « qui-n’en-sont-pas-vraiment » :

  • les dénominations du type « compte-minutes » (ex. 13), qui ont un « format dénominatif »16 mais un mode de fonctionnement désignatif (leur mode de référence s’effectue au moyen d’une relation contingente, non codée) ;
  • les dénominations déviantes modalisées comme « un sac pour déjeuner » (ex. 11) qui, du fait de la spécification ajoutée à la dénomination erronée, deviennent des désignations originales ;
  • ou encore les dénominations du type « truc » (ex. 3-4) qui ne permettent pas de référer de manière stable et récurrente à un élément de la réalité en dépit de leur forme substantivale.

43Deuxièmement, certaines réponses font apparaître un lien entre dénomination et pratiques discursives. Le locuteur à la recherche des mots cactus (ex. 23) ou mousquetaires (ex. 24) fait en effet appel à des discours : culturel pour l’un (en évoquant la chanson de J. Dutronc où le mot cactus est abondamment repris), publicitaire pour l’autre, en référence à la chaîne de magasins portant ce nom. La problématique stricte de la dénomination telle qu’elle était évoquée en introduction s’ouvre ainsi à une perspective interdiscursive. La mémoire des mots serait associée à une mémoire des discours (Moirand 2004b), susceptible, elle aussi, d’être convoquée dans les processus de recherches lexicales.

44Troisièmement, les stratégies de désignation mettent en évidence le rôle essentiel de l’expérience du locuteur, de son rapport aux objets à dénommer. L’importance des propriétés interactionnelles dans la dénomination des objets mérite ici d’être soulignée. En effet, on nommerait les objets en adoptant un point de vue, ce point de vue étant en relation étroite avec nos perceptions et nos expériences pratiques des entités à dénommer (Boisson 2001).

  • 17 Cette remarque concerne la dénomination d’objets plus particulièrement étudiée dans la tâche de dé (...)

45De façon plus générale, l’exemple de l’aphasie nous invite à prendre en compte, dans la problématique de la dénomination, le rôle de l’expérience du locuteur, qu’il s’agisse d’une expérience pratique17 ou discursive. En effet, celle-ci occupe une place non négligeable dans l’élaboration des stratégies de référenciation en cas de défaillance dénominative.

Notes

1 Cf. Dubois et Mondada 1995.

2 Les locuteurs étudiés présentent une aphasie fluente caractérisée par l’absence de troubles du débit, de la syntaxe ou de l’articulation. Les aphasies fluentes (par exemple, l’aphasie amnésique) s’opposent aux aphasies non fluentes (par exemple, l’aphasie de Broca), plus difficiles à étudier en raison d’une réduction linguistique souvent importante et de la présence fréquente de troubles articulatoires.

3 Dans l’exemple 1, la locutrice répond à une question sur son métier. Dans l’exemple 2, le locuteur cherche à ouvrir la fenêtre pour nourrir des pigeons.

4 Il s’agit de voir comment le locuteur récupère en mémoire la ou les dénomination(s) associée(s) au référent représenté sur l’image.

5 Par opposition à un acte dénominatif direct via l’orthonyme (Pottier 1992 : 42).

6 D’autres troubles de la dénomination sont décrits chez les sujets cérébrolésés (cf. Kremin 1994 ou de Partz 2000) : ceux-ci peuvent être en rapport avec une atteinte du traitement perceptif de l’image à dénommer (troubles gnosiques) ou avec une atteinte du traitement sémantique des informations à récupérer au cours de la production lexicale (troubles sémantiques). Seul le manque du mot sera étudié ici.

7 Les énoncés modalisateurs concernent l’acte de dénomination (ex. : « je le sais mais j’arrive pas à le dire ») ou son résultat (jugement sur la réponse produite comme « pas un entonnoir » ou « un seau, enfin presque » pour arrosoir).

8 G. Kleiber (1987) parle dans ce cas de « dénominations postiches » car elles ne peuvent être associées de manière stable à une catégorie précise de référents.

9 Il s’agit dans ce cas de dénominations co-hyponymiques.

10 La rondelle précédant l’unité lexicale indique qu’il s’agit d’un mot construit possible, c’est-à-dire respectant les règles constructionnelles de la langue (Voir Corbin et al. 1997 pour la notion de mots possibles et de mots existants)

11 Cf. Pruvost et Sablayrolles (2003).

12 Dans cet exemple, « porte-boisson » est un mot construit qui contient une motivation référentielle mais qui ne convient pas pour autant à la dénomination du référent. En effet, il pourrait servir à dénommer adéquatement un objet qui permet de transporter des boissons (voir le mot porte-bouteille) mais ne convient pas vraiment pour dénommer un objet qui, comme le verre, contient des boissons.

13 Cette remarque est également valable pour les dénominations postiches (ex. 3 et 4) citées dans le paragraphe « Les stratégies de dénomination ».

14 Mais c’est probablement une étape préliminaire nécessaire avant d’essayer de voir ce qui se joue dans le discours de ces mêmes locuteurs.

15 Cette distinction reste, selon nous, pertinente en situation discursive (nous poursuivons nos travaux en examinant, cette fois, les stratégies dénominatives des locuteurs aphasiques en situation d’échange conversationnel).

16 Ces dénominations pourraient en effet être aisément mémorisées.

17 Cette remarque concerne la dénomination d’objets plus particulièrement étudiée dans la tâche de dénomination d’images.

Auteur

(thimai.tran@univ-lille2.fr)
Docteure en Sciences du langage, est maître de conférences à l’université Lille 2. Ses travaux portent sur l’aphasie et particulièrement sur les troubles de la dénomination

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540