Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'acte de nommer

 | 
Georgeta Cislaru
, 
Olivia Guérin
, 
Katia Morim
, 
et al.

Préface

Approche discursive de la nomination/dénomination

Sonia Branca-Rosoff

Texte intégral

1Les réflexions sur la nomination remontent aux sources de la culture occidentale jusqu’à se confondre dans la Genèse ou dans le Cratyle de Platon avec l’activité même du langage. Par la suite, les controverses ont semblé se concentrer sur l’opposition des empiristes, pour qui la connaissance du monde occupe une place essentielle dans le fonctionnement du nom, avec ceux qui insistent sur l’autonomie du lexique. Si le structuralisme d’inspiration saussurienne a donné l’impression que la linguistique évacuait le référent, la thèse empiriste a repris de la vigueur à partir des thèses de Putnam, pour qui la construction du sens des mots passe par les relations stéréotypiques. Cependant, dans cette publication, qui a pour origine les travaux du réseau de recherche Nomination de Montpellier et de Paris 3, les débats sont déplacés autour des nouvelles problématiques de la construction et de la stabilisation du sens en discours.

Nomination/dénomination

2L’ouvrage fait dialoguer plusieurs perspectives autour de ce que B. Bosredon, G. Petit et I. Tamba (2001 : 5) appellent le fait dénominatif : la sémantique de G. Kleiber à laquelle renvoie le terme même de dénomination, l’approche discursive à laquelle réfère le terme de nomination proposé par P. Siblot, la sémantique indexicale de P. Cadiot.

  • 1 Sur l’importance de la relation du sujet et du monde, voir P. Cadiot et Y.-M. Visetti, 2001.

3Ces approches ont en commun leur rupture avec la théorie saussurienne des valeurs différentielles qui était fondée sur le postulat d’une clôture des systèmes linguistiques et sur l’éviction du référent1. Au-delà de leurs différences, elles critiquent l’immanentisme structuraliste, en rappelant que la relation du langage au monde est constitutive du processus sémiotique.

  • 2 Même si G. Kleiber parle de prédicat de dénomination et de « contrat », il ne s’intéresse pas à l’ (...)

4Cependant, c’est à une description du code linguistique que renvoie la notion de dénomination. G. Kleiber substitue à la théorie de la valeur une sémantique référentielle – nourrie à la fois des problématiques logiques du langage naturel, des approches cognitives des psychologues et de ses réflexions personnelles sur le nom propre. Il élargit aux noms en général la sortie de l’approche saussurienne qui s’était imposée pour le nom propre du fait de son absence de signifié – ou du moins du caractère problématique de son signifié : le lien nécessaire du nom propre et du référent provient dans ce cas d’un acte de baptême. De même, estime G. Kleiber, il faut donner toute sa place au fait qu’un nom commun s’impose sans discussion lorsqu’un acte dénominatif2 en a fait le nom de la chose, son nom. Aussi G. Kleiber (1984) oppose-t-il fortement les unités lexicales – mots ou lexies – codées et institutionnalisées, aux procédés compositionnels, qui fournissent une désignation descriptive des référents visés par le discours. Ces désignations non conventionnelles restent en principe transitoires.

  • 3 Quand bien même ce nom peut être modalisé (comme lorsqu’on parle d’une sorte de X, montrant ainsi (...)

5Même s’il ne défend absolument pas les croyances naïves du sens commun pour qui les mots sont des étiquettes, l’importance accordée à la fonction référentielle du langage conduit G. Kleiber à privilégier une vision où des mots isolables sont en relation avec des référents isolables eux aussi3 : dans ses exemples favoris, les noms ont une vocation à être le nom des entités auxquels ils réfèrent, ce que montre son analyse de la métaphore comme catégorisation indue par rapport au sens littéral qui serait la catégorisation de base (Kleiber 1999).

6À la suite de P. Siblot, les chercheurs qui écrivent dans ce volume emploient le terme nomination dans une perspective discursive au plus loin d’une vision taxinomiste des relations entre des mots isolés et des choses. L’analyse sémantique est pour eux inséparable d’une analyse de discours, puisque c’est seulement dans des corpus construits que l’on peut observer les traces réelles de l’activité de nomination et montrer que cette activité sert moins à désigner des fragments de réalité qu’à les sémiotiser en fonction de l’expérience sociale des locuteurs.

7Dans cette deuxième orientation, le niveau lexical n’est pas nécessairement privilégié, parce que nommer en discours, c’est souvent employer des noms modalisés, des métaphores ou des périphrases, et surtout parce que c’est en relation avec d’autres termes de l’énoncé que le mot reçoit une signification qui en désambiguïse la polysémie.

8Par ailleurs, la référence est toujours une activité projective : en choisissant de dire des fanatiques ou des croyants, train ponctuel ou train inconfortable, le locuteur construit un référent différent, et ceci est particulièrement frappant pour les catégories sociales, objets de prédilection des analystes du discours. Aussi, observer les nominations, c’est en même temps étudier la façon dont le locuteur contextualise les unités dont il traite et la façon dont, ce faisant, il exprime sa position à l’égard de ce dont il parle, et par là sa propre « situation » dans un contexte et un interdiscours que l’on peut interpréter socialement.

  • 4 Il faudrait rapprocher ce deuxième courant des recherches de l’historien-linguiste J. Guilhaumou q (...)
  • 5 Nomination et dénomination sont cependant parfois tenus pour synonymes par certains chercheurs com (...)

9La tâche de l’analyste est de reconstituer cette dynamique et de l’éclairer en l’adossant aux praxis humaines – c’est-à-dire aux actes que l’homme accomplit, qu’ils soient individuels ou sociaux, physiques ou discursifs4. Les nominations permettent ainsi d’accéder aux représentations du monde, mais la question n’est pas séparable des rapports que le locuteur entretient avec des interlocuteurs (présents à l’oral ou virtuels à l’écrit). On notera donc l’importance accordée au dialogisme par ce deuxième modèle : dans les mots subsistent la trace mémorielle plus ou moins ténue des discours qu’ils ont servi à énoncer et des réactions du discours en train d’être élaboré par rapport aux discours qui font partie de la mémoire du locuteur (reprise, opposition et marquage de ce désaccord, transformation)5.

Des objets variés

10L’introduction de Paul Siblot replace les enjeux dans une perspective large en insistant sur la non-autonomie profonde des systèmes lexicaux, en refusant la réification du signe opérée par la vulgate structuraliste. Il invite à une approche méthodologique de la question du sens qui prenne en compte l’environnement phrastique, textuel, interdiscursif, contextuel, communicationnel au sein duquel l’actualisation produit le sens enregistré.

11Les dix articles qui composent le cœur de l’ouvrage explorent des corpus diversifiés (discours d’aphasiques, corpus de presse, questionnaires, toponymes, noms de marques, publicités, etc.). Ces articles s’appuient sur des cadres théoriques déjà établis, cependant la confrontation des modèles de référence avec des données empiriques variées ouvre sur d’intéressants problèmes de construction d’objets. Se mesurer à des corpus permet de réfléchir sur l’existence ou non d’un continuum entre langue et discours, à partir des propriétés de certaines catégories comme les noms propres. Cela permet de réfléchir concrètement au rôle du discours : comment s’articulent catégories et mots ? Quelles opérations discursives permettent de déplier une catégorie pour lui permettre de référer à de nouveaux objets ? Quel rôle joue le contexte sociétal pour spécialiser une représentation ?

12Deux contributions se consacrent à des situations construites et contrôlées par les chercheurs.

13– Thi Mai Tran observe en effet le comportement d’aphasiques à qui est proposée une tâche métalinguistique de dénomination d’images qui impose au patient l’accent mis sur la dimension référentielle. Les résultats sont analysés dans le cadre de la typologie de G. Kleiber. Les choses à nommer ne sont pas présentées comme problématiques. Ce sont les mots qui font défaut. Pour contourner leurs manques lexicaux, les patients produisent des désignations variées qui vont des termes génériques aux périphrases – définitoires ou pas (« la maison du chien » pour niche, « j’ai le même à la maison » pour réveil) –, aux néologismes (« compte-minutes » pour sablier), etc.

14Dans le second article, le référent n’est pas une donnée de départ. Au contraire, il sera construit à partir des mots pour le dire.

15– Gaëlle Delepaut et alii décrivent deux modes différents de réponses à une enquête de la SNCF. Lorsque les clients ont à exprimer des jugements positifs, ils se bornent à lister des dénominations, sans même user de déterminants (confort, rapidité) ; lorsque leurs jugements sont négatifs, ils font appel à des propositions complexes (il manque… une prise de courant…). Les références théoriques proviennent à nouveau de G. Kleiber, déplacées dans un autre cadre d’analyse.

16La majorité du recueil est consacré à des corpus « naturels » au sens où ils ne résultent pas de l’introspection du linguiste ou des questionnaires d’enquêteurs.

17Deux articles s’attachent particulièrement au statut discursif des noms propres. Quoi qu’on puisse soutenir en langue sur le nom propre comme catégorie vide de sens étiquetant des particuliers, en discours, les locuteurs s’en servent parce que cette catégorie est, ainsi que les autres, porteuse de « propriétés ».

  • 6 Cet article passe sous silence les particularités linguistiques des noms propres de lieu. Pour une (...)

18– Jeanne Gonac’h envisage les redénominations des odonymes (noms de voies de communication) auxquelles se sont livrées les mairies d’extrême droite de Vitrolles, Marignane et Toulon. Ces mairies ont effacé les noms de figures symboliques de la gauche tiers-mondiste comme Nelson Mandela pour les remplacer par des références systématiques à la Provence. L’article insiste donc sur les fonctions, « culturelles, identitaires et politiques » qui font des noms propres des ressources privilégiées pour se positionner idéologiquement6.

19– Dans le même sens, Bénédicte Laurent et Montserrat Rangel Vicente interrogent l’acte de nomination à partir des noms de marques. Elles montrent que les noms de produits s’appuient tantôt sur le nom d’un créateur à la notoriété suffisamment saillante dans le domaine, tantôt sur des noms de lieux à l’origine descriptifs ou évocateurs. Leur analyse fait donc une place importante au référent.

20Un troisième article traite aussi de la façon dont les bureaux de publicité contrôlent les nominations, mais à travers l’exemple des noms des couleurs à la mode.

21– Céline Caumon évoque l’activité néologique intense d’une marque de cosmétiques qui lance chaque année de nouveaux noms de couleurs forgés par composition comme rose Lolita. Ces noms sont à la fois des désignations individualisant les nouvelles couleurs à la mode et un processus de catégorisation qui doit rendre la couleur plus attractive. En lisant cet article, on pense à ce qu’écrivait M. Pastoureau (1998 : 11) pour qui « une couleur que personne ne peut nommer n’a pas de réalité sociale ni culturelle. La couleur nommée joue un rôle toujours plus important que la couleur perçue car elle est chargée d’un pouvoir sémantique, symbolique, affectif, onirique beaucoup plus fort ».

22Plusieurs recherches portent sur le discours de presse. Il s’agit cette fois d’interroger l’instabilité sémantique de signifiants comme voile, insécurité, intermittent.

23– Émilie Née, qui s’appuie sur les articles parus dans Le Monde pendant la campagne électorale de 2001-2002, montre que le terme insécurité, constitué comme un enjeu politique, fonctionne en fait comme dénomination du référent « délinquance ». Le poids de cette association doxique est tel que la gauche en est réduite à s’y référer explicitement pour tenter de la récuser.

  • 7 Catégorie qu’elle situe dans le prolongement des travaux de S. Moirand.

24– Laura Calabrese, qui travaille sur le passage de loi sur la laïcité à loi sur le voile, s’interroge sur les déplacements métonymiques qui ont permis d’utiliser un nom d’objet concret comme mot-événement7.

25– Julien Longhi choisit de s’appuyer sur le modèle de P. Cadiot et sur les notions de doxa et de sens commun de G. Sarfati pour rendre compte des « dynamiques discursives » permettant de passer du potentiel abstrait du mot intermittent à son sens en discours. Au niveau abstrait des motifs, le signifiant le « stabilise », mais sert seulement de fond, de matériau sur lequel opèrent des opérations de profilage qui permettent de spécifier une interprétation (dès le niveau syntagmatique de la combinatoire avec une tête nominale, la composante statut des intermittents se « profilerait », mettant en veilleuse la composante profession). Enfin, en discours les lieux communs argumentatifs permettent de préciser le thème.

  • 8 Voir Starobinski 1999, et plus largement pour la socio-histoire des mots politiques, Tournier 1992 (...)

26– Françoise Dufour analyse sur un temps long et dans des archives diversifiées les conditions langagières et historiques d’apparition et d’évolution de l’unité lexicale développement, qui est une notion-concept importante pour les sciences humaines et sociales, longtemps marquées par le discours sur le progrès8. L’auteure envisage les reformulations paraphrastiques successives du terme, depuis le texte célèbre écrit par Condorcet en 1794 qui évoque le « développement des facultés humaines », jusqu’à la formation discursive postcoloniale qui reformule développement du côté de l’économie.

27En contrepoint, un article illustre le point de vue d’un linguiste du système. Il est intéressant pour la thématique du colloque qu’il ait choisi d’évoquer l’espace, alors qu’on sait qu’il s’agit d’un axe central pour articuler la langue avec le réel :

28– Richard Huyghe travaille en effet sur des mots à sens descriptif pauvre (lieu, endroit, place) qui ont un vaste champ d’application référentielle. Il montre que le modèle de hiérarchie lexicale un X est un Y est inutilisable pour ces termes.

29On le voit, les données travaillées sont diverses. Même si l’écriture de presse est privilégiée, le travail des publicitaires ou des politiques ajoute la dimension d’une activité de nomination par des professionnels, et les recherches de G. Delepaut et de T. M. Tran renvoient à des pratiques fréquentes en psychologie et en psychosociologie où le chercheur installe les sujets dans la situation très particulière de l’enquête ou dans une situation intermédiaire entre expérimentation et exercice de rééducation : ainsi, les patients de T. M. Tran ne manipulent pas des objets pour faire quelque chose qui a du sens dans leur vie quotidienne ; ils voient des images d’objets rassemblés parce qu’ils font série et on leur demande de dénommer toute une série. On aimerait savoir aussi si leurs préférences dénominatives varient dans les contextes quotidiens en fonction des interactions.

  • 9 Se pose alors la question du découpage des domaines d’observation : peut-on s’en tenir aux mairies (...)

30Toute partition est caricaturale, mais il est frappant de voir que les travaux qui se réclament de la sémantique référentielle de G. Kleiber sont plutôt tournés vers la psycholinguistique ou la psychosociologie. Les travaux qui se réclament de l’analyse du discours ouvrent vers une analyse de la doxa. E. Née montre que les plus critiques doivent en passer par les représentations dominantes et que même un leader d’extrème gauche comme O. Besancenot ne peut utiliser le mot insécurité sans être piégé par ce dont le mot était porteur, du moins pendant cette année 2001. Ce deuxième courant de travaux a souvent une dimension critique assez forte : dénonciation de l’esprit de revanche agressif et communautariste des mairies d’extrême droite9, dénonciation du néocolonialisme dissimulé derrière l’idéologie du développement, étude des précarités nouvelles, étude des régressions démocratiques au nom de l’insécurité ou de la lutte contre le fanatisme, ou bien étude des procédés de manipulation du discours marketing.

31Disons tout de suite que C. Caumon est presque la seule à associer une problématique du texte et un travail sur l’image… Même si le linguiste paraît mal outillé pour aborder des représentations iconiques, il gagnerait sans doute à prendre davantage en compte cet aspect des matériaux dont il traite. Le rose Lolita est bien une catégorie offerte à la perception, que l’on n’a pas à construire discursivement pour la faire reconnaître, cependant le nom va l’affilier à des valeurs culturelles. Le publicitaire commence par l’ancrer dans une couleur bien connue (rose) avant d’inviter métaphoriquement à rattacher ce rose à un certain type de femmes-enfant provocantes et sensuelles.

Des objets prédécoupés / des objets sociaux créés par le discours

  • 10 Voir les travaux d’O. Guérin (2003 et à paraître).

32Un premier fil de lecture consiste à réfléchir sur le rôle des référents dans les catégories d’analyse mises en œuvre par les chercheurs10. Dans le cas des espèces naturelles ou d’artefacts comme les noms de rues ou de produits, on peut soutenir que dans une culture donnée, à une époque donnée, il y a bien quelque chose comme un pré-découpage qui précède le discours. On peut ainsi discuter à l’infini sur la catégorisation adéquate des lieux urbains (s’agit-il d’un arrondissement, d’un quartier ou d’une cité ; d’un rond-point ou d’une place, etc. ?). Du moins, se présentent-ils comme des lieux aptes à être individualisés par des noms propres. Les chercheurs qui travaillent sur ces artefacts concrets ont, en tous les cas, orienté leurs recherches vers la comparaison de paradigmes désignationnels, révélateurs de positionnements idéologiques.

33L’existence même des référents devient absolument problématique lorsqu’on s’intéresse à des objets sociaux comme l’insécurité, le voile, les intermittents, le développement. Les analyses se sont orientées autour de la recherche des connexions entre des phénomènes du monde réel qui ont permis de les regrouper sous ces appellations alors qu’ils auraient pu être pensés comme distincts.

34Par exemple, quand L. Calabrese commente le sens élargi véhiculé par voile, bien au-delà de la pièce de tissu, elle déroule l’ensemble des événements qui ont conduit à proposer une loi sur (le port du) voile et des polémiques suscitées par le port du voile. Ce qui passe au premier plan, c’est l’ensemble des discours tenus sur le voile dans la société française, impliquant les rapports que les Français entretiennent avec une religion nouvelle sur le sol national et qui font de cet objet le symbole d’une menace contre l’identité ou au contraire d’une violence faite aux musulmans. Avec ce type d’objet, on est amené à travailler sur les liens logico-sémantiques qui s’établissent entre des expériences du monde perçues non comme des catégories rigides à proprement parler, mais comme des organisations à bords flous, construites sur des critères hétérogènes qui n’ont pas les caractéristiques discrètes que l’on observe pour la polysémie ordinaire. On peut penser qu’une fois retombée la mobilisation hystérique de la presse autour d’un événement médiatique, les chaînes dérivantes de significations qui se sont imposées vont disparaître.

35Même si les articles qui travaillent les notions sociales sont partis de mots ou de lexies, ils insistent tous sur la dimension textuelle, en s’intéressant comme J. Longhi au contexte proche, mais surtout en envisageant des contextes plus larges comme F. Dufour avec les reformulations paraphrastiques ou comme E. Née en faisant une place importante à la co-référence et à la thématisation. Ils cherchent donc, au-delà d’une lexicologie statique, à ne pas sacrifier des lignes d’arguments. D’autre part, ils insistent tous sur la capacité de resémantisation permanente de la langue, sur sa plasticité.

Quelle stabilisation ?

Désignation passagère ou unité stabilisée

36Même si ce n’est pas leur objet premier, plusieurs articles montrent la difficulté qu’il y a à séparer – dès qu’il s’agit de lexies – le nom déjà fixé dans le code linguistique d’avec le syntagme sans autonomie lexicale. Un rose Lolita est-il une (future) unité de langue ou une désignation éphémère ?

  • 11 Voir l’étymologie sociale, telle que la conçoit M. Tournier 1992, 1997, 2002.

37Le problème est le même avec les sens polysémiques. Par exemple, foulard devient le nom d’une famille d’événements liée aux relations qu’entretient la communauté française avec les groupes religieux qui s’en servent comme emblème ; on peut toutefois penser qu’une fois passée l’émotion liée à ces affaires, ces significations se mettront en veilleuse. L’auteur de l’article réfléchit en analyste du discours sur les représentations véhiculées par ce mot en 2006, mais il n’est pas certain que ces faits s’inscrivent dans les dictionnaires de l’avenir. Est-ce à dire que l’instabilité des sens est constante ? M. Tournier (comme P. Siblot d’ailleurs) dénonçait le dictionnaire comme un artefact de linguiste qui extrait des mots du discours pour fabriquer une langue qui n’existe nulle part ailleurs et renvoyait l’analyste à l’étude dialogique des mots inscrits dans des discours11. Dans leurs recherches, un terme est un outil qui permet la production de sens, mais c’est seulement par abus – si on le réifie – que l’on peut parler de son sens.

Langue et formation discursive

38La notion de langue est-elle entièrement remplaçable par des unités discursives corrélées à des pratiques non discursives de manière plus ou moins homologique ? Un des fils de lecture du colloque pourrait en tous cas consister à situer les interventions selon leur conception des formes de cristallisation, de sédimentation, qui permettent aux locuteurs d’interpréter les nominations qui circulent.

39R. Huyghe ne se soucie que de la langue du linguiste, comme système indépendant du vouloir dire des sujets parlants qui sous-tend leurs activités de production – il ne se demande pas d’ailleurs s’il arrive que le sujet soit bousculé lors du déroulement des discours. Plusieurs parmi les spécialistes du discours posent qu’il y a quelque chose de stable en amont des actes de nomination (ou de désignation). On évoquera seulement J. Longhi qui fait une place à une part stabilisée dans les unités lexicales (bien que l’abstraction des propos rende malaisée la délimitation de ce qui constitue les virtualités du sens du mot intermittent, son motif ). On signalera aussi que la polysémie d’insécurité met en jeu les relations qui unissent le sentiment et la source qui le déclenche. Ces relations relèvent du niveau abstrait de la langue. Elles ont un sens ontologique, indépendamment des codes linguistiques, et pas seulement une pertinence précaire dans un espace-temps relatif. Elles préexistent en tous cas aux énoncés qu’étudie E. Née.

  • 12 J. Guilhaumou a rappelé dans plusieurs articles que les typologies sont impossibles car les format (...)

40Les praxématiciens cherchent d’autres formes de stabilisation : ils proposent de revenir à la notion de « formation discursive » qui permet de rapporter les énoncés à leurs conditions socio-historiques de formation. Une formation discursive détermine le dicible, écrivaient C. Haroche, P. Henry et M. Pêcheux (1971/1990 : 148). Symétriquement, le sens se constitue à l’intérieur d’une formation discursive et les mots changent de sens en changeant de formation discursive. Une formation discursive n’a de sens que « bordée » (et donc définie) par ce qui lui est extérieur, de telle sorte qu’on peut repérer des points d’affrontement polémiques aux frontières. On a alors à justifier les opérations de coupure qui permettent d’isoler des formations discursives12. En tous cas, comme la notion de langue, la notion de formation discursive est une construction du chercheur, et l’on peut ainsi se demander quelle consistance offre la notion de formation discursive postcoloniale si le mot développement entre dans des configurations variées (dont certaines peuvent réactiver des éléments de discours antérieurs) et qui se modifient sans cesse.

  • 13 Apothéloz et Reichler-Béguelin 1995, Dubois et Mondada 1995, Berthoud 1999.
  • 14 « La fiction que paraît être la langue, si l’on songe qu’il n’y a que des discours, acquiert tout (...)

41L’activité de nomination semble avoir intéressé la majorité des chercheurs rassemblés pour ce colloque parce qu’elle participe à la construction de représentations qui viennent s’articuler avec l’expérience du réel. Un des souhaits que l’on peut formuler pour l’avenir est que se développe le dialogue avec les spécialistes des interactions – c’est un des manques de cette riche rencontre. On sait qu’une des thèses importantes de l’approche interactionniste13 est que les significations se reconfigurent constamment, tant et si bien qu’il n’y aurait pas de signification préexistant aux usages, et plus généralement pas de « langue ». Étudier des échanges dans des corpus variés permettrait de mieux situer l’empan de la variation sémantique que l’on négocie dans le discours par rapport à la sorte de stabilité que requiert la possibilité même de négocier14.

Notes

1 Sur l’importance de la relation du sujet et du monde, voir P. Cadiot et Y.-M. Visetti, 2001.

2 Même si G. Kleiber parle de prédicat de dénomination et de « contrat », il ne s’intéresse pas à l’acte primitif qui consiste à catégoriser pour la première fois un référent sous un nouveau nom. Il traite du résultat, et lorsqu’il envisage les relations des mots entre eux, c’est en les sortant de leur contexte.

3 Quand bien même ce nom peut être modalisé (comme lorsqu’on parle d’une sorte de X, montrant ainsi que le nom dont on dispose ne coïncide pas avec la chose) et même si une sémantique assez sophistiquée permet de traiter les différentes facettes des entités.

4 Il faudrait rapprocher ce deuxième courant des recherches de l’historien-linguiste J. Guilhaumou qui a fait de l’événement une dimension centrale de l’analyse du discours (voir notamment Guilhaumou 2002a, b, c).

5 Nomination et dénomination sont cependant parfois tenus pour synonymes par certains chercheurs comme C. Blanche-Benveniste, 1984. D’autres utilisent un des termes dans des acceptions qui ne recoupent pas la partition qui vient d’être évoquée. Dans le cadre ethnométhodologique, L. Mondada emploie dénominations de façon englobante pour insister sur le côté provisoire et instable de leur usage. (voir aussi Dubois et Mondada 1995 et Constantin de Chanay 2001).

6 Cet article passe sous silence les particularités linguistiques des noms propres de lieu. Pour une démarche exemplaire articulant propriétés linguistiques et interprétations en discours, on consultera G. Cislaru 2005 (même si son objet, les noms de pays dans le discours de presse, est spécifique).

7 Catégorie qu’elle situe dans le prolongement des travaux de S. Moirand.

8 Voir Starobinski 1999, et plus largement pour la socio-histoire des mots politiques, Tournier 1992, 1997, 2002.

9 Se pose alors la question du découpage des domaines d’observation : peut-on s’en tenir aux mairies d’extrème droite ? Ne faudrait-il pas envisager en termes plus dialogiques ce qui se joue dans l’attribution d’un nom dans une ville ?

10 Voir les travaux d’O. Guérin (2003 et à paraître).

11 Voir l’étymologie sociale, telle que la conçoit M. Tournier 1992, 1997, 2002.

12 J. Guilhaumou a rappelé dans plusieurs articles que les typologies sont impossibles car les formations discursives sont très vite apparues comme profondément intriquées : on ne peut isoler des blocs féodaux, jacobins, bourgeois qui soient homogènes.

13 Apothéloz et Reichler-Béguelin 1995, Dubois et Mondada 1995, Berthoud 1999.

14 « La fiction que paraît être la langue, si l’on songe qu’il n’y a que des discours, acquiert tout de même une sorte de réalité parce que les locuteurs lui en attribuent une. Sans cette réalité attribuée, les négociations (que ce soit des auto-négociations ou des négociations en interaction), seraient inexplicables » (voir Constantin de Chanay 2005 : 27).

Auteur

(branca.sonia@wanadoo.fr)
Professeur de linguistique française à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et membre du laboratoire Systèmes Linguistiques, Énonciation et Discours (SYLED-RES). Elle mène des recherches sur l’histoire du français au XVIIIe siècle et sur l’analyse du discours oral et écrit, dans des contextes sociaux divers

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site