Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de la France en Espagne (1808-1850)

 | 
Jean-René Aymes
, 
Javier Fernandez Sebastian

La littérature et la culture

Ramón de la Sagra et la France

Ramón de la Sagra y Francia

Marie-Claude Lécuyer

Résumé

La résidence prolongée, plus ou moins continue, de Ramón de la Sagra à Paris (1855-1870), où il écrivit une grande partie de son oeuvre, ses voyages à travers divers pays européens, son esprit observateur, philanthropique, cosmopolite et utilitaire, enfin, ses fréquents contacts avec de nombreuses sociétés scientifiques et intellectuelles françaises et espagnoles, firent de lui un témoin privilégié de la France et de l’Europe de son temps. L’image que De la Sagra a de son pays d’adoption est, nettement, double : d’une part, il voit dans la France un éminent centre de culture, symbole de la modernité et modèle de civilisation, qui devrait faire des émules en Espagne, mais en même temps, la société française lui apparaît comme un anti-modèle, affectée de certains maux inhérents à l’industrialisation et au capitalisme libéral, si bien que l’intellectuel galicien craint que cette « anarchie morale et intellectuelle », transmise par des moyens littéraires et journalistiques, finisse par pervertir moralement la société espagnole. Sa vision nuancée des problèmes de l’Espagne et de son futur et les leçons tirées de l’expérience française le conduisent à s’opposer, par exemple, au développement de l’industrie cotonnière en Catalogne. Face à la gallophilie intégrale, un peu ingénue, de certains de ses compatriotes, Ramón de la Sagra démythifie la France comme unique modèle de progrès, en indiquant, aux côtés des aspects positifs, quelques erreurs qui, selon lui, devraient être évitées

La prolongada residencia más ο menos continuada de Ramón de la Sagra en Paris (1835-1870), donde escribió gran parte de su obra, sus viajes por distintos países europeos, su espíritu observador, filantrópico, cosmopolita y utilitario, sus frecuentes contactos, en fin, con numerosas sociedades científicas e intelectuales francesas y españolas, hicieron de él un testigo privilegiado de la Francia y la España de su tiempo. La imagen que De la Sagra tiene de su país de adopción es claramente dual; de una parte ve en Francia un eminente centro de cultura, símbolo de la modernidad y modelo de civilización, que debiera ser emulado por España; pero también, al mismo tiempo, la sociedad francesa aparece como anti-modelo: aquejada de ciertos males inherentes a la industrialización y al capitalismo liberal (pauperismo, alcoholismo, falta de higiene, prostitución, delincuencia...), el intelectual gallego terne que esta «anarquía moral e intelectual» —derivada también en parte de una política educativa que juzga errónea y que origina un exceso de gens de lettres—, trasmitida a través de los medios literarios y periodísticos, pueda llegar a pervertir moralmente a la sociedad española. Su matizada visión de los problemas de España y de su futuro —valoración positiva de su tradición intelectual, búsqueda de los factores históricos del atraso español— y las lecciones extraídas de la experiencia francesa le llevan a oponerse, por ejemplo, al desarrollo de la industria algodonera en Cataluña. Frente a la galofilia integral, un tanto ingenua, de algunos compatriotas, Ramón de la Sagra desmitifica a Francia como único modelo de progreso, señalando, junto a los aspectos positivos, algunos errores que según su parecer debieran ser evitados

Texte intégral

  • 1 Voir Ramón de la Sagra y Cuba, (A. Cambrón Infante, P. Estrade y M.-C. Lécuyer, ed.), Actas del Co (...)

1Ramón de la Sagra (1792-1871), à qui se sont intéressés les américanistes pour ses travaux sur Cuba, ainsi que les hispanistes pour sa contribution à la diffusion des premières doctrines socialistes1 est sans doute l’un des Espagnols de son temps qui a le mieux connu la France. En 1835, en effet, après un séjour de douze ans à La Havane en tant que directeur du Jardin Botanique, il décide de s’installer à Paris pour y publier une volumineuse Historia física, política y natural de la Isla de Cuba dont il a conçu le plan depuis longtemps. Il ne disposait à l’origine que d’un congé de huit mois et, comme il l’avait écrit à son frère José l’année précédente, il avait l’intention, une fois son ouvrage édité, de s’établir définitivement en Espagne :

  • 2 Cité par C. A. Zubillaga Barrera, « Epistolario americano de los hermanos Sagra », Criai, n.° 22, (...)

Después de once años de mansión en esta Antilla, pienso regresar a Europa, a ordenar y publicar los materiales que he reunido, a observar y estudiar muchas cosas que necesito saber, para fijarme en mi casa patria dentro de tres ο cuatro años, ο sea a los cuarenta de edad.2

  • 3 R. de la Sagra, Historia física, politico y natural de la isla de Cuba, t. I-XII, Paris, Arthus Be (...)

2Mais le projet est ambitieux —douze tomes— et de graves difficultés financières jointes à d’innombrables tracasseries administratives en retardent sans cesse la bonne marche, de sorte que la Sagra est contraint de solliciter d’année en année le renouvellement de sa mise en disponibilité que le gouvernement espagnol est de plus en plus réticent à lui accorder. En fait, il lui faut attendre vingt-deux ans pour voir enfin son oeuvre achevée avec la publication en 1857 du dernier volume de la collection3 Il est alors sans doute trop tard pour qu’il songe à retourner vivre en Espagne, d’autant qu’à la même époque il a quelques démêlés avec son administration qui lui a supprimé son salaire. Aussi reste-t-il dans la capitale française jusqu’à ce que l’approche des troupes prussiennes en août 1870 l’incite à se réfugier en Suisse où il meurt au mois de mai suivant.

  • 4 Real Academia de Ciencias Naturales (1835), Real Sociedad Económica de Amigos del País de Madrid ( (...)
  • 5 Voir Informe sobre el cultivo de la caria y la fabricat ion del azúcar en las costas de Andalucía,(...)

3Pendant ces trente-cinq années qu’il passe en France, la Sagra entretient néanmoins des rapports étroits avec son pays natal. Il s’y rend fréquemment et, dans la mesure de ses possibilités, prend une part active aux affaires publiques. Elu député aux Cortès à plusieurs reprises (1837, 1840, 1854), il siège également dans divers organismes officiels tels que le comité de l’Exposition Industrielle de Madrid en 1845, le Real Consejo de Agricultura, Industria y Comercio en 1853, et la Junta Informativa de Ultramar en 1866. Il est admis dans une douzaine de sociétés culturelles madrilènes et provinciales4 notamment l’Ateneo qui lui confie la chaire de Morale pour quelques semaines, en 1838, puis celle d’Economie sociale, deux ans plus tard. Il fonde plusieurs associations philantropiques (la Sociedad para propagar y mejorar la educación del pueblo en 1838, la Asociación para la mejora del sistema carcelario, correccional y penal et la Asociación benéfica de señoras de la Corogne en 1839), crée la Revista de los intereses materiales y morales en 1844, se lance sans grand succès dans la culture de la canne à sucre en Andalousie l’année suivante5 et publie des articles sur les sujets les plus divers dans une vingtaine de périodiques, dont El Corresponsal (1839-44), Guía del Comercio (1843-50), La Nación (1853-55) et La Esperanza (1856-64).

  • 6 Columbian Horticultural Society (1835), Maryland Academy of Science and Literature (Baltimore, 183 (...)
  • 7 Voir Voyage en Hollande et en Belgique, sous le rapport de l’instruction primaire, des établisseme (...)
  • 8 Voir Historia física, económico-política, intelectual y moral de la isla de Cuba. Nueva editión co (...)

4Mais il ne s’arrête pas là : en plus de ces incessants va-et-vient entre la France et l’Espagne, il trouve encore le temps de nouer des contacts avec d’autres sociétés savantes étrangères6 et de se rendre en Belgique, en Hollande, en Allemagne, en Angleterre et en Irlande où il assiste à des congrès internationaux d’économie, d’hygiène publique, de statistique et visite des expositions industrielles et agricoles7 En 1859, il retournera même passer huit mois à Cuba d’où il rapportera un récit de voyage et un supplément à son Historia... de Cuba8.

  • 9 Relation de los viajes hechos en Europa bajo el punto de vista de la instruction y beneficencia pu (...)

5« Viajero y observador, refiero, comparo y juzgo... », la définition que la Sagra donne de lui-même en 1838 éclaire le sens général de sa vie, toute entière animée par « el deseo de adquirir ideas útiles y dignas de ser conocidas y generalizadas »9 Il n’a rien, en effet, de ces touristes romantiques qui, à la même époque, parcourent le monde en quête d’émotions esthétiques et de spectacles pittoresques. A la visite des palais et des cathédrales, il préfère celle des écoles, des prisons ou des établissements de bienfaisance et s’il contemple un paysage c’est moins pour admirer la beauté de la Nature que pour y étudier les signes de la présence et de l’activité humaine : cultures, techniques d’exploitation, outillage, habitat...

6Dans la perspective qui nous intéresse ici, il apparaît donc comme un témoin privilégié dont le regard sur la France est légitimé non seulement par les longues années où il y a vécu mais par cette expérience cosmopolite qui lui permet de confronter la société française à d’autres systèmes socio-économiques et d’en offrir, comme nous allons le voir, une image nuancée, complexe, voire contradictoire.

I. La France, modèle culturel

7Pour la Sagra comme pour la plupart de ses compatriotes, la France est d’abord symbole de culture et il s’avoue fasciné par le nombre d’organismes et d’institutions qui font de Paris le lieu rêvé pour tout intellectuel désireux d’enrichir ses connaissances :

  • 10 Diario de las sesiones de Cortes, 26 de abril de 1840, p. 1246.

Desde el Cuerpo municipal de Paris hasta el Consejo de Estado; desde el Comicio agrícola del Sena hasta la Sociedad central de Agricultura; desde una escuela especial hasta el Instituto Real; desde el Conservatorio de Artes hasta la exposición de la industria francesa; desde los archivos particulares hasta la inmensa Biblioteca Real, todos son elementos de actividad, de saber y de instrucción. No hay cuestión política ni social que quiera estudiarse a fondo sobre la cual no se encuentren elementos útiles de que poder aprovecharse; es asombroso el número de medios que hay allí para ilustrar los asuntos más complicados; y repito que en ningún punto del mundo se encuentran tantos reunidos.10

8A cette image sont étroitement associées celles du progrès, de la civilisation et de la modernité qui renvoient inévitablement au constat douloureux de la misère culturelle de l’Espagne, misère à laquelle la Sagra tentera d’échapper toute sa vie :

  • 11 Ibid.

Pues si de la consideración de una Nación tan ilustrada pasamos a España, ¿no quedaremos anonadados solo de considerar nuestro estado? ¿Hay en Madrid ninguno de los elementos que tanto abundan en Paris? ¿Νο estamos aquí improvisados y como en el aire? ¿Cuántos años ha gastado la Francia para formar ese centra Paris? ¿Y qué hay en Madrid, donde un pobre escritor que quiere trabajar sobre una cuestión algo difícil apenas encuentra elementos para hacerlo?11

9S’il choisit Paris pour publier son Historia... de Cuba, c’est bien, en effet, parce qu’il sait pouvoir y rencontrer d’éminents savants comme Alcide d’Orbigny, Camille Montagne ou Achille Richard, dont la collaboration lui est indispensable pour rédiger les volumes consacrés aux sciences naturelles, ainsi que les dessinateurs, graveurs et imprimeurs les plus compétents pour réaliser les planches illustrées dont la qualité fera sa fierté :

  • 12 Id., 9 de febrero de 1855, p. 2.027.

La obra tiene preciosas laminas que son un modelo artístico... son un modelo de grabado y colorido, y no colorido como pudiera creerse a primera vista a pincel, sino colorido en la misma plancha, a fin de que no haya tintas negras, sino que aparezca el mismo colorido del mineral ο planta...12

  • 13 Banque du Peuple. Théorie et pratique de cette institution fondée sur la doctrine rationnelle, Par (...)

10La capitale française constitue, en outre, pour lui le lieu le plus propice pour compléter sa propre formation au contact des spécialistes de nouvelles disciplines telles que la statistique, la démographie et la sociologie qui sont au coeur de ses préoccupations. Une quinzaine d’années plus tard, il sera le premier à reconnaître qu’il a contracté à l’égard de la France « une dette sacrée, ancienne, qui s’augmente tous les jours. C’est la dette de notre instruction depuis notre jeunesse ; c’est la dette du progrès de notre intelligence, dû à l’initiative et à l’excitation constante que la civilisation française imprime au monde des idées »·13.

  • 14 Voir Archives du Muséum d’Histoire Naturelle (Paris), Manuscrits 1982, t. XII, n.° 2375, lettre du (...)
  • 15 Société linnéenne de Paris (1826), Société linnéenne de Bordeaux (1827), Société d’histoire nature (...)
  • 16 Voir Revue Encyclopédique, tome XXXVI, nov. 1827, p. 375 ; tome 47, 1830, p. 481-487, tome 52, oct (...)

11Son intégration dans les milieux intellectuels parisiens s’effectue sans difficulté, à en juger par les liens qu’il noue aussi bien avec des économistes que des philosophes ou des chimistes, avec des conservateurs que des libéraux ou des socialistes. De l’inspecteur général des prisons Moreau-Christophe à Sainte-Beuve, de Victor Cousin à Proudhon, en passant par Adolphe Blanqui, Alban Villeneuve-Bargemont, le docteur Villermé, le statisticien Moreau de Jonnès et Victor Schoelcher, la liste de ses relations est éclectique et inépuisable. Il est vrai qu’en arrivant en France en 1835, il n’y est pas tout à fait un inconnu. Au cours des années précédentes, alors qu’il résidait à Cuba, il a engagé des relations épistolaires avec les naturalistes du Muséum14 il a sollicité son admission dans des sociétés savantes15 et diffusé ses premiers travaux qui ont fait l’objet de comptes rendus dans plusieurs revues16 Enfin, il a eu l’occasion de faire la connaissance à La Havane et aux Etats-Unis de quelques personnalités comme le baron de Colins ou Michel Chevalier qu’il retrouvera par la suite à Paris.

  • 17 Société des Sciences Naturelles de Seine-et-Oise (1836), Société des Sciences Physiques, Chimiques (...)
  • 18 Cité par A. Cambrón Infante, El socialismo rational de Ramón de la Sagra, p. 129.

12Grâce à tous ces contacts, les portes s’ouvrent facilement devant lui : deux mois après son arrivée, il est déjà correspondant de la Société royale et centrale d’agriculture et par la suite une dizaine d’autres associations le compteront parmi leurs membres17 Mais ce dont il tirera le plus de gloire —et il ne manquera pas d’en faire état désormais sur la page de couverture de chacun de ses ouvrages— c’est son admission en 1837 à l’Institut de France, dans la section d’économie politique et statistique de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, qu’il considère comme « el corpus más sabio del mundo »18.

  • 19 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Ultramar, legajo 677, n.° 22.
  • 20 Voir Archives de l’Académie des Sciences (Pochettes de séances).
  • 21 Archives Nationales, F 17, 2909,2911 et F 12, 7072.

13Certes, l’évolution de son idéologie qui en quelques années le mène du réformisme philantropique à la défense de ce qu’il baptise le « socialisme rationnel », l’entraîne dans une longue et vive polémique avec l’Académie qui finit par lui opposer une fin de non recevoir en 1847. Il a aussi quelques ennuis avec les autorités françaises en raison de son engagement aux côtés de Proudhon dans l’aventure de la Banque du Peuple. Son expulsion en décembre 1849 n’est pourtant que de courte durée grâce à l’intervention du gouvernement espagnol qui fait valoir « el carácter pacífico e inofensivo que hasta ahora ha demostrado la Sagra »19 ce qui lui permet de rentrer en France dès le mois suivant et de reprendre le cours normal de ses activités. En mai 1852, il entre à l’Académie Nationale Agricole, Manufacturière et Commerciale qui le nomme vice-président du comité des arts et manufactures le 9 novembre 1852, puis vice-président de l’Académie le 17 du même mois. En 1854, elle lui décerne la médaille de 1ère classe pour ses travaux scientifiques et enfin le nomme président honoraire à titre étranger en 1859. De son côté, la Société française de statistique universelle le mandate en septembre 1853 pour la représenter au congrès de Bruxelles, puis au congrès de Paris en 1855. Il finit même par renouer avec l’Institut de France, mais par le biais cette fois de l’Académie des Sciences avec laquelle il entretient une active correspondance entre 1854 et 187020 Le gouvernement français lui-même ne lui tient pas longtemps rigueur des incidents passés puisqu’il le fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1851, l’admet au jury des Expositions Universelles de 1855 et 1867, lui commande un rapport sur l’état financier de Cuba en 1863 et le désigne comme membre correspondant de la commission sur l’expédition scientifique au Mexique en 186521 Il faut préciser toutefois que le Ramón de la Sagra de ces années-là a effectué un nouveau virage idéologique vers des positions franchement conservatrices et que sa défense du catholicisme et de l’ordre moral ne pouvait désormais que satisfaire le Second Empire.

  • 22 Coquelin et Guillaumin, Dictionnaire de l’Economie politique, Paris, Guillaumin et Cie et L. Hache (...)

14Tous ces détails n’auraient qu’une importance secondaire s’ils ne révélaient finalement à quel point la Sagra est animé par l’ambition d’être reconnu par les intellectuels français comme l’un de leurs pairs. C’est là sans doute qu’il faut chercher la principale raison qui le pousse à rester en France et à se couler dans le moule culturel de son pays d’adoption au point d’en emprunter la langue pour publier une grande partie de son oeuvre. Ses espoirs, d’ailleurs, ne sont pas vraiment déçus, car sans devenir une personnalité de tout premier plan, il acquiert une notoriété suffisante pour voir figurer sa notice biographique dans le Dictionnaire de l’Economie politique de Coquelin et Guillaumin dès 1854, puis dans la Galerie historique et critique du XIXe siècle en 186022

II. La France, contre-modèle social

  • 23 Antonio y Rita ο los niños mendigos, Madrid, imprenta del Colegio de Sordo-Mudos, 1840.
  • 24 Lecciones de economía social dadas en el Ateneo científico y literario de Madrid, Madrid, Ferrer y (...)
  • 25 Notas de viaje, escritas durante una corta escursión a Francia, Bélgica y Alemania en el otorio de (...)

15Il est toutefois un pan de la culture française qui échappe à l’admiration de la Sagra : celui des arts et des lettres. Bien qu’il ait lui-même publié un petit conte édifiant, Antonio y Rita ο los niños mendigos23 qui lui vaut une critique élogieuse le 10 février 1840 dans le Correo Nacional, très favorable pour sa part à « este género de literatura que debe ser para la sociedad moderna lo que el apólogo fue para la antigua », c’est en fait un domaine qui ne semble guère l’intéresser et dont il parle fort peu. Et les quelques pages qu’il y consacre sont surtout l’occasion pour lui de dénoncer en termes très vigoureux les romans et les mélodrames qui n’offrent que « pinturas horrorosas del vicio y del crimen »24 au même titre que les oeuvres de peinture, sculpture et architecture, qui mélangent tous les styles en « infinitas combinaciones más ο menos monstruosas »25 Il met ainsi en garde ses compatriotes contre l’invasion de ces courants littéraires et artistiques auxquels il reproche une absence totale de spiritualité, et qui, à son sens, ne peuvent aboutir qu’à pervertir la société espagnole :

  • 26 Id., p.30.

Lo que yo intento consignar es el hecho de la desmoralización de las producciones del ingenio que desgraciadamente nuestra patria suele tomar por modelo. Que esta indicación a lo menos haga cautos a nuestros jóvenes, que deben a la Providencia, pródiga con los españoles, el privilegio del genio y huyan de una carrera seductora que aparece cubierta de flores, para distraer la vista del abismo en que termina.26

  • 27 Id., p. 32.

16On reconnaît là, bien sûr, quelques-uns des clichés de l’arsenal gallophobe sur lesquels se greffent également les topiques de même origine à propos de la mode française dont il raille « la rapidez de sus mudanzas, lo estravagante de sus invenciones, lo contradictorio de sus leyes »27 Et ce ne serait somme toute qu’un discours fort banal s’il ne s’insérait dans le cadre d’une analyse plus profonde visant à mettre en lumière les rapports entre la culture et les structures socio-économiques. La Sagra soutient, en effet, que le caractère répréhensible de ces oeuvres est la conséquence de la politique éducative erronée du gouvernement français qui privilégie le développement de l’enseignement secondaire et supérieur aux dépens de l’enseignement primaire. Il en résulte un nombre excessif de diplômés qui, faute de réels débouchés dans leurs spécialités, se lancent dans des carrières bien moins profitables à la société : le journalisme, la politique et surtout la littérature qui sert d’exutoire à leurs frustrations :

  • 28 Lecciones de economía..., op. cit., p. 204.

Escitados por la fiebre ardiente de producir, fiebre consiguiente a la actividad intelectual que engendran los estudios elevados en las sociedades modernas, muchos jóvenes se lanzan a la carrera de escribir novelas y comedias, pero siguiendo en ella una senda exagerada, violenta, que conduce a mover las pasiones, a escitar en alto grado la sensibilidad, a despedazar el corazón para hacerle sentir.28

17Il en arrive alors à la conclusion que l’« anarchie morale et intellectuelle » qui, selon ses termes, caractérise la société française n’est que le reflet de son « anarchie économique ». Non pas qu’il soit hostile au progrès, bien au contraire. Lorsqu’en avril 1838, il revient en France, après avoir passé plusieurs mois en Espagne, c’est avec une grande amertume qu’il constate le décalage entre les deux pays :

  • 29 Relation de los viajes..., op. cit., p. VIII-IX.

Dícese generalmente que el hombre ama y busca los contrastes; pero hay contrastes que afligen. De este género fue el que sentí yo al entrar en Francia y al atravesar las ricas campiñas del Garona y las márgenes deliciosas del apacible Loire. Por todas partes veía los signos felices de una prosperidad creciente, los adelantos en la agricultura, la paz de las familias, los efectos envidiables de una civilización generalmente difundida. Con menos elementos naturales que muchas provincias españolas, aquellos departamentos nos llevan inmensas ventajas.29

18De même, en 1840, après une nouvelle absence, il s’extasie sur les transformations survenues en quelques mois à Paris :

  • 30 El Corresponsal, 4/8/1840.

¡Y los cafés, y los almacenes y los paseos embellecidos y los teatros restaurados y el lujo en los carruajes y las invenciones para la comodidad y el placer! ¡Qué transición desde Madrid!30

19Mais s’il n’est pas question pour lui de contester cette évolution, il en voit aussi la face cachée. Et statistiques à l’appui, il brosse un tableau sinistre de la société française et à travers elle des « vices » du système capitaliste qui se traduit pour les ouvriers par des salaires insuffisants, des horaires épuisants et, d’une façon générale, par une dégradation de leurs conditions de vie, tant sur le plan matériel que physique, intellectuel et moral :

  • 31 Revista de los intereses materiales y morales, 1844, t. II, p. 65.

Proletario y siempre proletario el obrero francés no descubre porvenir feliz a una existencia trabajosa, en la cual la concurrencia de una parte y de la otra las máquinas mismas que inventa, le estrechan y aprisionan, haciendo esclavo del capital único que prospera, que todo lo invade y ante el cual ceden, en la época presente, los tronos y los pueblos.31

  • 32 Notas de viaje..., op. cit., p. 151.

20Paupérisme, carences alimentaires, absence d’hygiène, augmentation de la mortalité, de l’alcoolisme, de la prostitution, de la criminalité, des démences, des suicides, dissolution des liens familiaux, tel est pour la Sagra le revers de l’industrialisation et de la libre concurrence. Et c’est ce qui le conduit à rejeter ce modèle de développement, d’autant qu’il s’est aperçu qu’il est inutile de prétendre y remédier par des mesures partielles. Après avoir partagé les convictions et les luttes des philantropes pendant plusieurs années, il prend en effet ses distances en constatant que leurs efforts, pour louables qu’ils soient, sont voués à l’échec et ont même des effets pervers. Ainsi cite-t-il comme exemple le cas de la réforme pénitentiaire en France qui non seulement n’élimine pas les facteurs sociaux de la délinquance mais incite finalement les parents sans ressources à envoyer leurs enfants en prison afin que ces derniers puissent bénéficier de l’instruction dispensée aux détenus32.

  • 33 Lecciones de economía..., op. cit., p. 155.

21Ce réquisitoire contre l’organisation de la société française se double d’une évaluation critique de l’oeuvre de la Révolution qui débouche sur un discours anti-libéral où l’on reconnaît les principaux arguments des théoriciens socialistes du milieu du XIXe siècle. Il dénonce tout particulièrement le décalage entre les principes et la réalité en ce qui concerne la reconnaissance des droits fondamentaux du peuple, ainsi que les conséquences funestes de la politique de la Convention qui, en favorisant le morcellement de la propriété, a provoqué le déclin de l’agriculture, puisque, d’après ses estimations, « el trabajo de cada familia agricultora produce 40 % menos de lo que producía hace 45 años »33

III. Cosmopolitisme et nationalisme

22La Sagra se trouve pris, par conséquent, dans une véritable contradiction entre les deux images de la France auxquelles il est confronté, celle du foyer culturel d’où irradient le progrès et la civilisation, et celle de la société industrielle qui condamne à un sort misérable la plus grande partie de la population, contradiction qui, de son propre aveu, lui est particulièrement douloureuse :

  • 34 Notas de viaje..., op. cit., p. 138-139.

Paris, este centro activo de la civilización y de la corrupción moderna... ofrece el grado más elevado de los efectos del mal que mina las sociedades modernas... el aspecto de tantos vicios reunidos en un reducido espacio aflige mi corazón y me hace desesperar de que tengan remedio.34

23Pourtant, il ne s’en tient pas à ce simple constat, car, nous l’avons dit, son horizon intellectuel ne se limite pas à la France et c’est là sans doute ce qui le différencie de la plupart de ses compatriotes. Toujours à l’affût de nouvelles connaissances, il cherche à élargir, autant qu’il le peut, le champ de ses recherches et de ses informations. Grâce à ses voyages et à ses lectures, il est à même d’avoir une vue d’ensemble de l’Europe qui lui permet d’apprécier les forces et faiblesses respectives des sociétés qu’il observe. Cette démarche comparative le conduit à montrer que tous les pays développés, qu’il s’agisse de l’Angleterre, de la Belgique ou de l’Allemagne, souffrent de maux identiques à ceux de la France et que c’est bien le système capitaliste qui est responsable de cette situation. Il recense également les domaines où la France se voit surpassée par d’autres nations : l’enseignement primaire, par exemple, qu’il juge plus développé en Hollande, l’administration locale, mieux organisée en Belgique, et surtout la production économique où elle ne peut rivaliser avec la Grande-Bretagne. De là, ses campagnes contre toute tentative de reproduire en Espagne la politique du pays voisin et son opposition virulente en 1840 à la « Ley de Ayuntamientos », directement inspirée du système centralisateur français, ainsi qu’au développement de l’industrie cotonnière en Catalogne, en arguant des difficultés rencontrées en France par ce secteur face à la concurrence anglaise :

  • 35 El Corresponsal, 12/3/1841.

...la industria algodonera francesa no puede luchar contra la Inglaterra que fabrica a 100 por 100 más barato que ella. El motivo de esta enorme diferencia, no obstante que ambas naciones reciben la materia primera de afuera, procede de que la Francia es inferior a la Inglaterra en medios de transporte, en capitales a interés bajo, en precios del carbón, que se acrecienta por el de las conducciones, en máquinas, en esperiencia y en otra porción de condiciones industriales que sería largo enumerar. Y si la Francia se halla en este caso, relativamente a Inglaterra, cómo estamos nosotros?35

  • 36 Lettres à M. Sainte-Beuve, Académicien et Sénateur, au sujet de ses idées philosophiques, Paris, G (...)
  • 37 Relación de los viajes..., op. cit., p. VIII.
  • 38 Informe..., Madrid, Imprenta Nacional, 1842 ; Memoria..., Imprenta del Ministerio de Fomento, 1853 (...)

24Finalement, cette analyse comparative concourt à démythifier la France comme modèle idéal de modernité et à dénoncer le monopole que prétendent lui faire exercer en Espagne ceux qui « singent fréquemment les usages et les idées françaises » et à propos desquels la Sagra ajoute, redoublant de malignité, que « à l’instar des quadrumanes (nos dignes ancêtres, d’après la science) ils changent les gestes en grimaces, c’est-à-dire qu’ils exagèrent, qu’ils dénaturent, qu’ils pervertissent encore les idées malsaines qu’ils croient devoir adopter »36 Ce n’est pas qu’il rejette systématiquement le principe même de l’imitation, loin de là. Dès son premier voyage en Espagne en 1837, à son retour de Cuba, atterré par la misère et l’ignorance de ses compatriotes, il s’est fixé comme tâche de passer au crible les pays industrialisés pour en tirer des enseignements susceptibles d’aider au progrès de la société espagnole, en partant de la conviction que « lo bueno siempre es adoptable »37 De là, sa constance à assumer un rôle de médiateur culturel en recourant à diverses stratégies : publication d’articles de vulgarisation, traductions de manuels scientifiques, dons d’ouvrages à des organismes publics, envoi d’échantillons, comptes rendus de voyages et de visites d’expositions dont les titres à eux seuls explicitent son propos : Informe sobre el estado actual de la industria belga con aplicación a España, Memoria sobre los objetos estudiados en la exposición universal de Londres y fuera de ella bajo el punto de vista del adelanto futuro de la agricultura e industria españolas38 Reste qu’à la différence des gallophiles, il n’entend pas chercher les solutions aux problèmes espagnols dans la reproduction du seul modèle français :

  • 39 Diario de sesiones de las Cortes, 26 de abril de 1840, p. 1245.

¿No hay más extranjeros que los franceses? ¿Por que tenemos la Francia a la puerta imaginamos que más allá no hay nada?39

25Par ailleurs, cette mise en perspective le conduit à réfléchir sur les causes du retard de l’Espagne et il insiste, à ce propos, sur le fait que la connaissance de l’étranger permet d’apprécier plus exactement la situation du pays et la mesure réelle de son décalage avec l’Europe :

  • 40 El Corresponsal, 18/5/1841.

Las personas que han permanecido siempre en España, no pueden percibir bien el estado de postración a que hemos llegado, y el doloroso contraste que nuestra lánguida vida social ofrece comparativamente al cuadro de incesante actividad y movimiento de las naciones que progresan.40

  • 41 Les Partis en Espagne, Paris, Capelle, 1849, p. 32.

26Mais, n’hésitant pas à manier le paradoxe, il défend aussi l’idée que ce retard, loin d’être un handicap, constitue en réalité un précieux atout. Si le gouvernement espagnol prend soin d’éviter les erreurs des pays voisins, il lui sera plus facile, en effet, de mettre en oeuvre la réforme globale qui, selon la Sagra, constitue le seul moyen de « parvenir à la conquête d’un ordre fondé sur la justice »41 En 1848, il avancera le même argument pour soutenir que l’Espagne pourra échapper aux troubles révolutionnaires qui menacent tout le continent :

  • 42 La Organization del Trabajo, 18/5/1848.

Al contemplar el movimiento general que se opera en Europa, y conociendo las circunstancias especiales en que se halla nuestra patria, me parece aun posible el preservarla de la anarquía en que va a incendiarse el mundo. Su atraso relativo en las doctrinas modernas puede ser una garantía para la conservación del orden, no por medio del despotismo, sino por un sistema racional de reorganización social, sabia y previsoramente adoptado y no impuesto por la fatalidad de las circunstancias.42

  • 43 Les Partis en Espagne, op. cit., p. 25.

27Il s’efforce parallèlement de combattre les préjugés qui courent sur l’Espagne et qu’il attribue à un manque d’information. Aussi ne manque-t-il pas de rappeler les initiatives qui y ont été prises bien avant les autres pays européens en matière de philantropie, par exemple, puisque la création d’établissements de bienfaisance a été très précoce à Madrid, ou d’organisation pénitentiaire avec l’institution du principe de l’isolement des détenus par l’Inquisition. En ce qui concerne le mouvement des idées, il souligne aussi les apports des économistes espagnols des XVIème et XVIIème siècles qui, « devançant leur époque, ont énoncé les principes fondamentaux de la théorie de la richesse basée sur le travail, bien avant que le célèbre Adam Smith l’eut formulée en corps de doctrine scientifique »43.

  • 44 Journal des Economistes, t. 6, août-nov. 1843, p. 217.

28Mais, préoccupé davantage par le présent que par le passé, il entend démontrer surtout que « le mal n’est pas aussi grand qu’on se le figure »44 A cette fin, il attire l’attention sur les conditions climatiques favorables du pays, sa richesse en matières premières, les débouchés possibles pour ses produits manufacturés, le sort relativement enviable de sa population, mieux nourrie que celle des sociétés industrialisées grâce à une production agricole abondante et où le nombre de pauvres y est proportionnellement moins grand. Dans ces conditions, le retard de l’Espagne est présenté moins comme le résultat d’une incapacité ou infériorité « naturelle » de ses habitants que comme la conséquence de facteurs accidentels, notamment la guerre civile des années 1833-39, ainsi que de l’aveuglement de ses gouvernants plus soucieux des questions politiques que de l’organisation socio-économique du pays :

  • 45 Notas de viaje..., op. cit., p. 110.

...La España produce abundantemente artículos preciosos, que son desconocidos en el norte de Europa y del puerto de Amberes, abierto al comercio del interior de Alemania, podían ser allá trasportados ventajosamente por los caminos de hierro, dando ensanche a nuestra industria encadenada y trabajo a nuestra población robusta. Pero cuestiones de pueril y estéril política desvían en España de su curso natural las ideas progresivas del siglo, alejando el momento de su prosperidad y regeneración.45

  • 46 Journal des Economistes, t. 6, août-nov. 1843, p. 221-222.

29Et d’énumérer à l’appui tous les signes qui lui paraissent prouver l’existence d’une « tendance vers le progrès » qui ne demande qu’à être mieux exploitée : « les compagnies qui se forment, les entreprises qui s’organisent, les établissements qui se créent, les patentes industrielles que l’on accorde », mais aussi —et l’on voit ici comment pour la Sagra la notion de progrès est étroitement liée à celle d’ordre social— « son exactitude à payer les impôts et les contributions les plus onéreuses, sa régularité à fournir son contingent pour l’armée, son obéissance enfin pour tout ce qu’on lui demande ou qu’on lui ordonne »46.

30Au fil des pages se profile ainsi l’image d’une Espagne potentielle, sinon rêvée, produit à l’évidence d’un sentiment nationaliste blessé par le spectacle d’une réalité insoutenable, ce dont la Sagra d’ailleurs ne fait pas mystère :

  • 47 Relación de los viajes..., op. cit., p. VII.

En lugar de un sentimiento de repulsión, he sentido y siento una pasión de afecto que me une más que nunca a los intereses de mi patria. Ella es para mí, como una madre que se ama por instinto en la niñez, y que se idolatra cuando en nuestra edad adulta la contemplamos desventurada y miserable.47

31Toutefois ce nationalisme n’a rien à voir avec celui des gallophobes qui, par réaction contre l’emprise étrangère, prônent au même moment le repli sur des valeurs qui seraient spécifiquement hispaniques. Sans nier le sous-développement de son pays, la Sagra veut en marquer les limites et valoriser ce qui peut l’être. Par là, il prétend susbstituer aux clichés romantiques propagés par les voyageurs européens depuis le début du siècle, une autre représentation de l’Espagne, plus conforme aux critères de la modernité, afin d’amorcer sa réinsertion au sein des puissances internationales.

32En adoptant un point de vue fondamentalement cosmopolite et comparatif, la Sagra renvoie donc dos-à-dos partisans et adversaires du modèle français. Pour lui, la régénération de l’Espagne n’est à chercher ni dans un mimétisme aveugle ni dans un nationalisme de frustration, mais dans l’analyse et la confrontation des expériences étrangères les plus nombreuses et les plus diverses possibles. Dans ces conditions, la France est à considérer simplement comme un champ d’observations parmi d’autres et c’est pourquoi il invite ses compatriotes à élargir leur perspective et à tourner leurs regards vers les pays alentour pour en tirer les leçons qui leur permettront de mener l’Espagne sur la voie du progrès.

Notes

1 Voir Ramón de la Sagra y Cuba, (A. Cambrón Infante, P. Estrade y M.-C. Lécuyer, ed.), Actas del Congreso celebrado en París, enero 1992, vol.I y II, A Coruña, ediciós do Castro, 1992-93 ; Socialismo utópico español, selección, prólogo y notas de A. Elorza, Madrid, Alianza Editorial, 1970 ; J. Maluquer de Motes, El socialismo en España, 1833-1868, Barcelona, Crítica, 1977.

2 Cité par C. A. Zubillaga Barrera, « Epistolario americano de los hermanos Sagra », Criai, n.° 22, oct.-dic. 1968, p.443.

3 R. de la Sagra, Historia física, politico y natural de la isla de Cuba, t. I-XII, Paris, Arthus Bertrand, 1842-1857.

4 Real Academia de Ciencias Naturales (1835), Real Sociedad Económica de Amigos del País de Madrid (1838), Real Academia de Historia (1838), Real Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago de Compostela (1839), Real Sociedad Económica de Amigos del Pais de Baena (1840), Real Sociedad Económica de Amigos del Pais de Valencia (1840), Real Sociedad Económica de Amigos del Pais de Sevilla (1841), Sociedad numismâtica matritense (1841), Real Sociedad Económica de Amigos del Pais de Granada (1844), Sociedad Artística y Literaria de la Coruna (1846), Academia Médica de Emulación de Santiago de Compostela (1848), Instituto Agrícola Catalan de San Isidro (1857).

5 Voir Informe sobre el cultivo de la caria y la fabricat ion del azúcar en las costas de Andalucía, Madrid, imprenta del Colegio de Sordo-Mudos y Ciegos, 1845. A la même date, la Sagra est aussi actionnaire et membre du comité directeur de la Sociedad Palentina-Leonesa de Minas et de la Empresa del canal Dalias qui se propose de poursuivre les travaux de construction de ce canal entre Adra et Almería.

6 Columbian Horticultural Society (1835), Maryland Academy of Science and Literature (Baltimore, 1836), Société des Sciences Médicales et Naturelles (Bruxelles, 1837), Société Royale d’horticulture (Liège, 1838), Société des Pays-Bas pour l’amélioration morale des Prisonniers (1839), Pennsylvania Horticultural Society (1841), Commission centrale de statistique de Belgique (1842), Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique (1846), Société internationale de charité (Bruxelles, 1847), Cercle artistique et littéraire de Bruxelles (1848), Universal Society for the Encouragement of Arts and Industry (Londres, 1851), Société d’Agriculture de Berlin (1853), Association internationale pour l’uniformité des poids, mesures et monnaies (1854), Société paléontologique de Belgique (1857), Société Médico-Chirurgicale Pratique (Bruxelles, 1859).

7 Voir Voyage en Hollande et en Belgique, sous le rapport de l’instruction primaire, des établissements de bienfaisance et des prisons dans les deux pays, 2 t., Paris, Arthus Bertrand, 1839 ; Informe sobre el estado de la industria fabril en Alemania, Madrid, Imprenta Nacional, 1843 ; Notas de viage escritas durante una corta escursión a Francia, Bélgica y Alemania en el otoño de 1843, Madrid, imprenta de la Guía del Comercio, 1844, Congrès des économistes réuni à Bruxelles par les soins de l’Association belge pour la liberté commerciale, Bruxelles, Deltombe, 1847, p. 124-131 ; Débats du Congrès pénitentiaire de Bruxelles, Bruxelles, Deltombe, 1847, p. 44-45 ; La Esposición de Londres y la industria española, Madrid, Espinosa y Cía, 1850 ; Congrès général d’hygiène de Bruxelles, Bruxelles, G. Stapleaux, 1852, p. 58-70 ; « Congrès de statistique de Bruxelles », Journal des Travaux de l’Académie Nationale agricole, manufacturière et commerciale, t. 23, nov. 1853, col. 617-620.

8 Voir Historia física, económico-política, intelectual y moral de la isla de Cuba. Nueva editión considerablemente aumentada. Relation del último viaje del autor, Paris, L. Hachette y Ca, 1861, et Cuba en 1860, ο sea Cuadro de sus adelantos en la población, la agricultura, el comercio y las rentas públicas. Suplemento a la Primera parte de la « Historia político y natural de la Isla de Cuba ». Edition aumentada con el censo de la población en 1861, Paris, en la librería de L. Hachette y Ca, impr. de Simon Raçon y Ca, 1863.

9 Relation de los viajes hechos en Europa bajo el punto de vista de la instruction y beneficencia publico, la represión, el castigo y la reforma de los delincuentes, los progresos agrícolas e industriales y su influencia en la Moralidad, Madrid, imprenta de Hidalgo, 1844, p. 104.

10 Diario de las sesiones de Cortes, 26 de abril de 1840, p. 1246.

11 Ibid.

12 Id., 9 de febrero de 1855, p. 2.027.

13 Banque du Peuple. Théorie et pratique de cette institution fondée sur la doctrine rationnelle, Paris, Bureaux de la Banque du Peuple, 1849, p. 5.

14 Voir Archives du Muséum d’Histoire Naturelle (Paris), Manuscrits 1982, t. XII, n.° 2375, lettre du 1er avril 1825 adressée à M.A. Thouin.

15 Société linnéenne de Paris (1826), Société linnéenne de Bordeaux (1827), Société d’histoire naturelle de Paris (1828), Société française de statistique universelle (1830), Société entomologique de France (1834).

16 Voir Revue Encyclopédique, tome XXXVI, nov. 1827, p. 375 ; tome 47, 1830, p. 481-487, tome 52, oct. 1831 ; Bulletin de la société française de statistique universelle, t. II, 1831 p. 21-25 et t. IV, 1833 p. 3 ; Bibliothèque Universelle des Sciences, Belles-Lettres et Arts, t. XXXIV, avril 1827, p. 276-78, t. XXXV, août 1827, p. 91-92, t. XL, avril 1829, p. 325-332, t. XLI, mai 1829, p. 33-36, t. XLII, juin 1829, p. 343-46, t. III, 1830, p. 431-32, t. III, 1832, p. 233-35, t. LIV, 1833, p. 178-85 ; Bulletin de la Société de Géographie, 1ère série, t. V, 1826, p. 453-54, 1ère série, t. XII, 1829, p. 267-79 ; Annales des Mines, 3ème série, t.I, 1832, p. 154-55.

17 Société des Sciences Naturelles de Seine-et-Oise (1836), Société des Sciences Physiques, Chimiques et Arts agricoles et industriels de France (1837), Société Philotechnique (1838), Société de géographie de Paris (1839), Société ethnologique de Paris (1841), Société des inventeurs et protecteurs de l’industrie (1845), Société d’horticulture (1849), Académie Nationale Agricole, Manufacturière et Commerciale (1852), Société Zoologique d’Acclimatation (1854), Société botanique de France (1855).

18 Cité par A. Cambrón Infante, El socialismo rational de Ramón de la Sagra, p. 129.

19 Archivo Histórico Nacional, Madrid, Ultramar, legajo 677, n.° 22.

20 Voir Archives de l’Académie des Sciences (Pochettes de séances).

21 Archives Nationales, F 17, 2909,2911 et F 12, 7072.

22 Coquelin et Guillaumin, Dictionnaire de l’Economie politique, Paris, Guillaumin et Cie et L. Hachette et Cie, 1854, p. 563-64 ; Galerie historique et critique du XIXe siècle, notice signée Henry Lauzac, extrait du 3e volume, Paris, Au bureau de la Galerie Historique, 1860. Signalons aussi que L’Economiste Français le présente comme l’« un des écrivains les plus connus et les plus appréciés d’Espagne » (24/3/1864, n.° 60, p. 95),. et L’Union qui publie sa correspondance avec Sainte-Beuve, comme « un des savants les plus renommés de notre temps » (30/7/67).

23 Antonio y Rita ο los niños mendigos, Madrid, imprenta del Colegio de Sordo-Mudos, 1840.

24 Lecciones de economía social dadas en el Ateneo científico y literario de Madrid, Madrid, Ferrer y Cía, 1840, p.205.

25 Notas de viaje, escritas durante una corta escursión a Francia, Bélgica y Alemania en el otorio de 1843, Madrid, imprenta de la Guía del Comercio, 1844, p.32.

26 Id., p.30.

27 Id., p. 32.

28 Lecciones de economía..., op. cit., p. 204.

29 Relation de los viajes..., op. cit., p. VIII-IX.

30 El Corresponsal, 4/8/1840.

31 Revista de los intereses materiales y morales, 1844, t. II, p. 65.

32 Notas de viaje..., op. cit., p. 151.

33 Lecciones de economía..., op. cit., p. 155.

34 Notas de viaje..., op. cit., p. 138-139.

35 El Corresponsal, 12/3/1841.

36 Lettres à M. Sainte-Beuve, Académicien et Sénateur, au sujet de ses idées philosophiques, Paris, Germer-Baillière, 1867, p. 38.

37 Relación de los viajes..., op. cit., p. VIII.

38 Informe..., Madrid, Imprenta Nacional, 1842 ; Memoria..., Imprenta del Ministerio de Fomento, 1853 ; voir aussi Investigaciones para enriquecer las fincas del Real Patrimonio con nuevos plantíos, arbolados y razas útiles de animales domésticos hechas en el estranjero, Madrid, imprenta del Colegio de Sordo-Mudos, 1841 ; Atlas carcelario ο colección de láminas de las principales cárceles de Europa y de América, proyectos de construcción de carruajes y objetos de uso frecuente en las prisiones... para servir en el estudio de la reforma penitenciaria en España », Madrid, imprenta del Colegio Nacional de Sordo-Mudos, 1843.

39 Diario de sesiones de las Cortes, 26 de abril de 1840, p. 1245.

40 El Corresponsal, 18/5/1841.

41 Les Partis en Espagne, Paris, Capelle, 1849, p. 32.

42 La Organization del Trabajo, 18/5/1848.

43 Les Partis en Espagne, op. cit., p. 25.

44 Journal des Economistes, t. 6, août-nov. 1843, p. 217.

45 Notas de viaje..., op. cit., p. 110.

46 Journal des Economistes, t. 6, août-nov. 1843, p. 221-222.

47 Relación de los viajes..., op. cit., p. VII.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540